• Legend of Zelda
  • Adventure of Link
  • A Link to the Past
  • Link's Awakening
  • Ocarina of Time
  • Majora's Mask
  • Oracle of Seasons
  • Oracle of Ages
  • The Wind Waker
  • The Minish Cap
  • Four Swords Adventures
  • Twilight Princess
  • Phantom Hourglass
  • Spirit Tracks
  • Skyward Sword
  • A Link Between Worlds
  • Tri Force Heroes
  • Breath of the Wild
  • jeux The Legend of Zelda

La légende du phénix bleu

Ecrit par Kam-chan
Chapitres 1 à 7   •   Chapitres 8 à 13   •   Chapitres 14 à 20


Note de l'auteur : Cette fan fiction d'aventure, d'action, de fantasy et de drame se déroule dans un univers alternatif de The Legend of Zelda: Twilight Princess. Pour les besoins du scénario de l'histoire, j'ai modifié quelques détails propres au jeu :

/!\ ATTENTION SPOILER DU JEU! /!\
- L'histoire se passe quelques mois après l'affrontement opposant Link à Ganondorf, et donc après que Midona soit retournée au royaume du Crépuscule.
- Luterra, qui s'appelle Rutella dans cette fanfic, ne s'est pas fait tuer, ce qui fait qu'elle est en vie. Et Epon (le personnage central de cette histoire) est son unique fille, en plus d'être une hybride mi-humaine mi-zora. Donc, Lars n'existe pas dans l'univers de ma fic.
- L'histoire concernant le village oublié a été modifiée.

Je déconseille cette histoire aux moins de 13 ans pour violence physique et psychologique modérée, langage grossier par moments et certains thèmes matures abordés. (Non, il n'y a pas de scène sexuelle dans cette histoire.)

En espérant que cette fan fiction vous plaira malgré son côté singulier, je vous souhaite à toutes et à tous une bonne lecture !

Prologue : Une princesse pas comme les autres

Plusieurs mois s'étaient écoulés depuis la chute de Ganondorf. L'ère du Crépuscule avait enfin pris fin, et les ombres ayant autrefois envahi Hyrule avaient laissé place à la lumière. Le royaume avait retrouvé la paix qu'il avait perdue depuis bien trop longtemps. Tous les peuples hyruliens, qu'ils soient hyliens, humains, gorons, ou zoras vivaient à présent en harmonie dans leurs villages... ou presque. Bien que le fléau que représentait Ganondorf ait été définitivement chassé par Link, le héros d'Hyrule, quelques créatures telles que les bulblins ou les bokoblins continuaient encore de semer la zizanie aux quatre coins de ces terres. Mais ils ne représentaient pas une réelle menace, et en étant suffisamment malin, on pouvait les éviter sans problème. Tout laissait penser qu'Hyrule, que certains surnommaient également le royaume de lumière, était désormais hors de danger pendant les années à venir.
Mais était-ce réellement le cas ?

Au Domaine Zora, c'était ce que la jeune Epon se demandait. Âgée de dix-huit ans, cette jeune fille aux allures de garçon manqué était la seule humaine présente dans ce village en ce moment même. Debout sur la terre ferme, non loin du grand lac du domaine dans lequel se baignaient actuellement plusieurs Zoras, la jeune femme aux cheveux bleus coiffés en deux longues tresses s'entraînait. Maniant avec dextérité deux dagues en forme de tonfas, elle effectuait des enchaînements dans le vide d'un geste vif et précis. Certains diront qu'il n'était plus nécessaire de s'entraîner au maniement des armes, étant donné que le calme était revenu à Hyrule. Mais pour Epon, cette paix n'allait pas durer très longtemps. Elle en était persuadée et en tant que combattante, elle voulait se tenir prête pour protéger sa mère, son peuple, et le royaume tout entier d'un potentiel danger.

"Ah Epon ! Te voilà !"

Une voix masculine venait d'interrompre les exercices de l'hybride. C'était un Zora de grande taille qui s'approchait de l'hybride. Mais bien que les membres de ce peuple se ressemblaient beaucoup pour la plupart, Epon parvenait à les différencier. D'ailleurs, elle avait reconnu son garde royal personnel et le salua aussitôt avec un sourire joyeux.

"Bonjour Finiel ! Tu me cherchais ?
- Oui. Sa Majesté souhaite te parler.
- Ma mère ?"

Ils étaient en train de parler de Rutella, la Reine des Zoras. Sachant qu'Epon était sa fille, cela faisait d'elle la princesse de ce peuple, malgré son hybridité et le fait qu'elle possédait une apparence totalement humaine. D'ailleurs, un tel phénomène était très rare. Il a fallu énormément de temps aux Zoras pour s'habituer à une princesse qui n'était pas physiquement comme eux. Mais en même temps, Rutella était tombée amoureuse d'un humain, qui est devenu par la suite le père d'Epon. Autant dire que celle-ci n'avait absolument pas demandé à posséder une telle hybridité. Mais cela ne la dérangeait pas non plus pour autant. Être à moitié humaine et à moitié zora lui conférait quelques avantages comme la possibilité de nager en apnée sous l'eau bien plus longtemps qu'un humain normal, ou encore avoir une résistance accrue face aux très froides températures. Après, en contre partie, cela lui donnait également des inconvénients, comme par exemple une grande sensibilité à la chaleur qui l'épuisait rapidement. La jeune fille avait appris au fil des années à vivre avec tout cela. Cela ne l'avait pas épargnée d'une période ponctuée de discrimination de la part des humains, mais c'était du passé désormais.

"Epon ? Tu viens ?"

Finiel, d'un air étonné face à la divagation de la bleue, venait de l'interpeller, la tirant ainsi de ses pensées. Il voulait accompagner sa princesse jusqu'à la reine. Epon, après avoir rangé ses armes, lui fit signe en souriant qu'ils pouvaient y aller.

Quelques instants plus tard, l'hybride et le Zora étaient arrivés à la salle du trône du domaine. Celle-ci était, comme à son habitude, magnifique et enchanteresse. Dans ce lieu se trouvait un grand bassin profond dans lequel se baignaient plusieurs Zoras. Cette grande mare était la source d'eau qui alimentait tout le domaine Zora, ainsi que le lac Hylia se trouvant plus au sud de celui-ci. A l'opposé de l'entrée de cette salle se trouvait le trône zora, fait essentiellement d'écailles et de coraux. Rutella, la reine charismatique et respectée de ce peuple aquatique, y était assise. À la vue de sa fille qui marchait en sa direction, un sourire illumina son visage. Arrivés face au trône, Finiel s'inclina en guise de respect devant sa souveraine.

"Votre Majesté, je vous ai amené Epon comme vous me l'aviez demandé.
- Bien ! fit Rutella. Tu peux disposer, Finiel."

Le Zora se redressa alors, puis adressa un sourire à Epon, avant de s'éloigner des deux femmes pour les laisser seules entre mère et fille. L'hybride se rapprocha alors de la reine avec un léger sourire aux lèvres.

"Tu voulais me parler, maman ?
- Oui ma fille. En fait, c'est au sujet de la marque divine que tu portes."

À ces mots, le regard d'Epon se tourna vers le haut de sa cuisse gauche. Le short blanc qu'elle portait la cachait actuellement, mais sur cette partie de son anatomie était dessinée une marque bleue, qui représentait le symbole de Nayru. Mais qu'est-ce que sa mère pouvait bien vouloir lui dire au sujet de ce symbole ?

"J'ai fait quelques recherches au sujet de cette marque, expliqua alors la Reine des Zoras. Je n'en ai pas tiré grand-chose, mais à mon avis, s'il existe une personne portant la marque de Nayru, il existe forcément deux autres personnes portant respectivement les marques de Farore et de Din.
- Euh... tu ne m'apprends pas grand-chose, maman. J'ai déjà émis cette hypothèse depuis longtemps.
- Il se pourrait que tu en saches plus en allant à la région de Firone.
- Quoi ?"

Epon était étonnée. La région de Firone ? Voilà un lieu où la jeune fille n'était jamais allée auparavant. Autant elle connaissait les régions de Lanelle et d'Ordinn quasiment par coeur, autant les régions de Firone et de Latouane étaient des territoires totalement inconnus pour elle.

"Pourquoi la région de Firone ? demanda-t-elle à sa mère, un peu surprise.
- Nombreux sont les secrets que cachent cette région forestière. Est-ce que le nom de Link te parle ?
- Celui qui a sauvé Hyrule de l'invasion des ombres quelques mois plus tôt ? Oui mais... c'est quoi le rapport avec ma marque ?"

L'hybride était un peu larguée par les vagues explications de sa mère. Mais ce que cette dernière lui révéla ensuite éclaira un peu plus sa lanterne.

"L'épée de légende qu'il maniait ce jour-là, pour combattre Ganondorf... C'est dans la région de Firone qu'il l'a obtenue. Et il a également découvert là-bas l'existence d'un temple qui renfermait un artefact ancien aux pouvoirs étranges, qui apparemment, lui aurait permis de se rendre dans une cité perdue dans les cieux.
- Hum... c'est vrai que ça fait beaucoup de secrets dans une seule et même région, admit la bleue en prenant un air pensif.
- Cela ne m'étonnerait pas qu'il y ait quelque chose en rapport avec ta marque caché là-bas, non loin de l'emplacement de l'épée légendaire ou de ce temple mystérieux. Tu devrais y jeter un coup d'oeil. Et puis..."
Le sourire de Rutella s'agrandit, avant qu'elle ne continue.
"Pour une fille comme toi qui aime l'aventure, ce serait l'occasion pour toi d'en vivre une. Surtout que tu es adulte désormais. Je pense que tu es devenue suffisamment forte et mature pour partir du domaine seule.
- C'est vrai ?!"

De la joie pouvait se faire ressentir dans l'exclamation d'Epon. Elle avait toujours rêvé de voyager à travers le royaume par elle-même. D'habitude, lorsqu'elle s'absentait du domaine Zora, elle était toujours accompagnée de Finiel, ou d'un autre garde zora. Mais aujourd'hui, sa mère lui donnait la permission de partir toute seule.

"Après tout, cette marque ne concerne que toi, lui confia la Reine. Alors, je pense que c'est à toi, et à toi seule de découvrir sa signification.
- Oh, merci maman !"

Epon avait sauté au cou de Rutella, plus heureuse que jamais. Elle avait toujours rêvé de voyager toute seule, et là, sa mère lui en donnait enfin l'occasion.

"Doucement Epon ! rigola la souveraine zora. Je te rappelle que tu es une princesse. Tu te dois de contrôler tes émotions et de bien te tenir.
- Désolée." s'excusa alors la jeune fille en lâchant sa mère et en reculant avec un sourire un peu niais. Il était vrai que malgré son statut de Princesse, Epon était du genre affectueuse et n'hésitait pas à montrer son affection à son entourage, surtout lorsqu'elle était heureuse comme à cet instant.
"Ce n'est pas grave, la rassura néanmoins Rutella en souriant tendrement. Je comprends ton enthousiasme. Néanmoins, je te demande d'être prudente. Hyrule a beau avoir retrouvé la paix, il demeure néanmoins dangereux de s'y aventurer sans être préparé.
- Je comprends. C'est promis, je ferai attention. Je sais me battre, alors je pense pouvoir me débrouiller."

À ces mots qui se voulaient rassurants, Rutella acquiesça par un signe de tête sans perdre son sourire. Elle faisait confiance à sa fille, et savait qu'elle était indépendante, forte et pleine de bon sens.

Après avoir salué sa mère, Epon quitta la salle du trône. Elle rassembla quelques affaires à elle. La région de Firone, qui se trouvait au sud de celle de Lanelle, n'était pas la porte d'à côté. L'hybride en aurait probablement pour quelques jours. Elle devait donc se préparer en conséquence. Dans sa sacoche, elle avait rangé quelques potions de soin, pansements et bandages au cas où. Elle avait également pris avec elle un grappin qu'elle s'était acheté quelques années plus tôt. Dans une région comme Firone, cet objet pourrait bien lui servir. Et bien évidement, pour avoir de quoi se défendre, elle avait rangé ses fidèles lames en forme de tonfas derrière sa ceinture.

Elle était à présent prête. Prête à faire un voyage en quête de réponses aux questions qu'elle se posait au sujet de sa marque. Prête à découvrir de nouveaux lieux dans lesquels elle n'avait jamais mis les pieds auparavant. Prête à affronter les créatures qui allaient lui barrer la route, car il ne fallait pas se voiler la face : elle risquait fortement d'en croiser.

Il était temps pour elle de commencer sa quête personnelle.

Chapitre 1 : Premiers pas dans la forêt de Firone   up

Cela faisait deux jours qu'Epon avait quitté le domaine Zora. La route avait été longue et la jeune fille avait dû s'arrêter à la citadelle d'Hyrule, à la fois pour se reposer et récolter des informations au sujet de la région de Firone. Elle avait également croisé la route de quelques bokoblins dans la plaine d'Hyrule, mais n'avait pas mis longtemps à les envoyer au tapis. Finalement, elle avait enfin atteint sa destination. Elle venait de faire ses premiers pas dans la région forestière de Firone. La végétation en ce lieu était très dense. Le feuillage des arbres était si épais qu'il ne laissait passer qu'une partie de la lumière du jour. Ce qui faisait que cette forêt était plutôt sombre. Mais cela ne la rendait pas pour autant sinistre, bien au contraire : la lumière ainsi tamisée donnait un côté enchanteur à l'endroit. Aussi, un calme apaisant régnait dans cette forêt. Seuls le chant des oiseaux, et le bruit que faisait l'agitation du feuillage au gré du vent se faisaient entendre.

"C'est beau..." avait pensé la jeune fille, émerveillée par cette belle nature qui recouvrait la totalité de Firone. Contemplant les environs, elle marchait parmi les arbres. Tout semblait si paisible par ici... On pouvait dire que cette région était très différente de celle de Lanelle, là d'où venait Epon.

Alors qu'elle s'enfonçait de plus en plus dans ces bois, la demi-Zora s'arrêta de marcher, et se fia à son ouïe. Elle entendit quelque chose. Cela ressemblait à une source ou à une petite chute d'eau, ce qui réjouissait l'hybride qui voyait là une occasion de faire une pause et de se rafraîchir. Se laissant guider par le bruit qu'elle entendait, elle traversa une petite caverne qui débouchait sur un bassin d'eau, peu profond et alimenté par une petite mais large chute d'eau. C'était beau à voir, et la princesse des Zoras se serait exclamée de joie avant de se jeter dedans en temps normal. Mais elle ne le fit pas. Elle n'était visiblement pas la seule à avoir eu l'idée de venir se rafraîchir ici.

En effet, un jeune homme, probablement du même âge qu'Epon, était assis sur la rive, les yeux tournés vers cette source. Il était torse nu, et avait les cheveux courts blonds, coiffés en bataille. Epon s'approcha doucement de cet inconnu. Tout en avançant discrètement vers lui, elle sonda son énergie. C'était une faculté que son hybridité lui conférait, et qui lui permettait de savoir si les gens autour d'elle étaient bons ou mauvais. Et l'aura qu'elle ressentait chez ce blond était drôlement lumineuse. Ce qui signifiait qu'il était d'une très grande bonté. Alors qu'elle continuait de s'approcher sans se faire remarquer, le pied d'Epon poussa un caillou sans qu'elle ne le fasse exprès. Cela avait provoqué un léger bruit, qui avait attiré l'attention de l'individu. Ce dernier se retourna alors, et remarqua la présence de l'hybride à deux mètres de lui. Sa réaction fut vive.

"Woaah !" s'était-il exclamé en se relevant brusquement et reculant de quelques pas. Malheureusement pour lui, il avait maladroitement trébuché et était tombé dans l'eau sur les fesses.
"Eh merde..."

Le jeune homme observa son pantalon qui était à présent trempé. Epon, elle, était restée bouche bée pendant plusieurs secondes face à la cocasserie de la scène. Mais en se rendant compte que c'était de sa faute s'il était tombé à l'eau, la bleue se précipita vers lui pour lui tendre la main, dans le but de l'aider à se relever.

"Désolée de vous avoir effrayé. Ce n'était pas mon intention," s'excusa-t-elle pendant que le jeune homme avait saisi sa main tendue pour se remettre debout.
"Ça va, ce n'est pas grave, assura le blond en la regardant. Mais la prochaine fois, évitez de vous approcher des gens par derrière en douce. J'ai failli avoir une crise cardiaque.
- Pardon encore, ça n'arrivera plus," rassura la jeune fille en souriant légèrement, tandis qu'elle observait celui qui lui faisait désormais face. Il était plutôt mignon et malgré qu'il ne soit pas spécialement baraqué, il semblait avoir un corps bien sculpté. De son côté, le blond observait également la bleue. Il n'avait jamais vu cette fille dans les environs auparavant. Il afficha alors un air un peu sceptique, tout en lui demandant :

"Qui êtes-vous ?
- Je m'appelle Epon. C'est la première fois que je viens dans cette région, et vous êtes la première personne que je croise depuis mon arrivée ici."
Devant cette explication, les traits du jeune homme s'adoucirent. Cela expliquait pourquoi il ne l'avait jamais vue dans le coin. Il rendit donc le sourire à la demi-Zora et répliqua à son tour :
"Un peu plus, et vous portiez le même nom que ma jument Epona. En tout cas, enchanté de vous connaître Epon. Moi c'est Link."

Là, Epon se figea sur place, l'air complètement ahuri. Son sourire avait disparu et laissé place à une mine abasourdie. Est-ce qu'elle avait mal entendu, ou est-ce que cet homme venait de lui dire qu'il se prénommait Link ?

"Link ? Comme le Link qui a combattu les ombres pour sauver Hyrule ?"
Le sourire du dénommé Link s'était légèrement agrandi face à cette question.
"J'ignorais que j'étais aussi célèbre."

L'hybride n'en revenait pas. Elle était devant celui qui avait sauvé Hyrule de la catastrophe, il y a quelques mois. C'était la première fois de sa vie qu'elle le voyait. Mais... que faisait-il ici ?

" Je vis dans la région de Latouane, au sud d'ici, répondit-il alors. Mon village se trouve là-bas. Mais il m'arrive de venir ici pour me détendre un peu, lorsque je n'ai rien à faire.
- Oh, je vois. Il faudrait que je visite cette partie du royaume, un de ces quatre.
- Si vous n'avez rien à faire, je peux vous y emmener si vous voulez," lui proposa alors Link.
Mais Epon secoua la tête pour lui faire comprendre qu'elle refusait l'invitation.
"C'est très gentil, et j'accepterais volontiers en temps normal, lui confia-t-elle. Mais j'ai prévu d'aller à un endroit particulier. Un certain temple se trouvant au coeur de cette forêt."
Devant cette révélation, Link parut surpris.
"Un temple dans la forêt ? Vous voulez parler du Temple Sylvestre ? Qu'est-ce que vous allez chercher dans un endroit pareil ? Ce temple est très dangereux, vous savez ?"

Epon s'en doutait bien. Mais le danger, ça la connaissait. Et puis elle avait une excellente raison de se rendre dans ce fameux Temple Sylvestre. Elle ignorait d'ailleurs que le temple qu'elle recherchait portait un tel nom. Elle observa Link quelques instants, se demandant si elle pouvait lui parler de sa quête personnelle. Après tout, elle était en train de discuter avec le héros d'Hyrule. Peut-être qu'il pourrait l'aider. La bleue retroussa alors le côté gauche de son short jusqu'en haut de sa cuisse, afin de lui faire voir sa marque.

"Le symbole de la déesse Nayru... reconnut aussitôt le blond.
- Je possède cette marque depuis ma naissance, lui expliqua la jeune fille. Et elle me donne certains pouvoirs.
- Quel genre de pouvoirs ?"

Préférant faire une petite démonstration pour les lui montrer, l'hybride se tourna vers la mare, et tendit sa main vers celle-ci. Une fontaine d'eau se mit alors à jaillir lentement, et s'éleva de plus en plus haut au fil des secondes, sous les yeux impressionnés de Link.

"Wow... plutôt cool, comme pouvoir ! Alors comme ça tu... vous pouvez contrôler l'eau ?"

Le blond s'était gratté l'arrière de la tête, un peu gêné d'avoir soudainement tutoyer une jeune fille qu'il connaissait à peine. Sous l'effet de l'étonnement, il en avait oublié ses bonnes manières. Néanmoins, Epon rigola légèrement avant de lui adresser un sourire qui se voulait rassurant.

"Tutoyons-nous, voyons ! lui proposa-t-elle. Et oui, j'ai le pouvoir de contrôler l'eau... sous toutes ses formes."

Suite à ces mots, la fontaine d'eau qu'elle avait fait apparaître se congela et devint une colonne de glace. La demi-Zora claqua ensuite des doigts, et cette colonne gelée éclata en mille morceaux, qui tombèrent dans l'eau, puis fondirent petit à petit.

"Impressionnant ! complimenta Link. C'est la première fois que je vois une personne capable de maîtriser une telle magie."

La princesse afficha un sourire en se tournant vers son homologue masculin. Elle n'aurait jamais imaginé recevoir un tel compliment de la part du célèbre héros d'Hyrule. Mais alors qu'elle était sur le point de lui parler de nouveau, quelque chose se mit à luire sur le dessus de la main gauche de Link. Celui-ci, étonné, observa cette dernière. Il s'agissait de la marque de la Triforce, symbolisant son statut de héros élu des déesses. Mais le plus intrigant était que la marque divine d'Epon s'était également mise à luire sur sa cuisse. D'ailleurs, grâce à une lueur bleue qui émanait de ce glyphe, la forme de celui-ci était visible à travers le tissu de son short blanc. Le blond, comme la bleue, étaient étonnés par un tel phénomène.

"Qu'est-ce qui se passe ? demanda alors l'hybride.
- Je ne sais pas. Ça faisait longtemps que ce genre de chose ne m'était pas arrivé," répondit Link, en regardant la jeune fille.
Cette dernière était stupéfaite. Elle allait de surprise en surprise en ce jour. Mais elle ne savait pas quoi penser de ce fait. C'était comme si sa marque réagissait à celle du blond, et vice-versa. En tout cas, cela démontrait une chose : ces deux symboles étaient liés. Et les destinées du duo devaient probablement l'être aussi. Link s'apprêtait à poser une question à l'hybride, mais une voix féminine l'interpella avant :

"Enfin Link, te voilà ! Je t'ai cherché partout !"

Alors que les marques d'Epon et de Link avaient toutes deux cessé de luire, une jeune fille aux cheveux courts et châtain clair, probablement une amie de Link, arriva près d'eux en souriant. Toutefois, son sourire disparut à la vue d'Epon. Elle s'approcha de celle-ci en la regardant d'un air méfiant. D'ailleurs, la demi-Zora se sentait un peu gênée d'être observée de la sorte. Mais finalement, cette nouvelle venue finit par adresser un regard blasé en direction de Link en croisant ses bras.

"Sérieusement Link ! Tu n'as rien de mieux à faire que de draguer la première jeune fille que tu croises ?
- Que... ? Hein ?!"
Link était complètement surpris par une telle réaction de la part de son amie.
"Mais je ne draguais personne ! se défendit-il vivement. On discutait juste !
- Quand je pense que tu es gêné lorsqu'une fille te voit torse nu, ça n'a pas l'air de te déranger avec elle," lui fit-elle remarquer en gonflant ses joues, boudeuse.

Link était à la fois complètement abasourdi et embarrassé. Ses joues avaient même pris une légère teinte rouge, tant il était gêné. Epon, elle, ne savait pas comment réagir. L'amie de Link se méprenait et semblait persuadée que celui-ci séduisait la demi-Zora. Or, ce n'était pas du tout le cas. La bleue décida donc d'intervenir pour éviter les confusions.

"On se calme... d'accord ? proposa-t-elle avec un sourire un peu niais qui trahissait sa gêne face à une pareille situation. Je voulais juste me rafraîchir dans cette source, mais Link s'y trouvait avant moi. Alors on a parlé un peu ensemble.
- Mouais... fit Iria en affichant une moue, peu convaincue par cette justification. Enfin, peu importe ! Qui êtes-vous ?
- Je m'appelle Epon. Je viens de la région de Lanelle. Je me suis rendue à Firone afin de me rendre au Temple Sylvestre, si j'ai bien retenu son nom."

Les traits d'Iria s'adoucirent alors légèrement, tandis qu'elle continuait d'observer l'hybride. Elle remarqua les armes de celle-ci accrochées derrière sa ceinture, ainsi que sa sacoche dans laquelle Epon avait rangé ses potions et son grappin. Se rendant compte que la bleue disait probablement la vérité, la fille aux cheveux courts se sentit bête de s'être laissée emporter pour si peu. Elle adressa donc un léger sourire d'excuse à la demi-Zora.

"Je vois. Désolée si mon comportement vous a paru un peu... rude et exagéré.
- Juste un peu rude et exagéré ? répéta Link en la regardant d'un air blasé à son tour. C'était carrément ridicule, oui.
- N'en rajoute pas, Link ! lui conseilla son amie, avant de se tourner de nouveau vers Epon. Moi c'est Iria. Je suis l'amie d'enfance de Link.
- Je m'en suis un peu doutée, mais enchantée Iria. Et tu peux me tutoyer. A vrai dire, j'ai horreur du vouvoiement," dit Epon en affichant un sourire sincère cette fois, qu'Iria lui rendit quelques secondes après.

La bleue se tourna ensuite vers la caverne par laquelle elle était passée pour arriver à cette source. Faire connaissance avec le héros élu des déesses et son amie d'enfance lui avait fait plaisir, et elle aurait aimé rester un peu plus longtemps avec eux. Mais les heures défilaient, et elle avait encore du chemin à faire. Elle n'avait pas envie de se retrouver perdue dans cette forêt en pleine nuit.

"Tu es sûre de vouloir t'aventurer plus loin toute seule ? s'inquiéta alors Iria. Il y a des créatures hostiles qui hantent cette forêt. En plus, le temple dans lequel tu veux te rendre est rempli de monstres.
- Tu ne m'apprends rien, la rassura Epon. Et puis, je sais me battre. Je me suis préparée aussi bien physiquement que mentalement pour ce petit voyage. Je pense pouvoir m'en sortir sans trop de pépins."

Link afficha un sourire devant la confiance d'Epon. Elle avait l'air jeune. Plus jeune que lui. Mais pourtant, la bleue semblait prête à affronter les épreuves qu'elle allait rencontrer sur son chemin afin d'atteindre son but. En plus, elle disait venir de Lanelle. Si elle avait fait tout ce voyage jusqu'ici sans être blessée, elle devait être très forte. Le blond marcha alors jusqu'à ses affaires qu'il avait déposées au sol, à l'étonnement des deux filles, et ramassa une sorte de lampe à huile, avant de s'avancer vers l'hybride, et de la lui tendre.

"C'est une lanterne, lui expliqua-t-il. Tu risques d'en avoir besoin, aussi bien dans le Temple Sylvestre que sur la route à emprunter pour y accéder. Elle s'alimente grâce à de l'huile, mais j'ai fais le plein ce matin. Ça devrait tenir pendant un bon moment.
- Euh..."

Epon hésitait à la prendre. Elle n'avait pas l'habitude de recevoir d'objets de ce genre de la part de personnes qu'elle connaissait à peine, même s'il s'agissait du héros d'Hyrule en personne. Devant sa perplexité, Link lui adressa un sourire.

"Considère ce cadeau comme un encouragement de ma part pour ta quête."

Amusée par cette réplique, Epon rendit son sourire au blond, avant de finalement accepter et de saisir la lanterne en le remerciant. Elle regarda alors une dernière fois Link et Iria. Ils avaient l'air tous les deux sympas, et elle aimerait bien les revoir un jour.

"Il se peut que je me rende bientôt à Latouane pour venir vous voir. D'ici là, portez-vous bien tous les deux.
- Toi aussi, lui souhaita Iria. Et reviens en un seul morceau !"

La demi-Zora sourit en hochant affirmativement la tête, avant de faire volte-face aux deux amis, et de reprendre la route en passant par la petite caverne d'où elle venait. Petit à petit, sa silhouette avait disparu dans la pénombre de la grotte. Link et Iria se retrouvèrent alors seuls.

"Epon... pensa le blond. Maintenant que j'y pense, j'ai l'impression d'avoir déjà entendu ce nom quelque part.
- On y va, Link ?"

Celui-ci fut tiré de ses pensées et se tourna vers Iria, qui l'avait invité à rentrer chez eux. Link, acquiesçant, saisit alors ses affaires. Puis, il regarda encore une fois en direction de la caverne par laquelle venait de passer Epon, avant d'afficher un tendre sourire.

"J'espère qu'on se reverra, Epon," souhaita-t-il intérieurement avant de suivre Iria, et de partir dans la direction opposée de celle de l'hybride.

Chapitre 2 : Les ombres du Temple Sylvestre   up

La route pour atteindre le fameux Temple Sylvestre n'était pas de tout repos. Epon avait dû traverser une grotte obscure remplie de chauves-souris et de plantes carnivores, ainsi qu'une vaste clairière brumeuse dans laquelle se cachaient diverses créatures du même genre. Heureusement pour elle, Link lui avait donné sa lanterne une heure plus tôt. C'était grâce à cette lampe si la demi-Zora s'en était tirée jusqu'à présent.

"Cette partie de la forêt est si sinistre..." pensa-t-elle alors qu'elle venait tout juste de quitter la zone recouverte d'une brume sombre et épaisse, et qu'elle marchait en direction du temple qu'elle cherchait à atteindre. Par contre, elle avait du mal à croire qu'elle était toujours dans la forêt de Firone. Cette dernière montrait une facette lugubre d'elle-même depuis que la jeune fille avait quitté Link et Iria. Plus aucun bruit ne se faisait entendre. Ni le chant des oiseaux, ni même le bruit du vent. C'était comme si le temps avait été figé. Mais Epon ne se laissa pas déstabiliser par ce détail. Alors qu'elle venait d'éteindre sa lanterne, elle aperçut au loin devant elle un arbre immense s'élevant sur le bord d'une falaise. Au delà de cette dernière se trouvait un très profond gouffre. Il était si profond qu'il était impossible d'en voir le fond. La demi-Zora observa alors les alentours : impossible d'aller plus loin, à moins d'entrer à l'intérieur de l'arbre. Il y avait en effet une entrée qui menait dans l'antre de ce dernier.

"C'est donc ça, le Temple Sylvestre ?"

Epon ne s'attendait absolument pas à ce que ce temple soit sous cette forme. Elle pensait voir une bâtisse sacrée en ruine ou quelque chose qui y ressemblait. Mais d'un autre côté, dans une région où la végétation était majoritaire, croiser un temple construit dans un gigantesque arbre centenaire était finalement logique.

Quelques instants plus tard, après avoir pris une profonde inspiration, l'hybride s'avança à l'intérieur du temple. Un long couloir sombre se trouvait juste devant elle, l'obligeant à allumer une nouvelle fois sa lanterne. Mais en éclairant ainsi les lieux, elle vit toute une colonie de chauve-souris suspendue au plafond de la paroi.

"Uh oh..."

Les petites créatures se mirent à voler toutes en même temps en direction de l'entrée par laquelle Epon venait de passer. La jeune fille s'était jetée à plat ventre au sol afin de les éviter et avait dû rester dans cette position pendant plusieurs secondes, en attendant que toutes les chauves-souris soient sorties.

"Ça commence bien..." rétorqua-t-elle de manière ironique, avant de se relever et de reprendre sa route, toujours sa lanterne allumée en main. Mais elle ne la garda pas ainsi très longtemps. Le couloir dans lequel elle se trouvait avait beau être très sombre, il était néanmoins très court. Au bout de ce tunnel s'étendait une zone éclairée par des candélabres plantés dans le sol, et des torches accrochées aux murs. Toute cette lumière rendait ce temple légèrement plus accueillant. Mais le silence de mort qui y régnait lui donnait un air sinistre.

"Pour un temple dont on dit qu'il est rempli de monstres, je le trouve bien désert, pensa Epon, un peu méfiante. Même dehors, c'est plus vivant qu'ici."

Pour continuer à avancer, la jeune fille devait escalader une paroi haute d'environ quatre mètres. Une porte se trouvait en haut de cet obstacle. Le mur était recouvert de lierre, ce qui rendait l'escalade plus aisée. Mais Epon opta pour une méthode d'ascension plus rapide et moins éprouvante. Se concentrant sur ses pouvoirs, elle fit apparaître sous ses pieds un brusque jet d'eau qui la propulsa vers le haut, la surélevant un peu plus haut que la paroi. Elle atterrit ensuite en haut de celle-ci et observa le point où elle se trouvait quelques secondes plus tôt, c'est-à-dire en bas du mur. Cette méthode lui avait fait gagner plusieurs minutes ainsi que de l'énergie, même si cela l'avait obligée à utiliser ses pouvoirs. Ne perdant pas de temps, elle poursuivit son chemin, et ouvrit la porte d'un geste afin d'accéder à la section suivante du temple.

Cette nouvelle zone, beaucoup plus grande que la précédente, avait néanmoins de quoi se perdre facilement. En effet, trois portes surélevées se dressaient, en plus de celle par laquelle venait de passer la demi-Zora : une à gauche, une à droite, et la troisième en face de là où elle se trouvait. Aussi, au centre de cette zone se trouvaient des marches ascendantes menant à une plate-forme entourée de candélabres. Cela pouvait faire penser à une sorte d'autel. En tout cas, Epon avait besoin de monter sur celle-ci si elle voulait accéder à l'une des trois portes. Elle s'avança alors dans le but de monter les escaliers, mais soudain, quelque chose d'énorme tomba du plafond et atterrit juste devant Epon, lui barrant la route. C'était une araignée, qui faisait deux fois la taille de la jeune fille et qui possédait un dessin représentant une tête de squelette sur son dos.

"C'est quoi ce truc ?" se demanda la bleue alors qu'elle avait reculé de quelques pas, tout en sortant ses tonfas. Mais cette monstrueuse araignée l'avait déjà prise d'assaut et s'était avancée vers elle, dans le but de l'attaquer. S'appuyant sur ses pattes arrière, la créature avait soulevé le devant de son corps, avec l'intention de l'abattre sur la demi-Zora pour la plaquer au sol. Mais la jeune fille, rapide et vive, avait esquivé en sautant sur le côté, avant de contre-attaquer avec une frappe qui toucha le flanc droit de l'araignée. Du sang violacé gicla de l'attaque tandis que la créature avait de nouveau tenté de plaquer Epon au sol. Cette fois-ci, la bleue fit un bond en arrière pour l'esquiver une nouvelle fois, avant de sauter par-dessus la bête pour atterrir sur le dos de cette dernière. Elle se retourna ensuite, et planta simultanément et profondément ses deux lames dans le crâne du monstre, faisant gesticuler celui-ci dans tous les sens sous l'effet de la douleur. Puis, peu à peu affaiblie par cette attaque fatale, les mouvements de l'araignée ralentirent et la créature s'effondra au sol, sans vie. Soulagée d'en avoir fini rapidement avec un tel monstre, Epon retira ses tonfas du crâne de ce dernier et rangea ses armes. Mais elle continuait d'observer cet adversaire qu'elle venait de tuer: c'était la première fois de sa vie qu'elle rencontrait une telle créature.

"Est-ce que c'était de ce type de monstre dont me parlaient Link et Iria, lorsqu'ils me disaient que ce temple en était rempli ?"

Probablement. Mais Epon se doutait bien qu'un endroit comme celui-ci cachait sans doute des créatures bien plus féroces et coriaces que cette araignée. En parlant de cette dernière, une aura violette avait entouré son cadavre, ce qui fit reculer la demi-Zora.

"Qu'est-ce qui se passe encore ?" se demanda celle-ci en se mettant à nouveau en garde, craignant de voir ce monstre revenir à la vie par une quelconque magie. Mais à son étonnement, l'aura pourpre fut extraite de l'araignée morte et forma une sorte de nuage de cette couleur, qui pourrait faire penser à un spectre. Ce nuage se mit à s'envoler à travers la salle, avant de passer au travers de la porte qui se trouvait à gauche.

"Cette chose veut que je la suive ?"

Epon se mit à gravir rapidement les marches, afin de se retrouver en haut de l'autel, à la même hauteur que les trois portes de la zone. Mais il y avait un petit problème : un fossé la séparait de la porte qu'elle voulait atteindre. Néanmoins, l'hybride afficha un léger sourire en fouillant dans sa sacoche, afin de sortir le grappin qu'elle avait pris avant de quitter le Domaine Zora.

"J'ai bien fait de te prendre, toi," murmura-t-elle à l'adresse de l'outil, tandis qu'elle visait un point situé de l'autre côté du fossé, non loin de la porte. Elle envoya l'extrémité du grappin se planter dans la paroi, déployant ainsi une chaîne qui se rétracta la seconde d'après. De cette manière, Epon fut tirée en direction de la porte. Arrivée près de celle-ci, elle accéda à la zone suivante.

Cette fois, la salle dans laquelle la demi-Zora se trouvait était moins vaste. Par contre, elle s'élevait assez haut. Quelques échafaudages en bois construits près des murs s'y trouvaient. Automatiquement, le regard de la fille se tourna vers le haut : elle eut tout juste le temps d'apercevoir l'étrange aura mauve s'éclipser au-dessus du sommet de l'un des échafaudages. Une petite escalade sur celui-ci s'imposait donc. Mais alors que l'hybride s'avançait en sa direction, deux plantes carnivores surgirent brusquement du sol pour l'attaquer. Par réflexe, Epon avait fait un bond en arrière tout en s'armant de ses tonfas. Mais sa surprise fut grande lorsqu'elle remarqua que ces créatures étaient différentes des plantes carnivores qu'elle avait l'habitude de croiser. D'habitude, les pétales de ces créatures étaient violets. Mais celle des deux monstres qui lui faisaient face étaient rouges. De plus, leurs gueules étaient deux fois plus grosses que la normale.

Toutefois, aux yeux de la bleue, elles avaient beau être plus impressionnantes, elles n'en demeuraient pas moins des plantes carnivores. Et comme toutes les plantes carnivores, elles avaient un point faible : leur tige. Epon attendit alors le moment propice avant de foncer vers les deux plantes, et de se servir de ses lames pour couper les tiges des deux plantes à une vitesse fulgurante. Mais à son grand étonnement, cela ne suffit pas. Malgré leur tige coupée, les deux créatures étaient toujours vivantes et avançaient en direction de la jeune fille pour l'attaquer.

"Je rêve ou quoi ?" se demanda la jeune fille, un peu abasourdie, tandis que l'une des deux têtes avait bondi sur elle pour la mordre. Heureusement, Epon esquiva in-extremis en faisant un pas sur le côté. Mais la deuxième tête bondit sur elle à son tour, la prenant par surprise, et lui mordit son avant-bras gauche, arrachant un cri de douleur à l'hybride.

"Merde !" s'exclama-t-elle, alors qu'elle s'était mise à planter plusieurs fois sa lame dans la tête de la créature qui la mordait pour la faire lâcher prise. Au bout de quelques secondes, la plante finit par la lâcher et tomba au sol après avoir succombé aux frappes d'Epon. Au même moment, l'autre tête avait de nouveau sauté sur elle pour la mordre de la même manière. Mais Epon avait tendu sa main en sa direction, et fait apparaître un puissant jet d'eau qui envoya la créature percuter violemment un mur. Ce fut ainsi que la deuxième plante fut vaincue. La demi-Zora observa alors son avant-bras : la morsure était douloureuse, et du sang en coulait. De plus, de la salive, probablement celle de la plante, y était également présente, sous l'air un peu dégoûté de la bleue qui grimaça. Elle sortit alors un bandage de sa sacoche, ainsi qu'un bout de tissu. Avec ce dernier, elle prit soin d'essuyer le sang qui coulait de sa blessure, ainsi que la salive de la créature. Puis, avec le bandage, elle recouvrit sa blessure. L'opération ne dura pas plus de deux minutes. La jeune fille s'apprêtait ensuite à escalader les échafaudages. Mais le même phénomène qui s'était produit précédemment avec l'araignée se fit également avec les deux monstres qu'elle venait de vaincre. Une aura pourpre les avait entourées, puis était sortie de leur corps, avant de finalement s'envoler en prenant la même direction que celle qu'Epon poursuivait.

"Comme si une seule ne suffisait pas..." soupira la bleue. Mais cela ne servait à rien de se plaindre. Surtout dans un endroit pareil. Elle ravala alors ses doutes et ses craintes, puis se mit à gravir les échafaudages. De temps en temps, elle se servait de son grappin afin de gagner du temps et escalader plus vite. Finalement, quelques minutes plus tard, elle était parvenue au sommet de la salle, et faisait face à une porte. Les auras sombres, qui s'élevaient à présent au nombre de trois, avaient probablement passé au travers. Epon l'ouvrit alors et continua à les poursuivre.

Cette course poursuite hors du commun à travers tout le Temple Sylvestre dura une demi-heure à peu près, faisait visiter à Epon des zones plus ou moins semblables à celles qu'elle avait déjà explorées. De temps en temps, elle croisait d'autres créatures, comme l'araignée géante rencontrée au tout début, ou encore les plantes carnivores aux pétales rouges. Il lui était également arrivé de croiser des bokoblins armés de machettes. Elle avait enchaîné pas mal de batailles depuis son arrivée dans ce temple. Mais elle parvenait toujours à vaincre ses adversaires jusqu'à maintenant. Par contre, chose qui étonna Epon, c'était qu'à chaque fois qu'elle battait un monstre, le nombre d'auras sombres augmentait. Que pouvait bien signifier tout ceci ? Pour la princesse des Zoras, cela ne présageait rien de bon. Mais peut-être que cette histoire étrange avait un rapport avec sa marque de Nayru ?

Après avoir traversé de nombreuses sections de ce temple, Epon arriva devant un gigantesque gouffre abyssal. Ce précipice était si profond qu'on n'en voyait pas le bout. Une chute depuis cette hauteur serait fatale. La bleue observa alors en face d'elle : au loin se trouvait une gigantesque porte, quatre fois plus grande que celles qu'elle avait croisées dans ce lieu. Toutes les auras sombres qu'elle poursuivait venaient tout juste de passer au travers celle-ci. La demi-Zora devait donc se rendre là-bas. Elle réfléchit au moyen d'atteindre l'autre côté du gouffre. Après avoir balayé la zone du regard, elle remarqua un grand arbre sur le côté, dont une branche était positionnée au-dessus du précipice, pile entre le point où elle se trouvait, et le point qu'elle voulait atteindre. Elle sortit alors son grappin et l'envoya se planter dans celle-ci. Néanmoins, elle ne fit pas en sorte de se laisser tracter cette fois-ci. Elle observa une nouvelle fois le fond du gouffre, non sans déglutir légèrement.

"Si je loupe mon coup, je suis foutue..."

Elle se tourna ensuite vers la grande porte. Toujours son grappin déployé, elle prit de l'élan, avant de se mettre à courir, et de sauter au-dessus du vide, se laissant balancer d'avant en arrière à l'aide de son grappin, comme s'il s'agissait d'une liane. Lorsqu'elle estima qu'elle s'était suffisamment rapprochée de l'autre rive, elle décrocha son grappin, et atterrit au sol en faisant une roulade en avant afin d'amortir sa chute. Elle avait réussi ! Elle venait de passer au-dessus de cet immense gouffre. Après avoir soupiré de soulagement comme pour évacuer son stress, Epon se tourna vers la grande porte. Elle était vraiment énorme ! Une telle porte cachait forcément quelque chose d'important. Peut-être que certaines réponses aux questions qu'elle se posait au sujet de sa marque divine se trouvaient derrière. Ou peut-être qu'elle faisait fausse route depuis le début. De toute façon, elle ne pouvait plus reculer désormais. Elle était arrivée trop loin dans ce temple pour faire marche arrière. Prenant son courage à deux mains, et d'un air grave et sérieux, Epon souleva légèrement la porte, activant ainsi un mécanisme qui ouvrit celle-ci complètement. La jeune fille put ainsi accéder à la mystérieuse salle que cachait cette grande porte.

Chapitre 3 : Un ange noir   up

Epon venait de franchir l'immense porte jusqu'à laquelle elle était parvenue. Mais aussitôt qu'elle avait mis les pieds dans cette nouvelle section du Temple Sylvestre, la jeune fille demeura tétanisée sur place, une expression horrifiée au visage. La scène qui se déroulait sous ses yeux était des plus malsaines. À quelques mètres devant elle s'étendait une mare alimentée par quelques cascades. Mais cette eau avait une drôle de couleur : Elle était violacée et possédait une texture légèrement gluante. Non... cette chose ne pouvait pas être de l'eau.

Mais le plus terrifiant à voir dans cette zone, était la présence de trois corps suspendus au plafond de celle-ci par de vulgaires chaînes. Trois corps sans vie de deux hommes et d'une femme. La demi-Zora, sur le coup, crut à un suicide collectif par pendaison. Mais vu l'endroit, et la manière dont ils étaient suspendus et ligotés, cela ne ressemblait pas à un suicide. On aurait plutôt dit que quelque chose ou quelqu'un les avait tués, avant de les ligoter ainsi et de les suspendre pour faire une sorte de mise en scène. Mais dans ce cas, pour quelle raison ?

"Bon sang... mais qu'est-ce qui se passe, ici ?" se demanda la jeune fille aux cheveux bleus, qui avançait à pas lents à travers la salle, comme pour observer les cadavres de plus près. Mais elle remarqua les auras sombres, qu'elle poursuivait depuis un moment à travers tout le temple, voler autour de ces corps inanimés. Cela dura quelques dizaines de secondes. Epon se serait crue dans un mauvais rêve, et était prête à payer une bonne centaine de rubis en cet instant pour se retrouver ailleurs que dans ce lieu morbide. Mais elle n'était pas au bout de ses peines.

Soudain, les auras furent absorbées par les trois corps. Ou plutôt, elles prirent possession de ces derniers. Les trois cadavres ouvrirent ensuite leurs yeux, comme s'ils avaient subitement repris vie. Sauf que leurs pupilles étaient d'un rouge vif. Et de ces yeux effrayants et démoniaques qui n'avaient rien d'humain, ils fixèrent Epon d'un regard noir. De plus en plus effrayée par la tournure des événements, la princesse des Zoras recula de plusieurs pas. Mais tout à coup, les chaînes qui retenaient les trois mystérieux corps disparurent. Les cadavres tombèrent alors dans l'étrange substance violette qui remplissait la mare de cette salle. Puis, un silence de mort régna ensuite, si on excluait le bruit que faisaient les chutes d'eau. La demi-Zora ne comprenait rien à ce qui se passait. Et rien ne se produisit suite à cela. Malgré son coeur qui battait très rapidement sous l'effet de la peur, Epon se rapprocha légèrement de la mare.

Mais à peine avait-elle fait quelques pas, que le sol s'était soudainement mis à trembler. La jeune fille se précipita alors vers la grande porte pour tenter de l'ouvrir, et de quitter cet endroit. Hélas, à sa grande et désagréable surprise, elle ne le pouvait pas. Elle était prisonnière de cette salle.

"Merde !" s'écria-t-elle en se retournant pour faire de nouveau face à la mare, alors que la terre tremblait toujours. "Qui que vous soyez, si c'est une blague, c'est pas drôle !" s'exclama-t-elle à l'adresse d'une quelconque personne ou créature qui pourrait être responsable de tout ceci.

Mais ce fut une apparition pour le moins surprenante qui lui répondit : Une énorme créature avait surgi du bassin violacé, faisant reculer une nouvelle fois la jeune femme. C'était une créature hideuse, possédant trois têtes de plantes carnivores géantes reliée à un corps obèse. Trois têtes... Le même nombre de cadavres qui étaient suspendus au plafond quelques minutes plus tôt. Était-ce un hasard ?

"Fait chier..." grogna Epon qui était désormais dans de beaux draps. Prisonnière de cette salle, elle n'avait pas d'autre choix que d'affronter ce monstre énorme. Elle s'était armée de ses tonfas, mais demeurait impressionnée par une telle créature. "Comment est-ce que je suis censée me battre contre ça ?!"

Telle était la question. En plus d'être gigantesque, cette abomination était hors de portée de la jeune fille, étant donné qu'elle baignait au milieu d'une substance violette gluante et puante qui avait de grandes chances d'être toxique. Avec ses armes actuelles, Epon ne pouvait pas l'attaquer directement. Elle était donc forcée d'utiliser ses pouvoirs pour espérer vaincre ce monstre. La jeune fille, après avoir finalement rangé ses tonfas, tendit ses mains en direction du corps de cette créature, et invoqua plusieurs jets d'eau qui bombardèrent cette dernière. Elle l'attaqua ainsi, en espérant l'affaiblir. Elle n'eut pas le temps de savoir si c'était efficace ou non, car au même instant, l'une des trois têtes s'était précipitée vers elle pour l'attaquer à coup de boule. Epon sauta sur le côté afin de l'éviter, avant de foncer vers elle. Une aura bleu azur avait entouré son poing et son bras. Il s'agissait d'énergie aquatique qu'Epon avait concentrée à ce niveau de son corps. Elle frappa ensuite la tête avec un gros coup de poing. Au même instant, l'énergie accumulée dans son bras et dans son poing s'était brusquement évaporée, provoquant une onde de choc qui, couplée au coup de poing, donnait l'impression que l'hybride avait frappé avec une puissance surhumaine. Cette technique qu'Epon avait mise au point quelques années avant, et qu'elle avait baptisée le poing du phénix, avait bien sonné la plante qui venait de l'attaquer. La princesse en profita pour utiliser une autre de ses techniques, qu'elle avait nommée le cryo-canon. Elle fit apparaître un canon tout en glace par-dessus son épaule et tira un gros projectile gelé en direction de la tête, qui se retrouva aussitôt congelée avant d'exploser en mille morceaux, arrachant un cri de douleur chez les deux plantes carnivores restantes. Epon avait réussi à abattre une tête sur trois. Il n'en restait plus que deux.

Mais réussir à éliminer ces dernières était bien plus facile à dire qu'à faire. Vaincre une tête avait déjà coûté pas mal d'énergie physique et magique à la demi-Zora. Avec ce qui lui restait, elle pouvait peut-être réussir à venir à bout d'une seconde tête. Mais elle ne pouvait pas toutes les tuer. Pas en répétant cette même stratégie, en tout cas.

La jeune fille opta alors pour une autre méthode, et fit disparaître son cryo-canon avant de faire apparaître dans chacune de ses mains un pistolet de glace. Ces deux armes de cristal étaient certes plus petites et moins puissantes que le canon, mais elles consommaient moins d'énergie magique. Elle visa les deux têtes restantes avec, en attendant que l'une d'entre elles ne l'attaque. Mais la jeune fille était essoufflée. La fatigue commençait à se faire sentir, étant donné qu'entre le moment où elle avait pénétré dans la région de Firone et cet instant, elle ne s'était pratiquement pas reposée. De ce fait, elle ignorait si elle allait tenir encore longtemps face à cette créature.

Mais alors que l'une de deux têtes allait foncer vers elle pour l'attaquer, une silhouette apparut juste au-dessus d'elle, et avait frappé la plante avec ce qui ressemblait à une épée, avant de disparaître... pour réapparaître juste devant la bleue. Surprise de cette apparition soudaine et inattendue, l'hybride avait instinctivement reculé de quelques pas. Mais cela ne l'empêcha pas d'observer cet individu. C'était un jeune humain, tout vêtu de noir et avec des cheveux argentés coiffés en bataille. Il était plutôt grand, pas loin du mètre quatre-vingt, et semblait un peu plus âgé qu'Epon.

"Ça ira ?" demanda-t-il à la princesse, alors qu'il avait fait apparaître une épée dans sa main.

Mais qui était cet homme ? Ce fut à ce moment-là que la marque divine d'Epon s'était mise à luire sur sa jambe. Mais plus surprenant encore, c'était que l'épaule droite du mystérieux jeune homme devant elle semblait également briller. A travers sa veste noire, on parvenait à distinguer un symbole rouge, qui n'était pas tout à fait inconnu pour la jeune fille.

"La marque de la déesse Din ? s'étonna Epon alors qu'un léger sourire semblait s'être dessiné sur les lèvres de cet homme.
- Si ça ne te dérange pas, on en reparlera plus tard," avait-il répondu sans lâcher la créature du regard.
Effectivement, le moment était mal choisi pour poser des questions de ce genre. La priorité pour l'instant était de terrasser ce monstre en face d'eux.
"Je m'occupe de la tête de gauche, je te laisse celle de droite, proposa l'homme en noir qui faisait preuve d'un calme déconcertant.
- Euh... okay ?"

Epon avait dû prendre un certain temps pour se ressaisir et se concentrer de nouveau sur la bataille. L'inconnu, lui, était déjà parti à l'assaut de la tête la plus à gauche. Il avait couru en sa direction, et s'était téléporté au-dessus d'elle, pour lui planter son épée au-dessus du crâne. La jeune fille était impressionnée par les pouvoirs de cet homme. Mais elle ne s'attarda pas trop sur les prouesses de son nouvel allié imprévu. La tête qui se trouvait le plus à droite avait décidé d'attaquer la bleue. Epon se contenta d'esquiver, avant de lui tirer plusieurs petits projectiles gelés avec ses pistolets de glace. Elle fit ensuite disparaître ses armes gelées, afin d'invoquer un puissant jet d'eau pour éloigner la plante d'elle. Au même moment, l'argenté s'était téléporté juste à côté de l'hybride, et avait fait apparaître une multitude d'armes blanches en tous genres, tout autour de la créature. Il y avait des épées, des lances, des dagues, des haches, et quelques autres. Cela faisait environ une dizaine d'armes en tout.

"Disparais, saloperie !" s'écria-t-il ensuite tout en claquant des doigts. Chacune de ses armes généra ensuite de puissantes explosions de feu, qui touchèrent de plein fouet les deux plantes carnivores géantes. Ces deux dernières, brûlées et vaincues, s'écroulèrent dans la mare, avant de disparaître. L'eau de l'endroit avait d'ailleurs retrouvé une couleur normale, et cette zone s'éclaira de plus en plus. En quelques instants, on était passé d'un paysage lugubre et malsain à un endroit enchanteur avec une eau incroyablement claire et limpide. C'était signe que cet éprouvant combat était enfin terminé. Le duo pouvait à présent respirer.

"Merci du coup de main... qui que tu sois, dit Epon à l'adresse du jeune homme en noir tout en se tournant vers lui.
- Appelle-moi Gray, répondit celui-ci en se tournant vers elle avec un léger sourire.
- Euh... d'accord. Enchantée Gray. Moi c'est...
- Je sais qui tu es, Epon. À la fois princesse des Zoras, fille de la Reine Rutella, porteuse de la marque de Nayru et surnommée par certains le Phénix Bleu. Ça fait beaucoup de titres, pour une si jeune fille !"

Là, c'était bizarre aux yeux de l'hybride. Comment ce type la connaissait-il ? Elle ne l'avait jamais rencontré auparavant. De plus, elle prenait toujours soin de dissimuler son statut de princesse, et ce surnom de Phénix Bleu que son peuple lui avait attribué. Alors, comment pouvait-il savoir, pour tout cela ? D'ailleurs, ce n'était pas la seule question qu'elle se posait vis-à-vis de lui.

"Dis Gray. Cette marque sur ton épaule... Depuis quand la possèdes-tu ?
- Pour dire vrai, je l'ai toujours eue. Lorsque j'étais bébé, j'avais déjà ce symbole dessiné sur mon épaule."
Epon ne fut que très peu surprise par cette réponse. Tout comme elle, Gray aussi portait cette marque depuis sa naissance.
"Est-ce que tu sais ce que représentent ces marques, et pourquoi on les porte ?" le questionna alors la bleue.
Mais Gray s'était contenté de croiser ses bras, avec un sourire un peu sournois.
"Je pensais que tu le savais déjà. En fait, j'ignore pourquoi c'est particulièrement nous qui avons été choisis pour les porter. Mais je sais qu'elles nous donnent des pouvoirs. La mienne me donne le pouvoir du feu et de la téléportation, et la tienne te donne le pouvoir de l'eau, et de la sensibilité aux énergies."

Là, Epon demeura stupéfaite. La sensibilité aux énergies ? Mais... ce n'était pas à cause de son hybridité qu'elle possédait cette faculté-là ? Face à son étonnement et à sa tête ahurie, le dénommé Gray ne put s'empêcher de rigoler un peu.

"Je constate que même la princesse des Zoras peut faire preuve de naïveté.
- Hey !" fit Epon sur un ton sévère en fronçant les sourcils.
Elle n'aimait pas trop être traitée de fille naïve de cette manière.
"Ne le prends pas mal ! lui dit néanmoins l'argenté en voyant qu'elle avait plutôt mal pris sa dernière remarque. Je ne fais que te dire ce que je sais au sujet de ta marque. D'ailleurs, tu devrais te méfier à l'avenir."
Alors qu'il lui avait dit cela, le jeune homme avait fait volte-face à la fille, et s'était rapproché de la mare tout en observant les alentours.
"Je pense que ce n'est pas un hasard, si tu t'es retrouvée ici enfermée à affronter un tel monstre, reprit-il. Si tu veux mon avis, quelqu'un cherche à te tuer, peut-être justement par rapport à cette marque que tu portes.
- Et qu'est-ce qui te fait dire ça ? demanda Epon en prenant un air méfiant.
- Se retrouver enfermé dans une salle à affronter un énorme monstre qui semble imbattable... On m'a déjà fait le coup une fois dans une caverne perdue quelque part dans la région d'Ordinn. J'ai d'ailleurs eu beaucoup de chance de m'en être tiré ce jour-là."

La demi-Zora avait du mal à le croire. Si ce que disait ce Gray était vrai, alors quelqu'un cherchait réellement à les tuer, elle et lui, juste à cause de leurs marques ? Mais pourquoi ? Qu'est-ce que ces marques représentaient ? Et puis, quelque chose interpellait l'hybride à ce sujet.

"Vu qu'on est deux à posséder les marques de Nayru et de Din, je suppose qu'il existe dans ce royaume une troisième personne portant celle de Farore, n'est-ce pas ?
- C'est vrai, approuva l'homme en noir en se tournant de nouveau vers la fille. Mais en réalité, nous ne sommes pas que trois. Il existe une quatrième personne, portant la marque d'une déesse dont tout le monde nie ou ignore l'existence."
Epon demeura bouche-bée devant une telle révélation. Une déesse dont tout le monde niait l'existence ? Mais qu'est-ce qu'il racontait ?
"Attends, tu es en train de me dire... qu'il existe une quatrième déesse ?
- Ça a l'air de te surprendre, commenta Gray d'un air plutôt amusé.
- Sérieusement Gray, dis-moi la vérité !
- Je viens de te la dire, lui fit remarquer le concerné. Hyrule ne compte pas trois, mais quatre déesses. Et quatre personnes vivant dans ce royaume possèdent chacune une marque représentant ces déesses."

Là, Epon était complètement abasourdie. En fait, au début, elle pensait que Gray lui faisait une mauvaise blague. Mais malgré son sourire qui se voulait plutôt malicieux, il avait l'air sérieux dans ces propos. Si ce qu'il affirmait se révélait exact, cela remettrait en question toutes les croyances et les légendes tournant autour d'Hyrule.

"Dis, est-ce que tu pourrais m'en dire plus au sujet de cette quatrième déesse ? lui demanda alors Epon.
- T'en dire plus ? Si tu veux. Mais pas ici, ni maintenant."
Alors que la bleue afficha un air surpris devant une telle réponse, l'argenté avait avancé de quelques pas pour s'éloigner d'elle, et s'était retourné pour lui faire face une dernière fois.
"J'ai quelque chose à faire là maintenant. Mais si tu veux vraiment en savoir plus, rends-toi au village oublié. Il se trouve à la frontière entre Lanelle et Ordinn. Quand tu y seras et que tu m'y retrouveras, je t'expliquerai plus en détails ce que tu dois savoir. Tâche de ne pas mourir d'ici là, Princesse."

Sur ces mots qu'il avait prononcés en souriant légèrement, Gray fit un clin d'oeil à Epon, avant de disparaître brusquement, laissant derrière lui un nuage de plumes noires qui s'étaient déposées lentement au sol. La demi-Zora s'approcha du point où le porteur de la marque de Din avait disparu, et ramassa l'une de ces plumes pour la regarder de plus près.

Elle avait l'impression de tenir une plume d'ange. D'un ange noir au vu de sa couleur. C'était vraiment étrange. Néanmoins, ce Gray intriguait énormément la jeune fille. Il était comme elle. Lui aussi portait la marque d'une déesse et possédait des pouvoirs puissants. Sauf que les siens étaient liés au feu, ce qui était logique vu qu'il portait la marque de la déesse représentant cet élément. Mais qui était réellement cet homme ? Que savait-il au sujet de ces marques et de cette quatrième déesse dont personne n'avait jamais mentionné l'existence jusqu'à présent ? Gray était-il digne de confiance ? Ou cherchait-il à nuire à Epon en essayant de la duper ? C'est avec ces nombreuses questions se bousculant dans sa tête que la jeune fille décida de quitter cet endroit. La porte étant débloquée depuis la disparition de la créature qu'ils avaient combattue, elle pouvait à présent sortir et quitter le Temple Sylvestre en rebroussant chemin.

Chapitre 4 : Terrible vérité   up

Le ciel s'était assombri et la pluie tombait à verse sur Hyrule. Cela faisait trois jours qu'Epon avait quitté le Temple Sylvestre, dans lequel elle s'était aventurée. Après les rudes épreuves qu'elle avait traversées là-bas, la jeune fille avait décidé de retourner au Domaine Zora. Elle avait besoin de temps pour digérer tout ce qu'elle avait vécu trois jours plus tôt : sa rencontre avec Link, les créatures qu'elle avait dû affronter pour s'en sortir, l'intervention de Gray, et ce que ce dernier lui avait révélé au sujet des marques et de l'existence d'une quatrième déesse.

En repensant à cet homme en noir, l'hybride, actuellement vêtue d'une nuisette blanche et assise sur le lit de sa chambre, soupira tout en recroquevillant ses jambes de façon à ramener ses genoux contre sa poitrine. Gray lui avait proposé de le rejoindre dans un certain village situé à la frontière des régions d'Ordinn et de Lanelle, si elle tenait à en savoir plus au sujet de la marque qu'elle portait sur sa cuisse. L'idée était terriblement tentante. Toutefois, Epon hésitait : elle ne savait pas si elle devait accorder sa confiance à ce type ou non. Il l'avait pourtant bien aidée au Temple Sylvestre lorsqu'elle combattait la gigantesque plante carnivore à trois têtes. Mais il y avait quelque chose d'étrange chez Gray. Lorsqu'elle avait tenté de sonder son énergie comme elle l'avait fait avec Link, elle n'était pas parvenue à savoir si cet homme était bon ou mauvais, ce qui accentuait encore plus le doute.

Tandis qu'elle était plongée dans ses pensées, quelqu'un toqua à la porte de sa chambre.

"Epon ? Tu es là ?"
C'était la voix de Finiel. La bleue l'autorisa à entrer et le Zora ouvrit la porte. Il afficha néanmoins un air un peu surpris en voyant la tenue actuelle de sa princesse.
"Tu as fait la grasse matinée aujourd'hui ? lui demanda-t-il alors. Cela ne te ressemble pas."
En guise de réponse, Epon afficha un léger sourire en détournant son regard de son garde personnel.
"Aussi bizarre que ça puisse te paraître, je n'ai pas vraiment fermé l'oeil cette nuit."
Ce fait étonna un peu plus le Zora qui observait longuement sa cadette. Il l'avait connue bien plus joyeuse que cela.
"Epon... qu'est-ce qui s'est passé à Firone ?
- Hm ?
- Je trouve que tu te comportes étrangement depuis que tu es revenue de ta promenade là-bas. Tu sembles préoccupée. Est-ce que tu as vu quelque chose qui t'a... choquée, ou bouleversée ?"

L'hybride demeura silencieuse devant une telle question. Des choses qui l'avaient choquée... Epon en avait effectivement vues, entre les monstres qu'elle avait rencontrés dans la forêt de Firone et dans le Temple Sylvestre, les trois cadavres humains suspendus qu'elle avait découverts au plafond d'une salle lugubre, et l'horrible plante carnivore géante qu'elle avait combattue. Elle en avait même fait des cauchemars la nuit ayant suivi cette éprouvante journée.

"Epon, l'interpella de nouveau Finiel en voyant qu'elle ne lui avait pas répondu. J'ignore ce qui te tracasse mais ce n'est pas en te réfugiant dans le silence que tu te sentiras mieux. Tu peux tout me dire, tu sais ?"

Aucune réponse de la part de la demi-Zora. Ce n'était pas qu'elle ne voulait rien lui dire. C'était juste qu'elle ne savait pas si elle devait lui parler de cette histoire maintenant. Si elle se mettait à mentionner l'existence d'une quatrième déesse et que ce genre d'informations se propageait au sein du peuple Zora, voire même au sein du peuple d'Hyrule tout entier, cela risquerait de créer des conflits. Oui. Epon voyait loin sur ce coup. Mais n'empêche qu'elle savait très bien pourquoi elle ne voulait rien confier à son garde personnel. Toutefois, elle savait aussi que celui-ci était de bons conseils.

"Finiel, dis-moi : Supposons qu'un jour, par hasard, tu rencontres une mystérieuse personne qui dit en savoir long à ton sujet, et qui détient également toutes les informations que tu cherches à récolter depuis très longtemps. Supposons ensuite qu'il ne te dévoilera ces informations que si tu le rejoins à un certain endroit. Sachant que c'est une personne que tu viens à peine de rencontrer et que tu ne sais pratiquement rien sur lui, qu'est-ce que tu ferais ? Est-ce que tu irais quand même le voir ?"
Devant une telle question, Finiel se frotta l'arrière de la tête, un peu confus. Il trouvait la question de sa cadette bizarre. Mais il prit tout de même le temps de réfléchir à sa réponse.
"Hum... tout dépend si les informations en question en valent la peine. Personnellement, si l'inconnu ne me paraît pas trop louche, je serais allé le voir pour écouter ce qu'il a à dire. Mais en gardant une part de méfiance tout de même."

Epon le savait et sourit légèrement en entendant la réponse du Zora. Décidément, elle et Finiel étaient sur la même longueur d'onde. Il venait de dire tout haut ce qu'elle-même projetait de faire. Elle en était rassurée. D'un bond, elle se leva de son lit, se précipita vers son armoire et attrapa ses vêtements. Elle ôta ensuite sa nuisette pour les enfiler, sous les yeux de Finiel qui était complètement rouge d'embarras. Il se retourna alors vivement pour ne pas voir la jeune fille se déshabiller de la sorte.

"E... Epon ! P... préviens-moi quand tu fais ce genre de choses !"
Se changer ainsi devant Finiel ne dérangeait absolument pas la bleue, qui enfilait à présent ses chaussures. Une fois cela fait, elle s'avança de nouveau vers l'armoire et attrapa une longue cape brune qui possédait une capuche.
"Finiel, lui parla alors la jeune fille en s'approchant de lui, le faisant ainsi se retourner. Je m'absente du domaine un moment. Je ne sais pas si je serai rentrée aujourd'hui. Mais préviens ma mère pour moi, okay ?
- Hé, attends un peu ! la freina Finiel. Tu comptes sortir comme ça ? Sous cette pluie ? Mais pour aller où ?
- Pas le temps de t'expliquer maintenant. Mais promis, tu en sauras plus bientôt !"

Sur ces mots, elle embrassa vivement le Zora sur la joue avant de se précipiter hors de sa chambre, tout en enfilant sa cape. Elle avait laissé derrière elle un Finiel aux joues rosées, avec une expression complètement abasourdie sur son visage.

Plusieurs heures avaient passé depuis qu'Epon avait précipitamment quitté le domaine Zora. Elle marchait à présent dans la plaine d'Hyrule en direction de la région d'Ordinn. Néanmoins, la pluie torrentielle qui déferlait rendait le trajet pénible. Sur sa route, l'hybride avait croisé une multitude de monstres qui voulaient lui barrer la route. Elle était parvenue à les vaincre, mais non sans quelques blessures au niveau de son ventre, de son épaule et de son visage. Heureusement pour elle, ce n'était pas des blessures trop graves, ni trop profondes. Mais elles étaient un peu douloureuses. De plus, la cape de la jeune fille était déchirée à plusieurs endroits et ne la protégeait désormais plus de la pluie. Epon dut donc s'en séparer pour s'alléger avant de continuer son chemin.

Au bout d'un moment, elle finit par apercevoir l'entrée d'une caverne qui semblait éclairée par quelques torches. Elle décida de s'y réfugier afin de s'abriter de la pluie, le temps que celle-ci se calme. Mais par curiosité et parce qu'elle n'avait rien à faire d'autre, elle s'enfonça un peu dans la grotte. Cette dernière n'était pas très longue et débouchait sur une sorte de village fermé entre plusieurs falaises assez hautes. Par contre, ce lieu semblait désert. Les maisons étaient abîmées ou en ruines pour certaines, et il n'y avait personne dans les environs. Pas d'habitant, pas de monstre. Juste quelques chats par-ci par-là.

"C'est ça ? Le village oublié ?" se demanda Epon alors qu'elle s'était aventurée de nouveau sous la pluie pour traverser ce village. En marchant ainsi, la jeune fille parvint à distinguer une présence humaine malgré le silence de mort régnant par ici. Cet endroit n'était donc pas totalement dépourvu de vie. Restant sur ses gardes, la bleue avança prudemment jusqu'à apercevoir de la lumière dans la maison la plus au fond du village. Elle accéléra donc le pas en cette direction dans le but d'aller toquer à la porte. Mais avant qu'elle ne parvienne jusqu'à cette dernière, elle s'était ouverte, laissant apparaître Gray. Le jeune homme avait l'air surpris de la voir dans un état pareil sous une pluie aussi diluvienne. Mais il savait qu'elle serait venue le voir tôt ou tard.

Après l'avoir laissée entrer chez lui pour qu'elle puisse se sécher et soigner ses blessures, l'argenté tendit un bol de soupe aux potirons à la demi-Zora.

"Je sais qu'en tant qu'hybride mi-humaine mi-zora tu ne crains pas spécialement la fraîcheur, mais je pense que te réchauffer un peu ne te sera pas désagréable," lui dit-il en affichant un léger sourire.

Tout en le remerciant, Epon saisit le bol. Mais elle ne but pas son contenu tout de suite. Elle balaya rapidement du regard l'intérieur de la maison de Gray. Celle-ci n'était pas particulièrement spacieuse. Ils étaient dans une grande pièce où se trouvaient une table, quelques chaises, ainsi qu'une cheminé allumée. Quelques étagères remplies de livres étaient aussi présentes. Il y avait également deux portes menant probablement dans des chambres. La jeune fille ne s'attarda pas trop sur tous ces détails. Elle s'était de nouveau tournée vers le jeune homme qui affichait à présent un sourire amusé.

"Je suppose que ce n'est pas qu'une simple visite de courtoisie, n'est-ce pas ?
- Tu m'avais dit que tu m'en dirais plus au sujet des marques lorsque je serais venue ici, répondit Epon. À présent que je suis là, j'attends tes explications."

Gray resta silencieux pendant quelques secondes, avant de s'avancer près d'une fenêtre afin d'observer la pluie dehors. Ce qu'il était sur le point de révéler à la fille allait probablement bouleverser l'avenir et le quotidien de cette dernière. Mais l'homme en noir estimait qu'elle avait le droit de connaître la vérité au sujet des marques divines.

"La légende des déesses, telle qu'on la connaît, se résume à Din, déesse du feu et de la guerre, Farore, déesse des forêts et des vents, et Nayru, déesse de l'eau et de l'amour, qui créent le royaume d'Hyrule, avant d'y insuffler la vie.
- Jusque là, tu ne m'apprends rien de nouveau, rétorqua Epon.
- Sauf qu'en réalité, il existe une quatrième déesse qui a participé à la création de ce monde. Lato, déesse des déserts et des morts."
Ainsi, cette fameuse quatrième déesse se prénommait Lato ? Pourquoi la princesse des zoras n'en avait jamais entendu parlé auparavant ?
"Le fait qu'une déesse de la mort soit à l'origine de la création d'Hyrule est une chose assez taboue pour les Hyliens, expliqua Gray d'un air sérieux. La plupart d'entre eux ont préféré renier cette déesse morbide et se dire que seules Din, Nayru et Farore étaient à l'origine de notre monde.
- C'est pour ça que l'existence de Lato nous est cachée ?" s'étonna Epon.
Gray hocha la tête pour dire oui en guise de réponse.
"Je sais, c'est complètement idiot, admit-il. Mais souvent, la foi perturbe le jugement et le raisonnement des gens, les faisant faire n'importe quoi. Cette ignorance de la part de ceux à qui les déesses ont donné la vie a provoqué la colère de ces dernières. Les quatre déesses ont alors choisi quatre personnes. Quatre sortes d'élus qui porteraient chacun leur marque respective."

En disant cela, l'homme en noir se saisit d'une feuille de papier sur laquelle étaient dessinés les symboles des déesses, et le montra à la bleue.

"Pourquoi avoir choisi quatre élus ? Quel est le but de ces quatre personnes ? Quel est notre but ?" demanda alors Epon.
Mais le visage de Gray s'assombrit, tandis qu'il avait serré ses poings.
"Gray... ?"
Cette attitude de sa part étonnait un peu l'hybride. Mais ce que le jeune homme lui révéla ensuite l'a tétanisa sur place.
"Si nous avons été élus... c'est pour détruire Hyrule."
Epon n'était pas sûre d'avoir bien entendu sur le coup. Elle ne savait même pas comment réagir face à cela.
"C'est une blague... n'est-ce pas ? demanda-t-elle d'une petite voix.
- J'aurais bien voulu, crois-moi. Mais je suis sérieux. Si les déesses nous ont confié des pouvoirs à travers ces marques, ce n'est pas pour rien. Elles font de nous des machines à tuer, destinées à semer le chaos dans le royaume, afin de punir ceux et celles qui ont douté de l'existence de la déesse Lato."

Epon n'en revenait pas. Elle qui pensait être une personne vouée à accomplir des actes héroïques... Elle qui faisait tout pour préserver cette paix qu'Hyrule avait retrouvée depuis quelques mois... Elle qui portait le surnom de Phénix Bleu, créature divine ayant autrefois sauvé le royaume selon une ancienne légende... Voilà qu'aujourd'hui, elle apprenait que sa mission était tout le contraire de tout cela. La marque qu'elle portait sur sa jambe depuis tout ce temps, c'était juste parce que la déesse Nayru l'avait choisie pour détruire ce qu'Epon cherchait à protéger depuis toujours. Cette marque qu'elle portait sur sa jambe s'avérait finalement être maudite.

"Je n'arrive pas à y croire... D'ailleurs je n'y crois pas ! s'exclama-t-elle en se tournant vers Gray. Ce que tu dis n'a aucun sens ! Les déesses ont élu des personnes portant le symbole de la Triforce dans le but de faire régner la paix à Hyrule. Pourquoi avoir également élu des personnes pour le nuire ? Ce n'est pas logique !
- Pff... les déesses s'en foutent de la logique. Regarde Ganondorf ! C'était un élu des déesses au même titre que la princesse Zelda, ou que ce héros qu'on appelle Link. Et pourtant, il n'a pas hésité à faire le mal autour de lui pour tenter de s'emparer du royaume."

On ne pouvait pas nier que Gray avait raison sur ce point là. Mais si tout ceci s'avérait exact, il y avait plusieurs choses qu'Epon ne comprenait pas.

"Dans ce cas, si on s'en tient au fait qu'il existe une quatrième déesse, la Triforce n'a plus de raison d'être, vu qu'elle est le symbole des trois déesses fondatrices d'Hyrule, à savoir Din, Farore et Nayru, fit-elle remarquer. Et puis... comment as-tu su, au sujet de tout ça ? Qu'est-ce qui me prouve que tu n'es pas en train de me mentir pour mieux me manipuler ensuite ?"
Un silence long d'une dizaine de secondes s'en suivit, avant que Gray n'éclate de rire.
"Drôlement naïve pour une princesse ! Je me demande bien pourquoi la déesse Nayru t'a choisie toi en particulier. Tu n'es encore qu'une gamine en fin de compte."

D'ordinaire, Epon lui aurait collé une droite dans la figure pour cette moquerie. Mais après le choc suite à la révélation de l'argenté, elle n'avait ni la force, ni l'envie de frapper qui que ce soit. Tout ce qu'elle voulait, c'était connaître la vérité, même si celle-ci était très dure à entendre. Voyant que la demi-Zora n'avait pas réagi face à sa tentative ratée de taquinerie, Gray se décida enfin à répondre à ses interrogations.

"Si j'avais vraiment voulu te mentir pour te manipuler, jamais je ne t'aurais révélé le lieu où je réside.
- Tu vis vraiment dans ce village abandonné ?
- Ce village abandonné comme tu dis avait un nom autrefois. Orkidië. Mais il a subi un massacre qui a décimé sa population, il y a maintenant une douzaine d'années. Je suis le seul à avoir survécu. Mes parents, mon frère, mes amis, mon entourage... Tous ont été tués ce jour-là."
Si Epon s'attendait à cela ! Elle comprenait mieux à présent, la raison pour laquelle son homologue masculin vivait seul ici.
"Je suis désolée, s'excusa-t-elle. Je ne savais pas."
Gray se contenta de pousser un léger soupir, avant de revenir sur le sujet principal de leur conversation.
"Pour ce qui est de la Triforce, je pense que tu vas rapidement comprendre si je te montre ça."
Il déplia un second papier, où était dessiné le symbole de la Triforce.
"Les triangles pointant vers le haut représentent les trois déesses connues de tous : Farore, Nayru et Din, expliqua l'argenté. Mais au milieu de ces triangles, se trouve un triangle pointé vers le bas qui représente Lato, la déesse oubliée de tous. La déesse que les Hyruliens ont préféré cacher dans un tissu de mensonge, juste parce qu'elle représentait la déesse des morts."

La princesse des Zoras ne savait pas quoi penser de toute cette histoire. D'un côté, elle ne comprenait pas pourquoi les habitants d'Hyrule avaient décidé de renier Lato juste à cause de son statut. Mais d'un autre côté, elle trouvait que les déesses exagéraient en choisissant une poignée de gens pour semer la zizanie à Hyrule, rien que pour cela. Epon poussa un long et profond soupir, histoire d'évacuer le choc qui s'était accumulé en elle durant toute cette conversation. Elle avait encore du mal à digérer tout cela. Néanmoins, il restait encore une question qu'elle voulait poser à Gray.

"Ceux qui portent les marques de Farore et de Lato, tu les connais ? Tu les as déjà croisés ?
- Non, j'ignore qui ils sont. Tout ce que je peux te dire à leur sujet, c'est que la personne portant la marque de Farore possède le pouvoir du vent et de la transformation, et que celle qui porte la marque de Lato possède le pouvoir de la terre, une force surhumaine, et peut-être même d'autres pouvoirs que je ne connais pas. Autant dire que ce sont deux personnes qui peuvent devenir dangereuses si elles ont de mauvaises intentions.
- Et toi ? l'interrogea Epon. Tu n'as pas de mauvaises intentions ?"
Cette question de sa part avait fait sourire le jeune homme. Mais d'un sourire sincère, qui n'avait rien de sournois ou de malicieux cette fois.
"Tu doutes encore de moi, hein ? constata-t-il. Ça peut se comprendre. Et tu as bien raison de te méfier. Il ne faut jamais faire totalement confiance à quelqu'un. Ton meilleur ami d'aujourd'hui peut très vite devenir ton pire ennemi de demain.
- Dans ce cas, si toi tu ne me fais pas totalement confiance non plus, pourquoi m'avoir révélé tout cela ? Et puis, tu ne m'as toujours pas dit comment tu es au courant de cette histoire."

Gray regarda la jeune fille longuement, avant de se rapprocher d'elle, afin de lui murmurer un mot à l'oreille.

"Psysalis."
Psysalis ? Qu'est-ce que c'était ?
"Je pense que tu le sauras bien assez tôt, se contenta de répondre l'argenté en s'éloignant de son interlocutrice. Sinon, en ce qui concerne la raison pour laquelle je t'ai révélé cette vérité au sujet des marques, c'est pour faire de toi mon alliée.
- Ton alliée ? Comment ça ?
- Il se peut que les deux autres porteurs des deux autres marques soient des gens malfaisants. Dans ce cas, si on est deux, on pourra les retrouver plus facilement... et les éliminer si besoin."
Son raisonnement échappait à la jeune fille. Pourquoi éliminer ceux qui étaient comme elle et lui ?
"Même si on m'a désigné comme étant l'un de ceux qui doivent foutre le bordel à Hyrule, je refuse de faire ça, confia le jeune homme. Je me fiche d'être maudit par les déesses ou d'être à l'écart de tous. Mais je ne tiens pas à être l'auteur d'un quelconque crime juste pour satisfaire l'égo des déesses."
À cet instant précis, il s'était de nouveau approché d'Epon en la regardant dans les yeux.
"Je ne veux pas utiliser mes pouvoirs pour semer le chaos dans ce royaume. Et vu le genre de personne que tu es, je suis sûr et certain que tu partages cet avis."

La bleue avait détourné son regard de lui. Il était vrai qu'elle pensait comme lui. Malgré ce qu'elle était supposée être, elle ne voulait pas faire de mal autour d'elle, tout comme lui. Mais en même temps, elle était tellement bouleversée qu'elle n'arrivait même plus à réfléchir correctement. Et puis, ce Gray... Elle le connaissait à peine. Comment être sure qu'il était réellement digne de confiance ? Alors que l'hybride était perdue dans ses pensées, elle sentit deux mains se poser sur ses épaules. C'était celles de Gray. Il la regardait avec un sourire qui se voulait plus ou moins rassurant.

"Epon, avait-il repris. Je sais que tout ce que je viens de te dire est assez inattendu et difficile à avaler. Mais ne te prend pas la tête avec ça. Par contre, ce que je te conseille, c'est de redoubler de prudence. Si une personne connaissant l'histoire des élus que nous sommes voit ta marque, elle pourrait chercher à te nuire même si tu n'as rien fait de mal."

La jeune fille demeura silencieuse en cet instant, bien trop secouée pour répliquer quoi que ce soit. Elle n'avait pas spécialement peur. Mais apprendre qu'elle a été élue pour faire le mal alors que ce n'était pas dans sa nature... Doucement, toujours sans rien dire, elle s'était reculée de telle sorte à enlever les mains de Gray de ses épaules.

"Gray... J'ai besoin d'être un peu seule..." l'informa-t-elle sur un ton monotone.

Epon ne savait pas du tout ce qu'elle ressentait en cet instant. De la colère ? De la tristesse ? De la déception ? De la honte ? Franchement, elle ne le savait pas. Mais elle avait besoin que ce sentiment s'évacue. Et en remarquant le regard compatissant de l'argenté, elle comprit qu'il allait lui accorder cette faveur.

"Si jamais tu as besoin d'une autre information ou de quoi que ce soit d'autre, je serai dans les parages. Repose-toi, tu en as besoin."

Sur ces mots, le jeune homme avait quitté la pièce, laissant la demi-Zora seule. Seule face à ses doutes, et face à ce destin cruel auquel l'avait condamnée la déesse Nayru en apposant sa marque sur la cuisse de la jeune fille. En cet instant, Epon avait envie de hurler et de pleurer. Mais la force lui manquait. Son regard s'était tourné vers la fenêtre : il pleuvait toujours autant que lorsqu'elle était arrivée ici. Elle se mit alors à contempler cette pluie, l'air maussade.

Chapitre 5 : Psysalis   up

"Où suis-je ?"

Epon ne savait pas où elle se trouvait en cet instant. Elle ignorait comment elle était parvenue dans cet endroit pour le moins étrange. Il y avait quelques minutes à peine, elle était chez Gray. Et maintenant, elle se retrouvait dans une sorte de forêt. Elle avait cru que c'était celle de Firone dans un premier temps. Mais ce paysage environnant n'avait rien à voir : la forêt en question n'était pas aussi dense. Par contre, elle était sombre. Mais pas sombre comme on pourrait qualifier un lieu plongé dans le noir total. C'était comme si les environs étaient éclairés par une douce lumière bleutée. C'était beau à voir, tout en gardant un côté sinistre qui était renforcé par le silence de mort régnant par ici. La demi-Zora n'entendait aucun bruit. De plus, aucun vent ne soufflait. C'était comme si le temps était figé et qu'Epon était la seule à pouvoir bouger.

La jeune fille sentit tout à coup un picotement au niveau de sa cuisse gauche. C'était sa marque divine de Nayru qui brillait. D'ailleurs, elle n'était pas la seule : tout le corps d'Epon était entouré d'une aura de lumière. La bleue ne comprenait pas pourquoi et elle ne savait pas si elle devait s'en réjouir, ou au contraire s'en inquiéter. Mais dans l'immédiat, elle n'avait pas d'autre choix que de faire avec. Prenant son courage à deux mains, elle s'avança à travers cette forêt mystique, mais ne savait pas où aller. Il y avait tellement de chemins possibles à emprunter ! Epon s'était contentée de suivre son intuition. En cours de route, elle avait croisé diverses statues entourées d'une aura lumineuse, tout comme elle. L'hybride ne savait pas trop ce que représentaient ces sculptures, mais elles avaient toutes une forme humanoïde et possédaient des armes : des grandes épées pour quelques-unes, et deux sabres plus petits pour les autres.

"Qu'est-ce que des statues comme celles-là fabriquent dans un endroit pareil ? se demanda Epon. Et pourquoi des statues armées ?"

Alors qu'elle commençait à imaginer diverses hypothèses farfelues pour tenter de trouver une réponse à ses interrogations, la jeune fille entendit une voix. C'était une voix enfantine et féminine aiguë qui semblait chanter. Les paroles de sa chanson étaient d'ailleurs plutôt tordues :

"Phénix, phénix, tu sembles perdue.
Princesse, princesse, tu ne vivras plus.
Mes amis démembreront ton corps,
Et tortureront ton esprit jusqu'à ta mort."

Des rires s'ensuivaient. Phénix ? Princesse ? Cette inconnue parlait probablement d'Epon. Mais qui était-elle ? Une chose était sûre : vu le côté malsain et morbide de la chanson, la bleue pouvait s'attendre à croiser une fille complètement folle dans cet endroit. Mais la chanson ne s'arrêtait pas là.

"Jeune fille, jeune fille, comme ton coeur est pur.
Dommage, dommage, tu n'as plus de futur.
Tu n'échapperas pas à ce monde,
Car ce lieu lugubre deviendra sous peu ta tombe."

L'hybride aux cheveux bleus commençait à en avoir assez de cette mascarade. Elle détestait les gens qui jouaient avec ses nerfs de cette manière.

"Montre-toi, au lieu de te cacher lâchement pour chanter des conneries !" s'écria la princesse des Zoras alors qu'elle observait autour d'elle pour essayer de repérer la silhouette de cette mystérieuse fille.
En guise de réponse, cette dernière se contentait de rigoler.
"Je vois que tu n'apprécies guère l'humour noir, élue de Nayru."

C'est alors qu'une jeune fille apparut soudain à quelques mètres devant Epon. Elle était tout vêtue de rose, et avait également de longs cheveux roses coiffés en une longue queue de cheval. Elle possédait aussi dans sa main une sorte de sceptre, dont l'extrémité possédait un visage humain.

"Qui... qui es-tu ?" lui demanda la bleue en restant sur ses gardes.
La fille en rose se contenta d'afficher un sourire plutôt malicieux, avant de lui donner une réponse qui semblait dépourvue de sens :
"Je suis à la fois tout le monde et personne. Certains me qualifient de gardienne, d'autres de bourreau. Mais si tu veux m'appeler par un nom, appelle-moi simplement Alys.
- Où sommes-nous ? Et qu'est-ce que tu me veux ? l'interrogea Epon ensuite.
- Nous sommes plongées au plus profond de ton esprit, Epon. Dans un endroit où seuls toi et trois autres personnes pouvez accéder. Tu es dans un lieu qu'on appelle Psysalis. C'est grâce à la déesse Nayru qui t'a élue que tu peux venir ici. En ce qui concerne ce que je veux..."
Le sourire d'Alys prit un air sadique en cet instant précis.
"Je veux te tester pour voir si tu mérites la marque que tu portes sur ta jambe."

Sur ces mots, elle pointa son arme vers le ciel, et le visage présent sur celui-ci s'était mis à hurler d'un cri strident qui avait littéralement tétanisé la demi-Zora sur place. Mais ce qui arriva ensuite était encore plus terrorisant. Le ciel, jusqu'à présent sombre, avait pris une teinte rouge sang. Et les statues inertes présentes un peu partout dans ces bois s'étaient mises à bouger, et semblaient toutes avancer ou voler vers Epon, probablement dans le but de la tuer.

"Qu'est-ce que ça signifie ?! s'écria l'hybride en se tournant de nouveau vers Alys.
- J'ai juste réveillé les gardiens de la psysalis. Par contre, ils n'ont pas l'air d'apprécier ta présence. Si j'étais toi, j'essaierais de leur échapper, vu que tu es privée de tes armes et de tes pouvoirs ici."

Pensant que cette fille se moquait d'elle, Epon avait tourné sa tête en direction de sa ceinture, là où elle rangeait habituellement ses tonfas. Mais malheureusement, ces derniers n'étaient plus là. Elle tenta alors de balancer un jet d'eau en direction de l'un de ces fameux gardiens, mais la demi-Zora constata avec effroi qu'Alys ne mentait pas: Epon était sans défense dans cette psysalis, et elle était attaquée de toutes parts par des gardiens armés. L'un d'entre eux, armé d'une grande épée, attaqua la jeune fille aux cheveux bleus à l'aide d'une attaque verticale. Par chance, Epon avait sauté sur le côté pour l'esquiver.

"Tu ferais mieux de surveiller tes arrières, princesse ! parla Alys d'un sourire sournois. Un seul coup reçu de la part des gardiens de cette psysalis entraîne la destruction brutale de ton corps et de ton esprit. Autant dire qu'il s'agit d'une mort plutôt horrible et douloureuse."

Epon grogna. On pouvait dire qu'elle était dans de beaux draps. Elle ne pouvait pas combattre, et ne devait pas se laisser toucher par les frappes de ces gardiens. Mais il en arrivait de partout. En restant là où elle était, la princesse risquait d'être rapidement submergée et de ne pas tenir longtemps. Jetant un coup d'oeil haineux à la fille aux cheveux roses en face d'elle, Epon se mit à courir aussi vite qu'elle le pouvait afin de s'éloigner de tout ce monde. C'était bien la première fois de toute sa vie qu'elle courrait aussi vite et qu'elle ressentait une peur pareille. Oui. À cet instant, la jeune fille avait vraiment peur. Peur de se faire tuer de la sorte dans un endroit dont elle ignorait tout. Et tout cela pour quoi ? Pour une stupide marque divine sur sa cuisse.

"Bon sang ! Qu'est-ce que j'ai fait à la déesse Nayru pour mériter un destin pareil ? pensa-t-elle sans stopper sa course. Pourquoi il a fallu que je sois l'un de ces soi-disant élus ?"

Epon en voulait aux déesses d'Hyrule. Elle ne les aurait jamais crues capables d'une telle cruauté envers ceux et celles qui portaient leurs marques. Après avoir couru pendant plusieurs longues minutes, elle s'était finalement cachée dans une petite caverne creusée dans une falaise. Elle avait réussi à semer ses poursuivants. Mais pour combien de temps ? L'hybride profita de ce laps de temps afin de reprendre son souffle. Mais même cela, elle ne pouvait pas le faire. Avec frayeur, elle avait remarqué qu'un gardien volant et armé de deux sabres, avait traversé la paroi située à l'arrière de la caverne tel un fantôme.

"Merde !"
La demi-Zora fut forcée de se précipiter en dehors de ce refuge temporaire, et s'était remise à fuir à vive allure.
"Si seulement je pouvais mettre la main sur quelque chose qui pourrait faire office d'arme..." imagina-t-elle.
Hélas, il n'y avait rien dans cette forêt. En résumé, Epon était condamnée à fuir des gardiens meurtriers, sans savoir quoi faire ni où aller. Mais alors qu'elle continuait de courir, elle entendit une voix. Néanmoins cette fois, ce n'était pas celle d'Alys. Cette nouvelle voix était masculine et semblait plutôt familière pour la jeune femme.
"Epon ? Epon !"

C'était étrange pour la bleue. Elle était persuadée d'avoir déjà entendu une voix semblable. Mais celle qui venait de s'adresser à elle semblait déformée. C'était sans doute pour cela qu'elle ne la reconnaissait pas sur le coup.

"Si tu es dans une psysalis, reprit cette voix mystérieuse, tu dois trouver la larme de Nayru ! Laisse-toi guider par un faisceau de lumière s'élevant dans le ciel !
- Un faisceau de lumière ?"

Tout en courant, Epon observa l'horizon. Effectivement, et à sa grande surprise, un petit faisceau de lumière de couleur bleue était visible à quelques centaines de mètres. L'hybride ne savait pas si elle pouvait faire confiance à cette voix, mais c'était la seule alternative qui se présentait pour l'instant. Tout en continuant de courir en direction de ce fameux faisceau, elle observa de temps en temps derrière elle. Les gardiens la poursuivaient toujours. Epon devait donc faire vite ! Mais à un moment, elle entendit la voix d'Alys résonner à travers toute la psysalis.

"On dirait bien qu'un intrus essaye de t'aider, jeune fille ! Mais imagine, s'il s'agit d'une personne malintentionnée qui veut te voir courir à ta perte ?
- Tu es très mal placée pour me dire ça, espèce de garce !" répliqua vivement Epon à son adresse.

Alys n'avait rien répondu suite à cela. La demi-Zora était à présent proche de son but. Elle apercevait enfin la fameuse larme dont lui avait parlé la mystérieuse voix. C'était en fait une gemme en forme de larme, et de couleur bleue. C'était elle qui dégageait l'énergie responsable du faisceau qui l'avait guidée jusque là. Malheureusement, trois gardiens, armés chacun d'une grande épée, firent barrage à la jeune fille.

"Grr... Je suis si près du but ! se dit-elle. Je ne peux pas me faire avoir maintenant !"

Epon ne pouvait peut-être pas attaquer ou se défendre, mais elle pouvait se servir de sa mobilité et de son agilité pour éviter leurs attaques. Les trois gardiens se ruèrent sur elle, afin de la frapper simultanément avec leurs armes. La demi-Zora effectua un salto arrière afin de les éviter, puis sauta sur l'épée de l'un des gardiens, afin de bondir par-dessus celui-ci et atterrir ainsi juste derrière eux. Elle profita de cette esquive pour se précipiter vers la larme, qu'elle saisit avec ses deux mains.

Mais au moment où elle avait touché ce joyau, plusieurs images défilaient dans sa tête : les déesses fondatrices d'Hyrule, qui étaient au nombre de quatre... Le symbole de la Triforce attribué à trois élus destinés à faire régner la paix... Les différentes marques des déesses attribuées à quatre élus destinés à faire régner le chaos... Des guerres... Des cadavres se comptant par centaines... Hyrule qui était en feu... Les éléments qui se déchaînaient sur le royaume... C'était un véritable cauchemar qui défilait dans la tête d'Epon. Celle-ci ne désirait qu'une chose : que tout cela s'arrête. Elle souhaitait sortir de ce mauvais rêve. Elle ne voulait plus avoir ces visions d'horreur.

"Epon ! Hé, Epon !"

Encore cette voix masculine ? Cette fois-ci, l'hybride l'entendait clairement. Elle savait qui c'était. Et grâce à cette personne, elle était enfin revenue à elle. Elle s'était réveillée, allongée sur un grand lit, et une silhouette se trouvait assise sur le bord de celui-ci. Il s'agissait de Gray. Ce dernier avait l'air nerveux au moment où la jeune fille avait repris connaissance, mais finit par afficher une mine soulagée.

"Bon sang ! J'ai cru que tu allais mourir dans mon lit ce soir ! lui dit-il. Tu n'arrêtais pas de crier et de gigoter dans tous les sens. Ta marque s'était également mise à briller."

Intriguée, Epon se redressa afin d'observer au niveau de sa cuisse, là où se trouvait sa marque de Nayru. Celle-ci ne luisait plus. La bleue observa ensuite autour d'elle. Gray l'avait conduite dans ce qui ressemblait à une chambre. Il s'agissait probablement de la sienne, vu qu'il avait précisé que c'était son lit.

"Tu étais dans une psysalis, pas vrai ?" la questionna l'homme en noir. Son homologue féminin était trop choqué sur le coup pour formuler une réponse orale. Elle se contenta alors de hocher lentement la tête pour répondre affirmativement à sa question.

"Je le savais... répliqua l'élu de Din. C'est une épreuve très dangereuse que tu viens de traverser. Je suis étonné que tu t'en sois sortie. Tu aurais pu te faire tuer salement.
- Une épreuve... ? lui demanda alors Epon, étonnée.
- Les psysalis sont des lieux spirituels créés par les déesses pour mettre à l'épreuve ceux et celles qui portent leurs marques. Lorsque notre esprit est entraîné dans une psysalis, il n'y a que deux solutions : réussir l'épreuve ou mourir. Si on réussit, on est alors reconnus comme étant dignes de porter les marques divines, et d'accomplir la mission confiée par les déesses. Dans le cas contraire, l'élu meurt et les déesses en choisissent un autre pour le remplacer. Des élus de Nayru ou de Din, il y en a sans doute eu avant toi et moi."

En comprenant mieux le principe de ces psysalis, Epon eut un frisson de peur. Toute cette histoire prenait une tournure sordide. Combien de personnes les déesses avaient-elles élues jusqu'à maintenant pour semer le chaos dans le monde ? Et surtout, combien d'entre elles avaient péri à cause de ces psysalis ?

"C'est... flippant, murmura la jeune fille en détournant son regard du jeune homme.
- Je ne te le fais pas dire. Je l'ai déjà vécu moi aussi, alors je comprends ce que tu ressens."

Epon se sentait perdue. Elle était littéralement déboussolée par toute cette histoire. Cette psysalis qu'elle venait de subir l'avait terrorisée. Le fait d'être au milieu de gardiens armés sans aucune défense... Le fait de se faire tuer si on se faisait toucher, ne serait-ce qu'une seule fois... Non. La demi-Zora ne voulait pas revivre cela une seconde fois.

"Tu as dû en baver, affirma alors Gray en la regardant avec un léger sourire. La nuit a eu le temps de tomber pendant que tu dormais. Tu ferais mieux d'en profiter pour te reposer, et de te remettre de tout ça."

L'homme en noir voulut se relever, probablement pour sortir de la chambre, afin de laisser Epon dormir. Mais d'un geste, celle-ci l'attrapa par le poignet pour le faire rester assis.

"Gray... Reste. S'il te plaît."

L'argenté fut complètement surpris par cette proposition. L'hybride elle-même était étonnée par son propre comportement. Cela ne lui ressemblait pas. Mais elle n'avait pas envie de rester seule pour le moment. Pas après avoir vécu ce qu'elle venait de vivre il y a quelques minutes.

"C'est grâce à toi si je me suis sortie vivante de cette psysalis, confia la jeune fille. Si je n'avais pas entendu ta voix m'appeler, je n'aurais jamais su ce qu'il fallait faire. Je te remercie et te dois la vie pour ça. Mais je voudrais que tu restes avec moi pour cette nuit. Ta présence me rassure... en quelque sorte."

Gray l'avait écoutée sans rien dire, et demeurait quelques secondes silencieux suite à la requête d'Epon. Mais finalement, un léger sourire apparut sur ses lèvres.

"Je te pensais bien plus courageuse que ça. Mais si c'est ce qui te permet d'être rassurée, alors je veux bien rester. Par contre, ne prends pas ça pour une habitude ! Je ne serai pas éternellement avec toi. Il faudra que tu parviennes à vivre avec tout cela par toi-même."

La demi-Zora s'en doutait bien. Mais pour l'heure, elle avait besoin de quelqu'un auprès d'elle. Et même si Gray était un homme qu'elle ne connaissait que depuis peu, elle sentait au fond d'elle que c'était une personne de confiance. Finalement soulagée de le savoir dans la chambre, Epon s'était rallongée dans le lit en fermant les yeux, dans le but de s'endormir de nouveau.

Chapitre 6 : Orkidië   up

Le jour venait tout juste de se lever au royaume d'Hyrule. Quelques doux rayons de soleil matinaux traversaient la fenêtre de la chambre où dormait Epon, réveillant celle-ci qui ouvrit doucement ses yeux.

"Hmm... déjà le matin... ?" se demanda-t-elle, alors qu'elle retrouvait petit à petit ses esprits.
Mais peu de temps après ce réveil en douceur, la princesse des Zoras remarqua une présence à côté d'elle. A sa droite, Gray était allongé, le dos tourné vers elle, et semblait dormir profondément.
"Il a dormi ici... ?"

La jeune fille fut étonnée sur le coup. Mais en même temps, ils se trouvaient dans la chambre du jeune homme. De plus, c'était Epon elle-même qui lui avait demandé de rester avec elle cette nuit, étant donné qu'elle ne voulait pas être seule après sa frayeur causée par la psysalis, dans laquelle elle se trouvait hier soir. Donc, le fait de retrouver Gray endormi sur le lit à côté d'elle était logique finalement. La demi-Zora afficha un léger sourire en le regardant, avant de tourner ses yeux vers le plafond de la pièce. Généralement, on disait de la nuit qu'elle portait conseil. Mais en cet instant, Epon ne savait pas quoi faire. Elle, Gray, et deux autres personnes avaient été élus par les déesses pour semer le chaos dans le royaume. Or, la demi-Zora ne voulait agir de la sorte. Elle ne désirait pas devenir une vulgaire meurtrière déchaînant ses pouvoirs sur tout ce qui bougeait. Mais en allant à l'encontre du souhait des divinités, elle et Gray ne risquaient-ils pas d'être punis d'une quelconque façon ?

Intérieurement, la fille aux cheveux bleus soupira. Toujours en observant le plafond, elle repensa ensuite à sa rencontre avec Link quelques jours auparavant. Lui aussi avait été élu par les déesses. Mais lui, c'était pour faire régner la paix contrairement à elle ou à Gray. Il portait également la marque de la Triforce. En y repensant, sa marque et celle d'Epon avaient eu une réaction très étrange, comme si l'une avait réagi en présence de l'autre, et vice-versa.

"Link... pensa la jeune fille, qui avait tourné sa tête en direction de la fenêtre. Est-ce que ces marques font de nous des ennemis ?"

On pouvait se le demander, vu que leurs "missions" confiées par les déesses étaient opposées. Néanmoins, Epon refusait de se plier à un tel destin. Après tout, ce n'était pas parce que les déesses en avaient décidé ainsi que la demi-Zora était obligée de se plier à leur caprice ! Surtout que ce dernier s'avérait complètement bête lorsqu'on y repensait.

Finalement, l'hybride s'était redressée pour se retrouver assise sur le bord du lit. Bien sûr, elle faisait en sorte de faire le moins de bruit possible pour ne pas réveiller Gray. Elle balaya ensuite la chambre du jeune homme du regard, jusqu'à ce que ses yeux se posent sur un cadre déposé sur une petite table non loin du lit. Epon se leva du lit, et se dirigea vers le meuble, afin d'observer ce cadre de plus près. Elle contenait une photo de l'argenté lorsqu'il était enfant. Il semblait endormi dans les bras d'une femme, qui devait probablement être sa mère. L'hybride saisit le cadre entre ses mains, et observa plus en détail cette photo. Epon avait de la peine en la regardant. En repensant à ce que Gray lui avait raconté à propos du massacre de son village, la jeune fille se disait que cette femme, s'il s'agissait bien de la mère de l'argenté, devait probablement être morte comme tous ceux qui vivaient ici il y a plus de dix ans.

"Bon sang... Pourquoi ce village a-t-il subi un sort pareil ?" se demanda Epon en serrant les dents.
Mais alors qu'elle continuait à observer cette photo, une voix masculine la tira de ses pensées.
"T'es bien matinale, toi..."

La demi-Zora se tourna vers Gray, qui s'était retourné dans le lit pour la regarder. On pouvait deviner à sa voix fatiguée et ses yeux à moitié clos qu'il était encore un peu endormi. La bleue ne put s'empêcher de sourire.

"J'ai l'habitude de me réveiller tôt," se justifia-t-elle en déposant le cadre sur la table. L'argenté, lui, s'était tourné de telle sorte à ce que ses yeux se posent sur le plafond. Il bailla ensuite tout en rétorquant :

"Perso, je préfère les grasses matinées... Me réveiller aussi tôt, ça ne me réussit pas...
- Je vois ça, affirma Epon avec un léger sourire. Désolée de bousculer tes habitudes.
- Ne t'excuse pas pour ça..."

La demi-Zora ne pensait pas que Gray était du genre à se réveiller tard dans la matinée. Visiblement, il avait l'air d'un homme qui aimait beaucoup dormir. Dans un sens, elle le comprenait. Elle aussi affectionnait les grasses matinées. Mais aujourd'hui, elle était bien trop préoccupée pour en faire une. D'ailleurs, elle se demandait comment l'élu de Din parvenait à dormir aussi bien malgré toute cette histoire.

"Si tu veux te rafraîchir, reprit Gray toujours le regard tourné vers le plafond, en sortant de cette chambre, tu prends la porte juste en face... Si tu as faim, il reste de la soupe de potiron de hier soir. Il y a également du pain, du lait, et des pots de confitures... Fais comme chez toi. Je te rejoins dans... une heure ou deux."

Sur ces mots, le jeune homme, après lui avoir fait un signe de la main, s'était retourné dans le lit tout en fermant les yeux. En à peine quelques minutes, il était à nouveau plongé dans un profond sommeil. Epon manqua de pouffer de rire en voyant cela. Mais ne voulant pas le réveiller à nouveau, elle se retint, et se dirigea vers la porte de la chambre pour sortir de celle-ci.

Trois heures passèrent, pendant lesquelles Epon prit un bain, ainsi qu'un bon petit déjeuner. Gray s'était réveillé entre-temps et avait fait de même. Le duo sortit ensuite de la maison, afin d'observer le temps qu'il faisait dehors : la pluie diluvienne de la veille avait cessé et le soleil brillait de nouveau. En cette matinée, il ne faisait ni trop chaud, ni trop froid. Dans ce village oublié, quelques flaques d'eau ou de boue étaient visibles par-ci par-là. Et comme à son habitude, le silence était roi dans cet endroit en ruine.

"C'est pas la joie..." pensa la princesse des Zoras, tandis qu'elle s'éloignait de la maison de Gray pour marcher dans la grande ruelle centrale du village.
L'homme en noir la suivit, et tous deux avancèrent parmi ces nombreuses maisons délabrées.
"Comment tu peux vivre seul dans un tel endroit ? demanda la bleue sans lâcher les ruines des maisons du regard. Je veux dire... ça ne te rappelle pas de mauvais souvenirs, après la tragédie qui a eu lieu ici ?"

Gray ne répondit pas tout de suite. Il préféra se diriger vers une maison particulière, et franchir le cadre de la porte d'entrée de celle-ci, sous les yeux étonnés d'Epon qui le suivit.

"Si le domaine Zora venait à être attaqué un jour et que la quasi totalité de sa population s'en retrouvait décimée, parla alors l'élu de Din. En tant que princesse, est-ce que tu serais capable d'abandonner cet endroit où tu as vécu toute ta vie, juste pour ne pas revoir les souvenirs de tes proches se faisant massacrer ?"

Epon fut surprise par une telle question. Mais d'un autre côté, elle n'avait pas vu les choses sous cet angle. Effectivement, cela devait être dur d'abandonner le lieu dans lequel on a toujours vécu suite à une catastrophe.

"Je pense que tu as deviné ma réponse à ta question, supposa Gray en constatant le silence de sa cadette.
- Oui, mais tout de même ! Ça ne doit pas être évident...
- Effectivement, ça ne l'est pas. Mais je fais avec."

La fille aux cheveux bleus observa silencieusement le plus âgé. Elle se sentait mal pour lui. Vivre seul au milieu de toutes ces ruines qui sont les conséquences d'un véritable génocide... À sa place, Epon savait qu'elle n'aurait pas pu rester ici. Pas toute seule en tout cas. Son regard se tourna alors vers ce qui restait de la maison dans laquelle ils avaient pénétré. Le demeure tenait encore debout, bien que le bois des murs avait vieilli avec le temps. Mais les vitres des fenêtres étaient brisées, laissant entrer un courant d'air dans toute la maison. De la poussière et du sable étaient également visibles sur le sol, et les quelques meubles qu'on pouvait croiser étaient réduits en morceaux. L'hybride eut beaucoup de peine en voyant cela, mais elle ne laissa rien paraître.

"Qu'est-ce qu'on fait dans cette maison ? demanda-t-elle à Gray, qui s'était dirigé vers la pièce qui se trouvait la plus au fond de la bâtisse.
- Avant qu'Orkidië ne subisse ce carnage, je vivais ici avec ma famille."

Alors ainsi, il s'agissait de l'ancienne demeure de cet homme ? Elle pensait que Gray avait toujours vécu dans la maison dans laquelle il habitait actuellement, mais il fallait croire que la vérité était loin de là. Silencieusement, Epon suivit l'argenté, jusqu'à ce que les deux arrivent dans une pièce au centre de laquelle se trouvait un cadre contenant une photo, ainsi que plusieurs fleurs qui étaient déposées devant cette dernière. Certaines fleurs étaient belles et colorées, alors que d'autres avaient fané. Mais l'attention d'Epon se porta sur la photo. Il s'agissait d'un jeune garçon d'une dizaine d'années, à la chevelure blonde et mi-longue, et aux yeux d'un très beau gris.

"Qui est-ce ? demanda alors la princesse des Zoras.
- Il s'appelle Gabriel. C'était le fils du chef de ce village, ainsi que mon meilleur ami, répondit Gray avec un léger sourire alors qu'il avait les yeux rivés sur le cliché.
- Est-ce que lui aussi est... ?
- Oui, répondit Gray comme s'il savait déjà ce qu'Epon allait lui demander. Comme tous les autres qui vivaient ici, lui aussi a péri le jour où c'est arrivé."

La jeune fille prit un air désolé. C'était vraiment horrible ce qui était arrivé à Orkidië. Une simple question vint alors à l'esprit de la bleue: Pourquoi ? Qu'avait donc fait ce village pour mériter un sort aussi tragique ? Gray, lui, s'était accroupi devant la photo de son défunt ami, et commença à raconter, non sans lâcher l'image de Gabriel du regard :

"Orkidië, tout comme Cocorico, est un village un peu particulier à Hyrule. Il y a plusieurs générations, ces deux villages étaient les deux principaux lieux de vie de la tribu des Sheikahs. Ce peuple n'existe plus aujourd'hui, mais je pense que tu as déjà entendu parler d'eux au moins une fois dans ta vie.
- Vaguement, oui..." répondit Epon, néanmoins en détournant son regard.

Gray continua alors son récit, et expliqua que ce peuple particulier vouait sa vie à la protection de la famille royale d'Hyrule depuis des siècles. Malheureusement, l'armée de Ganondorf avait décimé cette population en s'en prenant à Orkidië et à Cocorico, afin d'affaiblir la protection du royaume. Ce fut ainsi que la tribu des Sheikahs disparut. Du moins, c'était ce que tout le monde à Hyrule pensait.

"Il paraît qu'il y a eu quelques Sheikahs qui ont survécu à ces massacres et qui ont vécu dans l'ombre depuis, continua l'élu de Din. J'ignore si c'est vrai mais à cause de cela, Orkidië et Cocorico se sont fait attaquer une deuxième fois par l'armée de Ganondorf. Pensant que les Sheikahs survivants habitaient encore dans ces villages, ils ont voulu s'assurer d'éteindre complètement et définitivement ce peuple. Sauf que ce sont des centaines d'innocents qu'ils ont tué ce jour-là... dont ma famille, et Gabriel. Cette photo de mon ami et la photo de ma mère que tu regardais ce matin dans ma chambre, ce sont les seuls souvenirs que j'ai pu sauver de mon entourage."

Le jeune homme s'était remis debout, le regard sombre, en serrant ses poings. Il ne voulait pas le dire à Epon mais il culpabilisait. Pour lui, c'était injuste qu'il soit le seul survivant de ce massacre.

"C'est horrible... commenta la demi-Zora, le visage attristé.
- Tout ça parce que ce village appartenait à une tribu qui n'existe plus aujourd'hui.
- Eh bien... en fait..."
Epon avait commencé à parler mais bloqua sa phrase. Elle ne regardait pas non plus son homologue masculin. Ce dernier se tourna alors vers elle, un peu étonné.
"Qu'est-ce qu'il y a, Epon ?"
L'élue de Nayru ne répondit pas tout de suite. Elle hésitait. Et Gray voyait clairement qu'elle lui cachait quelque chose.
"Hey, je t'ai sauvé la vie. Deux fois même ! lui rappela-t-il en s'approchant légèrement d'elle. Je t'ai également accueillie sous mon toit, je t'ai expliqué toute l'histoire au sujet de la marque sur ta jambe, et je t'ai même raconté ce qui est arrivé à ce village et à mon entourage. Alors si tu as quelque chose à me dire, dis-le-moi franchement s'il te plaît."

Epon observa silencieusement le plus âgé. Il avait raison sur ce point-là. Gray avait déjà fait beaucoup pour elle en quelques heures. Elle lui devait au moins une explication sur ce qu'elle pensait. Au bout d'un long moment de silence, pendant lequel l'argenté avait croisé ses bras en attendant une réponse, l'hybride se décida à parler.

"Les Sheikahs n'ont pas totalement disparus... je veux dire, même après ce que ton village a subi par le passé."
La surprise pouvait se lire dans les yeux de Gray qui s'étaient écarquillés.
"Attends... comment tu sais ça ? demanda-t-il alors à la plus jeune.
- La personne qui m'a appris l'art du combat pendant mon adolescence était une Sheikah."
L'homme en noir allait de surprise en surprise. Epon ? Entraînée par une Sheikah ? Sachant qu'on disait de la tribu sheikah qu'elle était éteinte ?
"Tu me fais marcher là, pas vrai ? la questionna Gray qui ne voulait pas le croire.
- Tu penses sincèrement que j'irai inventer une histoire pareille pour impressionner la galerie ? s'indigna la jeune fille, un peu vexée de voir que son compagnon ne le croyait pas. J'ai vraiment été entraînée par une Sheikah. C'était une amie de mon père. Mon père était un soldat d'élite dans l'armée d'Hyrule. Et il connaissait mon rêve de devenir une combattante aussi redoutable que lui. Il m'avait promis de m'apprendre à me battre à partir de mes treize ans. Mais quelques jours avant mon treizième anniversaire, il... il s'est fait tuer sur un champ de bataille..."

En dévoilant ce fait, la bleue avait fait volte-face à Gray, tout en serrant ses poings et ses dents. Elle avait perdu son père quelques années plus tôt, et aujourd'hui elle en souffrait encore.

"La Sheikah dont je te parle, continua-t-elle, c'était une amie proche de mon père. C'est lui qui lui a demandé de m'apprendre à me battre à sa place, et c'est ce qu'elle a fait durant trois ans. Après cet entraînement, je n'ai plus jamais eu de nouvelles de cette femme. Je ne sais même pas si elle est encore en vie aujourd'hui."

Gray regarda alors la jeune fille, l'air compatissant. Il n'était pas le seul des deux à avoir perdu des proches. Il s'en voulait d'avoir un peu brusqué la demi-Zora pour qu'elle lui révèle l'existence de cette fameuse Sheikah.

"Je suis désolé pour ton père, lui dit-il sur un ton qui se voulait réconfortant. Et pardonne-moi de ne pas t'avoir crue sur le coup. Je ne pensais vraiment pas qu'il restait encore des Sheikahs après tout ces massacres.
- Je ne t'en veux pas pour ça," le rassura Epon en se tournant de nouveau vers lui, pour lui adresser un léger sourire. Celui-ci ne mit pas très longtemps à lui rendre son sourire. Finalement, après cette discussion, le duo finit par sortir de cette maison.

"Gray, l'interpella alors la demi-Zora. J'ai une proposition à te faire mais je ne sais pas si ça va te brancher.
- Une proposition ? s'étonna l'homme en noir. Dis toujours.
- Viens avec moi et partons ensemble à la recherche des élus de Farore et de Lato."
Le jeune homme fut un peu surpris et pris au dépourvu.
"Tu as voulu faire de moi ton alliée après tout, lui rappela la bleue en souriant. Alors en tant qu'alliés, voyageons ensemble à la recherche de ceux qui sont dans le même cas que nous. Peut-être qu'on découvrira des choses sur ces marques qu'on ne sait pas encore, qui sait ?"

Gray prit un air pensif et réfléchit à la proposition de la princesse. L'idée était tentante, mais le fait de délaisser son village ne l'enchantait pas vraiment. Il ne tenait pas à voir des monstres envahir ce qui restait de ce lieu où il avait toujours vécu. Et puis...

"J'ai déjà essayé de mettre la main sur ces deux personnes, mais jusqu'à présent, mes recherches n'ont rien donné, avoua-t-il. Ces élus sont introuvables.
- À nous deux, on les retrouvera," assura alors la jeune fille, alors que son sourire s'était agrandi. Gray observa longuement celle qu'on surnommait le phénix bleu. Dire qu'il y a quelques heures à peine, elle était effrayée après avoir été plongée dans une psysalis qui lui avait fait voir la vérité au sujet des marques divines, voilà à présent qu'elle lui proposait de voyager à ses côtés pour tenter d'en savoir encore plus à ce sujet.

"Tu m'as l'air bien sûre de toi pour une gamine, lui dit-il avec un sourire qui se voulait taquin.
- Hey ! Je ne suis plus une gamine, je suis adulte maintenant !" se défendit la jeune fille en affichant une moue, ce qui fit légèrement rire l'argenté.
"Quoi qu'il en soit, je ne te cache pas que ta proposition me plaît, admit ce dernier. Je veux bien venir avec toi. Par contre..."
Il se tourna vers la maison dans laquelle il vivait actuellement, avant de reprendre.
"Je ne peux pas partir en laissant ma maison sans défense. Si tu veux bien m'aider à la sécuriser en apposant des pièges un peu partout, alors je pourrai partir tranquille."

La demi-Zora accepta donc de l'aider, l'air joyeux. Elle comprenait les inquiétudes de Gray vis-à-vis de sa maison, et ne comptait certainement pas l'entraîner dans cette aventure en lui faisant abandonner son habitat de la sorte. Plusieurs heures passèrent alors, pendant lesquelles les deux prenaient soin de créer des pièges un peu partout autour de la bâtisse. Ils étaient variés : il y avait des filets camouflés par du sable qui enfermeraient ceux qui marcheraient dessus, des flèches qui sortiraient de nulle part si on marchait sur une ficelle, des cordes qui suspendraient par la cheville quiconque marchant aux mauvais endroits... Une multitude de pièges tous aussi efficaces que discrets. Il fallait vraiment plisser des yeux pour repérer leurs emplacements, tellement qu'ils étaient bien cachés. Une fois les pièges posés, Gray prépara ses affaires qu'il rangea dans un sac à dos, et sortit de sa maison avant de verrouiller sa porte d'entrée à clé.

"Je suis prêt, dit-il à Epon. On y va ?
- Okay !"

L'élue de Nayru et celui de Din jetèrent un dernier coup d'oeil sur ce qui restait du village Orkidië, avant de finalement quitter ce dernier et d'arriver dans les plaines d'Hyrule.

Chapitre 7 : Retrouvailles   up

Les heures défilaient rapidement au royaume d'Hyrule en ce jour. Difficile de dire si on était en fin de matinée ou en début d'après-midi. Epon et Gray avançaient dans la vaste plaine de la région de Lanelle, au nord du royaume. La demi-Zora avait proposé au plus âgé de se rendre à la citadelle d'Hyrule, capitale du royaume dans laquelle se trouvaient le château où résidait la princesse Zelda. S'ils voulaient récolter des informations au sujet de l'histoire tournant autour de leurs marques, ou même en ce qui concernaient les détenteurs des symboles de Farore et de Lato, cette cité était un endroit idéal selon la jeune fille. Néanmoins, Gray n'était pas totalement du même avis qu'elle.

"La citadelle est l'un des lieux les plus peuplés d'Hyrule, lui rappela-t-il. Si tu tiens vraiment à ce qu'on se rende là-bas, il va falloir nous faire discrets... je veux dire, au sujet de nos marques. Si jamais on croise une personne qui en sait long sur cette histoire et qu'elle remarque deux individus se baladant avec les marques de Nayru et de Din, on risque d'avoir de sérieux problèmes."

On ne pouvait pas nier que l'homme en noir avait raison sur ce point-là. Ils devaient tous les deux faire profil bas lorsqu'ils arriveraient à destination. Epon était bien contente d'avoir gardé son statut de princesse secret depuis tout ce temps. Vu que la plupart des habitants du royaume ne la connaissait pas physiquement parlant, elle pouvait facilement se fondre dans la masse. Même Link, qui était le héros connu pour avoir voyagé à travers tout le royaume, ignorait qu'Epon était en réalité la princesse du peuple zora. En repensant au jeune homme, la bleue se souvint toutefois de quelque chose qui pourrait être embêtant à l'avenir : Elle lui avait révélé sa marque de Nayru. Mais à ce moment-là, Epon elle-même ignorait tout de ce symbole, et Link n'en savait pas plus à ce sujet lui non plus.

"J'espère éclaircir cette histoire avant que Link ou quelqu'un d'autre ne découvre ce que ces marques représentent réellement" pensa-t-elle, le regard perdu vers l'horizon. Au loin, on pouvait apercevoir le château d'Hyrule et les nombreuses tours qu'elle comptait. Mais le duo avait encore du chemin avant d'atteindre les murs de la citadelle. Si Epon et Gray avaient un cheval, ils seraient probablement déjà arrivés là-bas. Hélas, ils n'en avaient pas et devaient donc marcher. Heureusement, il ne faisait pas trop chaud en ce jour et aucun monstre n'était présent dans les environs. L'avancée n'était donc pas éprouvante ni pour la demi-Zora, ni pour son compagnon. Néanmoins, cette promenade tranquille ne dura pas bien longtemps. Gray, qui s'était retourné pour vérifier qu'aucune créature ou qu'aucun bandit ne les suivait, remarqua un étrange brouillard sombre et épais qui avait recouvert une petite partie de la plaine.

"C'est quoi ça ?" demanda-t-il en stoppant sa marche.
La jeune fille aux cheveux bleus s'arrêta et se retourna à son tour pour observer ce phénomène. Cette brume... Epon en avait déjà vu une comme celle-là auparavant.
"C'est bizarre, dit-elle. J'ai croisé un brouillard similaire à la forêt de Firone, il y a quelques jours.
- Tu sais à quoi il est dû ? lui demanda l'élu de Din.
- Non, mais je me souviens que celui à Firone grouillait de monstres."

Les deux échangèrent silencieusement un regard. Ils ne pouvaient pas tourner le dos à un phénomène aussi singulier, d'autant plus que celui-ci pouvait s'avérer dangereux si ce que disait Epon était valable pour cette brume-là. Les deux décidèrent de s'approcher de ce nuage sombre. Impossible de voir au travers de celui-ci.

"Gray, je vais voir ce qu'il y a là-dedans. Attends-moi ici et tiens-toi prêt à agir si ça dégénère," lui proposa l'hybride, alors qu'elle venait d'allumer la lanterne que Link lui avait remise et qu'elle gardait toujours sur elle.
"Tu es sûre que c'est une bonne idée d'y aller toute seule ? lui demanda le concerné, pas du tout rassuré par un tel plan.
- On ignore tout de cette brume. Si on y entre tous les deux et que c'est en réalité un piège magique, ou une connerie du genre, on risque de ne pas s'en tirer. Mieux vaut que l'un de nous reste en dehors en attendant l'autre."

L'idée de la jeune fille n'était pas si risquée que cela, bien au contraire. Si cette brume renfermait quelque chose qui ferait du mal d'une quelconque manière, la personne en dehors du brouillard pourrait porter secours à celle qui s'y était aventurée. Le jeune homme, par un hochement de la tête, fit signe à Epon qu'il était d'accord pour l'attendre. La demi-Zora put donc pénétrer dans la brume, sa lanterne en main.

Malgré la lumière de celle-ci, Epon avait du mal à voir ce qui se trouvait autour d'elle. Elle marcha alors prudemment, s'enfonçant de plus en plus dans ce brouillard. Elle avait l'impression d'être coupée du monde extérieur à cette brume. Elle n'entendait plus rien et ne voyait plus rien de la plaine. C'était comme si elle venait d'entrer dans un monde où seules les ténèbres régnaient en maître.

"J'ai l'impression d'être oppressée, pensa la fille aux cheveux bleus. Cette brume est différente de celle que j'ai rencontrée à la forêt l'autre jour. Elle dégage quelque chose... de malsain."
Mais tout à coup, quelque chose sortit de nulle part, bondit sur la princesse et la plaqua violemment au sol.
"Qu'est-ce que... ?!"

Prise par surprise, Epon avait lâché sa lanterne qui était tombée juste à côté d'elle. La lumière de la lampe parvenait à éclairer la créature qui la maintenait au sol. C'était une grande bête noire et difforme, à la silhouette peu commune: Deux longs bras, un corps maigre, et une grosse tête sans visage. Epon afficha un air surpris. Elle avait déjà vu une créature semblable au Domaine Zora plusieurs mois plus tôt. Et elle savait que ce genre de monstre était du genre très hostile.

"D'où tu sors, toi ?!" s'écria-t-elle alors qu'elle avait invoqué un puissant jet d'eau contre l'abdomen du monstre pour le faire sortir sur elle, et l'éloigner d'elle le temps qu'elle se relève. Elle s'arma ensuite de ses lames en forme de tonfas, prête à en découdre. Mais elle constata avec effroi que cette bête n'était pas seule. Deux autres créatures semblables se trouvaient juste derrière la jeune fille qui fut encerclée en quelques secondes.

"Eh merde... c'est quoi ces trucs ?" se demanda-t-elle tandis que l'une des trois bêtes s'élança vers elle pour l'attaquer. Levant ses deux longs bras au bout desquels se trouvaient deux grandes mains pourvues de griffes, la créature voulut frapper la demi-Zora avec ces dernières. Mais la jeune fille sauta sur le côté afin de l'esquiver, avant de foncer à son tour vers le monstre pour l'attaquer à plusieurs reprises avec ses armes. Elle le toucha plusieurs fois au niveau du bras gauche, du dos, et de la tête. Après avoir encaissé plusieurs coups, la bête noire s'effondra au sol, vaincue. Il en restait encore deux. Epon ne perdit pas de temps : elle courut à vive allure en direction d'un second monstre, tout en frappant dans le vide avec ses tonfas. Ces frappes invoquèrent deux lames d'eau tranchantes, qui volèrent droit vers la créature et qui la touchèrent de plein fouet, la faisant ainsi tomber au sol. Pour être sûre qu'elle soit bien hors d'état de nuire, l'hybride avait sauté sur elle et avait planté ses deux dagues dans le crâne de son adversaire, le tuant ainsi. Du moins c'était ce qu'elle croyait. Alors qu'elle venait de se relever pour partir à l'assaut du dernier monstre encore debout, celui-ci poussa un cri strident qui tétanisa Epon sur place. Cette dernière avait dû se boucher les oreilles avec ses mains tellement que ce hurlement était assourdissant. Mais la bleue n'était pas au bout de ses surprises : suite à ce cri, les deux bêtes qu'elle pensait avoir vaincues s'étaient relevées comme si de rien n'était. Comme si Epon ne les avait jamais achevées.

"Vous vous fichez de moi ou quoi ?" demanda-t-elle pendant que le groupe de monstres s'était à nouveau tourné vers elle.
Epon se remit en position de défense mais serra ses dents. Elle ne s'attendait pas à un tel retournement de situation.
"S'ils se mettent à revenir à la vie de cette façon, c'est pas gagné," pensa-t-elle.

Mais tout à coup, l'une des trois bêtes disparut soudain, à l'étonnement de l'hybride. Les deux autres disparurent également de la même manière quelques secondes plus tard. La demi-Zora se retrouvait à présent seule au milieu de cette brume.

"Okay... ? Qu'est-ce qui vient de se passer, là ?" se demanda-t-elle.

Elle ne comprenait plus rien à la situation qui semblait complètement vide de sens. Pensant qu'il n'y avait plus d'ennemi dans la zone, elle s'apprêtait à ranger ses armes et à ramasser sa lanterne. Mais elle sentit une présence non loin d'elle. Il y avait encore quelque chose qui vivait dans cette brume ténébreuse. L'hybride resta sur ses gardes tout en sondant l'énergie de la mystérieuse créature. Mais à sa grande surprise, cette nouvelle aura qu'elle ressentait était hylienne. Plus étonnant encore : elle était drôlement familière pour Epon.

"Cette énergie lumineuse et chaleureuse... pensa-t-elle. Ce n'est pas la première fois que je la ressens."

Tout à coup, quelque chose, ou plutôt quelqu'un surgit de nulle part à vive allure et attaqua Epon à coup d'épée. Par réflexe, la bleue esquiva in-extremis en faisant un bond en arrière, avant de se jeter sur la silhouette afin de l'immobiliser au sol en se mettant à califourchon sur elle, et en maintenant ses lames près du cou du mystérieux individu. Ce dernier, tout vêtu de vert, possédait une chevelure blonde que la jeune fille avait déjà vue quelques jours auparavant.

"Link ? C'est toi ?" s'étonna-t-elle alors qu'elle venait tout juste de le reconnaître.
Le jeune homme, qui avait positionné son épée de telle sorte à ce que sa lame soit collée aux côtes de la jeune fille, dévisagea également cette dernière, l'air un peu surpris.
"Epon ? réagit-il à son tour. Mais... qu'est-ce que tu fais ici ?"

Au même instant, le symbole de la Triforce de Link se mit à luire sur le dessus de sa main gauche, tout comme la marque de la déesse Nayru qui brillait sur la cuisse gauche d'Epon. La lumière émanant de ces deux glyphes fit disparaître peu à peu cette brume dans laquelle ils se trouvaient, et tous deux étaient à présent revenus dans la vaste plaine d'Hyrule. La demi-Zora, toujours positionnée à califourchon au-dessus lui, observa Link. Elle ne pensait vraiment pas le revoir aussi rapidement. Elle ne savait pas trop si elle devait s'en réjouir ou si elle devait s'en inquiéter. Mais elle se disait que c'était probablement lui qui était venu à bout des trois monstres noirs qu'elle affrontait quelques minutes plus tôt. Alors qu'elle s'apprêtait à lui parler, une voix féminine se fit entendre :

"Ne fais pas de mal à Link, sinon..."
Epon tourna sa tête et vit Iria, armée d'un arc, s'avancer lentement vers elle. Son arme était bandée et l'amie de Link avait la bleue en ligne de mire avec une flèche.
"I... Iria ?" fit la demi-Zora qui s'attendait encore moins à revoir cette jeune fille de sitôt.

Iria semblait afficher un air étonné en voyant et en reconnaissant Epon. Mais alors que la Toalienne allait lui demander des explications, une dizaines d'armes variées comprenant épées, lances, hallebardes, dagues et quelques autres du même genre, étaient apparues autour de la jeune fille aux cheveux châtains clairs. Gray venait de se téléporter en face d'elle et la regardait d'un air qui se voulait menaçant.

"À ta place, j'éviterais de jouer avec ça, ma p'tite," lui conseilla-t-il.
Iria fut complètement prise au dépourvu et n'eut pas d'autre choix que de baisser son arme, sous les yeux complètement abasourdis de Link, et sous l'air un peu embarrassé d'Epon qui se releva pour s'approcher de son ami en noir.
"Gray, du calme. Ces deux-là sont... des amis à moi.
- Des amis, tu dis ? s'étonna l'argenté sans pour autant faire disparaître ses armes. Tu étais sur le point d'égorger le gringalet avec tes armes, et cette gamine aux allures de bergère te menaçait avec un arc. Difficile de croire que vous soyez amis en voyant ça.
- Gringalet ? répéta Link en observant le plus âgé d'un air complètement ahuri tandis qu'il se relevait à son tour.
- Gamine aux allures de bergère ?!"
Iria afficha un air vexé à l'entente d'un tel surnom et observa Gray d'un air boudeur. Voyant que la situation était sur le point de dégénérer, Epon s'interposa :
"Hey, on se calme ! Tous les trois ! Gray, range tes armes s'il te plaît ! Tu vois bien qu'ils ne sont pas si méchants que ça. Et puis je ne savais pas que c'était lui lorsque je l'ai attaqué," précisa-t-elle en désignant Link du regard.

L'élu de Din reconsidéra pendant un instant les explications de son alliée, puis finit par faire disparaître ses armes, libérant ainsi Iria. Celle-ci accourut vers Link pour se placer derrière lui pendant que le blond dévisageait Epon et Gray du regard.

"Je ne pensais pas que nos retrouvailles auraient été aussi mouvementées, Epon ! confia-t-il à l'hybride avec un léger sourire que la jeune fille lui rendit aussitôt.
- C'est de ma faute sur ce coup-là, répliqua la concernée. Désolée, mon intention n'était pas de t'attaquer.
- Laisse cette réplique pour moi. C'est moi qui me suis précipité sur toi en pensant que tu étais un monstre."
Alors que le sourire du héros s'était élargi, son regard se tourna vers Gray.
"Sinon... c'est un ami à toi, cet homme ?" demanda-t-il à la demi-Zora.
En guise de réponse, Epon se positionna à côté de son compagnon vêtu de noir et fit les présentations.
"On peut dire ça, oui. Je vous présente Gray. Je l'ai rencontré au Temple Sylvestre. Il m'a sauvé la vie et m'a expliqué certaines choses. Depuis, on voyage ensemble. Et toi Gray, je te présente Link et son amie Iria. Je les ai rencontrés à la forêt de Firone un peu avant qu'on se croise.
- Hé, minute papillon. Tu as bien dit Link ? demanda alors l'argenté en observant le blond d'un air surpris.
- Oui, j'ai bien dit Link. Comme le héros qui a sauvé le royaume il y a maintenant six mois à peu près !"

Epon avait affiché un large sourire en présentant Gray à Link. Elle s'attendait à ce que son compagnon réagisse ainsi en rencontrant le héros d'Hyrule, celui qui avait terrassé Ganondorf, et qui avait mis, par la même occasion, fin à l'ère du Crépuscule. Néanmoins, l'argenté finit par hausser un sourcil d'un air blasé tout en croisant ses bras.

"Ce gamin est vraiment celui qui a sauvé Hyrule ?"
Face à une telle réplique de sa part, ce fut au tour de Link d'afficher une mine blasée en positionnant ses mains sur ses hanches, et en répliquant à son homologue masculin.
"D'abord gringalet, maintenant gamin... Tu es toujours aussi direct et peu aimable avec les gens que tu rencontres ?
- Malheureusement oui, soupira Epon. Mais ne le prends pas mal, Link. Gray manque de tact et est du genre très franc, mais n'empêche qu'il est sympa lorsqu'on apprend à le connaître."

Link et Iria s'échangèrent un regard, peu convaincus par la justification de la demi-Zora. Gray lui, demanda à parler avec celle-ci seul à seul, et s'éloigna temporairement du duo toalien avec elle.

"Tu m'avais caché que tu étais pote avec le fameux héros d'Hyrule, reprocha-t-il à la bleue.
- Pardon de ne pas avoir pu t'en parler avant. Avec toute cette histoire soudaine, je...
- Épargne-moi tes excuses, je m'en fous pour l'instant, la coupa le jeune homme. Dis-moi plutôt si ce Link en sait long sur toi."

Epon réfléchit pendant quelques secondes. Link ignorait tout de son statut de princesse zora. Néanmoins, il savait que la bleue possédait le pouvoir de contrôler l'eau. Elle lui avait même fait une démonstration à la source de Firone, il y a quelques jours.

"Gray, ne te fâche pas pour ce que je vais te dire mais... il sait, pour ma marque.
- Je te demande pardon ?
- J'ignorais tout de la signification de ce symbole ce jour-là. Je pensais qu'il pouvait m'aider à en savoir plus là-dessus, vu son statut de héros. Crois-moi, si j'avais su, je ne lui aurais rien dit."

L'hybride appréhendait la réaction de son compagnon. Il semblait déjà lui en vouloir pour avoir caché sa rencontre avec Link. De ce fait, la jeune fille avait peur qu'il prenne cette nouvelle révélation très mal. De son côté, Gray observa sa cadette froidement. Il savait qu'Epon était un peu naïve et qu'elle faisait facilement confiance à son entourage, mais il espérait tout de même qu'elle soit suffisamment méfiante pour ne pas révéler sa marque à d'autres personnes. Il fallait croire qu'il s'était trompé sur ce coup-là. Après avoir poussé un profond soupir, le jeune homme croisa à nouveau ses bras sans lâcher l'hybride du regard.

"Réponds-moi franchement : combien de personnes sont au courant pour ta marque ?" lui demanda-t-il ensuite. La demi-Zora lui révéla qu'en dehors de sa famille, de son mentor, et de son entourage le plus proche essentiellement constitué de Zoras, seul Link savait. Néanmoins, elle ne savait pas si ce dernier avait mis Iria, ou une autre personne de leur village au courant.

"Génial... fit Gray sur un ton sarcastique. Il ne manquerait plus qu'une telle information se propage petit à petit à travers Hyrule, et qu'on apprenne qu'une petite fille aux cheveux bleus mi-humaine mi-zora est en réalité une élue destinée à mettre Hyrule sans dessus-dessous. Tu aurais l'air bien conne si ça arrivait. Si en plus, on découvrait que tu es la princesse des Zoras, je ne te raconte pas la réputation pourrie que risque d'avoir la famille royale de ton peuple.
- ... Tu sais que tu es dur, sur ce coup ?" murmura la jeune fille en détournant son regard du plus âgé, l'air maussade. Ce que venait de lui dire Gray l'avait un peu blessée. Elle avait l'impression d'avoir commis une erreur impardonnable rien qu'en révélant sa marque à Link. L'argenté, lui, remarqua la mine peu joyeuse qu'arborait à présent l'hybride, et se rendit compte qu'il était allé trop loin dans ses propos. Il voulait juste lui faire comprendre certaines choses. Pas la réprimander ou la rendre triste comme il venait si bien de le faire. Soupirant de nouveau, il posa sa main sur l'épaule de la bleue en lui adressant un léger sourire qui se voulait réconfortant.

"Désolé, s'excusa-t-il. J'aurais pas dû te parler de cette manière. Je veux juste que tu saches à quel point les enjeux sont importants. Toi et moi on risque d'en baver si on découvre la vérité sur nos marques. Et je n'ai pas spécialement envie que ça nous arrive, ni pour moi, ni pour toi. Voilà ce qu'on va faire : si Link ou Iria te demande si tu sais quelque chose de nouveau pour ta marque, tu réponds que tu ne sais rien de plus. Si une autre personne découvre ta marque, tu dis juste qu'il s'agit d'une marque tu as reçu dès la naissance, mais que tu ne sais rien d'autre. Je ferais pareil de mon côté. C'est d'accord ?"

Epon ne répondit pas tout de suite. Elle réfléchit à la proposition de Gray. Celui-ci lui demandait de mentir. De mentir à Link et à Iria, mais également à sa famille et à ses proches. Cette idée ne l'enchantait vraiment pas. Néanmoins, le fait que l'argenté se soucie d'elle en plus de se soucier de lui-même la touchait beaucoup malgré elle. Sachant qu'elle pouvait au moins faire confiance et parler franchement à cet homme en noir, la demi-Zora lui adressa un léger sourire en retour tout en approuvant son idée. Voyant que cette conversation s'était finalement arrangée, le sourire de Gray s'était agrandi.

Les deux élus de Nayru et de Din revinrent donc près du héros d'Hyrule et de son amie. Ces deux derniers trouvaient qu'ils avaient mis pas mal de temps à discuter. Mais ils préféraient se dire que c'était sans doute d'ordre personnel, et que cela ne les concernait pas.

"Enfin ! fit Iria en adressant un sourire à Epon et à Gray. Qu'est-ce qui vous amène ici ?
- C'est une question qu'on pourrait vous retourner, affirma la fille aux cheveux bleus en lui rendant son sourire. Mais à la base, Gray et moi on voulait aller à la citadelle.
- En fait, nous aussi nous allons là-bas, confia Link. Je vais demander une audience avec Zelda."
Epon et Gray parurent surpris par les intentions du blond.
"Une audience avec la princesse du royaume ? l'interrogea Gray. Pourquoi ? Enfin, si ce n'est pas trop indiscret...
- Je vois que vous n'êtes pas au courant de ce qui se passe depuis quelques jours au sein du royaume..." constata le héros vêtu de vert.
La demi-Zora et son compagnon échangèrent un regard, complètement largués. De quoi parlait donc Link ? Ce fut Iria qui répondit à cette interrogation.
"On compte de nombreuses disparitions aux quatre coins d'Hyrule depuis quelque temps. Ainsi que l'apparition d'agents du Crépuscule un peu partout.
- Des agents du Crépuscule ? Qu'est-ce que c'est ? demanda Epon.
- Ce sont les affreuses bêtes difformes noires que tu as vues dans cette brume à l'instant, lui expliqua Link. C'était à l'origine des habitants du royaume du Crépuscule, le royaume qui a failli envahir Hyrule il y a quelques mois. Mais ils se sont retrouvés transformés en ces créatures contre leur gré à cause d'un fou qui a usurpé le trône du Crépuscule de Midona, la princesse de ce royaume.
- C'est une longue et complexe histoire, continua Iria. Même moi j'ai mis beaucoup de temps à la comprendre lorsque Link me l'a racontée. Mais ce qu'il faut retenir, c'est que cet usurpateur, Xanto, est désormais mort tout comme Ganondorf. Et la seule porte qui reliait Hyrule au Crépuscule a été détruite par la princesse Midona elle-même. C'est d'ailleurs ce dernier événement qui a marqué la fin de l'ère du Crépuscule."

Epon et Gray furent un peu désorientés par ce récit qui semblait plus qu'abrégé, mais ils en avaient suffisamment compris pour avoir tous les deux la même question en tête au même moment.

"Dans ce cas, si tout lien entre Hyrule et ce fameux Crépuscule a été rompu, et que celui qui était à l'origine de la création des agents du Crépuscule est mort aujourd'hui... commença l'argenté.
- Comment ça se fait que ces monstres réapparaissent de nouveau ?" compléta l'hybride. Mais ce fut un silence de la part des Toaliens qui leur répondit. Ni Link, ni Iria ne connaissaient la réponse à cette question. Et s'ils voulaient se rendre à la citadelle et demander une audience avec Zelda, c'était justement pour en savoir plus à ce sujet. Gray, lui, avait une petite hypothèse en tête et observait discrètement Epon. Il ne voulait pas lui en parler devant Link et Iria. Il attendrait d'être seul avec elle pour lui révéler sa théorie. Quant à la demi-Zora, elle se tourna en direction du château d'Hyrule visible au loin.

"Quoi qu'il en soit, tout ceci fait que nous avons la même destination. Personnellement, je veux bien assister à cette audience avec la princesse, moi aussi.
- Euh... fit Link en se grattant l'arrière de la tête, un peu embarrassé. Au risque de te décevoir Epon, il y a de grandes chances à ce que je sois le seul du groupe qu'on laisse entrer dans le château."
Epon pouffa de rire devant une telle réplique de la part du héros.
"Je suis prête à parier cent rubis qu'on assistera à cette audience tous les quatre.
- Comment tu peux en être sûre ? lui demanda Iria en haussant les sourcils d'étonnement.
- Tout ce que je peux vous dire, c'est que vous risquez d'être surpris !" se contenta de répondre la bleue en faisant un petit clin d'oeil.

Si Gray voyait clairement ce à quoi elle faisait allusion, Link et Iria, eux, se demandaient bien ce que la jeune hybride manigançait. Ils le sauraient probablement une fois à la citadelle. Le quatuor se remit donc en route, et marcha à présent en direction de la capitale du royaume.

chapitres suivants...

Ce texte a été proposé au "Palais de Zelda" par son auteur, "Kam-chan". Les droits d'auteur (copyright) lui appartiennent.

Le Palais de Zelda :: Webmaster: Ariane
Design créé par Sylvain
www.palaiszelda.com :: Copyright © 1999-2021
Note légale : Ce site est protégé par les lois internationales sur le droit d'auteur et la protection de la propriété intellectuelle. Il est strictement interdit de le reproduire, dans sa forme ou son contenu, sans un accord écrit préalable du "Palais de Zelda".
retour au haut de la page