• Legend of Zelda
  • Adventure of Link
  • A Link to the Past
  • Link's Awakening
  • Ocarina of Time
  • Majora's Mask
  • Oracle of Seasons
  • Oracle of Ages
  • The Wind Waker
  • The Minish Cap
  • Four Swords Adventures
  • Twilight Princess
  • Phantom Hourglass
  • Spirit Tracks
  • Skyward Sword
  • A Link Between Worlds
  • Tri Force Heroes
  • Breath of the Wild
  • jeux The Legend of Zelda

Entre Ciel et Terre

Ecrit par Mastroyal


Note de l'auteur : Cette fan fic est la "suite" de "Au-dessus des Cieux", de Draegor, disponible sur fanfiction.net. Je tiens à préciser également que l'Univers où cette histoire a lieu ne m'appartient pas... En revanche, ce récit m'appartient, et vous êtes donc priés de ne pas le reproduire (même partiellement), le copier ou l'adapter SANS mon autorisation préalable.
Sur ce, je vous souhaite une bonne lecture et n'hésitez pas à me faire parvenir vos retours. N'hésitez pas non plus à jeter un oeil au texte de Draegor, ne serait-ce que pour bien suivre mon histoire ^^

P-S : Le résumé qui suit retranscrit l'intégrale de la fan fiction de Draegor. Tout droit sur ce résumé lui est donc entièrement réservé.


Avant-propos : Résumé de la fan fiction de Draegor : "Au-dessus des Cieux"

L'histoire se passe à Célesbourg, un petit village situé au-dessus des nuages, entouré par d'autres îles flottantes. C'est dans cet endroit paisible que vit Link, un jeune garçon de 17 ans, élève à l'école de chevalerie. Zelda, la fille du directeur Gaepora, est la meilleure amie de Link depuis leur plus petite enfance, et est du même âge que celui-ci. Tous les deux aspirent à devenir chevaliers, et apprennent notamment à se battre à l'épée ou à mieux voler avec leurs célestriers (des oiseaux géants qui leur servent de monture).

À la fin de leur dernière année d'étude en classe inférieure, le jour de la Chevauchée Céleste arrive enfin ! L'occasion pour Link de prouver sa valeur est venue, car le vainqueur de la compétition passera en classe supérieure (où Zelda l'attend) et deviendra apprenti chevalier. Malheureusement, de nature un peu feignante, notre jeune homme néglige trop son entraînement et Zelda ne manque pas de le remarquer. Par l'intermédiaire de son célestrier, elle lui envoie une lettre et le réveille aux aurores, le jour de la Chevauchée pour qu'il puisse s'entraîner convenablement. Link rejoint donc Zelda qui, pour la cérémonie du vainqueur, a pris des atours pour ressembler au mieux à la déesse Hylia, qui veille sur le village depuis l'aube des temps. Mais au moment de s'entraîner, le célestrier de Link ne répond pas à son appel. Inquiet, le jeune homme part enquêter et ne tarde pas à découvrir que son oiseau a été enfermé dans une cage de fortune par Hergo, un autre élève de l'école, aux cheveux roux en houppette, qui déteste Link car il attire sans arrêt le regard de Zelda. Link finit par le délivrer et peut donc s'entraîner... avant de se préparer pour le départ de la Chevauchée Céleste !
Le départ est donné et Link se précipite pour grimper sur son célestrier... Mais au cours de la compétition, Hergo le distance et lui balance des oeufs à la tête pour l'empêcher de gagner. Découragé, Link se laisse aller au désespoir et n'arrive plus à se concentrer sur la statuette d'oiseau qu'il est censé attraper pour remporter la victoire. De noires idées envahissent son esprit et il imagine déjà la déception de Zelda à qui il a promis d'empêcher Hergo de gagner... Quand soudain, des cris, des vivats et des acclamations le tirent de sa rêverie. Face à lui, tous les habitants de Célesbourg l'ovationnent. Dans sa main droite... Link tient la statuette d'oiseau. Il a donc gagné la Chevauchée sans même s'en rendre compte ! Zelda, ravie, l'entraîne devant la statue de la déesse et lui remet son prix : un parachâle, un tissu qui lui permettrait d'atterrir en douceur. Puis, elle se rapproche de lui et lui murmure sa reconnaissance à l'oreille. Link comprend alors qu'il a des sentiments pour elle.

Le jour suivant, c'est le début des grandes vacances. Bien qu'il n'y ait plus de cours à suivre, Zelda réveille Link aux premières lueurs de l'aube. Ils passent donc leur premier jour de congé ensemble, visitant le marché, se promenant dans le ciel sur leurs célestriers, riant, se moquant d'Hergo ou s'allongeant dans l'herbe en se tenant la main... Pourtant, ce simple geste, autrefois si familier, réveille en Link des sentiments nouveaux. Et Zelda semble apparemment ressentir la même chose, car elle se redresse et demande à son ami si quelque chose n'a pas changé entre eux... Link l'admet en rougissant, mais son estomac vide empêche cette conversation de se poursuivre. Les deux jeunes gens décident alors de se rendre à la Citrouille Perchée, le rendez-vous habituel des affamés du ciel. Et, pour faire bonne mesure, ils se font la course, le perdant devant flatter l'ego d'Hergo.

Après un (trop ?) copieux repas où Link, ayant battu Zelda à la course ET fait payer l'addition, nos deux héros rentrent à Célesbourg où Célestin, un autre de leurs camarades, leur apprend qu'un bal aura lieu le soir même pour célébrer la fin de l'année scolaire. Link, un peu pris de court, demande à Zelda d'être sa cavalière. Celle-ci accepte mais, apprenant que Link ne sait pas danser, l'entraîne dans sa chambre pour lui inculquer les bases. Toutefois, le jeune homme se laisse une nouvelle fois aller à la rêverie et ne voit que Zelda devant lui, sans prêter attention à ce qu'elle lui enseigne. La jeune fille s'en rend assez vite compte et, après un léger rire, pousse Link hors de sa chambre pour qu'elle puisse se préparer pour le bal... C'est à ce moment précis que Hergo, voyant Zelda pousser Link sur le pas de sa porte, bouscule le jeune homme qui, perdant l'équilibre, tombe en arrière en se retournant... Et ses lèvres croisent alors celles de Zelda. Ce contact ne dure qu'un très bref instant puis, comprenant ce qui s'est passé, Link s'enfuit et se réfugie dans sa propre chambre.

Le jeune homme se jette sur son lit, rouge comme une écrevisse... D'une main, il touche ses lèvres, n'en revenant toujours pas de ce qui s'est passé. Certes, il devrait remercier Hergo. Mais... est-ce que Zelda l'aime seulement ? Perdu dans ses pensées, il ne se rend pas compte qu'il est en train de les formuler à voix haute... jusqu'à ce que la voix de Célestin, dans la chambre voisine, lui réponde. Pour Célestin, Zelda est amoureuse de Link, c'est une certitude. Et voyant que Link appréhende le bal, il lui conseille de rester comme il est, avec Zelda. De lui parler normalement, sans rougir, et il lui promet que ça l'aidera. Reprenant un peu confiance en lui, le jeune homme décide de prendre une douche et de se changer, en ne croisant personne d'autre dans les couloirs que Hergo, qui tente de le frapper par colère d'avoir provoqué le premier baiser entre Link et Zelda. Lorsque vient le moment d'aller au bal, il va donc chercher sa cavalière, resplendissante dans sa robe de soie blanche. Intimidé, Link lui tourne un petit compliment, avant de partir au bal avec elle. Arrivés sur place, ils s'assoient à une table en attendant l'heure de danser. Link tente de lui parler de ce qu'il s'est passé après que Hergo l'ait bousculé, mais Zelda ne semble pas s'en formaliser. L'heure de danser sonne, et bien que les leçons de danse n'ont pas réellement porté leurs fruits, Link savoure le moment qu'il passe dans les bras de Zelda... jusqu'à ce que Hergo intervienne et repousse Link en disant que seul lui a le droit de danser avec elle. Mais la jeune fille ne l'entend pas de cette oreille, et gifle le grand rouquin en le menaçant au milieu de tous les danseurs. Puis, elle se tourne vers son cavalier, s'approche de lui et, sans sommation, l'embrasse devant tout le monde. Le jeune homme sent son coeur tomber dans sa poitrine et croit avoir passé la meilleure soirée de toute sa vie... Merci, Hergo.

Lorsqu'elle rompt le contact entre leurs lèvres, elle prend la main de Link et l'emmène en direction de la cascade, où, après un autre baiser, son cavalier tente de lui avouer maladroitement ses sentiments. Mais Zelda éclate de rire, lui reprend la main, et retourne à la fête avec lui, sous l'oeil mécontent de Hergo qui décide de quitter les lieux d'un air furieux. De retour sur les lieux des festivités, Célestin et Kiko (un autre élève de l'école qui étudie en classe supérieure) leur demandent s'ils sont enfin ensemble. La jeune fille répond que c'est à Link qu'il revient de clarifier la situation, le mettant ainsi dans l'impasse. N'ayant plus le choix, son cavalier soupire un vague "Je t'aime" gêné. En riant, Zelda le somme de parler plus fort... Sans grand résultat. Elle insiste, encore et encore... jusqu'à ce que Link, à bout, crie "Je t'aime !" à pleins poumons ! Voyant qu'elle s'est faite prendre à son propre piège, elle s'approche de lui, le prend dans ses bras et répond : "Je t'aime aussi, Link."

Le lendemain, Link se réveille de lui-même à l'aube. Seul dans son lit, il ne peut s'empêcher de sourire. Zelda et lui sont maintenant en couple. Il se lève, sort de sa chambre, et décide d'aller voir sa dulcinée (en entendant au passage Hergo pleurer dans son sommeil). Une fois dans la chambre de Zelda, celle-ci se réveille et lui sourit. Mais alors qu'ils se taquinent, trois coups sont frappés à la porte. Rapidement, Link se cache derrière l'armoire tandis que Zelda ouvre... pour se retrouver face-à-face avec son père, M. Gaepora, le directeur de l'école. Celui-ci demande à sa fille de se tenir éloignée de Link, car il la juge trop jeune pour avoir un petit ami. Elle ne manque pas de protester, mais le directeur refuse de revenir sur sa décision, et déclarant qu'il parlerait également au jeune homme... qui choisit ce moment précis pour sortir de sa cachette, déclarant qu'il aime Zelda et que rien ni personne ne l'empêchera de la voir. Furieux, M. Gaepora menace Link de le renvoyer si, par malheur, il ne met pas fin à sa relation avec sa fille. Zelda, bouleversée, profite du départ de son père pour embrasser Link qui lui promet de tout faire pour rester avec elle, même s'il devrait, pour cela, renoncer à son rêve, celui de devenir chevalier.

Quand les choses se calment un peu, le jeune homme tente alors de discuter avec le directeur... sans grand résultat. De plus, le caractère de Zelda semble avoir changé radicalement. Furieuse contre son père, elle décide alors de le provoquer. Et pour parvenir à ses fins, elle "drague" Hergo devant son père, avant de l'embrasser et de le gifler par la suite, tout en hurlant à son père d'être responsable de tout. M. Gaepora, d'abord outré par la scène dont il a été témoin, s'entête à dire à sa fille qu'elle est trop jeune, et qu'il ne veut pas qu'elle subisse le même sort que sa mère, morte à un jeune âge. Mais Zelda s'effondre au sol en pleurant, disant à son père que l'amour fait partie de la vie. Link enlace alors Zelda par derrière en suppliant le directeur du regard.

Link ramène Zelda dans sa chambre, impressionné par ce qu'elle venait de faire. Zelda se lève, disant qu'elle a besoin d'aller vomir après avoir embrassé Hergo, mais tombe nez à nez avec son père devant sa porte. Celui-ci tente de lui parler mais sa fille, toujours furieuse contre lui, le bouscule et court s'enfermer dans la salle de bain. M. Gaepora regarde Link dépité, mais celui-ci évite son regard et rejoint Zelda. En l'entendant pleurer, le jeune homme se décide à rentrer dans la salle de bain et la retrouve assise au bord de la baignoire, le visage constellé de larmes. Elle tourne la tête vers lui et lui reproche de l'avoir laissée seule. Mais Link lui répond que cette épreuve, elle ne la traverse pas seule, justement... Elle se jette dans ses bras, ne comprenant pas pourquoi tout était aussi compliqué. Link pense que c'est pour cette raison qu'on peut autant apprécier les bons moments. Et pour changer les idées de sa bien-aimée, il lui propose une baignade à la cascade. Zelda accepte et les deux jeunes amants finissent par passer un agréable moment ensemble, jouant à s'arroser avec la même joie que quand ils étaient enfants.

La situation, cependant, ne s'améliore pas. Bien que M. Gaepora n'ait plus parlé ni avec Link, ni avec Zelda, ces deux-là sentent que les choses n'ont pas changé. Et pour couronner le tout, Panalie, la jeune fille qui tient la banque au marché couvert, embrasse Link dans son demi-sommeil, trois jours après sa baignade. Celui-ci se réveille et lui hurle qu'il est déjà avec Zelda et qu'il n'est pas question qu'il sorte avec elle. Zelda, justement, ayant tout entendu, se précipite dans la chambre de Link et chasse Panalie à coups de poings ! Ensuite, fatiguée, elle avoue à Link qu'elle ne sait plus où donner de la tête. D'abord Hergo, ensuite son père, et maintenant Panalie. Link a alors l'idée de les punir tous les trois, histoire d'être enfin tranquille pour le reste des vacances. Le plus facile d'abord : Hergo. Après s'être habillé, Link se rend à la chambre de Maître Arfan, un des professeurs de l'école, et lui explique qu'il sait prouver que Hergo a volé son oiseau le jour de la Chevauchée Céleste et qu'il lui a lancé des oeufs pendant la compétition pour tricher. Maître Arfan, en entendant Link, décide de lui faire confiance. Le jeune homme entraîne donc son professeur devant la chambre de Hergo et lui demande de bien coller son oreille à la porte... avant de rentrer dans la chambre de son ennemi juré. Celui-ci, devant les interrogations de Link au sujet du vol de son oiseau et du lancer des oeufs, répond avec moquerie qu'il avait agi par charité. Le pauvre célestrier devait connaître la vie dure aux mains de Link... Et pour les oeufs, sachant que Link n'a pas de quoi s'acheter à manger à la cantine, il les lui a lancés de bon coeur. Quand l'intéressé le menace de tout raconter à Maître Arfan, Hergo éclate de rire, en disant que cet abruti de professeur aux cheveux blancs ne le croira jamais... C'est donc ce moment précis que "l'abruti" en question choisit pour entrer dans la pièce en imposant à Hergo un mois de corvées complètes, ainsi que 200 rubis (la monnaie de Célesbourg) de dédommagement à payer à Link. Le gêneur aux cheveux roux est maintenant hors d'état de nuire.
Ensuite, c'est au tour de Panalie. Cette fois, c'est Zelda qui s'en charge, mais Link l'accompagne tout de même. Ils s'envolent vers l'île aux bambous, où le père de Panalie passe tout son temps à méditer et à s'entraîner au maniement de l'épée, en coupant un bambou en plusieurs morceaux en un temps record. Sachant cet homme très protecteur envers sa fille (peut-être même plus que M. Gaepora), Zelda lui insinue donc que sa fille fréquente sans doute un garçon. Il n'en faut pas plus pour éveiller la colère de l'homme qui remercie Zelda de l'avoir prévenu, et promet que sa fille allait l'entendre une fois le soir venu. Le coup est peut-être lâche, sachant que Zelda a vécu une situation similaire quelques jours plus tôt, mais au moins, Panalie est maintenant hors course. Il ne reste maintenant plus qu'à punir M. Gaepora. Link et Zelda rentrent à l'école de chevalerie et s'enferment dans la chambre de la jeune fille pour réfléchir à un nouveau plan.

Link est d'abord incrédule devant le plan que lui propose Zelda... Celle-ci lui propose de faire semblant de coucher avec lui, en faisant en sorte que son père soit témoin. De cette façon, elle pense l'humilier. Mais Link continue de s'y opposer. Zelda et lui ne sont ensemble que depuis six jours à peine. Cependant, le jeune homme ne peut s'empêcher de penser au changement de caractère de Zelda. Elle, autrefois douce, est maintenant rebelle. Autrefois prévenante, la voilà rancunière. Autrefois pure malgré quelques taquineries, elle est devenue prête à tout. De plus, ce plan pourrait largement déraper. Célesbourg n'est qu'un petit village, et tout le monde pourrait être au courant que la fille du directeur s'est offerte à celui dont il lui a interdit de l'approcher. Même si les habitants sont en général plutôt gentils les uns envers les autres, Link appréhende leurs possibles réactions. Mais Zelda le rassure en lui promettant que seul son père sera témoin et que, même si elle l'aime beaucoup et qu'il a toujours été présent pour elle, elle veut lui faire comprendre qu'il est allé trop loin et qu'il a brisé quelque chose en elle. Finalement, le jeune homme accepte et Zelda, ravie, s'assoit à côté de lui et lui prend la main, puis l'aide à s'allonger. Link la fait s'allonger sur lui, et savoure ce moment. Tard dans la nuit, il se réveille et décide d'aller chercher à manger pour eux deux. Après s'être nourris, Link et Zelda s'embrassent et décident de dormir ensemble dans le même lit.

Le lendemain, ils décident de mettre leur plan à exécution. Pour être sûrs que seul M. Gaepora soit témoin de leur "aventure", ils choisissent de monter une tente derrière la statue de la déesse. Sachant que seul le directeur possède la clé pour y accéder la nuit, les risques que ce soit quelqu'un d'autre qui les "surprenne" sont donc minces. Après s'être assurés que le père de Zelda les entend se donner rendez-vous à 21h derrière la statue de la déesse, ils se promènent dans Célesbourg en attendant l'heure... Lorsque vient le moment fatidique, ils attendent dans un premier temps que quelqu'un arrive, puis font semblant de se lancer dans de passionnants ébats. Puis, ils sortent de leur tente, prêts à se moquer de M. Gaepora... pour se retrouver nez à nez avec Kiko, l'élève de classe supérieure. Celui-ci les accuse de souiller le sol sacré de la déesse avec leur union, et les menace de tout révéler aux habitants... C'est alors que le directeur intervient, disant que la première union d'un jeune couple n'est pas un péché, mais la chose la plus pure au monde. Et que durant la semaine qui s'était écoulée, il avait enfin compris à quel point sa fille était heureuse. Il s'excuse auprès de Link pour ce qu'il a fait, mais le prévient qu'il sera tout de même renvoyé si sa fille est enceinte. Zelda explique à son père qu'il ne s'agissait que d'une farce pour tenter de le faire bisquer. À leur grande surprise, M. Gaepora éclate de rire et leur souhaite bonne nuit. Link et Zelda se regardent... Cette fois, ils ont gagné leur bataille. Ils seront enfin tranquilles... et ensemble.

La fin des vacances arrive beaucoup trop vite au goût de Link et de Zelda. Cependant, la rentrée qui s'annonce est signe d'une vie nouvelle. Link et Zelda passent tous les deux en classe supérieure, première année. Kiko et Grida (sa copine) passent en deuxième année supérieure... Quant à Hergo et les autres, ils restent en cycle inférieur. Pour une fois, Link aura droit à un peu de répit. Ce dernier se réveille aux aurores, s'attendant à ce que Zelda vienne frapper à sa porte, comme tous les matins depuis à peu près deux mois. Mais rien ne se passe. Link finit par la retrouver dans la salle de bain, où il échange avec elle quelques petites répliques bien senties, avant de faire sa toilette et de descendre avec elle en salle de classe. Lorsque Maître Arfan les accueille, il les prévient qu'un troisième camarade allait les rejoindre. Et ce camarade n'est nul autre que... Célestin. Bien que n'ayant pas participé à la Chevauchée Céleste, il a appris que Hergo allait tricher, et s'est donc servi de cette excuse pour repasser l'examen. De plus, il semble qu'il ait profité des vacances pour se muscler, et sa mentalité a l'air d'avoir beaucoup changé. À la fin du cours, Link et Zelda se retrouvent à la cantine, apprenant qu'il n'y aurait pas classe l'après-midi. Le jeune homme demande à Zelda ce qu'elle pense de la venue de Célestin dans leur classe. Alors que cette dernière répond qu'il a beaucoup changé, Link la taquine en évoquant leur nuit passée ensemble sous la tente, à simuler des ébats. Mais la jeune fille regarde par-dessus l'épaule de son amant, ce qui le fait se retourner et se retrouver face à face avec... Hergo, qui a tout entendu. Link évite sa charge de justesse, embrasse Zelda sur la joue, et se met à courir pour échapper à un Hergo très remonté. Il détale à toutes jambes en direction de la grand place, puis essaye de le semer dans le labyrinthe des maisons, avant de plonger tête la première dans la rivière pour atteindre l'autre rive pour sauter de l'île flottante et appeler son célestrier afin de s'envoler dans les airs. Cependant, malgré ses efforts, Hergo est toujours à ses trousses. Exaspéré, Link se pose sur une petite île pour faire face à son poursuivant, et lui fait comprendre que si Zelda ne sortirait jamais avec quelqu'un comme Hergo, c'est précisément à cause de son machisme et de son désir de possession. Furieux, Hergo lui rétorque que justement, puisque Link est si parfait et lui, si antipathique... il n'a pas besoin qu'on le lui rappelle. Link est toujours à briller, tandis que lui, Hergo, est toujours dans son ombre, et que c'est pour ça qu'il a toujours été un enfoiré. Après tout, il faut contraster avec le héros, non ? Il a tout fait pour être meilleur que Link. Il s'est musclé, il a travaillé à fond... mais au final, c'est Link qui l'a battu à la Chevauchée Céleste. C'est Link qui a pris celle qu'il aime. Et maintenant, il va se venger. Link ne cherche pas à réagir face aux coups que lui inflige son rival... Celui-ci, hors de lui, notamment parce qu'il sait que sa basse vengeance ne lui apporte aucune satisfaction, le jette de l'île flottante. Mais alors que Link s'apprête à appeler son célestrier, Zelda intervient et le réceptionne sur son propre oiseau. Elle peste contre Hergo et les blessures qu'il a infligées à Link, mais celui-ci lui répond que Hergo allait changer, un jour ou l'autre. Puis, il demande à Zelda où elle l'emmène et celle-ci lui répond que le hasard allait décider. Tandis qu'ils s'élancent dans les cieux à dos de célestrier, Link ne peut s'empêcher de sourire. Finalement, sa vie est comme celle qu'il a toujours connue. La seule différence, c'est qu'il n'a plus de meilleure amie. À la place, il a une petite amie. Tout a changé, mais tout est comme avant. Et il est heureux. Zelda est heureuse aussi... car ils sont au-dessus des cieux.

Fin de l'avant-propos

Prologue

Trois ans se sont écoulés depuis que Link et Zelda sont devenus un couple. La vie a continué à suivre son cours, même si beaucoup de choses ont changé. Pour commencer, Kiko et Grida ont quitté l'école de chevalerie et ont rejoint la patrouille céleste, leurs études désormais terminées. Dorénavant, ils disposent de l'autorisation de voler la nuit. Hergo a enfin fini par rentrer en classe supérieure... Malheureusement pour lui, il est seul. Orbo et Latruche, ses deux acolytes, sont passés en classe supérieure avant lui, ce qui l'énerve au plus haut point. Panalie, la jeune fille qui tient toujours la banque du village, a dû définitivement oublier Link, mais elle s'obstine à refuser sa clientèle... Qu'à cela ne tienne, car notre sympathique héros peut compter sur Célestin pour confier ses affaires à la banquière récalcitrante (tant qu'il ne révèle pas à qui elles appartiennent). Célestin, d'ailleurs, comme Link et Zelda, arrive au terme de sa troisième et dernière année d'études en classe supérieure. Il ne reste désormais plus qu'une dernière épreuve à passer aux trois élèves pour enfin pouvoir devenir chevaliers. Cette dernière doit justement se dérouler après la Chevauchée Céleste annuelle, en fin de matinée, après que les élèves de cycle inférieur se soient disputés la compétition. Link et Zelda vivent maintenant ensemble depuis près de trois ans. Leur vie amoureuse n'a cependant plus grand-chose de palpitant comparé au début de leur relation. Cela ne les empêche cependant pas de continuer à se promener ensemble, à se baigner tous les deux, à aller manger à la Citrouille Perchée, ou à tout simplement s'allonger dans l'herbe. Mais bien que cela les rende toujours heureux, cette routine qui s'est installée leur fait parfois regretter les difficultés qu'ils ont connues au début de leur couple... Même Hergo a peu à peu cessé de courir derrière Link. Celui-ci a justement parlé à Zelda de ce qu'il ressent par rapport à cette sorte de monotonie :

- Tu sais Link, je ressens la même chose... a-t-elle répondu. Mais il faut croire que les couples finissent toujours par s'installer dans la routine. On n'y peut rien...
- Je n'en suis pas si sûr. Je pense qu'il manque quelque chose à nous deux. Quelque chose qu'on a encore jamais fait.
- Mais, à part le mariage et avoir des enfants, on a tout fait, Link.
- Je sais, Zelda. Pourtant, je n'arrive pas à m'enlever cette idée de la tête. Bah, écoute... je finirai sûrement par trouver de quoi il s'agit.

Mais plus les jours passent, plus Link se décourage. Car il a beau se retourner tous les scénarios possibles dans sa tête, il ne voit toujours pas en quoi ce manque pourrait consister. Bientôt, cependant, il n'a plus le loisir d'y réfléchir davantage. Car le jour J approche. Celui de la dernière épreuve qui lui permettrait de devenir chevalier... L'épreuve du "Fleuve de Pierres".

Chapitre 1 : Craintes   up

Je suis assis à côté de Zelda, comme tous les jours depuis maintenant près de trois ans. La cantinière nous sert l'inévitable bol de soupe à la citrouille, puis s'éloigne de nous en maugréant pour aller servir les autres élèves. Du coin de l'oeil, je regarde les nouveaux qui ont rejoint l'école de chevalerie. Nacia, la fille du bricoleur, a rejoint l'école l'année dernière. Goël, quant à lui, est arrivé cette année. Mais je me rends compte que peu d'élèves sont présents en cycle inférieur. Célesbourg est un bien trop petit village pour que l'école se remplisse chaque année. Le directeur a bien évidemment soulevé l'hypothèse d'explorer de nouveaux horizons. Après tout, personne n'est jamais allé plus loin que l'île de Terry au nord, ou que la Citrouille Perchée, à l'est. Et bien sûr, personne n'a jamais pu se rendre en dessous de la mer de nuages. Mais dans les deux cas, même nos célestriers nous empêchent de parvenir à nos fins. Chaque fois qu'on s'éloigne trop de Célesbourg, ils font demi-tour d'eux-mêmes et nous forcent à rentrer au bercail. Perdus dans mes pensées, j'entends à peine la voix de Zelda qui me dit :

- Tu ne manges pas, mon amour ?

Mon amour... Depuis bientôt trois ans maintenant qu'elle m'appelle comme ça. Mais je ne réagis pas à son appel... si bien qu'elle doit élever la voix :

- Hé, Link !
- Hein... pardon ? dis-je, revenant d'un coup à la réalité.
- Si tu ne manges pas, tu ne vas pas beaucoup dormir cette nuit, et je devrais encore venir te réveiller demain matin.
- Ce qui ne sera pas pour me déplaire, rétorque-je avec un sourire.

Zelda, malgré sa mine sévère, sourit à son tour.

- Peut-être... mais je commence à me lasser de venir frapper à ta porte pour te réveiller.
- Pourtant, tu te lasses pas de dormir avec moi.
- Plus fort, je pense que Hergo t'a pas entendu.
- Hergo est à l'autre bout de la cantine, réponds-je. Mais puisque tu m'y fais penser, je vais te dire ce qui me tracasse. En fait, je pense avoir trouvé...
- Trouvé quoi ?
- Trouvé ce qui manque à notre relation.
- Mais Link... commence-t-elle.
- Je sais qu'on a déjà tout fait ensemble... Cependant, il y a des limites à ce que nous pouvons ou avons pu faire. J'ai envie de plus, mais en même temps, c'est quasiment impossible. Et pourtant...
- Pourtant quoi ? Crache le morceau, vas-y...
- Eh bien, je sais pas si tu t'en es rendue compte, mais j'ai l'impression qu'il y a de moins en moins de gens à Célesbourg. Quand on était enfants, ça grouillait d'activité et la grand-place était noire de monde. Mais en grandissant, les plus âgés ont fini par mourir, nos aînés se sont mariés... Enfin, j'ai vraiment la sensation qu'on est de moins en moins nombreux au village.

Zelda réfléchit quelques instants à ce que je viens de lui dire.

- Tu sais, c'est normal qu'il y ait de moins de moins de gens au fil des générations. Malheureusement, on ne peut rien y faire. Et si on se braque dessus, on oublie de vivre l'instant présent.
- Au contraire... je t'ai dit que je pensais comprendre ce qu'il nous manquait. En fait... je pense qu'il nous manque de nouveaux horizons à explorer. De nouvelles aventures ensemble.

Ma bien-aimée me regarde d'un air surpris.

- Tu veux qu'on parte à l'aventure ? Mais... pour aller où ? Et quel est le rapport avec la population de Célesbourg ?
- J'ai du mal à croire qu'on soit réellement seuls. Je me demande s'il n'y a pas de la vie ailleurs... D'autres humains hors des limites de ce que nous connaissons. Peut-être même aussi en dessous des nuages. Tu m'avais parlé de la Terre le jour de la Chevauchée Céleste il y a trois ans, tu te souviens ?
- Link... soupire-t-elle. L'accès à la Terre nous a été interdit. Aucun célestrier n'a réussi à traverser la mer de nuages. Et ceux qui ont tenté la chute libre se sont retrouvés bloqués par une force puissante.
- Je sais, Zelda... Tant pis, oublions cette histoire.
- Essaye de manger un peu quand même... Demain, nous devons passer notre dernière épreuve pour devenir chevaliers.

Je souris, repensant à mon rêve qui allait bientôt devenir réalité, et je commence à manger, sous l'oeil de Zelda. Après le dîner, nous nous retrouvons dans sa chambre pour parler des vacances qui approchent. De commun accord, nous avons convenu d'attendre la fin de nos études pour envisager un mariage. Après tout, nous sommes ensemble depuis près de trois ans... Le moment est peut-être venu de sceller notre couple. Nous continuons à parler, à rire et à plaisanter jusque tard dans la nuit, puis Zelda me propose de dormir avec elle dans son lit. Impossible de lui refuser une telle demande, et je m'allonge donc à côté d'elle. Elle s'endort rapidement, mais je reste éveillé encore quelques temps... Je n'arrête pas de repenser à ce que j'ai remarqué concernant les habitants du village. Et si, d'ici quelques décennies, Célesbourg devenait une ville-fantôme ? Qu'allait-il advenir de nos maisons, de nos champs de citrouilles, de nos terres et, plus important encore, de nos célestriers ? Je me tourne vers Zelda pour lui en parler, mais la voir si paisible dans son sommeil suffit à me faire changer d'avis. Au fond, elle a sûrement raison. À quoi bon s'inquiéter pour l'avenir ? On oublie de vivre le présent. À propos de présent... d'une main, je fouille une poche de mon uniforme resté au sol, et j'en sors un petit coffret que j'ouvre délicatement. À l'intérieur, une bague repose sur un écrin de velours noir. C'est la dernière que Dorco a pu fabriquer avant que son robot ne tombe en panne. Elle m'a coûté fort cher, mais quand on aime, on ne compte pas. J'ai l'intention de demander la main de Zelda dès le premier jour des vacances. Ça fera alors trois ans tout rond que nous sommes ensemble. J'espère seulement que son père ne s'y opposera pas... Cette perspective de me marier bientôt avec celle que j'aime suffit à chasser mes craintes de mon esprit et bientôt, je m'endors aux côtés de Zelda.

Chapitre 2 : L'épreuve du Fleuve de Pierres   up

Debout sur la Grand'Place, ma main dans celle de Zelda, nous assistons à la Chevauchée Céleste qui oppose Nacia à Goël. Pour cette édition, plus de statuette à attraper. Mais Maître Hulul s'est surpassé en imaginant une épreuve de figures aériennes, avant de procéder à une descente en piqué, suivie d'un rétablissement du célestrier avant l'atterrissage. Celui ou celle qui réalisera la meilleure prestation passera en classe supérieure et se verra offrir un parachâle semblable au mien. Tandis que Nacia effectue un incroyable looping où elle se jette de son célestrier au sommet de la boucle pour y retomber à la fin de la figure, je ne peux m'empêcher d'échanger un regard complice avec Zelda. Quand nous étions enfants, nous étions aussi casse-cou qu'eux, nous faisant parfois hurler dessus par les professeurs qui jugeaient que nous prenions trop de risques. Nacia choisit ce moment précis pour amorcer une descente en piqué droit sur nous deux, les ailes rabattues... Tout le monde autour de nous pousse des cris de surprise, mais elle fait ouvrir les ailes de son oiseau au tout dernier moment pour planer et se poser non loin.

- Excellent ! clame Maître Hulul. Vraiment excellent, Nacia ! Très belle prestation ! Bien... Goël, à ton tour, maintenant !

Goël se jette à son tour dans le vide et appelle son célestrier. Alors qu'il commence ses premières figures, je sens une main se poser sur mon épaule. Je me retourne, et me retrouve face à Célestin.

- Link, Zelda... commence-t-il. Maître Arfan veut nous voir tout de suite après la prestation de Goël pour l'épreuve du Fleuve de Pierres.
- Ah bon ? s'étonne Zelda. On ne peut pas assister à la cérémonie du vainqueur ?
- Non... il veut que ce soit fait au plus tôt, sachant qu'on est trois à tenter le coup.
- D'accord, je lui réponds. Dis à Maître Arfan qu'on sera là à l'heure.

Célestin s'éloigne, tandis que Goël effectue un spectaculaire tonneau avec son oiseau, suivi d'une boucle de la mort. La main de Zelda se resserre sur la mienne et elle murmure :

- D'après toi, en quoi va consister l'épreuve du Fleuve de Pierres ?
- J'en sais rien... J'imagine qu'on va devoir traverser des pierres en un temps record. Et toi, qu'est-ce que tu en penses ?
- Moi, je pense plutôt à une sorte de chasse au milieu des rochers.
- En tout cas, c'est le dernier examen à passer avant de pouvoir devenir chevaliers. Tu te rends compte, mon ange ? Nous allons enfin réaliser notre rêve...
- Hé, Link ! Regarde Goël !

Je dirige mon regard droit sur lui et le vois amorcer sa propre descente en piqué. Sauf que contrairement à Nacia, son célestrier se met à vriller sur lui-même, accélérant sa progression.

- Il est complètement fou ! hurle Latruche. Il est pas suffisamment haut, il va s'écraser !

Latruche a raison... Goël est à peine à une trentaine de mètres. Mais au moment où je m'attends à le voir percuter le sol de la Place, son oiseau déploie ses ailes pour freiner, fait une sorte de pirouette aérienne avant d'atterrir en douceur, sous les applaudissements de la foule.

- Spectaculaire ! déclare Maître Hulul. Vraiment exceptionnel ! Bien... maintenant, je vous demande à tous de patienter, le temps de délibérer des résultats avec M. le directeur.
- Viens Link, fait Zelda en me tirant par la main. On doit aller rejoindre Maître Arfan.

À contrecoeur, je m'éloigne des festivités et des autres villageois qui se précipitent sur Nacia et Goël pour les féliciter de leurs exploits. Maître Arfan nous attend non loin de la statue d'oiseau, près de la rivière. Célestin est à côté de lui.

- Vous voilà... déclare notre professeur. Désolé de vous priver de la cérémonie du vainqueur, mais comme nous sommes en décalage par rapport à l'horaire habituel, nous allons commencer l'épreuve du Fleuve de Pierres dès maintenant. Suivez-moi...

Maître Arfan se retourne vers la plate-forme devant lui, saute dans le vide et appelle son célestrier. Zelda, Célestin et moi échangeons un bref regard, puis sautons dans le vide à sa suite. Notre professeur nous emmène au nord de l'île aux citrouilles, devant une longue chaîne de rochers flottant dans les airs. En regardant plus attentivement, je remarque que des cibles ont été placées dessus. Notre maître reprend la parole :

- Bien... L'épreuve du Fleuve de Pierres est très simple théoriquement, mais très difficile en pratique. Vous allez devoir naviguer entre les rochers et détruire un maximum de cibles. Pour les détruire, vous devrez vous servir de l'attaque tornade de votre oiseau. Cependant, souvenez-vous que l'usage de cette attaque rend la manoeuvre suivante plus difficile et vous risquez de vous cogner sur un rocher. À vous donc de juger du meilleur moment pour essayer de détruire une cible. Chaque fois que vous en détruirez une, vous gagnerez trois points. Mais chaque fois que vous vous cognerez contre un rocher, vous perdrez un point. Si vous réussissez à faire 20 points ou plus lors de votre traversée, vous aurez remporté l'épreuve.

Je jette un coup d'oeil à mes camarades. Célestin a le visage fermé, tendu par la concentration. Zelda, elle, regarde fixement les cibles visibles entre les rochers, sans prononcer un mot. Quant à moi, je me sens aussi mal à l'aise qu'eux... Notre avenir se joue sur cette épreuve apparemment simple. Mais un seul faux mouvement, une seule erreur de timing, et ça peut faire la différence entre le succès et l'échec. Impossible de voir combien de cibles ont été plantées. Une nouvelle fois perdu dans mes pensées, j'entends à peine la voix de Maître Arfan qui continue à discourir :

- Il y a 10 cibles en tout, pour un total potentiel de 30 points... Je vous attendrai de l'autre côté du Fleuve de Pierres, et vous passerez l'un après l'autre. Entre chaque passage, Kiko se chargera de replanter de nouvelles cibles pour le candidat suivant. Et Grida, elle, devra surveiller votre traversée et me rapporter combien de cibles vous avez réussi à détruire. Si vous voulez un conseil, essayez d'en détruire le plus possible. De cette manière, votre marge d'erreur sera plus grande pour les coups contre les rochers. Sachez également qu'il est interdit de faire demi-tour. Sinon, on considérera que vous abandonnez. Est-ce qu'il y a des questions ?

Seul le silence lui répond. Nous fixons tous les trois l'entrée de l'épreuve, sans prononcer un mot. On comprend à présent pourquoi ceci sert de test final pour devenir chevalier.

- Bien... conclut Maître Arfan. Je vais aller me placer de l'autre côté du Fleuve, et quand je vous appellerai, vous vous élancerez. Link, tu passes en premier. Ensuite, ce sera au tour de Célestin, puis à celui de Zelda.
- Pou... pourquoi je ne pourrais pas passer en première ? interroge Zelda. Plus vite ce sera fait, plus vite je pourrais déstresser, non ?
- C'est vrai... mais tu n'es pas la seule à penser de cette façon. Quel que soit l'ordre de passage, il y a toujours un déçu qui passe en dernier. L'ordre a été tiré au sort, et malheureusement, il t'a désignée pour conclure.

Elle tente de protester, mais d'un geste, je lui recommande de laisser tomber... Sinon, on perd du temps. Le professeur, voyant que la question est réglée, s'éloigne avec son célestrier, avant de disparaître derrière les rochers. Je tourne la tête vers Zelda qui, d'un signe de tête, m'encourage à me mettre en position. Je me penche donc vers l'avant et fais descendre mon oiseau pour arriver au niveau des rochers... Il ne reste plus qu'à attendre le signal. Tout tremblant, j'inspire profondément pour essayer de me calmer. Du regard, je fixe la première cible, tout juste visible sous une crête formée par un rocher. Quelques secondes passent, puis la voix de Maître Arfan retentit :

- LINK ! Tiens-toi prêt à mon signal !

Surpris, je manque de tomber de mon célestrier... Je réussis cependant à tenir bon et à me redresser. Du coin de l'oeil, j'aperçois Grida, au-dessus du Fleuve de Pierres, attendant mon départ pour suivre ma progression.

- Attention ! 3...

J'inspire profondément à nouveau, essayant de lutter contre ce semblant de maladie de Parkinson qui me tenaille. Je braque à nouveau mon regard sur la première cible, et me concentre de tout mon être.

- 2...

Le vent qui souffle dans mes cheveux et mes habits est glacial... Mon corps est à peu près à la même température. Pour me rassurer, je passe mes doigts le long des plumes de mon oiseau.

- 1...

Je me retourne brièvement vers Zelda et Célestin, qui se contentent de me faire un petit signe de tête, le teint blanc comme les nuages qui nous entourent. Je me remets très vite en position, mon coeur battant à tout rompre contre mes côtes.

- VAS-Y !!!

Chapitre 3 : La brèche   up

Une nouvelle cible apparaît dans mon champ de vision. Est-ce la septième ou la huitième ? J'ai fini par perdre le compte... mais je me concentre de toutes mes forces sur la cible et, d'un geste sec, je frappe l'encolure de mon célestrier qui, comprenant le message, se met à vriller sur lui-même. La cible se rapproche dangereusement, je ferme les yeux... Un craquement sonore retentit, m'indiquant que j'ai atteint l'objectif. Mais au moment où je rouvre les yeux, j'aperçois avec horreur un rocher devant moi ! Instinctivement, je me penche sur le côté pour le contourner... Pas assez vite, cependant, et je sens mon oiseau qui heurte la paroi. Je serre les dents et me promets de ne plus faire d'erreurs. Mais alors que je navigue entre les rochers, j'aperçois au loin Maître Arfan. Déjà la fin du parcours ? Ai-je réussi ou échoué ? Je regarde brièvement derrière moi tout en faisant attention à ne pas faire demi-tour, mais le brouillard m'empêche de distinguer quoi que ce soit entre les pierres. Je porte à nouveau mon attention sur Maître Arfan et finit par arriver devant lui.

- Très bien Link, tu es arrivé au bout. Voyons à présent tes résultats...

Grida arrive bientôt à côté de Maître Arfan et discute avec lui. Je tente d'écouter ce qu'ils disent, mais le vent qui souffle m'en empêche. Mon coeur se jette contre mes côtes comme un oiseau pris de panique dans sa cage... Je croise les doigts. Au bout de quelques minutes qui me paraissent une éternité, le professeur se tourne vers moi.

- Link... Tu as détruit toutes les cibles et tu t'es cogné une seule fois. Tu as donc fait un score de... 29 points. Félicitations, tu as réussi l'épreuve !

J'ai du mal à en croire mes oreilles... Une réussite... C'est une réussite ! Soulagé, je manque de tomber de mon oiseau. J'ai envie de rire et de pleurer tout à la fois. Bénie soit la déesse pour cet exploit.

- La déesse n'a rien à voir, dit Maître Arfan en riant. Tu es le seul à avoir réalisé cette performance.

Je souris... j'ai dû penser à voix haute. Bah, peu importe... rien ne saurait me mettre de mauvaise humeur, aujourd'hui. Pas même Hergo...

- Bien, fait le Maître. C'est au tour de Célestin, maintenant... Kiko a fini de replacer les cibles. Grida, peux-tu retourner te mettre en position, s'il te plaît ?
- Tout de suite, Maître... répond-t-elle avec un sourire.

Elle repart de l'autre côté du Fleuve de Pierres, tandis que Maître Arfan se replace devant la fin de l'épreuve. Je reste un peu en arrière, voulant assister à la performance de mon camarade de classe.

- CÉLESTIN ! En position, s'il te plaît ! À mon signal... 3... 2... 1... À TOI !!!

Du regard, j'essaie de suivre la progression de Célestin parmi les rochers. Mais le brouillard ne retombe pas pour autant, et du coup, seule la position de Grida qui vole au-dessus des pierres me donne une idée d'où il en est. Des craquements retentissent, puis un coup sourd. Je ferme les yeux et grimace... Tout comme moi, il a dû se cogner. J'espère seulement qu'il a détruit suffisamment de cibles. Enfin, Célestin finit par surgir d'entre les rochers devant Maître Arfan. Je me rapproche d'eux, désireux de connaître le résultat...

- D'après Grida, tu as détruit 8 cibles et tu t'es cogné une seule fois... Cela te fait donc un total de... 23 points ! Bravo, tu as réussi !

Célestin a d'abord l'air abasourdi... puis se met à sourire largement. Je lève le pouce, pour le féliciter. Tandis que Grida repart à nouveau vers le début de l'épreuve, mon camarade me rejoint :

- 23 points... J'en reviens pas, je vais pouvoir devenir chevalier !
- Et tu l'as amplement mérité, dis-je.
- Merci, Link. Et toi, quel est ton score ?
- 29... J'ai réussi à toutes les détruire mais je me suis pris un mur vers la fin.
- 29 ?! Ouah... c'est pas pour rien que t'es le meilleur élève de l'école.
- ZELDA ! appelle Maître Arfan. Est-ce que tu es prête ?!

Célestin et moi, nous nous retournons vers le Fleuve. Zelda va tenter l'épreuve à son tour... pas question que je rate ça.

- Attention... 3... 2... 1... LANCE-TOI !!!

Distraitement, je glisse une main dans ma poche pour prendre la bague que je souhaite lui offrir... Bizarre... on dirait que...

- Oh non, c'est pas vrai ! je crie.
- Que se passe-t-il ? s'inquiète Célestin.
- J'avais un objet sur moi, je ne le retrouve plus ! J'ai dû le perdre pendant ma traversée du Fleuve...
- Oh, c'est pas de chance... S'il est tombé de ta poche, il a dû disparaître sous les nuages. Et dans ce cas, c'est perdu pour de bon.
- Je le SAIS, Célestin ! Pas besoin de rajouter de l'huile sur le feu !
- Hé, calme-toi... je voulais pas...
- C'est bon, laisse tomber...

Du coin de l'oeil, j'aperçois Zelda qui arrive devant Maître Arfan. Je me rapproche d'eux tandis que Grida arrive à son tour. Ma bien-aimée a l'air dépitée... En y regardant de plus près, je remarque que son oiseau a beaucoup de plumes froissées. Visiblement, elle s'est cognée bien plus souvent que Célestin et moi.

- Tu t'es cognée 7 fois... commence Maître Arfan.
Aïe... ça fait 7 points en moins. Je croise les doigts derrière mon dos.
- ... mais tu as détruit 9 cibles. Cela te fait donc un total de 20 points tout pile. C'est tout juste, mais tu as réussi l'épreuve.

Si Célestin et moi étions soulagés en entendant nos résultats, ce n'était rien comparé à l'expression de Zelda. Elle a l'air de tomber des nues, puis d'un seul coup, elle lance un cri de victoire ! Je souris. Depuis trois ans que nous sommes ensemble, je ne l'avais jamais vue dans cet état. Mais je repense subitement à la bague que j'ai perdue... Je dirige mon regard vers le Fleuve de Pierres... Qui sait ? Avec un peu de chance, elle est peut-être tombée sur une île en contrebas. Je décide donc de tenter des recherches.

- Hé, où vas-tu comme ça ?! me crie Maître Arfan. On doit rentrer à Célesbourg !
- Je reviens tout de suite, Maître ! Je n'en ai pas pour longtemps !
- Attends, je t'accompagne !

Incrédule, je me retourne juste à temps pour voir Zelda arriver en quatrième vitesse. J'aurais dû m'en douter... Impossible de lui dire non, à cette fille. Mais si elle voit la bague trop tôt, mes chances de demander sa main s'envoleront aussi sûrement que celles que Hergo devienne un gentleman.

- Link, commence-t-elle. Que se passe-t-il ?

Je choisis alors de lui dire la vérité... Du moins, en partie.

- Pendant ma traversée du Fleuve, un objet auquel je tiens beaucoup est tombé de ma poche. Je vérifie s'il n'a pas pu atterrir sur une île ou un rocher. On ne sait jamais...

Espoir déçu, cependant. Car une fois arrivés en dessous de la chaîne de rochers, le brouillard se lève, ne révélant rien d'autre que la mer de nuages. Pas un seul petit caillou à l'horizon. Dépité, je m'apprête à faire demi-tour lorsque :

- Hé, Link ! Regarde !

Je me retourne vers Zelda et suis du regard la direction qu'elle m'indique... Je vois alors la mer de nuages, et... qu'est-ce que c'est que ça ? Instinctivement, je fais pencher mon célestrier vers l'avant et descends pour voir de plus près. On dirait... une sorte de trou, de déchirure dans la barrière créée par la déesse. Et de l'autre côté de ce trou, j'aperçois des arbres, bien plus nombreux que ceux qu'on trouve à Célesbourg. Je relève la tête vers Zelda.

- Ça ressemble à... une brèche vers la Terre.
- Crois-tu seulement qu'on peut l'emprunter ?
- Je l'ignore... Le mieux, ce serait d'en parler à Maître Arfan.

Chapitre 4 : Un compagnon indésirable   up

- Et donc, vous avez vu ce qui vous semble être une brèche vers la Terre ?

Je lève les yeux au plafond... M. Gaepora nous a déjà posé tant de fois cette même question que ça en devient presque gênant. Et à force de rester debout devant son bureau, j'admets que mes jambes commencent à protester.

- Oui, père... répète Zelda d'un air exaspéré. Nous nous sommes demandé si nous pouvions l'emprunter sans risque, mais nous avons d'abord décidé d'en parler à Maître Arfan.
- Une sage décision, déclare le directeur. Qui sait si vous seriez revenus... Pourtant, cette découverte présente enfin l'opportunité que nous attendions d'explorer de nouveaux horizons.
- Et de voir s'il y a de la vie ailleurs, dis-je. Je vous ai parlé de mes craintes concernant Célesbourg, Monsieur.
- Oui Link, et je partage les mêmes... Si nous voulons assurer la pérennité de notre cité, il nous faut...
- ... trouver et explorer des espaces nouveaux, je complète d'un ton las.
- Écoutez, reprend M. Gaepora. Merci de m'avoir prévenu. Je vais réfléchir à votre découverte, et je vous tiendrai informés. Par contre, en attendant, que personne ne s'approche de cette faille.

Je me retourne vers la porte du bureau... Zelda me suit, lorsque...

- Zelda ! Ma fille... J'aimerais te parler deux minutes en privé, si tu veux bien...

Elle échange un regard avec moi, mais je fais un bref signe de tête pour l'inciter à accepter. Pas question de relancer une dispute vieille de trois ans. En sortant du bureau, je tombe sur Kiko qui a l'air de m'attendre :

- Alors, Link ? Qu'est-ce que le directeur a décidé par rapport à votre découverte ?
- Rien pour le moment... Juste qu'il allait y réfléchir et qu'en attendant, personne ne devait s'approcher de la faille.
- Mais tu devais pas retrouver quelque chose que tu avais perdu ?
- Bon sang, Kiko... Tu vas pas t'y mettre, toi aussi ?! D'abord Célestin, maintenant toi !
- Hé, du calme ! T'es vraiment irritable, aujourd'hui ! Tu devrais être content, t'es devenu chevalier en établissant au passage le meilleur score du Fleuve de Pierres depuis 15 ans ! Continue à réagir comme ça, et on aura un deuxième Hergo sur les bras !
- Tiens... quand on parle du Lemly, on en voit la queue...

En effet, le grand rouquin est en train de monter les marches et nous adresse à peine un regard, lorsque la porte du bureau directorial s'ouvre à nouveau pour laisser sortir M. Gaepora qui interpelle mon pire ennemi :

- Hergo ! Viens ici, j'aimerais te parler !

Qu'est-ce que le directeur peut encore lui reprocher ? Apparemment, le tas de muscles a l'air de se poser la même question en entrant dans la pièce et en refermant la porte derrière lui. N'arrivant pas à détacher mon regard de la porte, je sens soudain une main se poser sur mon épaule :

- Hé, statue de cire ! Tu comptes rester là toute la journée ?!

Pas besoin de me retourner pour savoir que Zelda est sortie du bureau. Je souris :

- Pas vraiment... Il y a d'autres endroits mieux indiqués où je pourrais m'entraîner pour le cirque.
- Demande à Hergo de t'entraîner, il fait déjà de très belles clowneries.
- À ta place, j'aurais enlevé le "L", mais j'imagine que tu veux rester polie.
- Link !
- Je plaisante, bien sûr. On va dîner ?
- D'accord... mais on va au marché couvert. La soupe aux citrouilles, j'en ai un peu assez.

J'opine du chef et la suit jusqu'au marché couvert, où nous nous installons à une table. Profitant que nous soyons au calme, je lui demande :

- Alors, qu'est-ce que ton père voulait ?
- Simplement que je lui donne mon avis sur la faille qu'on a trouvée.
- Et qu'est-ce que tu en penses ?
- Je suis partagée... D'un côté, j'ai un peu peur de ce qu'on pourrait trouver sur Terre. Mais de l'autre, je suis quand même assez curieuse de découvrir de nouvelles choses. Et toi, tu en dis quoi ?
- Moi, ça me botte de découvrir des horizons nouveaux ! Après tout, la vie serait nulle si on la vivait sans prendre de risques.
- À propos de risques... celui que Goël a pris tout à l'heure m'a bien fait peur.
- C'est vrai que c'était chaud... mais ça a payé, car il a gagné la Chevauchée Céleste grâce à ça. Au fait... on n'est pas encore allé le féliciter, non ?
- T'as raison... On y va après dîner ?

J'acquiesce à nouveau... Après tout, la prestation de Goël était magistrale. Après le dîner, nous rentrons à l'école de chevalerie... Mais en passant devant la porte de M. Gaepora, la voix du directeur nous fige sur place, surtout quand il mentionne notre nom.

- Link et Zelda ont beau être des chevaliers désormais, ils n'ont encore aucune expérience. C'est pourquoi je compte sur vous, Maître Arfan, pour les accompagner dans leur exploration.
- Mais M. le directeur... Qui va s'occuper de mes plantes en mon absence ?
- La cantinière a accepté d'en assumer la charge, soyez sans craintes. Et vous aurez déjà beaucoup à faire avec vos quatre élèves. Vous ne risquerez pas de vous ennuyer.

Ses quatre élèves ? J'échange un regard perplexe avec Zelda, qui n'a pas l'air de comprendre plus que moi. On est pourtant que trois dans sa classe... Mais la voix de Maître Arfan nous apporte la réponse :

- Pourquoi tenez-vous tant à ce qu'Hergo soit avec nous ? Il n'était même pas présent lorsque la faille a été découverte. Et ce n'est encore qu'un apprenti chevalier. Il n'est même pas au bout de sa formation... Il ne sait même pas se battre à l'épée !
- Avec Célestin, c'est le plus fort de nos élèves. Nous ignorons ce qui nous attend de l'autre côté de la faille. Alors, autant prendre nos précautions. Nous les avertirons demain de ma décision. Vous partirez dans deux jours. Maître Arfan, je ne saurais trop insister sur l'importance de votre mission. Vous devez découvrir qu'est-ce qui se trouve de l'autre côté de la mer de nuages et s'il existe d'autres formes de vie.

Des pas se rapprochent... Zelda m'attrape aussitôt par la main et m'entraîne dans l'escalier au moment où la porte s'ouvre pour laisser sortir Maître Arfan qui se dirige vers sa chambre et s'y enferme. Le danger écarté, ma bien-aimée m'emmène dans sa chambre et referme la porte derrière elle en maugréant :

- Mais il est tombé de son célestrier sur la tête ou quoi ?! Il n'est pas question que je parte à l'aventure avec ce crétin d'Hergo ! Plutôt me faire prêtresse de la déesse et renoncer à la vie de couple !
- Zelda ! je m'exclame. Calme-toi, voyons...
- Que je me CALME ?! Mais tu l'as bien entendu, Link ! Il veut qu'on parte explorer la Terre avec l'idiot de service et ton pire ennemi, et toi, tu veux que je me calme !
- Arrête de crier, ça ne sert à rien ! Réfléchis, plutôt... tu as toujours les meilleures idées.
- Ah oui ?! répond-elle avec sarcasme. La belle affaire... Pourquoi tu ne ferais pas fonctionner ta cervelle à toi, pour changer ?! Pourquoi c'est toujours moi qui trouve les meilleures idées, comme tu dis ?!

Irrité, je m'apprête à répliquer, mais parviens à ravaler mes paroles. Ce n'était pas le moment de se lancer dans une dispute qui ne ferait qu'aggraver la situation. Respirant profondément pour me calmer, je me mets à réfléchir... mais impossible de trouver une solution fiable.

- Écoute, je lui dis, on dit que la nuit porte conseil... Dormons là-dessus et demain, je m'emploierai à trouver une solution adéquate.
- T'as intérêt... sinon, je te laisse plus jamais dormir dans mon lit.
- Et... et pour cette nuit ?
- Bon, va pour cette nuit... Mais fais travailler tes méninges, d'accord ?

Plus tard dans la nuit, alors que Zelda, finalement apaisée, réussit à trouver le sommeil, je reste éveillé encore une heure ou deux, à réfléchir. Dire que pendant longtemps, j'ai cru qu'on était débarrassé d'Hergo. Enfin... il a bien continué à me poursuivre au début, mais il a fini par s'en lasser. En tout cas, je me suis trompé en disant que même lui n'arriverait pas à gâcher mon humeur... Si Hergo nous accompagne, retrouver la bague que j'ai perdue à l'abri de son regard écoeurant va être mission impossible. Et d'un autre côté, si on tente de négocier avec M. Gaepora, on risque de perdre l'opportunité d'explorer la Terre. Allongé à côté de Zelda, je retourne dans ma tête toutes les idées possibles et imaginables pour trouver un moyen d'empêcher le grand rouquin de nous accompagner sur Terre, mais aucune ne me paraît bonne. Et finalement, ce n'est que lorsque la Lune se trouve à quelques centimètres au-dessus de l'horizon que je parviens à m'endormir.

A suivre...

Ce texte a été proposé au "Palais de Zelda" par son auteur, "Mastroyal". Les droits d'auteur (copyright) lui appartiennent.

Le Palais de Zelda :: Webmaster: Ariane
Design créé par Sylvain
www.palaiszelda.com :: Copyright © 1999-2019
Note légale : Ce site est protégé par les lois internationales sur le droit d'auteur et la protection de la propriété intellectuelle. Il est strictement interdit de le reproduire, dans sa forme ou son contenu, sans un accord écrit préalable du "Palais de Zelda".
retour au haut de la page