• Legend of Zelda
  • Adventure of Link
  • A Link to the Past
  • Link's Awakening
  • Ocarina of Time
  • Majora's Mask
  • Oracle of Seasons
  • Oracle of Ages
  • The Wind Waker
  • The Minish Cap
  • Four Swords Adventures
  • Twilight Princess
  • Phantom Hourglass
  • Spirit Tracks
  • Skyward Sword
  • A Link Between Worlds
  • Tri Force Heroes
  • Breath of the Wild
  • jeux The Legend of Zelda

Le mélange des mondes : Le réveil des gardes royaux

Ecrit par Emmanuel

Prologue

A ce que l'on dit, quand la vie n'existait pas dans le royaume d'Hyrule, trois déesses descendirent sur l'amas chaotique de ce royaume. La première s'appelait Din, déesse de la force, qui grâce à ses bras enflammés sculpta le sol et créa la terre rouge. La deuxième, Nayru, déesse de la sagesse, inonda la terre de sa sagesse, apportant ordre et loi sur ce monde. La troisième, Farore, déesse du courage, grâce à son âme infinie donna vie aux êtres issus de l'ordre et de la loi. Une fois leurs œuvres accomplies, elles retournèrent chez elles dans les cieux. Histoire bien fantastique comparée à celle de notre monde créé par ces volcans et par ces cellules primitives ayant apporté la vie.
Note du narrateur : Je suis habitué à écrire des textes ayant beaucoup de dialogues alors je ferai parler les personnages comme dans une pièce de théâtre. Et pour indiquer une personne dont on ne connaît pas l'identité j'utiliserai un ?, ça peut très bien être un homme ou une femme.

Chapitre 1 : Le croisement des mondes   up

La paix régnait dans le royaume d'Hyrule. Mais on entendit quelques bruits vers la sortie du château d'Hyrule.
? : Gardes ! Arrêtez-le !!!
Une autre personne courait effectivement vers la sortie du château.
?? (courant vers la sortie) : Vous ne pourrez pas m'arrêter !!!
Les gardes tentèrent de l'intercepter : Arrêtez-vous !!!
Hélas la personne qui courait claqua des doigts et disparut.
Gardes : Hein ? Que s'est-il passé ?
? : Grrr il s'est enfui avec !
Gardes : Il s'est enfui avec quoi ?
? : Avec la boussole sacrée.
Au même moment, dans la plaine d'Hyrule, le voleur examina la boussole.
Le voleur : C'est donc cet objet minable qui va m'aider.
A cet instant la boussole brilla et éclaira tout le royaume d'Hyrule qui disparut en une fraction de seconde.
Le voleur : Haaaaaaa !!!

Avant que ceci ne se passe, dans notre monde, à l'époque contemporaine. Max marchait, c'était un jeune garçon vêtu d'un t-shirt rouge, un pantalon bleu foncé, des chaussures de ville marrons. Il était de taille moyenne avec des cheveux marrons et des yeux noirs. Il entra dans la maison de Manu qui était l'un de ses amis. Son copain était tout vêtu d'orange et avait les cheveux et les yeux marrons.

Max : Salut Manu.
Une fois entré il vit son ami en train de jouer à un jeu vidéo.
Max : Tu pourrais au moins me dire bonjour.
Manu (d'un ton énervé) : Salut Max.
Manu était plongé dans son jeu vidéo.
Max : Qu'est-ce qu'il y a ? Et tu joues à quel jeu ?
Manu : Je joue à Zelda Breath of the Wild et je n'arrête pas de mourir.
Max : Tu es mort combien de fois ?
Manu : 1578 fois.
Max : Ah ouais, et tu as ce jeu depuis combien de temps ?
Manu : Depuis 1 heure.
Max : Ah ouais, tu es vraiment nul.
Manu : Grrr.
Max : OK c'est bon je pars.
Et il partit.
Manu : Grrr, comment ça se fait que je n'y arrive pas !

A cet instant une lumière sortit de l'écran, ce qui éblouit Manu et créa un tremblement de terre qui s'arrêta aussitôt.
Manu : Qu'est-ce que c'était ?
Au même moment la télé s'alluma et l'on vit le président en train de faire un discours.
Manu : Hein ?
Président : Chers bons citoyens, je vous informe que... les aliens nous attaquent !!! Sauvez la nourriture et allez sur une autre planète !!
La télé fut brouillée et les infos arrivèrent.
Info : Désolé pour ce discours mais il y a une possibilité que ce soit vrai, nos scientifiques sont en train d'examiner les lieux : plusieurs lieux et monuments ont disparu et sont remplacés par des zones ou temples jamais vus. Hélas ce n'est pas fini, des choses plus cruelles encore se passent : des attaques de monstres, alors si vous voulez vivre, restez chez vous et protégez-vous.
Manu : Des attaques de monstres, n'importe quoi.
Manu sortit de chez lui et remarqua que les rues étaient vides.
Manu : Quoi ? Ils n'y ont quand même pas cru ! (Voyant quelqu'un au bout de la rue.) Ha enfin.
Hélas ce n'était pas une personne normale mais un monstre.
Manu : C'était vrai ! Info à noter, la télé a SOUVENT raison.
Monstre : Ha enfin de la nourriture.
Manu (ayant peur) : Je ne suis pas de la nourriture !
Monstre (attaquant) : Ha ha ha.
Heureusement pour Manu, quelqu'un avait tué le monstre d'un coup d'épée.
Manu : Merci. (Regardant attentivement son sauveur.) Non vous êtes...
? : Hum.
Manu : ... Link.

Chapitre 2 : Le véritable héros se réveille   up

Link : On se connait... (voyant que Manu était habillé en orange) carotte.
Manu : Heu moi je vous connais mais pas vous.
Link : Alors comment on se connaît ?
Manu : Heu c'est difficile à expliquer.
Link : OK mais protège-toi sinon tu deviendras une carotte cuite.
Manu : Ha ha très drôle et comment je me défends ?
Link sans réfléchir lui passa son épée.
Link : Avec ça.
Manu : Merci.

Manu voyant que Link avait bêtement donné son épée s'enfuit le plus loin possible avant qu'il ne remarque ce qu'il avait fait.
Link (voyant des monstres arriver) : Ha ha ha je vais les détruire avec mon...
Il se passa quelques secondes de silence.
Link : ... Haaaa J'ai passé mon épée à ce gamin, mais qu'est-ce qui m'a pris !
Mais laissons Link se débrouiller tout seul et allons voir Manu.
Manu : Ha ha il m'a passé son épée et il ne l'a même pas remarqué.
? : Chère personne à la tenue orange, viens me voir.
Manu (voyant une source devant lui) : Hein ?
Et il y alla.
Manu : On m'a appelé ?
? : Oui c'est moi.

Et une chèvre blanche avec une boule entre ses cornes apparut.
Manu : Hein ?
? : Je me présente, je me nomme Latouane.
Manu : Bonjour Latouane.
Latouane : Je t'ai jamais vu dans le royaume d'Hyrule, c'est normal.
Manu : Hyrule ? Ah oui le royaume dans Zelda.
Latouane : Zelda ? Tu connais la princesse ?
Manu : Pas pour de vrai et ni pour de faux puisque je suis nul.
Latouane : Il est nul. Alors là on est mal barré.
Manu : Pourquoi ?
Latouane : Ecoute petit, je suis l'esprit d'une des régions d'Hyrule.
Manu : Hum hum.
Latouane : Et je sens en toi la force du héros qui nous sauvera.
Manu : Ha OK alors bonne chance pour le trouver.
Il se produisit quelques secondes de silence.
Manu : Quoi ! Vous parlez de moi !
Latouane : Oui mais et je commence à avoir peur.
Manu : Pourquoi je serais le héros de ce qui ce passe ?
Latouane : Parce que je ressens en toi la force du héros qui nous sauvera.

Manu était un petit peu bête, il n'arrêtait pas de dire "et pourquoi pas..." en disant une nourriture au hasard.
Manu : Et pourquoi pas un burger ?
Latouane : Parce que je l'aurais déjà mangé avant qu'il accomplisse son destin.
Manu : OK.
Latouane : Je ne comprends toujours pas ce qui se passe.
Manu : Pourquoi ?
Latouane : Nous étions tranquilles dans le royaume d'Hyrule et une lumière a tout englouti. Nous pensions que c'était les ténèbres qui engloutiraient le royaume mais on s'est trompé sur toute la ligne.
Manu : Et je peux vous aider ?
Latouane : Bien sûr, c'est ce que je te dis depuis toute à l'heure.
Manu : OK que dois-je faire ?
Latouane : Attends, une personne t'expliquera tout et t'accompagnera dans ton voyage. Tu peux venir... Ciela !

Une fée arriva à l'appel de Latouane.
Ciela : Oui.
Latouane : Nous avons trouvé le héros et tu l'accompagneras dans son voyage.
Ciela : OL mais ce ne serait pas l'épée de Link.
Manu : Yes.
Ciela : Mais comment ?
Manu : Il me l'a donnée.
Ciela : Bon commençons ton voyage.
Manu : Ouais.
Ciela : Mais avant allons faire du shopping.
Manu : Quoi !!!

Chapitre 3 : Celui qui les réveillera   up

Manu et Ciela avancèrent dans les rues. Manu n'avait toujours pas tout compris ce que Latouane lui avait dit. Il se demanda même pourquoi il était le héros et pourquoi cette fée nommée Ciela l'accompagnait. D'ailleurs il n'arrêta pas de penser que tout était allé si vite car cela devait bien faire 30 minutes qu'il était sorti de chez lui. Mais quelque chose l'angoissa : il ne cessait de se demander si Max avait survécu à cette attaque ? Si oui que lui est-il arrivé ? Pourquoi Latouane dit que je suis le héros ? Qu'est-ce que Ciela va m'apporter en m'accompagnant ? Ces questions n'arrêtaient pas de tourner dans son esprit.

Ciela : Tu vas bien ?... heu c'est Manu n'est-ce pas ?
Manu : Oui et pourquoi me poses-tu cette question ?
Ciela : Parce qu'en regardant ton visage je vois que tu es perdu et ne sais pas ce qui t'arrive. Tu dois te poser beaucoup de questions, je me trompe ?
Manu : Oui tu as tout bon.
Ciela : Des fois il faut arrêter de garder ces questions et les poser à une personne en qui tu as totalement confiance.
Manu : Je sais mais la personne en qui j'ai confiance n'est pas là.
Ciela : Alors pose-les-moi.
Manu : Ok. Pourquoi Latouane dit-elle que je suis le héros qui les sauvera ?
Ciela : Ça tu le demanderas au prochain esprit.
Manu : Parce qu'il y en a d'autres ?
Ciela : Oui 3 autres.
Manu : Ah oui ?
Ciela : Et tu verras le prochain dans pas longtemps.
Manu : Comment ça ?
Ciela : Regarde.

Elle avait raison car devant eux se trouvait une autre source. Une fois arrivés devant :

Ciela : Attends !
Manu : Quoi ?
Ciela : On n'est pas tout seuls.

Et oui car devant eux se trouvait une personne avec une tenue et une peau blanche, une cape rouge à l'extérieur et jaune à l'intérieur.

? : Tiens, tiens.
Ciela : Qui es-tu ?
? : Que faites-vous ici ? Les fées et les enfants n'ont pas le droit de venir à la source.
Ciela : Arrête de mentir, tout le monde a le droit de venir ici. Et sache que tu te trouves devant le héros qui nous sauvera.
? : Le héros ?
Ciela : Oui !
? : Qui l'a choisi ?
Ciela : Ce sont les déesses !
Manu : Les déesses ?
? : Ha ha ha comment peut-on choisir le héros qui ne sait même pas qui sont les déesses.
Manu : Heu je suis perdu.
Ciela : Certes il est long à comprendre et il ne connaît pas les déesses mais c'est le héros.
Manu : Hé !
Ciela : Quoi ?
Manu : Elle est belle votre scène de ménage.

Pour préciser une scène de ménage c'est une dispute de couple.

Ciela et ? : On n'est pas en couple !!!
Manu : Hi hi.
? : Mais bon je manque à tous mes devoirs. Je me présente...
Manu : Enfin.
? : Grrr bon je me nomme Ghirahim, monarque démoniaque.

Quand il eut dit son nom, l'esprit de la source nommé Firone sortit aussitôt de la source. C'était un esprit mi-singe et mi-scorpion se tenant sur une boule blanche.

Ghirahim : Ha tu te montres enfin.
Firone : J'avais des doutes sur ton identité en te voyant venir ici mais maintenant que je sais qui tu es... Je vais pouvoir te faire sortir de ma source.
Ghirahim : Je ne partirai pas d'ici tant que je ne l'aurai pas fait.
Manu : Fait quoi ?
Ciela : Chut c'est leur discussion.
Firone : Sors de la source ou je devrais utiliser la force.
Ghirahim : Non... papa.
Firone (respirant plus fort) : Ghirahim... Je ne suis pas ton père.
Ghirahim : Ha ha ha.
Firone : Sors sinon...
Ghirahim : Allez, battons-nous.

A cet instant un combat épique commença, Firone n'arrêtait pas de l'attaquer avec sa queue tandis que Ghirahim évitait ces attaques avec une rapidité incroyable. Hélas pour Firone, Ghirahim avait plus d'un tour dans son sac et fit apparaître une épée avec laquelle il le frappa d'un coup extrêmement violent. Firone n'eut d'autre choix que de fuir ou plutôt de rentrer dans la source pour récupérer. Ce fut donc Ghirahim qui remporta le combat sans aucune égratignure.

Ciela (stupéfait) : Il... il l'a vaincu d'un seul coup.
Manu : Et sa rapidité... Je veux être comme lui.
Ciela : Tu ne peux pas dire ça, c'est un ennemi.
Ghirahim : Ha ha c'était trop facile.
Ciela (stupéfait) : Il a vaincu un esprit.
Manu : Et c'est grave ?
Ciela : Oui s'il bat tous les esprits, je n'ose dire ce qu'il adviendra du royaume.
Ghirahim : Ha ha ha je vais pouvoir réussir.
Ciela : Réussir quoi ?
Ghirahim : A les réveiller.
Ciela : Les... oh non !
Ghirahim : Je vois que tu as compris, maintenant prépare-toi.

Ghirahim lança en l'air une boule rouge et noire qui, en explosant, assombrit les rues et fit voltiger des petits carrés noirs dans l'air.

Manu : Hein ?
Ciela : Le crépuscule.
Manu (sentant de la douleur) : Ha mais que m'arrive-t-il ?
Ciela : Oh non.

Chapitre 4 : Le domaine du crépuscule   up

Quelque chose arrivait à Manu, quelque chose d'horrible mais peut-être aussi de merveilleux. Pour Ciela par contre cela était uniquement horrible. Manu souffrait et petit à petit son corps se transforma en un corps de chien... non plutôt de loup. En quelques secondes, Manu devint un loup.

Ciela : Tu es devenu... un loup.
Manu-loup : Hein ?
Ciela : Ça veut donc dire...
Manu-loup : Quoi ?
Ciela : ... Que tu es bien le héros qui nous sauvera.
Manu-loup : Comment peux-tu dire cela ?
Ciela : Car si le héros entre dans le domaine du crépuscule, il se transforme en animal.
Manu-loup : Et ceux qui ne sont pas le héros ?
Ciela : Ils deviennent une âme sans le savoir et ne se rendent même plus compte de ce qui se passe.
Manu-loup : Mais toi, n'es-tu pas une âme ?
Ciela : Non car j'ai un petit peu de force de Latouane en moi, ce qui fait que je ne peux pas me transformer en âme à part si...
Manu-loup : A part quoi ?
Ciela :... A part si une créature des ombres me touche.
Manu-loup : Une créature des ombres ? Et d'abord où est Ghirahim ?
Ciela : C'est vrai il a dû partir après avoir... Je n'ai même pas envie de le dire.
Manu-loup : Ça doit être une chose affreuse.
Ciela : Oui.
Manu-loup : Bon retournons à nos moutons, alors récapitulons : je suis un loup, tu peux devenir une âme et le paysage est... très,... mais alors là, très... MOCHE.
Ciela : Ouais.
Firone : Manu... Ciela...
Ciela : Firone !

Firone n'était maintenant qu'une petite boule jaune et blanche sans corps. Manu-loup et Ciela, en le voyant ne surent pas ce qui lui était arrivé.

Ciela : Tu es...
Firone : Ce n'est pas grave car... je suis comme ça... juste par manque... de lumière en moi...
Manu-loup : Ouf, bon on fait quoi ?
Ciela : Chut, laisse parler l'esprit.
Firone : Les... insectes des ombres... ont pris ma... lumière... mais cet endroit... peut encore être... sauvé. Car si vous... détruisez tous les insectes des ombres... la lumière reviendra en moi... et ce magnifique lieu... sera sauvé. Toi l'animal moche... reprend la lumière... qui m'a été... dérobée par ces... créatures des ombres... je t'en prie.
Manu-loup : Comment ça je suis moche ?!
Ciela : Arrête !
Manu-loup : OK.
Ciela : Maintenant cherchons ces insectes.
Manu-loup et Ciela firent route vers le temple sylvestre. Ciela, pour des raisons quelconques, ne dit pas à Manu où ils allèrent. En un instant, une barrière apparut à 5 mètres autour d'eux ainsi qu'un portail dans le ciel. Des monstres masqués, chevelus et au corps noir en sortirent, ils étaient trois en tout.
Ciela : Des monstres !
Manu-loup : Comment font-ils...
Ciela : Gloups !
Manu-loup : Ce sont les insectes dont Firone parlait ?
Ciela : Non et je ne connais pas ce type de monstre.
? : Ksh ksh ksh.
Apres avoir entendu ce bruit, Manu-loup et Ciela remarquèrent que les monstres se faisait tuer un à un à cause d'une main élastique orange. Une fois tous vaincus, une personne sortit de sa cachette. C'était une personne à la peau bleue, noire et blanche avec un masque qui cachait la moitié de sa tête dont un oeil.
Ciela : Qui êtes-vous ?
? : Pourquoi vous le dirais-je ? ksh ksh.
Manu-loup : Parce que vous nous avez sauvés et qu'on veut savoir qui est notre sauveur.
? : C'est une bonne raison.
Ciela : Alors ?
? : Je me nomme Midona et je pense que vous pouvez m'aider.
Ciela : Pour quoi ?
Manu-loup : On est pressés.
Midona : Moi aussi. Connaissez-vous un certain...
Manu-loup : Oui !!!
Midona : Je n'ai même pas terminé.
Manu-loup : Je m'en fous, oui !!!
Midona : Bon connaissez-vous un certain Ghirahim ?
Manu-loup : Oui !!!
Ciela : Oui on le connaît. Pourquoi ?
Midona : Parce que je veux le tuer.
Ciela : Hum hum.
Manu-loup : Pourquoi ?
Midona : Parce qu'il m'a volé un objet qui compte à mes yeux.
Manu-loup : C'est une bonne raison.
Ciela : Bon si tout est clair, on peut donc continuer notre chemin, nous aussi nous sommes à sa recherche.
Midona : Alors allons-y.

Chapitre 5 : Le pouvoir du héros   up

Manu-loup et Ciela avaient rencontré une personne nommée Midona qui bizarrement cherchait la même personne qu'eux (Ghirahim). Du coup ils continuèrent le chemin ensemble jusqu'à tomber sur… (musique de suspense)... UN TEMPLE !!!
Manu-loup : Qu'est-ce que c'est ?
Ciela : Mais tu sais vraiment rien.
Midona : Même une mouche est plus intelligente que toi.
Manu-loup : Et c'est quoi ?
Ciela : Un temple !!!
Manu-loup : Et comment on y rentre ?
Il avait raison car l'entrée du temple était fermée à clé.
Midona : Grâce à la clé que j'ai.

En sortant la clé, un sourire démoniaque se lit sur son visage. Ce que Manu-loup remarqua aussitôt, pour lui Midona n'était pas une bonne personne, il avait même l'impression qu'elle ne leur disait pas toute la vérité. Peut-être même que tout ce qu'elle disait n'était pas vrai. Et cette clé, comment l'a-t-elle eue ? Pouvait-on lui faire confiance ? Ces questions n'arrêtaient pas de tourner dans sa tête. Mais quand Midona montra la clé, un singe (sorti de nulle part) l'attrapa, ouvra l'entrée du temple grâce à elle et rentra dans le sanctuaire.

Midona (folle de rage) : Ma clé !!!
Ciela : Ce n'est pas grave car maintenant on peut rentrer dans le temple.
Manu-loup : Ouais.
Midona (dans sa tête) : Mince si il y n'avait pas eu ce singe je serais rentrée dans le temple et j'aurais fermé l'entrée à clé avant que ces deux-là n'entrent.
Manu-loup : Ça va Midona ?
Midona : Oui oui.
Une fois dans le temple, une salle avec des poteaux de cinq mètres de haut se dressait devant eux avec une immense porte au fond de la pièce.
Ciela : C'est immense.
? : Hi hi hi.
Midona : Regardez sur ce poteau.
Evidemment il y avait le singe de tout à l'heure avec un boomerang assez étrange.
Midona : Ce maudit singe.
Manu : D'ailleurs pourquoi, n'est-il pas une âme ?
Ciela : Mais c'est vrai ça.
Midona : Ce n'est pas ce qui nous intéresse, alors concentrez-vous sur le singe.
Ciela : Hé, la porte du fond est fermée à clé.
Manu-loup : Et où est la clé ?
Singe : Ici.
Le singe montra la clé qu'il tenait et l'avala d'un coup sec.
Midona : La clé !
Manu : Il sait parler ?
Ciela : Ça n'a pas d'importance, il faut se dépêcher de reprendre la clé avant qu'il ne la digère.
Manu-loup : Comptez sur moi.
Midona : Et tu vas faire quoi avec ta forme de loup.
Manu-loup : Il vaut mieux ne pas se concentrer sur l'apparence mais sur les capacités de l'autre.
Singe : Hi hi hi.

Manu-loup se rua alors sur le singe, sautant de pilier en pilier derrière l'animal sauteur qui l'évita à chaque fois. Manu-loup s'arrêta cherchant quelle tactique utiliser face à un adversaire si agile. Le singe profita de cette pause pour lancer le boomerang sur le loup. Manu-loup voulant éviter le projectile, dérapa et se cogna sur le pilier où se trouvait le singe, lui faisant perdre l'équilibre au moment même où le boomerang retournait vers son propriétaire, le faisant tomber à terre.

Midona : C'est quoi ce qu'il y a sur la tête du singe ?
Ciela : Ah, un insecte des ombres !
En fait le singe était contrôlé par cette bestiole !!!
Manu-loup (tuant l'insecte) : Et voilà !
L'insecte tué, le singe reprit ses esprits et voyant le trio autour de lui, s'enfuit à toutes jambes.
Manu-loup : Ha ha ha il a eu peur de moi.
Ciela : Je pense plutôt qu'il était manipulé par l'insecte.
Manu-loup : Ne gâche pas mon plaisir !

A ce moment Manu et Ciela furent téléportés à la source de Firone et quelque chose de merveilleux se produisit : Le crépuscule s'enleva, l'esprit fut à nouveau enveloppé de son corps et Manu redevient humain.

Manu : Qu'est-ce que...
Firone : Je te félicite Manu, tu as fait preuve de courage en terrassant cet insecte. Mais tu ne peux partir habillé ainsi. Prends cette tunique verte qui appartenait à l'ancien héros et qui atteste de ton statut.
Manu : Heu je la mets maintenant ?
Firone : Oui.
Manu : Mais je ne vais pas me changer alors que vous me regardez.
Ciela : T'inquiète je ne te regarderai pas.
Apres s'être changé, Manu vit Ciela en train de rougir.
Manu : J'y crois pas tu m'as regardé !!!
Ciela : C'était beau.
Midona : Bon maintenant retournons au temple pour aller à la salle suivante.
Manu : Où es-tu Midona ?
Midona : Je ne peux supporter la lumière alors je suis allée dans ton ombre.
Manu : C'est possible d'y entrer ?
Midona : Oui mais seulement pour moi.
Manu : Ouin !
Ciela : Arrêtez et retournons au temple !

Une fois au temple et devant la porte toujours fermée à clé, ils l'ouvrirent, découvrant une salle avec de l'eau violette et des troncs d'arbre gigotant.
Manu : C'est grand.
Ciela : Attention Manu quelque chose sort de l'eau.
Une plante carnivore géante avec une langue qui avait un oeil central et comportant deux autres bouches hideuses, sortit de l'eau. Cette créature se nommait Dionéa.
Manu : Ouah elle est méga moche.
Ciela : Dépêche-toi de la vaincre vite.

Un nouveau combat, encore un, commença. Dionéa attaqua avec sa bouche centrale mais arrêta aussitôt l'attaque quand Manu allait la frapper. Son oeil étant son point faible, elle ne voulait pas l'exposer. Dionéa attaqua alors avec ses bouches secondaires mais Manu avait tout prévu. Et oui, qui aurait cru que dans ce corps de gamin se trouvait un esprit intelligent ?
En effet, Manu avait tout prévu car il esquiva les attaques et coupa les deux bouches secondaires. Dionéa, se voyant blessée, commença à avoir peur et n'osa plus attaquer, elle se mit donc en position de défense. Manu ne savait comment la frapper sans baisser lui-même sa garde. Le combat allait faire un match nul mais un bruit se fit entendre, c'était le singe de tout à l'heure qui lança une bombe dans la bouche de la plante. Dionéa s'évanouit à cause de l'explosion, sa bouche tombant devant Manu. Celui-ci en profita donc pour couper l'oeil du monstre, le faisant exploser. De Dionéa ne resta plus que des cendres dans lesquelles se forma un fragment de masque. Midona sauta sur l'objet et l'attrapa avant que Manu n'ait pu réagir.

Manu : Mais, que fais-tu ?!!
Midona : Ha ! Je l'ai enfin trouvé !
Ciela : C'est ça que tu cherchais ?
Midona : Oui et il ne me manque plus que deux fragments.
Manu : Bon mais tu disais que tu voulais tuer Ghirahim, pas que tu cherchais des fragments de masque.
Midona : Quand j'aurai assemblé les fragments, je tuerai Ghirahim.
Ciela : OK bon et maintenant ? Et si nous continuions notre quête ?

Chapitre 6 : La traîtresse   up

Manu, Ciela et Midona avait récupéré un fragment du cristal d'ombre et sauvé le deuxième esprit. Ils allèrent donc vers le volcan d'Ordin (qui se voyait très bien à côté des immeubles), où se trouvait normalement le deuxième fragment recherché par Midona.
Manu : Tu es sûre Midona. C'est dans ce volcan que se trouve le prochain fragment.
Midona : Sûre !
Ciela : Il commence à faire chaud.
Manu : Tu as raison.
Midona : C'est normal, plus on va vers le cratère du volcan plus il fait chaud.
Manu : Et on va au cratère ?
Midona : Oui.
Manu : Ouin !
Ciela : Midona.
Midona : Quoi ?
Ciela : Je viens de penser qu'on ne connaît rien de ton passé, tu pourrais nous en dire plus ?
Midona : De mon passé ?
Ciela : Oui.
Midona : OK, il y a 5 ans, je n'étais qu'une gamine cruelle et qui ne pensait qu'à elle.
Manu : C'est-à-dire ?
Midona : Laisse-moi terminer !
Manu : OK OK.
Midona : Donc depuis 5 ans je n'arrêtais pas de faire des bêtises, et il y a quelques heures, c'est moi qui ai... qui ai mélangé mon monde avec le tien.
Ciela : Quoi ?!
Manu : Tu es la cause de tout ce qui nous arrive ?!
Midona : Oui, je suis désolée.
Ciela : Bah ce qui est fait est fait. On ne peut plus retourner dans le passé.
Midona : Oui.
Tout en discutant, ils arrivèrent près du cratère et entendirent une voix sur leur gauche.
Ciela : Oh regardez, un Goron !
Goron : Oh des humains, pile au bon moment.

En voyant ce Goron qui est une personne dure dont on dit que c'est un rocher vivant mangeant des rochers, Manu commença à avoir peur de cet être qui pourrait le tuer à tout moment.

Manu : Pourquoi ? Qu'est-ce qui se passe ?
Goron : Nous avons un problème.
Ciela : Lequel ?
Goron : Un immense problème, suivez-moi jusqu'au village, vous pouvez sûrement le sauver.
Une fois au village goron, un léger tremblement de terre se fit ressentir.
Manu : C'était quoi ce tremblement de terre ?
Goron : C'est notre chef.
Ciela : Qu'est-ce qu'il a votre chef ?
Goron : Des monstres ont essayé de s'emparer du cristal d'ombre. Notre chef essaya de protéger le cristal en le serrant contre lui mais cet objet l'a transformé en un monstre épouvantable.
Midona : Le fragment !
Ciela : Emmenez-nous vers votre chef.
Goron : D'accord.
Une fois devant le chef.
Manu : Mais comment ?

Ils virent le chef qui n'était plus maintenant qu'un yeti en flamme avec un fragment du cristal d'ombre à la tête. On nomma ce monstre, Magmaudit.

Midona : Grrr en touchant le fragment il s'est transformé en un monstre affreux.
Manu : Comment ça ?
Midona : Seules les créatures du monde des ombres peuvent le toucher sans avoir peur de se transformer en monstre.
Manu : Qui en a décidé ainsi ?
Midona : Aucune idée.
Magmaudit : Rah !
Ciela : Dépêchons-nous de lui rendre son apparence normale.
Manu : Et comment fait-on ?
Midona : Il faut le défier et le mettre à terre afin de...
Manu : OK, prépare-toi à mordre la poussière sale monstre.

Manu courut vers Magmaudit qui le frappa en pleine course. Apres ce coup, Manu commença à prendre feu, heureusement les flammes s'éteignirent aussitôt. Manu, soulagé, attaqua Magmaudit qui fit fondre l'épée en l'attrapant. Manu fut donc désarmé. Ciela voyant que Manu n'avait plus d'armes, commença à avoir peur. Elle chercha donc une arme et au lieu de ça elle trouva un arc qu'elle lança à Manu. Manu attrapa l'objet et il tira sur le cristal d'ombre. Apres ce coup Magmaudit explosa et il ne resta que le chef des Gorons endormi par terre. Par les cendres de Magmaudit se créa un fragment du cristal d'ombre que Midona attrapa aussitôt.

Manu : On a réussi.
Ils entendirent une personne rire.
Ciela : Ghirahim !
Ghirahim : Ha ha ha, que vous êtes naïfs.
Manu : Comment ça.
Ghirahim : Chut, laisse-moi terminer. Hiii kie a la jikte.

Ces mots bizarres que Ghirahim a prononcés est une phrase d'un rituel. Apres l'avoir prononcée, Midona brilla d'une lumière intense pendant quelques secondes.

Ciela et Manu : Midona !!!
Midona : Je suis libre !!!
Manu : Comment ça ?
Midona : J'étais endormie mais grâce à Ghirahim je me suis réveillée.
Ciela : Quoi ?!
Manu : Ça veut dire...
Midona : Oui, je suis dans le camp de Ghirahim.
Manu : Traîtresse !!!
Ciela : Alors tout ce que tu racontais était faux.
Midona : Oui et ta naïveté m'a beaucoup facilité la tâche.
Manu : Alors ce n'est pas toi qui as mélangé nos mondes.
Ghirahim : Non puisque que c'est moi qui les ai mélangés.
Manu : Grrr.
Midona : Mais bon vous m'avez bien servi, grâce à vous j'ai pu récupérer deux fragments du Cristal d'Ombre.
Ghirahim : Ah bon je pensais que tu en avais récupéré trois.
Midona : Parce que si tu n'étais pas venu on serait allé récupérer le troisième.
Ghirahim : Mais bon nous devrions y aller, on doit encore en réveiller plein.
Midona : Oui allons-y.
Et ils partirent.

Manu : Grrr je savais qu'elle avait quelque chose de louche.
Ciela : C'est affreux.
Manu : Pourquoi ?
Ciela : On a travaillé pour l'ennemie.
Manu : Mais on ne le savait pas.
Ciela : Tu as raison, allons vers le prochain village.
Manu : Ha je te préfère comme ça.
Ciela : Ouais.
Goron : Attendez.
Ciela : Quoi.
Chef (se réveillant): Ouah que s'est-il passé ?
Gorons : Vous étiez sous l'emprise maléfique du cristal. Heureusement ces deux voyageurs ont accepté de nous aider car ils n'avaient rien à faire. Ils ont réussi à vous sauver.
Chef : Ho merci.
Manu : Mais de rien, et d'abord c'est moi qui ai fait tout le travail.
Ciela : Quoi ! Mais sans mon aide tu serais mort à l'heure qu'il est !
Manu : Grrr.
Chef : Ça n'a pas d'importance.
Manu : Si vous le dites.
Chef (sortant une épée de son slip) : Mon petit laisse-moi t'offrir une épée digne de ce nom.
Manu (la prenant) : Merci, mais ce n'est qu'une simple épée.
Chef : Cette épée résiste au feu, elle a été forgée par le meilleur forgeron des Gorons à partir d'une météorite qui s'est écrasée pas loin d'ici.
Goron : Heu chef, cette épée n'a pas été forgée à partir d'une météorite mais à partir d'excréments de...
Chef (donnant un grand coup de coude au Goron qui venait de parler) : Chut, tais-toi.
Manu : Bon alors décidez-vous, c'est fait à partir de météorite ou d'excréments ? Quoiqu'à l'odeur, je pense connaître la réponse.
Chef : Heu elle a été forgée à partir d'une météorite très odorante.
Manu : Oh. Alors merci. (Dans sa tête) Ouais bon elle attire quand même bien les mouches cette épée.
Chef : Mais de rien.
Ciela : Bon allons-y, au revoir monsieur.
Chef : Au revoir.
Manu : Bye !

Chapitre 7 : Encore fait avoir   up

Manu et Ciela ont été trahis par Midona qui travaillait pour l'ennemi. Ils avaient donc été trompés et, sans le savoir, travaillaient pour l'ennemi, aidant Midona à trouver les fragments du Cristal d'Ombre. Heureusement, le troisième fragment n'avait pas encore été trouvé.

Manu : On est encore loin grand schtroumpf ?
Ciela : Non le domaine Zora n'est qu'à quelques mètres d'ici.
Manu : D'ailleurs pourquoi on va au domaine Zora ?
Ciela : Pour empêcher Ghirahim de les réveiller.
Manu : Réveiller qui ?
Ciela : Les...
A peine a-t-elle commencé sa phrase qu'un autre bref tremblement de terre retentit.
Ciela : Haaaa.
Manu : C'est comme au volcan d'Ordin.
A cet instant on entendit une voix à leur droite.
? (Voyant Manu et Ciela) : Encore des monstres !
Ciela : Un Zora.

Un Zora est une créature mi-homme mi-poisson qui a comme cheveux (je crois) une sorte de chapeau relié à sa tête. (Ouais bon, je ne sais pas très bien décrire un Zora donc cherchez dans le Palais Zelda). Manu en le voyant eut moins peur qu'avec le Goron.

Manu : Mais nous ne sommes pas des monstres.
Zora : Ouais c'est ça, on nous refait pas le coup une deuxième fois.
Pendant leur discussion un énorme Zora (pour info je ne traite pas ce Zora de gros mais il devrait prendre un régime) arriva et interrompit leur... bah discussion.
? : Arrêtez !
Zora : Roi Zora.
Roi Zora : Ces intrus disent vrai, laissez les passer.
Manu : Vous nous connaissez ?
Roi Zora : Le chef des Gorons m'a dit qu'un gamin à la tenue verte et une fée essayaient de sauver le royaume.
Ciela : Sacré Goron.
Manu : Mais pourquoi vous nous avez pris pour des monstres.
Roi Zora : Pour tout te dire, une personne avec une cape rouge et jaune accompagnée d'une créature noire et blanche avec des symboles bleus tatoués sont venus ici avant vous.
Manu : Ghirahim et Midona.
Roi Zora : Le pire c'est qu'ils ont réveillé un des...
Un nouveau tremblement de terre les secoua et un hurlement se fit entendre tout près d'ici.
Roi Zora : Ha il fait encore des siennes.
Manu : Qui donc ?
Roi Zora : Le Grand Jabu-Jabu, notre dieu protecteur.
Ciela : Et qu'est-ce qu'il a ?
Roi Zora : Nous pensons que le Grand Jabu-Jabu est possédé.
Manu : Comment cela est-il arrivé ?
Roi Zora : Juste après la visite des deux personnes.
Manu : Grr décidément je les déteste.
Ciela : Nous devons le libérer.
Manu : Mais comment ?
A cet instant, un énorme poisson arriva.
? : Jabu bu.
Roi Zora : Ha notre dieu protecteur est venu jusqu'à nous.
Manu : On dirait un poisson géant.
Roi Zora : Pas d'insulte envers le Grand Jabu-Jabu.
Manu : Ce n'est pas une insulte !!!
Ciela : Du calme Manu et combattons.
Manu : Enfin tu veux dire que je combats parce que toi tu ne sers a rien.
Ciela : Grrr.
Roi Zora : Du calme et combattez.
Manu : Oui.

Manu s'élança vers le dieu protecteur qui l'avala d'un coup sec. Il se retrouva dans son estomac et trouva que finalement, son épée ne sentait pas si mauvais par rapport à l'odeur du lieu.

Ciela : Manu, ne te laisse pas être digéré !!!
Manu : Beurk, c'est tout gluant et il fait tout noir. (Allumant une allumette.) Ha enfin de la lumière.
Manu déchira une partie de sa tenue et y mit le feu avant que son allumette ne s'éteigne. Cette torche improvisée, combinée à la matière gluante recouvrant les parois de l'estomac, généra une quantité de fumée noire. Le Grand Jabu-Jabu barbouillé recracha Manu. Ce dernier tomba au sol, toussant et recouvert de matière gluante et odorante de l'estomac du dieu protecteur.
Manu (essayant de reprendre son souffle) : Sauvé !!!
Ciela : Maintenant nous devons le vaincre.

Le Grand Jabu-Jabu vit derrière Manu et Ciela un poisson qui se baladait, ce qui lui fit reprendre conscience pendant un court moment.
Jabu-Jabu : Ah j'ai mal à la tête, je suis en train d'être possédé.
Manu : Il a repris conscience mais ça ne va sûrement pas durer.
Jabu-Jabu : Je vous en prie, aidez-moi, détruisez le diamant sur ma tête, pitié.
Et il fut à nouveau possédé.
Ciela : Manu tu l'as entendu, alors détruis ce diamant !
Manu : OJ.
Jabu-Jabu : Jabu bu bu.

Manu sauta et frappa le diamant sur la tête du Grand Jabu-Jabu le faisant voler en éclats. Le dieu protecteur tomba à terre et le silence se fit sur le champ de bataille. Au bout de quelques instants, Jabu-Jabu remua doucement et petit à petit se redressa et reprit conscience. Au sol, parmi les morceaux du diamant, un éclat particulier attira leur attention : c'était le dernier fragment du cristal !!!

Manu : Le troisième fragment.
? : Ha ha ha.
A cet instant, Midona, sortant de nulle part, saisit le fragment.
Ciela : Midona !!!
Midona (souriant d'une manière moqueuse) : Encore merci, grâce à vous j'ai pu récupérer le troisième et dernier Cristal d'Ombre sans effort, mouah ha ha ha.
Manu : Quoi !!!
Ciela : On s'est encore fait avoir.
Midona disparut alors, non sans se moquer une nouvelle fois de nos deux héros.
Manu : Grrr on a encore travaillé pour eux sans le savoir.
Ciela : Pourquoi est-on si malchanceux ?!!
Jabu-Jabu : Ce n'est pas grave, sans vous je serais toujours possédé à l'heure qu'il est. Et c'est tout ce qui compte.
Ciela : Vous avez raison.
Manu : Bon et si on continuait notre route.
Ciela : Oui, allons-y.
Roi Zora : Au revoir.
Ciela : Au revoir.
Manu : Adieu.
Ciela : Mais arrête de dire adieu.
Manu : Mais on ne va plus les revoir.
Ciela : Ce n'est pas une raison.
Manu : Bon arrête de crier sinon je vais te frapper tout le long de la route.

Chapitre 8 : Les gardes royaux   up

Manu et Ciela avaient sauvé le Grand Jabu-Jabu qui avait été possédé par l'ennemi. Sur le chemin, Manu n'arrêtait pas de demander plus de détails sur leur quête, il ne voyageait avec elle que depuis peu de temps et Hyrule lui semblait encore bien étrange. Tout en marchant, Ciela expliqua que leur destination était le château d'Hyrule et que beaucoup de réponses aux questions de Manu s'y trouvaient. Au bout de quelques heures, pour une fois sans mauvaise rencontre, un château apparut au loin.

Manu : Alors, c'est ça le château d'Hyrule.
Ciela : Oui.
Manu : Je le voyais plus... festif.
Ciela : Parce que tu crois qu'un château ça sert à faire la fête ?
Manu : Bah oui.

Quelques dizaines de minutes plus tard, ils arrivèrent aux portes du château.

Ciela : Bon, entrons.
Garde : Halte !
Ciela : Qu'est-ce que vous faites ?
Garde : Personne n'a le droit d'entrer.
Ciela : Pourtant on le pouvait avant.
Garde : Oui mais depuis ce vol nous refusons l'accès à tout le monde.
Ciela : Un vol ! Et vous savez qui est avec moi ?
Garde : Non.
Ciela : Le héros qui nous sauvera.
Garde : Ha ha ha c'est ça, et moi je suis Ganon, ha ha ha.
Ciela : Je ne mens pas !!!
Garde : Allez ! Rentrez chez vous.
Ciela : Grrr, allez Manu on s'en va.
Manu : Quoi mais on...
Ciela : Je t'ai dit qu'on s'en va.
Manu : OK.

Une fois éloignés du garde...

Ciela : Bon écoute Manu, on va s'infiltrer dans le château.
Manu : Comment ?
Ciela : Par les égouts.
Manu : OK, je commence à trouver nos aventures un peu trop parfumées, vous avez un problème avec les mauvaises odeurs ici non ?

... Une fois passés par les égouts et entrés dans le château....

Manu : Pouah ça sentait mauvais.
Ciela : C'est normal tous les "besoins" du peuple passent dans les égouts.
Manu : Moi j'y retourne plus.
Ciela : Ha ha ha.
Manu : Bon maintenant on va où ?
Ciela : A la salle tout en haut du château.
Manu : Mes jambes vont souffrir.

Une fois dans la salle tout en haut du château.

Manu : Je suis mort de fatigue.
Ciela : Il faut souffrir pour être un héros.
Manu : C'est qui devant nous ?

Dans la salle, assise sur une splendide chaise sculptée, une superbe jeune femme les dévisageait.

Ciela : C'est la princesse du royaume, Zelda.
Manu : Ha OK.
Tous deux s'approchèrent de la princesse :
Ciela : Majesté permettez-moi de vous présenter Manu, le gamin très moche à côté de moi ...
Manu : He !!!
Ciela : ... le héros qui nous sauvera.

Zelda regarda attentivement Manu, elle vit qu'il portait la tenue de l'ancien héros. En voyant cette tunique, elle sourit.

Manu : Qu'y a-t-il majesté?
Zelda : Cela fait longtemps que je t'attends.
Manu : Heu.
Ciela : Enfin voilà, il ne comprend pas très bien ce qui se passe alors pourriez-vous lui expliquer ?
Zelda : Bien sûr.
Ciela : Merci.
Zelda : Il y a un jour, un homme est venu dans le château et m'a volé un objet très précieux, la boussole sacrée. Avec cet objet on peut mélanger des mondes avec la pensée, et c'est ce qui s'est produit. Et maintenant le voleur veut réveiller les gardes royaux.
Manu : Bah c'est positif puisque que ces gardes sont de notre côté.
Zelda : C'est là où tu te trompes. Il y a 100 ans de cela, Ganondorf, notre ennemi, avait réussi à conquérir le royaume d'Hyrule. Il créa alors plusieurs soldats que l'on nomma Gardes Royaux. Heureusement, le héros arriva et mit fin au règne de Ganondorf. Après notre victoire, nous emprisonnâmes les gardes royaux dans plusieurs endroits. Mais s'ils venaient à être réveillés, ils pourraient libérer Ganondorf de ce sort et le royaume d'Hyrule serait en grand danger.
Manu : Ha.
Ciela : Et Midona faisait partie des gardes royaux.
Manu : OK, je comprends déjà mieux.
Ciela : Et une autre personne a dû être réveillée au domaine Zora.
Manu : Et allez ! Plus on est de fous plus on rit.
Ciela : Désolé Majesté, Manu a un langage parfois un peu bizarre.
Zelda : A le voir, on se demande dans quel camp il est.
Ciela : Effectivement.
Manu : Bon on va où maintenant ? Je commence à m'ennuyer.
Ciela : Je ne sais pas. Laisse-moi parler avec la princesse.
Plus tard, la princesse les rejoint.
Ciela : Et là elle me dit... bla bla bla...
Zelda : Ouais, et celui-là comment il s'appelait ? Bla bla bla...
Manu : Au secours je suis avec des folles.
Zelda et Ciela : Chut.
Manu (s'affalant sur un autre siège) : Bon vous me ferez signe quand vous aurez fini.

Chapitre 9 : La Triforce ténébreuse   up

Dans un château envahi par les ténèbres, Ghirahim, Midona et quatre autres personnes discutaient. Une des quatre que l'on va appeler Cubus 1 avait une tenue verte, une autre en bleu, Cubus 2, la troisième en rouge, Cubus 3 et la dernière en jaune, Cubus 4.

Ghirahim : Bon, chères soeurs Cubus, nous voulons vous parler.
Cubus 3 : De quoi ?
Midona : Du pouvoir des gardes royaux.
Cubus 1 : Ah, vous voulez parler de la Triforce ténébreuse.
Ghirahim : Peu importe son nom, nous voulons en savoir plus sur ce pouvoir.
Midona : Et il paraît que vous seules avez ces informations.
Cubus 4 : C'est vrai.
Cubus 2 : Mais d'abord nous voulions savoir combien de temps on a été emprisonnées.
Ghirahim : Vous étiez enfermées depuis 100 ans.
Cubus 1 : Hum de l'eau a dû couler sous les ponts.
Midona : Effectivement et Ghirahim a réussi à enlever la moitié des liens qui vous retenaient emprisonnées en mélangeant deux mondes.
Cubus 2 : Hum Ghirahim, tu continueras toujours à m'impressionner.
Ghirahim : Et je ne le fais pas exprès.
Midona : Pourquoi ?
Ghirahim : Un jour elle a essayé de me rouler une pelle.
Midona : Hein ?
Ghirahim : Du coup, depuis ce jour, j'évite de l'impressionner.
Midona : Mais tu n'y arrives pas.
Ghirahim : Hélas.
Midona : Bon assez discuté d'amour.
Cubus 2 : Oh non.
Ghirahim : Enfin.
Midona : Et expliquez-nous ce pouvoir.
Cubus 4 : Hum, vous connaissez l'histoire de la Triforce ?
Midona et Ghirahim : Oui.
Cubus 4 : Bien, alors raconte-leur ma soeur.
Cubus 1 : Laquelle ?
Cubus 4 : Ma grande soeur.
Cubus 3 : Oui mais laquelle ?
Cubus 4 : Celle qui est née avant moi.
Cubus 3 : Alors c'est moi.
Cubus 4 : Allez, raconte-leur.
Cubus 3 : Alors, quand les Déesses bienfaitrices rentrèrent chez elles, le lieu que ces Déesses avaient foulé quand elles descendirent des cieux, avait été nommé la Terre Sacrée. Quand l'existence de cette Terre Sacrée fut connue dans le royaume, elle devint source de combats et de conflits. Ces êtres pitoyables voulaient avoir la Triforce, pouvoir sacré des Déesses pour l'utiliser à leur profit. Heureusement pour notre camp, des êtres maîtrisant les arts magiques firent leur apparition, se sentant en sécurité sans les Déesses qui pouvaient les tuer. Ils utilisèrent leurs magnifiques pouvoirs pour tenter d'étendre leur joug sur la Terre Sacrée. Les autres habitants de notre monde qui avaient tenté de prendre la Triforce furent réduits en poussière par ces êtres maléfiques. Hélas les déesses envoyèrent les esprits de la lumière pour sceller le pouvoir que tu possèdes Midona. Heureusement ces êtres maléfiques créèrent à partir de la Triforce, un pouvoir très maléfique, que nulle créature au coeur bon et pur ne pouvait utiliser ou toucher sous peine d'être réduit en cendres. On nomma ce pouvoir la Triforce ténébreuse. Mais ces stupides déesses avaient tout prévu et elles créèrent des objets magiques avec un pouvoir ayant la capacité d'anéantir les ténèbres. La boussole et l'épée sacrée en font partie. Grâce à ces objets, les créatures au coeur pur scellèrent la Triforce ténébreuse. Seuls les êtres maléfiques ayant créé ce pouvoir pouvaient de nouveau le libérer, mais ils furent également bannis de ce monde et la paix règne sur le royaume d'Hyrule depuis ce temps-là.
Ghirahim : Hum alors si je comprends bien, il faut libérer ces êtres pour que la Triforce ténébreuse soit libérée.
Cubus 3 : Tu as bien tout compris.
Midona : Et le pouvoir que je détiens, c'est les fragments du cristal d'ombre ?
Cubus 3 : En partie. Son vrai pouvoir sera libéré quand tu assembleras ces fragments.
Midona : OK.
Cubus 3 : Par contre tu devras les assembler le moment venu.
Midona : Quel moment ?
Cubus 3 : Le bon moment.
Ghirahim (un peu moqueur) : Ça c'est de la précision! Bon ce n'est pas tout mais on devrait aller réveiller le troisième garde.
Cubus 1 : Allez-y sans nous. Nous vous attendrons ici.
Midona : Je reste aussi ici, j'ai besoin d'en savoir plus sur le cristal d'ombre.
Ghirahim : D'accord.

Chapitre 10 : Village mécanique   up

Ciela avait emmené Manu au château d'Hyrule pour que Zelda, la princesse du royaume, lui explique la situation. Ils quittèrent ensuite la princesse et s'en allèrent vers un village étrange.

Ciela : On est arrivés.
Manu : Heu c'est très... mécanique comme coin.
En effet, le village était habité par des robots, les maisons étaient en métal et au fond de ce village se trouvait un temple.
Ciela : Hum, Ghirahim ne doit pas encore être venu.
Manu : Pourquoi ?
Ciela : Les villageois n'ont pas peur de nous.

Robot : Bonjour, que voulez-vous ?
Ciela : Nous cherchons le temple.
Robot : Tout au fond du village, ce bâtiment est immense donc vous ne pouvez pas vous tromper.
Ciela : Merci beaucoup.
Robot : Mais de rien. (Regardant Manu) Hum, vous avez l'air épuisé.
Manu : C'est le mot.
Robot : Pour vous reposer, vous pouvez aller dans l'hôtel "Rouillé".
Manu : Heu je ne crois pas...
Ciela : Nous y allons.
Manu : Pourquoi ?
Ciela : Pour se reposer, quelle question !

Une fois dans l'hôtel.

Manu : Bonjour, nous voulons réserver une chambre.
Réceptionniste : OK, avec ou sans massage.
Ciela : Avec.
Manu : Et heu vous êtes le seul humain ici.
Réceptionniste : Oui, bon le masseur ne va pas tarder à arriver, en attendant allez dans la chambre 950.
Ciela : Vous avez beaucoup de chambres pour un petit bâtiment.
Réceptionniste : Avez-vous déjà regardé Docteur Who ?
Manu : Oui.
Réceptionniste : Et ben on a fait comme pour le Tardis, petit à l'extérieur, immense à l'intérieur.
Ciela : Heu je ne comprends pas.

Une fois dans la chambre, ils se mirent en tenue pour le massage.

Manu : Bon il arrive quand ?
? (entrant dans la chambre) : Bonjour je suis le masseur.
Ciela : Heu finalement moi je n'ai pas besoin de massage.
Manu : Un Goron comme masseur ???
Goron : Bon on commence ?

Le massage à peine débuté et, jusqu'à la fin de celui-ci, on entendit des cris de douleur et des coups surpuissants.

Manu : Maintenant je comprends pourquoi Ciela ne voulait pas de massage. Se faire masser par un être de pierre n'était peut-être pas une bonne idée...
Goron : Ça fera 500 rubis.
Manu : Quoi !!! 500 rubis pour ce passage à tabac !!!
Goron : C'est un prix tout à fait raisonnable.
Manu : Raisonnable pour vous, oui !!!
Goron : Ecoutez on ne va pas en faire tout un rocher.
Manu : Ah si on va en faire !!!
Ciela : Heu Manu, calme-toi.
Manu : Tu veux que je me calme ? Il m'a au moins cassé trois côtes ! C'était le PIRE massage de ma vie !
Goron : Outch, quel mot horrible, ça me brise le coeur. Il n'est pas en pierre vous savez !
Manu : Et surtout, tu veux que je me calme et que j'arrête de crier sur ce CASSEUR DE DOS !!!
Goron : Outch, encore un mot horrible.
Manu : Je me calmerai quand le prix ne sera plus là !!!
Goron : OK, OK, le massage est gratuit, ma mère m'avait bien dit que ce n'était pas un métier pour moi.
Manu : Merci !!!
Ciela : Pourquoi tu cries encore ?
Manu : Je n'en sais rien !!!
Goron (partant) : Bon j'y vais, snif.
Manu : C'est ça, on ne vous retient pas !
Ciela : Heu et si nous allions nous restaurer avant de nous coucher.
Manu : Avec plaisir !

Après avoir fait bombance, ils s'endormirent jusqu'au matin.

Manu : Ouah, j'ai bien dormi.
Ciela : Bah pas moi à cause de tes ronflements.
Manu : Je ne ronfle pas.
Ciela : Bah pourtant si.
Réceptionniste : Pour avoir dormi, ça fera 1000 rubis.
Manu : Quoi !!! Après ce casseur de dos je dois me payer une voleuse !!!
Ciela : Et c'est reparti...
Manu : De toute façon je n'ai pas un seul rubis en poche alors ça doit être gratuit !!!
Réceptionniste : Calmez-vous ou j'appelle la police.
Manu : Bon, je connais un très bon arrangement !!!

Et ils partirent sans avoir payé mais ils ligotèrent la réceptionniste et l'enfermèrent dans la cave de l'hôtel.

Ciela : On n'était pas obligés de faire ça.
Manu : Oh, que si.

Chapitre 11 : Temple Mécanique   up

Manu et Ciela étaient sortis de l'hôtel "Rouillé". Après cette expérience douloureuse aussi bien au niveau des lombaires que des tarifs, ils se dirigèrent vers le centre de la ville, là où se trouve le "Temple Mécanique". Une fois devant, ils l'examinèrent, voyant comment il était immense, abritant sûrement des centaines de monstres.

Manu : Il est vraiment immense.
Ciela : Tu l'as dit.
Manu : Et dire que des centaines de monstres nous attendent sûrement à l'intérieur.
Ciela : Bah, tu les vaincras tous.
Manu : Tu le penses vraiment ?
Ciela, esquissant un petit sourire : Bien sûr que non. Tu te ferais tuer à coup sûr.
Manu : C'est méchant.

A cet instant, ils entendirent des bruits de combat en direction de l'entrée du village.

Robots : On nous attaque !!!
Manu : C'est sûrement Ghirahim et Midona.
Ciela : Si c'est bien eux, alors entrons sur le champ dans le temple.
Une fois à l'intérieur, ils ne virent qu'une salle gigantesque.
Manu : Quoi ?! Ce temple ne contient qu'une salle !
Ciela : C'est surprenant.
Au milieu de la salle, ils virent un cercle entouré de lave, c'était une arène. En y allant, le pont qui permettait d'entrer sur la zone de combat tomba dans la lave, laissant nos héros coincés sur l'arène.
Manu : Quoi ?!
? : Ouh, des visiteurs.
Ciela : Qui a parlé ?

En examinant l'arène, ils ne virent personne d'autre qu'eux. La voix retentit encore, cela venait d'en haut. Levant la tête, ils virent une tête géante robotique dans le mur, avec deux mains géantes non reliées à la tête. Ce corps étrange se décolla du mur et, volant dans la salle, se rapprocha de Manu et Ciela. Une fois à quelques mètres d'eux, il s'arrêta.

Manu : Ouah.
Ciela : Qui êtes-vous ?
? : Je me nomme Gordon, et je fais partie des gardes royaux.
Manu : Quoi ?!
Gordon (examinant Manu) : Hum... tu es donc l'Elu. J'attendais ta venue.
Manu : Pour me tuer ?!
Gordon : Non, vois-tu, mon rôle, avant de faire partie des gardes royaux, était d'attendre l'élu pour le combattre. Si l'Elu était victorieux, alors je devais lui donner une arme qui lui est destinée. Hélas l'ancien héros n'est jamais venu, et tu as été choisi pour devenir le nouveau héros.
Manu : Mais qui décide ça ?
Gordon : Les Déesses.
Ciela : Elles sont très intelligentes.
Manu : Mouais, elles sont NULLES...

Gordon, en entendant ce mot, frappa Manu avec sa main droite, envoyant le héros au bord de l'arène. Ce mot, on ne sait pourquoi, le rendit fou, à tel point qu'il semblait avoir perdu l'esprit ou plutôt comme s'il était instantanément devenu ivre.

Manu : Ouah, ce n'est pas passé loin. Hé, tu pourrais prévenir quand le combat commence !!!
Gordon (d'un air bourré) : Tuer !
Ciela : Il est devenu fou.
Manu : Je crains que la seule manière de lui rendre la raison est de le vaincre.
Gordon (d'un air bourré) : Tuer !

Manu attaqua, frappant sa tête métallique sans aucun résultat. Frapper sa tête et ses mains à l'épée pouvait détruire son arme en quelques coups. Manu chercha la manière de vaincre Gordon sans détruire son épée, en évitant les attaques de son adversaire. Quand soudain un oeil s'ouvrit sur chaque main. Ils étaient très exposés, un coup bien placé pouvait détruire ces yeux. Mais hélas, les mains étaient trop en hauteur pour les toucher avec l'épée. Manu se souvint alors qu'il avait toujours son arc que Ciela lui avait donné lors du combat contre Magmaudit. Il le prit, visa et détruisit les deux yeux avec des flèches après de multiples tentatives. Les mains, bizarrement sans vie, tombèrent dans la lave entourant l'arène. Gordon devint alors faible en tombant sur l'arène, la bouche ouverte. Une action devait se faire avec sa bouche, mais quoi ? Manu chercha, chercha, quand, cinq secondes plus tard, il vit des bombes au bord de l'arène, il en prit une pour la jeter dans la bouche du robot géant. Avant que ça n'explose, Manu remarqua qu'une nouvelle bombe était apparue là où il avait pris l'autre. En examinant bien, il remarqua des racines sous la bombe. C'était une bombe plante aussi nommée chou-pêteur ! La bombe dans Gordon explosa, secouant suffisamment le robot pour le faire reprendre conscience. Bizarrement, il n'avait pas explosé.

Gordon (reprenant ses esprits) : Oh, que m'est-il arrivé ?
Ciela : Vous étiez devenu fou.
Gordon : Oh, le héros a dû dire le mot qui me fait devenir fou.
Ciela (d'un ton ironique) : C'était très intelligent d'avoir dit ça, hein Manu ?!
Gordon : Mais cela est magnifique.
Ciela et Manu : Quoi ?!
Gordon : Héros, pour tout te dire, la seule façon de me faire reprendre raison est de me vaincre. Ce que tu as fait. Je vais donc t'offrir l'arme qui t'est destinée.
Manu : Chouette ! Je vais avoir un cadeau !!!
Gordon : Oh héros des temps jadis. En me vainquant, tu as su montrer ton courage et ton intelligence lors de ce combat. De par tous les pouvoirs qui me sont conférés, j'ai l'honneur de te donner l'énigme qui, une fois résolue, te guidera vers l'arme qui t'est destinée.
Manu : Ouais !!! Attendez, quoi ?! Une énigme ?! Vous êtes sérieux ?!
Gordon : Oui, très.
Manu : Non !!!
Gordon : Si tu veux ton arme, tu vas devoir résoudre l'énigme que je vais te révéler.
Manu : Bon OK.
Gordon : Hum hum, hum hum.
Manu : Allez accouche.
Gordon : "Le Courage, résolvant les épreuves les plus extrêmes en dévoilant les secrets les mieux cachés. La Sagesse, changeant le sens du vent en un geste fin. La Force, frappant devant et derrière les ennemis. Une fois ces trois pouvoirs récupérés, à l'arme qui t'est destinée, ils te guideront."
Manu : Je ne comprends rien.
Gordon : Je répète. "Le courage, résolvant..."
Manu : Stop !!! J'ai compris !!!
Gordon : OK.
? : Gordon.

Entendant cette voix venue de nulle part, Manu, Ciela et Gordon regardèrent vers l'entrée du temple et virent Ghirahim.

Manu : Ghirahim !
Gordon : Tu es enfin là.
Ghirahim : Je t'ai vu lui donner l'énigme, tu viens de trahir les gardes royaux !
Gordon : Je ne vous ai pas trahis, je n'ai fait qu'accomplir mon ancienne mission donnée par les Déesses.
Ghirahim : Hum, tu as la chance que l'on ait encore besoin de toi.
Gordon : On a toujours besoin de moi.
Ghirahim : Sur ce, partons.
Gordon : Oui.

Et ils s'en allèrent.

Ciela : Ah on vient encore de les laisser s'enfuir !
Manu : Et c'est grave ?
Ciela : Heu non.
Manu : Alors on s'en fout.
Ciela : Bon, nous devrions partir chercher les trois pouvoirs cités dans l'énigme.
Manu : Oui.
Et ils partirent, marchant sur la route.
Manu : Heu on va où ?

Chapitre 12 : La fontaine de la Grande Fée des marais   up

Manu et Ciela marchèrent, encore et encore. Ils étaient fatigués, en même temps, c'est normal d'être fatigué si on marche durant cinq heures. Mais que se passe-t-il, non je ne rêve pas ? Mais si ! Nos héros sont en train de rentrer dans un marais, très visqueux et rempli d'arbres.

Ciela : Beurk, je déteste les marais !
Manu : Te plains pas ! Toi au moins tu ne marches pas dans la boue.
Ciela : Ouais, c'est justement pour cela que je suis supérieure à toi.
Manu : Supérieure à moi ?! Là tu rêves !
Ciela : Ah bon ? Et qu'est-ce que tu peux faire de mieux que moi ?
Manu : Je peux marcher, manier une arme...
Ciela : Ouais bon tu peux te taire maintenant !
Manu : OK, Cielom.
Ciela : Quoi ?!! Qui ? Cielom ?!!
Manu : Oui, heu attends quoi ? Ne te vexe pas, je me suis juste trompé sur ton prénom.
Ciela : Alors là tu dépasses les bornes ! Si c'est comme ça alors moi je m'en vais !
Manu : Hein ? Mais attends, je plaisantais, et puis qu'est-ce qui ne va pas ? Comment vais-je faire sans toi ? Qui va me guider ou m'aider ?
Ciela : Tu avais qu'à y réfléchir avant d'ouvrir ta saleté de bouche !
Manu : Ciela attend !

Mais trop tard elle était partie, abandonnant Manu à sa mission.
Manu : Ce n'est pas vrai ! Vraiment soupe au lait celle-là !
Manu erra donc tout seul dans Hyrule, mais il remarqua quelque chose qu'il n'avait pas vu avant.

Manu : Mais attends, où sont les rues, les monuments et tout ce qui appartient à mon monde ? Si ça se trouve les mondes ont retrouvé leur équilibre et se sont séparés, mais comme j'étais dans un lieu d'Hyrule, j'ai basculé chez eux, oh non ! Et dire que Ciela m'a abandonné alors que je connais à peine ce monde.

Une heure plus tard, Manu arriva tout près d'une fontaine.
Manu : Oh enfin de l'eau pure, que j'ai soif.
Il alla donc boire dans cette fontaine et plus il buvait, plus il retrouvait ses forces.
Manu : Waouh, cette fontaine est magique ou quoi ?
? : En effet elle est bien magique.
Manu (levant petit à petit la tête) : Hein ? Qui...

En levant la tête, il vit une grande femme ayant une tenue d'herbe qui ne masquait pas beaucoup son corps. Elle avait de longs cheveux verts et un visage sublime. C'était la Grande Fée de ces terres.

Manu : Qui... qui êtes-vous ?
Grande fée : Je suis la Grande Fée des marais. Et toi jeune homme ?
Manu : Je me nomme... Manu... madame.
Grande fée : Oh, c'est donc toi le nouvel héros ? J'attendais ta venue.
Manu (rougissant) : C'est vrai ?
Grande Fée : En effet, je voulais voir comment tu étais, mais tu n'es vraiment pas mon style. De plus, tu viens de boire l'eau de la fontaine où je vis et sachant que je ne me suis pas lavée depuis des semaines, l'eau doit être bien crade.
Manu (dégouté) : Ha... et quoi !!! Mais vous avez vraiment un problème avec la propreté ici !
Grande Fée : Hé ! D'abord tu vois quelque chose de propre dans ce marais ? Et puis, cela fait très longtemps que personne n'est venu me voir. J'attends d'ailleurs toujours le prince charmant que les Déesses m'ont promis.
Manu : Mais au fait, comment savez-vous...
Grande Fée : Je sais tout mon petit, le malheur qui risque de s'abattre bientôt sur le royaume, ta venue, et... l'histoire avec Ciela.
Manu : Oh, je suis désolé madame. Je ne le pensais pas, mais pourquoi s'est-elle énervée ?
Grande Fée (qui s'en réjouit) : Oh, et bien tu l'as appelée Cielom.
Manu : Oui mais ça arrive à tout le monde de faire des erreurs.
Grande Fée (morte de rire) : Ha ha ha ha ha, que tu es naïf !
Manu : Hein ?
Grande Fée : Cielom est le nom d'une fée très connue par ses terribles attentats. Elle commit tellement de crimes qu'aujourd'hui, appeler une fée avec son nom est considéré comme une insulte.
Manu : Oh, j'en suis désolé.
Grande Fée : J'accepte tes excuses, hélas Ciela ne va pas l'accepter facilement. Il se pourrait bien que tu voyages seul.
Manu : Quoi ?! Mais je ne connais rien à ce monde.
Grande Fée : Je sais ! L'une de mes fées va la remplacer. Mais je te préviens c'est temporaire. Elle t'aidera jusqu'à ce que Ciela revienne avec toi... si elle le fait.
Manu : Merci beaucoup madame.
Grande Fée : Oh, mais ne me remercie pas, c'est normal que nous aidions le nouvel héros. Bien, Navi, tu viens !
Navi (arrivant à toute vitesse) : Oui ?
Grande Fée : Navi, tu aideras le nouvel héros jusqu'à ce que Ciela revienne avec lui.
Navi : Ah, en clair je suis une remplaçante ?
Grande Fée : C'est cela.
Navi : Bah, je suis habituée de toute façon. Un de plus ou de moins, ça ne changera rien.
Grande Fée : J'aime cet état d'esprit. Bien, Manu, retourne maintenant à ta mission accompagné de Navi, remplaçante temporaire de Ciela.
Navi : C'est bon, on a compris.
Manu : Bon allons-y, au revoir madame.
Grande Fée : Au revoir mes chers enfants.

Manu eut donc une nouvelle accompagnatrice nommée Navi pour remplacer Ciela, temporairement, enfin... aux dires de la Grande Fée.

Chapitre 13 : Une nouvelle accompagnatrice   up

Dans le chapitre précédent, Ciela avait abandonné Manu suite à son insulte involontaire. Manu errant pendant une heure, seul, dans un nouveau royaume qu'il ne connaissait guère, tomba sur la Grande Fée des marais qui l'aida en lui offrant une nouvelle accompagnatrice, Navi, une fée comme Ciela. Manu et Navi partirent donc continuer la quête du nouvel héros. Evidemment, Manu raconta tout ce qui s'était passé avec Ciela.

Navi : "Le Courage, résolvant les épreuves les plus extrêmes en dévoilant les secrets les mieux cachés. La Sagesse, changeant le sens du vent en un geste fin. La Force, frappant devant et derrière les ennemis. Une fois ces trois pouvoirs récupérés, à l'arme qui t'est destinée, ils te guideront." Qu'est-ce que ça peut bien vouloir dire ?
Manu : Aucune idée, j'étais en train d'en discuter avec Ciela avant qu'elle ne parte.
Navi : En même temps, ce que tu lui as dit n'était vraiment pas sympa.
Manu : Hum.
Navi : Et ces Ghirahim, Midona et les Gardes royaux... combien sont-ils ?
Manu : Sûrement une centaine.
Navi : Ce serait peut-être un peu trop.
Manu : Hum, en tous cas ils doivent être nombreux.

Ils continuèrent de marcher tout en parlant jusqu'à ce qu'ils tombent sur une forêt bien étrange. Navi se sentit bizarre en la voyant. Ils la traversèrent et tombèrent sur un petit village.

Manu : Quel étrange village... encore.
Navi (reconnaissant le village) : Il n'est pas étrange... et puis... c'est mon village d'origine.
Manu : Ah bon ? Oh ma pauvre.
Navi : Pauvre toi-même !
Manu : Oh c'est bon. Si tu connais ce village, alors guide-moi.
Navi : D'accord, bon, d'abord allons voir l'Arbre Mojo. Il saura sûrement ce que nous devons faire.

Une fois devant cet arbre gigantesque qu'est l'Arbre Mojo, ils discutèrent de la situation.

Navi : Bonjour Arbre Mojo.
Arbre Mojo : Oh bonjour Navi, cela fait longtemps que je ne t'ai pas vue.
Navi : En même temps vous m'avez vendue à la Grande Fée des marais.
Arbre Mojo : Oh oui, je m'en souviens comme si c'était hier, la forêt fut bien calme après ton départ, que c'était agréable. Je me souviens d'ailleurs que tu m'avais rapporté beaucoup d'argent.
Manu : Vraiment beaucoup de pognon ?
Arbre Mojo : Oh oui, je me suis acheté une villa de luxe du coup. Hélas comme je ne peux pas bouger...
Navi : Vous ne pouvez pas y aller. On a compris. Je vaux beaucoup mais nous ne sommes pas venus pour ça.
Arbre Mojo : Ah bon ? Alors pourquoi êtes-vous là ?
Manu : Nous sommes venus vous parler de ma mission qui est de la plus haute importance.
Arbre Mojo (rigolant) : Toi le gringalet tu as une mission de la plus haute importance ?! On aura tout vu ! Je pensais que la jeunesse rendait intelligent mais en fait non ! Ha ha ha.
Navi : Arbre Mojo ! Un peu de sérieux !
Arbre Mojo (rigolant) : Comment pourrais-je ?! Ce n'est qu'un gamin et il a une mission de la plus haute importance ! Ha ha ha.
Manu : Et Link alors ? Il avait bien une mission de la plus haute importance et pourtant ce n'était qu'un gamin.
Arbre Mojo (arrêtant de rigoler) : Hum hum, tu as raison ma petite. Alors... quelle est cette mission ?

Manu lui expliqua alors la lourde mission qu'on lui avait confiée et l'aventure qu'il avait vécue. L'Arbre Mojo posa des questions étranges quelques fois comme : "Comment était le corps de la Grande Fée ?", "Avait-elle une grosse poitrine ?". Des questions comme ci comme ça...

Arbre Mojo : Je vois.
Manu : Et du coup ?
Arbre Mojo : Et du coup quoi ?
Manu : Que dois-je faire ?
Navi : Hein ? Et le "nous" alors ?! Je suis peut-être une remplaçante mais je suis quand même concernée !
Arbre Mojo : Heu Navi, comment te dire, tu as toujours eu... heu... un caractère... enfin... même Link est d'accord avec moi. Tu lui pourrissais la vie.
Navi : Hein ? N'importe quoi ! Ce n'est pas ma faute s'il ne faisait pas bien son travail.
Arbre Mojo : Tu le réveillais à une heure du matin !
Navi : Il fallait bien qu'il accomplisse sa mission au lieu de pioncer.
Arbre Mojo : Tu m'étonnes qu'après il mourait tout le temps.
Navi (d'un air fier) : Ouais, tout ceci c'était bibi.
Manu : Et ma mission alors ?
Navi : Attends, on parle de moi là.
Arbre Mojo : Plus maintenant. Bon alors...
Navi : Hé ! C'est méchant.
Arbre Mojo : Ce n'est pas toi qui mettais plein de crasse dans son caleçon ?
Navi (fière) : Oh si. C'était le bon temps.
Arbre Mojo : Bon reprenons, où en étions-nous ? Bon voilà... alors... hum hum...
Manu : Oui ?
Arbre Mojo : ... heu... alors... heu... hum hum... heu... je n'en sais rien.
Manu : ... Quoi ?!
Arbre Mojo : Je n'en sais rien, je ne suis pas devin.
Navi : Et pour Link alors, vous avez bien été devin ?
Arbre Mojo : J'ai juste regardé mon texte sur Wikipédia.
Manu : ...
Navi : ...
Arbre Mojo : ...
Manu : Oh la honte !
Navi : Ouais papy, c'est la honte !
Manu : Et dire que vous êtes le gardien de la forêt !
Navi : Ouais !
Arbre Mojo : C'est bon, c'est bon ! J'ai vendu des fées illégalement et en plus j'ai triché.
Manu : Illégalement ?!
Navi : Je n'en crois pas mes oreilles.
Arbre Mojo : Oups j'ai fait une boulette.
Navi : Attendez qu'on le dise à la princesse Zelda.
Arbre Mojo : Oh non svp ! Je risque de perdre mon terrain de golf !
Manu : Il faillait y réfléchir avant, papy.
Navi : Ouais au revoir.
Manu : Bye. Vous n'êtes qu'un incapable.

Et ils partirent.

Chapitre 14 : Temple des Marécages   up

En quittant la forêt, Manu et Navi, retombèrent sur le marécage où Manu avait rencontré la Grande Fée des Marais. Par contre, le paysage avait changé, l'eau était maintenant rose, les lieux boueux étaient devenus des sables mouvants, des arbres meurtris et des monstres habitaient désormais le marais.

Manu : Je croyais qu'il n'y avait qu'un seul marais dans Hyrule ?
Navi : Et c'est le cas, ce lieu est justement celui où l'on s'est rencontrés.
Manu : Quoi ?! Impossible ! L'endroit était beaucoup plus paisible !
Navi : Ce Ghirahim a dû venir réveiller l'un des gardes royaux qui sommeillaient en ce lieu.
Manu : Grrr, je déteste ce type.
Navi : La Grande Fée n'a pas dû protéger le marais, comme d'habitude quoi. Il a toujours fallu que ce soit Link qui fasse tout le boulot.
Manu : Je ne comprends pas, c'est pourtant l'endroit où vit la Grande Fée ? Pourquoi causerait-elle la perte de son habitat ?
Navi : Car cette naïve habite dans une fontaine qui ne pourra jamais changer ! Non seulement, elle achète ou vend des fées illégalement, mais en plus elle en fait des esclaves !
Manu : Ha, je suis désolé que tu aies vécu tout ça.
Navi : Cette stupide dame n'a toujours pensé qu'à elle ! Elle n'arrête pas de dire : "Va nettoyer la cuvette stp", "nettoyez-moi stp", etc. !
Manu : Ah qu'est-ce que j'aurais voulu être à ta place.
Navi : Pour nettoyer la cuvette ?!
Manu : Non, pour nettoyer la Grande Fée.
Navi : T'es pas sérieux !
Manu : Heu, hum hum, je pense que la discussion est partie en cacahouète. Et si on s'occupait plutôt du marécage ?
Navi : Tu as raison, revenons à nos moutons.
Manu : Nous ?
Navi : Oui nous ! Bon le marécage...
Manu : Oui, heu... Pourquoi je m'enfonce ?
Navi : Mince tu as marché sur des sables mouvants !
Manu (d'un air ironique): Nooon, tu crois ?
Navi : Calme-toi, je te rappelle que moi seule peux t'aider !
Manu (regardant autour de lui) : Bah, il y a sûrement d'autres...
Navi : Oui ?
Manu : SAUVE-MOI STP !!!
Navi : Bien sûr monsieur.

Navi regarda autour d'elle, pour trouver un moyen d'aider Manu mais il n'y avait que peu de solutions. Il y avait des buissons, des arbres avec des lianes...
Navi : Oh une liane, je devrais sûrement réussir à tirer Manu avec ça.
Elle prit la liane, tenant un bout, lança l'autre à Manu qui l'attrapa rapidement. Navi tira de toutes ses forces et réussit tant bien que mal à le ramener sur la terre ferme.

Manu : Merci beaucoup, une seconde de plus et j'étais englouti par les sables mouvants.
Navi (épuisée) : De... rien... Je... te conseille... de faire... un... régime...
Manu : Bon, continuons notre route.
Navi : ... Laisse... moi... au moins... faire... une pause... sûrement... d'une heure...
Manu (d'une voix héroïque) : Les héros n'ont pas besoin de pause.
Navi : ... Stp... arrête de parler... tu me fatigues...
Manu (remarquant un temple à sa droite) : Heu, il était là ce... temple, avant ?
Navi : Heu... non...

Ils s'en approchèrent pour observer ce soi-disant temple. Plus ils s'approchaient du temple, plus leur progression leur semblait étrangement pénible. Une fois à la porte :

Manu : Punaise, ce sentiment de fatigue qui allait en augmentant au fur et à mesure que l'on approchait du temple ne me dit rien qui vaille. Il ne serait pas magique ou quelque chose du genre ce temple ?
Navi : Hum, ce temple a l'air bien vieux. Plus vieux que les précédents.
Manu : Et alors ?
Navi : Et alors le garde royal est sûrement plus fort.
Manu : Si ça se trouve, Ghirahim n'a pas encore réveillé le garde royal et ce n'est peut-être pas lui qui se trouve dans le temple.
Navi : Tu as raison, à ce que tu avais dit, tous les gardes royaux réveillés sont partis avec Ghirahim.

Ils entrèrent dans le temple, découvrant une seule pièce immense toute sombre, sans lumière. Des corps squelettiques se trouvaient à gauche, à droite, des feuilles et du lierre recouvraient le sol et les murs, confirmant l'ancienneté du temple. Quand ils eurent pénétré dans le temple, la porte d'entrée se referma d'un bruit strident, les plongeant dans le noir.

Manu : Mais que...
Navi : Je ne vois plus rien !
Le bruit sourd d'une chute se fit entendre, puis celui de quelque chose qui tombe sur le sol d'un son fracassant.
Manu : Qu'est-ce que c'était que ça ?

Tout d'un coup, six torches disposées tout autour de la salle s'allumèrent, faisant jaillir la lumière dans la pièce. Au centre, une grande silhouette d'environ 2 mètres 50 était debout, tête regardant le sol, les bras pendants, avec une longue lame dans la main droite et un bouclier dans la main gauche. Sur le corps, des signes étranges y étaient dessinés, lui donnant l'air d'un ancien guerrier.

Manu : Mais... ce n'était pas là avant !
Navi : C'est sûrement ce qui a causé ces bruits.
Manu : Et c'est quoi ? Un guerrier ?

Lentement, la tête du guerrier se leva, dévoilant un masque de haine. Les trous au niveau des yeux et de la bouche montraient de la colère. Trois rubans dépassaient du haut du masque. Des signes étranges se trouvaient aussi sur ce masque et les yeux de ce guerrier étaient rouges comme le sang. Le guerrier ancien se précipita sur Manu et lui donna un coup de bouclier, envoyant le jeune garçon à l'autre bout de la salle. Bizarrement des gouttes de sang étaient sorties du corps de Manu. Ce qui fut bien étrange car, jusqu'ici, quand un monstre frappait le jeune garçon d'une épée ou d'une autre arme aussi dangereuse, Manu ne saignait pas, sa force vitale ne faisait que diminuer légèrement.

Manu : Aïe !!! Rah il m'a fait saigner !
Navi : Mais que... ce n'est pas normal... normalement, personne ne peut saigner dans Hyrule.
Manu : Quoi ?! Mais que m'arrive-t-il ?!
Navi : Non... c'est juste... impossible.
Guerrier : Que faites-vous dans la demeure d'Odolwa, le Général des Gardes Royaux ?
Navi : Général des Gardes Royaux ?! Manu tu es tombé sur un de leurs généraux ! Et Dieu sait qu'ils sont durs à battre !
Manu : Quoi ?! Navi dis-moi que c'est une blague !
Navi : Hélas non. Et cela explique pourquoi tu as saigné lorsque qu'il t'a donné un coup. Ces généraux sont les seuls à pouvoir faire ça !
Manu : Oh mon Dieu, je vais mourir !!!
Navi : Défends-toi au moins et tente de survivre le plus longtemps possible.
Manu : Je n'ai pas le choix de toute façon.

Manu fit face au monstre et scruta ses moindres mouvements tout en tentant de trouver autour de lui un moyen quelconque pour se protéger. Il avait bien retenu les conseils de son père : "Bats-toi mais si tu peux partir vite fait bien fait, le deuxième choix est souvent le meilleur."

Odolwa : Je vois que tu te moques de mourir. Bien, comme tu voudras, Ghirahim m'avait prévenu qu'un gamin tenterait de nous arrêter. Il m'avait dit que tu viendrais à moi. Tu dois être fort pour n'avoir point péri jusqu'ici... mais personne ne survit contre un des Généraux des Gardes Royaux ! Tu auras au moins le privilège d'être mon entraînement avant que je ne plonge Hyrule dans les ténèbres.

Odolwa fonça sur son adversaire qui esquiva sa première attaque mais un autre coup de bouclier sur son flanc le fit saigner de nouveau. Manu tenta d'enfoncer la lame de son épée dans la chair du monstre mais sa lame n'arrivait pas à pénétrer la chair et rebondissait sur le corps du guerrier. Odolwa donna des coups d'épée au hasard en espérant toucher sa cible rapidement. Manu n'arrêtait pas de parer les attaques du monstre mais à chaque fois il y laissait des gouttes de sang. Le jeune garçon tentait en vain d'enfoncer sa lame dans la chair d'Odolwa dès qu'une ouverture se présentait, hélas elle rebondissait toujours. Le général fit une attaque circulaire mais Manu avait juste à se baisser pour esquiver l'attaque tout en répliquant au niveau des jambes.

Manu reprenait un peu confiance en lui, le général des gardes royaux n'avait toujours pas pu le mettre à terre. Sa technique n'était finalement pas aussi redoutable que ça. Au bout d'une minute d'échange intense, Odolwa s'énerva et sauta pour pouvoir retomber lourdement sur le sol, générant une onde de choc pour déstabiliser le jeune homme. Manu, exploitant ses nombreuses heures à jouer aux jeux de baston, reconnut l'attaque, l'anticipa et lui donna un coup dans le bas-ventre pendant qu'il était en l'air. Evidemment, la lame rebondit sur le corps, cependant cela fit tomber Odolwa face contre terre et Manu remarqua alors un gros oeil placé derrière la tête du monstre. Le jeune garçon frappa cet oeil avec son épée mais la lame rebondit aussi sur ce point faible.

Manu : Quoi ?! Mais comment puis-je le vaincre ?!
Navi : Tu t'attendais à quoi contre l'un des généraux des Gardes Royaux ?! Ils ne sont pas si faciles à vaincre.
Odolwa se leva d'un coup rapide, étant maintenant d'une rage folle.
Odolwa : Tu m'agaces !!! Accepte ton destin et MEURS !!!

Le monstre leva son bras droit, prêt à frapper Manu qui, suite à la désillusion de son attaque spectaculaire mais sans effet, était abasourdi. C'est à ce moment que le jeune garçon prit conscience du sang, son sang (!), dont il était recouvert. Il sut à ce moment qu'il ne serait jamais un grand chirurgien car il commença à tourner de l'oeil et tomba à terre, perdant connaissance. Odolwa allait lui donner le coup de grâce quand un éclair rouge vif lui tomba dessus, le désintégrant petit à petit.

Odolwa hurla : Que... comment est-ce possible... comment les déesses peuvent-elles m'attaquer ?!

Une fois ce dernier désintégré, seule Navi était encore consciente dans la pièce, celle-ci s'était cachée pendant le combat. Elle vit la porte d'entrée s'ouvrir, montrant petit à petit des fées qui attendaient, curieuse des bruits qu'elles avaient entendus. La Grande Fée était là aussi. La première chose qu'elle remarqua fut le sang maculant toute la pièce. Puis Manu, inconscient.

Grande Fée : Mais que lui est-t-il arrivé ? Pourquoi y a-t-il tant de sang ?
Navi (apeurée) : Il a combattu l'un des généraux des Gardes Royaux.
Grande Fée : Et il l'a battu ?!!
Navi (toujours apeurée) : Non ce sont les déesses qui l'ont vaincu.
Grande Fée : Oh mon dieu ! Si elles agissent, c'est que la situation est grave ! Mes braves petites fées ! Amenez tout de suite ce jeune garçon à la fontaine ! Vite !

Chapitre 15 : Signe de vie   up

D'un pas lent, sûr de lui et du plan qu'il avait préparé, Ghirahim montait les escaliers des ruines d'un château. Chaque marche mesurait environ trente centimètres, l'escalier montait en spirale. Il les montait comme s'il avait tout son temps. D'un sourire malfaisant, il pensait à la réussite de son plan puisque plus personne ne pouvait l'arrêter maintenant que le héros choisi par les Déesses était mort. Au cinquième étage, il stoppa sa montée, tourna vers sa droite, avança et ouvrit la porte de l'étage. Il entra dans une grande salle. En son milieu, sur une longue table rectangulaire, étaient rassemblés trois des soeurs Cubu et Gordon.

Ghirahim : Midona et l'autre soeur Cubu, en tenue rouge, ne sont pas là ?
Cubu (jaune) : Elles sont parties pour travailler sur le cristal d'ombre.
Cubu (vert) : Et... où est Odolwa ? Ne me dis pas que tu ne l'as pas réveillé.
Ghirahim : Si, si, bien sûr ! Mais comme on savait que ce... "héros" allait venir, il a décidé d...

A cet instant, un gémissement se fit entendre et une colonne de lumière rouge apparut par la fenêtre des ruines du château, tombant des cieux et allant percuter une partie des marais. Tous reconnurent le lieu.

Gordon : Eh ! Ce n'est pas là qu'est Odolwa ?
Ghirahim : Si...
Gordon : Oh pinaise (© Simpson) ! Il est trop balèze !!!
Cubu (bleu) : Heu, je ne crois pas qu'Odolwa puisse créer une colonne de lumière rouge. Par contre...
Cubu (vert) : ... Din, la déesse de la force le peut.
Gordon : Oh... mon respect pour Odolwa vient de disparaitre. Quel nul.
Cubu (jaune) : Depuis quand le respectais-tu ?
Gordon : Depuis que j'ai cru que c'était lui qui avait créé la colonne de lumière.
Cubu (bleu) : En tout cas, si les Déesses se mêlent de notre combat, je ne donne pas cher de notre peau.

Lorsque Ghirahim comprit qu'Odolwa était en danger, la panique le submergea. Il ne voulait pas perdre un élément crucial pour la réussite de leur plan.
Ghirahim : Je... je vais voir ce qui se passe.
Gordon : On sait très bien ce qui se passe : Odolwa se fait défoncer par les Déesses !
Ghirahim : Certes ! Mais pour qu'elles agissent, Odolwa devait être sur le point de tuer ce "héros".
Gordon : Tu perds ton temps.
Ghirahim : Et si je tombe sur le gamin épuisé par son combat et que je peux le tuer ?
Gordon : ...
Ghirahim : ...
Gordon : Finalement t'as raison. Va vérifier.

Et Ghirahim se dirigea le plus vite possible vers le temple où se trouvait Odolwa. Il finit par y arriver au bout de deux heures. La première chose qu'il remarqua fut le sang, la quantité de sang sur le sol semblait de plus en plus importante et impressionnante. Cela confirma au moins à Ghirahim qu'Odolwa avait fait un carnage : le gamin était sûrement mort. Il était sûr de trouver le héros mort à l'intérieur du temple avec Odolwa fier de son crime à ses côtés. Ces certitudes ne durèrent pas longtemps. Une fois passé la porte du temple, il ne vit rien de tout cela. Certes la salle était pleine de sang, mais aucune trace du gamin. Et quant à Odolwa... seul son masque était entier, posé sur des restes encore fumants. Ghirahim était dépité que le gamin ait vaincu un général des Gardes royaux, cela le mettait hors de lui. Il avança vers ce qui restait d'Odolwa et ramassa le masque tout doucement de crainte de le casser. Une fois dans ses mains, il l'admira. Il ressentait l'âme d'Odolwa qui s'était réfugiée dans ce masque.

Ghirahim : Au moins, tu nous es encore utile tant que ton âme est encore là. Pfff, encore un gamin qui m'empêche de réveiller mon maître. Je commence à en avoir marre des humains. Et où est ce maudit corps ? Il ne peut pas être vivant quand même ! Rhââ, il est peut-être allé à la fontaine de la Grande fée qui n'est pas loin. Si c'est le cas, l'attaquer maintenant serait fou : avec la fontaine il pourrait se soigner indéfiniment. Mieux vaut aller réveiller un Garde royal au lieu de perdre du temps avec lui.

Ghirahim fit rétrécir le masque d'un claquement de doigt, le mit dans sa poche et sortit du temple. Le crépuscule arrivait rapidement alors qu'il passait près de la plaine d'Hyrule. Il vit dans la plaine une personne courir et s'écrouler par terre. Ghirahim reconnut tout de suite la silhouette.

Chapitre 16 : L'étrange rêve   up

Le noir engloutissait implacablement le paysage. Manu s'était matérialisé dans ce monde étrange. Il sentait la terre sous ses pieds mais ne le voyait pas. Aucun bruit, le monde était calme. Manu tourna sur lui-même pour voir s'il y avait une lueur à l'horizon. Rien ne semblait percer le rideau de la nuit. Etrangement, Manu pouvait voir son corps, comme si une faible lueur en émanait. Plus il tournait sur lui-même, plus il se posait de questions sur ce lieu étrange, englouti par les ténèbres. Il tenta donc de se rappeler ce qui s'était passé avant qu'il n'arrive ici. Il se souvint d'Odolwa. Il l'avait combattu et à un moment... le vide... il s'était évanoui alors que le monstre enragé se préparait à lancer une autre attaque. "Suis-je mort ?" se demanda-t-il. Plus il y pensait, plus cela lui semblait possible. Et plus il y pensait, plus la panique l'envahissait. Quelques minutes plus tard. Une chose apparut à l'horizon. Manu fixa attentivement cette chose qui allait vers lui. Plus ça s'approchait, plus il semblait voir un homme. Une fois à une dizaine de mètres de Manu, la silhouette s'arrêta. Le jeune garçon put remarquer qu'il ressemblait à Link avec une tenue sombre. Une chose l'interpella cependant : ses yeux étaient rouge clair.

Manu : Qui êtes-vous ? Et pourquoi ressemblez-vous à Link ?
L'homme ne répondit pas. Il montra sa main droite qui tenait une chaîne dont les maillons étaient en train de se fissurer. L'homme sourit.
L'homme : Ainsi c'est donc toi le nouvel héros que les Déesses ont choisi. Quel choix pathétique. Tu es juste un stupide gamin d'un autre monde qui s'est fait emprisonner dans Hyrule.
Manu : Quoi ?!
L'homme : Tu ne réussiras pas à sauver ce monde. Notre prison se fissure petit à petit. Bientôt nous réussirons à défaire ces chaînes et nous plongerons Hyrule, que dis-je, tous les mondes sous l'emprise des ténèbres, sous NOTRE emprise.
Manu : "Notre" ?!
Deux autres personnes identiques à l'homme apparurent aussitôt.
L'homme : Oui, NOTRE emprise. Ha ha ha ha...

Toutes les silhouettes noires rirent en même temps en pensant au sort d'Hyrule. Manu remarqua alors que le lieu semblait comme s'éclaircir au fur et à mesure. C'est à ce moment qu'il émergea de son rêve.

Manu : Wouatsaaaaaa !!!
Navi : Hiiiiiiiiii !!!
Grande fée : Ha enfin réveillé.
Navi : C'était quoi ce stupide bruit ?!
Manu : Heu rien. Je ne suis pas mort ?
Navi : Non ! Sinon pourquoi on serait là ?
Manu : Vous aussi vous auriez pu être mortes.
Grande fée : Il n'a pas tort.
Navi : Tu as r... Non mais ce n'est pas vrai, tu n'es pas mort !!!
Manu : C'est bon j'ai compris.
Manu repensait à ce que lui avait dit l'homme étrange.
Navi : Heu ça va ? Tu as l'air ailleurs.
Manu ne répondit pas, il était trop occupé à repenser au corps de l'homme et à ses paroles.
Navi : HE, REDESCENDS SUR TERRE !!!
Manu (sortant de ses pensées) : Haaaaaaa !!! Mais ça ne va pas bien dans ta tête ?!
Navi : Quoi ?! Mais c'est toi qui...
Grande fée : Navi ! Que se passe-t-il, jeune homme ?
Manu : Heu, j'ai fait un drôle de rêve.

Manu raconta alors tout ce qu'il avait vu, l'apparition de ces hommes étranges, les paroles du premier et le paysage. A la fin, seule la Grande fée se taisait, d'un air grave.

Navi : Mais ce n'est qu'un rêve patate ! Ce n'est pas réel.
Manu : Eh ! Je bougeais par moi-même cette fois, ce n'était pas comme dans les autres rêves que j'ai faits avant.
Grande fée : Eux...
Navi et Manu : Hein ?
Grande fée : Navi.
Navi : Quoi ?
Grande fée : Manu a raison, tu as tort.
Navi : Hein ?!
Manu : Popopopooooooo !!!
Navi et la Grande fée regardèrent Manu d'un air énervé.
Manu : Heu...
Grande fée : Les hommes que tu as décrits, Manu... ce n'étaient pas des hommes normaux.
Manu : Que veux-tu dire ?
Grande fée : Ces hommes sont les êtres malfaisants qui ont créé la Triforce Ténébreuse.
Navi et Manu : La quoi ?!
Grande fée : La Triforce Ténébreuse. Une Triforce créée par trois êtres malfaisants. Un pouvoir très maléfique, que nulle créature au coeur bon et pur ne peut utiliser ou toucher sous peine d'être réduite en cendres.
Manu : Ah oui, c'est vraiment maléfique. Pitié Déesses, faites que je n'ai pas un coeur bon et pur.
Navi : Heu on t'entend.
Manu : Ah heu...
Navi : Et en plus comme les Déesses t'ont choisi, tu dois forcément avoir un coeur bon et pur.
Manu : Nooooooooon !!!
Navi : Pourquoi "non" ?
Manu : Bah j'aurais pu utiliser ses pouvoirs pour... heu... avoir plein de bonnes notes et de jeux vidéo.
Navi (énervée) : Des quoi ?
Grande fée : Heu... je peux continuer ?!
Manu : Oui vas-y, on en était où ?
Grande fée : ... Oups, je m'en souviens plus.
Navi (d'un air moqueur): Super ! Bon et sinon pourquoi avais-tu l'air inquiète quand tu as ramené Manu, ah non j'oubliais, c'est tes petites fées qui l'ont fait à ta place.
Grande fée : Comment oses-tu ?! Dois-je te rappeler que tu m'appartiens encore !
Manu : Hou là, ça part en cacahouète, et si on y allait plutôt que de se disputer ?
Navi : Ouais allons-y.
Grande fée : Alors là pas question ! Manu, Navi ne t'accompagnera plus maintenant. Je pense que des coups de fouet sont préférable vu ses paroles !
Navi : Alors là...
Manu (prenant Navi) : Bon et si on y allait.
Manu courut le plus vite possible vers la sortie des marais.
Grande fée : Revenez ici !!! Mes fées rattrapez-les !!! Je suis beaucoup trop fatiguée pour les pourchasser.

Mais trop tard, ils étaient déjà loin. Manu, lui, ne s'arrêta pas, il réussit à courir jusqu'à la plaine d'Hyrule avant de s'effondrer de fatigue. L'épuisement était tel qu'il s'endormit. Il ne dormit que quelques heures. Il se réveilla au crépuscule, toujours sous l'emprise de la fatigue, certes moins forte qu'avant mais toujours très présente.

Manu (épuisé) : Ah, comment ça se fait que je sois aussi fatigué alors que j'ai dormi ?
Navi : Peut-être parce que tu t'agites dans ton sommeil.
Manu : Peut-être. Bon je me rendors, je suis trop fatigué.
? : Je vous trouve trop flemmard pour quelqu'un qui doit sauver ce monde.
Manu (se levant TOUT doucement) : Hein ?! Quoi ?! Ghirahim ! Mais qu'est-ce que tu fais là ? J'essaie de dormir moi.
Ghirahim : Je vois que tu ne manques pas de toupet. Mais je vois surtout que tu as survécu à Odolwa. Même lui, haut placé dans les Gardes Royaux, n'a pas réussi à t'éliminer. Mais vu tes blessures, tu as dû morfler.
Manu : Mes blessures ? Quelles blessures ?
Manu examina rapidement les parties visibles de son corps et, effectivement, des bandages le recouvraient.
Manu : Ah je vois.
Navi : Ne t'inquiète pas pour ça, cette stupide Grande fée s'en est occupée.
Ghirahim : Oh, je remarque que tu n'es plus accompagné de la même fée. Qu'est donc devenue l'autre ?
Manu : Elle est partie, c'est tout.
Ghirahim (dans sa tête) : Hé hé, si je la retrouve, je pourrais tenter de la manipuler et...
Manu : Eh, pourquoi tu montres ce sourire narquois ?
Ghirahim (sortant de ses pensées) : Oh rien. Jeune homme ?
Manu : Quoi ?!
Ghirahim : Quand tu combattais mes confrères... avais-tu de l'aide ?
Manu : Oui, à part contre cet Odolwa, pourquoi cette question ?

A cet instant, Ghirahim se téléporta juste derrière Navi et l'attrapa avec sa main droite avant de retourner là où il était précédemment, d'un simple claquement de doigts.
Ghirahim : Oh, juste pour savoir.
Manu : Navi !
En claquant des doigts, Ghirahim fit apparaitre une barrière magique entourant les deux adversaires d'un cercle parfait, créant comme les limites d'une arène.
Ghirahim : Tu as peut-être réussi avec les autres, mais avec moi, ce sera une toute autre histoire.
Manu : Mince, et dire que la fatigue n'est toujours pas partie.

D'un coup, une lumière bleue enveloppa Manu pendant quelques brèves secondes. Ghirahim et lui furent stupéfaits de ce qui se passait. Une fois la lumière disparue, Manu avait retrouvé toutes ses forces.

Manu : Mais que...
Ghirahim : Encore ! Mais qu'as-tu fait pour que les Déesses t'aident autant ?!!
Manu : Cela doit être parce que je n'envahis pas Hyrule.

Pour une fois dans ce monde, Manu se sentit confiant. Il se sentait capable de surmonter n'importe quelle épreuve. Serait-ce dû à cette lumière bleue ?
Ghirahim : Vous commencez sérieusement à m'énerver ! Toi et ce... comment s'appelait-il déjà ?... Ah oui Link ! Lui et toi me tapez sur les nerfs !!!

D'un geste ample de sa cape, Ghirahim fit disparaitre Navi.

Ghirahim : Tu as décidé de t'impliquer dans cette guerre. Et je te jure que tu vas le regretter.

L'ennemi avança vers Manu d'un pas lent, comme s'il avait tout son temps. Le jeune garçon, sans réfléchir, attaqua Ghirahim d'un coup d'épée qui toucha sa tête. Enfin, qui "devait" toucher la tête, puisque Ghirahim stoppa l'épée à quelques centimètres avant de désarmer le gamin d'une autre parade fulgurante et de finalement récupérer l'épée par sa poignée.

Manu : Que...
Ghirahim : Pff, tu es comme l'autre, un gamin ayant une belle arme, mais ne sachant pas la manier.

Manu fonça vers Ghirahim pour reprendre son arme, mais celui-ci lui donna un coup de pied dans le ventre ce qui le projeta près de deux mètres plus loin. Manu revint à la charge mais la scène se répéta. Manu retrouva un peu de lucidité et ne commit pas la même erreur une troisième fois. Repassant la scène dans son esprit, il ne remarqua enfin qu'en fonçant sur son adversaire, celui-ci aurait pu l'attaquer facilement avec l'épée et l'achever. Au lieu de ça Ghirahim n'avait utilisé que son jeu de pieds.

Il temporisa un bref moment et vit que Ghirahim reculait, s'apprêtant à lancer l'épée sur lui. Il n'eut que le temps de sauter sur sa gauche, évitant la lame de justesse. Fixant les gestes de son adversaire de nouveau il comprit que Ghirahim se dirigeait vers l'épée, sans aucun doute pour la récupérer. Manu bondit pour s'emparer de l'arme en premier et, une fois entre ses mains, il pivota rapidement et donna un coup d'épée circulaire à Ghirahim. Cette fois, celui-ci ne put l'esquiver et la reçut de plein fouet, le faisant reculer. Etrangement la lame ne l'avait pas coupé. Il ne semblait même pas blessé, du moins en apparence puisque son visage montrait tout de même de la souffrance.

Cependant, cette souffrance s'estompa et un air sérieux et agacé le remplaça. De sa main droite, Ghirahim claqua des doigts et disparut, apparaissant n'importe où dans l'arène pour ainsi disparaître de nouveau d'un claquement de doigts. Le stratagème se répétait en boucle, tellement que Manu commençait à en avoir marre et baissa sa garde. D'un geste simple et rapide, Ghirahim lui asséna un coup de coude dans les côtes, avant d'encore une fois disparaître. Cela fit plier Manu de douleur. Son adversaire en profita pour continuer à faire pleuvoir les coups de poings et de pieds. Manu criait de douleur à chaque fois que les coups de son adversaire l'atteignaient.

Petit à petit, une migraine apparut et s'intensifia dans la tête de Manu : Il était sur le point de s'évanouir. Pourtant, plus la migraine devenait forte, plus la douleur était agréable. Quelques pensées se firent dans son esprit : "Suis-je en train de mourir ?" suivi de "oui. Je vais finir mes jours dans ce stupide jeu vidéo". Un certain souvenir lui revint, un souvenir agréable, qu'il pourrait passer des heures à se le remémorer... enfin, c'était surtout un souvenir où il était en train de manger dans un fast-food.

Mais tout s'estompa pour ainsi lui montrer une scène des plus étranges. Une boule bleue passa devant sa tête, suivant une droite exactement horizontale. Elle était parfaitement ronde et d'un bleu clair éclatant, un bout de corde enflammée y était collé et avait l'air de rentrer à l'intérieur de la boule. Manu comprit immédiatement ce qu'était cette boule : une bombe ! Une bombe qui, frôlant Manu, alla se coller à un Ghirahim stupéfait de son apparition. Tentant de l'éviter, il disparut... mais en emportant la bombe avec lui, afin de ne plus réapparaitre.

Déboussolé par cet événement, Manu pointa son regard dans la direction d'où venait la bombe. Ici, se trouvait un homme. Il était grand mais mal habillé : son t-shirt blanc, son pantalon marron ainsi que ses chaussures noires, déchirés. Sa peau était couverte de terre et de quelques cicatrices, sûrement récentes. Il avait des yeux bleus et des cheveux blonds décoiffés. Son identité surprit tellement Manu, qu'une goutte de sueur glissa sur son front.

Manu : L... Li... Link ?

Chapitre 17 : Le retour du héros   up

Manu resta planté là, pétrifié. Ce qu'il avait devant ses yeux était inimaginable pour lui. La personne se trouvant à quelques mètres devant lui ne devait pas être là, c'était impossible. Cette personne aurait dû être morte depuis longtemps, depuis le mélange des deux mondes, avant qu'ils ne se séparent et bloquent ainsi Manu dans ce monde qu'est Hyrule. Pourtant, vu sa peau salie et ses vêtements déchirés, on pouvait deviner que cette personne avait eu du mal à survivre jusqu'ici. Et de plus, cette personne qui devait le détester, lui avait sauvé la vie. Link salua Manu d'une parole calme mais où l'on pouvait quand même deviner une pointe de colère contenue.

Link : Salut la carotte.
Manu : Li... Link ?... mais... que fais-tu ici ?
Ce coup-ci, Link ne put se retenir. Tout en souriant, il commença à s'énerver envers Manu.
Link : Qu'est-ce que je fais ici ? Qu'est-ce que JE fais ici ? C'est plutôt TOI qu'est-ce que tu fais ici ?! Déjà tu me voles mon épée, et maintenant tu me voles mon titre de héros ?! Et en plus, je rate mon lancer pour finalement toucher l'autre zigoto !
Manu : Parce que c'était moi le destinataire de la bombe ?
Link : Evidemment que oui ! Pourquoi me serais-je cassé la tête à jeter une bombe sinon ?!
Manu : Heu ben... peut-être pour éliminer Ghir...
Link : Tu n'imagines même pas comment ça s'est passé après que tu aies volé mon épée ! J'ai dû me défendre avec ce que je trouvais sur ma route : en clair des sortes de flacons tout mous ainsi que du papier, et on en trouve n'importe où, je devenais fou ! Quel bonheur quand les mondes se séparèrent. Et mon malheur quand, après avoir vu deux fois une colonne de lumière, j'ai deviné que tu avais usurpé ma place de héros !
Manu : J-Je n'ai pas usurpé ta place de héros...
Link : Ah oui ?! Alors comment expliques-tu la tunique que tu portes ? Hein ? Comment expliques-tu que les Déesses t'aident via ces colonnes de lumière ?!
Manu : Heu... Bah...
Link (pointant Manu et son épée du doigt) : C'est parce qu'Hyrule tout entier te prend pour le Héros ! Tout ceci parce que tu portes l'épée du Héros !
Manu : L'épée du Héros ? Mais... ce n'est qu'une épée ordinaire.
Link : Ça, c'est ce qu'elle est censé te faire croire. Mais cette épée est entourée d'une aura que seuls les gardiens d'Hyrule peuvent voir. Une aura qui caractérise l'essence même du Héros d'Hyrule. Excalibur, l'épée de légende, produit la même aura. L'épée que tu possèdes n'est qu'une arme qui sert temporairement au Héros, jusqu'à ce qu'il obtienne l'épée de légende.
Manu : Mais alors...
Link : Alors tout ce qui t'a été dit sur le fait que tu es le Héros n'est que baratin. Ta présence dans ce monde n'est qu'un accident. Rien de tout cela n'aurait dû arriver !

Ces phrases résonnèrent comme une bombe dans la tête de Manu.

Manu (dans sa tête) : Alors tout était faux ? Moi qui croyait enfin être important pour quelqu'un, voilà que j'ai tort. Je me suis incrusté dans ce monde comme un virus s'incruste dans un ordinateur. Serait-ce ce que je suis ? Un vulgaire virus voué à disparaître ?
Link (tendant la main vers Manu) : Enfin, tout cela n'a pas d'importance tant que tu me rends mon épée.

Manu prit quelques secondes avant de remarquer la main que tendait Link pour récupérer son épée. Il hésita à la lui tendre. Il pouvait très bien le tuer, et tout serait comme avant son arrivée. Ou alors il l'a lui rend, ainsi que son titre de héros. Après une longue hésitation, il tendit sa main pour attraper celle de Link.

Link (agacé) : Mais ce n'est pas ta MAIN que je veux bouffon !!! C'est mon EPEE !!!

Confus, Manu prit une seconde pour réfléchir à la demande de Link. Il pensait qu'il voulait lui tendre la main, s'échangeant ainsi leurs rôles, comme si Manu abandonnait et passait le flambeau à Link. Un peu de tristesse surgit en lui, il avait peur qu'en lui passant l'épée, les habitants d'Hyrule ne fassent plus attention à sa personne. C'était rare qu'autant de personnes le remarquent et lui prêtent attention. Ce qu'il avait fini par apprécier.

Il se souvint alors la première fois où il avait rencontré Link. Il se souvenait de chaque détail. Link avait tué le monstre qui s'en était pris à lui et lui avait passé son épée, lui offrant ainsi une aventure dans ce magnifique monde qu'est Hyrule. Mais alors que Manu partait à l'aventure, il avait laissé Link tout seul, sans armes pour se défendre, l'abandonnant ainsi à son sort, désarmé en plein milieu d'une horde de monstres. Manu avait donc une dette envers Link. Et Link voulait que Manu s'en acquitte dès maintenant. Il n'avait pas le choix, il initia un geste pour rendre l'épée... Manu avait pris sa décision et mis de côté son dilemme moral.

Link, sans hésitation, récupéra son bien. Sans omettre, bien sûr, un petit sourire de satisfaction. Link s'assit alors par terre et invita Manu à faire de même. Invitation qu'il accepta sans rechigner. Puis, Link sortit un fagot de bois de ses vêtements ainsi qu'un silex qu'il jeta entre lui et Manu. Celui-ci fut étonné qu'il arrive à sortir quelque chose d'aussi gros qu'un fagot de bois de ses vêtements aux poches apparemment vides. Link prit ensuite son épée et frappa le silex et le fagot devant lui, mettant le feu au bois et créant ainsi un feu de camp. Après son geste, il remarqua l'étonnement de Manu dû au fagot de bois qu'il avait sorti de sa poche.

Link : Ne sois pas étonné, lorsque tu ramasses un objet dans ce monde et que tu veux le ranger, il se met à rétrécir jusqu'à pouvoir entrer dans ta poche. Généralement, l'objet prend la taille d'une fourmi, les personnes aux alentours ne remarquent donc pas que tu transportes quelque chose sur toi.
Manu : Ah... et le feu de camp ?
Link : Ça c'est parce qu'on doit parler et je sens que ça va être long. Alors, pourrais-tu me raconter ce qui s'est passé pendant mon absence ?
Manu : Heu... très bien.

Il conta donc le récit de ses aventures. Aucun détail n'était omis : passant par son voyage dans le crépuscule, la trahison de Midona, l'histoire des Gardes Royaux et de la Triforce Ténébreuse, le départ de Ciela, son combat avec Odolwa ainsi que celui avec Ghirahim qui avait enlevé Navi. Son récit durait déjà depuis plusieurs heures et pourtant Link l'écoutait attentivement. Autour d'eux, la nuit tombait. Ils ne remarquèrent même pas les nuages sombres passant au-dessus de leur tête. Finalement, Manu finit son récit au lever du jour. Il avait remarqué qu'à certains moments, Link fronçait les sourcils, surtout lorsqu'il avait parlé des Gardes Royaux et de la Triforce Ténébreuse. Mais ce qui l'avait le plus surpris, c'était que Link avait souri et même ri sans retenue lors du récit de l'enlèvement de Navi.

Link (riant) : Attends, ça veut dire que j'ai tué Navi en même temps que l'autre guignol ?! Ah ah je suis trop fort !
Manu : Pourquoi ?
Link : Hum comment te dire. Navi est BARBANTE. Elle te pourrit la vie ! Elle m'a déjà mis plein de crasse dans mon caleçon !
Manu (riant) : Ah oui c'est vrai.
Link : Te moque pas et remercie-moi plutôt : si je ne l'avais pas tuée, tu aurais connu le même calvaire que moi.
Manu : Hum... En tout cas j'avais déjà remarqué qu'elle avait un sacré caractère.
Link : Tu l'as dit ! Même les Déesses n'osent pas s'approcher d'elle. Par contre, je n'avais jamais entendu parler des Gardes Royaux ni de la Triforce Ténébreuse.
Manu : Tu es sûr ? C'est pourtant Zelda et la Grande fée des Marais qui m'en ont parlé. Et comme tu leur rends toujours visite...
Link : Alors là même pas. Elles ont dû me le cacher pendant tout ce temps. Ça fait quand même des milliers d'années que je les vois et que je sauve Hyrule des Ténèbres !
Manu : Tu es si vieux que ça ?
Link : En fait pas vraiment, j'ai actuellement 16 ans.
Manu : Alors comment ... ?
Link : C'est difficile à expliquer. Un jour, alors que je me promenais, des monstres m'ont attaqué, mais malgré mes contre-attaques ils réussirent à me tuer et... c'est à ce moment que je les aperçus.
Manu : Aperçu quoi ?
Link : Les Déesses. Je m'en souviens parfaitement : je me trouvais dans un lieu aux limites infinies et dont la seule couleur du paysage était le blanc. Et elles apparurent, elles étaient sublimes. Je reconnus chacune des Déesses par leur prestance. Nayru était excitée et pleine de vie, Farore avait l'air prête à surmonter n'importe quelle épreuve, et Din, elle, était musclée et imposante. Tout d'abord, elles m'expliquèrent que quel que soit le nombre de fois où je devais mourir, Nayru me ressusciterait, bien que des effets secondaires soient présents.
Manu : Quels effets secondaires ?
Link : A chaque fois que j'ai ressuscité, j'étais épuisé, je mourais de faim et je me retrouvais à chaque fois chez moi. Cependant, elles me parlèrent ensuite d'une chose : L'esprit du Héros.
Manu : L'esprit du Héros ?
Link : En effet, comme tu le sais, la Princesse porte la Triforce de la Sagesse, Ganondorf celle de la Force et le Héros celui du Courage. Et si la mort du héros coïncide avec une époque où il a eu une descendance, ce descendant hérite alors de cet étrange héritage. La Triforce du Courage revint au descendant. Dans cette Triforce repose l'esprit du Héros de jadis qui dut faire ses preuves pour sauver Hyrule du mal. Sa force, sa sagesse ainsi que son grand courage passe alors dans l'esprit du descendant. Cela ressemble presque à une réincarnation, le Héros de jadis revient mais désormais amnésique. Il ne se souvient pas de ses anciens combats. Son ancienne vie est effacée de sa mémoire mais elle n'est pas supprimée : tous ses souvenirs sont stockés dans la Triforce du Courage. Malheureusement, il ne pourra jamais y accéder... sauf si les créatrices de la Triforce les lui rendent. Et c'est ce qui m'arriva : Les Déesses me redonnèrent tous les souvenirs de mes anciennes vies. Et ainsi je vis tous mes combats contre Ganondorf. Je le battais à maintes reprises mais à chaque fois il réapparaissait.
Manu : D'accord mais c'est quoi cette Histoire de Triforce ?
Link : Et bien la Triforce c'est la cré...

C'est à ce moment qu'il remarqua quelque chose d'anormal. Malgré le fait que le soleil soit déjà levé à l'horizon, il faisait bien sombre. Pour Link quelque chose ne tournait pas rond. Il regarda en direction du ciel et vit les nuages sombres au-dessus de leurs têtes. Il les reconnut sur le champ.

Link : Le Crépuscule...
Manu : Le Crépuscule ?

Manu se souvenait bien du Crépuscule, il avait déjà plongé dans ce domaine, sous l'apparence d'un loup, où il avait dû ramener la lumière. Le fait d'y songer le fit tressaillir : Il n'aimait pas le paysage dans le Crépuscule et l'ambiance pesante qui y régnait. Il remarqua cependant que Link était en état d'alerte. Celui-ci n'avait pas aimé y rester bloqué durant toute la période nécessaire pour ramener la lumière.

Link : Le Crépuscule nous a quasiment encerclés mais il ne s'est pas refermé, on a encore une chance. Courrons vers le Soleil, vite !!!

Link s'élança en premier dans un sprint, puis Manu le suivit avec la même vitesse. Ils couraient le plus vite possible. Apercevant le visage terrifié de Link, Manu comprit qu'être enfermé dans le Crépuscule n'était pas une option. Ils s'approchaient petit à petit de la limite du Crépuscule, cependant en regardant derrière lui, Manu vit que celui-ci était en train de se refermer sur eux. Manu accéléra son allure comme si sa vie en dépendait.

Link, lui, n'eut pas besoin de regarder derrière lui pour comprendre ce qui se passait : l'accélération de Manu lui confirmait que le Crépuscule finissait son encerclement. La limite n'était désormais plus qu'à quelques mètres d'eux mais le Crépuscule était également sur le point de se refermer sur eux. Dans un ultime effort, Link sauta en avant, le bras tendu vers la brèche accédant au monde de la lumière.

A suivre...

Ce texte a été proposé au "Palais de Zelda" par son auteur, "Emmanuel". Les droits d'auteur (copyright) lui appartiennent.

Le Palais de Zelda :: Webmaster: Ariane
Design créé par Sylvain
www.palaiszelda.com :: Copyright © 1999-2020
Note légale : Ce site est protégé par les lois internationales sur le droit d'auteur et la protection de la propriété intellectuelle. Il est strictement interdit de le reproduire, dans sa forme ou son contenu, sans un accord écrit préalable du "Palais de Zelda".
retour au haut de la page