• Legend of Zelda
  • Adventure of Link
  • A Link to the Past
  • Link's Awakening
  • Ocarina of Time
  • Majora's Mask
  • Oracle of Ages
  • Oracle of Seasons
  • Four Swords
  • The Wind Waker
  • The Minish Cap
  • Four Swords Adventures
  • Twilight Princess
  • Phantom Hourglass
  • Spirit Tracks
  • Skyward Sword
  • A Link Between Worlds
  • fin du menu jeux

L'élue

Ecrit par Shadowyn en 2006
Chapitre 1 : Une drôle de rencontre
Chapitre 2 : Turbulences au ranch
Chapitre 3 : Révélations
Chapitre 4 : La joie revient
Chapitre 5 : Vive l'eau !
Chapitre 6 : Confrontation
Chapitre 7 : L'allié ou alliée ?
Chapitre 8 : Darkness
Chapitre 9 : Le grand retour
Chapitre 10 : Le Bien
Chapitre 11 : Le combat
Chapitre 12 : Les clones
Chapitre 13 : Dis-moi à quoi tu penses, je te dirai qui tu es
Chapitre 14 : Une tentative malheureuse
Chapitre 15 : La fin du voyage ?
Chapitre 16 : Le dernier combat


Résumé

Une jeune fille apparaît au moment où Zelda doit se marier. Mauvais ou bon présage ? Quoiqu'il en soit le clone de Link, Dark, est de retour et apparemment cherche quelque chose que possède cette jeune fille, pour ramener Ganondorf. Ombre arrive à Hyrule par le Saint-Royaume légendaire chose impossible. Elle inquiète les sages eux-mêmes. Mais qui est-elle et d'où vient-elle ?

Les sept sages se réunissaient une fois par semestre pour faire l'état du sceau dans lequel était enfermé Ganondorf. Pas question de le voir ressortir de là. Il y est, il y reste ! C'était la raison pour laquelle, Saria, Darunia, Impa, Ruto, Nabooru, Rauru et Zelda se rendaient au sanctuaire des sages, puis vérifiaient la solidité du sceau. Pourtant ce jour-là, Zelda n'était pas là, mais comme on ne pouvait pas l'attendre, les sages décidèrent de procéder à la vérification sans elle. Tout se passait très bien, jusqu'au moment où Saria détecta quelque chose d'anormal à l'intérieur du sceau.
- Il y a une présence étrangère dans le Saint-Royaume. Elle est très puissante, trop à mon goût. Je n'aime pas ça.
- En effet je la sens aussi, dit Nabooru. Elle a une force incroyable. Je dirais au moins aussi forte que Ganondorf, si ce n'est plus.
- Il faut prévenir Zelda, s'affola Darunia !
- Inutile, dit Rauru, voyons d'abord comment cette force évolue avant d'en informer la princesse. Elle a d'autres choses à penser en ce moment.
- Arrêter de la protéger sans cesse, s'indigna Ruto. Ce n'est parce qu'elle doit se marier dans 3 jours qu'il ne faut rien lui dire. On est sage avant d'être princesse ! Et ça je suis la mieux placée pour le dire ! Donc on lui dira, point final.
Sur ce les sages se rangèrent à l'avis de la princesse des Zoras et il fut décidé que l'on lui dirait le lendemain.

Pendant ce temps dans la plaine d'Hyrule.
- Link, attends-moi ! Mais où tu cours comme ça !!!
Link, ce superbe elfe, blond, yeux bleu océan, doublé d'un héros, se retourna brusquement :
- Alors Navi, on traîne.
- Facile à dire pour toi !!! Tu vas plus vite que moi ! Et on peut savoir où tu vas ???
- Je vais au ranch rendre visite à Epona et à Malon au passage. Tu viens ou tu restes là à râler ?
- Je viens !!!
Durant le chemin, ils entendirent un cri à glacer le sang.
- C'était quoi ce cri, dit la petite fée ?
- Je ne sais pas mais on aurait dit une voix féminine, répondit Link.
Ils continuèrent d'avancer prudemment en direction d'où ils avaient cru entendre le cri. Link et Navi trouvèrent alors une jeune fille de 16 ans au plus, évanouie sur le sol. Elle avait une blessure sévère à la tête et perdait beaucoup de sang.
- Heureusement que j'emporte toujours une Guérisseuse avec moi ! (Ce que j'appelle une Guérisseuse, ce sont les petites fées roses qui vous redonnent toute votre énergie).
Link ouvrit le bocal et dit à la fée de soigner cette jeune fille. Ce que la Guérisseuse fit avec succès.
- Aïe ! Où est-ce que je suis ? J'ai une de ces migraines !
- Vous êtes à Hyrule et plus précisément dans la plaine d'Hyrule, répondit Navi.
La jeune fille regarda avec étonnement alternativement Link et Navi.
- Vous êtes qui ??? Ou vous êtes quoi exactement ???
- Je me nomme Link et voici mon amie Navi. Et vous ?
La jeune inconnue se leva brusquement.
- Vous êtes Link ? L'autre aussi a dit qu'il s'appelait Link et il a failli me tuer ! Alors on peut savoir pourquoi vous avez non seulement le même nom et la même apparence ? Y a que les yeux qui changent...
- Vous devez faire erreur. Je n'ai jamais voulu vous tuer ? Si j'avais voulu le faire, je vous aurais laissée mourir au lieu de vous aider.
- C'est vrai. Je suis désolée. Je vous dois la vie, pardonnez-moi. Mais depuis que je suis tombée dans ce pays doré, et que j'ai rencontré ce malade et son "LINK", je me méfie de tout. Oh j'allais oublier de me présenter, je m'appelle Ombre.
- Enchanté Ombre, dirent en coeur Link et Navi.

Plus tard, Ombre avait rejoint le duo et tous trois se rendirent au ranch Lonlon. Là-bas Link alla saluer Malon, Epona et Talon. L'absence d'Ingo intrigua notre héros :
- Ingo n'est pas ici ?
- Non. Il est parti il y a de ça quatre jours chez les frères Gorman à Termina. Du coup je m'occupe du ranch sans son aide ! Inutile de penser à faire travailler papa, lui et sa sieste c'est sacré !
Soudain un cheval d'un blanc pur entra en trombe dans le ranch par la même palissade que Link et Epona avaient sauté pour s'échapper. Le cheval était blessé sur le flanc gauche, mais trouva la force de courir jusqu'à Ombre et s'écroula à ses pieds. Affolée la jeune fille s'agenouilla près du cheval et se mit à murmurer des mots insaisissables. Malon était déjà partie chercher de quoi tenter de le soigner. Link essaya de s'approcher du cheval mais il refusa catégoriquement de se laisser toucher.
- Non Link ! Laisse-le, dit Ombre. Je connais ce cheval, c'est mon ami ! Pourquoi ? Pourquoi lui ?
Ombre éclata en sanglots. Link était complètement perdu. Il ne savait plus quoi faire. Heureusement Malon revint avec de quoi soigner le cheval.
- Il est gravement blessé, dit-elle. Il a déjà perdu beaucoup de sang. C'est un miracle que dans son état il ait réussi à sauter par-dessus la palissade.
- Exca est un cheval extraordinaire. Il est capable des plus belles choses, dit Ombre. Je ne sais pas qui lui a fait ça, mais il me le paiera cher ! Très cher !
Sur cette phrase, un homme apparut de nulle part. Il ressemblait comme deux gouttes d'eau à Link. Il s'adressa à Ombre :
- Alors comment se porte ton ami, le cheval ? Mal n'est-ce pas ?
Il éclata alors d'un rire glacial. Navi le reconnut aussitôt.
- Dark !!! Ce n'est pas possible. Link t'a battu dans le temple de l'eau. Tu es censé être mort !
- Eh non ! Comme tu vois, je suis bel et bien vivant ! Et en pleine forme en plus, merci.
- Comment as-tu pu, gronda Link. Tu étais mort. Tu n'as pas pu ressusciter tout seul !
- En effet c'est grâce à mon maître si je suis toujours là. Ganondorf m'avait déjà remis sur pied lorsqu'il a été aspiré par le sceau. Il m'a dit : "Attends un peu avant de reparaître. Fais-toi oublier avant." Et me voilà !
Ombre n'en pouvait plus. Elle se leva d'un bond.
- C'est ta faute ! Tout a toujours été de ta faute de toute façon ! Quand tu me lâcheras ? Tu n'avais pas le droit faire du mal à Exca ! Je te hais !
- Holà ! Doucement ma belle. Tu me hais ? Mais je n'en demandais pas autant ! Pour répondre à ta question tu sais parfaitement ce que je veux.
- Jamais ! Rêve ! Jamais, tu entends !
- Comme tu veux. Alors je vais devoir continuer à faire souffrir les gens que tu aimes. Tant pis pour toi.
Il disparut ainsi dans un de ses rires dont il a le secret.
Après avoir assisté à cette guerre verbale, Link et Navi étaient encore plus perdus qu'avant. Malgré cela, il fallait s'occuper d'Exca, les explications viendraient plus tard. Ils l'emmenèrent dans l'écurie et le couchèrent sur la paille. Puis Ombre lui murmura quelques mots à l'oreille qui calmèrent le cheval. Malon put alors l'approcher et le soigner. Elle leur dit :
- Partez. Il a besoin de beaucoup de repos. Je vais bien m'occuper de lui. Ne t'inquiète pas pour lui, Ombre. Je te contacterai dès qu'il y aura du nouveau sur son état. D'accord ?
- D'accord. Je sais qu'il est entre de bonnes mains. Prends soin de lui Malon. Il te laissera l'approcher normalement. Mais au moindre quelque chose, même un détail, contacte-moi.
- Sans problème ! Allez maintenant !
Link, Navi et Ombre partirent alors du ranch, laissant Exca aux soins de Malon. La jeune fille était complètement abattue. D'abord elle passait à deux doigts de la mort, puis Exca qui est blessé...
- Et dire que tout ça, c'est à cause de ce Link !
Navi prit alors la parole :
- D'ailleurs je crois que tu nous dois des explications. Comment as-tu connu Dark, et non Link ? Et comment tu es arrivée dans la plaine ? Et c'est quoi ce pays doré où tu as dit être arrivée ?
- Navi, laisse-la respirer deux secondes ! On va rentrer et elle nous racontera tout ça, mais seulement après avoir avalé quelque chose. Elle doit être affamée.

Comme convenu, les sages prévinrent Zelda de la présence d'une force inconnue dans le Saint-Royaume. Ils retournèrent au sanctuaire et reprirent l'analyse. Pourtant cette fois ils ne trouvèrent plus rien. La force avait disparu.
- Ce n'est pas vrai. Hier elle était là ! Je peux vous l'assurer, dit Saria.
- Je te crois Saria, dit Zelda. Mais elle n'est plus là et tant mieux. Je me voyais mal devoir régler une histoire de je-ne-sais-quoi maintenant.
- Toutefois il serait bon de rester sur nos gardes, dit Nabooru.

Link, Navi et Ombre étaient partis se promener dans les Bois perdus. Ombre était impressionnée par le sens aigu de l'orientation de Link. Peu importe où il allait, il se retrouvait toujours. Arrivés dans une petite clairière, ils se posèrent sur le sol au milieu des fleurs, car c'était le printemps. Le printemps recouvrait le sol des bois de minuscules petites fleurs blanches. C'est dans ce paysage féerique qu'Ombre conta son histoire, qui elle était loin de l'être :
- Je suis née il y a 16 ans. Le jour de mon anniversaire, je suis allée me balader. En sortant de chez moi j'ai vu toute ma rue recouverte de cadavres. C'était affreux, je vous épargne la description. Au bout de la rue j'ai vu Li... non pardon Dark. Il riait avec son épée à la main recouverte de sang. Il m'a dit : "Trop tard ! Fallait bouger plus vite ! Hahahaha ! Regarde mieux tu verras autour de toi des gens qui te tiennent à coeur !" En effet parmi les morts se trouvaient mes petits frères et mes parents. Il est parti en courant et je l'ai suivi. Il a ouvert un vortex et je le suivais toujours. J'ai atterri dans un lieu étrange. La lumière y était aveuglante. C'est là-bas que j'ai rencontré Exca. Mais Dark avait disparu. J'ai erré pendant deux jours, jusqu'au moment où j'ai retrouvé Dark. Il riait toujours. Si vous saviez à quel point son rire m'exaspérait ! On s'est battu mais il a rouvert un vortex et je l'ai suivi comme toujours. Nous avons atterri dans la plaine mais il a gagné. Il m'a eue par surprise dans le dos et m'a frappée avec je-ne-sais-pas-quoi. Quand je me suis réveillée, vous étiez là. La suite vous la connaissez.
- En effet, dit Link, je comprends mieux ta haine envers lui. Mais il veut apparemment quelque chose que tu refuses de lui donner. Qu'est-ce que c'est ?
- Je ne sais pas ce qu'il veut exactement. Je suppose qu'il veut ce triangle que j'ai trouvé dans ce pays.
Ombre sortit de sa poche un petit triangle en or. Elle le posa au creux de sa main et le triangle se mit à étinceler.
- Tiens c'est étrange, s'étonna la jeune fille. C'est la première fois qu'il fait ça.
Le triangle brillait de plus en plus fort au point de les aveugler complètement. Lorsque la lumière se dissipa, le triangle avait disparu.
- Où est-il, demanda Navi ?
- Je n'en sais pas plus que toi Navi, répondit Link.

Le lendemain avait lieu le mariage de Zelda. Mais avec qui au fait ? C'était justement ça le mystère de ce mariage. Tout le monde savait que la princesse allait se marier mais personne ne savait avec qui. Quoiqu'il en soit, il aurait lieu aujourd'hui et Link se préparait pour y aller. Il demanda à Ombre de venir avec lui. La jeune fille hésitait. Navi lui dit :
- Viens ! De toute façon on sera tellement nombreux qu'on s'en fiche de qui il y aura. En plus tout Hyrule y est convié et comme tu es ici depuis trois jours, tu te dois de venir.
Ombre se laissa convaincre par ses amis et au crépuscule tous trois arrivèrent au château. Link alla saluer ses amis. Seule Malon pour le moment manquait à l'appel. Elle devait être avec Exca. Ombre était mal à l'aise parmi tous ces gens. Elle avait un mauvais pressentiment mais n'osa pas en parler à Link. La princesse arriva alors. Elle était splendide dans sa robe blanche. A son bras se trouvait un homme d'une vingtaine d'années. Il avait les cheveux bruns et les yeux verts, il devait être un peu plus grand que Link et possédait un sourire charmeur.
- Le prince charmant par excellence, railla Ruto. Ça ne m'étonne pas que notre petite Zelda ait craqué. Hi !
- Toujours en train de critiquer à ce que je vois, dit Sheik.
- Sheik ! Je ne t'avais pas vu ! Comment vas-tu, demanda Link ?
- Bien depuis que je me vois en unique exemplaire. Sept ans enfermé pour que cette Zelda puisse prendre mon apparence, c'était ennuyeux à la fin ! Mais bon heureusement que c'est terminé et qu'elle est retournée dans le temps, comme ça j'ai pu m'amuser quand même !
- Je suis peut-être la reine de la critique, dit Ruto, mais toi tu as la couronne de la rancune ! Quand vas-tu arrêter de répéter cette histoire ?
Ils furent interrompus par le prêtre qui entama la cérémonie. On sut enfin le nom du futur roi d'Hyrule : Maliëns.
Après la cérémonie, Link alla saluer les époux.
- Maliëns, je te présente Link, héros du temps. C'est grâce à lui si nous sommes tous réunis aujourd'hui.
- Ravi de vous rencontrer Link. Zelda m'a déjà beaucoup parlé de vous. Je vous rassure en bien !
- Je n'en doute pas, dit Link. Alors dites-moi, pourquoi rester inconnu ? Vous êtes pourtant le roi d'Hyrule maintenant, comment voulez-vous mettre le peuple en confiance si vous ne révélez pas même votre nom ?
Zelda répondit à la place de Maliëns :
- Il n'est pas d'ici. Il vient de Termina et n'est arrivé qu'hier soir. Mais ne t'en fais pas Link, Maliëns sera un très bon roi pour Hyrule.
- J'en suis persuadé. Vous m'excusez, je vais essayer de retrouver Ombre. A plus tard.
Ce nom intrigua la princesse :
- Ombre ?
- Oui Ombre. Je l'ai trouvée entre la vie et la mort dans la plaine d'Hyrule. Je lui ai demandé de venir avec moi. Je ne voulais pas qu'elle reste seule, on ne sait jamais, si son agresseur voulait finir le travail au moins il ne lui fera pas de mal ici.

Sur ce, Link partit à la recherche de son amie. Il la trouva dehors sur une terrasse. Il s'arrêta un moment pour la contempler plus attentivement. Le vent du soir soulevait ses cheveux bruns qui lui tombaient un peu plus bas que les épaules. Elle était vraiment très belle avec sa robe rouge foncé. Il se sortit de sa rêverie et s'approcha d'Ombre.
- Je t'ai cherchée partout tu sais ? Je croyais que tu étais partie.
Elle tourna la tête vers notre héros et le fixa de ses yeux verts.
- Et qu'est-ce que tu aurais fait si j'étais partie ?
- Je... Je ne sais pas. Je serai allé te chercher probablement
- Je t'aurais épargné ça alors....
- Pourquoi tu es sortie ?
- Je ne me sentais pas bien au milieu de tous ces gens qui s'amusent. J'ai le coeur trop lourd pour rire...
Une larme perla sur le coin de l'oeil d'Ombre. Elle l'enleva tout de suite. Link lui demanda :
- Exca ? C'est ça ?
A l'évocation de ce nom, la jeune fille s'accouda à la barrière et mit la tête dans ses mains. Link posa la main sur son épaule et l'attira dans ses bras pour la consoler.
- Ne t'en fais pas. Malon est la meilleure qui soit dans tout Hyrule. Exca guérira vite avec elle. Ne pleure plus.
La détresse de la jeune fille toucha notre héros. Il se mit à penser à comment il se sentirait si c'était Epona qui était en ce moment à la place d'Exca.
Ils décidèrent de rentrer plus avant la fin de la fête. Ombre ne tenait plus debout et Link ne supportait pas de voir son amie aussi triste.

Le lendemain matin, Ombre se réveilla avec une odeur de crêpes qui lui titillait ses narines. Elle se leva et se dirigea vers la cuisine. La petite cabane de Link avait drôlement changé en sept ans. Link grandissant mais les Kokiris voulant garder leur ami parmi eux, ils construisirent tous ensemble une cabane plus grande pour lui. Elle se révélait être suffisamment spacieuse pour y accueillir plusieurs personnes adultes.
Ombre alla donc dans la cuisine et vit Link et Navi aux fourneaux. Elle se glissa silencieusement derrière eux et leur dit :
- Qu'est-ce que vous faites de bon ?
- AAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHH, hurla Navi.
- Allons Navi du calme, riait Link. Ce n'est qu'Ombre !
- Ne me refais jamais ça !!! J'ai cru que j'allais devenir blanche pour toujours !!! Et si ça ne te dérange pas, j'aimerais garder ma jolie palette de couleurs.
- Désolée Navi. Je ne recommencerai plus, promit la jeune fille.
- Pour répondre à ta question, dit Link, on fait des crêpes. Un bon petit déjeuner c'est primordial !
Ils se mirent tous à table et les crêpes se révélèrent excellentes.
- Vous êtes de brillants cuisiniers tous les deux, dites-moi.
- Ravi que ça te plaise. Mais c'est Navi qui a fait le plus dur, moi et la cuisine tu sais...
- Merci, merci. Oui je sais, la pro de la cuisine c'est moi, mais qu'est-ce que vous voulez, un siècle d'expérience c'est pas mal.
- Eh bah Navi, se moqua Link, ce n'est pas la modestie qui t'étouffe aujourd'hui !!!
Ils rirent tous de bon coeur. Même Ombre, qui se sentit d'un coup plus légère. Le fait de rire lui ôtait un poids énorme de sa poitrine. Il y avait longtemps qu'elle n'avait pas ri comme ça. Link était heureux d'avoir réussi à faire rire pour la première fois Ombre, et se mit à espérer au fond de lui que ce ne serait pas la dernière. Elle avait un rire léger et communicatif, si bien qu'ils ne réussirent à se calmer que lorsqu'un Kokiri frappa à la porte. Mido entra et donna une lettre à Link.
- Bonjour tout le monde ! Un messager Hylien est venu ce matin apporter ça pour vous. C'est une lettre du ranch Lonlon, je crois.
Link lut la lettre à haute voix :
- Bonjour les amis ! Exca va mieux, même beaucoup mieux. Venez vite le voir ! Je crois que tu lui manques Ombre, il m'a l'air tristounet sans toi. Venez vite, je vous attends. Signé Malon.
- Qu'est-ce qu'on attend pour y aller, s'exclama Ombre. Merci Mido !!!
- Attends, pour aller plus vite on va s'y rendre avec Epona.
Link joua le chant d'Epona, qui vint aussitôt vers lui. Il monta, puis aida Ombre à s'installer devant lui. Navi se logea sous le bonnet de l'elfe. Notre petite équipe se rendit en un éclair au ranch. Une fois là-bas, Malon les accueillit à bras ouverts.
- Vous voilà enfin ! Vous en avez mis du temps pour venir !
- On a fait ce qu'on a pu, dit Link. On est venu dès qu'on a reçu ton message.
Ombre sauta du dos d'Epona et demanda aussitôt :
- Où est Exca ?
Elle n'eut pas le temps de finir sa phrase qu'un magnifique cheval blanc arriva vers eux en galopant joyeusement. Ombre lui caressa l'encolure tout en lui chuchotant des mots à l'oreille. Puis elle grimpa sur son dos et fit plusieurs tours du ranch au galop. La jeune fille montait son cheval sans aucun équipement, ce qui étonna Link et Malon car c'était assez difficile surtout sur les longues distances. Mais ça n'avait pas l'air de déranger Ombre le moins du monde. Lorsqu'elle revint, Link lui demanda :
- Tu montes toujours Exca sans selle, ni rien ?
- Toujours. J'ai horreur de tous ces équipements. Et Exca aussi d'ailleurs. C'est un cheval libre et je ne lui imposerai jamais quoi que ce soit, pas même une selle.
- Qu'est-ce que vous diriez d'une course amicale entre Exca et Epona, proposa Malon. Cela pourrait être intéressant de voir comment Ombre se débrouille avec Exca face à Link et Epona.
- D'accord, dirent en choeur Ombre et Link.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Nos deux cavaliers se placèrent sur la ligne de départ. Ils devaient faire deux tours de l'enclos du ranch en sautant par-dessus des obstacles, tout ceci bien sûr en un temps record. Link était à son avantage, il avait déjà fait ce parcours face à Ingo, mais il demeurait quand même sur ses gardes. Il ne connaissait pas suffisamment les compétences d'Ombre et surtout d'Exca, qui semblait-il devait être très rapide et résistant. Malon donna le coup d'envoi et les deux participants se lancèrent au galop. Link et Epona étaient devant Ombre et Exca lorsque le premier tour s'acheva. Cependant pendant le deuxième, à la vitesse où les deux chevaux couraient, Epona finissait par fatiguer. Exca, quant à lui, galopait toujours aussi vite. Ombre lui murmura quelque chose à l'oreille et Exca accéléra d'un coup. Ils dépassèrent largement Link et Epona, qui ne parvinrent pas à reprendre l'avantage. La course se termina donc par la victoire éclatante d'Exca et Ombre.
Link félicita Ombre :
- Bravo, Ombre ! C'était une très belle course ! Tu es douée à cheval, pourtant Epona est la jument la plus rapide d'Hyrule et tu es quand même parvenue à la battre. Je te tire mon bonnet.
- Merci Link. Mais tu sais c'est surtout Exca qu'il faut féliciter. C'est lui le véritable gagnant.
- Mais aussi le cavalier, Ombre, dit Malon. Un cheval n'est rien sans son cavalier, comme un cavalier n'est rien sans son cheval. Vous êtes une équipe soudée et grâce à cela vous avez remporté la victoire.
Ombre gênée par les compliments de Malon devint rouge pivoine.
- Tu n'as pas à être embarrassée Ombre. C'était des remarques honnêtes et légitimes. Enfin bref, vous resterez bien ici pour la journée, demanda Malon ?
Navi, Link et Ombre finirent ainsi leur journée au ranch, en compagnie de Malon et des deux chevaux.

Link voulait faire visiter Hyrule à Ombre. Il aurait aimé lui montrer tous les plus beaux endroits, rencontrer tous les peuples. C'est ainsi qu'il décida d'emmener la jeune fille faire le tour d'Hyrule.
- Alors on va au domaine Zora, au village Cocorico, puis au Mont du Péril, on passe ensuite au bourg d'Hyrule, on continue par la vallée Gerudo, et on termine par le lac Hylia...
- Qu'est-ce que tu rumines encore toi ?
- Oh Navi ! Dis-moi ce que tu en penses. On va au domaine Zora, à Cocorico, Mont du Péril, Bourg, Vallée Gerudo, lac et on rentre. Alors ? Ça fait bien le tour non ? Pas de demi-tour, tout se suit, ça m'a l'air bon.
- En effet. Mais pourquoi tu as prévu ce périple ? Parce que vu comme ça, on va y passer des jours. Je dirais au minimum quatre jours.
- Je voudrais emmener Ombre dans tout Hyrule. Tout lui montrer. C'est vrai quoi ! Ne me regarde pas comme ça ! Qu'est-ce que j'ai encore dit ?
- Oh rien, rien...
- Si, si. Quoi ? Dis-moi ce qu'il y a ? C'est trop c'est ça ?
- Oui, c'est trop. Je pense que déjà aller au domaine Zora et au lac Hylia, ce sera déjà pas mal. Comme les deux se rejoignent, on ira plus vite.

Ils partirent donc au domaine Zora. Ombre était très curieuse de nature. L'inconnu, elle adorait. Elle se demandait bien à quoi pouvait ressembler un Zora. Il n'y en avait pas dans son monde et la description que Link lui avait faite ne lui convenait pas vraiment. Arrivés devant la cascade, notre héros entonna le chant de la famille royale, ce qui leur permit d'entrer. Le domaine Zora était splendide. Toute cette lumière et cette fraîcheur envahirent Ombre et lui redonnèrent comme un souffle de vie. Depuis combien de temps n'avait-elle pas nagé ? Elle adorait ça ! Dans son monde, elle passait des heures dans l'eau. Ce qu'elle préférait par-dessus tout c'était l'apnée. Descendre le plus profond et rester le plus longtemps sous l'eau sans la moindre aide pour respirer, c'était un défi qu'elle se lançait à chaque fois.
Link alla saluer le roi Zora et par la même occasion sa fille Ruto. Pourtant ils ne trouvèrent pas le roi. Ruto leur expliqua :
- Il est tombé malade, c'est pourquoi les médecins préfèrent qu'il reste couché plutôt que de rester ici dans les courants d'air, soi-disant. Alors, Link, quel bon vent t'amène ?
- Je fais visiter un petit bout d'Hyrule à mon amie Ombre. Et au passage, je rends visite à mes amis !
- Tu devrais aller voir Rauru par la même occasion. Il devrait avoir quelque chose à te dire qui pourrait t'intéresser.
- Il y a un problème ?
- Nous n'en savons absolument rien. Mais il t'expliquera cela mieux que moi. Sinon dis-moi ma chère Ombre, d'où viens-tu ? Pas d'Hyrule en tout cas, parce qu'autrement tu n'aurais pas eu le droit à une visite guidée de notre pays avec un des plus canon Hyliens qu'Hyrule ait jamais porté, demanda la princesse d'un ton moqueur.
- Non, en effet, répondit Ombre. Je viens... d'ailleurs. Moi-même, je ne sais pas comment mon monde s'appelle en dehors.
- Je vois. Et quand es-tu arrivée ici ?
- Il y a environ cinq jours.
- Donc tu as dû venir au mariage de Zelda ?! Ah mais si bien sûr, ça me revient, c'est toi que Link cherchait ce jour-là ! On peut dire que tu auras réussi à l'inquiéter, railla Ruto. N'est-ce pas Link ?
- Bon ça va, répondit-il gêné. Mais en parlant de ce mariage, tu as parlé avec ce Maliëns ?
- Louche. Pour moi, il est louche, dit Navi.
- Pour moi aussi. Il a peut-être l'air du parfait prince charmant, mais à mon avis il n'est pas net. Y a anguille sous roche. Enfin nous verrons bien. Seul le temps nous dira qui il est. En tant que sage de l'eau, je me dois de me méfier de tout. Même du roi d'Hyrule...

Link emmena ensuite Ombre au bord de la cascade à gauche de la salle royale. Il lui demanda :
- Ombre, est-ce que tu aimes l'eau ?
- Tu rigoles là, j'espère ! Je n'aime pas l'eau, je l'ADORE !!! Dans mon monde, je passais des heures dans l'eau. Même dans le pays doré, je suis allée nager dans un grand lac, avec une eau tellement limpide qu'on pouvait voir chaque détail du fond. Mais depuis je n'ai plus remis un pied dans l'eau et je dois avouer que ça me manque cruellement.
- Ça tombe merveilleusement bien alors !!! Tu sais à Hyrule, il y a aussi un lac, exactement comme tu l'as décrit. Tu aimerais y aller ?
- Bien sûr ! J'adorerais ! Quand est-ce qu'on y va, demanda la jeune fille surexcitée.
- Tout de suite ! Plonge du haut de la cascade et tu m'attends en bas.
- Quoi ? Mais tu es fou ! C'est super haut ! C'est pas un plongeon ça, c'est un saut de l'ange... C'est génial ! J'ai toujours rêvé de le faire un jour !!!
Ombre prit son élan et plongea du haut de la cascade sous l'air ébahi des Zoras. Il était rare de voir que quelqu'un, en dehors d'un Zora, soit capable de plonger de cette manière. Le plongeon ne produisit presque aucun bruit. Ce qui finit d'éberluer les Zoras qui se trouvaient là.
- Cette jeune fille est excellente, dit un Zora. En dehors de nous, qui est capable de faire des plongeons aussi souples et silencieux ?
- Bah justement, cette fille en est capable, d'ailleurs depuis combien de temps nage-t-elle sous l'eau ? dit un second Zora.
- Je ne sais pas. Mais en tout cas plus qu'un Hylien normal.
Ombre remonta à la surface, pendant ce temps Link avait plongé et la rejoignit dans l'eau. Les deux Zoras applaudirent.
- Bravo, bravo !!! Superbe plongeon ! Etonnante, vraiment étonnante ta petite amie, Link.
- Je ne suis pas sa petite amie, répondit en riant Ombre, mais merci quand même pour le compliment du plongeon.
- Pardonnez-nous, mais c'est vrai que vous formez un si joli couple, qu'on pourrait s'y tromper, s'excusèrent les deux Zoras.
Link, Navi et Ombre rirent de bon coeur, avant de prendre le passage sous-marin du lac Hylia. Arrivés au lac, Ombre fut de nouveau surprise :
- C'est le même ! Je vous assure que c'est le même lac ! A part... qu'est-ce que c'est la maison là-bas ?
- C'est le laboratoire, répondit Navi. Un vieux scientifique y travaille sur tout un tas de créatures bizarres.
- Je serais toi je n'irais pas là-bas, conseilla Link. Ce scientifique est un maboul ! La dernière fois il a voulu tester une de ces potions sur moi. Soi-disant une nouvelle recette de sirop à la fraise, mon oeil.
- C'était quoi exactement alors ? demanda Ombre.
- Un genre de potion pour avoir du succès auprès des filles, je crois... Ou un truc du genre...
- Toujours aussi complexé à ce que je vois, rit Navi.
- Ouais bah, il serait sympa d'éviter de se servir de mon corps pour "embellir" le sien.

Quelque part très loin de nos héros

Dark est retourné vers son maître pour lui faire son rapport sur les événements du ranch.
- Ah Dark, enfin te revoilà. Tu en as mis du temps pour revenir, dis-moi.
- Excusez-moi, maître. Mais un malheureux contretemps qui...
- SILENCE ! Imbécile ! Tu devais me rapporter ce triangle et où est-il ? Hein ? Où ? Attends laisse-moi deviner... C'est toujours cette Ombre qui l'a ! Je le sens ! Tu n'es bon à rien ! Un clone d'un grand héros, tu parles !
- Mais... il y avait ce Link aussi et sa fée... Il avait l'épée de la légende avec lui...
- Assez ! Triple idiot ! Tu n'avais qu'à le tuer lui aussi ! Pour ta gouverne, l'épée il ne l'a plus ! Alors cesse de chercher des excuses à ton échec lamentable, Dark ! Je ne t'ai pas remis en état pour que tu te la coules douce ! Tu m'as bien compris ?
- Oui, maître.
- Bien. Alors je vais te confier une nouvelle mission.
Ganondorf, car c'était bien lui le maître de Dark, fit apparaître une boule de cristal d'environ un mètre de rayon. A l'intérieur, on pouvait voir Link, Navi et Ombre qui discutaient joyeusement au bord du lac Hylia.
- Je vais t'apprendre quelque chose, Dark. Tu vois Ombre ici ? Elle s'amuse, elle rit, son cheval est guéri, elle a oublié pendant un instant que nous existions. Erreur. De plus, continua Ganondorf, ce triangle que je désire a trouvé refuge à l'intérieur même de son corps, c'est pourquoi tu devras me la ramener vivante et intacte. En clair, fais-lui un seul hématome et tu es mort ! C'est assez clair pour ta cervelle embrumée ?
- Très clair. C'est même limpide.
- Une fois ici, et le triangle en mon pouvoir, tu feras ce que tu voudras d'elle, mais pas avant.
- Maître, une dernière question, pourquoi avoir tant besoin de ce triangle ?
- T'occupes ! Avec ta langue trop pendue, tu pourrais révéler l'importance de ce triangle à Link et ainsi mettre la puce à l'oreille de Zelda. Pour l'instant Maliëns offre une diversion suffisante. Bouge-toi ! Je veux ce triangle avant ce soir minuit !

Ombre et Link s'amusaient dans l'eau, pendant que Navi se dorait la pilule au soleil. La jeune fille avait réussi à attirer l'elfe dans l'eau et s'en suivait une bataille sans merci de qui coulerait le plus l'autre. Pour l'instant, Ombre avait largement l'avantage.
- Allez Link ! Bouge-toi un peu ! Sinon je vais finir par croire que tu me laisses gagner, se moqua la jeune fille.
- Tu crois ça, répondit Link piqué au vif.
Il réussit à couler Ombre, qui remonta aussitôt en riant.
- Eh bah tu vois quand tu veux !
Ils rejoignirent Navi sur l'île sur laquelle ils avaient décidé de se reposer.
- Attention Navi, tu me reprochais que tu risquais de devenir blanche pour toujours, mais si tu restes là tu vas finir par devenir rouge pour le restant de tes jours !
- Mais non ! Ne t'inquiète pas pour moi, j'ai plus de mille ans d'expérience dans le bronzage ! Alors...
- Alors, on s'amuse Ombrinette, intervint Dark.
Il choisit ce moment, où personne ne pouvait s'y attendre, pour apparaître. Comme toujours en fin calculateur. Pourtant cette fois-ci Ombre ne paraissait pas aussi nerveuse que d'habitude. Au contraire, elle était d'un calme déroutant.
- On fait ce qu'on peut, dit-elle.
Link et Navi n'appréciaient pas vraiment l'arrivée soudaine de Dark. Ni son habituel air narquois d'ailleurs. Pourtant la réaction d'Ombre les déroutait encore plus. Ils s'étaient attendus à ce que la jeune fille l'étripe sur place la prochaine fois qu'elle le verrait, mais non elle restait stoïque.
- Bon écoute-moi bien, parce que je ne vais pas te le dire deux fois. Donne-moi le triangle.
- Ça risque d'être difficile, répondit Ombre. Pour la simple et bonne raison qu'il a disparu.
- Moque-toi de moi. Je n'ai plus le temps pour ces petits jeux, Ombre.
- Comment ça plus ? Pourquoi ? Tu es pressé maintenant ?
- Ne joue pas à ça ! Tu sais très bien où ça va nous mener, rageait Dark. Et puis zut, tant pis pour toi tu l'auras cherché.
Dark se jeta sur Ombre dans l'espoir de pouvoir la paralyser. Mais celle-ci plus rapide esquiva. Il ne pouvait pas utiliser son épée sinon il aurait le risque de la blesser, hors Ganondorf avait été catégorique sur ce point. Aucune blessure. La présence de Link le gênait tout autant, car lorsqu'il finirait par sortir de sa torpeur, il deviendrait un second adversaire redoutable. Il fallait agir vite et bien. Dark décida alors d'employer la magie.
Il arrêta brusquement ses attaques répétées. Il leva la main et lança vers Ombre un trait d'énergie bleuâtre. Elle le reçut de plein fouet, ce qui eut pour effet de la paralyser de la tête aux pieds. Elle ne parvenait même pas à bouger les lèvres. Le problème de Dark maintenant était Link, qui s'était jeté dans la mêlée, quelques instants plus tôt. Mais le malheureux elfe était largement dépassé par tout ce qui se produisait. Son clone avait dû subir un entraînement de fer pour arriver à ce résultat de vitesse et de force en si peu de temps. Quoiqu'il en soit, l'issue du combat fut simple, Dark remporta la victoire en utilisant un sort d'explosion sur Link, qui l'envoya à plusieurs mètres, lui laissant le temps d'enlever Ombre, sans qu'il ne s'y oppose.

Pendant ce temps, les sept sages s'étaient une nouvelle fois réunis afin de vérifier si la présence décelée quelques jours plus tôt était toujours là, et si oui, avait-elle pris de l'ampleur. La seule différence à la première réunion était que cette fois-ci elle aurait lieu au château d'Hyrule.
- Cet endroit n'est pas approprié à notre mission, grondait Ruto. Lequel d'entre vous a accepté ça ?
- Nous n'avons pas le choix, dit Impa. Nous avons besoin de tous les sages, y compris de la princesse. Hors si elle ne peut pas venir à nous, c'est nous qui allons venir à elle.
- Et alors ? Qu'est-ce que ça changera ? Elle perdra du temps à assister à l'analyse, ça serait revenu au même si elle était venue au sanctuaire. Enfin... à chacun son point de vue.
- C'est le roi Maliens qui l'a proposé, enchaîna Impa. Nous verrons bien.
- Je n'ai aucune confiance en ce type ! C'est officiel, s'exclama Ruto.
Arrivés à la salle du trône, les sages saluèrent les époux royaux. Maliens leur demanda s'il pouvait assister à l'analyse. Il pensait qu'en tant que roi d'Hyrule, il serait bon qu'il soit également informé de la solidité du sceau et de ses caprices internes. Les sages ne voyant aucun argument à opposer à celui de Maliens, acceptèrent bon gré, mal gré.
L'analyse put ainsi commencer. Saria analysa le sceau et cette fois-ci n'y trouva aucune anomalie.
- La présence a disparu. Elle n'a laissé aucune trace derrière elle, aucun reste de son essence. Pas la moindre parcelle d'énergie, rien.
- Ce n'est pas possible. Un aller-retour à l'intérieur du sceau laisse toujours des traces sur la paroi du bouclier. Surtout qu'il faut déjà posséder une très grande énergie pour pouvoir y pénétrer, mais encore plus pour en sortir, déclara Rauru.
- Ce n'est peut-être pas possible, dit Ruto, mais en attendant, elle n'est plus là ! Ce qui signifie que le sceau perd de son efficacité, donc que Ganondorf risque de se tirer vite fait bien fait !
- Non, répondit Saria. Il ne pourra pas. La force de cette... chose, est nettement supérieure à la sienne. Rien à craindre de ce côté-là. Mais par contre, cette chose pourrait l'aider à sortir, ça c'est déjà plus risqué.
Maliens reprit alors la parole :
- Donc si j'ai tout suivi, si cette chose s'allie avec Ganondorf, il a des chances de pouvoir s'échapper du sceau.
- Mais c'est qu'il serait intelligent le petit roi, dit Ruto. Il aurait compris le problème. Bravo.
Faisant mine de n'avoir rien entendu, Maliens poursuivit :
- Bien. Alors puisque vous êtes les sages et que vous connaissez l'étendue de cette force, vous devriez pouvoir la retrouver avant qu'elle ne cause des dégâts.
Soudain, Saria capta un signal. - Attendez. Je crois que je l'ai trouvé. Elle est à Hyrule. En ce moment elle se trouve au lac Hylia et avec ... Link ? Mais, elle vient de disparaître à nouveau ! Ce n'est pas possible, elle ne fera que nous glisser entre les doigts.
- Link est toujours là-bas, demanda Ruto.
- Oui, il y est.
- J'y vais. Je vais lui parler. Si cette chose était avec lui, il doit savoir ce que c'est et qui elle est.

Ruto arriva au lac Hylia et trouva Link bien amoché. Celui-ci était complètement perdu et triste de surcroît. Il s'en voulait affreusement de ne pas avoir pu protéger Ombre. Dark l'avait enlevée et seules les déesses savent ce qu'il est capable de lui faire. Les pensées les plus affreuses traversèrent son esprit. Navi essayait tant bien que mal de rassurer son ami, bien qu'elle-même n'y croyait pas vraiment. Dark allait l'amener à Ganondorf, qui avait besoin d'elle pour une raison obscure. Les deux amis furent interrompus dans leur lamentation par l'arrivée du sage de l'eau.
- Et bah ce n'est pas la joie ici. Qu'est-ce qui a bien pu se passer pour vous miner comme ça ? Où est ton amie, Link ?
- Justement, c'est ça qui me mine, comme tu dis. Dark vient de l'enlever. D'après ces dires, Ganondorf aurait besoin du triangle qu'elle a trouvé dans le Saint-Royaume.
- Comment ça dans le Saint-Royaume ? D'où elle vient cette fille ? Non, attends, ne dis rien. Tu vas venir avec moi au château. Tu nous expliqueras à tous ce qui s'est passé.

Link, Navi et Ruto se rendirent donc au château, où ils retrouvèrent les sages et le roi Maliens. Ils s'installèrent dans la grande salle de réunion d'Etat. Link raconta tout aux sages. Il raconta sa rencontre avec Ombre, l'histoire du triangle, la réapparition de Dark, et le combat qu'ils avaient mené et perdu contre lui. A leur tour, les sages révélèrent à Link la force qui se trouvait dans le sceau et la possibilité d'évasion de Ganondorf.
- Pour moi, c'est Dark qui est cette force, déclara Zelda.
- Non ce n'est pas lui, assura Maliens. Il est trop nul pour ça.
Tous regardèrent Maliens avec une lueur de scepticisme profond dans les yeux.
- Comment peux-tu connaître Dark, demanda Ruto. Tu n'étais pas à Hyrule durant cette période. Tu n'es arrivé seulement qu'après.
- Euh, oui c'est vrai, balbutia Maliens. Mais je me suis informé depuis mon arrivée. Comment voulez-vous que je dirige correctement ce royaume sans connaître son passé ?
- C'est un roi tellement attentionné, vous ne trouvez pas, dit Zelda, d'une voix niaise, qui en étonna plus d'un.
- Ça ne fait aucun doute, ironisa Nabooru.
La réunion se termina sur la décision qu'il fallait retrouver Dark afin d'en savoir plus. Link et Navi sortirent du château les derniers, accaparés par Zelda, qui leur posa maintes questions sur Ombre. Le héros du temps s'efforça de rester le plus évasif possible. Pas question qu'elle en sache trop. Déjà que Maliens connaît Dark, ça suffit. A la sortie, ils croisèrent Ruto, qui les attendait avec Sheik.
- Avant que tu ne dises bonjour à Sheik et patati et patata, sache que je viens de le charger de surveiller de près les tourtereaux royaux. Ces deux-là m'inquiètent franchement, surtout Zelda.
- Bon courage alors, Sheik. Tu verras ça va être le job le plus écoeurant que Ruto pourrait te refiler.
- Ne t'inquiète pas, dit le Sheikah. J'y gagne au change.
- Je te dis ça parce que vu l'état admiratif de Zelda face à ce bouffon, c'en devient désolant à voir. La pauvre !
- Ce type ne me plaît pas, dit Ruto. Il n'est en aucun cas digne de confiance. Il sait beaucoup trop de choses, dont il ne devrait pas même soupçonner l'existence. Il assiste même aux analyses ! Il m'énerve !
- Je te soutiens, ma chère Ruto.
- Nabooru, s'exclamèrent les trois autres.
- Et oui, moi ! En tant que sage de l'esprit je suis quand même capable de détecter les gens louches. Et lui, il dépasse tous les quotas de bizarrerie. Mais je ne suis pas seule. Saria se joint aussi à nous. Elle a dit que la nature elle-même se méfie de ce Maliens.
- Il doit vraiment être très louche pour que la nature le repousse, dit Navi.

Link rentra à la forêt Kokiri avec Navi. Il avait l'impression qu'il y avait un vide énorme dans son coeur, comme s'il lui manquait une partie essentielle. Mais non, arrête de délirer, mon grand, se disait-il, la seule chose qui manque par rapport à hier c'est Ombre, mais avant tu vivais très bien sans elle, alors continue.
- Non je ne peux pas, cria-t-il soudainement. J'y vais.
Navi ne comprenait plus rien.
- Attends ! Mais où cours-tu comme ça ?
- Je vais chercher Ombre et exploser la face de ce crétin de Dark ! Parole de héros du temps !
Link se rendit au temple du temps et appela les déesses. Il priait afin qu'elles puissent lui montrer où se trouvait son amie. Dans une vision, il vit Ombre enchaînée, Dark face à elle. Il tenait une épée dans sa main droite et le menton de la jeune fille de l'autre. Apparemment, elle refusait de répondre à ces questions. D'accord, mais où sont-ils, se demandait-il. Le plan s'élargit alors et il put voir un pays vaste et doré, une montagne et à son sommet un château, celui de Ganondorf. Le héros du temps alla au temple de la lumière et arriva face à la porte du Saint-Royaume. Cette porte se plaçait au centre du temple de la lumière, mais était totalement infranchissable. Cependant... Link s'approcha et ne sachant que faire pour l'ouvrir, se plaça face à elle. Une voix surgit de nulle part et dit :
- Sauve l'élue, sauve-la. Elle seule peut tous nous sauver. Sauve l'élue.
La porte s'ouvrit alors et Link s'y engouffra.

Notre héros atterrit juste devant l'entrée du château de Ganondorf. Navi apparut alors.
- Bon alors maintenant tu t'arrêtes là, ordonna-t-elle. Tu es complètement fou ou quoi ?
- Laisse-moi Navi ! Je vais chercher Ombre. Même la porte me l'a dit.
- Mais on s'en fiche ! Comment tu peux savoir que c'est bien elle, l'élue d'abord ? Si ça se trouve ça pourrait être n'importe qui d'autre. Je ne veux pas te voir mourir à cause d'elle !
- Premièrement je ne vais pas mourir. Deuxièmement comment expliques-tu qu'elle ait ce triangle si elle n'est pas l'élue ? Troisièmement je vais sauver Ombre que ça te plaise ou non !
Sur ce, Link écarta Navi de sa main et entra dans le palais. Il n'avait pas changé depuis sa dernière visite. Toujours les mêmes pièces, les mêmes décorations, mais pas de musique. Il marcha à travers tous les couloirs et toutes les pièces. A chaque fois qu'il ouvrait une porte, il espérait y trouver Dark. Plus le temps passait et plus il était inquiet. Pourvu qu'il n'arrive pas trop tard ! Finalement, Link s'arrêta devant une porte, derrière laquelle il pouvait entendre deux personnes parler.
- Je répète ma question, où est le triangle ?
- Je répète ma réponse, je ne sais pas, il a disparu.
- Tu te moques de moi ! J'en ai assez Ombre ! Tu entends, assez !
Dark, à bout de patience, lança un sortilège d'hypnose sur la jeune fille, qui lui ôta toute volonté. Elle était contrainte d'obéir au clone sans pouvoir se défendre.
- C'est vraiment dommage que tu doives mourir... tu es vraiment très belle, même derrière ce regard empli de haine... Je m'égare... Bien alors, je reprends, où est le triangle ?
- Je ne sais pas. Je ne sais pas, se lamentait Ombre.
- Tes nerfs craquent. Tu sais que je pourrais faire de toi ce que je veux, là maintenant. Je pourrais... te faire des choses que tu détesterais, mais que je prendrais, moi, plaisir à faire... Après tout, je suis le mauvais côté de Link, ce que lui n'oserait pas faire par respect, moi je le ferais. Tu saisis le sous-entendu ?
- Qu'est-ce que tu veux faire de moi ? Me faire souffrir, me torturer ?
- Non. Cela serait trop facile et moins amusant que ce à quoi je pense. N'oublie pas j'incarne les péchés que Link a rejetés en devenant ce grand héros. Celui de luxure n'y fait pas exception...
- Espèce de...
- N'use pas ta salive à me flatter, utilise-la plutôt à me répondre. Dans le cas contraire, tu sais ce qui t'attend...
- Mais je ne sais pas, pleurait Ombre, je n'en sais rien du tout.
- Tant pis pour toi.
Dark s'approcha tout près d'Ombre.
- Ne ferme pas les yeux. Je ne vais pas te manger. Tu ne souffriras même pas, ou du moins pas physiquement.
Il posa sa main sur sa joue.
- Ne fais pas ça. Je t'en prie.
- Tu ne peux rien faire. Tu es sous hypnose. Toutes tes tentatives de résistance sont vaines.
- Arrête ! Enlève tes mains d'elle !
- Oh, regarde Ombre, dit lentement Dark, ton Link vient te sauver. Comme c'est touchant.
Mais Dark ne bougea pas d'un pouce et embrassa la jeune fille sans défense. Link entra dans une rage folle. Il se jeta sur son clone et le sépara violemment d'Ombre.
- Qu'est-ce qui t'arrive, Roméo ? On n'est pas prêteur, se moqua Dark.
- Espèce d'en...
- Oh la, oh la. On se calme. Ne va pas dire des mots que tu vas regretter ensuite.
Dark s'empara de son épée et se servit d'Ombre comme bouclier.
- Si tu approches, je la tue. C'est comme tu veux.
- Fais ça et je te jure que c'est la dernière chose que tu feras de toute ta vie.
Link s'attaqua à Dark, en prenant soin que celui-ci ne puisse pas la blesser. Il parvint à le séparer une nouvelle fois de la jeune fille et l'affronta directement. Il réussit à lui enfoncer son épée dans la hanche, ce qui le ralentit cruellement. A bout de souffle et de sang, Dark s'effondra sur le sol. Link en profita pour libérer les poignets d'Ombre de leurs chaînes. La jeune fille était en état de choc, elle pleurait toutes les larmes que son corps avait pu créer. L'elfe la prit dans ses bras et la ramena vers Hyrule.
- Tu me paieras ça Link ! Tu me le paieras. Ganondorf va venir la chercher et te tuera avec elle. Quant à toi Ombre, souviens-toi que je termine toujours ce que j'ai commencé. Je n'en ai pas fini avec toi.
- Pour aujourd'hui, si, dit Link. Tu en as fini avec elle. Et d'ailleurs ne compte pas terminer ça. Ne l'approche plus jamais.
- Ne joue pas tes grands amoureux au grand coeur ! Tu me dégoûtes. A croire que tu es aussi facilement corruptible que Zelda.
Dark s'écroula, à deux doigts de la mort, sur le sol que son sang avait recouvert.
- Je n'en ai pas fini avec toi Ombre. J'ai de ton sang, n'oublie pas...

Ombre se réveilla avec une violente douleur à la tête. Sa nuit avait été agitée et sans repos. Elle souffrait atrocement. Elle avait l'impression que son être se déchirait. La jeune fille trouva pourtant la force de se lever et de s'asseoir sur une chaise de la salle à manger, avant de s'effondrer à nouveau, inconsciente, sur la table. Lorsque Link entra dans la pièce, il l'emmena dans sa chambre et l'allongea. Elle avait de la fièvre, beaucoup de fièvre. L'elfe alla chercher une bassine d'eau froide et plaça un linge humide sur le front de son amie. Puis il chargea Navi de la surveiller pendant son absence. Link appela Epona et partit au galop au château d'Hyrule où il était sûr d'y retrouver Sheik.
Arrivé à destination, il entreprit de parcourir les moindres recoins du château afin de retrouver Sheik. Il le trouva finalement allongé dans le jardin privé de la reine Zelda.
- Link... Qu'est-ce que je peux faire pour toi ?
- Sheik, toi qui en connais un rayon en magie, serais-tu capable de soigner quelqu'un ?
- Laisse-moi deviner. Ton amie a une fièvre qui ne tombe pas et qui la plonge dans une léthargie profonde.
- Tout juste. Pour l'instant c'est Navi qui la surveille. Mais je ne crois pas que... Attends comment tu sais déjà tout ça, toi ?
- Je sais c'est tout. J'ai suivi ton escapade dans le Saint-Royaume, ainsi que le sauvetage de la jeune demoiselle. Bravo, aucune ombre sur le tableau, du beau boulot, net et propre. Sauf que...
- Sauf que ?
- Tu as oublié quelqu'un là-bas : Ganondorf.
- Et alors ? Il n'était pas là lorsque je suis allé chercher Ombre.
- Si. Et il a eu largement le temps d'étudier l'étendue de la force dont dispose Ombre. Il a besoin d'elle, Link. Ou plutôt de ce qu'elle possède.
- Le triangle ?
- Non, il a fait suffisamment d'analyses pour savoir qu'il a besoin de la personne en entier, puisque seule elle peut le maîtriser et l'utiliser. Dark avait au préalable blessé légèrement Ombre au niveau du cou. Rien de bien méchant une simple égratignure. Mais le peu de sang qu'il a réussi à tirer de cette blessure infime, suffira à Ganondorf à lui créer un clone. Donc à obtenir cette puissance, sans avoir à se servir de la véritable Ombre, qui pourrait lui poser des problèmes. La fièvre de ton amie ne signifie qu'une chose, que le processus de clonage est en cours. Elle ne cessera que lorsqu'il sera terminé et que son clone aura pris vie. La seule chose que tu peux faire pour elle à l'heure qu'il est, c'est la préparer psychologiquement à se voir en double.
Link rentra chez lui, en espérant qu'Ombre aille mieux. En effet la jeune fille avait retrouvé si ce n'est sa joie de vivre, au moins sa pleine conscience.
- Il m'a clonée, dit-elle. N'est-ce pas ?
- Comment tu...
- Je le sens. Et je l'ai vu... dans mes rêves. Elle me ressemble beaucoup. Il l'a appelée Darkness, à son image...
- Qui ça ? Ganondorf ?
- Non, c'est Dark qui l'a faite. Pas Ganondorf. Disons qu'il lui a juste donné le mode d'emploi. Maintenant, il ne devrait plus tarder à refaire surface. Tu vas avoir du boulot.
Ombre prononça ces mots comme si elle était blasée, déprimée.
- C'est de ma faute, ajouta-t-elle. Si je ne l'avais pas suivi, tout ça ne serait jamais arrivé et ton peuple et toi ne seriez pas en danger.
La jeune fille pleurait doucement. Elle se sentait responsable du funeste destin, qu'elle avait imposé à ce pays. Des gens allaient mourir, d'autres beaucoup souffrir. Ils allaient être réduits à l'état de poussière ou pire. Link prit son amie dans ses bras et essaya tant bien que mal de la consoler, de la rassurer sur ce qui allait se passer. Il n'y parvint qu'à moitié. Lui-même doutait. Mais il n'était pas le symbole du courage pour rien. Il fallait affronter l'ennemi, et limiter le mal qu'il pourrait causer. Ombre ne paraissait pas plus confiante pour autant. Elle finit par s'endormir dans les bras de l'elfe. Link n'osa pas la réveiller et resta ainsi pendant qu'elle dormait. Il aperçut alors un triangle briller au dos de la main d'Ombre. Le symbole de la Triforce y était gravé comme chez les autres détenteurs de fragments. La seule différence c'est que seul le triangle central, normalement vide, brillait. Intrigué, Link prit la main d'Ombre dans la sienne et observa le même phénomène. Le triangle du courage brillait également de la même intensité. Puis, les triangles s'éteignirent avec le réveil brusque de la jeune fille.

Pendant ce temps au château d'Hyrule, Maliens recevait ses instructions.
- Nous avons créé un clone de cette gamine. Son nom sera Darkness. Grâce à elle, je vais pouvoir m'échapper du sceau de ces foutus sages ! Non mais, ils vont l'avoir dans le ... Enfin bref. Tu vas devoir prendre possession du château et te débarrasser de cette Zelda. Y'en a marre ! Dark et Darkness devraient arriver dans la nuit, arrange-toi pour avoir le contrôle du château avant leur arrivée.
- Bien, maître. Il en sera fait selon vos ordres.
- Où en es-tu avec la princesse ?
- Elle est complètement dingue de moi. Elle m'est d'une grande utilité surtout pour amadouer les sages méfiants. Vous devriez voir ça. Elle est si naïve que ça en devient comique.
- Excellent. Mais ne va pas jouer les amoureux transis non plus. Pas comme Dark. Depuis qu'il a créé Darkness, le pauvre ne se sent plus. Il perd la tête. Il m'inquiète sérieusement. Ce crétin serait capable de devenir gentil à cause de cette fille. L'amour est un pouvoir dangereux, surtout sur les êtres faibles. Ne me déçois pas Maliens.
Sheik n'arriva malheureusement que trop tard et ne put entendre que la partie concernant Darkness et le possible changement de bord de Dark. Cependant, la jeune Ombre n'avait aucun parti pris. Elle n'était pas mauvaise, mais n'était pas une sainte non plus. Ni dans le mal, ni dans le bien... Quelle personnalité a bien pu récolter son clone ? Pour Link c'était logique, lui dans le bien, Dark dans le mal. Mais elle ? Bonne ou mauvaise ? En tout cas, elle allait servir à Ganondorf pour s'échapper, mais bien dirigée, elle pourrait peut-être les aider aussi... à sa façon...

- Allez, debout, gros fainéant ! C'est l'heure. On dirait que la ponctualité n'est pas ton fort.
- Fiche-moi la paix Darkness. Ces petits tours de magie sont épuisants. Au cas où tu l'aurais oublié, tu n'es pas venue au monde toute seule.
Il était quatre heures du matin, Darkness venait de réveiller Dark, qui dormait comme un calife. Aujourd'hui, tous deux devaient se rendre au château, dont Maliens devait avoir pris le contrôle maintenant. Après un réveil difficile, Dark se leva à contrecoeur. Décidément, elle prenait son rôle très au sérieux, trop au sérieux. Il n'y a aucune raison que cela échoue. Mais non, elle s'obstinait à suivre les ordres pas au mot près, à la virgule près. Elle a un sens du devoir trop élevé, j'ai dû louper quelque chose, pensa Dark.
Ils arrivèrent à l'aube au château. Maliens était devant la porte et les attendait patiemment.
- C'est à cette heure qu'on arrive ? Cela fait plus de quatre heures que je vous attends.
- Pourquoi ? Tu as déjà pris possession du château ? Quelle célérité! Je m'en étonne !
- Tu riras moins quand le maître sera de nouveau parmi nous. D'après ce que j'ai pu entendre, tes services ne le satisfont guère.
- Si je lui déplaisais autant que tu le rapportes, il m'aurait déjà anéanti. Or, oh magie! Je suis toujours là ! Et je serai encore là pour longtemps. S'il me perdait, il sait pertinemment que je pourrais devenir un adversaire redoutable. N'oublie pas que j'ai du sang de ce Link, qui vous pose tant d'ennuis.
Maliens, touché dans son orgueil, se retourna violemment et se dirigea vers le temple du temps.
- Prends-en de la graine Darkness. Maliens a toujours été le second, mais il se croit le premier. Ce n'est pas de sa faute, il fait pourtant toutes les courbettes possibles pour s'approprier les faveurs de Ganondorf. Mais manque de chance pour lui, je suis le plus puissant.
- Peut-être le plus puissant, mais pas le plus courageux, répliqua-t-elle, surtout pour te lever.
- Maliens courageux ? Laisse-moi rire ! Quand il a fallu décider qui de nous deux devrait capturer Ombre, il a été le premier à se désister. Quel courage exemplaire ! Pendant que moi, je me suis coltiné ton clone, ce qui est tout sauf des vacances, lui se pavanait au bras de la princesse Zelda. Je ris là !

Pendant ce temps, Ombre s'était faufilée dans la chambre de Link.
- Link, lève-toi. C'est pour maintenant je le sens. Link, réveille-toi.
Link ouvrit les yeux et regarda l'horloge accrochée au mur. Dépité de voir s'envoler ses rêves, au profit d'un futur cauchemar, il préféra se retourner dans son lit.
- Qu'est-ce qui est pour maintenant ? Il est cinq heures du matin. Il n'y a pas un Hylien assez fou pour se lever à cette heure-ci. Même le facteur ne se lève pas aussi tôt, et encore moins Dark. On n'a pas à s'inquiéter avant neuf heures avec lui.
- C'est Darkness qui l'a réveillé. Il a eu autant de mal que toi apparemment à se lever.
- Ce n'est pas pour rien que c'est mon clone. Je suis pourtant le symbole du courage, mais pour me lever le matin, je n'en ai aucun.
- Link, ils vont faire revenir Ganondorf ! Ils sont déjà au temple du temps ! Il faut se dépêcher si on veut les rattraper à temps !
Link se retourna et regarda la jeune fille. Il lui tendit la main pour qu'elle l'aide à le relever. Lorsqu'elle lui prit la main, il l'attira vers lui et la fit tomber sur le lit.
- Link je ne plaisante pas. Après il sera trop tard...
Il la fit taire en mettant son doigt sur sa bouche.
- Pour atteindre la porte du Saint-Royaume, ils doivent d'abord passer par le temple du temps, ouvrir la porte du temps, puis traverser le sanctuaire des sages pour atteindre le temple de la lumière, ensuite il faut encore qu'ils parviennent à trouver la porte Sacrée et l'ouvrir. Ce qui nous laisse au bas mot, quatre à cinq heures devant nous, vu leurs capacités intellectuelles. De plus nous, nous disposons d'un raccourci qui nous mènera directement devant la porte Sacrée. C'est de la stratégie. Et si ce que tu as vu est exact, ils ont dû se lever tôt ce matin, donc ils ne seront pas en état de combattre. C'est pourquoi nous allons nous reposer.
- Pour avoir l'avantage de la force physique ?
- Tu as tout compris. Maintenant, cesse de te tourmenter l'esprit et rendors-toi.

Maliens, Dark et Darkness étaient arrivés devant la porte du temps. Maliens prononça une suite de mots incompréhensibles qui n'eurent aucun effet, sauf de meubler le silence qui les enveloppait.
- C'était sensé faire quelque chose, demanda Dark. Parce que si c'était le cas, c'est raté.
Maliens vira au rouge homard et se jeta sur Dark. Celui-ci fut pris de vitesse. Il l'attrapa au cou, le leva à dix centimètres au-dessus du sol et lui pointa sa dague sous sa gorge.
- Maintenant tu comprends pourquoi tu n'es que le second, Maliens, dit Dark. Mais si tu as envie de mettre fin à tes jours, tu as frappé à la bonne porte.
Dark lâcha Maliens qui s'effondra sur le sol, les yeux emplis de terreur. Il se releva prestement pour perdre le moins possible de dignité face à Dark.
- Allez Darkness, montre à ce crétin comment on s'y prend pour ouvrir une porte.
Elle s'exécuta et se plaça face à la porte. Celle-ci était recouverte de symboles. Ils constituaient une phrase écrite en langue ancienne, que seuls les sages sont aptes à lire. Darkness enfonça plusieurs de ces symboles dans un ordre prédéfini, puis elle posa sa main et la poussa. La porte tourna sur ses gonds et s'ouvrit sans bruit.
- Tu vois ! Il était inutile de marmonner dans ta barbe des paroles sans queue ni tête. Il suffit d'avoir un excellent serrurier.
Ils arrivèrent ensuite dans une salle en forme d'hexagone, avec le signe de la Triforce au centre. Dark ne résista pas à lancer une devinette :
- Combien y a-t-il de triangles dans un hexagone ? Six. C'est pour cela qu'il y a six sages. Et le septième, c'est...
- C'est ton arrêt de mort si tu ne la boucles pas.
- Maliens, je t'interdis de me parler sur ce ton !
- Ce n'est pas Maliens, c'est moi.
Darkness avança devant Dark. Elle posa son doigt sur sa poitrine et le poussa violemment. Dark se retrouva projeté sur le mur du fond. Il se releva avec peine et constata qu'il s'était déboîté l'épaule avec le choc. Il fit tourner son bras d'un coup sec, un bruit d'os craqué se répandit dans la pièce.
- J'espère que c'est ton épaule qui a fait ce bruit, dit Darkness.
- Absolument, répondit fièrement Dark. J'espère que cela t'aura écoeurée et qu'à l'avenir tu ne recommenceras pas.
- Sinon quoi ? Les chiens qui aboient ne mordent pas.
Elle se retourna et se positionna au centre de la Triforce qui ornait le sol de la pièce. Elle leva les mains au ciel et les téléportèrent tous les trois devant la porte Sacrée. Maliens traça un pentacle au sol où Darkness alla se placer au centre.
- Elle est vraiment au centre de toutes les attentions, déclara Dark.
- Même de la tienne à ce que je vois, railla Maliens. A en voir les regards que tu lui lances depuis tout à l'heure, je dirais même que cela cache quelque chose.
- Le premier de vous deux qui ouvre une seule fois la bouche, je le crucifie. On est d'accord ?

Ombre se réveilla brusquement. Elle secoua Link, pour qu'il se lève lui aussi.
- Ils sont devant la porte Sacrée. Darkness est en train d'accomplir le rituel, il faut y aller !
- Si elle l'a commencé, il est déjà trop tard, dit Navi. Le jour où j'aurai une nuit tranquille dans cette maison je vous le ferai savoir. Pour qu'il ne soit pas trop tard, il aurait fallu tuer le clone d'Ombre dans son cocon et on n'en avait pas les moyens. Maintenant on va tous se lever et aller dans la plaine à l'entrée du Bourg d'Hyrule.
Aussitôt dit, aussitôt fait. Les trois compagnons se rendirent au Bourg d'Hyrule en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Lorsqu'ils arrivèrent à destination, ils virent trois silhouettes encapuchonnées de noir. Les trois personnes ôtèrent leur capuche, et pour la première fois, Ombre put apercevoir son clone.
La ressemblance était frappante, même taille, même silhouette fine et élancée. Darkness avait des cheveux d'un noir profond et des yeux verts qui rivalisaient avec ses vêtements pourpres. Sa peau était pâle, son nez droit et fin. Les courbes de son visage étaient exactement identiques à celui d'Ombre. Elles étaient toutes deux physiquement semblables, jusqu'aux vêtements qu'elles portaient.
- Vous arrivez trop tard. Il est déjà là.
Ombre n'en crut pas ses oreilles, elles possédaient la même voix. On aurait pu s'y méprendre, à part un observateur aguerri, qui aurait remarqué qu'elles n'avaient ni le même sourire, ni la même lueur dans leurs yeux. Les yeux de Darkness jetaient de l'insolence et trahissaient une confiance en soi sans limites.
Link, lui, était moins surpris de voir son clone, par contre il s'étonnait de la présence de Maliens en compagnie des clones.
- Ruto avait raison, dit-il, Maliens était louche et maintenant je sais pourquoi.
- Votre amie Ruto est enfermée dans le château avec tous vos autres amis. Malheureusement, je ne suis pas parvenu à mettre la main sur l'espion que vous nous avez si gentiment envoyé, dit Maliens. Cela m'ennuie, mais comme il n'y a plus personne à l'extérieur qui puisse l'aider à part vous, je m'en vois rassuré.
- Vous me le paierez tous autant que vous êtes, répliqua Link. Vous avez perdu la première guerre et vous perdrez la seconde !
- Je ne crois pas cette fois-ci, jeune impudent !
- Le maître, dirent ensemble Dark et Maliens.
- Un ennui de plus, dit Darkness.
Ganondorf venait de paraître, habillé de son armure noire et juché sur son cheval de même couleur. Ses yeux et cheveux rouges reflétaient la lueur de la lune, lui donnant un air menaçant. Il s'avança d'abord vers Darkness, et s'inclina devant elle.
- Je te remercie Darkness. Sans toi je serais toujours enfermé dans ce sceau de malheur.
Il se leva et lui ficha son épée dans le ventre, qu'il laissa quelques instants. Le sang de Darkness se mêla au pourpre de sa robe.
- Mais tu vois, maintenant je n'ai plus besoin de toi.
- Vous n'êtes qu'une ordure, murmura Darkness.
- Je suis le seigneur du malin, que veux-tu, c'est la vie qui veut ça. Moi je ressuscite et toi tu meurs. Ainsi va la vie.
Dark arriva à pas de loup derrière Ganondorf, et tenta de blesser l'épaule, dont la main tenait l'épée. Mais il échoua. Ganondorf lâcha Darkness pour s'opposer à l'attaque du clone de Link.
- Non, non, non, tu viens de faire une énorme bêtise, Dark. Oser t'opposer à moi, ton maître ! Tu es vraiment inconscient.
Ganondorf planta son épée dans l'épaule, déjà blessée par Darkness, de son subordonné. Dark ne ressentit pas la douleur. Il ne sentait plus son épaule depuis quelques heures déjà. Une blessure de plus ou de moins ne changerait pas grand-chose à l'affaire. Dark n'eut malgré tout pas la force de riposter. C'est Ombre qui s'en chargea. Elle avait fait flamboyer une flamme dans sa main droite et attendait le bon moment pour la lancer. Ce qu'elle fit à ce moment précis. La boule de feu frappa le visage du seigneur du malin de plein fouet. Devant la violence du coup porté, il préféra battre en retraite, accompagné de Maliens. Tout puissant qu'il était, il pouvait aisément surpasser le diable, mais pas cette jeune fille. Qu'importe, il aurait sa vengeance plus tard. Il s'éclipsa dans une fumée opaque, qui se dissipa quelques minutes plus tard.
Dark avait rejoint Darkness, allongée sur le dos, agonisante. Elle saignait abondamment. Ombre le rejoignit et posa sa main sur l'épaule de son ennemi.
- Elle peut s'en sortir si on la soigne maintenant.
- Mais je ne possède pas ce don. J'ai celui de tuer, pas celui de sauver.
Link qui avait tenté de suivre la fuite de Ganondorf, retourna vers Ombre et les autres. Il trouva Dark en larmes et Ombre aux côtés de Darkness. Elle examinait sa blessure, et demanda à Link s'il y avait en Hyrule une personne capable de soigner les hémorragies. Il y avait bien Sheik, mais personne ne savait où il était. Ils décidèrent de rentrer au village Kokiri, dans la maison de Link, où ils tenteraient de la soigner le temps de retrouver Sheik.

Darkness reprenait ses forces difficilement. Sa plaie était toujours ouverte, mais le bandage serré, qu'avait placé Link sur la plaie, avait réussi à bloquer temporairement l'écoulement de sang. Le clone parvenait à respirer plus facilement depuis une petite heure. Quant à Dark, il faisait les cent pas dans la pièce.
- Quand va-t-il revenir cette saleté de Link avec son guérisseur ? C'est quand on a le plus besoin de lui qu'il n'est jamais là, celui-là !
- Arrête de t'agiter comme ça, lui dit Ombre. Tu me fatigues. De plus marcher ne fera pas avancer plus vite les choses. Link a toujours su trouver Sheik, il n'y a pas de raison que cette fois-ci il reste introuvable.
Dark finit par s'asseoir et posa sa tête dans ses mains.
- On ne peut pas dire que la patience soit une de tes qualités, critiqua Ombre.
- Je suis du Mal, alors patience oblige. Sinon tu risques de tout perdre en un claquement de doigt. Il faut être minutieux avant de tuer quelqu'un, ou de prendre le pouvoir. Il faut pouvoir tout anticiper, tout calculer.
- La patience est la qualité majeure d'un guerrier, peu importe qu'il ait opté pour le Bien ou le Mal, répliqua-t-elle.
- Je suis un être mauvais par excellence, et je peux te dire que si je n'avais pas fait preuve de patience en essayant de te capturer, non seulement vivante, mais en plus sans une égratignure, aujourd'hui tu serais déjà morte depuis longtemps.
- Comment ça, sans égratignure ?
- C'était mes ordres. Je devais te ramener à Ganondorf, sans une seule éraflure, sinon la suite se serait sûrement mal passée. Mais de toutes les façons, elle s'est mal passée. Au lieu que ce soit moi, c'est Darkness qui a pris. Si j'avais échoué, elle n'aurait même pas vu le jour. Tout ça à cause de ce Link et de ces foutus sages. Pourquoi a-t-il fallu qu'ils le consacrent héros du temps et qu'ils lui enlèvent tout le mal qui résidait en lui ?
- Qu'est-ce que c'est que cette histoire ?
Dark détacha son regard de Darkness pour le poser sur Ombre.
- Il ne t'a pas raconté hein ? Je me doute qu'il a préféré garder le secret afin que tu ne le juges pas, ou peut-être bien qu'il ne le sait même pas lui-même... Ce ne serait pas étonnant, les sages ont un don pour le mensonge. Pour que Link devienne héros du temps, il devait avoir un coeur totalement pur. Or dans son coeur, comme dans celui de chacun, se trouvait une part de méchanceté. Cela peut ressortir sous forme de mensonge, de colère, de cruauté, d'orgueil, tout ce qui a attrait au mauvais côté. Comme Link n'avait que sept ans lorsqu'il a été désigné, les sages l'ont plongé dans un long sommeil qui a duré sept ans. Pendant son sommeil, ils ont ôté toutes les parties noires de son coeur. Ces parties se sont ensuite assemblées pour former un nouvel être, c'est-à-dire moi. Je représente donc tout le mal que portait ce grand héros, avant son avènement.
Ombre resta un moment interdite. Elle ne comprenait pas toute la logique des sages. Pourquoi n'avoir jamais rien dit à Link ? Pourquoi lui avoir tout caché ? Les sages sont sensés être les représentants de la sagesse et par conséquent de la vérité.
- Je sais ce que tu es en train de te demander, continua Dark. Tu te demandes pourquoi ils lui ont tout caché ? Pourquoi mentir sur quelque chose d'aussi capital ? Pour la simple et bonne raison que s'ils lui avaient tout révélé, Link serait à l'heure actuelle perdu. Il aurait un souci d'identité, et ceci l'empêcherait de combattre correctement et ainsi de sauver Hyrule. De plus il risquerait de se rebeller, ils ne pourraient alors plus le diriger à leur guise. Or les sages sont suffisamment malins pour ne pas faire cette bêtise. Ils risqueraient de perdre leur grand héros, qu'ils ont mis sept ans à construire.
- Juste un détail, cinq des sept sages ont été libérés par Link, après ce fameux sommeil. Donc ils ne peuvent pas être tous responsables.
- Les deux restants sont les véritables responsables de ma venue, en particulier Rauru, le sage de la lumière. Zelda, à l'époque, n'avait pas conscience de ce qui se passait autour d'elle. Elle a dû se charger d'assurer la protection du royaume toute seule, puisque son père ne croyait pas à ses rêves prémonitoires. Elle a laissé faire Rauru, pensant faire le bien. C'est à cause d'elle ! Tout est à cause d'eux ! Je les maudis ! Je les hais !
Dark se leva et frappa de toutes ses forces et de toute sa haine, le vase posé sur l'étagère à côté de lui. Il éclata en milliers d'éclats qui se fichèrent dans sa main. Dark se rassit calmement sur sa chaise et entreprit d'enlever les morceaux de verre incrustés dans sa main avec une minutie et une patience angéliques. Ombre s'étonna d'un tel revirement. A peine dix secondes plus tôt, Dark ressemblait à un chien enragé, et maintenant, il était d'un calme olympien. Link arriva accompagné de Sheik lorsque Dark venait d'ôter le dernier morceau de verre de sa main. Sheik salua Ombre et Dark, puis se dirigea au chevet d'Ombre. Il leur demanda à tous de sortir, mais Dark refusa. Sheik lui fit alors promettre de ne rien dire sur ce qui se passerait dans cette pièce. Ombre insista pour que Dark vienne avec eux, ne serait-ce que pour manger quelque chose.
- Non, je voudrais rester, répondit Dark. Je veux être là si jamais elle se réveille...
- Dark, tu viens avec nous, ordonna Link. Laisse Sheik la soigner. C'est comme ça qu'il réussit le mieux : dans le silence.
- Laisse-le à la fin, intervint Ombre. Mais tu ne peux pas le laisser tranquille ne serait-ce que trente secondes. Il faut toujours que tu joues tes chefs comme ça ?
La jeune fille tira le héros du temps de force hors de la pièce. L'elfe ne comprenait pas. Elle ne lui avait jamais parlé aussi violemment et encore moins défendu Dark.
- On peut savoir ce qui t'arrive, demanda-t-il. Tu te comportes bizarrement depuis que je suis parti. J'aimerais comprendre si tu veux bien me donner des explications.
Pour toute réponse, Ombre embrassa Link.
- Dark ressent juste la même chose que toi en ce moment c'est tout. Il réagit exactement de la même manière que toi lorsque tu es venu me chercher dans le château de Ganondorf. Tu peux comprendre cela, même si tu le détestes.
Link ne sut que répondre à cela. Elle avait raison comme toujours. Il avait bien vu que Dark avait changé. Lorsque Darkness avait été lâchement poignardée par Ganondorf, il avait vu le regard de son clone virer au rouge, exactement comme le sien lorsqu'il avait vu Dark faire souffrir Ombre. Il avait vu la tristesse et le remords qui l'envahissait lorsqu'il était penché sur Darkness. Ombre l'avait déjà compris depuis longtemps. Dark aimait son clone. Et même si cela dépassait l'entendement, il était forcé d'admettre que c'était la plus stricte vérité. Ombre le regardait patiemment pendant tout le temps de ses réflexions et en perça le sens.
- Tu vois, tu as compris, dit-elle. Je savais que tu n'étais pas assez borné pour rester sur ta haine. C'est d'ailleurs la raison qui m'a poussée à te le dire.
L'elfe serra son amie dans ses bras et ils restèrent ainsi pendant un long moment. Ombre brisa ensuite le silence :
- Dark entre dans le Bien.
- Tu crois qu'il sera toujours aussi cynique, ironisa Link. Mais comment as-tu pu lui pardonner tout le mal qu'il t'a fait, à toi comme à tes proches ?
- Je ne lui ai pas pardonné. Je ne sais pas si je le pourrai. Mais crois-moi, il paiera un jour, mais pas comme ça. Je lui ferai payer son mauvais côté, mais je ne veux pas détruire le bon qui commence tout juste à naître.

Sheik avait passé toute la nuit à soigner Darkness. Dark avait scrupuleusement observé les moindres faits et gestes du Sheikah. S'il avait le pouvoir de guérir, il aurait pu reproduire à l'identique la technique du guérisseur. Mais malheureusement, mère Nature en a décidé autrement pour lui. Sheik sortit de la chambre au petit matin avec Dark. Ce dernier ne prononça aucun mot lorsque Link vint s'excuser pour son comportement de la veille. Il mangea avec les autres et retourna dans la chambre où était allongée Darkness.
Une fois dans la pièce, Dark se rassit sur la chaise qui jouxtait le lit de la blessée. Son épaule continuait de le lancer. Sheik y avait appliqué une sorte de baume calmant, soi-disant pour aider à la reformation des muscles. Le baume le brûlait atrocement. Il n'imaginait même pas comment Darkness avait pu résister sans broncher à ce même baume. Il tourna la tête vers elle. Elle dormait paisiblement. Les rides de douleur qui parsemaient son visage avaient disparu. Au début lorsqu'il l'avait créé sur ordre de Ganondorf, il voyait en elle une seconde Ombre. Il s'est mis à la détester. Puis avec le temps, il vit en elle une autre femme. Elle ne ressemblait pas à Ombre. Physiquement, on aurait pu s'y tromper, mais lui, il la voyait différemment. Il n'arrivait pas à expliquer ce qui lui paraissait différent d'Ombre. Il faut dire qu'Ombre ne l'aurait jamais envoyé s'étaler contre un mur aussi bien que Darkness. Cette pensée le fit sourire, puis il laissa s'échapper son rire.
- On peut savoir pourquoi tu ris sans moi ?
Dark hésita avant de tourner son regard vers elle. Non ce n'est pas possible. Je l'imagine, se disait-il. C'est la première chose qu'elle m'aurait dite si elle avait su que...
Darkness s'assit sur le lit et réitéra sa question. Dark n'osait même plus ouvrir les yeux pour pouvoir garder cette voix dans sa tête. Il ne voulait pas de nouveau la voir, allongée à demi-morte sur ce lit. Il préférait l'imaginer lui poser cette question avec son sourire particulier au coin des lèvres.
Darkness parvint à se rapprocher de cet homme avec un sourire, à demi-heureux, à demi-anxieux. Elle tendit le bras et réussit à attraper sa main. Dark hésita un moment avant d'ouvrir les yeux. Réelle ou virtuelle ? Je rêve ou pas ?
- Non tu ne rêves pas... Allez ouvre les yeux. De quoi as-tu peur, de voir Ganondorf te sauter dessus ?
Dark ouvrit finalement les yeux et vit son amie assise sur le lit qui le regardait avec ce même regard malicieux qu'auparavant.
- T'en fais une tête ! On dirait que tu as vu ton clone.
Oubliant son épaule douloureuse, il saisit Darkness dans ses bras.
- Ne me refais jamais ça ! Jamais ! C'est affreux ce sentiment. Ça fait tellement mal, mais en même temps on est si heureux. Je commence déjà à le détester celui-là.
- Tu sais ce que c'est ? C'est ce qu'on appelle l'amour. Ce sentiment fait encore plus souffrir que la haine, mais il a aussi ses bons côtés. A toi de faire en sorte que les mauvais n'apparaissent pas. Celui-là on l'appelle le bonheur.
- Ça me parait incroyablement compliqué tout ça. Pourquoi être du Bien, ce n'est pas simple. Le Mal c'est facile. Tu n'aimes pas quelqu'un, tu le tues et on en parle plus. Quand tu aimes quelqu'un, tu t'en sers comme allié. Mais le Bien c'est atroce tellement c'est complexe.
Dark s'allongea avec elle sur le lit et la garda dans ses bras. Ils finirent tous deux par s'endormir des larmes aux coins des yeux.

Le lendemain, Link et Ombre virent Dark sortir de la chambre avec une mine affreuse. Ils lui demandèrent comment se portait Darkness. Il leur répondit qu'elle s'était éveillée la veille, qu'il était resté auprès d'elle toute la nuit, mais que le traitement semblait avoir échoué. Elle respirait faiblement. Dark s'assit et s'écroula en sanglots.
- Je l'ai vu souffrir cette nuit. Elle devait faire des cauchemars, elle n'arrêtait pas de lutter contre quelque chose. Je n'ai rien pu faire. Je ne vaux rien.
Ombre posa des mains rassurantes sur ses épaules. Elle lui demanda de lui raconter ce qui c'était passé.
- Hier, peu après que Sheik soit parti, elle s'est éveillée. On a discuté, puis on s'est endormis. Aux alentours d'une heure du matin, elle s'est mise à crier contre je ne sais quoi. J'ai tenté de lui parler pour la rassurer, pour la calmer. Mais ça n'a rien changé. Au bout de deux heures de lutte, elle s'est effondrée. Elle ne respire depuis que faiblement, comme si les soins de Sheik n'avaient servi à rien.
- Il faut partir, cria une voix. Et maintenant !
Les trois amis se retournèrent et virent Darkness, debout, qui se tenait à l'encadrure de la porte. Darkness fut soudain prise de violentes convulsions.
- Ganondorf... Vite...
Elle s'écroula à genoux sur le sol, le souffle haletant. Lentement la douleur se dissipa et elle put à nouveau se lever. Dark était pétrifié, les yeux emplis de terreur. Il vit Darkness chanceler une seconde fois et lui saisit les deux épaules. Une violente douleur envahit alors son propre corps à l'unisson de celui de Darkness. Mais il ne fléchit pas, il tint bon, debout, serrant les dents, soutenant son amie, pour qu'elle ne retombe pas. Il vit alors Ganondorf du haut de son destrier, lancer des boules de magie noire meurtrières sur les habitants du village Cocorico. Il vit des hommes, des femmes, des enfants, mourir par cette main sans pitié. Cela le révolta. Comment pouvait-on tuer des enfants ? Ganondorf n'est pas du Mal, c'est un être pourri jusqu'à la moelle des os.
La vision achevée, Darkness avait repris un peu de force, puisant dans celle de Dark. Ce dernier prit les directives. Il les emmena tous au village. Lorsqu'ils arrivèrent, les quatre amis trouvèrent un village dévasté. Des cadavres de familles entières gisaient partout sur le sol. Ganondorf se tenait debout sur le puits au centre du village, Maliëns souriant à ses côtés.
- Il en aura fallu du sang avant que vous ne veniez.
- C'est une véritable manie chez vous de tuer des gens innocents, répliqua Ombre.
Ganondorf se planta devant le petit groupe, les toisant de toute sa taille. Link dégaina son épée et se jeta sur lui. Il esquiva sans problème, riant de la faiblesse de ses adversaires, qui lui avaient paru autrefois si puissants.
- Comment ai-je pu perdre face à vous ? Etais-je aussi faible que ça ?
Il se mit à rire de plus belle.
- Vous n'êtes que des insectes.
- Au cas où tu ne saurais pas, les insectes se chargent de détruire les cadavres. Et nous, dit Darkness, nous allons nous charger du tien.
Elle et son clone conjuguèrent leurs pouvoirs et créèrent une boule de feu très puissante. Ganondorf ne put l'esquiver et la reçut de plein fouet. Link en profita pour l'attaquer aux flèches de lumière et Dark se dirigea vers Maliëns.
- J'ai un compte à régler avec toi, dit-il.
- Je t'attends, répondit le roi d'Hyrule.
Dark sortit une dague de sa botte gauche qui alla se ficher dans le crâne de Maliëns, pile au centre du front. Maliëns s'écroula mort sur le sol.
- Je ne loupe jamais mon coup. Une mort idiote, pour un idiot, la boucle est bouclée.
Pendant ce temps, Link, Ombre et son clone se démenait face à Ganondorf. Dark les rejoignit en un éclair et utilisa la même technique qu'avec Maliëns, mais cette fois-ci avec la dague cachée dans sa botte droite. Comme pour Maliëns, elle alla se planter dans le rubis que Ganondorf portait au front. Elle le brisa. Il entra alors dans une colère noire.
- Tu vas me payer ça, menaça le seigneur du malin.
Il croisa alors ses mains, mettant sa main droite en avant, sur laquelle était gravé le symbole de la Triforce. Le fragment de la force brillait avec intensité. Celui du courage, que détenait Link, répondit aussitôt. Zelda apparut non loin d'eux, le triangle de la sagesse émanant lui aussi.
- Aujourd'hui, je gagne et vous perdez. J'ai réuni tous les éléments cette fois.
Ombre fut alors saisie par une force inconnue, qui la souleva et la porta au-dessus de Ganondorf. Link, Ganondorf et Zelda formaient un triangle parfait, duquel Ombre était le centre.
- La réunion va enfin pouvoir avoir lieu, se réjouit Ganondorf.
Dark et Darkness voulurent intervenir, mais un champ de force s'était formé autour d'eux quatre. Il leur était impossible d'y pénétrer. Une lumière aveuglante enveloppa la scène, adjoint au cri d'Ombre. Lorsqu'elle se dissipa, la Triforce réunie irradiait au-dessus de leurs têtes.
Ombre était au sol, le souffle court. Ses membres refusaient d'obéir à autre chose qu'à la douleur. Elle avait l'impression que son corps se déchirait. Cela se répercuta sur Darkness. Elles souffrirent communément, semblant ne former qu'un seul être, déchiré par l'agonie. Ganondorf, quant à lui, jubilait. Mais lorsqu'il voulut s'emparer de la Triforce, celle-ci se dirigea vers Ombre. La jeune fille la saisit entre ses doigts. Le contact avec le métal était chaud, doux, presque liquide. Elle avait l'impression qu'une faible brise d'été soufflait sur son visage. Elle vit les visages de ses proches, que Dark avait tués. Ils lui souriaient. Ils paraissaient heureux et reposés. Cette vue la rassura et lui permit de se relever.
La vision disparut et la jeune fille rechuta dans la dure réalité. La Triforce lui permit d'énoncer un voeu. Elle souhaita que Ganondorf disparaisse à jamais, emportant avec lui tout le mal qu'il avait commis. Son voeu fut immédiatement exaucé. Le seigneur du Mal se retrouva happé par un tourbillon venu de nulle part. Par dépit, il s'empara d'Ombre et lui enfonça son épée dans le ventre.
- Je meurs, mais toi aussi.
Il s'évanouit ensuite dans un hurlement déchirant. Rien ne changea, le silence des morts enveloppant la scène. Tous se regardaient sans comprendre. Puis le village retrouva ses couleurs, les blessures des morts se refermèrent, la vie reprit son cours où elle l'avait laissé.

Il fallut du temps à nos héros pour se remettre du choc. Ils avaient essayé tant de fois de rayer de la carte Ganondorf, sans grand succès. Avait-il vraiment disparu ?
- Link amène-toi ! On a un problème.
Dark venait d'appeler son clone. Ombre et Darkness gisaient inconscientes sur le sol.
- Il faut les soigner. Tu dois aller trouver Sheik.
Zelda s'approcha d'eux pour leur demander ce qui se passait et ce qu'elle faisait ici. Elle ne reçut comme réponse qu'un vague "on verra ça plus tard". La princesse piqua une colère et attrapa le bras de Link.
- Maintenant tu vas t'arrêter deux secondes et me dire ce qui s'est passé ! Exécution !
Link appela Epona, qui arriva accompagnée d'Exca. Il fit signe à Dark d'emmener les filles.
- Tu n'as plus d'ordre à donner Zelda. Ton cher mari a fait revenir Ganon. Nous l'avons battu. Les sages sont enfermés au château et les filles sont aux portes de la mort. Alors tu vois, j'ai autre chose à faire qu'à supporter tes caprices pour l'instant.
- Je... je suis désolée. Je ne pensais pas... s'excusa-t-elle.
- C'est facile de toujours dire je suis désolée. Il y a des jours où je me demande si tu es vraiment faite pour le boulot de princesse.
Sur ces mots, Link partit en courant rejoindre Dark, qui passait déjà les portes du village. Il aida ensuite Dark à stabiliser les filles sur les chevaux. Ils continuèrent ainsi jusqu'à la forêt où ils installèrent Ombre et Darkness.
- On n'a pas de temps à perdre. Je vais chercher Sheik.
- Je viens avec toi, enchaîna Dark.
- Non, il faut quelqu'un pour les surveiller. Et je suis le seul de nous deux à savoir où se cache Sheik. Tu seras plus utile ici.
- Mais...

Exca ne laissa pas le temps aux deux clones d'achever leur conversation. Il partit au galop en direction de la plaine d'Hyrule. Link sauta sur Epona et le suivit du mieux qu'il put. Le cheval suivait un rythme trop rapide pour Epona, qui avait de plus en plus de mal à tenir la distance. La jument était au bord de l'épuisement le plus total lorsque Exca s'arrêta devant un bâtiment étrange. Il était entièrement incrusté dans la montagne. On aurait dit que la montagne et lui ne formait qu'une seule et même roche. Une légère avancée, pourvue d'une porte simple, permettait de faire la différence entre la montagne et le mur du bâtiment. Exca fit mine à Link d'y entrer.
Le héros du temps s'en approcha avec prudence. Parvenu devant cette fameuse porte, il se rendit compte qu'elle portait les mêmes gravures que celles de la porte du temps. Il se retourna, mais il ne reconnut pas l'endroit où il se trouvait. Pas à Hyrule en tout cas. Ou alors dans un endroit bien caché. Il se trouvait dans une sorte de vallée luxuriante. La végétation semblait avoir pris le contrôle absolu de la région. De petites fées voletaient autour de lui avec des regards curieux. Ne sachant pas exactement où il se trouvait, il décida de suivre l'idée d'Exca. Après tout il savait qu'il devait aller chercher Sheik. Il ne l'aurait pas emmené loin de la seule chance qu'ils avaient de sauver Ombre. Link entra donc dans le bâtiment.
Les murs étaient recouverts de lierre, de mousse et autres plantes grimpantes plus magnifiques les unes que les autres. L'intérieur rappelait à Link le temple de la forêt, avec les araignées en moins. La pièce était triangulaire, ce qui finit d'intriguer Link. Il pénétra dans la pièce suivante, celle-ci entièrement décorée de rouge.
- Et je parie que la prochaine sera bleue, marmonna-t-il. Bingo, j'aurais dû aller au casino moi ce matin, j'aurais fait fortune.
La dernière pièce était d'un bleu éclatant. Le mur du fond était transparent et l'on pouvait y voir le lac Hylia dans toute sa majesté. La surface de l'eau faisait refléter des ondes au plafond lui donnant une texture liquide. Il baissa les yeux et vit au centre de la pièce, une sorte d'autel sur lequel était allongée une jeune fille.
- Ombre ! Par les déesses, que fais-tu ici ?
En regardant plus attentivement son amie, il remarqua qu'elle n'avait plus aucune trace de son combat avec Ganondorf.
- Comment...
- C'est nous qui l'avons amenée ici.
- Les déesses, murmura-t-il pour lui-même. Mais pourquoi l'avoir emmenée ici ?
- Nous lui devons la survie provisoire d'Hyrule. Une longue période de paix va suivre cette réunion.
- Mais, je ne comprends pas. Pourquoi elle ?
- Et pourquoi toi ? Il y a des destins exceptionnels. Celui d'Ombre en fait partie. Elle symbolise l'union, comme toi le courage. C'est pourquoi nous l'avons chargée de réunir la Triforce. Elle était restée trop longtemps disloquée. Le Saint-Royaume commençait à devenir instable. A long terme, il aurait implosé et aurait emporté Hyrule dans sa chute. Mais il n'est plus temps pour vous de vous poser des questions. Reprenez votre voyage.
Link se sentit happer par une étrange force et se retrouva à l'entrée du temple. Il jucha Ombre sur Epona et suivit Exca qui le ramena à la forêt Kokiri. Arrivé là-bas, il vit Dark courir vers lui, affolé.
- Les filles ont disparu ! Je n'y comprends rien.
- Ce sont les déesses. J'ai suivi Exca jusqu'à une sorte de temple, où j'y ai retrouvé Ombre.
- Et Darkness ?
- Je ne sais pas. Ombre le saura sûrement, nous lui demanderons lorsqu'elle sera réveillée.

Ombre ne s'éveilla pas avant le lendemain. Dark était d'une humeur exécrable. Un rien l'énervait. Il passait ses nerfs sur un pantin de bois, sur lequel il avait l'habitude de s'entraîner. La jeune fille reprit connaissance, juste à temps pour éviter au pantin de finir en allumettes. Mis à part quelques courbatures, et une bonne fatigue, elle se portait plutôt bien. Le clone commença à la harceler de questions.
- D'abord tu vas commencer par t'asseoir, tu me donnes le tournis à t'agiter comme ça, s'énerva Ombre.
Elle marqua une pause. Un silence tendu s'installa.
- Je ne vais pas passer par quatre chemins pour te l'annoncer. Pendant le combat contre Ganondorf, nous avons dépensé trop d'énergie. Sans l'aide des déesses, je serais morte à l'heure qu'il est. Malheureusement, Darkness n'a pas eu cette chance. Je pense donc qu'elle est...
- Non, la coupa Dark. Elle n'est pas morte. Ce n'est pas possible. Si toi tu es vivante, elle l'est aussi ! C'est forcé !
- Ecoute, dès sa création, j'ai toujours senti sa présence. Or aujourd'hui, je ne ressens plus rien. Et puis il y a le voeu que j'ai fait. Elle était le résultat de la venue de Ganondorf, par conséquent elle a dû disparaître avec lui. Je suis désolée.

Pas normal. Rien de tout ça n'était normal. Le résultat de la venue de Ganondorf, qu'elle avait dit. Et alors ? Lui aussi aurait dû disparaître dans ce cas. Non quelque chose d'autre avait dû se passer. Quelque chose qu'il n'avait pas vu, qui lui avait échappé. Quelque chose crucial. Mais quoi ? Cela faisait des jours, peut-être des semaines, que Dark ruminait assis au bord du lac Hylia. Sans arrêt ces pensées tournaient et retournaient dans sa tête. Il se repassait le combat contre Ganondorf afin d'y trouver une réponse. Mais rien ! Que du vide le plus total.
Comme à chaque crépuscule, Dark abandonnait et se laissait tomber sur le dos en soupirant, laissant le soleil s'endormir avant de réveiller une nouvelle fois ces pensées. Pourtant ce soir-là trop fatigué pour rentrer chez lui, il s'endormit à même le sol en pensant qu'il trouverait la réponse, dut-il ruminer ici jusqu'à la fin de ces jours, qui s'il continuait à ne plus manger allait vite s'écourter. Mais ce problème lui paraissait littéralement secondaire. Et puis la nuit ne porte-t-elle pas conseil ?
Le lendemain, comme à son habitude, il retourna dans ses réflexions tourmentées. Elle savait. Elle devait forcément savoir, mais elle le lui cachait. Il fallait qu'il en ait le coeur net. Dark décida de se rendre au château d'Hyrule. Elle y était toujours. Surtout depuis ces deux dernières semaines.

Pendant ce temps au château, Ombre était assise en tailleur sur le sol se concentrant au maximum. Cela faisait déjà deux semaines que Rauru lui avait imposé un entraînement, l'obligeant à aller jusqu'aux bout de ses forces aussi bien physiques que psychologiques. C'était plus qu'épuisant. La raison apparente de cet entraînement forcé ? Evaluer ses capacités réelles. Mais la jeune fille restait sceptique. Cependant elle s'y pliait. Cela lui permettait malgré tout d'en apprendre un peu plus sur elle-même, connaissances qui ne se révéleraient pas si inutiles que ça.
Soudain on entendit les portes claquer et voler en éclats sous l'impact. Ombre se releva d'un bond et se retrouva en un éclair nez à nez avec Dark. En combattant d'élite, il ne lui laissa pas le temps de se remettre de ses émotions.
- Où est Darkness ? Je sais que tu sais ce qui lui est arrivé, et c'est dans ton intérêt de me le dire.
- Sinon quoi, répliqua-t-elle ? Tu vas m'atomiser ?
Le clone empoigna la jeune fille par le cou.
- Au cas où tu ne l'aurais pas encore remarqué, le fait de te tuer ne m'a jamais posé de problèmes. Je dormirai encore sur mes deux oreilles, sans un sursaut de mauvaise conscience. Et encore moins maintenant.
C'est ce moment que Link choisit pour faire son entrée. Il découvrit son amie, plaquée contre un mur par son clone. Le genre de scène, qu'il avait décidément trop vu. La seule idée qui lui vint à l'esprit fut de frapper Dark pour qu'il lâche prise. Le clone se retrouva légèrement surpris, mais se ressaisit aussi vite.
- Elle a tué Darkness. J'en suis sûr. Et sa réaction me prouve que j'ai raison, s'emporta Dark. Avoue-le ! J'ai raison et tu le sais !
- Pas tout à fait, répondit-elle. Je ne l'ai pas tuée, juste laissée mourir.
Cette révélation jeta un froid dans la salle. Link, qui n'y comprenait déjà plus rien, laissa son clone réagir à sa place.
- Pourquoi ? Pourquoi tu as fait ça, hurla-t-il. Tu n'avais pas le droit !
- Parce que toi, tu avais le droit peut-être de tuer mes parents impunément ?
Tandis qu'elle parlait, Ombre s'avança vers lui, pour se placer juste sous son regard et le fixer.
- Alors qu'est-ce que ça fait de perdre quelqu'un qu'on aime ? J'espère que tu souffres atrocement. Au moins autant que moi j'ai souffert.
Les yeux de Dark s'embuèrent et il détourna son regard de celui de la jeune fille. Comment avait-elle pu ? Une colère sourde s'enfonça tel un poignard dans le coeur du clone. Ses doigts effleurèrent sa dague, qu'il mourait d'envie de dégainer pour la ficher dans le corps d'Ombre. Il s'apprêtait à le faire, lorsque l'image de Darkness apparut devant ses yeux. Elle n'aurait pas voulu que ça se termine comme ça. Le clone sourit et s'en retourna.
- Ça lui apprendra. On ne tue pas des gens impunément. J'avais dit qu'il me le paierait, et il me l'a payé, dit-elle.
Link révulsé, la gifla.
- Mais qu'est-ce qui te prend, gronda-t-elle ? Pour qui tu t'es pris ?
- Mais et toi ? Pour qui te prends-tu, répliqua l'elfe. Tu le défends et maintenant tu lui ôtes la seule personne qu'il n'ait jamais aimée, et qu'il n'aimera sans doute jamais. Ton attitude me dégoûte. On ne tue pas d'autres personnes qui n'ont rien demandé au monde, sous prétexte de se venger. C'est un raisonnement que même Ganondorf n'aurait pas. C'est bas et répugnant.
Sur ces paroles, Link s'en alla à son tour, laissant Ombre seule, avec le monstre qu'elle était devenue.

Ombre passa plusieurs jours assise, à méditer dans la salle d'entraînement. Elle se demandait ce qui l'avait poussé à agir ainsi. Lors du combat contre Ganondorf, elle ne s'était pas vraiment rendu compte de ce qui se passait autour d'elle. Une gigantesque douleur l'avait traversée des pieds à la tête, puis elle avait touché la Triforce, reçu un coup d'épée. Et puis plus rien. Jusqu'à cet autre matin, où elle avait senti l'absence totale de Darkness. Cela l'avait d'abord étonnée. Elle s'était en effet habituée à cette présence dans sa tête. Finalement cela la soulageait. Plus de communication entre elles, son esprit était libre, simplement libre. La réaction qu'aurait pu avoir Dark, en apprenant que son amie était morte, lui passait littéralement au-dessus. Et alors ? Dans toutes les guerres des gens meurent. Pour celle-ci ce fut Darkness. Les gens normaux pleurent leurs morts. Pourquoi lui ne l'acceptait-il pas ?
Et puis elle se mit à penser à ce que lui avait dit Link. Elle avait été odieuse, tout ça pour accomplir une vengeance sourde. Or depuis ces quelques jours, elle n'avait pas vu l'elfe revenir. L'avait-il oubliée ? Ou maintenant la détestait-il pour avoir agi de cette façon ? La jeune fille était désemparée. Finalement c'est Dark qui avait encore gagné. Ayant perdu Darkness, il lui a fait perdre Link. C'était donnant, donnant. Mais une vengeance vaut-elle la peine de perdre son amour ?
Elle continua de penser ainsi, jusqu'à ce que Rauru vienne la trouver.
- Acharnée au travail à ce que je vois, dit-il.
Ombre sortit de sa torpeur et se leva d'un bond.
- Pas aujourd'hui. J'ai plus important à faire.
Sur ces mots, la jeune fille planta le sage et s'en alla en courant du château, direction le lac Hylia.

Pendant qu'Ombre entamait une course folle à travers la plaine d'Hyrule, la princesse Zelda s'était quant à elle enfermée dans une pièce du château qui lui était chère et sous ordre qu'on ne devrait la déranger sous aucun prétexte. Cette pièce était sans nul doute, la plus belle du château. Nombre de gens pensent que la salle la plus magnifique d'un palais est sans aucun doute la salle du trône, mais détrompez-vous, il n'en était rien. Dans ce château, c'était une pièce d'apparence très simple, décorée sobrement. Sa somptuosité venait de son plafond extraordinaire, car uniquement fait en verres colorés. La lumière qui baignait ici était chaque fois différente selon les heures du jour et de la nuit.
Cette pièce avait été construite en l'honneur de la mère de la princesse. En effet la reine Aurore détestait le palais d'Hyrule car on n'y voyait jamais le ciel en hiver, alors que dans son pays les palais sont faits de verre et de cristal, de pierres scintillantes. Elle trouvait le château horriblement triste, alors le roi pour la consoler avait fait construire cette petite pièce. Lorsqu'elle n'était encore que petite fille, Zelda s'y rendait souvent avec sa mère, elle lui apprenait les étoiles, et à quelle couleur correspondait quelle heure de la journée. Par exemple, la petite fille savait que lorsque la lumière filtrée par le plafond était rose, c'est qu'il était l'heure d'aller se coucher. Et quand elle était bleue, d'aller déjeuner.
Depuis la mort de sa mère, la princesse avait pris l'habitude de s'y réfugier lorsque tout allait mal. Depuis qu'elle avait pris sa charge de princesse, son royaume allait de mal en pis. D'abord elle demanda à Link de sauver Hyrule de Ganondorf. Pour finalement mettre la vie de tout le monde en danger, le laisser détruire complètement le bourg d'Hyrule et enfermer les sages. Si Link n'avait pas été là, son royaume serait probablement aux mains de Ganondorf et dans un état pitoyable. Ensuite elle enchaîna ses sottises en se mariant avec ce dégénéré de Maliëns. Pour enfin se révéler littéralement inutile durant la suite des événements. Link avait raison, elle se demandait comment les habitants d'Hyrule pouvaient encore la considérer comme leur dirigeante après ça.
- Maman, conseille-moi. Je suis complètement perdue. Comment faire pour retrouver la confiance des miens ?

Pendant ce temps, Ombre s'élançait à tombeau ouvert en direction du lac Hylia, où elle espérait trouver Dark. Une idée lui était survenue. Qui paraissait tellement simple et anodine, qu'elle avait failli échapper à ses réflexions. Déterminée à la tenter, même si cela revenait à s'attirer la foudre des sages, elle irait jusqu'au bout. Après quelques heures de course, elle parvint enfin au lac, mais Dark ne semblait pas y être. Elle poussa un juron et décida de l'appeler. La seule réponse qu'elle obtint fut celle-ci :
- Mademoiselle a sa conscience qui la travaille ?
Elle se retourna et vit Dark sauter du haut d'un grand saule-pleureur. Il se dressa face à elle, comme s'il avait été constitué de métal pur. Une véritable armure de glace d'une inexpression sans faille. Voir le clone aussi froid et distant du monde qui l'entourait, inquiéta quelque peu Ombre. Impossible de savoir quelle aurait pu être sa réaction. Ce qui la fit hésiter. Etait-ce finalement une bonne idée ?
- Dark, je pense avoir trouvé une idée pour que Darkness revienne, commença-t-elle.
Le clone la regarda d'un air étonné. L'armure de glace semblait fondre petit à petit. Mais elle se refigea aussitôt. Cette réaction, que la jeune fille estimait positive, l'encouragea dans sa démarche.
- Il suffirait juste de la recréer, comme la première fois. Avec le même sortilège de clonage que tu as utilisé. Et le tour serait joué.
- Oui, cela aurait pu fonctionner, mais ne fonctionnera pas.
Dark se retourna et avança vers le saule dans l'intention de grimper de nouveau à sa cime.
- Attends, l'arrêta la jeune fille. Pourquoi ça ne pourrait pas marcher ? A ce que j'ai compris, il te suffit pour cloner quelqu'un que de son sang et d'un pentagramme.
- En effet, reconnut-il. Mais le clone qui serait recréé ne sera pas Darkness. C'en sera un autre, avec encore une autre façon de penser et de voir le monde. De plus, admettons que sa vision du monde, son caractère soient identiques à ceux de Darkness, il n'aura pas la même mémoire. Tout ce que Darkness avait fait, ou créé, le nouveau clone ne s'en souviendra pas. Il manquera cette partie essentielle au nouveau clone. De plus je n'en veux pas un autre. C'était Darkness, point. Pas une seconde copie, qui sera de toute façon plus pâle que la première.
Ombre était abasourdie par ce qu'elle venait d'entendre. L'idée était décidément trop simple pour qu'elle puisse fonctionner. Cela aurait été trop beau. Par dépit, elle s'assit sur le sol tendre du rivage du lac et posa sa tête dans ses mains. Il lui faudrait un éclair de génie démesuré, ou mieux un miracle pour s'en sortir maintenant. C'est alors qu'Exca apparut. Le cheval alla s'enquérir de ce que faisait son amie assise sur le sol à se morfondre. Elle passa son bras autour de l'encolure du cheval.
- Ah mon pauvre vieux. Si tu avais une idée pour ramener Darkness, tu me sauverais. Dark vient de me démonter la seule que j'avais réussi à avoir et qui me semblait excellente sur le moment.
- Si tu t'étais donné la peine d'y réfléchir, tu aurais perçu par toi-même ton échec, répliqua le clone. Tu crois qu'il suffit de te recloner pour retrouver Darkness. Chaque personne a un caractère qui lui est propre. Il en va de même pour les clones. Il y a des clones qui auront la même personnalité que l'original, ou encore la personnalité inverse, et parfois seulement une bribe, et le reste ils le comblent eux-mêmes par leur part d'originalité. C'était le cas de Darkness. Ganondorf avait tenté de l'influencer au maximum afin qu'elle serve ses intérêts et non ceux de ses ennemis. Ce qui a fonctionné un temps, mais elle avait une capacité de réflexion indépendante et une volonté propre. Elle s'en est servie pour m'empêcher de mourir, comme pour se dresser face à Ganondorf. Elle s'est constitué une personnalité franche et entière, qui est à la base de la tienne, mais qui n'est pas la tienne. Un autre clone procédera différemment. Ses réflexions n'aboutiront pas aux mêmes conclusions et sa personnalité en sera d'autant plus touchée.
- Comment faire pour la faire revenir ? demanda-t-elle. Je ne vois pas vraiment d'autres solutions. A moins de la ressusciter, ou de la recloner, je n'ai aucune idée.
- Crois bien que si j'en avais trouvé une, je me serais empressé de la concrétiser. Or cela n'a pas été le cas. Et pourtant ce ne sont pas les idées qui m'ont manqué. Seulement aucune d'elles ne peut me rendre Darkness entière. Pourtant je serais prêt à aller la chercher en enfer s'il le fallait. Mais je ne suis même pas sûr qu'elle y soit.
Exca intervint alors. Il se leva, fit mine aux deux autres de le suivre et partit en direction de la plaine d'Hyrule au petit pas. Ombre et Dark échangèrent un regard puis décidèrent de le suivre. Il les fit marcher longtemps. Deux crépuscules s'étaient déjà éteints. Ombre dormait sur le dos d'Exca lorsqu'ils arrivèrent enfin à destination.

Dark scrutait la paroi rocheuse d'un oeil sceptique. La roche ne ressemblait pas à la roche hylienne. Quelque chose n'était pas normal dans tout ceci. Le clone eut la même réaction que son original, il se retourna et examina les alentours. Il se trouvait au milieu d'une vallée luxuriante, une mer de verdure ponctuée par l'écume des boutons de fleurs qui commençaient à s'ouvrir et s'offraient ainsi coquettement aux rayons du soleil. Ce paysage splendide n'avait rien d'hylien. Pourtant rien pendant la traversée n'avait indiqué qu'ils avaient quitté Hyrule.
- Tu ne devrais pas te poser trop longtemps ce genre de question. Ta bien-aimée a déjà assez attendu, je crois.
Surpris Dark fit volte-face. Il se retrouva nez à nez avec Exca, sur le dos duquel Ombre dormait toujours. Il n'avait pas pu lui parler, se dit-il. Un cheval ne parle pas voyons. Tu débloques mon grand.
- Quels préjugés vous pouvez avoir décidément vous les bipèdes ! Allez, dépêche-toi un peu, s'impatienta Exca.
- Où est-ce qu'on est là, monsieur le cheval intelligent ? demanda le clone.
- A la frontière entre le Saint Royaume et Hyrule. Tu es devant le temple de la Triforce qui jouxte le temple de la lumière. Ce temple est resté inconnu de tous, y compris des sages. Seuls quelques rares élus ont pu y pénétrer. Aujourd'hui c'est ton tour d'y entrer. Ton voyage s'achève ici. Tâche de lui donner la fin qu'il mérite.
Dark se tourna alors face à la porte du temple. Il remarqua qu'elle était jonchée de symboles, à la manière de la porte du temps. Porte que Darkness était parvenu à ouvrir avec une facilité déconcertante, humiliant Maliëns au passage. Quelle magnifique journée ce fut ! Il s'approcha de la porte et la poussa, mais n'obtint aucun résultat. La porte resta close. Alors il se mit à penser à nouveau à cette fameuse journée. Il se revoyait humilier Maliëns devant Darkness. Il fallait bien qu'il fasse bonne figure face à elle. Et puis il adorait s'en prendre à lui. Un bon vieux passe-temps qui commençait gentiment à lui manquer d'ailleurs. Il s'attarda ensuite sur le moment où Darkness composait la séquence sur la porte du temps. Il la reproduisit sur la porte du temple, qui daigna alors lui ouvrir le passage.
Le clone entra alors dans la première salle triangulaire recouverte de diverses plantes grimpantes. L'air était lourd et chargé d'humidité. Respirer dans cette atmosphère était difficile, bien que faisable. Dark avança prudemment, la main posée sur le pommeau de son épée. Arrivé au milieu de la salle, les plantes commencèrent à s'agiter. Elles s'enroulèrent autour de ses chevilles l'empêchant d'avancer, et continuèrent de grimper le long de ses jambes. Dark voulut se saisir de la dague cachée dans sa botte droite, mais les plantes serraient de trop pour qu'il puisse y glisser les doigts.
- Eh bien ça commence fort on dirait. Je vais me faire bouffer par de la salade. Quelle mort charmante.
Dark entendit alors un bruit de chute derrière lui. Quelque chose était tombé, mais quoi ? Son instinct de chasseur lui disait de s'en aller au plus vite, parce que la chose qui s'était écrasée du haut du plafond devait être tout sauf amicale. Le choc eut l'avantage d'assommer les plantes et permit au jeune homme de s'en débarrasser. Il se saisit alors de son épée et fit volte-face à la chose. Il se retrouva face à un golem de pierre, d'une hauteur d'environ six mètres, large de facilement trois mètres, qui portait une énorme massue devant faire à elle seule le double du poids de Dark.
- J'ai même le droit à un comité d'accueil. Vraiment charmant ce temple.
Le golem leva sa massue et dans un mouvement de balancier, la lança en direction du clone. Dark esquiva sans problème. Le golem était imposant et donc de ce fait lourd et donc moins rapide. Il devait tabler sur sa vivacité s'il voulait remporter ce combat.
- Allez le gros caillou. Viens donc me chercher, le provoqua-t-il. Fais un peu bouger tes menhirs !
Le golem indigné qu'on lui parle sur ce ton, se jeta sur le jeune guerrier. La main de Dark ne fit qu'un tour et l'épée alla se planter droit dans l'oeil unique du monstre. Abasourdi par ce coup, le golem tituba et s'effondra sur le dos. Les plantes se remirent alors à se mouvoir. Le clone s'élança alors vers la seconde porte et s'y engouffra, laissant le golem se faire ensevelir par les vivaces.

Parvenu dans la seconde pièce décorée de marbre rouge, Dark remarqua que le sol était recouvert de braises, à l'exception des paliers des deux portes. La troisième porte qu'il devait franchir se trouvait naturellement de l'autre côté du bain en fusion.
- Allons bon, maintenant on passe à la balnéothérapie. Je sais que le sauna c'est bon pour le tonus, mais là ils y vont fort quand même.
Il se mit alors à observer la pièce sous tous ses angles. La pièce était triangulaire comme la précédente, de taille identique. Aucune prise au plafond, encore moins sur les murs. Sa seule issue était de traverser les braises. Dark attrapa les deux dagues qu'il avait l'habitude de mettre dans chacune de ses bottes. Il enleva ses bottes, tira les dagues de leur fourreau et plaça les lames entre ses orteils de façon à pouvoir marcher sur les pommeaux. Il traversa le lac de braises de cette façon, et parvint de l'autre côté au prix de sa voûte plantaire.
- Avec les pieds dans un état pareil, impossible de remettre les bottes. Tant pis je les laisse là. Pas besoin de me charger inutilement.
Il remit les dagues dans leur fourreau, après les avoir nettoyées de son sang, et les sangla à son mollet. Puis il franchit la troisième porte.
La troisième pièce semblait avoir les murs faits d'eau. Le mur du fond était transparent et laissa voir le lac Hylia dans toute sa majesté. Le soleil se couchait au dehors, emplissant la pièce de reflets orangés. Dark se rendit alors compte qu'il lui avait fallu presque une journée pour traverser ce lac de braises. La lassitude commençait à se faire sentir dans ses muscles. Il avait hâte que tout cela se termine enfin. Il se mit alors à penser qu'il lui faudrait ensuite faire le retour. Des doutes commencèrent à le ronger. Il se secoua la tête et se força à se remettre en route.
A peine eut-il fait un pas qu'un mur d'eau se dressa face à lui sur toute la longueur de la pièce. Il tenta de passer sa main au travers, sans succès. L'eau s'écoulait à une telle vitesse de ce mur qu'elle le rendait solide comme un roc. L'eau en surplus ruisselait sur le sol, soulageant les entailles de ses pieds. Au moins un truc positif, pensa-t-il. Le clone s'assit et entama une longue réflexion. Comment se débarrasser d'un mur d'eau ? Trois solutions s'offrirent à lui. La première : foncer à l'intérieur comme un forcené s'attendant à finir assommé avant la fin de la traversée. La seconde : trouver et supprimer le mécanisme qui enclenche le mur. La dernière : faire évaporer le mur.
Il décida de tenter d'abord la troisième. Il tenta d'ouvrir la porte derrière lui et d'entrer à nouveau dans la seconde pièce. Mais là un doute lui vint. Et si la porte se refermait et que je ne puisse plus à nouveau entrer dans cette pièce ? J'aurais fait tout cela pour rien. Il ouvrit la seconde porte, attrapa une de ces bottes qu'il avait laissée derrière et s'en servit pour bloquer la porte. Puis il prit des braises avec ses mains et les fourra dans la seconde botte. Après l'avoir remplie, il retourna dans la première pièce et plaça sa botte au pied du mur. La chaleur dégagée par les braises ne fut pas assez suffisante pour évaporer le mur dans son intégralité. Cependant une petite partie d'eau se dissipa laissant un passage d'environ un mètre cube. Dark décida de saisir sa chance en espérant que le mur ne soit pas trop épais.
Il s'élança à quatre pattes à l'intérieur du tunnel de fortune. L'eau battait sur ses épaules et son dos le meurtrissant. Il s'attendait à ce que sa peau éclate d'un moment à l'autre. Serrant les dents, le clone continua sa progression. Le tunnel n'allait pas jusqu'au bout du mur. Dark déchira un morceau de sa tunique qu'il plaça entre ses dents, et s'avança. L'eau tombait en cascade à cet endroit. La peau de son dos se déchirait morceau par morceau. Il crut à un instant qu'il allait y laisser la vie, mais il continuait toujours d'avancer. Si bien qu'il parvint finalement de l'autre côté, le dos ensanglanté. Dark s'écroula sur le sol, buvant une gorgée de cette eau qui avait manqué de le tuer, le revigorait à présent. Il lui fallut plusieurs minutes, peut-être plusieurs heures pour récupérer. La notion du temps lui avait complètement échappé. Le soleil se couchait toujours à l'extérieur, si bien qu'il finit par se demander si le mur qu'il pensait transparent n'était pas finalement un trompe-l'oeil. Une fois la douleur de son dos un peu calmée, il se releva avec précaution et franchit la dernière porte.

La dernière salle était splendide. Le sol était fait en marbre coloré dans les tons pastels, allant du rose au bleu. Le plafond était fait de vitraux eux aussi colorés des mêmes teintes. Les murs quant à eux étaient d'un blanc éclatant sur lequel les reflets de la lumière colorée par les vitraux se reflétaient. Cette pièce ne comportait pas d'autre porte que celle par laquelle Dark venait de passer. Cette donnée l'inquiéta quelque peu. Il se sentait piégé, impuissant. N'importe quoi pouvait lui tomber dessus sans qu'il ne puisse lui échapper. Mais au fond de lui-même, quelque chose le retenait. Il n'avait pas fait tout ce chemin pour ne pas savoir ce que tout ceci signifiait.
Il se plaça au centre de la pièce triangulaire et attendit. Le clone sentit à ce moment un souffle d'air dans son coup. Comme si un coup de fouet venait de passer très près de sa nuque. Trop près à son goût. Une sorte de tentacule l'agrippa à la taille et le souleva du sol. Il eut le réflexe de prendre sa dague et de la trancher. Un cri de douleur s'éleva et apparut une sorte de pieuvre géante, qui possédait une armada de tentacules noirs. La pieuvre ne semblait pas avoir de visage, pourtant Dark sentait qu'elle le voyait et savait parfaitement qu'elle était sa position. Cherchant un moyen de se sauver de ce pétrin, il examina attentivement les tentacules. Il ne put soutenir le regard que peu de temps. Il sentit un liquide chaud lui coller le long de son dos. Sa vue se brouillait de minute en minute. Il devait faire vite s'il voulait s'en sortir vivant. Le moindre geste qu'il ferait, n'aurait pour conséquence que d'aggraver les saignements. Il devait agir méthodiquement et rapidement.
Un tentacule s'approcha à nouveau de lui. Le clone l'évita en roulant sur le côté. En s'arrêtant une seconde, il s'aperçut qu'au bout de chaque tentacule se trouvaient des personnes. Dans la plupart des cas, un homme et une femme étaient entrelacés, reliés par un tentacule. Chaque couple semblait réuni par un de ces tentacules monstrueux. Ce qui étonna Dark, c'est qu'ils ne tentaient pas de se libérer de leur emprise. Au contraire, ils paraissaient heureux et reposés. Il reconnut parmi ces gens Link et Ombre, ainsi que Sheik et une autre femme qu'il ne connaissait pas. Ce fut alors qu'il y vit Darkness. Son coeur fit un bon dans sa poitrine. Le clone s'élança sa dague pointée sur le tentacule qui la retenait prisonnière. Il y eut un choc. Dark tomba. Le tentacule était intact.
Etalé sur le dos, il ne comprit pas tout de suite ce qui lui arrivait. Il avait réussi à en trancher une. Pourquoi pas celle-ci ? Il ferma les yeux et réfléchit. Qu'est-ce que pouvait bien être ce monstre ? Et pourquoi y avait-il Link et Ombre dessus ? Sans parler de Sheik et cette femme, et tous ces couples. Pourtant Link était à Hyrule, et Ombre sur l'échine d'Exca. Aucun des deux ne pouvait être physiquement ici. S'ils n'y étaient pas physiquement, alors ce devait être de pures représentations. Des simples consciences psychiques. La réponse lui vint alors. Cette créature était en fait l'amour. Il piégeait les gens, empêchant ceux qui l'avaient trouvé de s'en échapper. Une fois trouvé, il ne laissait aucune de ses proies s'enfuir. Il les retenait par le biais de ses tentacules. Tentacules qui servaient à lier les gens qu'il avait décidé d'unir. Dark ouvrit alors les yeux. Alors moi aussi je suis piégé, pensa-t-il. Un tentacule s'avança vers lui, et s'enroula autour de son buste. Il le souleva et le porta à la hauteur de Darkness. Les deux tentacules se fusionnèrent alors, emprisonnant les deux jeunes gens l'un avec l'autre. Dark enroula ses bras autour du corps de son amie, et s'endormit ainsi.

Trois voix s'élevèrent alors à travers la salle.
- Bienvenue en ce sanctuaire Dark.
Dark se réveilla péniblement. Son dos continuait de le faire souffrir, bien que le sang ne coulait plus.
- Nous avons stoppé ton hémorragie pour le moment. Cependant tu ne devrais pas t'attarder ici trop longtemps. Tâche de trouver un guérisseur à ta sortie.
- Attendez, répliqua-t-il. Qui êtes-vous ? Je ne suis pas sûr de bien comprendre ce qui m'arrive.
- Nous sommes les trois déesses protectrices d'Hyrule, et créatrices de la Triforce entre autres. Tu es ici dans le temple dédié à la Triforce, comme tu as déjà dû le remarquer. Cette salle est le coeur même de celle-ci. Elle représente le triangle vide en son centre. Ce triangle n'est pas vide en réalité. Il contient en réalité une donnée invisible.
- L'union je parie. C'est celui que Ganondorf tenait tant à obtenir pour réunir les trois fragments. Je suis au courant de tout cela, dit-il. Cependant moi je suis juste venu ici dans l'espoir de retrouver Darkness, pas d'écouter une leçon de mythologie.
Un long silence s'installa avant que Dark ne reprenne la parole :
- Ecoutez, ça fait des semaines que je cherche le moyen de la retrouver. Exca m'a amené ici, j'ai compris pourquoi en voyant cette... pieuvre. Mais honnêtement tout ce que je voudrais c'est rester avec elle, peu m'importe où, ou même dans quel état.
- Nous ne t'avons pas fait franchir toutes ces épreuves pour rien, répliquèrent-elles. Tu as gagné le droit de la retrouver. Nous ne pensions pas que tu évoluerais. A la base tu devais être la partie sombre de Link, le mauvais côté qui n'aurait pas dû pouvoir ressentir la moindre émotion positive. Nous étions contre cette idée, mais nous n'avions pas le choix. En t'amenant ici, nous pensions mettre fin à ton existence. Mais tu nous as prouvé au cours de ces derniers jours que tu étais capable d'évoluer et même d'aimer. De ce fait nous allons te laisser la vie sauve.
- Je comprends maintenant les plantes, le golem, le brasier et le mur d'eau. J'aurais dû y passer normalement.
- En effet, répondirent les déesses. Mais tu as su les traverser et te montrer digne de vivre une vie, et même d'obtenir une âme.
- Je ne veux pas d'âme. Tout ce que je veux c'est retrouver Darkness. Le reste, je m'en contrefiche éperdument.
- Tout ce qui reste de Darkness ici, c'est sa conscience. Elle s'est extraordinairement bien battue contre nous, si bien que nous avons décidé de la laisser ici.
- Laissez-la s'en aller avec moi, demanda Dark. S'il vous plaît. Je vous échange l'âme que vous vouliez m'offrir contre sa vie. Je veux juste la retrouver. Qu'on sorte d'ici, et qu'on vive tous les deux, tranquillement, en profitant de tout ce que pourra nous offrir la vie.
- Es-tu sûr de ton choix ? demandèrent-elles. Pour te dire vrai, nous ne voulons pas la laisser partir. Nous n'avons pas confiance en elle.
- Pourtant vous avez dit vous-même que vous me laissiez la vie sauve parce que j'avais évolué, parce que j'étais capable d'aimer. Elle a également ces facultés. Alors pourquoi ?
A nouveau un long silence s'installa. Dark attendit patiemment le verdict qu'elles rendraient. Il prit Darkness dans ses bras et lui murmura à l'oreille :
- Ne t'inquiète pas. Peu importe ce qu'elles décideront, je ne t'abandonnerai pas.
- Nous avons pris notre décision, répondirent-elles. Tu as réussi à nous convaincre. Nous acceptons ton marché. Ton âme contre sa vie. Rentrez chez vous maintenant, Ombre et Exca vous attendent au dehors.
Merci, fut le seul mot qui vint à la bouche de Dark. Il serra son amie dans ses bras et la seconde suivante se retrouva devant le temple avec elle. Ombre retint une exclamation de joie en les voyant, pensant qu'ils avaient tous les deux plus besoin d'un guérisseur que de ses commentaires. Elle aida Dark à jucher Darkness sur Exca et banda le dos du clone pour éviter qu'il ne perde trop de sang pendant le voyage de retour.

Le petit groupe arriva au château d'Hyrule une journée plus tard. Dark ne tenait plus sur ses jambes, Ombre le soutenait du mieux qu'elle pouvait. Au château, on installa Dark et Darkness dans deux chambres séparées et Sheik se chargea des soins. Les soins sur Darkness s'avérèrent simples. Quelques jours de repos lui suffirent à revenir à elle. Par contre pour Dark ce fut plus complexe. Sa blessure au dos s'était infectée pendant le voyage du retour, lui pompant son énergie et mettant en point d'interrogation son futur. Darkness avait interdiction d'aller rendre visite à Dark tant que son état ne se serait pas au moins stabilisé. Elle passait donc ses journées à écouter les récits qu'Ombre lui faisait sur la période qu'elle avait manquée. Les deux jeunes femmes avaient mis du temps avant de se parler de nouveau. Ombre se sentait coupable de tout ce qui s'était produit. Une vengeance idiote. Darkness avait fini par lui pardonner. A chacun ses erreurs.
Seul Link restait toujours absent du paysage. Les déesses seules pouvaient savoir où il s'était réfugié. Ombre passa ses journées à le chercher à travers Hyrule, quand elle n'était pas au château avec Darkness. Sans grand résultat. Même les Kokiris ne savaient pas où avait pu se cacher leur ami. Au bout de deux semaines de recherche Ombre était sur le point d'abandonner, lorsque Darkness lui proposa de l'aider à fouiller avec elle. Les deux jeunes femmes partirent donc le matin suivant à la recherche du héros du temps. Elles s'étaient séparées. Ombre alla du côté du lac Hylia, et Darkness du côté du fleuve Zora. Ce fut Darkness qui le retrouva.
Link était tranquillement allongé sur un rocher et contemplait le ciel. Darkness se faufila sans un bruit derrière lui.
- Alors c'est comme ça qu'on dit bonjour à une vieille copine qu'on n'a pas vue depuis longtemps ?
Link se leva d'un bon.
- Darkness ! s'étonna-t-il. Mais que fais-tu ici ? Je te croyais morte.
- J'ai l'air morte ? s'amusa-t-elle. Moi non, mais le moral d'une amie par contre lui est littéralement mort...
Link se rassit sur son rocher et posa la tête dans ses mains, pour finalement la relever et regarder l'eau du fleuve couler en contrebas.
- Pourquoi tu lui en veux autant ? demanda Darkness. Elle ne pouvait pas me sauver de toute façon. Il faut dire qu'elle n'a pas franchement essayé, mais je pense qu'à sa place j'aurais fait pareil. Quel intérêt avait-elle à s'acharner, quitte à y laisser sa propre vie, tout ça pour sauver son clone ? Elle se débarrassait de ses multiples cauchemars en me laissant disparaître. De plus ce n'était pas à elle de décider si je devais mourir ou vivre. Elle m'a laissé ce choix. Etre sur cette planète ne me plaisait absolument pas. Du moins au début. Maintenant j'ai une raison d'y rester, un homme qui m'aime et que j'aime. C'est pourquoi je me suis battue pour rester. Ne la blâme pas pour ce qu'elle n'a pas fait. Si tu avais eu l'occasion de te débarrasser de Dark, tu l'aurais également saisie. Je me trompe ?
Link resta interloqué. Elle avait raison. Si lui-même avait l'occasion de se débarrasser de son clone, il n'aurait pas hésité un seul instant.
- Mais elle n'avait pas à dire qu'elle t'avait tuée alors ! Et elle prenait ça en riant de surcroît.
- N'as-tu jamais eu envie de te venger de quelque chose que l'on t'avait fait et qui t'avait fait énormément de mal ? Elle s'est servie de ce prétexte pour faire souffrir Dark, pour qu'il souffre de la même façon qu'elle. Elle n'était en effet pas obligée de le faire. Mais elle l'a fait. Et je pense que cela a même été bénéfique pour Dark. Il a appris la signification du "ne fais pas à autrui ce que tu n'aimerais pas qu'on te fasse".
- Où est-elle ? demanda Link.
- Elle te cherche du côté du lac Hylia. Mais vu l'heure qu'il est, elle ne devrait pas tarder à rentrer au château, répondit Darkness.

Link et Darkness rentrèrent au château dans l'espoir qu'Ombre y serait déjà. Lorsqu'elle la vit, Ombre accourut vers Darkness.
- Tu es enfin là ! Alors qu'est-ce que ça a donné de ton côté ? Le mien a été désastreux pour tout te dire.
- Le mien a été plus fructueux, répondit Darkness.
Link apparut alors derrière elle.
- Je vous laisse, j'ai un ordre à enfreindre, dit-elle.
- Link, je ne voulais pas tu sais. Je ne sais pas ce qui m'a pris, s'excusa Ombre. Mais j'étais tellement en colère, alors je me suis servie de la disparition de Darkness. Je sais c'était stupide de ma part, mais...
Il l'interrompit en posant son doigt sur sa bouche.
- Chut, murmura-t-il. Darkness m'a déjà tout expliqué.
Il passa sa main sur son visage et l'attira vers lui.
- Mais... tenta-t-elle de répliquer.
- J'ai dit chut, dit-il doucement.
Pendant qu'ils parlaient, Link l'attirait de plus en plus vers lui.
- Je...
- Tu, rien du tout, acheva-t-il avant de l'embrasser.

Pendant ce temps, Darkness entreprit une petite escapade dans la chambre où reposait Dark. Interdiction d'aller le voir tant que son état ne s'était pas stabilisé. Tu parles oui ! Depuis deux semaines qu'il était là, son état devait largement être stable depuis longtemps. Elle se faufila avec précaution, tel un félin, à travers les multiples couloirs. Pas question de croiser Sheik sinon c'était fichu. Arrivée devant la porte elle l'ouvrit et entra en vitesse à l'intérieur de la pièce, en prenant de soin de refermer la porte sans un bruit.
- Je t'ai connue plus discrète que ça. Ton niveau baisse.
La jeune fille se retourna surprise. Elle trouva Dark assis sur le lit avec un livre entre les mains.
- Tu étais réveillé et tu n'es même pas venu me voir ? le taquina-t-elle. Non mais ça veut dire quoi ça.
Il lui tendit le bras pour qu'elle vienne le rejoindre.
- Ne t'énerve pas comme ça. Ça fait à peine deux heures que je suis réveillé. Je suis même allé te voir, mais ta chambre était vide. Je comprends mieux pourquoi.
- Moi je n'ai pas besoin de deux semaines pour récupérer.
- Gnagnagnagna. A peine réveillé que tu commences déjà à m'embêter, dit-il.
Il la serra dans ses bras et l'embrassa longuement.
- Tu m'as manqué, lui dit-il.

Peu de temps plus tard, Ombre et Link virent arriver Darkness et Dark dans la grande salle. Dark avait un sourire rayonnant pour une fois, sans une once de cynisme, simplement le sourire d'une personne heureuse d'être là.
- Ça s'est réconcilié à ce que je vois dans le coin, railla Darkness.
- Ça a guéri dans l'autre, à ce que je vois, répondit Link.
- Monsieur flemmardait dans sa chambre en attendant que je vienne le chercher, dit-elle.
- La menteuse ! Ce n'est même pas vrai, répliqua Dark. Non mais t'as vu comment t'es ?
Elle lui adressa un des ces plus beaux sourires en guise de réponse.
- Malheureusement trop jolie pour que je puisse répondre quoi que ce soit à ce sourire, dit-il.
Darkness passa ses bras autour de la taille de son amant, et dut se mettre sur la pointe des pieds pour l'embrasser.
- Deux bonnes nouvelles dans la journée, vous permettez que j'en ajoute une troisième ? demanda une voix.
- Zelda, s'exclama Link. Mais bien sûr fais donc. On n'a jamais assez de bonnes nouvelles dans une journée.
- Voilà, je sais que je n'ai pas été vraiment à la hauteur de ma fonction de princesse et de ce fait dirigeante d'Hyrule. J'ai plus souvent mené mon pays à la catastrophe qu'à la paix. D'abord il y a un bon nombre d'années avec Ganondorf et maintenant toujours avec ce même Ganondorf. J'ai été littéralement irresponsable et je m'en excuse. Link, tu as toujours été de bons conseils, et je regrette de ne pas les avoir suivis plus tôt. J'aurais dû aller à toutes ses réunions de sages, plutôt que de me laisser entourlouper par ce chacal de Maliëns. J'ai failli perdre mon royaume à tout jamais.
- Je ne veux pas être pessimiste mais là, c'est tout sauf une bonne nouvelle pour l'instant, se moqua Dark.
La réplique eut pour effet de provoquer l'hilarité générale. Il leur fallut plusieurs minutes avant de se calmer, afin que la princesse puisse poursuivre.
- Et vous quatre avez été là pour réparer mes bêtises. Sauf que... je ne veux plus commettre ce genre d'erreurs. Si bien que je vous demande déjà d'accepter mes excuses pour tout ce que j'ai pu vous faire subir. Et ensuite, j'aimerais vous demander si vous accepteriez de devenir mes conseillers. Tous les quatre.
- On aura droit à ces superbes gâteaux que font les cuisinières lors des réunions ? demanda Dark.
Darkness tapa l'épaule de son ami.
- Dark voyons ! C'est sérieux là !
- Mais je suis sérieux, dit-il. Pas question de devenir conseiller si c'est pour manger ces horribles pains que s'ingurgitent les sages.
Cette fois-ci ce fut Zelda qui se mit à rire la première, emportant les autres dans son sillage.
- Bien sûr Dark, s'il n'y a que ça pour te faire plaisir, répondit la princesse.
- Alors, moi j'accepte votre proposition princesse, dit-il.
- Et nous l'acceptons tous les quatre, dit Link.
- Je vous en remercie du fond du coeur, dit la princesse. Je ne sais pas ce que je ferais sans vous. A nous cinq, Hyrule est entre de bonnes mains.
Link prit la main d'Ombre dans la sienne.
- On n'en doute pas une seconde, dit-il.

FIN   

Ce texte a été proposé au "Palais de Zelda" par son auteur, "Shadowyn". Les droits d'auteur (copyright) lui appartiennent.

Note légale : Ce site est protégé par les lois internationales sur le droit d'auteur et la protection de la propriété intellectuelle.
Il est strictement interdit de le reproduire, dans sa forme ou son contenu, sans un accord écrit préalable du "Palais de Zelda".
retour au haut de la page
Le Palais de Zelda :: Webmaster: Ariane
Design créé par Sylvain
www.palaiszelda.com :: Copyright © 1999-2014