• Legend of Zelda
  • Adventure of Link
  • A Link to the Past
  • Link's Awakening
  • Ocarina of Time
  • Majora's Mask
  • Oracle of Seasons
  • Oracle of Ages
  • The Wind Waker
  • The Minish Cap
  • Four Swords Adventures
  • Twilight Princess
  • Phantom Hourglass
  • Spirit Tracks
  • Skyward Sword
  • A Link Between Worlds
  • Tri Force Heroes
  • Breath of the Wild
  • jeux The Legend of Zelda

Brèves zeldaesques

Ecrit par Adrien
Chapitres 1 à 21   •   Chapitres 22 à 44
Prologue

[Dans le bar "L'épée divine" dans le sixième arrondissement d'Hyrule :]

Mutoh : Et là tu vois je lui ai dit que cette hache lui sciait à merveille... Hahaha !
Tengaro : Oh ça va, on les connaît par coeur tes histoires. On veut du nouveau.
Mutoh : Vous voulez peut-être du nouveau, en attendant moi, elles sont authentiques mes histoires.
??? : Les miennes aussi, comme le reste.
Mutoh : Te mêle pas de ça Linebeck, on sait que tu en as des histoires, mais on n'en a rien à taper.
Tengaro : Mais laisse-le raconter.
Mutoh : Pff... Y'a que toi que ça peut intéresser.
Anju : Vas-y raconte Linebeck.
Igor : Oh oui steuplé steuplé steuplé !
Mutoh : ...

Chapitre 1 : Le retour de Ganon   up

Linebeck : Bon, je commence, il y a quelques années, comme vous le savez, la princesse nous avait fait un discours disant que Link avait une nouvelle fois terrassé Ganondorf (Ganon pour les intimes).
Mutoh : Oui, et alors ?
Linebeck : Et ben, j'ai les détails du périple de Link...

Y'a quelques années, Link galopait sur sa fidèle monture Epona, dans la plaine d'Hyrule. À travers la plaine, et sans doute avec peine (rime), il se rendait au trot, direction le château.

Mutoh : Pourquoi direction le château ?
Linebeck : Tu m'laisses raconter oui ?

Donc je disais, il allait au château, car la princesse qui répond au doux nom mélodieux de Zelda, lui avait demandé audience.
Link était lent... à vrai dire, Epona était lente.

Link : Allez Epona, fais un effort. Zelda veut nous voir. Je sais que tu es en dépression depuis que le cheval de Ganon, pour qui tu avais un p'tit faible, est mort. Mais essaye de comprendre.
Epona : Hiiii...
Link : -soupir- Allons-y.

Il galopa, galopa, galopa... Et arriva enfin, au bout de quelques heures, à Hyrule. Après s'être perdu dans les arrondissements, et s'être arrêté au restaurant belge.

Mutoh : Ah ! Ces immigrés !
Linebeck : La ferme... On parlera politique plus tard.

Il arriva donc enfin au château. La princesse l'accueillit elle-même (que voulez-vous, journée RTT des gardes). Elle lui expliqua qu'elle craignait le retour de Ganon prochainement.

Link : T'inquiète poulette, je m'en vais le terrasser de nouveau.
Zelda : T'inquiète qui ???
Link : Heu....
Zelda : Rectifie ça, ok ?
Link : Okidooki ma pouliche.
Zelda : JE NE SUIS PAS CETTE **** DE MALON.
Link : Eh, respectez la princesse. C'est vrai que j'ai connu des débutantes avec un regard plus vif que vous mais...
Zelda : DDDEEEEEEEEEHHHOOOOOORRRRRRRRRSSSSSS !!!
Link : Oui, oui... Y'a pas l'feu.
Zelda : Je vais t'en mettre un où j'pense de feu.
Link : (Repartant sur Epona) Quand Zelda s'énerve, elle perd un peu de sa superbe.
Epona : Hiiiiii...
Link : Et ça t'fait marrer toi !

Et c'est ainsi que Link se retrouva au château de Ganon qui se trouvait dans les Alpes.

Tengaro : Dans les quoi ?
Linebeck : Heu... non rien.
Mutoh : Il a fait comment Link pour savoir où était le château de Ganon ?
Linebeck : Bah, d'après toi tête d'enclume, il a lu la solution sur le palais d'Zelda.
Mutoh : Ah... ok.

Link pénétra le château de Ganon...

Mutoh : COMMENT ?!
Linebeck : Histoire authentique.
Mutoh : Si tu le dis...

Il traversa les pièces gigantesques du palais, franchit les pires énigmes jamais vues à part dans Myst (mais cela est une autre histoire).
Enfin il arriva devant Ganon... Le seigneur du malin se trouvait là, face à lui.

Mutoh : Et alors ?
Linebeck : Et ben Zorro est arrivé. Non, en réalité Ganon avait la grippe et le seul médoc pour le guérir se trouvait à Hyrule. Donc il n'a pas riposté et Ganon a été terrassé une nouvelle fois.
Tengaro : Elle est nulle ton histoire.
Linebeck : Oui, mais il y a une morale à cette histoire.
Mutoh : Laquelle ?
Linebeck : Ne touchez pas aux malades car deux semaines après, Link a été gravement malade, au grand désarroi de Zelda, pour le plus grand plaisir d'Epona.
Mutoh : ... Elle était nulle.
Linebeck : Mieux que celle du Goron charpentier...

Chapitre 2 : Les vacances de Zelda   up

Linebeck : Laissez-moi vous conter cette fois-ci des anecdotes rigolotes.
Mutoh : Déjà quand on dit ça, c'est que ce n'est pas drôle.
Linebeck : Oh ! Mais je suis sûr que ça va t'intéresser.
Mutoh : C'est sur qui ?
Linebeck : Zelda.
Mutoh : COPAIN !!!
Tengaro : Quoi sur la princesse ?
Linebeck : Ses vacances...

Cette histoire se passe au crépuscule d'une autre...

Linebeck : C'est bien cette phrase non ?
Mutoh : ...
Tengaro : ...

Le seigneur du malin venait d'être terrassé par Link et la princesse pensait désormais vivre en paix et pouvoir se permettre quelques semaines de vacances. Alors elle avait préparé ses affaires (environ 5 valises), avait nourri son animal de compagnie (Link), et avait préparé son modeste moyen de déplacement (un cortège de toute la garde royale).

Linebeck : Avec plus de 40 chevaux !
Mutoh : J'ai toujours su qu'elle était très à cheval sur les principes.
Linebeck : ... Je t'étrangle maintenant ou à la fin de l'histoire ?

Bon... sur les conseils de son conseiller (...) elle décida d'y aller incognito sans garde, sans valise, sans Link et surtout, sans toute l'artificialité de son titre. Elle partit donc un beau matin ensoleillé, vers la baie de Termina. Elle traversa des endroits plus glamour les uns que les autres : la forêt, où les cris d'enfants se mêlent aux cadavres décomposés, la souche d'arbre géante, qui fait le lien entre Hyrule et Termina et te rapproche chaque jour un peu plus de la psychose, le bourg de Termina, où le temps semble se répéter éternellement et la plaine de Termina, où l'horizon ne laisse entrevoir que les guerres du passé...

Mutoh : ... Et dire que c'est une fiction humoristique.
Tengaro : Tu m'étonnes John !
Anju : Elle fait peur ton histoire.
Mutoh : Je m'appelle Mutoh...

La mer pour seul horizon, la princesse alla donc s'étendre et détendit sa serviette... Heu, non l'inverse. La princesse alla donc se détendre et étendit sa serviette. En quelques minutes, la plage fut recouverte de touristes.

Zelda : Sans déconner les mecs...
Gamin 1 : VACANCES !!!
Zelda : Et en plus, y'a des mômes...
Gamin 2 : Regarde papa, y'a une vielle dame sur la plage.
Zelda : QUUUUUUUEEEEEEEEEAAAAAAAAA ?!!! Je m'en vais lui apprendre le respect à ce morveux !

En bref, elle passa des vacances inoubliables.

Tengaro : Tu m'étonnes John !
Igor : Non, lui c'est Linebeck.
Tengaro : ... Toi le fossoyeur, je crois qu'on ta pelle.

JINGLE JEU DE MOTS !

Mutoh : Et c'est tout ? C'est la fin de l'histoire ?
Linebeck : Bien sûr que non !

Retour sur la plage, pendant un concert symphonique des musiques de Zelda (placement de produit), la princesse prit soin de sa ligne en mangeant un hot dog avec de la choucroute dessus.

Zelda : Je hais les enfants... Tiens de la moutarde... AHHHHHH !!! P***** c'est de la bonne...
Gamin 1 : C'est qui la dame ?
Zelda : Bon, au moins mon camouflage est parfait.
? : Fais pas attention mon fils, c'est la princesse Zelda qui essaye de passer inaperçue. Sauf que c'est la seule du royaume à avoir un tatouage marqué "Zelda" dessus.
Zelda : ...
? : Juste entre le code barre dans le cou et l'inscription "Made in Nintendo" sur l'épaule gauche.
Zelda : Purée !

Elle partit se changer pour se faire oublier. Déguisée en vielle dame, avec une longue robe beige cachant son cou, la princesse suait comme un boeuf.

Mutoh : Elégant...

Sauf que, une grand-mère à la plage passe encore, mais les enfants qui voient la grand-mère...

Gamin 2 : Oh ! Elle est vielle celle-là.
Zelda : (déguisée) Voyons ce ne sont pas des choses que l'on dit mon enfant.
Gamin 2 : Et en plus elle sent de la gu****.
Zelda : JE VAIS LUI VOMIR DANS LES YEUX ET LUI BOUCHER LES TROUS, MOI A CE GAMIN !!!
Gamin 1 : Tiens, dame Zelda ? Vous faites quand même moins vielle que dans votre maillot.
Zelda : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!
Gamin 1 : Vous avez déjà essayé le lifting à la Onox ?
Zelda : Le quoi à la qui ?
Gamin 1 : J'ai vu ça dans une fiction du palais de Ze....

Mutoh : Arrête d'improviser !
Linebeck : Oh, ça va, j'essayais de faire le nombre de pages imposé par chapitre.
Mutoh : Quoi ?
Linebeck : Tu as parfaitement entendu, j'essayais de faire un récit plus animé avec des pitres.
Mutoh : ... Et comment elle se finit cette histoire ?

Donc, dame Zelda, légèrement remontée par ces charmants bambins, décida d'écourter ses vacances à la plage pour partir prendre du bon temps à la montagne. Elle rentra donc à Hyrule changer de style vestimentaire, et alla au pic des neiges à Termina... Un lieu joyeux... Mais tout ceci est une autre histoire...

Mutoh : La fin pourrie quoi...
Tengaro : Moi j'ai bien aimé, tu nous en reparleras de ces vacances ?
Linebeck : Parce que ça vous a plu ?
Tengaro : Tu m'étonnes John !
Tous : C'EST LINEBECK !

Chapitre 3 : Navi avant Link   up

Linebeck : Bon, il reste encore quelques histoires dans mes mémoires pour ceux qui veulent.
Mutoh : Et pourquoi c'est toujours toi qui racontes une histoire ?
Linebeck : T'en connais des histoires toi ?
Mutoh : Et celle où je...
Linebeck : On la connaît.
Mutoh : Bon, d'accord. C'est quoi la suite ?

S'il y a bien une chose à laquelle on pense quand on dit "ami de Link", c'est Navi. En effet, cette petite boule de lumière en fait voir de toutes les couleurs à notre héros. Mais est-ce qu'une personne s'est vraiment demandé pourquoi était-elle aussi énervante ? Est-ce qu'une personne s'est déjà demandé ce qu'elle faisait avant de rencontrer Link ? Voici son histoire.

TOUM TOUM

Nous sommes deux ans avant les péripéties de Link. Dans le petit village Kokiri, la joie est à son comble. En effet, le vénérable arbre Mojo a donné naissance (par magie des déesses) à une petite fée bleue. Les Kokiris étaient surexcités même s'ils se demandaient qui parmi eux pourrait être le maître de la jeune fée.

Kokiri 1 : Ça doit être Link, c'est le seul garçon à ne pas avoir de fée.
Kokiri 2 : Link ? C'est vrai que ce blondinet n'en a pas.
Kokiri 3 : C'est d'ailleurs étrange pour un Kokiri...
Kokiri 2 : Mais normalement, chacun d'entre nous doit naître avec sa fée...

Mutoh : Et les fées naissent avec les Kokiris non ?
Linebeck : Heu... oui mais là...

En effet, la remarque de mon confrère est justifiée. Donc remontons légèrement le temps...
Quelques temps avant, l'arbre Mojo avait rencontré les trois déesses. Elles apparurent dans un nuage de poussières aux mille étoiles, bercées par la neuvième symphonie de Beethoven (je m'emporte).

Arbre Mojo : Que me vaut le détour de ces trois jeunes donzelles ?
Naryu : Deux jeunes déesses... Et une gamine.
Farore : Wait, what ?!
Naryu : Bah faut avouer que...
Farore : Moi au moins, je n'ai pas la trentaine.
Naryu : T'as dit quoi là ? Tu insinues que j'ai déjà trente ans ? TU INSINUES QUE JE SUIS DEJA VIEILLE ?!!!
Din : Vénérable arbre Mojo, nous savons qu'un petit garçon sans fée fait partie de votre peuple. Et même s'il n'est pas beau avec ces polygones de Nintendo 64, nous l'avions prévu et son destin sera grand, très grand.
Naryu : Et puis je suis habillée en bleu, ce qui est quand même plus classe que le vert.
Farore : Bleu comme la mer, car avec ton poids tu dois couler.
Arbre Mojo : ... Je vous écoute déesse du feu.
Din : Merci, je suis la seule à avoir le feu sacré mais bon... Bon, écoute vielle branche, il faudra tôt ou tard que vous vous entreteniez avec le jeune homme pour qu'il puisse suivre sa destinée mais nous voulons rajouter un être qui fera ch*** le futur héros au plus haut point. Ce qui sera plus divertissant à regarder. Dans deux ans, vous révélerez le destin de ce jeune homme en lui confiant comme conseiller cette petite fée bleue.
Naryu : Ah ! Tu vois, bleue. Comme moi, donc c'est une super couleur. Mieux que le vert.
Farore : Bon il est vrai que le vert te grossirait d'avantage que le bleu qui déjà...
Naryu : BON DIEU D'BON DIEU !!!
Din : Bientôt, on va s'marrer. Mais nous devons nous retirer vénérable arbre Mojo.

Elles disparurent dans un nuage de poussières étincelantes et blablabla.

Linebeck : Voilà, tu sais tout.
Mutoh : D'accord.
Linebeck : Alors... retour à ce que je disais.

Kokiri 2 : Mais normalement, chacun d'entre nous doit naître avec sa fée...
Link : Ooooooh... La mignonne petite fée... J'ai envie de la brûler.
Kokiri 1 : Heu... Link ?
Link : Et de lui couper les ailes pour faire de l'alchimie.
Kokiri 2 : ...
Link : Et de la découper pour le dîner. Mais avant tout, je vais la torturer.
Arbre Mojo : Ah ah ! Mais oui mon enfant, va jouer avec la petite.
Kokiri 2 : Comment on va l'appeler vénérable ?
Arbre Mojo : Très bonne question. J'aurais bien une idée mais...
Kokiri 2 : Oui ?
Arbre Mojo : On l'appellera Navi car elle va être imposée à Link sans lui demander son Navi.

Linebeck : JE SUIS DRÔLE !
Mutoh : ...
Linebeck : ... Enfin bref. Donc Link joua avec la petite fée quelques jours avant de l'envoyer en soins intensifs chez l'arbre Mojo.
Mutoh : Ah oui, balèze le mec.
Linebeck : Coeur pur, mes fesses.
Mutoh : Carrément.

Un peu plus tard. L'arbre Mojo fit, pour ne pas trahir les déesses, oublier ces mésaventures de la mémoire de Navi pour qu'elle puisse devenir la confidente de Link lorsqu'il aura grandi.

Tengaro : La confidente de Link ?
Linebeck : Oui.
Tengaro : Ça ne sonne pas déjà comme une mauvaise idée ça ?
Linebeck : Les déesses sont quand même un peu sadiques il est vrai.
Mutoh : Faut pas parler d'elles comme ça. Si ça se trouve, elles nous regardent...
Linebeck : Je ne te savais pas croyant et si craintif.
Mutoh : C'est pas ça mais Din est trop, mais vraiment TROP canon.
Linebeck : ... Ah oui je vois... Qu'est-ce que je disais ?
Igor : Des trucs pas intéressants.
Linebeck : Évidemment toi, quand ça parle pas de guerres et de morts.
Igor : C'est surtout que tu m'as vexé avec ta blague sur les morts-vivants tout à l'heure, entre le chapitre 2 et celui-là.
Linebeck : ...
Et il reçut le même jour, une missive des déesses avec, sans doute le messager le plus étrange...

? : Salutation copinou !
Arbre Mojo : Mais c'est ce bon vieux Rauru ! Qu'est-ce qui t'amène depuis le temps ? Tu resterais bien manger un truc ?
Rauru : Désolé, je ne suis pas là pour ça.
Arbre Mojo : Tu ne cherchais pas un emploi récemment ?
Rauru : Justement. J'en ai trouvé un. Je suis le messager des déesses. Et elles viennent de m'annoncer que Ganon est prêt et a envahi Hyrule. Tu peux envoyer le petit homme.
Arbre Mojo : Déjà ? Mais... - Navi est en soin intensifs - n'est-ce pas trop tôt ?
Rauru : Il n'est jamais trop tôt, les 7 sages ont été fait prisonniers, tu es mort avec tout le village Kokiri et aussi...
Arbre Mojo : Tu es un sage et je suis vivant non ?
Rauru : ... C'est ces voyages dans le temps aussi, ça me fatigue...

Et ainsi, deux ans plus tard, Navi alla retrouver Link afin de lui avouer son destin. Elle avait - comme je l'ai dit - oublié ce mec.

Link : C'est pourquoi ?
Navi : Et ben, tu as été choisi par les Déesses pour...

Silence...

Navi : C'est toi espèce de petit BIP de BIP de mes BIP tu vas BIP des BIP de BIP gros BIP !
Link : Plaît-il ?
Navi : Je vais faire de ton aventure une aventure tellement agaçante que tu supplieras ton pire ennemi de t'achever et de te noyer dans les larmes de ton désespoir. Tu vas prier les déesses de changer ton destin contre celui de concierge dans le ventre du grand Jabu-Jabu. Tu vas tellement regretter de m'avoir connue et torturée que tu supplieras le Poisson Rêve de recréer Cocolint pour devenir son esclave. Tu auras tellement mal, qu'après ça, tu vas partir sur une contrée inconnue mais là-bas tu vas connaître deux autres fées. Tu vas connaître l'enfer. Pour la peine et pour commencer, je vais te couper la langue pour que tu sois muet jusqu'à ce que Phillips te donne la voix de Tintin dans un de leurs jeux.
Link : WHAT ?!

Mutoh : C'est quoi ce bazar ?
Linebeck : C'est exactement ce qu'elle a dit.
Tengaro : Et comment tu le sais ?
Linebeck : Tu vois Ciela ? Bah en fait, c'est une messagère des déesses, comme chaque fée d'ailleurs.
Mutoh : Et pas Navi ?
Linebeck : Et t'as envie de l'avoir à ta porte tous les matins, te rappeler qu'il faut l'écouter car elle représente les déesses comme l'a fait Ciela ?
Mutoh : Ah oui quand même. Tu nous racontes une autre histoire ?
Linebeck : Ce sera pour la prochaine fois.
Mutoh : J'ai déjà entendu ça quelque part...

Chapitre 4 : Le compagnon vagabond   up

Tengaro : Salut !
Igor : Au revoir.
Mutoh : A la revoyure.
Linebeck : A+ bande de cassoulet !
Mutoh : Bon bah le voilà parti...
Tengaro : Il est bon conteur n'empêche.
Mutoh : J'avoue.
Anju : Mais vous connaissez la vérité sur Linebeck ?
Mutoh : Quelle vérité ?
Anju : Il n'a pas été que compagnon de Link tu sais. Avant cela, il était... Mutoh : Attends tu n'es pas censée commencer la narration ?
Anju : Ah oui pardon ! Suis-je cruche ?
Igor : Bah en fait...

Donc je disais, avant cela, Linebeck n'était qu'un voyageur errant. Mais avant cela encore, à l'époque où il n'avait pas de bateau, il était disciple d'un certain marchand, Terry. Leur rencontre avait eu lieu sur l'île natale de Linebeck, croisement du nouvel Hyrule, carrefour économique, centre commercial, Mercant'île, où Terry s'y était arrêté faire escale et le jeune Linebeck, rêvant d'aventure, décida de se lancer...

Terry : Sacs à appâts, pas chers les sacs à appâts. Seulement 20 rubis allez !
Linebeck : Bonjour marchand.
Terry : Salut à toi, jeune citoyen lambda. Je suis sûr que tu as des rubis à dépenser dans ma modeste boutique.
Linebeck : Au contraire, je rechercherais plutôt un travail d'aventurier.
Terry : Tu t'adresses à la mauvaise personne mon garçon - même si j'aurais peut-être un boulot pour lui... mais à condition qu'il ne me demande pas de salaire -.
Linebeck : Je ne demande pas de rémunération, juste une opportunité pour moi de voir autre chose que cette île.

Mutoh : Tu vas essayer de nous faire croire que NOTRE Linebeck refusait un salaire ?
Anju : Et oui, car à l'époque, il n'était pas encore attiré par l'argent. Cela est venu bien après et justement j'y venais.

Et effectivement...

Anju : Quoi ?
Tengaro : Bah... C'est étrangement sobre comme histoire.
Anju : Tu voulais quelque chose de plus violent ?
Tengaro : Non, de plus drôle.
Anju : J'y viens aussi petit scarabée.

Et effectivement, il n'en fallut pas plus pour que le marchand décide finalement de le prendre sous son aile. Les premiers jours, Linebeck découvrait ce qu'était que travailler.

Terry : Et récure-moi tout le pont, moussaillon !
Linebeck : Et vers où nous allons cette fois ?
Terry : L'île de l'Aurore, on peut se faire du fric là-bas.
Linebeck : Encore ?
Terry : Tu t'attendais à quoi ? Allez, récure.

Et le soir, en s'endormant sur une île au milieu du vaste océan, le jeune Linebeck rêvait d'autres horizons...

Linebeck : C'est pas ça l'aventure. Moi je voulais la vraie, celle qui nous fait voir des paysages dont on ignorait l'existence, celle où on y fait des rencontres improbables au bord d'une mer turquoise...
Terry : Tu parles encore tout seul, moussaillon ?
Linebeck : Que voulez-vous ?
Terry : Bah... comme tu sais, je t'offre le gîte et le couvert.
Linebeck : Oui et ?
Terry : Ce n'est pas dans mes habitudes d'offrir. Donc passons à la note.

Mutoh : Tu es en train de dire que Linebeck venait de se faire arnaquer ?
Anju : Exactement.
Mutoh : Alors ça...
Igor : C'est bien beau, mais comment a-t-il eu son bateau ? C'est encore un peu vague si je puis dire.
Anju : ...
Igor : Vague, bateau, humour.
Mutoh : Non tu sors.
Igor : Bon...
Anju : Où en étais-je ?
Mutoh : Il se fit arnaquer.
Anju : Ah oui !

Et c'est un beau matin, où Terry s'arrêtait sur l'île de Tingle pour tenter de faire des bénéfices, que Linebeck lui fit ces adieux :

Terry : Alors tu t'en vas vers d'autres aventures ?
Linebeck : Et oui, allez salut.
Terry : Attends t'as pas payé les frais de transport.
Linebeck : Oh non...

Seul avec Tingle sur cette minuscule île, il dut subir les discours pompeux de ce dernier et se nourrir de poisson. C'est à cette époque qu'il fit connaissance avec un chasseur de trésors qui enseignait à ses disciples à se servir d'un scaphandre. Mais c'est une autre histoire.
Sinon, il devait écouter Tingle toute la journée, et aussi la nuit. Ne dormant plus, c'est à cette époque que lui sont venus ses célèbres cernes qu'il a toujours gardés même encore aujourd'hui.

Mutoh : Et le goût de l'argent ?
Anju : Même pas, il a juste compris à cette époque, qu'il devait devenir son propre aventurier et donc posséder son propre bateau pour voguer sur les flots.
Tengaro : Par contre pourquoi s'être posé sur cette île plutôt qu'à Mercant'île ?
Anju : Un sous-marin de scientifique devait justement y passer quelques jours après...

Et quelques jours après, ils acceptèrent d'embarquer Linebeck.

Linebeck : Et maintenant, je vais à l'Ile du Dragon, je fais un souhait à la source, puis je rentre à Mercant'île faire fortune.

Mutoh : Et c'est ce qu'il fit ?
Anju : Oui, il était en direction de l'Ile du Dragon pour faire un voeu à sa source, mais...
Tengaro : Ça coule de source.
Mutoh : Toi aussi tu sors.

Surtout que tout ne se passa pas comme prévu. Un bateau de pirates surgit des marées au grès du vent et des tempêtes. La troupe de brigands, dirigé par la terrible Jolène, en voulait aux recherches des scientifiques.

Scientifique : ILS VONT NOUS DETRUIRE !!!
Linebeck : Et si on utilisait cette lance ?
Scientifique : Pas ça malheureux, elle est bien trop lourde... BAM !
Linebeck : J'ai dû faire une boulette...
Jolène : Taïaut... Ou pas... Bon... bah.... Merci aventurier, tu nous as un peu mâché le travail mais bon. Accepte de nous accompagner et vivre d'autres aventures palpitantes.
Linebeck : D'accord.

Mutoh : Déjà stupide à l'époque ?
Anju : Oui.
Mutoh : Non, arrête, c'est trop caricatural pour être vrai.
Anju : Et pourtant...

Et c'est en compagnie de Jolène et de sa bande, que Linebeck décima des navires et des marchands. Le goût de l'argent lui vint peu à peu. Mais c'est le soir en s'endormant, que notre aventurier se rappelait de son but.

Linebeck : Un jour, je m'achèterai mon propre navire. Un jour... Ou peut-être que je le ferai construire si c'est moins cher... Mais c'est encore bien trop cher... Ou peut-être que ce navire pourrait faire l'affaire... Oui c'est ça.

Et lors d'une nuit de pause, où tous les pirates dormaient sur la plage d'une petite île, Linebeck largua les amarres avec le bateau, ou plutôt son bateau.

Mutoh : C'est comme ça qu'il a eu son bateau ?
Anju : Bien sûr que non, j'y viens.
Mutoh : OK. IGOR, TENGARO, REVENEZ, VOUS ALLEZ TOUT SAVOIR.

Le navire de Jolène était certes très beau, mais surtout trop grand pour un homme seul. Alors notre marin décida de le vendre à un petit groupe de pirates dirigé par Tetra.

Anju : Qui se trouve être la réincarnation de Zelda.
Mutoh : Sans déc' ?
Tengaro : T'es pas un peu né de la dernière pluie, toi ?
Mutoh : Non, sans rire, racontez ça.
Anju : Je peux finir mon histoire ?
Mutoh : Bien sûr, pardon.

Et avec les profits il s'acheta finalement son bateau, pour voguer vers l'aventure. Ce fut la fin du vagabond Linebeck, du marchand, du scientifique, du pirate et du voleur... peut-être pas cette dernière...

Mutoh : Ça c'est de la PETARD de bonne histoire. Certes moins drôle, mais tellement informative.
Tengaro : Bien vrai, merci Anju.
Anju : Un plaisir, bon je retourne à la ferme.
Tengaro : Allez salut.
Mutoh : Salut.
Igor : Bye !
Mutoh : Bon, et c'est quoi cette histoire de Zelda pirate ?
Tengaro : ... Et ben en fait c'est très simple.

...
...
...

Mutoh : Oui ?
Tengaro : Ah pardon, j'ai eu une absence. Alors...

Chapitre 5 : Histoire d'amour   up

Mutoh : Ce titre racoleur...
Tengaro : Dans un monde lointain où Hyrule gisait sous les eaux, la réincarnation de Zelda était la jeune et fougueuse Tétra.
Mutoh : Jolie prénom.
Tengaro : T'as vu, ça claque.

Ce que les gens ignorent, c'est qu'elle a eu une relation avec...

Mutoh : Avec ?
Tengaro : ... Je ne trahirai pas ma parole.
Mutoh : Espèce de petit...

Où en étais-je ? Ah oui ! Et donc, cette relation dura le temps que le mec en question restât sur le navire de la belle.

Mutoh : Le navire royal donc.
Tengaro : Mais non, c'était une pirate.
Mutoh : PIRATE ?
Tengaro : Tu n'as pas cette impression d'être à la masse.
Mutoh : Non, avec toi, je ferais pas le poids.

Et pendant qu'on explique au charpentier/ancien roi, cochez la bonne réponse, je continue mon récit. Donc tout cela se passait à l'époque où Hyrule était encore un royaume qui venait de sombrer dans les ténèbres aquatiques.

Mutoh : Tu l'as déjà dit.
Tengaro : MAIS CESSE DE M'INTERROMPRE SANS CESSE AUSSI !

Tout commença sur le fameux navire de la jeune pirate, quand un beau jour, un immense oiseau vint de l'horizon...

Pirate : PIAF !
Tétra : Toi même !
Pirate : Heu... non, y'a un oiseau qui fonce sur nous.
Tétra : Ah... là c'est différent Nico. Toutes voiles dehors ! On va lui voler dans les plumes.

Mais ce ne fut pas suffisant, l'oiseau attrapa la jeune fille et s'envola avec aile.

Mutoh : Avec ELLE tu veux dire ?
Tengaro : Ouais, détail.

Leur voyage s'acheva sur une petite île dont on a déjà parlé au chapitre d'avant, l'île de l'Aurore. Là, l'oiseau lâcha prise et Tétra tomba dans la forêt locale. C'est à ce moment qu'il apparut, tel un héros, il la sauva du volatile qui la menaçait. Mais l'oiseau prit en otage la soeur de ce jeune homme. Suite à quoi, il fut embarqué de force sur le bateau pour vivre de folles aventures et sauver sa frangine.

Mutoh : ... Et ce jeune homme, c'est Link ?
Tengaro : Ouais.
Mutoh : Alors je suppose qu'il sauva le royaume ?
Tengaro : ... Alors je te passe le moment où Ganon est terrassé.

Rêvant encore d'aventure, Tétra repartit sur son navire, plutôt que de gouverner son royaume (ce qui en fait une égoïste). Mais c'est à ce moment précis qu'un élément perturbateur arriva de nulle part.

Tétra : AHHH ! Mais tu sors d'où toi ?
? : Bah le narrateur l'a dit, de nulle part.
Tétra : Ouais mais littéralement ça fait peur. Me fais plus jamais ça.
? : Oui madame.
Tétra : Mademoiselle.
? : Bien compris (plus que tu ne le crois d'ailleurs).
Tétra : Bon allez viens, j't'offre un verre.

Mutoh : Et c'est qui cette enflure ?
Tengaro : Je t'ai dit que je ne le dirai pas.

Tétra : Et sinon, tu fais quoi maintenant ?
? : Oh tu sais, ce que j'ai toujours plus ou moins fait. Et mon cadeau, je vois que tu l'as toujours.
Tétra : Et oui... Que veux-tu, c'est comme un souvenir pour moi. Histoire que je ne t'oublie jamais.

Mutoh : C'est quoi ce dialogue ultra-ambigu ? On sait pas qui parle, on sait pas c'est quoi le cadeau...
Tengaro : C'est fait exprès. Mais pour t'aider, je vais dire que ce n'était pas vraiment un cadeau.
Mutoh : C'est-à-dire ?
Tengaro : Débrouille-toi avec ça.

Et leurs retrouvailles se termina lors d'une folle nuit d'amour et d'ivresse (l'amour avant, je précise pour la légalité). Ils finirent par faire un petit bout de chemin ensemble, visiter d'autres contrées.

Nico : Contrée !
Tétra : C'est lui qui est très...

Affrontant les pires monstres marins.

Nico : MORUE !
Tétra : Toi même !
Nico : Mais non...

Pêchant pour vivre.

? : J'ai une touche !
Nico : Tu crois pas si bien dire, hé hé !
Tétra : Tu vas finir à la flotte.

Mais s'arrêtant dès que possible sur une île habitée.

Nico : PORT !
Tétra : Toi même !
Nico : Jeter l'ancre !
? : J'ai pas de stylo...
Nico : Vous formez un beau couple vous deux...

Et finissant ivre dans un bar.

Nico : BOUTEILLE !
Tétra : Ouais pour moi aussi.
Tavernier belge : Bah ça fait plaisir des gens comme vous, mes petits bouchons de Liège.

Mutoh : Et à part des mauvais jeux de mots, y'a une histoire ?

Leur idylle dura ainsi plusieurs mois, quand un matin, Tétra eut une visite inattendue :

Tétra : Link ?
Link : Et ouais t'as vu, je reviens sur ton bateau pour ton plus grand bonheur.
Tétra : Dégage !
Link : Tu pourrais être plus enthousiaste.
Tétra : Attends je la refais, VA TE FAIRE ******* !
Link : Et si je te propose une formidable aventure ?
Tétra : Cause toujours.
Link : Un bateau fantôme.
Tétra : OK, prépare tes affaires et ce soir, on embarque.
Link : Compris, à toute (il s'en va).
Tétra : C'est ça...
? : C'était qui ?
Tétra : Link, il vient sur le bateau, c'est l'heure pour nous de nous séparer.
? : Ne t'inquiète pas, je ne serais jamais très loin de toi, et en cas de problème, j'aiderai Link dans sa quête.
Tétra : Merci mon amour.
? : De rien ma biche.
Nico : Un plaisir ma biquette.
Tétra : T'ES PAS A TON POSTE TOI ?

Et ainsi, pendant la soirée, le jeune amoureux quitta sa bien-aimée afin de ne pas dévoiler son secret... FIN

Mutoh : Bon au moins, on sait que c'est pas Link et c'est pas Nico...
Tengaro : Cesse de chercher, mon histoire elle déchirait, non ?
Mutoh : Je veux savoir qui était cet homme.
Tengaro : Bah en fait, pour tout te dire... Je n'en sais rien non plus, Nico m'a raconté l'histoire comme ça.
Mutoh : Nico, c'est celui au fond du bar là ?
Tengaro : Oui.
Mutoh : NICO !
Nico : Toi même !
Mutoh : ...
Nico : S'cuse... un réflexe...

Chapitre 6 : Le Zora ambulant   up

Tengaro : Bon, il commence à se faire tard. Je crois que je vais rentrer chez moi.
Mutoh : Bah attend, moi aussi j'ai une histoire à te raconter.
Tengaro : J'espère que ce n'est pas une histoire inventée.
Mutoh : Mais bien sûr que non, écoute. C'est l'histoire d'un charpentier qui avait du pain sur la planche...
Tengaro : Ok, c'est bon, je m'casse.
Mutoh : Mais...

...

Mutoh : Je me sens seul maintenant...
Saria : Hello, noble voyageur, je viens ici à votre bon coeur, demander quelques rubis pour dormir cette nuit.
Mutoh : ... Saria, on te reconnaît tout de suite, et puis t'es pas pauvre toi depuis que tu as ouvert une banque et que tu te fais des intérêts monstres.
Saria: Mon seul client a beau rester le héros du temps, il reste le plus fortuné donc le plus facile à taxer.
Mutoh : C'est vrai que tu parles en rime toi...
Saria : Mais j'ai déjà eu d'autres gros clients, c'était il y a très longtemps...

A l'époque j'étais...

Mutoh : Oh chic, une histoire !

A l'époque, j'étais pleine d'espoir et d'un peu de sottise, lorsque j'avais ouvert ma petite entreprise. Seul Link à mes débuts venez poser ses trop perçus. Il me rapportait par ailleurs un fric fou que je me faisais sur ses propres sous. Un matin sur la plaine d'Hyrule, j'eus assisté à un spectacle bien ridicule :

Zora : Mais qu'est-ce que je vais faire de tout cet argent, je perds trop de temps en le comptant.

Mutoh : Par contre, si tu pouvais d'exempter de faire des rimes quand tu fais d'autres personnages.
Saria : Heu... quel dilemme et quel problème !

Zora : Mais qu'est-ce que je vais faire de tout cet argent ?
Saria : Vous avez un problème cher monsieur ? Je pourrais peut-être vous aider un peu.
Zora : Bonjour, voyez-vous, je suis un Zora ambulant, qui voyage de ville en ville pour vendre mes produits. Je me fais un peu beaucoup d'argent, mais j'en ai trop sur moi maintenant.
Saria : Ne vous inquiétez pas, car pour chaque Zora, j'ai une solution prête à l'emploi. Vois-tu, je tiens un banque, et des clients, j'en manque. Tu pourrais peut-être déposer ton fric et comme je suis sympathique, je vais faire un mix, en te proposant des taux d'intérêt fixes.

C'est ainsi que le jeune Zora m'accompagna, afin cela va de soit, de déposer son oseille, dans ma banque ouvert la veille.

Mutoh : Ah, parce que t'avais ouvert la veille ?
Saria : Je venais d'avoir mon diplôme et je me sentais comme un môme. Alors je me suis empressée, d'ouvrir mon petit marché.

J'accompagnais donc le marchand à travers la forêt des enfants, afin d'arriver, au bosquet sacré,
car c'est sur ces terres, que se trouve mon affaire. Il profita de ce début d'amitié, pour me raconter son épopée.

Zora : J'en avais marre des cascades et des lacs, et aussi de la princesse qui est vraiment une peste depuis qu'elle sait que c'est une sage... Non mais c'est vrai, c'est si bien payé que ça sage ?
Saria : ... M'en parlez pas, ça ne rapporte pas tant que ça.
Zora : Donc un jour, je me suis dit "basta", j'ai pris quelques bibelots, et je suis partie les vendre à Hyrule. Ça a rapporté plus que je ne le pensais, j'ai pu acheter des produits locaux, et les vendre à Termina, et ainsi de suite, j'ai remplis mes poches.
Saria : Bah écoute donc un peu, je te propose une affaire du feu de Dieu. Je garde ton argent à jamais, je ne te fais pas de taux d'intérêt, mais contre ses plus beaux offices, je veux une partie de tes bénéfices.
Zora : ... heu...

Mutoh : Tu ne trouves pas un brin cupide ?
Saria : Picsou m'a tout appris si tu n'avais pas compris.
Mutoh : On peut revenir sur le marchand ?

Le marchand n'était pas dupe, il savait bien que malgré ma jupe, je finirais par partir avec tout son argent, le sourire et fièrement. Alors il repris son argent, et s'en alla tranquillement. Mais ce n'est pas fini, j'eus des nouvelles de lui, quelque années plus tard, je pêchais près d'une mare, quand tout d'un coup, je le vis à l'autre bout. Il pleurait, alors j'ai fait ce que n'importe qui aurait fait aussi. Je suis allée le voir, il me regarda hagard.

Zora : Je me suis fait voler à Termina.
Saria : Qui a bien pu te faire ça l'ami ? Parle donc, tu es en sûreté ici.
Zora : J'installais mon stand à Bourg-Clocher quand un mojo avec un bonnet vert a surgi. Il a fait une vrille sur lui-même, m'a renversé, m'a piqué tout mon argent, et s'est barré en utilisant un ocarina.
Saria : ... Je...
Zora : Oui ?
Saria : Je sais qui a fait ça, ne bouge donc pas, je m'en vais le voir, puis je reviens ce soir.

Je savais bien que Link était coupable. Il restait quelqu'un de raisonnable, tant qu'on lui donnait pas un jour de repos, sinon, c'était l'hécatombe à tout niveau. Je n'eus aucun mal à le retrouver, dans son campement de fortune, seul à se reposer, au clair de lune.

Saria : Heu... Link, faut qu'on discute, tu as une minute ?
Link : Bien sûr poulette.
Saria : Arrête ces surnoms, c'est ridicule non de non.
Link : Pas autant que tes rimes stupides.
Saria : C'est plus original, moins vache, et ça ne fait de mal à personne que je ne sache.
Link : Bon, que veux-tu ?
Saria : Je crois que tu as pris de l'argent à un jeune marchand.
Link : Ce poisson. Ouais pourquoi ?
Saria : C'est un futur client, redonne-lui cet argent.
Link : Non mais ça va pas non ?

Ayant des arguments frappants, il finit par me donner ce que j'attends, et s'en va ensanglanté, faire des vrilles à Bourg-Clocher. Quand à moi, je donne au Zora, son pognon, et après avoir compté ses biftons,
il accepte finalement d'épargner dans ma société, et donc de se ruiner.

Mutoh : Il est devenu quoi lui après ?
Saria : Il a fait faillite. Tout va si vite.
Mutoh : ... Je me demande si tu es complètement innocente là dedans.
Saria : C'est pas mon style, et puis si c'était si facile, à faire avant. Pourquoi j'aurais attendu autant ?
Mutoh : Parce que tu es stupide ?
Saria : Un point pour toi, charpentier gras.
Mutoh : Je suis pas gros. Juste enveloppé.
Saria : Je suis lasse, je me casse.

Chapitre 7 : La randonnée équestre   up

Mutoh : Et là je lui ai dit, si toi tu es facteur, moi je suis un... colis-maçon ! AH AH AH !
Linebeck : C'est parce que je viens de débarquer ici pour te raconter d'autres anecdotes que tu te permets des blagues aussi douteuses ?
Mutoh : ... Je ne comprend pas.
Linebeck : Bah ta blague là...
Mutoh : Mais oui d'autres anecdotes je t'écoute.
Linebeck : - Soupir - Bon, comme tu sais, il y a quelque temps, s'est déroulée la compétition annuelle la plus réputée d'Hyrule, la Randonnée équestre.
Mutoh : Bien entendu, c'est THE événement du royaume. Il attire toujours plein de touristes et est un succès, aussi bien médiatique que commercial. Moi-même, je donne un congé à tous mes employés le temps de l'épreuve.
Linebeck : Exactement, sauf que l'année dernière, l'organisation a failli provoquer une guerre des peuples.
Mutoh : C'est-à-dire ?

Déjà, l'organisation avait été plus chaotique que d'habitude. La raison ? La participation de Link qui pour une fois, n'avait rien d'autre à faire.

Link : Je te jure que passer par un volcan en éruption n'est un danger pour personne.
Talon : Etant le fournisseur d'étalon officiel, je ne cautionne pas cette...
Link : Mais t'inquiète donc pas. M'occupant de l'organisation cette année, tout va aller pour le mieux. Faut juste que je retrouve les notes que j'ai prises pour l'occasion.
Talon : Tu as peut-être raison.
Link : Ah ! Tu vois.
Malon : Tu es sûr que je dois servir les rafraîchissements dans le cratère ?
Talon : ...
Link : Mais oui ! Ça encouragerait les participants à faire l'étape.
Malon : Parce que je suis la plus belle femme du royaume ?
Link : ... Exactement. De plus, tu seras aussi la plus chaude femme du royaume.
Talon : C'est comme ça que tu parles à ma fille ?
Link : Vous verriez le nombre de personnes qui lui parlent comme ça...
Malon : J'ai l'impression d'être une femme de petite vertu. Ça doit être Zelda qui t'a mis ces idées-là mon petit Linkounet.
Link : M'appelle pas comme ça devant les gens...

Mutoh : T'as pas du tout l'impression d'aller trop loin ?
Linebeck : ... Certes.

Link : Ah ! Salut Linebeck !

Mutoh : Qu'est-ce que tu faisais là toi le navigateur ?
Linebeck : T'as vu la récompense pour le premier ?
Mutoh : ... Forcément... Je pose des questions stupides parfois.

Linebeck : Cette année, je vais tout défoncer ! Surtout que l'épreuve sous l'eau, ça me connaît.
Talon : Y'A UNE EPREUVE SOUS L'EAU ?!
Link : Bah oui, ce sera marrant.
Talon : Mais tu es un grand malade ! Et pourquoi pas passer par la forteresse Gérudo tant qu'on y est ?
Link : Tiens t'as retrouvé mes notes ?

Puis ce fut le choix des montures. Link s'y croyait d'ailleurs un peu trop...

Link : Celui-là s'appelle Tornado. Endurance +3, vitesse +2 mais obéissance -1.
Linebeck : Son obéissance est un peu pourrie non ?
Link : Bah il a une forte tendance à faire ce qu'il veut... Il est de mauvais poil on peut dire.
Linebeck : Ça crin.
Link : ...
Linebeck : Bah quoi ?
Link : ... Celui-là c'est Findus, issu d'une grande famille qui ne courrait pas assez vite. Endurance +1, vitesse +1 mais obéissance +3. L'astuce est de lui dire que tu vas le manger et ça lui fait un effet boeuf.
Linebeck : ...

Mutoh : T'as pas du tout l'impression d'aller trop loin ?
Linebeck : ... Certes.

Et ainsi de suite, Link présentait cheval après cheval :

Link : Celui-ci c'est Stewball...
Link : Celle-là c'est Applejack.
Link : Celui-là c'est Agro.
Link : Celle-ci c'est Epona... Qu'est-ce que tu fais là toi ?
Epona : Hiiiiiiiii...
Link : Je me sens un peu trahi quand même.
Epona : Hiiiii...
Link : C'est vrai, surtout que je ne comprends pas le cheval.
Epona : Hiiii...
Link : Y'a que toi qui me comprends.
Talon : Il a fumé quoi aujourd'hui ?
Linebeck : Allez savoir.

Mutoh : Et c'est lui qui sauve Hyrule ?

Après avoir chacun désigné son canasson, la course pouvait commencer. Le point de départ étant Hyrule, l'arrivée étant... Hyrule... mais le château alors c'est pas pareil.

Talon : Bon... bah... PARTEZ !!!
Link : Ouais barrez-vous !
Malon : Prenez soin de vous.
Link : T'es pas censé être dans le volcan toi ?
Malon : Bah j'attends la fin de l'éruption quand même non ?
Link : Pourquoi faire ?
Malon : Mmmm... ok !

Personnellement, j'ai eu un peu d'avance au début... Ce qui fait qu'une fois arrivé dans la plaine, je me suis demandé où aller... Quand soudain, vint à moi la réponse :

Garde : A votre bunker m'sieurs dames !
Linebeck : J'ai pas d'argent.
Garde : Je crois ne pas avoir été très clair...

Linebeck : Je me suis donc rendu au bunker indiqué, puis je suis passé par un étrange passage qui m'a mené chez les Gorons.
Mutoh : Ce qui est logique ?
Linebeck : Pose pas de questions, je me sens déjà assez perdu, j'ai l'impression de raconter une histoire pour une fiction humoristique...
Mutoh : A toi aussi ça t'arrive ?

Les Gorons, peuple fier et ombrageux, n'étaient sans doute pas au courant du passage des Hyliens chez eux.

Darunia : Est-ce que quelqu'un peut m'expliquer ce qu'il se passe.
Linebeck : J'aimerais... J'aimerais...

Puis ce fut le tour de l'étape sous l'eau chez les Zoras...

Ruto : Blublublu ?
Linebeck : Blublublu blub.
Ruto : Blublu.

Puis les Kokiris (avec activité accrobranche en prime) :

Arbre Mojo : J'aimerais quand même qu'on m'explique.
Linebeck : T'inquiète pas vielle branche, Link sait ce qu'il fait.
Arbre Mojo : Comme quand il martyrisait Navi ?

Le fameux volcan :

Malon : Rafraîchissement ?
Linebeck : C'est pas de refus.
Malon : Alors j'ai de l'eau... chaude... non, brûlante...
Linebeck : Finalement je vais plutôt prendre de la lave.
Malon : C'est tout à ton honneur.
Linebeck : Allez salut, et attention aux éboulements.
Malon : Aux quoi ?

Et enfin la forteresse Gérudo :

Nabooru : En ce moment, c'est vraiment le défilé des bras-cassés...
Link : Je vois pas de qui tu parles...
Nabooru : C'est vrai que personne a un jour essayé de passer incognito habillé en VERT (ce qui est une aberration en soit).
Link : Encore sur ce petit différent passé ?
Nabooru : J'vais m'gêner.
Linebeck : Si je vous gêne, il faut surtout pas hésiter.
Link : T'es toujours pas parti toi ? Allez ouste !
Linebeck : Juste à propos de Malon...
Link : On verra, on verra.

Et finalement, la ligne d'arrivée me tendait les bras.

Linebeck : Ce qui est une expression, elle me tendait pas réellement les bras.
Mutoh : Viens-en au fait.

Zelda : Link... la prochaine fois...
Link : Je sais, je sais... Mais ce n'est pas ma faute non ?
Nabooru : A peine...
Ruto : Blublublu.
Darunia : Contrôle antidopage de chevaux.
Link : Qu'est-c'qu'elle veut la montagne de muscles ?
Mido : Représent' l'arbr' Mojo, partout où il pass', Mido est dans la place !
Link : Toi...
Nabooru : Les représailles seront terribles !
Zelda : Notre armée est plus grande.
Nabooru : Ouais, mais nous, on est compétents.
Zelda : Mais nous, on a Link !
Nabooru : (Regardant le héros) ... Mais nous, on sait se faire discrets...
Zelda : Pas faux.
Link : Non mais oh ! Je vous entends hein...
Ruto : Blublublu.
Zelda : T'as raison... Et si on vous payait ?
Mido : Tous ?
Zelda : Heu... oui...
Darunia : Chic alors !
Link : Tout finit bien alors.
Zelda : Link, la prochaine fois je te jure que je fais exprès d'être enlevée pour t'occuper durant la compétition !

Linebeck : Ce qu'il faut savoir, c'est que la totalité du prix du gagnant a été partagé entre les peuples.
Mutoh : Et tu le prends bien ?
Linebeck : Parle pas de malheur.
Mutoh : Et Malon dans tout ça ?
Linebeck : Bah là... Je t'avoue ne jamais avoir eu de nouvelles. Elle doit être morte.
Mutoh : C'est dommage parce qu'elle était bo...
Linebeck : Oui, on sait !

Chapitre 8 : La réunion   up

Linebeck : Tiens écoute ça, y'a un article dans l'Echo d'Hyrule qui dit que l'épouvantail des champs Bonooru a été mis sur la paille.
Mutoh : Ça va devenir une habitude la blague en début de chapitre ?
Linebeck : Bon, cessons ces niaiseries.
Mutoh : Allez, je t'écoute.

Lors de mes aventures avec Link, j'ai été amené à rencontrer un certain Siwan, un homme qui savait des choses... plein de choses ! Notamment une étrange légende.

Mutoh : Et je suppose que tu vas nous parler de cette légende, sinon ta phrase est complètement hors-sujet.
Linebeck : Bien joué Sherlock !

Cette légende racontait comment les trois déesses avaient décidé de créer le monde. Tout se passa lors d'une réunion tout ce qu'il y a de plus sérieux.

Din : Bon les filles, j'ai une idée !
Farore : Oh oui, on t'écoute !
Din : On va créer un monde !
Naryu : Mais tu n'y penses pas sérieusement ?
Din : Bien sûr que si, on va devenir des créatrices de monde... ça va être génial.
Farore : Il nous faudrait de la vie... Des animaux... OH ! Et pourquoi pas des gens comme nous ? Comment on les appelle déjà ? Ah oui ! Des humains !
Din : Oh oui !

? : Arrête ça tout de suite !
Linebeck : Mais c'est...
Mutoh : Me v'là victime d'une apparition divine...
Linebeck : Naryu, déesse de la sagesse, de l'eau, de l'amour, oracle des ages et...
Naryu : C'est bon on a compris...
Linebeck : Mais que faites-vous parmi nous aujourd'hui ?
Naryu : Je suis venue corriger cette légende erronée. C'est une honte de mentir à ses créations.
Mutoh : Bon... bah allez-y.

Alors, en réalité, ce n'est pas comme ça que cela s'est passé...

Mutoh : Vous racontez vachement bien !
Naryu : Qu'est-ce que tu crois, souvent, je raconte des histoires aux enfants et le dimanche, je participe à la messe.
Linebeck : ... Ah ouais quand même...
Naryu : Mais incognito bien sûr !
Linebeck : ... Bien sûr...

En réalité, on créa votre monde lors d'un brainstorming de 10 minutes.

Din : Bon, les filles, on nous demande de faire quelque chose afin de justifier nos salaires.
Farore : ... Comme quoi ?
Din : Bah je sais pas... Vous savez faire quoi ?
Farore : La couture !
Din : ... Et toi Naryu ?
Naryu : Moi tu sais à la base j'étais mannequine avant que Nintendo m'engage.
Din : ... Et ben ça promet...
Naryu : Mais je sais aussi faire la cuisine !
Din : Tant mieux, on a pas tout perdu...
Farore : D'ailleurs, qu'est-ce qu'on mange ?
Din : Vous pouvez pas arrêter de dire n'importe quoi deux minutes ? J'ai toujours rêvé qu'une légende garde mon nom éternellement, donc vous allez faire un effort et on va créer un monde !
Naryu : Un quoi ?

Ainsi commença la grande av...

Mutoh : MANNEQUINE ?!
Naryu : Bah oui, après je me suis reconvertie dans la chanson.
Linebeck : C'est absurde, qui chanterait à la place de défiler ?
Naryu : ... C'est une vraie question ?
Linebeck : Rhétorique.
Mutoh : Et Din, elle faisait quoi avant ?
Linebeck : Il fait une petite fixette sur elle.
Mutoh : Même pas vrai... Alors ?
Naryu : Et bien...

Farore : AH AH AH AH AH !
Naryu : Vendeuse de beignets ? Sérieusement ?
Din : Bah quoi ?
Naryu : Non mais tu te rends compte de l'absurdité de la situation, on est des déesses, et à la base on a le statue de la plèbe.
Farore : Dis la mannequine...
Naryu : Et ma harpe des âges, tu la veux dans ta g...

Linebeck : GRUE !
Naryu : ... C'est pas parce qu'on est des déesses qu'on est forcément polies, nom d'une...
Mutoh : ON POURSUIT !

Farore : Question absurde, pourquoi créer un monde ?
Din : Je sais pas, c'était une idée comme une autre. Mais si tu as une meilleure idée...
Farore : Une soirée tupperware ?
Naryu : Ça met en scène de la nourriture ?
Din : Laissez tomber, on va faire un monde. Donc voici le plan : On fait la pré-quelle, pré-genèse, précédent, on fait la genèse, le milieu, la fin, et la post-génèse, post-milieu, post-fin, post-apocalyptique, post-it, et tout plein de bonnes choses.
Farore : J'ai rien compris à sa dernière phrase.
Naryu : Laisse, j'te f'rai un résumé.
Din : Bon, on peut dire que la réunion est terminée... Qui pour une aspirine ?
Farore : Moi s'il te plaît.
Naryu : Bon, maintenant, place à l'apéro. Elles sont où les cacahuètes ?

Naryu : Et voilà toute l'histoire.
Linebeck : J'avoue qu'en sachant la vérité, le mythe s'écroule un peu.
Naryu : Mais au moins, on a eu une prime.
Linebeck : La valeur de l'argent, je respecte ça.
Mutoh : Je me disais aussi.
Naryu : Bon... c'est pas tout ça, mais le paradis, c'est pas la porte à côté.
Mutoh : Non, c'est les toilettes.

Chapitre 9 : Et si Ganon... était un politicien   up

Mutoh : (Lisant un texte) Je promets de ne plus jamais faire de blagues comme celle qui a clôturé la brève précédente.
Linebeck : Bah tu vois, c'est pas bien compliqué.
Mutoh : Tu peux me rappeler depuis quand je t'obéis ?
Linebeck : Depuis quelque lignes.
Mutoh : Ça se tient. Bon, maintenant, j'ai à mon tour une anecdote, plutôt rigolote. Et ça rime.

En effet, vous êtes-vous jamais demandé comment serait Hyrule si Ganon n'était qu'un politicien...

Linebeck : Je dois avouer que je me pose ASSEZ rarement la question.

Et bien, figurez-vous que c'est bel est bien arrivé un jour !

Linebeck : Et si je ne m'en souviens pas ?
Mutoh : Tu étais en voyage.
Linebeck : ... Ça se tient.

Hyrule, un soir plus joyeux que d'habitude, en effet, Link est sur le point de terrasser le seigneur Ganondorf une nouvelle fois.

Ganon : (S'écrasant au sol) Y'en a marre...
Link : (Lui sautant dessus) Et quand y'en a marre, y'a...
Ganon : Attends deux secondes Link.
Link : Plaît-il ?
Ganon : T'as gagné, j'en ai ras-le-bol. Je m'casse !
Link : Bah attends, on a même pas fini le combat.
Ganon : Rien à cirer, je rentre chez moi. Salut héros du temps.
Link : ... Bah je tabasse qui moi du coup pour me faire acclamer par le peuple ?
Ganon : La princesse, ça lui fera les pieds.
Link : Idée acceptable...

Ganon s'enferma alors dans sa tour et n'en ressortit plus pendant des semaines. Tout le monde pensait que le fourbe s'était donné la mort suite à la "défaite de trop". Pourtant, un jour, il dévoila son tout nouveau plan. Plus diabolique encore que celui d'envahir Hyrule.

Ganon : JE SERAI UN POLITICIEN !

Linebeck : NOOOOOOOOOOOOOOO !
Mutoh : Mais qu'est-ce que tu as à crier comme ça ?
Linebeck : Elle fait peur ton histoire.
Mutoh : T'inquiète, c'est la version Disney.

Et en effet, quel autre plan aurait pu être plus diabolique que celui-ci ? Prendre le pouvoir légalement et régner en toute impunité sur Hyrule. Pour l'occasion, il écrivit un programme :

[Moi Ganondorf, seigneur du mal, se bat pour que tous les jours, il fasse beau !
Moi Ganondorf, prince des démons, vous protège contre l'idéologie monarchique qui a fait de ce royaume, sa colonie !
Moi Ganondorf, Satan sur cette terre, ne veut pas d'elfes sur nos propriétés !
Moi Ganondorf, Lucifer existant, se la pète grave avec tous ses noms !
Moi Ganondorf, ennemi immortel de Link, vous promet un Hyrule sain, un Hyrule sur, et un HYRULE NOUVEAU !!!]

Foule : Graou ! Graou !

La réponse du château ne se fit pas attendre...

[Allô, allô ? Monsieur l'ordinateur ?
Ici le château d'Hyrule qui s'adresse à la plèb... à son peuple.
Ne croyez pas le délire utopique de l'opposant du pouvoir. Ce n'est qu'un anarcho-syndicaliste de l'ultra-gauche qui n'a que pour seule devise "ni Dieu ni maître".
Sauf que lorsqu'il se fera élire, il se fera Dieu, et nous nous ferons... Vous avez compris.]

Foule : ... graou ?

Linebeck : Je me pose de sérieuses questions sur la légitimité du pouvoir maintenant.
Mutoh : Et attends, tu n'as pas vu comment Link matraquait de la propagande royale.

Link : IL EST BEAU MON POUVOIR, IL EST BEAU, IL EST FRAIS, ET SURTOUT, IL EST MEEEEEEETAAAAAAAAAAAAAAAAL!!!

Enfin... Plutôt comme ça...

Link : Oh qu'il est beau, qu'il est beau, qu'il est beau mon gros château.

Linebeck : Et qui a été élu au final ?
Mutoh : Est-ce que tu es au courant du proverbe "personne n'est stupide seul" ?
Linebeck : Pas du tout.
Mutoh : Il a été créé pour l'occasion. Parce que Hyrule est une monarchie.
Linebecl : Et ?
Mutoh : Il n'y a pas d'élections dans une monarchie.
Linebeck : ... Ah oui. Et donc ?
Mutoh : Comment t'expliquer ?

Ganon : Je gagnerai ces élections !
Zelda : Non moi !
Link : Moi !
Zelda : Tu es avec moi toi !
Link : ... Pour l'instant...
Zelda : De quoi ?
Mutoh : De toute façon, il n'y a jamais eu d'élection à Hyrule ?
Zelda : ...
Ganon : ...
Link : Princesse mes fesses oui... Un jour elle va voir ce qu'elle va voir l'autre bourgeoise.
Zelda : Bon bah... On fait comme si de rien n'était ?
Ganon : Plutôt d'accord.
Zelda : Allez salut.
Ganon : Salut.
Zelda : Ah en fait, tu viens au mariage de Tengaro samedi ?
Ganon : Oui, j'ai été invité.
Link : Avec la couronne, les lauriers, les oiseaux....

Mutoh : C'était la première tentative de Ganondorf plutôt originale.
Linebeck : Et bien, heureusement que ce n'est pas une contrefaçon.
Mutoh : ... Tu es au courant que cette blague n'est pas drôle ?

Chapitre 10 : La dépression d'Épona   up

Linebeck : Bon, bon. À mon tour !
Mutoh : OH oui ! Raconte-nous une histoire !
Linebeck : Mais bien sûr que je vais le faire.
Mutoh : OUIIIIIIII !
Linebeck : Je te trouve plutôt joyeux.
Mutoh : C'est parce que j'suis bourré.
Linebeck : ... Mmmmm d'accord. Et sinon, ton histoire sur Ganon m'a rappelé un truc.
Mutoh : Bah vas-y.

J'ai mentionné hier qu'Épona était en dépression depuis quelques temps. Il est maintenant l'heure des explications...

Mutoh : Tu as un don pour attirer l'intention.
Linebeck : C'est pour ça que j'ai été le héros d'un jeu Zelda.

Tout eut lieu lors d'un affron...

Mutoh : Tu n'étais pas vraiment le héros de ce jeu, non ?

Tout eut lieu lors d'un affrontement entre Link et Ganon, pour renouer avec l'originalité.

Linebeck : Parce que si ça avait été...
Mutoh : Tu comptes réellement refaire cette blague ?

Link : (Étranglant Ganon) Laisse-moi sauver le monde !
Ganon : Rrrhh... Jamais !
Link : Crève !
Ganon : Jamais !
Link : Eh !
Ganon : Jamais !
Link : Non attends regarde Épona et ton cheval.
Ganon : De quoi ?

Épona : Hiiiiii....
Crindombre : Hiii....

Mutoh : Comment tu peux savoir le nom du cheval de Ganon ?
Linebeck : Je trouve juste que ce nom lui va bien.

J'en profite aussi pour faire la traduction de leurs paroles.

Épona : Ils ont l'air stupide non ?
Crindombre : Tu m'étonnes. Heureusement qu'on est la race supérieure.
Épona : Et sinon, on fait quoi ?
Crindombre : Bah... Je pense qu'on a assez de temps pour faire connaissance. C'est quoi ton p'tit nom ?
Épona : Épona.
Crindombre : Crindombre.
Épona : On se sert le fer ?
Crindombre : Bien sûr, ils trouveront sabot.
Épona : Hiiiiiii...
Crindombre : Hiiiii...

Linebeck : Ce sont des rires.

Link : Ils ont l'air de s'éclater.
Ganon : Tu sais Link, nous aussi on s'éclate d'habitude.
Link : Oui mais d'une autre manière.
Ganon : C'est relatif.

Épona : Leur complicité ressemble plus à de l'amitié maintenant, non ?
Crindombre : Ah... "Les amis ou l'amour" comme on dit.
Épona : C'est pour ça qu'il n'a jamais chopé Zelda.
Crindombre : Exactement. D'ailleurs on a jamais pensé non plus à notre futur nous.
Épona : C'est vrai... Alors... Est-ce que ça te dirait de...

Soudain, un pilier (du château d'Hyrule qui était de nouveau en ruine) tomba sur le cheval...

Épona : ...
Link : Ça doit vouloir dire non. Allez viens Épona, on rentre à la maison maintenant.
Épona : Hiiiiiii...

Linebeck : Ce sont des larmes.
Mutoh : Mais c'est tragique ton histoire.

Zelda : Link, tu as encore sauvé le monde... Je suppose que - comme d'habitude - tu ne veux rien en échange ?
Link : Bah en fait... vous auriez pas un remontant pour cheval ?
Zelda : Heu... nous devons avoir ça quelque part... Apportez donc.

Et la princesse en fit boire à la jument.

Épona AH ! C'est dégoutant !
Link : Ah ! Je comprends le cheval !
Zelda : Moi aussi !
Épona : Bon, on va en profiter, j'aurais en fait deux-trois remarques à faire.
Link : ...
Épona : Tout d'abord Link si tu pouvais arrêter de monter sur moi comme un sauvage. Je suis une demoiselle tout de même, j'ai le droit à un peu plus de douceur.
Link : Mais...
Épona : Quant à vous princesse, je vous ferai la remarque que Link a déjà une petite amie, et c'est Malon la fermière.
Zelda : Je le savais.... LINK !!!
Link : Elle dit n'importe quoi ma beauté.
Zelda : TU M'APPELLES ENCORE UNE FOIS MA BEAUTÉ, TU FINIS AU CACHOT AVEC TA ****** DE JUMENT !!!
Link : Ce n'est pas un langage approprié pour une princesse.
Zelda : ET MON PIED DANS TON DERRIERE, C'EST APPROPRIÉ À TA CROUPE DE SAUVAGE ?!

Linebeck : Et depuis, Zelda a une dent contre Link, et vice-et-versa comme on a pu déjà le remarquer.
Mutoh : Fin bien moins tragique...
Linebeck : Tu auras retenu la morale de ce chapitre ?
Mutoh : ... Non.
Linebeck : Il ne faut jamais monter sur ses grands chevaux !

Fin de brève

Mutoh : ... T'es pas sérieux ?
Linebeck : Si et j'en suis fier.

Chapitre 11 : Quatuor de Zelda   up

Mutoh : AAAAAAARH... J'suis crevé moi.
Linebeck : Et bourré.
Mutoh : Ouais aussi. Bon, t'as une dernière histoire avant que je m'en aille ?
Linebeck : J'en ai une qui va te plier en quatre.
Mutoh : Tu dis ça par rapport au nom du chapitre ?

Zelda n'a pas toujours été la princesse douce et mignonne qu'elle est aujourd'hui...

Linebeck : Du moins, c'est ce que toi tu aurais dit, parce que pour l'avoir un peu fréquenté, bah c'est une vraie...
Mutoh : Continue je te prie.

Il y a longtemps, avant le début de la prophétie, avant que Link arrive, Zelda était une jeune princesse rebelle brune.

Mutoh : Brune ?
Linebeck : Brune.
Mutoh : C'est bizarre.
Linebeck : Je te le fais pas dire.
Mutoh : Bah je viens de le dire.
Linebeck : ... Je peux continuer ?

Il y a longtemps, avant le début de la prophétie, avant que Link arrive, Zelda était une jeune princesse rebelle brune.

Zelda : NON, NON et non ! Si je veux apprendre à manier l'épée, c'est que je le veux.
James: Madame est un peu capricieuse.
Zelda: Et alors ?
James : Bon...

Et ce fut sur un coup de tête qu'elle se mit à apprendre le maniement des armes. Mais, aucune ne semblait lui aller.

Zelda : (Jetant une énième épée) NON, NON et non !
James : Vous l'avez déjà dit votre majesté. Mais que dites-vous d'avoir plutôt un garde du corps attitré ?
Zelda : James, mon James, mon fidèle et généreux majordome... NON, NON et non ! Une princesse de mon rang - de princesse donc - n'a pas à recevoir l'aide d'un vagabond - surtout les verts, c'est les pires - ou d'un simple soldat !
James : Alors... j'ai peut-être une idée.
Zelda : T'as intérêt à en avoir une.

Et ainsi fut réveillée la légende...

James : L'histoire raconte qu'une épée mystique forgée par le meilleur forgeron d'Hyrule avec le fer de la plus vieille mine jamais trouvée et enchantée par un étrange mage au pouvoir mystérieux, aurait la particularité d'être la lame parfaite et d'en plus confier d'étranges pouvoirs. Malheureusement, toutes traces de cette épée semblent avoir disparu depuis...
Zelda : OK, on y va !
James : Qui que de quoi ?

Zelda retourna d'abord dans sa chambre, afin de se mettre plus à l'aise, en enfilant un short et en faisant une tresse avec ses cheveux.

Mutoh : Attends attends. Si je comprends bien ce que tu me racontes, tu es en train de dire que Zelda était aventurière ?
Linebeck : Elle a eu droit à plusieurs jeux chez la concurrence.
Mutoh : Je ne comprends pas ce que tu dis mais c'est super intéressant.

Ainsi s'en alla Zelda, un matin comme les autres, à la recherche des trésors perdus. Elle fouilla pendant des jours et des semaines durant, trouvant l'Atlantide, la boîte de Pandore, mais pas cette fameuse épée.

Zelda : NON, NON et non ! J'en ai marre de fouiller comme une fouine et de trouver tous ces bibelots ou ces lieux sans importance !
James : Fouiller comme une fouine ? Vous êtes sûre que cela se dit ?
Zelda : Regarde ma tronche... Et si à un quelconque moment, je te donne l'impression d'en avoir quelque chose à faire, préviens-moi.
James : Écoutez princesse, il nous reste encore une piste. Suivons-la pour en avoir le coeur net.

Mutoh : QUESTION !
Linebeck : Oui ?
Mutoh : D'où il tenait ses pistes ?
Linebeck : Recherche à la bibliothèque d'Hyrule.

Alors...

Mutoh : QUESTION !
Linebeck : Quoi encore ?
Mutoh : Pourquoi personne n'avait remarqué cette piste avant ?
Linebeck : ... Heu... Mais qu'est-ce qu'on s'en tape sérieux.

Alors...

Mutoh : QUES... *PAF

Alors... Zelda se rendit dans cette grotte. Mais elle ne se doutait pas de la rencontre qu'elle allait y faire.

Link : OH, bonjour et bienvenue dans LE Hardcore meurt ! Que puis-je faire pour vous mamz'elle ?
Zelda : - Il m'a appelé comment ? - Bonjour...
Link : Alors ma poulette, qu'est-ce qu'on vient faire dans un tel lieu ?
Zelda: Je pourrai te retourner la question, gamin.
Link : - Elle m'a appelé comment ? - Je... m'occupe.
Zelda : Ça a le mérite d'être clair...
Link : Pour faire court, je vends diverses choses aux voyageurs et aventuriers.
Zelda : Ça s'appelle du marché noir.
Link : On peut dire ça... mais je ne veux pas que la princesse le sache. Alors ce sera quoi ?
Zelda : ... Mets-moi deux douzaines de graines mystères.

Et la princesse poursuivit alors son périple. Jusqu'à finalement arriver devant une immense porte qu'elle ouvrit en disant ce seul mot.

James : Ah mon avis, c'est une énigme.
Zelda : Ou un lupus.
James : Mademoiselle travaille son humour.
Zelda : Bon, on va pas rester à fixer cette porte éternellement... CÉSAME !
James : Ce serait complètement stupide si ça foncti... J'ai rien dit.

Mutoh : Genre ça a marché ?
Linebeck : Genre je te jure.

A l'intérieur, elle découvrit des choses merveilleuses...

Ganon: Salut, t'aurais pas vu ce drôle de marchand habillé en vert ? Il m'a escroqué sur les graines mystères.
Zelda : ... T'es qui toi ?

Mutoh : Tu rigoles là ?
Linebeck : Pas complètement, mais à l'époque, Ganon était loin d'être ce qu'il est aujourd'hui. Puis, elle trouva aussi la fameuse épée.
Mutoh : Et ?
Linebeck : La suite au prochain épisode !
Mutoh: OH ! T'es pas sérieux...
Linebeck : Bah en fait non. Je poursuis.

Elle s'empara alors de l'épée...

Mutoh : Rappelle-moi de t'étriper avant de partir.

Et ce que vous vous doutiez qu'il arriverait (surtout si vous avez lu le titre du chapitre) arriva.

Zelda 4 : Qu'est-ce qu'on mange ?
Zelda 3 : Ouah, j'me sens bizarre.
Zelda 1 : WHAT THE F...
Zelda 2 : NON, NON et non !
James : ... Mais il ne peut avoir qu'une seule princesse.
Zelda 3 : Alors faisons des élections.
Zelda 1 : On est une monarchie...
Ganon : Je confirme, j'ai déjà essayé.

Mutoh : C'est pas un paradoxe temporel ce que tu viens de faire ? Vu que cette tentation a eu lieu bien après ?
Linebeck : Bah, c'est ce qu'il a dit.
Mutoh : Bizarre, bizarre...
Linebeck : Bizarre, vous avez dit bizarre ? Comme c'est bizarre.

Zelda 1 : Bon, on va faire simple...
James : J'aime la simplicité.
Zelda 1 : On va créer un sanctuaire sous le château d'Hyrule qui sera gardé par un couloir infini et il faudra 70 étoiles pour en voir le bout, puis protégé par quatre éléments qu'il faudra trouver au préalable dans quatre temples à travers tout Hyrule.
James : Je trouve ça... un peu trop simple.
Zelda 1 : Je compliquerai au fil du temps, allez, allons manger.
Zelda 4 : Chic !

Linebeck : Et voilà !
Mutoh : Je ne sais pas trop quoi penser...
Linebeck : Bah alors, te fais pas mal.
Mutoh : Bon, d'accord, dans ce cas, je rentre chez moi. Salut.
Linebeck : Salut.
Ganon : Bisous !
Linebeck : Décidément, tu es partout toi !

Chapitre 12 : Terminus à Termina   up

Linebeck : Bon, bah, puisque tu es là par la magie du non-sens, tu as sûrement quelques anecdotes bien croustillantes non ?
Ganon : Bah en fait puisque t'en parles...
Linebeck : Alors, il faut juste que tu saches qu'on commence toujours notre brève avec une blague nulle.
Ganon : ... Je vais essayer... Alors... Eh ! Un psychopathe, c'est un peu un fou des pâtes. Eh !
Linebeck : Faudrait que j'apprenne à me taire moi.

Parfois, je prends mes vacances, je dis au revoir aux invasions...

Linebeck : Et aux coups d'épée de Link.

Je dis au revoir aux invasions, et je pars très loin. Or, la dernière fois, c'est Majora qui m'invita à passer quelque jours en sa compagnie à Termina. Je pris le premier train Hyrule/Bourg-Clocher avec arrêt au bois perdu.

Linebeck : C'est pas une ligne directe normalement ?
Ganon : Il faut toujours du temps pour le conducteur de lire la carte.
Linebeck : Ah...

Le voyage se passa non sans encombre. Mais au bout du compte, la petite ville de Termina m'accueillit sous les meilleurs hospices.

Habitants : C'EST GANOOOOOOOOOON !
Habitants 2 : AU SECOURS !
Ganon : C'est bon d'être célèbre. Bon, si je ne me trompe pas, Majora vit dans le clocher, juste derrière l'horloge en verre.

Linebeck : C'est pas tout sauf discret comme planque ?
Ganon : Le truc qu'il faut savoir, c'est que Link ne viendra jamais près de l'horloge.
Linebeck : Et pourquoi ?
Ganon : Il a une phobie des aiguilles, donc il n'est jamais vraiment serin-gue.
Linebeck : Elle n'était pas obligée celle-là.

Donc, je rejoignis Majora.

Ganon : (Poussant la porte) Bonjour.
Majora : (Poussant un cri) AAAAAH !
Ganon : (Poussant un soupir) Non mais ça va pas de crier comme ça ?
Majora : (Poussant la chanson) Mais, mais, je suis HEUREUX de te voir, de te voir.
Ganon : (Poussant Majora) J'suis pas venu pour t'entendre chanter.

Linebeck : (Poussant son verre sur la table) T'as fini ?
Ganon : (Poussant, juste poussant) Oui.
Linebeck : (Pou sans un sou pire) Alors arrête.
Ganon : (Pousse en charrette) Arrête quoi ?
Linebeck : (Puissant la porte) Tu sais très bien de quoi je parle.
Ganon : (Puit sans fond) Oui...
Linebeck : (Choucroute) Alors ?
Ganon : Voilà. Content ?

Les retrouvailles laissèrent finalement place à un apéritif dînatoire.

Majora : Alors Hyrule, ça se passa comment ?
Ganon : Fatigué vois-tu, avec Link qui passe son temps à m'exploser la tronche... Je suis au bord du burnout.
Majora : J'ai bien fait de t'inviter, car à Termina, il ne se passe jamais rien.

Comme une moquerie des trois déesses, une explosion retentit à cet instant précis. Nous nous précipitâmes dehors, habillés de façon à passer inaperçus. On se joignit à un regroupement de personnes.

Ganon : Quoi de neuf docteur ?
Talon : Bah c'est l'autre vert là ! Il recommence à chercher des passages secrets partout avec ces bombes, donc forcément, ça fait du dégât.
Mutoh : Et moi, ça me fait du boulot, donc du bénéfice.
Ganon : Le mec en vert, vous allez pas me dire que c'est...

Ganon : Il faut juste savoir que Link est ULTRA impopulaire à Termina, et pour cause, il passe son temps à entrer chez les gens sans frapper. Puis il repart après avoir pillé toutes les maisons.
Linebeck : Ah ouais... Et pourquoi Majora n'est plus aussi maléfique qu'avant ?
Ganon : Ça fait des années que Nintendo ne l'utilise plus, à sa place, moi aussi j'aurai pris ma retraite.
Linebeck : Je trouve ça vexant perso.
Ganon : Tu l'as dit.

Enfin, tu devines la suite, quand Link est là, la tranquillité s'en va. Alors on a décidé un truc.

Linebeck : De retourner à Hyrule afin de profiter de l'absence de Link pour envahir le royaume et enfin régner en maître sur nos pauvres et misérables existences.
Ganon : Ah oui ! J'y avais pas pensé à ça...
Linebeck : Moi je dis, t'as loupé l'occasion de ta vie mon pote.
Ganon : J'suis pas ton pote. J'suis juste bourré.
Linebeck : Toi aussi ?

Non, on a été voir le maire afin de faire un référendum sur la possibilité de renvoyer Link chez lui par le premier train.

Linebeck : C'est à la fois l'idée la plus censée et la plus illogique que tu n'aies jamais eue.

Ganon : Cette idée est la meilleure que je n'ai jamais eue !
Majora : Tu aurais pu aussi profiter de l'absence de Link pour envahir Hyrule et enfin régner en maître sur leurs pauvres et misérables existences.
Ganon : SAPRISTI ! Mais au moins, on passera pour des héros dans CE royaume. Et on passera nos vacances à la plage à se bronzer la pilule.
Majora : Sympathique programme, j'adhère !

Le vote fut serré, mais finalement, la totalité des votes était pour l'exclusion de Link.

Ganon : Le vote fut serré.
Majora : Faut vraiment que tu revoies le sens de certains mots.
Talon : Gloire au peuple !
Mutoh : Mon bonus annuel... envolé...

Ganon : Et depuis Termina est un havre de paix pour nous autres, super-vilains.
Linebeck : ... Bon, je sais où ne pas passer mes vacances alors.
Ganon : T'as tort, tu es d'ailleurs invité à la prochaine réunion annuelle des ennemis de Link.
Linebeck : ... Tu me la refais celle-là ? J'suis invité chez les méchants ?
Ganon : Bah t'es un peu de la famille maintenant, et la famille, c'est sacré.
Linebeck : Je me sens pas bien tout d'un coup. Je crois que je vais aller faire un tour.
Ganon : Bon, bah moi je rentre. Je peux disparaître par la magie du non-sens ?
Linebeck : ... Si tu veux...
/: Merci

Chapitre 13 : Le casting des sept sages   up

Naryu : Coucou me revoilou ! Alors à quoi on joue ?
Barman : ...
Naryu : Y'a plus personne ici ?
Barman : ...
Naryu : Ils sont tous rentrés ? Et dire que j'étais revenue pour raconter une histoire.
Barman : ...
Naryu : Heu... vous voulez entendre mon histoire ?
Barman : ...
Naryu : Parfait, je commence.

Quand il a fallu choisir...

Barman : ...
Naryu : (Le regardant intensément) Je bois vos paroles.

Quand il a fallu choisir les sept sages afin de maîtriser l'équilibre du monde (et je parle bien des sept sages que tout le monde connaît, parce que les autres ne sont que des remplaçants), on n'avait pas trois mille solutions et nous, les déesses, on le savait.

Din : On pourrait prendre des gens au hasard et les nommer sages.
Naryu : Ça ferait pas sérieux quand même.
Din : Ça ferait une continuité avec nous.
Naryu : Habile.
Farore : Hey les filles, vous devriez goutter les gâteaux du cuisinier... Une tuerie.
Naryu : Bah personnellement, je l'aime pas ce cuisinier... Le fait qu'il soit roux, qu'il puisse se transformer en cochon...
Din : Et le fait qu'il parle seul la nuit.
Naryu : M'en parle pas. Depuis que tu me l'as dit, je n'arrive plus à fermer l'oeil. Bon, au sujet de ces sages.
Farore : Il en faut combien ?
Naryu : Je sais pas, c'est pas marqué.
Din : Bah... de manière logique, nommons-en sept.
Naryu : Logique pourquoi ?
Din : Sept comme les doigts de la main.
Naryu : Dit comme ça...

Barman : ...
Naryu : Bah quoi ? On vous a mis dix doigts en vous créant car Din aimait les chiffres ronds, c'est tout. Mais à la base, vous auriez dû en avoir sept.

On avait alors posté une annonce dans le journal, mais personne ne semblait prendre cela au sérieux...

Din : Et si on faisait un casting ?
Naryu : Un casting ? C'est-à-dire ?
Din : Bah, comme un entretien d'embauche.
Naryu : Haaaaaa...
Farore : On offrira des gâteaux ?
Din : Si tu veux...
Naryu : ... Non, ça va pas être du gâteau...
Farore : Ah ! Drôle !

On s'installa derrière une table et on demanda au premier candidat d'avancer.

Naryu : Présentez-vous.
Tingle : Bah voilà, je m'appelle Tingle, j'ai entendu parler de votre offre d'emploi.
Naryu : Oui... vous savez en quoi il consiste ?
Tingle : Pour tout vous dire, je m'en fiche. Mais c'est bien payé ?
Din : Payé ?
Naryu : C'est en quelque sorte du bénévolat vous savez...
Tingle : Bon... je me casse alors, pas de paye, pas de Tingle, c'est tout. C'est par où la sortie ?
Farore : (Agacée) Il y a un trou dans le volcan sur votre droite, c'est dedans.
Tingle : Merci.
Naryu : SUIVANT !

Avança alors une personne dans un fauteuil roulant.

Bicelle : Bonjour, je m'appelle dame Bicelle.
Naryu : Ça va pas être possible.
Bicelle : Pourquoi ?
Din : On prend pas les handicapés. Vous n'êtes pas comme nous.

Barman : ...
Naryu : Quoi ? Mais c'est vrai, manquerait plus qu'ils aient les mêmes droits que vous. C'est pour ça d'ailleurs qu'on les a créés inférieurs.

Donc, on refusa la jeune dame à cause de son problème handicapant (notez mon jeu de mot de mauvais goût).

Naryu : SUIVANT !
? : Promis, je serai sage.
Naryu : SUIVANT !
?? : Je pense que nous sommes en phase.
Naryu : SUIVANT !
??? : Pourquoi j'ai sept doigts ?
Naryu : SUIVANT !
???? : C'est ici la Flander's Company ?
Naryu : SUIVANT !
????? : J'espère que j'aurai un héros comme mari.
Naryu : SUIVANT !

Barman : ...
Naryu : Ouais, je sais, c'est pas facile comme métier DRH.

Din : Et celui-là ?
Naryu : Hhhhh...
Din : C'est vrai que tu es aphone maintenant.
Farore : A force de crier comme un goret.
Naryu : Hhhhh...
Din : Bon, au suivant.
Rauru : Bonjour, bonjour.
Din : Bon, vous êtes venu pour le job et pas pour le buffet au moins ?
Rauru : Bien sûr...
Din : C'est toujours ça de gagné.
Rauru : Mais en quoi il consiste ?
Naryu : HHHHHHHH !
Rauru : Qu'est-ce qu'elle raconte ?
Farore : Elle essaye de dire qu'on ne le sait pas non plus.
Rauru : C'est ballot.
Din : Bête.
Farore : Idiot.
Rauru : C'est tout vous quoi.
Farore : Ah ah ! Tu peux me redire ça en face ?

Et la journée passa tranquillement, enchaînant les candidatures les unes après les autres.

Din : Pfou... j'en peux plus... Bon, on a toujours rien.
Farore : Moi je trouve que celui qui s'appelle Link avait beau genre.
Din : Peut-être un peu jeune pour faire sage, non ? Puis lui je le vois plus dans l'action que dans le spirituel. T'en penses quoi Naryu ?
Naryu : Hhhhh.
Din : Mais oui, c'est clair.
Farore : Au pire, on en prend sept au hasard parmi tous ceux qui sont passés aujourd'hui.
Din : Ça fait pas très professionnel tout ça.
Farore : Et engager une vendeuse de beignets comme déesse, ça fait professionnel ?
Din : ... C'est pas gentil d'être vilaine. Tu seras privée de dessert.
Farore : Oh non ! Naryu, dis quelque chose !

Barman : ...
Naryu : J'ai dit exactement la même chose. Enfin bref. Après, on a donc tiré au sort les sept sages. On avait Rauru, Ruto, Impa, Saria, Nabooru et Darunia... Mais pas moyen de trouver un septième convainquant.
Barman : ...
Naryu : Comment ça je spoil ?

Din : Bon ! C'est pas qu'on devrait se dépêcher, mais c'est bientôt l'heure de mon émission de cuisine préférée. Donc si on pouvait désigner le septième sage que je rentre chez moi.
Farore : Toi la vendeuse de beignets, on ne t'a pas sonnée.
Din : Je vais tellement te mettre la tête dans le volcan.

Quant à moi, je ne trouvais pas mes mots...

Naryu : C'est drôle parce que...
Barman : ...
Naryu : Vous en restez sans voix ?

Din : Bon écoutez, comme on a plus d'idées, on a qu'à prendre une célébrité qu'on nomme septième sage. C'est simple, mais ça marche toujours.
Farore : Mais on n'a pas de célébrité...
Din : Bon bah une personne important. Tenez ! Le roi !

Alors on fit venir le roi d'Hyrule.

Din : Vous refusez le poste ?
Farore : Pourquoi ?
Roi : Si vous croyez que je n'ai que ça à faire. J'ai des responsabilités moi. Je n'ai que faire de vos pinaillages.
Din : C'est pas faux.
Farore : Alors il nous faudrait quelqu'un qui n'a pas d'autres occupations...
Roi : Alors là par contre, j'ai l'idée du siècle. Ma fille, une princesse un peu rebelle. Elle ne fait RIEN de ses journées. Puis ça lui fera les pieds.
Din : Vous êtes au courant qu'elle a de grands risques de subir les assauts de seigneurs démoniaques ?
Farore : Vous êtes sûr de... Roi : MAIS QU'ILS VIENNENT LUI FAIRE LA PEAU, ÇA LUI APPRENDRA LA VIE UN PEU ! VOUS N'IMAGINEZ PAS CE QUE C'EST D'ÉDUQUER UNE GAMINE POURRIE GATÉE !
Din : ...
Roi : ET PUIS SI ELLE MEURT, BAH C'EST PAS GRAVE ! Y'A BEAUCOUP DE MÔMES QUI VOUDRAIENT ÊTRE A SA PLACE !
Din : Vous me faites peur...

Vous imaginez bien sûr ce qu'il se passa, on désigna la jeune Zelda comme étant le septième sage. Ainsi finit notre casting.

Din : Et est-ce qu'à la fin, il n'en restera qu'un ?
Farore : Je pense que tu regardes trop la télé.
Din : Y'a pas de vote du public.
Naryu : Hhhhh.
Farore : (Hilare) Elle, elle a donné sa voix !

Naryu : Et voilà toute l'histoire.
Barman : ...
Naryu : Je sais. Sinon ça va ?
Barman : ...
Naryu : J'adore parler avec vous.

Chapitre 14 : Chicken run   up

Anju : Salut la compagnie !
Naryu : UNE COOOOOOOOPIIIIIIINE !!!
Anju : (Dans les bras de Naryu) ... Vous êtes qui ?
Naryu : Juste une étrangère qui aime prendre les gens dans les bras.
Anju : ... Me faites pas de mal.
Barman : ...
Anju : Hein ? Mais fallait le dire tout de suite que vous étiez venue raconter des histoires. Car moi j'adore les histoires, les histoires que les gens racontent, mais j'ai aussi des histoires à moi, des histoires que j'invente parfois même si les histoires vraies, il n'y a que ça pas vrai ? Mais n'en faisons pas toute une histoire justement. C'est drôle, je viens de faire une histoire drôle, vous avez remarqué ?
Naryu : ... Elle est toujours comme ça ?
Barman : ...
Naryu : Je me disais aussi.
Anju : Allez ! C'est parti !

De temps à autre, lorsque je suis à la ferme, j'aime passer du temps avec mes seules amies : les poules.

Naryu : Elle est vraiment flippante celle-là...

Et on joue à la dînette, je leur apprends à bien se comporter en société...

Anju : Et même que parfois, elles me parlent !
Naryu : Je me sens pas à l'aise là.

Mais ce n'est pas de mes poules dont il s'agit, enfin si, mais pas complètement. Parfois, quand je sors les promener, bah elles courent dans tous les sens et s'échappent. Pourtant je ne veux pas leur mettre de laisses car sous leur plumage, elles ont un coeur qui bat. Mais quand elles s'échappent, je fais toujours appel au meilleur pour m'aider.

Anju : LINK !
Link : Qu'est-ce qu'il y a ? J'ai fait aussi vite que j'ai pu dès que j'ai vu un point d'exclamation au-dessus de ta tête.
Anju : Mes poules se sont encore échappées. Tu peux aller les chercher ?
Link : Encore, mais je n'ai pas que ça à faire. J'ai une princesse à sauver moi.
Anju : Je t'offrirai un bocal.
Link : Allez, la chasse est ouverte !

Je sais que Link me les ramène toujours très rapidement.

Anju : De toute façon, il a intérêt car s'il est trop long, je lui donne pas le bocal, relâche les poules, et lui dis d'aller plus vite.
Naryu : ... Et il le refait ?
Anju : Il veut son bocal.

Anju : Si tu es trop lent, je te garderai à la ferme, je suis sûre que Malon aura du travail pour toi.
Link : De toute façon, on ne l'a plus vue depuis la randonnée équestre.
Anju : Pas faux. Allez, au boulot.

Avec ce genre d'argument, en moyenne, il va chercher les poules sans prises de bec.

Anju : Hi hi !
Naryu : Ça y est, elle a craqué.

Une fois les poules ramassées durant le temps imparti, Link peut enfin repartir sauver l'autre greluche.

Link : Ouais, Allô, Zelda ? Je sais, je suis en retard. Mais j'ai un superbe bocal, il faut que tu le voies.
Anju : Reviens quand tu veux ! J'aurai toujours des poules à aller chercher.

Et je retourne parler avec mes amis, jusqu'à ce que la nuit tombe. Elles me racontent leur vie, je leur raconte la mienne (qui est de m'occuper d'elles), elles me répondent qu'elles savent très bien ce que je fais et on rigole jusqu'au soir.

Naryu : ...
Anju : C'est tout un boulot éleveuse de poule.
Naryu : Je n'en doute pas...
Anju : Mais tu sais, un jour, une de mes poules m'a dit quelque chose de très étrange à propos des trois déesses.
Naryu : Ah ? Elle a dit quoi ?

Alors, c'était un matin, Link n'était pas venu m'aider à retrouver mes poules car je n'avais pas de bocal pour lui. Donc je les cherchais seule, quand soudain, je vis l'une d'entre elles venir me voir et entamer la conversation.

Poule : HEY TOI !
Anju : Oui ma belle, qu'est-ce qu'elle veut la poupoule à sa môman ? Oh oui c'est une gentille poule !
Poule : Hey wesh, tu t'es pris pour une maman poule ou quoi ? Enfin bref, j'suis descendu sur Terre afin de t'parler mamzelle ! Tu as face à toi Dieu himself.
Anju : ... Je l'imaginais moins plumé.
Poule : Enfin voilà, j'ai trois déesses incompétentes là-haut qui crèchent gratis depuis pas mal de temps. Et je me suis dit que j'pourrais en remplacer au moins une. J'ai tout d'suite pensé à toi en remplaçante.
Anju : MOI ? Mais je n'ai pas le diplôme pour...
Poule : Y'a pas d'diplôme pour en être. Y'en a même une qui était mannequine, c'est pour te dire à quel point il faut pas être futé.

Naryu : Je vais finir vexée moi.
Anju : Pourquoi donc ?
Naryu : Nan laisse tomber, et il a dit quoi d'autre ?
Anju : Et bien...

Poule : Écoute, je vais être clair avec toi, je te veux dans mon équipe. Alors prends ce contrat, fais pas attention aux petits caractères, parcours-le vite et signe-le.
Anju : De toute façon, je sais pas lire.
Poule : Encore mieux, allez, signe.
Anju : Mais je sais pas écrire non plus.
Poule : ... C'est pas gagné c't'affaire.
Anju : Mais je peux faire pom pom girl.
Poule : - Je vais la tuer - SIGNE D'UNE CROIX !
Anju : Oui madame. Une croix, c'est bien deux traits ?
Poule : ...

Naryu : Il s'est barré ?
Anju : Oui, il s'est excusé du dérangement, m'a ramené mes poules, alors j'ai fait un effort et lui ai apporté une bouteille vide, c'est comme un bocal au fond. Puis il a disparu dans un nuage de poussière bercé par une musique de Beethoven.
Naryu : ... Je ne sais qu'en penser.
Anju : Moi non plus je ne sais quand penser.
Naryu : ... Oh ! Derrière-toi !
Anju : Cette blague ne marche pas.
Linebeck : Hola mesdames. Alors Anju, on a fait connaissance avec l'oracle des âges ?
Anju : La quoi ?
Naryu : Tu es revenu finalement ?
Linebeck : J'avais une dernière anecdote à raconter avant le retour de Mutoh.
Naryu : Avant qu'il revienne ? C'est si grave que ça ?
Anju : Non, c'est aigu !
Naryu : ... Toi, tu te tais, on finit la brève, pendant la transition, je te dis qui je suis, et après, tu la boucles, on est d'accord ?
Anju : OKAYYYYYYYY !
Linebeck : ... J'ai dû déranger non ?

Chapitre 15 : Le procès de Mutoh   up

Naryu : C'est encore un titre racoleur ?

Lorsqu'il travaillait au village Cocorico...

Naryu : Ah, tu commences direct.
Linebeck : Pas le temps... Alors au village Cocorico...
Anju : JE CONNAIS, C'EST LÀ QUE JE CHASSE LES POULES AVEC LINK !
Linebeck : ...
Naryu : Cherche pas à comprendre, moi aussi j'ai mal à la tête.

Lorsqu'il travaillait au village Cocorico, Mutoh était un charpentier tout ce qu'il y avait de plus normal (scène d'exposition, c'est fait). Et comme tout fonctionnaire...

Naryu : C'est fonctionnaire un charpentier ?
Linebeck : C'est une très bonne question.

Comme tout fonctionnaire, il ne faisait rien.

Mutoh : Rien... rien ?

Rien du tout !

Mutoh : Bon, bah...

Naryu : À qui tu parles mec ?
Linebeck : ...

Mais un jour (événement perturbateur en approche), il fut muté dans la vallée Gérudo pour le colossal (et important) projet de construction du pont reliant la vallée à la plaine d'Hyrule, permettant enfin l'accès à la civilisation pour ce peuple.

Linebeck : Pour des femmes, c'est important.
Naryu : C'est vrai qu'on a créé le machisme dans ce monde...
Anju : Surtout que Ganon est un homme non ?
Linebeck : Heu...

De plus, la prime serait plus grande si la durée du chantier était plus courte. Il accepta car il était à la fois stupide et cupide.

Naryu : Donc on muta Mutoh.
Linebeck : Oui ! On muta Mutoh et il fut muté lorsqu'il monta en moto motorisée mutagène.
Naryu : Oui et d'ailleurs... De quoi ?
Anju : Pas compris.
Naryu : Moi non plus.
Linebeck : Moi de même.

Une fois Mutoh muté...

Linebeck : ...
Naryu : J'ai rien dit.

Il se mit alors au travail et boucla sa construction en une demi-journée à peine (ce qui devait lui rapporter un véritable pactole, et lui permettre de prendre sa retraite anticipée). Oui mais voilà, on l'accusa d'avoir eu recours à des travailleurs clandestins et sous-payés.

Naryu : Forcément... en une demi-journée.
Anju : Moi aussi je trouve ça légèrement long.
Naryu : Toi, t'as rien compris...

Et cette affaire finit au tribunal (fin de l'intro)...

Naryu : Attendez, ce n'était que l'intro ?
Linebeck : Je vais trop vite, c'est ça ?

Et devant la justice...

Juge qui n'aura pas de nom dans cette brève : Vous êtes accusé...
Mutoh : De réception ?
Juge : ... D'avoir engagé des travailleurs.
Mutoh : ...
Juge : ... CLANDESTINS ! Oui, voilà, c'est mieux quand c'est complet. Un truc à dire pour votre défense ?
Mutoh : Je n'ai fait que donner un emploi à tous ces gens.
Juge : Oui mais sous-payé.
Mutoh : Si vous vous attardez sur les détails.
Avocat : Votre honneur, je suis un avocat.
Juge : Seul moi peux en juger.
Avocat : OBJECTION ! Votre chemise est blanche.
Juge : ... Oui... c'est bien maître, taisez-vous maintenant.
Avocat : (À Mutoh) Je l'ai deviné tout de suite.
Mutoh : Qu'est-ce que c'est que ça ?
Juge : Bon... je pense qu'on peut deviner qui est coupable.
Mutoh : D'un côté c'est pas comme s'il était devant vous.
Juge : Vous avez dit quelque chose ?
Mutoh : Je disais que le blanc vous va à ravir vous.
Avocat : Ah ! Tu vois !
Juge : ...

Naryu : Et il fut condamné ou pas ?
Linebeck : Oui.
Naryu : Lourdement ?
Linebeck : Oui.
Anju : Tu ne sais dire que oui ?
Linebeck : Oui.

Juge : Mutoh, vous êtes condamné à détruire ce pont chaque fois que Link ici présent, voudra l'emprunter.
Link : C'est de ta faute alors ?
Avocat : Pour sa défense, c'est à cause de la chemise.
Link : Ouais, mais le rouge grossit.
Zelda : Tu trouves aussi ?
Juge : Au contraire, c'est plus un effet de mode.

Naryu : Ça s'est vraiment passé comme ça ?
Linebeck : Comme je te dis.
Naryu : Depuis quand on se tutoie ?
Anju : C'est triste pour Mutoh. Il reste un charmant jeune homme.
Linebeck : ... Le problème c'est que tu as toujours eu des goûts étranges en garçon.

Les semaines qui suivirent, Mutoh s'occupa donc de dynamiter le pont, de le reconstruire encore et encore...

Link : Ça devient lourd...
Mutoh : On m'a dit, à chaque fois que tu voudras passer.
Link : Je vais juste boire le thé chez Nabooru.
Mutoh : Double raison alors. À chaque fois que vous vous retrouvez, on a l'impression que la guerre va éclater entre nos deux peuples.
Link : Tu dis ça, comme un reproche.
Mutoh : C'en est un.
Link : Ah...

Et depuis, la légende raconte que la nuit, lorsque l'on traverse le pont, on entend la voix de Mutoh et le pont s'effondre alors sous notre poids.

Naryu : C'est absurde.
Linebeck : Et pourquoi donc ?
Naryu : Parce qu'il n'est pas mort.
Linebeck : Si vous vous attardez sur les détails.

Chapitre 16 : Les vacances de la princesse II, le retour   up

Mutoh : Hugh !
Linebeck : Capet.
Naryu : T'as pas finir de dire n'importe quoi ? Ah !
Mutoh : Oui ?
Naryu : Rien, juste un appel de là-haut, je dois vous laisser, mais je reviens dès que je peux (Des ballons d'hélium apparurent et la hissèrent vers les cieux).
Mutoh : C'est vexant de partir quand j'arrive.
Anju : T'inquiète, nous on est là.
Mutoh: Et puis comment elle fait pour traverser le plafond ? Enfin qu'importe.
Linebeck : Et je vais d'ailleurs pouvoir revenir, sur une de mes premières histoires.
Mutoh : Les vacances de Zelda ?
Linebeck : Comment tu sais ?
Mutoh : Le titre.
Anju : Logique.

On avait laissé la princesse mécontente de ses vacances à la plage et voulant l'air frais de la montagne. Elle prit donc le train Hyrule/Bourg-Clocher une nouvelle fois.

Zelda : Il est quand même bien pratique ce train.
Contrôleur : Tiens, c'est vous princesse ?
Zelda : Oh ! Non ! Cette fois, qu'est-ce qui va pas avec mon déguisement ?
Contrôleur : ... Vous avez encore votre couronne.
Zelda : ... Non.
Contrôleur : Si.
Zelda : J'ai jamais eu de carie.
Contrôleur : Je vous jure que... Quoi ?

Puis, elle fit son petit lot de chemin pour atteindre le pic de Termina. Elle avait froid.

Zelda : Si je tenais celui qui a mis de la neige ici...

Puis elle arriva...

Mutoh : Au moins, cette fois tu nous as épargné les détails sordides des environnements.
Linebeck : Je peux me rattraper si tu veux.
Mutoh : NON !

Le pic enneigé n'avait de chaleureux que sa neige ; une lente pluie blanche qui tombait sur la montagne délicate semblait endormir cet ancien champ de bataille. La couverture neigeuse recouvrait la douce terre qui avait vu ruisseler le sang et couler bien des larmes.

Mutoh : Voilà, voilà, voilà.
Anju : Je me sens mal à l'aise.
Linebeck : J'aime bien les descriptions.

Une fois passé le cynisme de ma description et la neige, la princesse arriva enfin à la station de ski, dirigée par les Gorons.

Anju : La station est dirigée par les Gorons ?
Linebeck : Bah oui pourquoi ?
Anju : Ça m'étonne.
Linebeck : Bah tu n'es pas la seule.

Zelda : Des... Gorons ?
Goron : Bah quoi ?
Zelda : C'est étrange.
Ptigoron : Étonnant, non ?

Elle s'installa seule dans sa mignonne suite prévue pour 18 personnes avec petit-déjeuner au lit et ménage toutes les heures, puis alla faire quelques pistes de ski.

Zelda : Comment ça, vous savez que je suis Zelda ?
Goron : Votre visage est reconnaissable quand même.
Zelda : Donc malgré mon déguisement, le fait que j'ai planqué mes tatouages et enlevé ma couronne " non-dentaire ", on me reconnaît encore ? Mes efforts étaient vains ?
Goron : Vous voulez pas skier ?
Zelda : (Les skis à la main) Je veux bien mais on fait comment ?
Goron : Comme on peut.
Zelda : Bon, on va en faire un petit peu, mais pas trop car comme on dit, trop d's...

D'un coup de revers de la main droite, le Goron stoppa cette blague communiste, facile et déjà faite des millions de fois.

Zelda : Mais... vous êtes méchant !
Goron : Pas de blagues faciles, c'est le premier règlement de la station.
Zelda : Personne m'avait jamais frappé, même pas Link.
Goron : ...
Zelda : OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIINNNNNNNNN !!!
Goron : Oh non mais tuez-moi...
Zelda : OUIIIN... C'est vrai je peux ?
Goron : ... Non, non, c'est une expression.
Zelda : Ah... snirf... (tendant les bras) Câlin ?
Goron : C'est...

Mutoh : STOP !
Linebeck : Quoi ?
Mutoh : On connaissait la princesse rebelle, arrogante, directe, sans subtilité... Mais là...
Linebeck : Quand on est violent avec elle, elle redevient inoffensive, cruche et kawaii.
Anju : Là, je la reconnais bien.
Linebeck : On dirait toi en fait.
Anju : Eh !

Zelda : Snif ?
Goron : (Soupirant) Bon, venez dans mes bras. Là... Ça va mieux ?

Après une douce et calme étreinte...

Goron : Qui est une gentille princesse ? Oh oui c'est toi !
Zelda : Arrête ! Tu me chatouilles ! AH AH !

Mutoh : J'espère que tu me diras à la fin qu'il s'agissait d'un rêve. C'est une fin facile, mais je préfère ça plutôt que de m'imaginer la scène.
Linebeck : Tu risques d'être surpris.

Zelda : Surpris par quoi ?

Non rien... Depuis quand tu peux m'entendre ?

Zelda : En fait... je ne le sais pas moi-même. Sinon ça va ?

Plutôt tranquille et toi ?

Zelda : Ça va, ça va.
Goron : On peut retourner à nos skis ?
Zelda : Non, bien que ce dialogue surréaliste m'ait revigoré, il est l'heure de manger... Oh la la ! Je meurs de faim, je pourrais dévorer un octorok !
Goron : Certes.

Le service de restauration de la station goron n'était pas au niveau de la cuisine du château, mais la princesse savait ne pas être difficile.

Zelda : Vous avez quoi ?
Goron : Notre menu se compose de... muffins.
Zelda : ... Et ?
Goron : ... Et quoi ?
Zelda : Vous n'avez pas des tubercules ?
Goron : Qu'est-ce que c'est ?
Zelda : C'est comme des pommes, mais ça pousse dans la terre.
Goron : ... Faudrait trouver un nom plus facile à retenir.
Zelda : Je sais mais je n'ai pas encore trouvé.

Mais, c'est durant la première et seule nuit qu'elle passa ici que tout arriva... Pendant qu'elle se faisait coiffer d'un ruban que deux oiseaux bleus lui avaient apporté, un bruit assourdissant se fit entendre dans le couloir de la station.

*BOOM

Zelda : Qu'est-ce que c'est que ça ? Un séisme ? Un tsunami en haut d'une montagne ? Le retour de Ganon ? Un nouvel album de Lara Fabian ?

N'écoutant que son courage, la jeune princesse...

Zelda: TAIAUT !

Oh et puis zut.

Goron : C'était une bombe ?
Zelda : Laissez-moi passer, j'ai été aventurière. Qui peut être derrière tout ça ?
Goron : Je sais pas.
Goron 2 : Moi non plus.
Goron 3 : Faudrait enquêter.
Link : Salut.
Goron 4 : Et vite.
Goron 5 : Ouais.
Zelda : Même que... LINK !
Link : Bonjour princesse, je peux aider ?
Zelda : ... Tu as utilisé tes bombes récemment ?
Link : Bah bien sûr. Je suis payé par la station pour déclencher des avalanches.
Ptitgoron : Étonnant, non ?
Zelda : ... Et tu... sais skier ?
Link : Je sais pas, j'ai pas encore eu de skis dans mon inventaire.

Et ainsi, ils descendirent de la montagne à cheval... à skis.

Zelda : OUUUUUUUUUUUUUAAAAAAA !
Link : Et comme on dit, trop d'sk...

D'un revers de la main droite, le Goron surgit de n'importe où et mit fin à cette blague prévisible, trop faite et blablabla...

Link : OUIIIIIIIIIINNNNN !
Zelda : AH ! Chacun son tour !

Linebeck : Voilà.
Mutoh : Je... Quoi ?
Anju : J'ai dû perdre le fil à un moment.
Mutoh : Surtout que cette fin n'en est pas une.
Anju : Et que c'était n'importe quoi surtout.
Linebeck : Tu es un peu difficile aussi.
Mutoh : C'est parce que tu détruis l'image de la princesse.
Linebeck : Ouais, mais qu'est-ce que croient les gens ? Que c'est une jeune femme stupide, naïve et superficielle ?
Anju : Tu ne vas pas te faire que des amis en disant ça...

Chapitre 17 : RDMQNSPAGCMQMJARALPDCFEJSSQVAELFDLLSDLEE   up

Anju : C'est un vrai mot "RDMQNSPAGCMQMJARALPDCFEJSSQVAELFDLLSDLEE" ?
Mutoh : Je sais pas... Je sais plus...
Linebeck : Laissez-moi vous présenter le seul, l'unique, le formidable, l'incroyable, l'extraordinaire...
Mutoh : Le modeste.
Linebeck : J'allais le dire. Enfin bref, le grand Règlement Des Méchants Qui Ne Sert Pas A
Grand-chose Mais Quand Même J'Ai Réussi À Le Placer Dans Cette Fic Et Je Suis Sûr Que Vous Avez Eu La Flemme De Lire La Suite De Lettres En Entier.
Anju : DQ ?
Mutoh : Hein ?
Anju : De quoi ?
Linebeck : Il s'agit, comme son nom l'indique, d'une liste de règles que les grands-méchants de jeux-vidéos doivent respecter.
Mutoh : Jamais entendu parler.
Anju : Normal, on n'est pas des méchants.
Mutoh : C'est vrai, alors que Linebeck lui...
Linebeck : Ça devient vexant.
Mutoh : Poursuis je te prie.

Avant de parler plus en détail de son contenu, il me paraît opportun et surtout primordial de parler de sa conception.
Il y a bien longtemps, une nuit où trois déesses se reposaient suite à leur casting des sept sages...

Linebeck : Comment ça une continuité entre les chapitres ?
Mutoh : Une fois de plus...
Anju : Tout est lié !

... À leur casting de ceux qui allaient devenir les sept sages donc, un bien étrange homme, mi roux, mi cochon (si c'est bien comme ça qu'on peut le définir) se rendit à son rendez-vous hebdomadaire des méchants anonymes. Comme il s'agit d'une réunion d'anonymes, il mit un sac papier sur sa tête. Ce qui le rendait parfaitement ridicule mais passons. Pour ne pas dévoiler leur identité, nous les nommerons par des noms plus simple à retenir... Ici, notre roux/cochon s'appellera Simplet.

Prof : Donc nous pouvons commencer. Et nous accueillons un nouveau membre parmi nous ! Peux-tu te présenter pour les autres ?
Timide : Bah voilà je m'appelle Timide.
Tous : Bonjour Timide !
Prof : Et que viens-tu faire ici ?
Timide : Je me suis fait encore mettre une raclée par mon rival.
Atchoum : Je te plains tellement, moi ça m'arrive tout le temps.
Prof : Ici, nous sommes tous un peu névrosés tu sais.
Joyeux : Ce n'est pas une raison pour se miner.
Simplet : Mes camarades, je pense que nous devrions établir un règlement de conduite entre nous.
Prof : C'est bien comme idée Simplet, et d'où t'es venu une pareille illumination ?
Simplet : De ma cuisine.

... Quel document poignant !

Prof : Bien établissons sur le champ ces règles. Ce sera notre ordre du jour.
Grincheux : Je trouve cela ridicule.
Prof : Vous verrez, dans dix millénaires, on parlera encore de nous.
Dormeur : Dix millénaires, ça vous flanque un de ces torticolis !
Grincheux : Ça lui monte à la tête si je puis dire...

C'est après cette jolie phrase et ce jeu de mot douteux, que commença l'ébauche de ce fameux et futur grand RDMQNSPAGCMQMJARALPDCFEJSSQVAELFDLLSDLEE.

Anju : Je me demande à quel moment est venue l'idée d'un tel nom.

Ceci étant dit, ceci étant fait, l'heure est venue de vous le dicter.

Règle n°1 : Tu ne tueras point

Mutoh : ...
Linebeck : C'est bon, je plaisante... Un peu d'humour ne fait de mal à personne.
Mutoh : En plus tu as de la chance, j'aime qu'on se paye ma tête.
Linebeck : ... Hem... Je disais donc...

Règle n°1 : Ta défaite tu admettras
Règle n°2 : Mais essayez de gagner, quand même tu feras

Mutoh : ...
Linebeck : Cette fois-ci, c'est vraiment écrit.

Règle n°3 : Un combat épique, de donner tu essayeras
Règle n°4 : Sinon tant pis, l'histoire de toi ne se souviendra
Règle n°5 : Cette règle est vraie
Règle n°6 : De venir dans les éventuelles suites, tu t'abstiendras

Linebeck : C'est celle que pas grand-monde respecte celle-là.

Règle n°7 : De jolies phrases faussement grandioses, tu feras
Règle n°8 : D'un grand rebondissement scénaristique... Non, ça tu n'es pas obligé
Règle n°9 : De l'originalité, tu auras
Règle n°10 : La règle n°5 est fausse
Règle n°11 : Bonjour

Mutoh : Genre il y a ça dans le règlement ?
Linebeck : Bah, faut dire qu'ils étaient plus très frais au bout de trois heures.
Anju : Y'a combien de règles ?
Linebeck : 42 pourquoi ?
Anju : C'est un chiffre qu'ils ont choisi...
Linebeck : Complètement par hasard, parfaitement.

Règle n°12 : Respecter les autres méchants, tu feras
Règle n°13 : Compatissant envers leurs défaites, tu seras
Règle n°14 : Des contrats de beaux combats, tu feras
Règle n°15 : Toujours faire exprès de perdre, tu feras

Mutoh : Mais parfois ils...
Linebeck : Je sais, c'est pour cela qu'il y a la règle 16.

Règle n°16 : Mais si tu veux gagner, te gène pas

Mutoh : Je me disais aussi.
Anju : Il y a la réponse à tout dans ce règlement ?
Linebeck : Qui sait ?

Règle n°17 : Combattre la concurrence, tu n'hésiteras pas
Règle n°18 : Le règle n°10 est vraie
Règle n°19 : Ces règles sont un peu n'importe quoi
Règle n°20 : L'argent n'est pas une raison valable
Règle n°21 : Les femmes n'ont plus

Mutoh : Pour le coup de l'argent, ça te discrédite tout de suite.
Linebeck : ... Peut-être mais j'ai de la répartie. Toi c'est pour les femmes que tu es discrédité.
Anju : Tu es méchant, ce n'est pas parce qu'il est repoussant que forcément...
Linebeck : T'es pire que moi, toi.

Règle n°22 : Évitez le coup du meilleur ami, tu essayeras
Règle n°23 : Un look atypique, tu auras
Règle n°24 : Si tu trouves deux règles qui s'opposent, garde ça pour toi
Règle n°25 : Pour toute recommandation, prenez un ticket et faites la queue

Anju : C'est par où ?

Règle n°26 : Un méchant est un méchant, retiens bien cela

Mutoh : Merci de le préciser, j'ai toujours un doute.

Règle n°27 : Parler normalement est plutôt recommandé pour être compréhensible

Mutoh : Parce que ces règles sont bien écrites peut-être ?
Linebeck : Je t'avais prévenu qu'ils n'étaient plus très frais.

Règle n°28 : Une coiffure impeccable, tu auras
Règle n°29 : La règle n°5 est vraie
Règle n°30 : Enlève ou tue un des amis du héros, parce que c'est rigolo
Règle n°31 : Penser à refermer le robinet après s'être lavé les mains

Linebeck : Certaines de ces règles doivent être appliquées par tout le monde.

Règle n°32 : Arrête de te plaindre !
Règle n°33 : Ne jamais se marier, ne jamais avoir d'enfant et surtout n'avoir aucun ami
Règle n°34 : Tout loisir est proscrit
Règle n°35 : Il fait beau non ?

Mutoh : ...
Anju : Bah, ça s'est vachement couvert depuis hier je trouve.
Linebeck : ... Elle est tout le temps comme ça ?
Mutoh : Alors, Anju, on va faire un jeu. À partir de maintenant, tu la fermes.
Anju : Oki.

Règle n°36 : D'avoir un repaire classe, tu essayeras
Règle n°37 : Éviter la fin où tu apprends que c'est un rêve
Règle n°38 : Faire mine d'attendre le héros, en toute circonstance, tu feras

Linebeck : Primordial pour être pris au sérieux et garder son prestige lors du combat final.
Anju : ...
Mutoh : C'est quand même bien mieux quand elle dit rien.

Règle n°39 : Prie pour ne pas tomber sur un joueur faisant un tool-assisted speedrun
Règle n°40 : Philosopher sur le monde, tu feras
Règle n°41 : La règle n°5 est en fait... Je sais plus
Règle n°42 : Choucroute

Linebeck : Ce règlement est maintenant placardé dans tous les repaires de super-vilains.
Mutoh : Au sujet de ce cuisinier mi-roux/mi-cochon...
Linebeck : Je n'ai aucune idée de qui il s'agit.
Mutoh : ... Ouais, sans doute un personnage sans importance.
Anju : ...
Mutoh : Tu peux reparler maintenant.
Anju : Aaaaaah... Je te remercie parce que quand même, j'avais envie de parler depuis tout à l'heure. Mais tu as vu, j'ai réussi à m'abstenir. Bon, je me saoulais seule dans ma tête, mais au moins tu ne m'entendais pas. Et heureusement parce que sinon je pense que tu m'aurais frappé violemment et j'aurais sans doute eu très mal et...
Mutoh : Je regrette déjà...

Chapitre 18 : Et si Ganon... était le véritable héros   up

Anju : Bon... Faut que je rentre chez moi... J'ai des poules avec qui parler. Bisous !
Mutoh : À la prochaine.
Linebeck : Y'a beaucoup d'allées et venues ici...
Mutoh : Bon, à moi ! J'en ai une pas mauvaise à te raconter. Tu te souviens probablement de Ganon ?
Linebeck : L'homme mi-roux/mi-cochon ? Oui pourquoi ?

Tu ne t'es jamais demandé comment serait Hyrule si en fait... Ganon était le véritable héros ?

Linebeck : Je dois avouer que je me pose ASSEZ rarement la question.

Moi aussi, mais figure-toi qu'un jour, ça a fini par arriver.

Linebeck : Alors là, va falloir m'expliquer.
Mutoh : J'y viens.

Il eut un jour, où les déesses avaient fumé on ne sait pas trop quoi et décidèrent d'inverser les rôles. Ainsi, Link devenait le méchant alors que Ganon devenait le héros. Et cela changea beaucoup d'a priori.

Hylien : Regardez-le ! Il est habillé en vert. Bah ! C'est ridicule.
Hylien 2 : Hey ! Tête de haricot !
Hylien : Et regardez ! Lui il est roux !
Hylien 2 : Ouais ! Comme notre héros Ganon.

Linebeck : Tu es en train de dire que c'est à cause de Nintendo qu'il y a des blagues sur les roux ?
Mutoh: C'est que mon interprétation mais je la trouve sympa.
Linebeck : Touché.

Et c'est à Rauru, alors messager pour les trois déesses en intérim (et sage en CDI) que fut confiée la tâche d'annoncer la nouvelle aux deux principaux concernés. Tout d'abord devant Ganon :

Rauru : (Apparaissant soudainement) Bonjour, ne soyez pas surpris.
Ganon : Salut.
Rauru : ... Vous n'êtes pas surpris de me voir débarquer comme ça ?
Ganon : ... C'est vous qui m'avez dit...
Rauru : Oui mais on ne se connaît pas.
Ganon : Tu es un des sept sagess que je séquestre quand il n'y a rien à la télé.
Rauru : ... C'est pas faux. Bon, je vais faire simple ; à partir d'aujourd'hui tu es héros. Voilà, youpi, voilà ton contrat, un stylo, ton nouveau costume et ce magnifique petit chapeau festif.
Ganon : Je te sens heureux pour moi... Ça fait plaisir.
Rauru : Bah, moi ça m'arrange pas. Maintenant je vais devoir me faire agresser par un nabot vert en collant... Y'a plus glorieux comme destin.
Ganon : ... Je te l'accorde.
Rauru : Mais il y a ce petit chapeau festif sur ma tête pour montrer que je partage une joie toute relative.
Ganon : ... Mouais...
Rauru : Bon, je te laisse, j'ai l'autre gamin à aller informer. Tchao !

Linebeck : Ce mec a l'air complètement à côté de la plaque.
Mutoh : Et encore tu n'as pas tout vu.
Linebeck : Tout entendu.
Mutoh : Pardon ?
Linebeck : Tu me racontes une histoire, je ne vois rien, j'entends.
Mutoh : Tais-toi. Tout de suite.

Donc, Rauru arriva devant Link :

Rauru : Yo.
Link : T'as laissé tomber la politesse on dirait.
Rauru : Bon... Je vais pas y aller par quatre chemins.
Link : Surtout que ça n'a pas grand intérêt.
Rauru : ... Tu es le nouveau méchant.
Link : Pardon ?
Rauru : Allez, salut.
Link : 'Tend, 'tend ! Je suis le quoi ?
Rauru : (Soupirant) Te voilà promu nouveau méchant à la place de Ganon qui devient héros. Est-ce que tu as remarqué mon magnifique petit chapeau ?
Link : Il est festif.
Rauru : C'est fait pour.
Link : Ah...

Ainsi pouvait débuter la nouvelle vie de Ganon en tant que héros.

Ganon : Et oui ! Car maintenant, tout le monde me kiffe !
Hylienne : AAAAAAAAAAAAAAAAH !
Hylienne 2 : Je veux un enfant de toi !
Ganon : AH AH ! Je sais !

Et... celle de Link...

Link : Bonjour.
Hylienne : Bouh ! Le vert, c'est démodé.
Hylienne 2 : Tellement 1986.
Hylienne : C'est devenu commercial...

Linebeck : Un peu comme tes histoires.
Mutoh : C'est ça la célébrité.
Linebeck : C'est pas faux.

Néanmoins, on en revient au problème principal... Un ancien seigneur maléfique désormais héros... Ça laisse des séquelles.

Ganon : J'aime les gens, j'aime sauver, j'aime l'argent.... L'apaisement des esprits quand je sauve le royaume. Les entendre crier... M'acclamer pardon...
Hylienne : Heu... vous allez bien ?
Ganon : SILENCE FEMELLE !
Hylienne : Vous allez avoir des problèmes avec les Femmes Engagées, Matrones et Moribondes des Environs.
Ganon : Je comprendrai jamais pourquoi cette appellation...
Hylienne : Moi non plus je vous rassure.

La fatigue gagnait peu à peu notre seigneur...

Ganon : La fatigue me gagne peu à peu.

Et l'envie de répandre le mal lui revenait.

Ganon : Et l'envie de répandre le mal me revient.

Alors...

Ganon : Alors... pardon.

Mutoh : C'est toujours étrange quand un personnage de fiction interagit avec le narrateur.
Linebeck : Je ne peux qu'approuver.

Ganon : Link !
Link : Ganon ! J'en peux plus ! Des moqueries d'un bout à l'autre du royaume m'épuisent au plus haut point.
Ganon : Moi c'est pareil, mais sans les phrases bien tournées.
Link : On échange ?
Ganon : Comment qu'on fait ?
Link : C'est pas français ça tu le sais ?
Ganon : Comment qu'on s'est qu'on fait ?
Link : Laisse tomber...

Soudainement, surgit Rauru...

Rauru : Entrée stylée !
Link : Toi !
Ganon : Toi !
Rauru : Bon... Il semblerait qu'une légère erreur ait été commise au service des dieux là-haut...
Ganon : Sans blague ?
Link : Explique.
Rauru : Bah en fait... Les déesses voulaient juste un peu d'originalité dans vos conflits... Mais pas un échange de rôle. C'est moi qui ai mal recopié ce qu'on me disait.
Link : ... Je crois mon cher Ganon...
Rauru : Donc, laissez-moi vous offrir en tant que modalité de remboursement, ce magnifique petit chapeau festif afin d'égayer vos soirées.
Ganon : Oui mon cher Link ?
Rauru : Regardez il est joli non ?
Link : Qu'aujourd'hui exceptionnellement, on va séquestrer un sage, ensemble.
Rauru : Et il brille dans le noir.
Ganon : Aujourd'hui exceptionnellement j'accepte... C'est jour de fête qu'on pourrait dire.
Rauru : On ne sait jamais, si vous n'avez plus de bougie vous pouvez vous en servir et... Ah... ça va couper...

Mutoh : Voilà, c'était la fabuleuse histoire où Ganon fut héros.
Linebeck : ...
Mutoh : On comprendra donc qu'un méchant qui devient héros fera une névrose.
Linebeck : Ah oui... La morale...
Mutoh : De plus le héros ne se sentira plus à sa place.
Linebeck : Bien sûr.
Mutoh : Et le sage prendra cher.
Linebeck : Comme toujours.
Mutoh : Tu m'écoutes ?
Linebeck : Oui moi aussi j'aime le cassoulet.

Chapitre 19 : L'oubliée   up

Linebeck : Nan mais c'était une boutade... Bien entendu que je t'écoutais.
Mutoh : Et je racontais quoi ?
Linebeck : ... Une recette de choucroute ?
Mutoh : C'est quoi cette manie avec la choucroute ?
Linebeck : Je ne sais pas moi-même.
? : Salut !
Linebeck : Plaît-il ?
Mutoh : Moi de même ?
Linebeck : Malon ?
Malon : Et oui, c'est moi ! Je suis rentrée !
Linebeck : Attends, attends... On ne t'a pas revu depuis la randonnée équestre... Depuis que Link t'avait donné le rôle de distribuer des boissons à l'intérieur d'un volcan.
Malon : Plus jamais Link comme organisateur de course. Il a tendance à proposer des trucs qu'il fait d'habitude pour sauver Zelda.
Linebeck : Qu'est-ce qu'il t'est arrivé alors ?

Et bien pour faire simple j'ai...

Mutoh : C'est sans doute le plus beau début de brève qu'on ait fait jusque-là.
Malon : Mais de quoi tu parles ?
Linebeck : Alors peut-être faut-il signaler que l'on renvoie à la brève numéro 7 ?
Mutoh : Sans aucun doute.
Malon : Gné ?

Lorsque Linebeck me laissa seule face à l'immensité du volcan qui me servait de stand à boissons, je me pris un éboulement de plein fouet.

Linebeck : D'un côté, ce n'est pas faute de t'avoir prévenue.
Malon : J'écoutais pas... C'est tellement rare quand tu dis des choses pertinentes.
Linebeck : Touché.

Plusieurs jours plus tard, alors que la course était terminée et que tous les concurrents avaient dû faire un détour en m'ignorant royalement, je réussis enfin à m'extirper des rochers. Les habits déchirés, le corps en sang et la barbe de trois jours...

Malon : Ce n'est pas vraiment ce que je voulais dire.
Mutoh : Je me disais aussi.

Je titubais sur le chemin du retour car en effet, j'avais mal. Mais j'aurais pu rentrer à Hyrule bien plus vite si un groupe de Gerudos, qui passait par là purement par besoin scénaristique, ne m'avait pas emmenée dans la folle aventure que je vais vous conter.

Gerudo 1 : On l'embarque ?
Gerudo 2 : Comme toute étrangère, oui.
Malon : Je vous jure que je suis une Hylienne.
Gerudo 3 : (Lui donnant une gifle) ON NE JURE PAS JEUNE FILLE !
Gerudo 1 : Alors on l'embarque ?
Gerudo 2 : Ça fait longtemps qu'on n'a rien ramené à manger.
Malon : Vous mangez les gens ?
Gerudo 2 : Non, c'est juste une blague. Ah Ah ! Tu m'as l'air tendre toi.
Malon : Gloups.
Gerudo 1 : On l'embarque ?
Gerudo 3 : Bon, on se calme et on réfléchit.
Gerudo 1 : On l'embarque ?
Gerudo 3 : DEUX SECONDES !
Gerudo 1 : Oui maîtresse.

Malon : Et je me fis embarquer.
Linebeck : Ouah ! Qu'est-ce qui les a convaincues ?
Malon : Je suis tendre.
Mutoh : Bah ouais, pas dur.
Linebeck : Tu mériterais une amende pour celle-là.

Je me fis transférer du fameux volcan jusqu'à la Vallée Gerudo à dos de dromadaire.

Linebeck : Pourquoi en dromadaire ?
Malon : Parce qu'il y a du sable.
Mutoh : Mais oui. Attends quoi ?

La grandeur du domaine gerudo n'avait d'égal que sa magnificence. Ce qui ne signifie pas grand-chose, en effet, on en a très vite fait le tour et c'est absolument laid. Mais chut, il ne faut pas leur dire.

Gerudo 3 : (Lui donnant une gifle) PAS DE SECRET JEUNE FILLE !
Gerudo 1 : On l'embarque ?
Gerudo 3 : ... C'est ce qu'on fait tu sais ?
Gerudo 1 : Ah oui.

Je profitai alors d'un moment d'égarement de leur part afin de m'enfuir discrètement.

Malon : YOLOOOOOOOOOOOOOOOOO !

Mais je me retrouvai prisonnier du désert bien vite. La tempête faisait rage, je n'avais aucune idée d'où je me trouvais...

Mutoh : Dans un désert.
Malon : Oui ?
Mutoh : Tu étais dans un désert.
Linebeck : ... C'était rhétorique Mutoh.
Mutoh : Mais moi tu sais, je suis charpentier, pas intelligent.
Malon : Donc moi, parce que je suis fermière, je suis stupide ?
Mutoh : Je n'ai pas dit ça.
Linebeck : Tu l'as pensé tellement fort que même Ganondorf t'a entendu.
Ganon : Je confirme.
Linebeck : Mais arrête d'apparaître n'importe comment toi !
Ganon : Désolé... Je repars.
Mutoh : Et ensuite Malon ?

Epuisée, mes jambes finirent par me lâcher, et je m'écroulais alors sur le sable fin. Face au ciel, je sentais mes dernières forces m'abandonner et je fermais les yeux. Je sortais avec stupeur de mon sommeil.

Mutoh : Tout cela n'était qu'un rêve ?
Linebeck : Tu ne vas pas nous faire ce coup-là ?
Malon : Quoi ? Mais non ! J'étais vraiment dans le désert mais quelqu'un m'a secourue.

Je pouvais apercevoir une silhouette féminine près de moi. Et je me rappelle exactement ce qu'elle me disait :

? : Cesse donc de bouger, ta douleur ne pourrait qu'empirer. Je t'ai recueillie inconsciente dans le désert et mon aide n'était pas de trop j'espère ?
Malon : Hein ? Non ça va merci. Dites, on ne se connaît pas ?
? : Je n'ai pas cette chance, mais maintenant que j'y pense, ne serais-tu pas la jeune fermière, qui donna son cheval au héros légendaire ?
Malon : ... Si... Mais comment vous saviez qu...
? : Repose-toi maintenant, promis je m'occupe de toi en attendant.

Mutoh : Personnellement j'ai trouvé l'identité de ce personnage.
Malon : Je suis curieuse, elle ne me l'a jamais dit.
Linebeck : Comment ça ?
Malon : Bah en fait... Elle m'a demandé de l'argent en échange de son hospitalité, alors je suis partie au plus vite sans demander mon reste.
Mutoh : Même pas étonnant.

Ma fuite m'emmena au plus profond des bois perdus...

Linebeck : Y'a-t-il une logique dans tes déplacements ?
Malon : Si je te dis que je suivais le destin, tu y crois davantage ?
Linebeck : Oui, parce que le destin, je connais.

C'est dans ces bois que je fis une rencontre inoubliable. Alors pour remettre dans le contexte, j'étais perdue et au moment où je me dis qu'il était l'heure de mon feuilleton préféré, il me vint en aide. Son nom était anglais, mais on s'en souvient assez facilement : Skull Kid.

Skull Kid : Hello ! Tu veux jouer avec moi ?
Malon : Heu... Bonjour... enfin je suppose...
Skull Kid : Tu es perdue ?
Malon : Complètement paumée.
Skull Kid : Ce sont des choses qui arrivent. Mais si tu veux, je peux t'aider à rejoindre la ville la plus proche, tu verras, on s'amuse bien.
Malon : Bon, je veux bien faire un peu de route avec toi. Moi c'est Malon, et toi ?
Skull Kid : Skull Kid, mais tout le monde m'appelle Billy.
Malon : Enchantée.

On fit un bout de route ensemble, on sympathisa, et finalement, on arriva à Termina.

Linebeck : Plus tu essaies de rejoindre Hyrule, plus tu t'en éloignes.
Malon : Le destin est tenace.

On put enfin se poser, Billy et moi, dans un campement de fortune aux abords de Bourg-Clocher, parce que du fait de son physique repoussant, il n'est jamais le bienvenu. Alors on fit un petit jeu. Très simple, on devait voler des objets aux personnes que l'on croisait.

Malon : Et c'est à ce moment-là que tout rentra dans l'ordre. En effet, au milieu des gens qu'on pillait, il y eut un vendeur qui était endormi. Sur lui, et donc comme butin, il y avait une carte d'Hyrule extrêmement bien détaillée. Je laissai donc Billy et regagnai mon royaume natal. Et me voilà !
Linebeck : Eh bien, tu as fait plus de choses que moi en suivant Link pendant plusieurs semaines.
Mutoh : En tout cas, on est contents de te savoir en pleine santé.
Malon : Merci, il faut juste que je me rachète des vêtements, parce que ces trucs déchirés... J'en peux plus. Sur ce, je me retire.
Mutoh : Attends ! Juste avant que tu ne partes, qu'est devenu Skull Kid ?
Malon : Oh lui ! Il semblait heureux de sa dernière trouvaille sur le vendeur endormi, un étrange masque en forme de coeur.

Chapitre 20 : Les aventures de Ganondorf   up

Mutoh : Il semble plus qu'évident qu'un Mojo en train de cuire n'a pas été cru.
Linebeck : Par pitié, arrête ça où je quitte la fan fiction.
Mutoh : Tu es au courant que cela ne va pas me faire arrêter ?
Linebeck : Je m'en suis rendu compte en le disant.
Mutoh : Bon... Il est à peu près deux heures de l'après-midi... Je suis fatigué de toutes ces révélations... Si tu as une histoire pour remonter un peu mon intérêt... Je suis preneur.
Linebeck : Et bien encore une fois, ta phrase tombe à pic, je t'ai justement fait une petite sélection pas piquée des hannetons.
Mutoh : C'est nul comme réplique.
Linebeck : Ouais je sais... On y va ?
Mutoh : J'suis chaud.

Quand on pense Ganon, on pense toujours au fait que c'est un méchant...

Mutoh : Sauf quand il devient héros.
Linebeck : Oui c'est vrai. Ça fait combien de temps qu'on détruit l'histoire ?
Mutoh : Environs 19 chapitres.
Linebeck : Habile.

Mais, avant il existait un autre Ganon, à l'époque où Ganon n'avait pas encore essayé de soigner sa grippe, d'être élu démocratiquement dans une monarchie de droit divin, de prendre des vacances à Termina, de créer un règlement ou encore de changer de place avec le héros. Notre seigneur n'était pas encore devenu un véritable grand méchant, et voulait juste être riche, tout simplement. A noter qu'il deviendra réellement maléfique suite à sa première défaite face à Link. Ce qui aurait pu faire une superbe histoire où le grand méchant redevient vraiment méchant à cause du héros en lui-même.

Linebeck : Ce qui, en tant que mise en abyme est absolument parfait tu avoueras.
Mutoh : Effectivement, mais ça m'est complètement égal.

Un soir, alors qu'il se faisait une coiffure impeccable parce que la coiffure de Ganon est toujours impeccable.

Ganon : (Fier) Et ce n'est pas une teinture !

Il commença alors à établir un plan...

Ganon : Je mettrai la cuisine là et le salon là.

Mais il échafauda aussi un nouveau plan pour devenir riche. Mais pour cela il lui manque quelque chose.

Mutoh : Du charisme ?
Linebeck : Alors il lui manque deux choses.

Car en effet, il remarqua que pour être riche, il suffisait de vendre des objets rares. Et pour cela, il fallait des choses rares. Donc, il fallait en trouver. Donc il faut partir à leur recherche. Et c'est donc le début de la grande aventure de Ganondorf.

Mutoh : Ça fait beaucoup de chasseurs de trésors.
Linebeck : J'ai toujours aimé Jurassic Parc.
Mutoh : Quoi ?

Nous le retrouvons alors...

Mutoh : Mais ça n'a rien à voir !

Nous le retrouvons alors dans une grotte paumée dans un coin tout aussi paumé.

Ganon : Mais fort sympathique au demeurant.

Mais fort sympathique au demeurant, parfaitement, dû surtout au fait qu'il y fit une rencontre très important et qui encore une fois me fait dire que tout est lié entre les chapitres.

Link : OH BONJOUR ! Et bienvenue dans ma modeste boutique.
Ganon : Bonjour jeune hurluberlu. Tu vends quoi ?

Mutoh : QUESTION !
Linebeck : Ça faisait longtemps.
Mutoh : Donc, si je comprends bien, il ne connaissait pas encore Link, et le rencontre par hasard lors d'une chasse au trésor.
Linebeck : Exactement Laurent.
Mutoh : Non moi c'est Mutoh.

Link : Je vends de tout dans ma boutique, mais surtout des graines mystères. Tu vas voir, c'est comme de la drogue, mais en plus légal.
Ganon : Alors pourquoi tu te planques dans une grotte paumée ?
Link : Parce que... je n'ai eu aucun emplacement sur le marché d'Hyrule. Tu m'en prendras bien quelques-unes ? Je te promets qu'en plus d'être légales, ces graines peuvent te rendre riche et puissant à Hyrule.
Ganon : Sérieusement ?
Link : Bien sûr que oui !

Après s'être ruiné dans cet achat en pensant pouvoir le revendre plus cher, le seigneur du mal fit demi-tour, abandonna l'idée de trouver cette lame légendaire, et partit de ce pas vers la ville.
Sauf que voilà...
...

Mutoh : Oui ?
Linebeck : Y'a une mouche qui tourne autour de moi.
Mutoh : On s'en tape.
Linebeck : C'est une grosse mouche. Et tu ne sais pas de quoi elles sont capables.
Mutoh : Ça, c'est sûr...

Sauf que voilà, les graines mystères sont illégales à Hyrule. Alors le brave (et pas encore mal-aimé) Ganon se fit arrêter par la garde d'Hyrule.

Garde 1 : Suivez-nous sans faire d'histoires.
Ganon : Et si je ne veux pas ?
Garde : Vous serez persécuté dans tout Hyrule.
Ganon : ...

Persécuté dans tout Hyrule, Ganon retourna dans la grotte où il avait rencontré ce fameux Link.

Mutoh : Ce nom me dit quelque chose.
Linebeck : Tu penses que ça serait un beau nom pour un héros.
Mutoh : ...
Linebeck : ...
Mutoh et Linebeck : NOOOON ! Ah ah !

Mais, nulle trace de l'énergumène. Alors, au plus profond de la grotte, Ganon fit une rencontre des plus originales... Encore.

Ganon: Salut, t'aurais pas vu ce drôle de marchand habillé en vert ? Il m'a escroqué sur les graines mystères.
Zelda : ... T'es qui toi ?
Ganon : Juste un client mécontent.
Zelda : Il est parti en courant après que je lui ai acheté des graines mystères.
Ganon : Bah ne tente pas de les vendre à Hyrule, c'est illégal.
Zelda : Je ne savais pas.
Ganon : Moi non plus.
Zelda : Merci du conseil. Allez salut, une épée mythique m'attend.

Une fois la princesse partie, Ganon fit un monologue de fin de brève :

Ganon : Ce petit bonhomme m'a escroqué... Le monde n'est pas aussi bien que je le pensais... Il faut le purger... Je façonnerai un monde meilleur, un monde à mon effigie et je deviendrai tout puissant. La royauté n'a qu'à bien se tenir, je serai le pire des seigneurs... Un seigneur... Il me faut un nom qui claque... Seigneur... Saigne heure... Prince démon... Petit prince... Choucroute... JE SAIS ! SEIGNEUR DU MALIN !

T'as trouvé ça tout seul ?

Ganon : Non, en fait c'est marqué sur mon CV Nintendo.

Mutoh : DONC ! Si je résume bien. Ganondorf est devenu Ganondorf à cause de Link, qui vendait de la drogue dans une grotte loin d'Hyrule.
Linebeck : Parfaitement.
Mutoh : Y'a un truc qui me chiffonne, Link était encore un enfant quand Ganondorf était déjà maléfique non ?
Linebeck : ... Oui... Mais sérieusement, t'as déjà essayé de faire un scénario logique lorsque la chronologie Zelda est déjà du grand n'importe quoi ?
Mutoh : J'avoue.

Chapitre 21 : Un petit coup de pouce   up

Mutoh : Je n'ai jamais compris cette manie de planquer des objets dans des donjons.
Linebeck : Pour faire simple, c'est une sorte d'épreuve pour savoir si tu es digne de les utiliser.
Mutoh : Et alors ?
Linebeck : Link est le seul à le pouvoir.
Mutoh : Y'a du favoritisme moi je dis.
Linebeck : M'en parle pas. Bon, sinon, tu connais les Minish ?
Mutoh : Le peuple de petite taille ? Oui pourquoi ?
Linebeck : ... Parce que je vais en parler peut-être ?
Mutoh : Ah... d'accord... mais pourquoi ?

Les Minish sont un peuple certes petit, mais vraiment intéressant. Maintenant nous allons assister à quelques scènes de leur quotidien.

Mutoh : Quel intérêt ?
Linebeck : ... De parler des gens de petite taille dans une histoire d'égalité?
Mutoh : Je comprends mieux.

Exelo est un inventeur fantastique. Après avoir, entre autre, inventé le chapeau qui exauce les voeux de son porteur, et avoir plongé Hyrule dans le chaos involontairement, il voulut, après cette aventure avec Link, se reconvertir. Le voici chez Melta, le forgeron.

Exelo : Oh, allez, c'est pas bien dur.
Melta : Attends quoi ? Forger une épée demande beaucoup de concentration et de force physique. C'est bien plus compliqué que de faire des chapeaux.
Exelo : Non mais tu la veux dans ta tronche ton épée ?!
Melta : Essayez, vieillard.
Exelo : Ancien s'il te plaît, et respecte tes aînés, sinon tu tâteras de ma canne !
Melta : Déjà, moi je suis le chef de la mine qui porte mon nom alors que toi, tu as perdu en prestance depuis que Vaati t'a subtilisé ce chapeau.
Exelo : ... Je t'aurai prévenu. TAIAUT !

Mutoh : Ça devait le miner Melta.
Linebeck : ... Non... non, non NON NON NON ET NON ! TU N'AS PAS LE DROIT DE FAIRE ÇA !
Mutoh : Mais calme-toi mon dieu.

Rejeté par les forgerons, Exelo rendit visite aux Minish citadins, et parmi eux, le grand, vénérable (et un peu sénile) Bookta.

Linebeck : Bon bien sûr "grand" est une expression.
Mutoh : Me prends pas pour plus stupide que je suis.

Bookta : Quel que soit ton problème Exelo, ici, dans ma librairie, livre-toi.
Exelo : Tentative d'humour ?
Bookta : Je vois que tu es à la page.
Exelo : ... OK, et sinon, y'a moyen de travailler ici ?
Bookta : Malheureusement, nos occupations ici sont sommaires. Il n'y a que moi de vraiment utile.
Exelo : Tu tires toujours la couverture vers toi.
Bookta : AH AH ! Je t'ai contaminé ! On va s'en payer une bonne tranche.
Exelo : ... Zut... et puis tu me gonfles...

Toutes ses routes ne menant à rien, Exelo retourna dans son village natal, dans la forêt.

Exelo : Genta, j'ai un problème de taille.
Genta : C'est pas bien de se moquer des petits.
Exelo : ... Mais qu'est-ce que vous avez tous ? Ce n'est pas mon genre d'insulter ma tribu. Tout ça fait deux poids deux mesures.
Genta : ...
Exelo : NON ! Ce n'est PAS ce que je voulais dire.
Genta : On dirait Link avec ton humour. Ton escapade dans le monde des grands t'a changé.
Exelo : C'est petit de dire ça.
Genta : ...
Exelo : Oh mais non quoi...
Genta : (Souriant) Tu en es ressortis grandi, si je peux me permettre.

Mutoh : Ça va durer longtemps cette mascarade ?
Linebeck : Oh ! Allez, courage, c'est bientôt fini.

Genta : On peut dire que ton entraînement avec le héros t'a rendu pire que lui.
Exelo : Que veux-tu dire ?
Genta : Que l'élève a dépassé le mètre.

Linebeck : AH AH AH !
Mutoh : Et ça te fait rire ?
Linebeck : AH AH AH ! C'était plus drôle dans ma tête.
Mutoh : Comment s'est finie cette histoire ?

De la manière la plus simple du monde.

Exelo : Je n'ai pas réussi à trouver une occupation, peut-être devrais-je retourner à ma première passion, l'écriture... J'écrirais bien un truc sur la place du héros dans les sociétés modernes. Ce serait grandiose.
Genta : Tu recommences.
Exelo : FICHE-MOI LA PAIX !
Genta : Bon bon...
Exelo : Ce n'est pas possible ça, toute la journée je n'ai fait que des jeux de mots honteux sur la taille de mon peuple. Pourquoi tout le monde est devenu si premier degré ? Pourquoi ce genre de remarque est maintenant considérée comme raciste ? Le monde a bien changé quand même.

Linebeck : Ce qui fait de cette brève, la première avec une vraie leçon de morale.
Mutoh : Ouah... tout ça pour ça...
Linebeck: J'avais envie de raconter une histoire plus légère et...

DRING

Linebeck : Ah ! C'est mon téléphone anachronique qui sonne. Allô ? Oui, lui-même. De quoi ? D'accord, ne bougez pas, j'arrive tout de suite. Oui bisous. Non c'est toi qui raccroches, non c'est toi. Bon allez, on compte jusqu'à trois et on raccroche ensemble. Un, deux, TROIS ! Hi, tu n'as pas raccroché...
Mutoh : (Raccroche de force) T'es gonflant.
Linebeck : Heu... oui, excuse-moi, la justice m'appelle. À plus tard.
Mutoh : Pourquoi tout le monde se barre quand je suis là ?! C'est vexant à la fin.

chapitres suivants...

Ce texte a été proposé au "Palais de Zelda" par son auteur, "Adrien". Les droits d'auteur (copyright) lui appartiennent.

Le Palais de Zelda :: Webmaster: Ariane
Design créé par Sylvain
www.palaiszelda.com :: Copyright © 1999-2019
Note légale : Ce site est protégé par les lois internationales sur le droit d'auteur et la protection de la propriété intellectuelle. Il est strictement interdit de le reproduire, dans sa forme ou son contenu, sans un accord écrit préalable du "Palais de Zelda".
retour au haut de la page