• Legend of Zelda
  • Adventure of Link
  • A Link to the Past
  • Link's Awakening
  • Ocarina of Time
  • Majora's Mask
  • Oracle of Seasons
  • Oracle of Ages
  • The Wind Waker
  • The Minish Cap
  • Four Swords Adventures
  • Twilight Princess
  • Phantom Hourglass
  • Spirit Tracks
  • Skyward Sword
  • A Link Between Worlds
  • Tri Force Heroes
  • Breath of the Wild
  • jeux The Legend of Zelda

Légende de Zelda : Divinités antagonistes

Ecrit par Jean-Yann
Chapitres 1 à 24   •   Chapitres 25 à 48   •   Chapitres 49 à 65   •   Chapitres 66 à 86   •   Chapitres 87 à 98   •   Chapitres 99 à 109   •   Chapitres 110 à 112
Chapitre 25 : Rêve rétrospectif
Chapitre 26 : Prélude à la destruction !
Chapitre 27 : Lumière et Electricité
Chapitre 28 : Métamorphose
Chapitre 29 : Châtiment sévère !
Chapitre 30 : Le peuple désormais orphelin
Chapitre 31 : Affrontement de titans
Chapitre 32 : Démon sur terre !
Chapitre 33 : Frisson
Chapitre 34 : La dernière des quatre
Chapitre 35 : L'arrivée du Héros
Chapitre 36 : La force qui guide leurs coeurs
Chapitre 37 : Le Trésor d'Igor et sacrifice
Chapitre 38 : Hésitation et remise en cause
Chapitre 39 : Coup du sort !
Chapitre 40 : Le Dieu antagoniste descend avec le chaos
Chapitre 41 : Introspection
Chapitre 42 : Combats de hauteurs !
Chapitre 43 : Le véritable héritier !
Chapitre 44 : Le Carré magique !
Chapitre 45 : Deux hommes, deux volontés
Chapitre 46 : La promesse
Chapitre 47 : Les fantômes du passé
Chapitre 48 : Concernant l'Epée de Légende...
Chapitre 25 : Rêve rétrospectif   up

Zelda, usant de ses pouvoirs, venait désactiver le sceau qui maintenait le Saint-Royaume fermé. Elle créa ainsi une brèche, unique voie qui menait à cette prison dimensionnelle. Redoutant celui qui y était enfermé, la jeune femme s'engagea dans ce monde à part afin de lui saper son pouvoir.
Curieux univers qu'était le Saint-Royaume. Bien que le sol fût rocheux et palpable, il y avait l'impression que l'on pouvait tomber à tout moment. Au-dessus, d'énormes stèles voguaient sans orientation pour fuir dans le néant. Envers et endroit se confondaient.

Dans ce décor atypique, un élément pu toutefois s'en détacher. Une masse, courbée par le poids de la fatigue s'avançait vers Zelda. Ces bras décrivaient un mouvement pendulaire. L'ex princesse héritière se mit en garde : elle reconnaissait cette silhouette. Une silhouette qui n'avait inspiré qu'effroi aux populations Hyliennes. Il s'agissait de...
- Ganondorf ! s'écria Zelda.
- Ze... Zeeeeeldaaaa... Zeldaaaaaa... ZELDAAAAAAAAAAAAAAAA !!!

Le sombre monarque frappa le sol avec force et d'énormes fragments de roche sortirent de la terre, donnant à l'arène un aspect lunaire. La jeune femme s'éleva dans les airs pour éviter de se faire empaler par les pics. Un orbe se condensa dans les mains de Ganondorf. Il envoya la boule d'énergie en direction de Zelda. Celle-ci arma son bras auréolé d'une lumière bleue et dévia la sphère d'un prompt revers. L'attaque s'échoua dans le décor, ce qui eu pour effet de générer une puissante explosion.
- MAUDIT ! REJETON DU DIABLE !
- PESTE SOIT DES SAGES ! RESSENT LA COLERE D'ASCALON !!!

Ascalon ? Zelda n'avait jamais entendu ce nom. Etait-ce une divinité ? Zelda dû recentrer son attention sur l'affreux personnage car il se trouvait dans l'oeil d'un puissant vortex. Zelda déploya à son tour son énergie. Un flux émanait de l'ex princesse héritière. Elle tendit ses bras devant elle. Une route dorée et sinueuse se dessina dans les airs. Elle se mit à glisser dessus et sillonnait dans les airs à la vitesse du son, évitant ainsi les déflagrations successives que Ganondorf lui envoyait. Celles-ci fuyaient dans le néant, enflammant l'horizon.
La silhouette de Ganondorf s'affaissa. Il posa un genou au sol tandis que Zelda, elle, gagnait en hauteur. Voyant que son adversaire était au plus mal, elle désactiva sa passerelle lumineuse et piqua droit sur lui. Elle invoqua une longue épée lumineuse qu'elle brandit au dessus de sa tête. Le seigneur des Gérudos en fit de même à la différence qu'une aura noire fluctuait autour de son épée. Zelda assena un coup surpuissant mais Ganondorf effectua une parade et tenta aussitôt une estocade. La jeune femme esquiva le coup en esquissant un salto avant et se retrouva au dessus du tyran. Elle tenta de le décapiter avec un coup droit aérien mais Ganondorf para une nouvelle fois. Le choc des deux lames venait de générer un débat d'étincelles accompagné d'une puissante onde de choc. Un long duel à l'arme blanche venait de commencer. Leurs échanges gagnaient en intensité, réduisant les alentours en poussière.

Zelda créa une barrière protectrice. L'épée de Ganondorf ricocha contre l'écran et s'envola au loin avant de se dissoudre. Le tyran était désarmé. Zelda lui assena un puissant revers, suivi d'un coup droit et finit avec un coup circulaire. Elle fut immédiatement arrosée par une pluie écarlate. Le corps de Ganondorf fondit au sol, baignant dans une mare de sang toujours croissante.

Zelda courba l'échine dans le but de saper le pouvoir du sombre monarque. Sa main fusa pour perforer la poitrine de son vis-à-vis mais fut stoppée par un détail. L'homme venait d'afficher une expression inédite. Aux portes de la mort, l'équivalent du prince des ténèbres avait un sourire radieux. Mais tellement radieux. Il suffisait presque à inhiber la laideur habituelle du personnage. Zelda ne pu se résoudre à l'achever. Sa main, hésitante, flottait à un centimètre de son torse.

- Bravo... Zelda, articula l'agonisant. Tu m'as libéré de l'influence de cette épée... maudite. Je fais tiens mon pouvoir.
- Quelle épée maudite ? demanda Zelda.
- A ... Asca... Ascalon...
- Hé ! Ne meurs pas maintenant ! C'est quoi cette épée !?

Hélas pour Zelda, Ganondorf venait de fermer les yeux... pour toujours. Soudain, un courant ascendant entoura l'ex princesse héritière. Elle sentit qu'elle avait reçu un gain de puissance considérable et vit que sur le dos de sa main, deux triangles dorés étaient représentés. Elle possédait désormais deux fragments de Triforce.

Mais sa face reflétait un fort sentiment d'inquiétude. Quelle était cette épée nommée Ascalon ? Où se trouvait-elle ? Etait-elle vraiment en train de contrôler Ganondorf ? Est-ce cette épée qui avait avili et corrompu le chef des Gérudos ? Celui-là même qui avait tant inspiré confiance au roi Daphnès Nohansen Hyrule, le père de Zelda ? Si oui, alors c'était un problème majeur car si cette épée était capable de faire de Ganondorf sa marionnette, sa puissance n'était pas à sous-estimer et elle trouvera sans doute un autre réceptacle pour semer le chaos en Hyrule.

Tout l'univers se dissipa brutalement, sans transition.

Zelda se retrouvait désormais dans la maison de Saria. Oui, elle avait rêvé mais cette fois, dans le passé. Elle regarda à côté d'elle mais il n'y avait plus personne. Link était parti.
- Dommage qu'il soit si matinal. Ou peut-être que c'est moi qui ai trop dormi.
Zelda se sentait vraiment inutile : malgré l'acquisition du double fragment de Triforce, elle était encore obligée de tomber malade au moment où on avait le plus besoin d'elle.
Elle décida toutefois de se libérer de sa torpeur pour profiter de la vie sylvestre.

Link s'était engagé dans le dédale souterrain. Les murs étaient poisseux et le sol moisi.
Comme si cela ne suffisait pas, des lamentations se firent entendre dans les confins obscurs. Link savait ce que cela voulait dire : il y avait des Effrois dans le coin.
Igor venait de laisser une nouvelle flamme dans son sillage, obligeant Link à s'écarter de son axe et lui faisant perdre un peu de temps. Deux voies distinctes s'offraient désormais à lui et Link ne savait pas laquelle prendre. Il emprunta celle de droite. Erreur ! Il s'agissait d'un cul-de-sac avec un Effroi. Link fut temporairement paralysé par le cri strident du mort-vivant. Il se libéra de son inertie et poursuivit son chemin par la voie opposée.

Link devait à présent escalader un chemin en colimaçon. Hélas, le décompte final retentissait déjà. Link allait manquer de temps. Le rire fantomatique d'Igor s'élevait dans les hauteurs lugubres.
- Tss, il croit avoir gagné, celui-là ?
Link sortit son grappin et visa le candélabre qui se trouvait à côté de la sortie. La chaine agrippa l'élément en question et se rétracta ensuite. Link fusa au dessus du vide pour atterrir sur la plateforme d'arrivée. Il entra de justesse dans la salle au trésor et la porte se referma derrière lui.
- Pfiiiouu, c'était chaud... mais vraiment chaud ! Ce genre de choses... c'est plus de mon âge !
- Yark, yark, mais qu'est ce que tu racontes ?! Allez... LE TRESOR EST A TOI !!!
C'est vrai. Le coffre était là, devant les yeux du héros. Ce dernier s'approcha, en proie de nombreuses interrogations. Allait-il bénéficier d'un gain de puissance ? Et si le trésor ne lui convenait pas ? S'il n'était d'aucune utilité pour la suite des évènements ?
Attisé par tant de mystères, Link posa ses mains sur le coffre et, d'un geste prompt, en souleva le couvercle. Il se pencha et saisit l'objet qui n'était autre que...

Chapitre 26 : Prélude à la destruction !   up

Au Château, la tension était palpable. Le roi était en colère, très en colère. Décidemment, ce chenapan de Link et cette chipie de Zelda lui causaient bien des soucis. Ces derniers étaient parvenus à mettre en échec son projet d'éradiquer la race Kokiri. Et d'après les dires de Cardice et d'Enricko, ils étaient accompagnés d'une Sage ressuscitée et surtout... d'Impa. N'ayant de cesse de tourner en rond depuis une heure, Lambardy cogitait pour fomenter la destruction du Village Kokiri. Il allait devoir se mouiller cette fois, il n'y avait pas d'autre alternatives. Mais sa position de monarque ne lui permettait pas de bouger beaucoup, et jamais sans escortes.

Non loin de lui, des concrétions glacières se formèrent, improvisant une figure bien précise. Rachiki venait d'apparaitre. Un peu plus loin, une gigantesque flamme embrasa le centre de la pièce et tel un phénix s'éveillant de ses cendres, une silhouette s'éleva lentement en son sein. Soudain, le corps s'affranchit de l'incandescence. Il s'agissait d'Enricko.
- Cardice n'est pas avec toi ? questionna celui-ci.
- C'est justement pour cette raison que je vous ai convoqué, répondit Lambardy. Et sache que Cardice n'est pas tout le temps avec moi. Elle est très indépendante.
- Loin de moi cette idée, Lambardy...
- Cardice et moi avons longuement parlé hier. Elle m'a dit qu'il faut se méfier des sages car, ayant entretenu d'étroits liens avec le Héros du Temps, il est possible qu'ils ne se confondent pas à l'opinion générale et qu'ils considèrent encore celui-ci comme quelqu'un de bon. En cela, ils constituent des éléments malléables pour Link et sont donc dangereux pour la suite des évènements. Nous savons déjà que Saria, Impa et Zelda sont avec lui. Il reste encore Rauru, Ruto, Darunia et Nabooru. C'est sans doute Nabooru la plus dangereuse car vu que toi, Enricko, tu n'as pas eu le temps d'aller commettre des délits à la Forteresse et que son territoire n'appartient pas à la juridiction du Royaume, elle n'a pas dû être touchée par la propagande. Elle et le reste des Gérudos doivent avoir une vision laxiste des choses qui contraste fortement avec celle des Hyliens, des Gorons et des Zoras. C'est pour cela que notre nouvelle priorité est... d'éliminer les Sages.

Lambardy marqua une pause dans son explication et un effrayant rictus apparut alors sur son visage.

- Cardice est partie il y a quatre minutes dans le but d'assassiner le Sage de L'Eau et celui du Feu. Elle devait également assassiner Rauru mais celui-ci reste introuvable. Il ne doit plus être au bourg. Rachiki, toi, tu iras à la Forteresse Gérudo pour tuer Nabooru et soumettre son territoire. Tu seras le nouveau chef et successeur de Sire Ganondorf. Tu devrais être content.

Oh que oui, Rachiki se sentait même honoré. Cependant, le Mando était, depuis l'extermination de son peuple, incapable d'exprimer ses sentiments. De ce fait, l'annonce de Lambardy semblait le laisser coi. Enricko lui, en revanche, fulminait de rage et cela ne passa pas inaperçu aux yeux de Lambardy. Ce dernier poursuivit :

- Quand à toi Enricko, j'ai besoin que tu endosses mon identité et que tu sièges à ma place en tant que roi d'Hyrule.

Le visage d'Enricko s'illumina dans un premier temps, puis un voile de gravité le recouvrit entièrement.

- Alors ça veut dire que...
- Tout à fait. Il est temps pour moi de passer à l'action. Je vais aller réduire moi-même le Village Kokiri en cendre. Après tout, il semble que je sois devenu le seul qui puisse vaincre Zelda. Même avec ses nouveaux pouvoirs, il est impossible de me vaincre.
- Car tu possèdes Ascalon, compléta Rachiki avant de disparaitre.

Enricko se transforma et devint une copie conforme du roi. Ce dernier, satisfait de la métamorphose du polymorphe, exécuta une preste volte-face. Soudain, un typhon apparut et la silhouette de Lambardy fut happée par le vortex. Il disparut, ne laissant derrière lui que quelques bourrasques de vent.
Enricko exultait car il pouvait enfin jouir de la position de son maître. Il ne se doutait cependant pas qu'une femme, agrippée au plafond, avait tout entendu. Une femme blonde, possédant une combinaison noire et moulante. Détail troublant : le sceau des Sheikahs était inscrit sur son dos. Elle avait tout entendu des sombres projets des Mandos et comptait bien agir.
- Je ne laisserais pas de telles choses arriver !
Puis elle disparu sans laisser de traces.

Loin de là, au Domaine Zora, Rauru discutait avec Ruto. Bien que celle-ci affirme ne plus pouvoir faire confiance à Link, la voir rougir à chaque fois qu'elle mentionnait son nom convainquait Rauru du contraire. Cette dernière ne faisait que passer les intérêts Zoras avant les siens et de ce fait, était obligée d'adopter un comportement traître à sa personnalité. Tout à coup, l'attention de Ruto se porta sur l'entrée de la salle du trône.
- Qui est cette femme ? questionna le Sage de l'Eau. Je ne l'ai jamais vue.
- Quelle femme ? demanda Rauru cette fois.
Il se retourna pour regarder dans la direction désignée par le doigt de Ruto et il vit une femme gravir les escaliers.
- Je ne sais pas, répondit Rauru. Ce n'est pas une simple paysanne vu qu'elle a pu rentrer dans le domaine. Mais si elle est haut-placée, je ne vois vraiment pas qui c'est.

Cardice, la femme foudroyante, approchait.

Dans les appartements de Nabooru, à la Forteresse Gérudo, se tenait une réunion entre le Sage de l'Esprit et les Sheikahs qui étaient venus pour lui prévenir du danger. Ils étaient cependant loin de se douter que le danger en question allait devenir réel dans quelques minutes car un homme, pavé de mauvaises intentions, franchissait le pont de la vallée et s'apprêtait à soumettre le territoire des Gérudos en plus d'assassiner le Sage de l'Esprit.

Rachiki, Mando de la glace, menaçait Nabooru et sa forteresse.

Dans la Forêt Kokiri, en son sein, en son décor, une chose venait de changer. L'habituel sourire du Bourgeon venait de se soustraire pour laisser apparaître une expression de terreur. On dénotait un sentiment d'épouvante sur son faciès.
- Il est là... Il arribe ! hurla la frêle voix du Bourgeon.
En vain. Coupé du reste du village, seul dans sa clairière, nul ne pouvait l'entendre. Et pourtant, il le fallait car des forces occultes se dirigeaient vers son peuple : ses enfants. Ils allaient être la cible d'un démon sanguinaire à l'appétit insatiable.

Au même moment, une tornade se déclara au centre du Village même, à l'étonnement général. Des nuages noires apparurent, étouffants les rayons de soleil. La nuit était tombée sur le Village Kokiri. Zelda et Saria froncèrent les sourcils.
- Cela n'augure rien de bon, conclut Saria.
La tempête s'estompa et il y eut un mouvement de panique général. Zelda et Saria se mirent en garde et s'apprêtèrent à user de leurs pouvoirs. Tout cet affolement généré par la soudaine apparition de l'homme qui s'était substitué au cataclysme.

Lambardy était là.

Chapitre 27 : Lumière et Electricité   up

Cardice ne tarda pas à entamer les hostilités. Des Dracollules et des Baris encerclaient déjà les Sage de l'Eau et de la Lumière qui réalisèrent enfin ce qui se passait.
- Ce doit être l'alliée de Lambardy, devina Rauru. Celle qui possède des affinités avec les éclairs.
- C'est exact, répondit Cardice. En fait, ça ne me surprend pas tellement qu'un membre de votre groupe ait été envoyé ici pour protéger la princesse Ruto. Après tout, je sais que Zelda fait des rêves prémonitoires. Vous étiez donc déjà au courant du projet d'assassinat des Sages.
- Comment savez-vous... !
Rauru acheva sa parole. Certes, elle savait que Zelda avait ce pouvoir. Mais elle ignorait que celle-ci ne pouvait plus s'en servir. De ce fait, Cardice se trompait royalement en pensant que Rauru était venu protéger Ruto. Il se dit que cette sorte d'ignorance pourrait jouer en leur faveur.

Mais pour l'instant, il devait se concentrer sur sa survie car son opposante était loin d'être une néophyte en matière de combat. De plus, Ruto et lui étaient cernés pas une vingtaine de monstres électriques. Un rictus des plus effrayants apparut sur le visage de Cardice.

- Mais... vous n'avez pas l'impression de me sous-estimer un peu là ? Je n'aurai aucun mal à vous écraser tous les deux. A L'ATTAQUE !

Les monstres déchargèrent tout leur réservoir électrique. Toute cette énergie fut cependant happée par la paume de Rauru qui s'illumina. Son bras effectua un mouvement rotatif qui renvoya l'énergie absorbé sous forme d'onde rectiligne. Les monstres se scindèrent en deux avant de choir lamentablement au sol, agonisants.

Soudain, Cardice apparut devant Ruto, mais entièrement composée d'électricité.
- Je peux bouger aussi vite que l'éclair, précisa Cardice avant de pointer son doigt vers la poitrine du Sage de l'Eau. Rayon Gamma !
Un arc électrique se libéra de l'index de Cardice et perfora la pauvre Zora qui s'écroula sous le regard impuissant de Rauru.

Ayant constamment la peau humide, la princesse fut dans l'incapacité de résister à une attaque électrique. Les dégâts étaient colossaux.

La Mando renouvela son action et Rauru fut transpercé à son tour. Du moins, c'est ce qu'elle crut car sa seule victime fut l'image rémanente du Sage de la Lumière.
Cardice fut en effet témoin d'un spectacle des plus déroutants : face à elle se trouvaient plusieurs répliques de Rauru.
- Qu'on me vienne en aide, je deviens folle !
- Oh que non, assura Rauru. Je dirai plutôt que tu ne peux plus te fier à ta seule vision. N'oublie pas que je suis le Sage de la Lumière. Je peux donc modifier ta perception du monde en modifiant... ta lumière.
- Donc tu n'as pas vraiment de clones. Ce sont justes des images qui restent sur la rétine. Bien joué mais tu oublies un détail. Ton corps contient de l'électricité ! Si je me concentre, j'arriverai à trouver le vrai toi !
- Sauf que je ne te laisserai pas le temps de te concentrer ! Décomposition de la Lumière : couleurs chromatiques !

Des rayons aux couleurs arc-en-ciel se libérèrent des "copies" de Rauru pour converger sur Cardice qui put se mouvoir à temps. La collision des rayons engendra une explosion. Aidée par le souffle, Cardice venait de se déplacer à la vitesse de l'éclair et s'attaqua à la première réplique de Rauru mais au final, elle ne brassa que de l'air. Elle invoqua son Fouet de Tesla et balaya toute la salle dans le but de toucher le véritable Rauru.

- Bon sang ! pesta Rauru. Utiliser ce genre d'attaque dans un endroit aussi confiné ! C'est déloyal !

Seule la fuite pouvait le sauver car vu que ses "reflets" disparaissaient un à un sous l'effet de l'intervention musclée de Cardice, celui-ci n'allait pas tarder à être démasqué. Il attrapa Ruto, dont la survie était incertaine, et tous deux devinrent invisibles.

La salle du trône ne ressemblait plus à rien. Cardice venait d'effacer la dernière réplique de Rauru mais jusque là, elle n'avait rien effacé de matériel.
- Maudit soit-il ! CE VIEUX CHIFFON ! LES ECLAIRS AURONT RAISON DE LA LUMIERE !!!

Cardice entendit des voix. Les Zoras accourraient vers la salle du trône pour voir ce qu'il s'y passait. Ils n'y trouvèrent cependant personne : la jeune femme venait de disparaître.
Tous se consultèrent du regard, débordants d'interrogations et d'anxiété. Où était donc passée leur princesse adorée ?

- Le Sage... Le Sage n'est plus là non plus ! remarqua un des Zoras. C'est le Sage de la Lumière qui a enlevé la Princesse Ruto ! Cherchons-le, il ne doit plus être bien loin !

Ainsi, Rauru, Sage de la Lumière, prophète d'Hyrule et médecin sans frontière, se fit ennemi du peuple Zora.

Au même moment, dans la Forteresse Gérudo.
- Merci de m'avoir prévenue, remercia Nabooru. Je pense amener mes consoeurs au Temple de l'Esprit. Puis je viendrai vous aider dans votre lutte. Comme il y a deux ans. On va reformer une belle bande !
- Le danger est imminent, pressa Impa. Fais en sorte de les y emmener dès ce soir. Trouve une excuse valable car je doute que ton peuple veuille te suivre sur la base de visions du futur.

En un éclair, Gontran s'interposa entre Impa et Nabooru. Un sourire charmeur surélevait diagonalement une commissure de ses lèvres. Ses yeux étaient fermés, adonnant ses autres canaux sensoriels à une passion toujours inconnue. Ce mystérieux désir se précisa lorsqu'il passa son bras autour du cou de Nabooru. Une accolade bien courageuse destinée à une femme qui n'avait qu'une faible estime pour les mâles.

- Allons Impa, commença le Sheikah, Nabooru est tellement belle que je la suivrai jusqu'au bout du monde. Ces Gérudos vont en faire de même, sinon cela veut dire qu'elles sont aveugles. Nabooru, je vais te dire : pour rien au monde je ne te perdrai de vue, il n'y a pas de raison car... car...

Le Sheikah cherchait la suite. Il scruta le ciel, espérant que de celui-ci lui vienne la divine inspiration. Son visage s'illumina avant de replonger ses yeux dans ceux de Nabooru.

- Pour rien au monde je ne te perdrai de vue, il n'y a pas de raison car notre amour ne connaît pas d'horizon.

Le sirocco du désert couvrit le silence qui suivit, épargnant un moment de solitude pour le pauvre Sheikah. Bah, au moins, le courant passait entre eux... d'une certaine manière.

- C'est... c'est sans doute ce que vous appelez "mariage" ou "union", devina Nabooru tout en se débarrassant délicatement de l'étreinte. Nous, les Gérudos, on ne se mélange pas. Surtout pas avec des mâles.

A peine Gontran eut le temps d'émettre un son qu'un bruit tonitruant surprit tout le monde.

- Qu'est-ce qui se passe?! s'affola Nabooru.
Cette dernière jeta un coup d'oeil par la fenêtre, suivie d'Impa et toutes deux virent un homme suspendant une Gérudo dans les airs à l'aide de son bras.
- C'est un des larbins de Lambardy qui contrôle la glace et celui qui m'a capturée, précisa Impa.
Il n'en fallut pas plus pour que Nabooru saute du troisième étage et se réceptionne au moyen d'une roulade. Elle faisait désormais face à l'assaillant qui lâcha sa proie, partiellement congelée. Les Sheikahs imitèrent Nabooru et se retrouvèrent également face au taciturne Rachiki.
- Le Sage de l'Esprit et trois Sheikahs, commenta Rachiki. Tous vont mourir pétrifiés par le gel.

MétamorphoseChapitre 28 : Métamorphose   up

D'énormes blocs de glaces apparurent dans les airs, à la stupéfaction générale. Ces derniers s'abattirent sur la forteresse telle une véritable pluie de météorites... gelées. L'énorme édifice s'effaçait à chaque collision, perdant de sa rigueur polygonale. Les points de chute étaient pré-calculés par le Mando. Celui-ci visait essentiellement Nabooru et les Sheikahs tandis qu'il épargnait les femmes Gérudos. Mais ses cibles étaient insaisissables, exécutant moult acrobaties, suivant des trajectoires sinueuses et imprévisibles pour éviter de finir comme des Raies Manta.

- Il faut que j'emploie d'autres méthodes car si je continue comme ça, il ne restera plus rien de mon "territoire". Mandoraga de Glace!

Sortant du néant, des Eenos, des Freezards, des Saigneurs de glace et des Lobos Blancs apparurent et attendaient désormais le mot d'ordre.

- Bêtes des Glaces ! Epargnez les guerrières Gérudos et attaquez inlassablement le Sage de l'Esprit et les Sheikahs !

Les Freezards expirèrent leurs souffles frigorifiants à l'unisson, les Eenos effectuèrent des lancers groupés de boules de neiges, les Saigneurs piquèrent sur leurs cibles en laissant une trainée bleue dans leur sillage et la horde de Lobos Blancs déferla en direction de leurs proies.

Cependant, tous ces assauts se heurtèrent à une paroi invisible. Lyros, le Sheikah protecteur venait de déployer une puissante barrière protectrice pour contrer les attaques.

Nabooru sauta dans les airs, armée de ses deux cimeterres. Elle croisa les deux lames puis les décroisa violement, ce qui eut pour effet de générer une rafale de vent tailladant qui s'abattit sur les Eenos et des Saigneurs. Ces derniers se divisèrent tout en éjectant des flots rouges avant de s'écraser au sol. Les Eenos, faits de neige, se désagrégèrent.

Gontran, qui venait d'inhaler le contenu d'une fiole de magie, entra dans une sorte de transe. Soudain, les ombres des créatures se désistèrent de leur propriétaire et sillonnèrent l'aire de combat pour alimenter l'aura de Gontran, donnant l'impression que le territoire était rongé par un voile de ténèbres. Lorsque celle-ci atteignit son paroxysme, le thaumaturge annonça :
- Tous ceux dont j'ai volé l'ombre seront inévitablement les cibles de mon attaque ! Le Procès des Ombres !

Suite à ces mots, il disparut et réapparut devant le premier monstre pour le découper de son épée ténébreuse avant de redisparaître. Le monstre qu'il venait de supprimer avait récupéré son ombre mais... à quel prix. La silhouette du Sheikah n'était plus qu'une ombre, ricochant entre les monstres et distribuant la mort à chaque bifurcation. Son corps "sifflait" dans les airs, déchiquetant toujours des corps aléatoirement. A son arrêt, tous les monstres agonisaient à terre avant de rendre leur dernier souffle.

Il ne restait plus que Rachiki qui venait de recouvrir son corps d'une épaisse couche de glace. Les attaques au corps d'Impa ne fonctionnaient guère face à l'armure qu'elle constituait. Rachiki attrapa Impa par sa jambe et effectua quelques moulinets avant de l'envoyer en promenade aérienne. Celle-ci se redressa en l'air et invoqua un énorme tentacule d'ombre.
- La Courroie des Ombres !
Le tentacule s'enroula autour du Mando et resserra son étreinte. Mais Rachiki, à l'aide de la force brute, se libéra du tentacule d'ombre. Toutefois, la situation n'était pas à son avantage car Nabooru et les Sheikahs le cernaient de toutes parts.
- Vous ne me laissez pas le choix, conclua Rachiki. Je vois. Je vais donc revêtir ma forme ultime !
Rachiki entama une danse dont la gestuelle semblait mimer celle de Kamaro, le danseur fantomatique de Termina. Une lueur vive s'échappa de son corps, éblouissant tout le monde. La lumière semblait se déployer jusqu'à illuminer la forteresse entière.
- Mais qu'est-ce qu'il fait ! pesta Gontran pour qui l'incarcération prolongée avait affecté la résistance aux lumières vives. Il veut nous rendre aveugle ?! Faites que cela cesse !

Comme pour exaucer les prières de Gontran, la lumière s'estompa. Mais tous constatèrent que Rachiki n'avait plus rien d'humain. En effet, il ressemblait à un ogre mauve d'une dizaine de mètres, flanqué d'une dizaine de cristaux en guise de "cheveux" ainsi que d'ongles affutés, pour ne pas dire aiguisés.

- Oh ho, on a un problème là, réalisa Nabooru.

Chapitre 29 : Châtiment sévère !   up

C'était la panique générale. Les Gérudos gambadaient dans tous les sens, en quête d'un abri sûr et en proie d'une peur à blanchir des cheveux.
Rachiki ouvrit la bouche et un fulgurant rayon s'en échappa. Celui-ci atteignit le chemin qui menait à la Vallée Gérudo et l'effet fut immédiat : un épais mur de glace condamnait désormais la sortie. Rachiki réédita son action et bloqua cette fois l'accès au désert, éliminant tout espoir de fuite. Les Gérudos, qui pensaient toujours être les cibles du monstre, avaient abandonné l'idée même de survie.

Lyros dut plonger in extrémis sur le côté car l'immense main de Rachiki s'abattit à l'endroit même où se trouvait une seconde auparavant. Le Sheikah se redressa promptement pour ensuite bombarder Giga-Rachiki d'orbes ténébreux qu'il envoyait en tournoyant sur lui-même. Le monstre ne bronchait pas, bien qu'il était assailli par une chaîne d'explosions. Celui-ci abattit son poing sur le relief qui recouvrait partiellement la Forteresse et d'énormes blocs de roche fondirent sur le Sheikah protecteur. Mais ce dernier portait bien son nom puisque l'éboulement fut dévié par l'écran protecteur qu'il venait de générer.

Le corps d'Impa se mit à rayonner d'une lueur blafarde. Elle venait de tendre un bras tandis que l'autre était plié et en retrait. Son doigté montrait qu'elle pinçait quelque chose. Elle avait une position d'archer. Le Sage de l'Ombre murmura lentement :

- Flèche... de l'ombre...

Son bras arrière se détendit soudainement tandis qu'un trait opaque fila dans les airs, transcendant le lacunaire et la matière, détruisant tout sur sa trajectoire. Rachiki eut tout juste le temps d'incliner sa tête pour éviter de se faire décapiter par le faisceau ténébreux qui se perdit dans la voute céleste.

Mais Impa ne semblait pas vouloir en finir :

- Tirs multiples ! hurla celle-ci.

Impa réédita son action mais cette fois, dix faisceaux obscurs se libérèrent pour pleuvoir en masse sur le Mando. La bête fit apparaître un sceau dans les airs, sceau qui n'était pas méconnu des Sheikahs.
- C'est le Sceau des Mando ! constatèrent les adorateurs de l'ombre à l'unisson.

Toutes les flèches d'ombre furent absorbées par les motifs qui s'abreuvèrent de l'énergie emmagasinée puis ils disparurent en même temps que Rachiki.

- Qu'est-ce qu'il a fait ?! interrogea Nabooru paniquée.
- Il a absorbé l'attaque d'Impa dans une porte interdimensionnelle et s'en est servi pour se soustraire à notre vue ! expliqua Gontran. Maintenant, il peut réapparaître n'importe où et rediriger les flèches d'ombre contre nous !
- En plus, aucun de nous ne pourra utiliser la téléportation puisque ça ne fait même pas 24 heures que nous l'avons utilisée la dernière fois, fit remarquer Impa. Soyez prudents...

Impa n'eut pas le temps de terminer sa phrase car une dizaine de sceaux apparurent et encerclèrent les combattants. De chaque sceau fut extraite une flèche obscure. Toutes convergèrent sur les Sheikahs et le Sage de l'Esprit, agglutinés. Ils étaient sur le point de collision.

Lyros invoqua une barrière qui enveloppa le groupe. Les traits opaques ricochèrent tous contre le dioptre. Lyros, croyant que tout danger était écarté, désactiva sa barrière.

Ce fut là sa plus grosse erreur.

Le onzième sceau apparut au-dessus de lui et l'imposante silhouette de Rachiki en émergea. Le Mando expira un puissant souffle frigorifiant et gela Lyros qui était désormais une statue de glace.
Rachiki arma son poing pour en finir avec le Sheikah protecteur.
- Lyrooooooos !!! hurla Impa.

La massue qu'était le poing de Rachiki se dirigeait fatalement vers Lyros dans le but de l'annihiler.

Durant ce bref laps de temps qui compose normalement un coup de poing, Rachiki eut toutefois le temps de remarquer que son ombre, qui recouvrait auparavant la totalité du terrain, n'était plus.

- Procès des Ombres ! dit une voix au volume sonore croissant, indiquant que son propriétaire approchait à vive allure.

Au même moment, le bras de Rachiki qui tendait inexorablement vers Lyros, se détacha du reste de son corps, virevoltant et maculant le terrain d'immenses flaques écarlates. Gontran venait de sillonner l'éther et d'amputer le bras de Rachiki grâce à son attaque "Procès des Ombres".
Le Mando se mit à gémir.

Nabooru comptait alourdir l'addition :
- Acuponcture meurtrière !
A l'instar de Gontran, le corps de Nabooru se déplaça à la vitesse du son. Elle fila dans les airs et son ombre suivit un trajet aléatoire sur le torse de Rachiki tout en lui assenant des coups de cimeterre. Lorsqu'elle posa ses pieds au sol, le torse du monstre explosa et laissa échapper d'abondantes gerbes de sang.

Enfin, Impa voulut porter le coup de grâce :
- Tirs multiples !
Impa décocha à nouveau une série de rayons opaques qui perforèrent la poitrine de Rachiki.

Le "Colosse" atterré par la douleur, s'effondra au sol. Son corps se mit à rayonner. Lorsque la lueur perdit de son ampleur, on put voir Rachiki agonisant sous sa forme initiale.
- Soyez... bleurp... maudits, hoqueta ce dernier tout en crachant du sang.

Chapitre 30 : Le peuple désormais orphelin   up

Impa s'approcha de l'homme en sursis. Rachiki n'en avait effectivement que pour quelques secondes avant de rendre l'âme. Cela ne semblait pourtant pas satisfaire Impa. Au contraire, on pouvait lire de l'inquiétude sur son visage. Comme si elle se préoccupait du sort de l'assaillant.
- Soigne-le Gontran s'il te plaît, demanda Impa. Je ne veux pas qu'il meure et que la haine des Mandos s'accentue.

Gontran, tout d'abord dubitatif, couru vers l'agonisant et lui offrit ses soins. Sa thaumaturgie faisait ses preuves. Si bien qu'après une minute, le Mando put se mouvoir de nouveau, sans son bras bien sûr.

Cependant son esprit était confus : pourquoi diable les Sheikahs l'avaient-ils aidé alors qu'ils pouvaient en finir avec lui.

- ... P-pourquoi m'avoir sauvé misérables !? questionna le maître des glaces. Hein !? Pourquoi ne pas m'avoir tué moi, alors que vous n'avez eu aucun scrupule à exterminer mon peuple ?!
- Parce qu'aucun de nous, répondit Lyros qui s'était libéré de son inertie, n'a activement participé au génocide.
- Tu dois nous croire, poursuivit Impa. Nous n'avions pas l'âge requis pour combattre. Nous aussi nous avons souffert : tous nos proches se sont donné la mort et, du jour au lendemain, nous avons dû porter le fardeau de leur génocide. Nous avons oeuvré pour le bien d'Hyrule en quête de rédemption et pour qu'un jour... nous puissions être lavés de ce mal qui nous ronge depuis deux décennies.

Rachiki n'en croyait pas ses oreilles. Les paroles d'Impa n'étaient qu'affabulations, cela ne pouvait être vrai.

- Tu... tu mens ! bégaya Rachiki qui reculait d'un pas à chaque mot prononcé. Ce que tu dis n'a aucun sens !
- Et pourquoi ? intervint Gontran. Peux-tu affirmer avec certitude que nous étions dans les souterrains et que nous combattions avec nos défunts proches ?
- Vous les Mandos, continua Lyros, je comprends que vous nous haïssiez. Si les rôles avaient été inversés, je ferais certainement de même. Mais votre vengeance a été exaucée dès lors que notre peuple s'est donné la mort. Alors s'il vous plait, ne dirigez pas votre colère vers les peuples d'Hyrule. Laissez le Village Kokiri en dehors du sillon de votre vengeance ou autrement, vous vous rendrez coupable du même crime que nos parents.
- Ca c'est un peu tard, répondit Rachiki. Lambardy doit déjà y être. Il va mettre la terre à feu et sang...
- COMMENT !? hurlèrent de concert les trois Sheikahs.
- N'imaginez pas pouvoir l'arrêter. Il est comme un... Dieu. Il va réduire toute parcelle de vie à néant et assouvir notre désir de vengeance.

Rachiki affichait cependant une expression de tristesse. Les mots de ses ennemis semblaient avoir eu un impact considérable. Il fit mine d'adopter un ton sadique :

- Haha. Si la vengeance est un plat qui se mange froid, je serais très heureux d'y gouter...

Le Mando venait de disparaître au milieu d'une structure givrée. Les murs de glaces qui condamnaient les sorties du territoire disparurent avec lui.

Il avait cependant laissé une vive anxiété qui s'accentuait encore dans les esprits des Sheikahs.

- IL FAUT RETOURNER AU VILLAGE ! ordonna Impa.

Le Village Kokiri, qui était plongé dans les ténèbres occultes, allait être le théâtre du terrible affrontement entre deux quasis divinités : Zelda et Lambardy.

Le vil monarque promenait son regard curieux. Il n'apercevait ni Link, ni Impa.

- Link et Impa ne sont pas présents, devina Lambardy. Je vois. Je vais devoir me contenter de l'entrée.

Zelda, offensée par cette remarque, n'attendit pas pour répondre.

- Ne me sous-estime pas, larbin de Ganondorf ! Je suis désormais la détentrice de deux fragments de le Triforce ! Je suis naturellement la mieux placée pour côtoyer le pouvoir divin. Ne sous-estime pas la combinaison de la Sagesse et... LA FORCE !

L'aura de Zelda dévoila son potentiel abyssal : émanant de l'ex princesse, une protubérance lumineuse traça son axe vertical qui culminait jusqu'aux cieux !

Lambardy tendit son bras et une puissante déflagration sortit de sa paume. Celle-ci traversa le village, dans un premier temps, sans faire de victime puis s'échoua dans la clairière de l'Arbre Mojo. Une puissante explosion retentit, générant un tremblement de terre. Un immense panache de fumée s'éleva dans les airs pour surplomber toute la forêt.

Saria regarda avec effroi le spectacle. Car elle le savait : les cibles de cette attaque n'étaient autres que l'Arbre Mojo ainsi que son Bourgeon.
- Pèèèèère !!! hurla Saria en pleurs.
Les Kokiris prirent tous conscience de ce qu'il se passait et allèrent constater les dégâts en amont de l'explosion.

Un gouffre sans fond. Plus de clairière, d'Arbre ni de bourgeon. Juste une fosse profonde dont les abysses résonnaient encore de l'attaque du démon. Saria s'effondra la première, suivie du reste de sa communauté. Des cris et des pleurs s'élevèrent dans les airs.

La Forêt entière se mit à pleurer son défunt père.

Chapitre 31 : Affrontement de titans   up

Zelda, d'abord attristée par le sort des Kokiris, se ressaisit et recentra son attention sur le monarque.
- Je t'ai de visu désormais, déclara-t-elle d'un ton déterminé ! Tu ne feras plus de mal à cette lèse-forêt !
- Protège-la par tes propres moyens ! répliqua le tyran. Je ne compte cependant pas repartir d'ici avant que cet endroit ne se transforme en cimetière !

Les pupilles de Lambardy s'enflammèrent et deux rayons purent s'en extraire. Zelda se téléporta in extrémis. Deux explosions retentirent simultanément et poursuivirent leur trainée ardente, découpant le Village dans sa longueur.

Zelda réapparut dix mètres derrière le démon et, d'un simple revers, lui envoya une onde tranchante. Lambardy invoqua le Sceau des Mandos et la vague d'énergie fut absorbée. Le sceau réapparu derrière Zelda et délivra l'énergie qu'il avait emmagasiné. La jeune femme pu esquiver l'onde de choc qui fila dans le décor et s'échoua dans les bois.

L'effet fut immédiat : les arbres qui habillaient l'horizon s'effacèrent, tombant comme des dominos.

Zelda fit apparaitre des mines magiques au sol qui se mirent à exploser. Lambardy disparu au milieu du chapelet d'explosions. Les éclats de roches élevés par l'attaque se figèrent dans les airs. Parallèlement, Lambardy venait de s'extraire de l'écran de fumée qui le cachait, le bras droit en l'air.
- Pluie rancunière ! cria celui-ci.
Lambardy baissa sa main et tous les fragments de roches foncèrent sur Zelda.
Une énorme sphère protectrice enveloppa l'ex princesse héritière et tous les projectiles éclatèrent contre le dioptre.

L'énergie de Lambardy se mit à fluctuer :
- Mandoraga du vent : qu'avec ta légèreté rien ne t'impose loi, qu'avec ta force s'inclinent toutes les structures !
Quatorze énormes Peahats jaillirent du néant et balayèrent la surface du sol avec leurs puissantes hélices. Les brins d'herbes ainsi que la poussière s'élevèrent sur un puissant coussin d'air. Zelda se courba au maximum pour éviter le tranchant des hélices.
- Vide sidéral !
Les énormes monstres furent happés par le voile lumineux qui s'étalait sur le sol. Cependant, une fois les Peahats annihilés, Zelda le désactiva : elle voulait s'économiser au maximum.

Face à elle, une puissante tornade faisait rage. Les arbres se dressaient vers le haut, prêts à être déracinés par le vortex. Lambardy flottait en son sein.
- Souffle du transcendant !
La tornade se déplaça pour ravager les maisons et entrainer tout le reste dans son courant dévastateur. Tout semblait s'effacer petit à petit, le matériel se désagrégeait lentement pour entrer dans la spirale infernale. La Forêt vivait sans doute ses derniers instants.

Zelda ne semblait pas l'entendre de cette oreille. Elle tendit ses bras dans les directions opposées.
- Atomicité purgatrice ! s'époumona la combattante.
Des milliers de petites lueurs encerclaient le typhon dévastateur. Lorsqu'il y en eu assez, Zelda croisa ses bras et tous les points lumineux, disséminés de part et autre de la tornade, convergèrent sur son oeil.

Le cyclone fut alors la cible de mini sphères d'énergies qui pleuvaient encore sur elle. On assistait à une véritable démonstration de pyrotechnie ! C'était similaire à un feu d'artifice ! La tornade fut perforée de toute part par cette pluie incessante ! A tel point que le cataclysme perdit de son ampleur et fut réduit à l'état de "simple bourrasque". Tous les débris et éléments grossiers retombèrent à terre, donnant à une partie du village un aspect lunaire.

Lambardy se réceptionna au sol avec légèreté : il n'avait pas la moindre égratignure. Zelda était légèrement frustrée. Personne n'était censé survivre à cette attaque. De plus, ce sourire narquois qu'affichait son Némésis l'irritait au plus haut point.

- Je te félicite Zelda, congratula Lambardy. Je pense pardonner Cardice et Enricko d'avoir fui devant ton pouvoir.
- Tes deux laquais ? Ils subiront bientôt le même sort que je te réserve. Je te tuerai, toi, le mal !
- Tu as une vision si manichéenne. Penses-tu réellement que je suis le mal incarné ? Penses-tu être la lueur salvatrice ? Nous ne sommes rien de cela. Le fait que nous possédions de puissants artéfacts, toi tes fragments de Triforce et moi mon épée Ascalon, veut simplement dire que nous sommes les plus aptes à exaucer la volonté de nos Dieux respectifs.

Zelda du retenir un hoquet de surprise : l'épée que Ganondorf avait mentionnés dans ses dernières paroles et qui avait fait de lui un démon sanguinaire était désormais la propriété de Lambardy. Et que voulait-il dire par "Dieux respectifs" ?

- Tu étais à l'origine détentrice d'un fragment de la sainte Triforce car tu t'es opposée aux forces qui oppressaient le royaume. Royaume que les Déesses elles-mêmes on créés pour borner l'influence maléfique d'Ascalon qui dormait durant tout ce temps. Il apparait donc normal que l'on t'ait octroyé ce pouvoir. Je porte la haine de mon peuple, poursuivit Lambardy. Il est donc logique qu'Ascalon fasse de moi son détenteur afin qu'elle puisse se nourrir de mon aversion pour ce monde. Nous nous complaisons dans nos desseins. Alors comment, toi, Link et les Sheikahs, pouvez-vous m'identifier comme le mal alors que je ne fais qu'établir ma justice !?

Zelda resta muette, elle ne répondit point. Le monarque reprit une position de combat et vociféra :

- Mandoraga du métal !

Chapitre 32 : Démon sur terre !   up

- Mandoraga du métal : qu'avec ta dureté mon corps absorbe tout impact, qu'avec tes flancs aiguisés la matière se perfore !

Une dizaine de Sentinelles, une vingtaine de Statues Gore-oeil, huit Armos Sombres et une dizaine de Hache-viandes sortirent de nulle part et entamèrent leur marche laborieuse. Les Sentinelles se mirent à enflammer la Forêt en envoyant leurs rayons dévastateurs. Les plus téméraires s'attaquaient à Zelda. Cette dernière, au moyen de simples pichenettes, parvenait à dévier toutes les attaques sur les Statues Gore-oeil qui se désintégraient.

Un Hache-viande prit Zelda en traître et brandit sa hache pour l'abattre. Zelda plongea de justesse sur le côté, évitant ainsi de se faire hacher-menu. Elle se réceptionna sur ses mains et mit à tournoyer sur elle-même. Ses jambes, prises dans le manège incessant, accumulaient de l'énergie à chaque rotation. Aidée par la force centrifuge, la princesse gagnait en puissance.

- Vibrations mortelles ! hurla celle-ci en plein mouvement.

La jeune femme stoppa son mouvement. Trois vagues concentriques s'échappèrent de Zelda pour se déployer.
Les alentours furent réduits en cendres. Les flammes qui dévoraient le village furent éteintes. Les ondes successives avaient détruit tous les monstres. Elles se dirigeaient désormais vers Lambardy.

- Hé pas mal, complimenta Lambardy ! Vraiment impressionnant ! Mais...

Le bras gauche de Lambardy se transforma en une lame gigantesque et effilée (elle devait faire le double de sa taille).

- ... le métal ne ploie jamais devant les vibrations !!!

D'un simple coup descendant, Lambardy venait de pourfendre les trois ondes de choc et sépara la terre en deux flancs inclinés ! L'énergie libérée généra un énorme fossé qui fendit le village.

D'énormes secousses secouèrent la terre. La Forêt s'effaçait un peu plus à chaque geste que le roi faisait. Lambardy jouissait de tout détruire. Il continuait, détruisait toujours plus, si bien que les sous-sols commençaient à se révéler. La terre s'effondrait sous les pieds. Aucun endroit n'était sûr.

A l'image d'Impa, Zelda se positionna en archer :
- Flèche... de... lumière !!!
Mais à la différence de son amie, c'est un axe lumineux qui traversa le village. Lambardy, se décala sur le côté pour esquiver le trait de lumière qui fila dans le ciel. Mais ce n'était pas finit car Zelda en envoya des dizaines. Tous convergeant sur le tyran.

- Mandoraga de l'eau ! Que ton aspect aqueux inonde toute chose, que tes flots déchainés déferlent et anéantissent ce monde.

Un énorme geyser brisa le sol pour s'élever dans les airs et propulser ainsi Lambardy. Les Flèches de Lumières entrèrent en collision. L'onde de choc annihila les alentours.

- Bombardement ! déclara Lambardy.

Des milliers de sphères aqueuses se mirent à pleuvoir sur la forêt entière et explosèrent au sol. Les orbes d'eau sous pression constituaient de véritables obus et détruisaient encore plus la Forêt.

Cette fois-ci, les cibles de ces orbes meurtriers semblaient être les Kokiris, toujours reclus dans la parcelle de terre à l'arrière du Village, seul espace sauf de la clairière.
Zelda créa une route doré qui s'élevait dans les cieux et se mit à patiner dessus. Arrivée à hauteur des bulles d'eau, elle tandis ses bras dans leur direction et cria :

- Miroir divin !

Un mur protecteur horizontal apparu et toutes les bombes d'eau ricochèrent contre la barrière magique.

Zelda la patineuse, avançait toujours sur sa route éclatante et avait rejoint le tyran dans les airs avec une épée de lumière.

Toutefois, au moment même où la jeune femme lui assena un coup droit, l'épée de lumière se désintégra et la route lumineuse disparut également, abandonnant Zelda aux lois de la gravité. Tout le domaine devint plus sombre et toute forme de lumière semblait disparaitre. Même les petites fées Kokiris étaient réduites à de simples petits corps ambulants dénués de lueur.

Des ailes noires se déployèrent sur le dos de Lambardy et il tenait désormais une épée noire dont l'éclat malicieux pouvait geler le sang.

- ASCALON ! Epée de la haine née de la haine ! Dévoreuse de lumière engendrée par les ténèbres ! Annihile toute forme de vie, détruit toute parcelle de terre et que ruisselle le sang qui abreuvera ta soif insatiable !

Zelda n'en croyait pas ses oreilles.
- Alors c'est le moment, devina-t-elle avec terreur. Ascalon, l'antagoniste de l'épée de Légende, va frapper.
- Tout à fait, répondit Lambardy dont l'ouïe était surdéveloppée. Et avec Ascalon, je peux utiliser le Mandoraga ultime ! MAN-DO-RA-GA DES TENEEEEEBRES !!!

L'aura ténébreuse de Lambardy se déploya de plus belle, rendant le ciel opaque, vierge de toute luminosité.
En même temps, des Effrois, des Gibdos, des Ninjas Garos, des Faucheurs, des Stalfos et des Poigneurs étaient apparus et ils étaient, au total, trois cent quarante-huit !

Une expression de désespoir voilait le visage de Zelda tandis que Lambardy piquait droit sur elle.

Chapitre 33 : Frisson   up

Les Effrois hurlèrent à l'unisson, paralysant Zelda tandis que Lambardy approchait dangereusement.

- L'éventreuse, lança le tyran tout en brandissant Ascalon.

Zelda se libera de sa paralysie temporaire et se téléporta au moment même où Lambardy abattit son épée sur le sol. L'attaque généra un énorme cratère d'où jaillit un flux ténébreux. Ascalon était encore auréolée d'éclairs sombres. Lambardy planta sa fidèle épée dans le sol et prononça les mots suivants :
- Ricanement de l'enfer !

Le sol de la Forêt, déjà bien meurtrie, se brisa à de nombreux endroit pour laisser échapper des protubérances ténébreuses ! Les colonnes noirâtres culminaient jusqu'aux cieux.
Zelda, cible des axes verticaux, slalomait pour ne pas être annihilée par ces courants ascendants.

Soudain, une dizaine de bras ensanglantés émergèrent de la terre et l'un d'eux saisit son visage pour l'immobiliser. Un Poigneur s'approcha de Zelda et lui assena de fulgurants coups de têtes. Zelda bronchait et laissait échapper quelques filets de sang de sa bouche : elle était prise au piège.
Le sol se brisa sous ses pieds et la jeune femme fut emportée dans une proéminence démoniaque qui l'emporta dans les airs.

Le corps de Zelda éclatait petit à petit. Dévorée par les forces occultes, elle avait l'impression que son corps se disloquait.
- Je ne vais certainement pas mourir comme ça ! décida-t-elle. Flèches de Lumière !

En pleine ascension, le corps de Zelda virevolta pour tourner le dos au ciel et faire face au courant. Elle arma puis décocha une dizaine de Flèches de Lumière, ce qui eut pour effet d'atténuer la puissance du courant ascendant. A l'aide d'une volonté hors du commun, Zelda pu s'extraire du fléau, les vêtements déchirés et ensanglantés.

Lambardy ne laissait aucun répit à Zelda et la pourchassait dans les airs. Arrivé au niveau de la jeune femme, celui-ci simula un coup droit pour décontenancer Zelda qui s'apprêta à le bloquer. Il changea sa garde préalablement adoptée et assena un coup d'estoc à la détentrice des fragments de la Triforce.

Le métal noir et froid se mêla à sa chair qui déversa son fluide vital...

Bien plus loin, le coeur de Link se resserra. Celui-ci fléchit ses genoux pour finalement s'écrouler dans les escaliers souterrains qui aboutissaient au Moulin de Cocorico. Un sentiment étrange venait de le traverser, provoquant cette crise passagère.

- Mais... mais... qu'est-ce qui m'arrive ?

Il sentit une douleur aigue agresser sa main et jeta un rapide coup d'oeil pour en déterminer l'origine. Le symbole de la Triforce luisait sur sa main.
- Il se passe quelque chose ! devina Link. Il faut que je retourne à la Forêt Kokiri ! Zelda, Saria et les autres sont peut-être en danger !

Link entonna le Menuet des Bois et disparut, laissant derrière lui une atomicité de lucioles vertes.

Il apparut, comme à l'accoutumée, devant le Temple de la Forêt. Le premier détail qui l'interpella était l'obscurité du ciel. Il faisait littéralement nuit.
- Aucun doute. Il se passe vraiment quelque chose ici. J'espère que les deux affreux ne sont pas revenus.

Le Héros du Temps se mit à courir en direction du Village Kokiri. Il lui fallait faire vite. D'autant qu'il lui semblait avoir vu des arbres s'allonger au loin.

Le trésor qu'il a gagné lui sera-t-il utile contre l'invincible Lambardy ? Approchons-nous de la conclusion tandis que tant de mystères demeurent irrésolus ?

AscalonChapitre 34 : La dernière des quatre   up

Un prompt mouvement de Lambardy permit à ce dernier de se débarrasser du corps de Zelda. La masse ricocha au sol, sans réaction.
Lambardy jubilait : son obstacle majeur venait de périr. Son armée était immobile, attendant ses ordres.
- Monstres des ténèbres ! Eliminez les Kokiris et les Fées qui les accompagnent !
Les Stalfos, les Ninjas Garos et les Faucheurs se ruèrent vers l'arrière du village. Les Effrois, les Gibdos et les Poigneurs, quant à eux, entamèrent leur marche funèbre.

Soudain, d'imposantes ronces émergèrent du sol pour emprisonner les Stalfos, les Ninjas Garos et les Faucheurs. Un processus de feuillaison s'établit alors et les monstres étreints s'apparentaient désormais à d'énormes vignes.

Saria, méconnaissable et transfiguré par la haine, venait d'apparaitre, la main gauche en l'air et ouverte.
- Phylloxéra ! hurla-t-elle tout en fermant son poing.

Les feuilles de vigne se mirent à pourrir et à choir au sol, de même que les monstres qui avaient été pris au piège.
- Vampirisation !
Un flux d'énergie s'échappa des cadavres pour rejoindre Saria. Celle-ci regorgeait désormais d'une source abondante d'énergie et son aura illuminait les alentours.

Lambardy, d'abord assez surpris, afficha un sourire en coin : évidemment, rien ne s'obtient facilement.

- Bien, je vais m'amuser un peu avec toi, Sage de la Forêt ! RESURRECTION !

Les monstres atterrés par le pouvoir de Saria s'articulèrent. Ils purent se mouvoir de nouveau et revinrent à la vie. Cela ne semblait pourtant pas effrayer la jeune Kokiri. Elle remplaça ses bras par d'énormes lianes extensibles qu'elle plongea au milieu de la masse adverse. Usant de sa force nouvelle, elle sépara la foule en deux, créant une ouverture qui rendait perméable la défense de Lambardy.

Avec ses lianes à rallonges, elle saisit un tronc d'arbre dans le lointain. L'effet fut immédiat : le reste de son corps traversa le village à la vitesse de l'éclair ! Elle venait de réduire la distance qui la séparait de Lambardy en un temps record !

Un cri strident retentit et le corps de Saria s'immobilisa. C'était l'oeuvre d'un Gibdo qui se trouvait non loin du tyran. Celui-ci d'ailleurs, jouissant de sa position dominante, brandit Ascalon au-dessus de sa tête pour l'abattre sur la Kokiri tétanisée.

Un projectile fila dans les airs pour heurter le Gibdo responsable de la paralysie de Saria, ce qui permit à celle-ci d'éviter de se faire découper en rondelles.
Mido, son Lance-Pierre à la main, envoya des dizaines de Noix Mojos pour aveugler les ennemis en amont. Ainsi, il put rejoindre Saria sans heurts ni coups.
- Que comptes-tu faire, se moqua Lambardy ? Toi qui ne possèdes aucun pouvoir !
- Tu vas devoir encaisser notre courroux pour avoir assassiné Zelda et notre Père ! s'exclama Mido.

Mido et Saria furent paralysés une nouvelle fois par un Gibdo. Lambardy arma son épée : il s'apprêtait à asséner le coup final.

Ce qu'il fit, mais son revers ne brassa que de l'air. Une "ombre furtive" venait de s'emparer des deux miraculés, les sauvant d'une mort certaine. La silhouette, aux contours féminins, déposa Saria et Mido loin des monstres et du Mando.

Lambardy examina la mystérieuse inconnue et fronça les sourcils. Il s'agissait d'une Sheikah. La même qui l'espionnait dans ses appartements alors qu'il exposait son plan à ses serviteurs.

- Tu es une Sheikah à en juger par tes habits et tes déplacements, devina Lambardy.
- Exact, confirma la jeune femme. Je suis Cassidy, dite "l'ombre furtive".

CassidyChapitre 35 : L'arrivée du Héros   up

- J'ignore combien de survivants Sheikahs il y a, mais je les exterminerai tous ! affirma Lambardy.

Cassidy l'ignorait cependant. Elle se préoccupait de Saria, Mido et du reste des Kokiris restés au fond du village. Elle examinait avec effroi l'état de la forêt : Des arbres déracinés et rasés, des cratères tous les trois mètres, des flammes crépitant sur les cabanes, des parcelles de terres qui émergeaient du sol et un énorme fossé qui scindait le village en deux.

- Vous êtes donc la dernière des quatre survivants Sheikahs, annonça Mido. Lyros, le Sheikah protecteur, nous a parlé de vous.
-Ah bon ?! s'extasia Cassidy. Vous avez récemment vus Lyros ?!
- Ainsi que Gontran et Impa, poursuivit Saria. Ils sont partis à la Forteresse Gérudo mais ne devraient pas tarder à revenir.
Le visage de Cassidy s'illumina : sa beauté pu s'épanouir sous ses meilleurs traits.
Puis son regard se figea sur Lambardy et son visage se compressa.
- Allez rejoindre vos confrères et consoeurs! Protégez-les des monstres mobiles et, si possible, emmenez-les hors de ces terres ! Le mieux serait même de quitter Hyrule pendant certains temps ! Moi, je m'occupe des morts vivants et je distrais le roi.

Saria et Mido acquiescèrent et se dirigèrent vers l'arrière du village. Tandis que le Sage de la Forêt s'entourait d'une muraille boisée pour avancer et bloquer les assauts de ses assaillants, Mido, lui, les aveuglaient en balançant des Noix Mojos.
En conjuguant leurs efforts, ils purent rejoindre les autres Kokiris.

Cassidy fit face au Mando. Les nombreux cris des Effrois et des Gibdos ne l'atteignaient pas car elle était une Sheikah. Les bras des Poigneurs tentaient de l'immobiliser mais la jeune femme était trop vive, ne marquant aucun temps de pause même lors des changements de trajectoires.

- Gibbosité énergétique ! hurla Lambardy.

Une série d'explosions retentit, traçant son chemin de destruction vers la Sheikah. Celle-ci sauta très haut pour éviter d'être annihilée par le souffle. En pleine extension, des arcs lumineux prolongèrent ses ongles pour s'épanouir dans les airs. Des ailes transparentes se muèrent sur son dos.
- La dance de la Harpie !
Cassidy piqua droit sur les monstres, auréolée par un manteau de flammes généré par la friction du vent. Telle un météorite, elle plongea dans la foule de monstres en les découpant en rondelles avec ses griffes de lumière.
Elle tournoya ensuite sur elle-même et les monstres environnants furent lacérés dans la spirale mortelle.

Lambardy exécuta un vol plané en direction de la Sheikah. Il saisit la jeune femme par le visage et l'immobilisa entièrement à l'aide de sa main.
- Va t'écraser dans le décor ! REJECTION !
La main du monarque libéra une puissante onde de choc : ce qui eut pour effet d'apprendre l'art de voler à Cassidy. La jeune femme allait s'écraser avec force contre un arbre et mourir.

Le corps de la Sheikah freina dans sa course mortelle pour finalement s'immobiliser dans les airs, soutenu par de puissants bras protecteurs. Cassidy voulu connaître l'identité de son sauveur et contempla son visage.

Un visage aux traits fins, légèrement féminins sur les bords. Une chevelure blonde dont les mèches dévoraient le front et étaient séparées en deux flancs. Enfin, des yeux d'un bleu intense très expressifs, mimant ceux d'un loup et reflétant un caractère viril qui contrastait fortement avec l'allure générale de ce visage angélique.

L'homme adressa un sourire à Cassidy qu'il tenait fermement. Celle-ci lui rendit ce sourire et dit :
- Si je ne savais pas qui vous étiez, je penserais sans doute que je suis au paradis et que vous êtes un ange. Mais c'est bien vous... Vous êtes le Héros du Temps !
- C'est bien moi, répondit Link. Et vous êtes sans doute la dernière des Sheikah, non ?
- C'est exact.
- Heureux de voir que des gens de votre calibre viennent gonfler nos rangs.

Le jeune homme déposa Cassidy avec délicatesse et observa l'être éthéré qui lévitait dans les cieux. Celui-ci était son ennemi juré, celui qu'il devait abattre.

Le regard de Link balaya ensuite tout le village : il cherchait désespérément quelqu'un. Quelqu'un qu'il pensait voir en première ligne contre Lambardy et cette armée de monstres.
- Où est Zelda ? interrogea Link inquiet.
- Elle est... là.
Link regarda dans la direction indiquée par Cassidy et accourut sans émettre le moindre son. Il s'agenouilla aux côtés de Zelda pour examiner son corps. Le bilan était assez lourd.
- Héros du Temps ! interpella Lambardy. Ou du moins devrais-je dire... héros déchu du peuple ! Vois ce qui arrive à cette Forêt ! Tu ne peux empêcher l'inéluctable ! Il est des choses qu'on ne peut éluder ! Zelda a voulu changer le destin mais...face à Ascalon, sa puissance n'était que misère et elle est morte ! ZELDA EST MORTE ! Et bientôt... TOI AUSSI !
- Non c'est faux...

Le ton de Link dénotait une certaine assurance qui surprit le roi.
- Je les ressens. Son coeur et sa conviction. Elle n'est pas encore partie.
Link se releva, saisit son Ocarina, l'éleva au niveau de sa bouche et entonna le Chant du Temps. L'effet fut immédiat : le corps de Zelda était incubé d'une sphère bleue.

- J'ai inventé cette technique juste après ta mésaventure de la veille. Tant que tu es dans cette sphère, le temps s'arrêtera pour toi. Tu demeureras dans l'agonie mais tu ne te rapprocheras jamais plus de la mort. De là, Gontran et Rauru pourront faire quelque chose une fois de retour.

S'étant occupé de Zelda, Link exécuta un volte-face et fixa Lambardy, le regard plein de haine.

- Eh bien, que se passe-t-il... héros ?! Essaie de la venger ! Et croule sous la puissance d'Ascalon !
- Lambardy...

Link s'avança lentement, exclusivement insensible aux hurlements des Gibdos et des Effrois. La colère lui octroyait un gain de puissance conséquent.

- Lambardy... Lambardy...

Link se stoppa, seul au milieu des monstres, cerné de toute part. Les bras des Poigneurs jaillirent pour immobiliser le Héros du Temps.

- LAMBARDYYYYYYYYYYYYYY !!!

D'énormes bourrasques balayèrent le terrain, découpant les membres ensanglantés des Poigneurs. Des "lames" de vents se propageaient pour découper les monstres aux alentours.

Link, dans l'oeil du cyclone, laissa exploser sa colère. Méconnaissable, son visage était traversé par des veines sur le point d'imploser.

- LAMBARDY ! TU ME SUPPLIERAS DE TE TUER LORSQUE JE TE TORTURERAI ET QUE TA CHAIRE SERA MEURTRIE !

Link prit une bonne impulsion sur ses jambes et effectua un bond énorme. Il survola les monstres et rejoignit Lambardy dans les airs.

L'affrontement entre Link et Lambardy allait enfin débuter. Link allait-il perdre comme l'avaient annoncé les rêves prémonitoires de Zelda ou allait-il altérer le destin ?

Chapitre 36 : La force qui guide leurs coeurs   up

Link s'approchait du régent.
- CORRIDOR DES AMES PERDUES ! hurla celui-ci.
Le corps de Lambardy s'éloigna dans le lointain malgré le fait que Link avançait. Ce dernier se rendit compte qu'il lévitait désormais dans un couloir infini bordé d'arcades et plongé dans les ténèbres.
Lambardy se trouvait dans les confins obscurs, loin dans le sombre corridor. Sa voix résonna, amplifiée par l'écho que les ténèbres renvoyaient.
- Héros du Temps, dans ce corridor subsiste les âmes meurtries de mon peuple mort au combat. Chacune d'elles peut t'ôter la vie. A l'attaque !
Des colonnes qui composaient les arcades jaillirent des fantômes blancs. Tous prirent en chasse le Héros du Temps.

Celui-ci s'envola dans les airs et vogua dans l'obscurité des ténèbres, poursuivi par une centaine d'âmes dévoreuses. Il savait qu'un simple contact avec l'une d'elles était synonyme de mort. Le décor défilait autour de lui mais Lambardy, lui, était tellement loin que Link pensait faire du sur place.

Les fantômes Mandos avaient rejoint Link et l'avaient encerclé. Link brandit l'Epée de Légende qui se mit à rayonner.
- Attaque Cyclone !
Le jeune homme, en plein vol, tournoya sur lui-même. Son épée décrivit une spirale mortelle et une vague d'énergie concentrique alla détruire une bonne vingtaine d'âmes. Une brèche venait de se créer dans la mêlée et Link s'engouffra dedans.

- La situation n'était pas inextricable finalement, se rassura Link.

Link sillonnait toujours les airs. Décidemment, il pouvait tout faire dans ce Corridor des Ames Perdues. Voler était une sensation inédite pour le chevalier.
Il sentit enfin qu'il se rapprochait de Lambardy. Il dégaina sa seconde épée, La Grande épée des Fées qu'il avait acquis à Termina et son corps se mit à luire.

De nouveaux fantômes émergèrent des piliers et formèrent une barrière de protection.
- Atomisation !
Link, armé de ses deux épées, effectua plusieurs cabrioles dans les airs pour gagner en puissance. Il marqua un temps d'arrêt puis abattit ses deux épées sur le plancher brumeux. Deux vagues d'énergies rectilignes, saillies et verticales, déferlèrent et chassèrent les fantômes. La voie menant à Lambardy était libre.

Le corps de Link luisait davantage :

- FRAPPE TRIFORCE ! hurla Link.

Lambardy fut emprisonné par le symbole de la Triforce. Link lui assena de nombreux coups d'épées, balançant son corps de droite à gauche ! Ses coups décrivaient un mouvement pendulaire ! La conjugaison des deux épées était dévastatrice !

Le symbole de la Triforce se dispersa, brisé par Ascalon. Lambardy venait de dégainé son épée à la vitesse de l'éclair et la poitrine de Link éclata. Un flot rouge, culminant jusqu'à trois mètres, s'échappa de la poitrine du héros qui fut catapulté vers l'arrière.
- Trou noir ! cria Lambardy.
Une sphère noire apparu. Le champ gravitationnel qui émanait de celle-ci attira Link contre son gré. Il était assujetti à cette force et revenait inexorablement vers Lambardy. Ce dernier abattit Ascalon sur Link qui para le coup avec ces deux épées. Mais, dépassé par la force de son adversaire, Link traversa le sol brumeux et sombra dans les profondeurs abyssales.

Link se redressa et entama son ascension pour rejoindre le corridor. Lambardy venait de plonger volontairement pour achever le Héros du Temps.
- Je vais te détruire ! s'époumona Link. Je vais de réduire en bouillie ! Tu vas payer pour Zelda !
- Je vais t'anéantir ! Héros du Temps. Toi qui m'empêche de réaliser mon souhait de vengeance !
L'épée de Légende et Ascalon entrèrent en collision. Une lueur se dégagea de l'impact, exorcisant les ténèbres même.

Le décor, l'univers s'effondra.

Chapitre 37 : Le Trésor d'Igor et sacrifice   up

- Mais où sont passés Link et le roi ? demanda Cassidy qui venait de rejoindre Saria.
- Tu les a vus comme moi, ils se sont volatilisés !
Le Sage de la Forêt et la Sheikah formaient, à elles deux, une barrière infranchissable. Aucun monstre ne parvenait à les déborder pour s'attaquer aux Kokiris.

Soudain, une lueur aveuglante illumina la Forêt. Deux corps en jaillirent pour s'écraser aux antipodes du Village. La collision entre les deux avaient été violente.
- C'est eux ! constatèrent Cassidy et Saria.

Link, se dégageant du monticule de pierres sous lequel il était enseveli, marcha en direction de son adversaire tout en tailladant promptement les ennemis présomptueux avec sa Grande épée des Fées. Lambardy put s'extraire de la brèche créée par son atterrissage et s'envola dans les airs.

- Te souviens-tu du moment où tu m'as serré la main, Lambardy ? Je portais des Gantelets d'Or qui me permettaient de soulever des objets lourds sans le moindre effort apparent.
- Et ?
- J'ai un ami-fantôme qui m'a fait don de Gantelets encore plus puissants : Les Gantelets de Platine !
- Et ?
- Et donc, non seulement, ils me permettent de supporter des charges encore plus lourdes, mais en plus, ils multiplient, selon mon bon vouloir, la taille des objets qu'ils touchent !

Il y eut un moment de silence. Seules les lamentations des Effrois et des Gibdos retentissaient tel un chant funeste.

- Et ?
- ET DONC CA !

Link saisit sa Masse des Titans. Celle-ci se mit à gagner en proportions, à un tel point qu'elle faisait la taille d'un bâtiment. Il souleva l'immense objet au-dessus de sa tête et voulut l'abattre sur le tyran qui esquiva aisément. La Masse des Titans s'écrasa au sol. Les vibrations libérées le choc éliminèrent des Effrois, des Gibdos, des Poigneurs ainsi qu'une bonne partie des Ninjas Garos. En tout, 41 monstres avaient étés réduits en poussière rien qu'avec un seul coup.

Le tyran piqua au sol et planta Ascalon dans la Terre.
- Ricanement de l'enfer !
Le sombre monarque réédita l'attaque qui lui avait permis de vaincre Zelda.

Des colonnes ténébreuses émergeaient de partout, emportant même certains monstres au sein de leurs courants dévastateurs. Link prix son bouclier et le plaça sous ses pieds. Il le toucha avec ses Gantelets de Platine et celui-ci devint énorme : il recouvrait 1 /7 du village. Link était ainsi protégé des protubérances ténébreuses qui acheminaient leurs proies jusqu'aux cieux.

Link fit signe à tous les Kokiris et à Cassidy de monter sur la plateforme que constituait le bouclier.
- Venez-tous ! ordonna le jeune homme. Vous n'êtes pas en sécurité ! Mademoiselle la Sheikah, daignez vouloir prendre Zelda avec vous !
- Pas de problème, répondit Cassidy.

Les Kokiris obéirent et montèrent tous sur le bouclier. Cassidy saisit Zelda et s'assura que tout le monde était monté avant de grimper à son tour sur le Bouclier Hylien.

Il s'en fallut de peu car un axe noirâtre propulsa le Bouclier et toute sa peuplade vers les cieux, sans toutefois le perforer.

Link profita de ce moment de répit pour parler à toute la communauté.
- Ecoutez, Lambardy est trop fort ! Je ne parviendrai sans doute pas à le vaincre, même si j'ai Saria, Cassidy ou les autres pour m'épauler !

Link marqua une pause dans son récit : ce qu'il allait faire, Saria allait difficilement lui pardonner.

- Je veux que vous surviviez et que vous quittiez Hyrule. Ce n'est plus la peine de rester.

Link empoigna l'Ocarina du Temps et entonna la Sérénade de l'Eau. Une trainée bleue et étincelante se mit à auréoler tous les Kokiris ainsi que Zelda qui avait délicatement été déposée par Cassidy.
- Link ! hurla Saria qui comprit soudain ce qui se passait. Comment peux-tu nous faire ça !? Nous aussi nous avons notre mot à dire ! Le Bourgeon, notre père a été tué par Lambardy et...

La voix de Saria se perdit dans le néant tandis qu'elle et le reste des Kokiris disparurent sans laisser de traces.

Link restait cependant choqué par la dernière révélation de Saria : le Bourgeon de l'Arbre Mojo n'était plus ?
- Lambardy, je sais que tu as souffert par le passé, mais la rédemption n'est plus accessible pour toi ! Ce que tu m'as arraché aujourd'hui est trop important !
- Tu n'avais pas à assumer ça tout seul.

Link se retourna, surpris d'entendre une voix alors qu'il était censé être seul.
Eh bien, non. Cassidy était encore là.

- N'utilise jamais ce genre de ruse sur quelqu'un qui maîtrise parfaitement la téléportation.
- Eh bien, je le saurai la prochaine fois.
- Car tu espères qu'il y aura une "prochaine fois" ?
- Que sais-je ?

Link vit que le Bouclier venait d'atteindre son niveau le plus haut.
- On va commencer à descendre, annonça Link. Agrippe-toi à une saillance.

En effet, le Bouclier, meurtri par les nombreux combats du Héros, révélait de nombreuses aspérités sur sa surface. Leur taille s'étant amplifiée avec l'ensemble, elles constituaient des prises certaines.

Link et Cassidy, désormais en chute libre, s'apprêtaient à croiser le fer avec Lambardy.

Chapitre 38 : Hésitation et remise en cause   up

Rauru, qui était un peu sur l'âge, était toutefois parvenu à transporter le poids mort que constituait Ruto jusqu'au Fleuve Zora. De là, il allongea la mourante avec délicatesse et usa de sa magie pour la soigner. Au bout de deux minutes, la Princesse Zora avait déjà repris des couleurs. Il lui en avait fallu quatre pour reprendre conscience.
- Merci, remercia Ruto.
- De rien. Mais cette confrontation n'était qu'un avertissement. Cette femme est aliénée de près à Lambardy et elle a parlé de "projet d'assassinat des Sages". Tu ne peux plus rester sur ton trône. Un sbire du roi attentera à tes jours.
- Mais j'ai des responsabilités...
- ... que tu pourras assumer plus tard à la condition de rester en vie.

Ruto demeura silencieuse quelques instants. Suivre Rauru était, pour elle, synonyme de trahison envers son peuple et les valeurs ancestrales. Rejoindre la "Résistance" lui posait des problèmes moraux. Mais si Lambardy représentait vraiment une telle menace, l'intérêt d'Hyrule primait, avant même celui de son peuple. Et puis, il y avait Link aussi.

Elle réalisa soudain quelque chose :
- Nom d'une Peste Mojo enrhumée... QUE FAISONS-NOUS ICI ?!
- Que veux-tu dire ?
- DARUNIA !
- Darunia... DIABLE ! Nous devons le rejoindre au plus vite ! Si ce n'est pas déjà fait, les sbires du roi vont tenter de le tuer ! Nous devons le prévenir, voire le protéger s'il est déjà aux prises avec eux !

Le corps de Ruto s'éleva dans les airs pour y dessiner des courbes somptueuses. Enfin, son corps fendit l'air pour, au final, ébrécher la surface de l'eau et s'y enfoncer. Elle émergea sa tête de l'eau dans le but de justifier son acte.
- Nous arriverons au Mont du Péril beaucoup plus rapidement par la voie fluviale. Je n'aurais aucune difficulté à te tirer dans l'eau et ma vitesse de pointe peut excéder les 73 km/h. Tu es preneur ?
- Tant que tu maintiens ma tête hors de l'eau...
Rauru alla rejoindre Ruto et tous deux entamèrent leur course folle vers l'entrée du Village Cocorico. L'écume se répandait sur le sillage de la Zora pour finalement se fracasser sur la rive. La silhouette de Ruto, couplée à celle de Rauru, traçait à la hâte son chemin dans l'axe bleu, scindant le fleuve en deux et rendant ce dernier assez houleux.
- Et dire qu'elle était mourante il y a cinq minutes, se plaignait Rauru qui buvait la tasse.

Ce n'était visiblement pas sa tasse de thé.

Au Château, Rachiki, devenu manchot, venait d'apparaître dans les appartements privés du roi. Voyant qu'Enricko-pseudo-Lambardy n'était pas là, il décida d'attendre car il n'était pas prudent de fureter au sein du Château. Le risque d'être découvert était trop grand.

Deux minutes plus tard, un fléau ardent se déclara et Enricko, transformé en Lambardy, apparut. Il ne put empêcher un cri d'horreur en voyant que Rachiki avait un nombre de bras impair, brisant la symétrie de ce corps spartiate qui inspirait tant d'admiration pour le polymorphe.
- Ce sont les Sheikahs ? interrogea le Mando qui connaissait déjà la réponse.

Il eut pour réponse un hochement de tête affirmatif, attisant la haine du magicien. Rachiki, le visage morne, s'allongea sur le lit, fatigué tant physiquement que mentalement. Cependant, le silence du Mando de Glace commençait sérieusement à agacer son ami. Ce dernier s'inquiétait et voulait avoir plus d'informations sur le déroulement de la bataille du désert. Mais, intuitant le dénouement défavorable de ce combat, Enricko s'interrogeait sur l'état d'esprit de son ami. En effet, si ce dernier demeurait généralement froid et taciturne, il n'était pas docile pour autant. Il pouvait être irritable et n'admettait que trop rarement la défaite. Alors d'où venait cette impression de résignation ?

- Rachiki, j'ai l'impression que tu t'es littéralement fait écraser par ces déchets mais cela semble te laisser coi. En temps normal, ton orgueil t'aurais dicté de combattre, même au péril de ta vie.
- Ces déchets... m'ont épargné la vie et m'ont sauvé d'une mort quasi-certaine.
Il y eut un moment de silence.
- Pourquoi feraient-ils ça ?
- Impa la Fondatrice prétendait vouloir éviter d'accentuer notre haine envers eux. Mais plus important, elle a dit qu'elle et ses confrères encore vivants étaient trop jeunes à l'époque et qu'ils n'avaient pas participé à la guerre.
- Ce sont des mensonges ! Ne croit pas un seul de ses mots !
- Je ne fais que leur accorder le bénéfice du doute. Notre justice ne doit pas être aveugle. Pour honorer nos ancêtres, il faut entreprendre une démarche honorable et ne viser que ceux qui nous ont injuriés.

Rachiki fit une pause dans son récit. Il reprit d'un ton plus grave :

- De plus, ne fais pas comme si tu ignorais le fait que notre haine est amplifiée et notre jugement faussé lorsque nous sommes trop proches de Lambardy et... d'Ascalon.

Enricko, abasourdi par les paroles de son ami, semblait tomber de haut. Comment son "frère" pouvait-il débiter de telles inepties ?

Plus haut, bien plus haut, Link et Cassidy étaient toujours en chute libre. Seulement, avec les bourrasques de vents qui venaient fouetter leurs visages, ils allaient finir asphyxiés.
- Il faut trouver une solution, constata Link. ET VITE !
- Oooooouuuh !!! cria une voix proche.
- Tiens ? Tu hulules maintenant ? questionna Link en adressant un regard interrogatif à Cassidy.
- Ce... ce n'était pas moi, affirma Cassidy tout en analysant les alentours.

Soudain, un trait noir les devança dans leur chute. La silhouette exécuta une volte face pour faire face à nos héros et déploya ses ailes.
- C'est Kaepora Gaebora ! reconnu Link.
- Ouuuh ! A mes pattes ! Accrochez- vous-ouuuuuh !!!

Le duo obéit sans délai, après que Link ait redimensionné son Bouclier.

Chapitre 39 : Coup du sort !   up

Le Village Kokiri avait littéralement été rayé de la carte. Telle une plaie béante sur le territoire Hylien, sa cicatrisation allait nécessiter du temps.
La pestilence des monstres morts exhalait le domaine, accompagnée des fumées noires qui culminaient jusqu'au ciel. C'était une vision de l'enfer.

Et le démon en question s'y trouvait, lévitant au milieu de la Géhenne. Fier, jubilant, levant les bras, présomptueux de sa suprématie, il regardait avec dédain le territoire qu'il venait d'annihiler avant de s'admirer dans le reflet de son épée Ascalon.

Le choc visuel l'obligea à lâcher son épée. Ce qu'il avait vu n'était pas son reflet. Il avait vu quelque chose de bien plus... terrifiant.

- Mais qu'est-ce que c'était ? se demanda le Mando. Ce... ce n'était pas moi.

Pour se rassurer, le Mando palpa son visage et eut le temps de sentir un remodelage de son visage, comme si les éléments qui le composaient venaient tout juste de se remettre à leur place.
Son visage, durant quelques instants, avait donc bel et bien changé.

Une énorme silhouette vint perforer les épaisses couches de fumée pour fondre sur le tyran. Loin de s'y attendre, Lambardy eut tout juste le temps de propulser ses ailes vers le bas pour fuser vers le haut. Il évita ainsi de se faire découper par une attaque combinée de Link, Cassidy et Kaepora Gaebora. Ce dernier, délesté de ses passagers qui venaient de sauter dans le vide, saisit l'arme de Lambardy en plein vol et l'envoya en direction de Héros du Temps. Celui-ci atterrit au sol, exécuta un salto avant pour récupérer l'arme de volée.

- Bien joué l'ami ! congratula Link.
- Pas de... ooooooh... manières, modéra Kaepora Gaebora.

Link était désormais en possession des deux armes légendaires les plus puissantes qui n'aient jamais existé.

Lambardy fulminait de rage. Ces bras synchronisés exécutaient un mouvement circulaire. Dans leur manège infernal, les membres de Lambardy rassemblaient toutes les flammes du Village.
Un cataclysme d'une ambleur inédite se produisit : le corps de Lambardy était désormais entouré d'une gigantesque tornade de feu. Un vortex de pyrotechnie.

Transi, le roi enflammé semblait vouloir tout brûler sur plusieurs centaines de mètres.
- Mandoraga du feu : comme tu as permis la Genèse de notre monde, accorde-moi le pouvoir de le détruire. Calcifie ce qui se meut, annihile ce qui est déjà mort !
A son paroxysme, le phénomène dévorait ciel et terre : Lambardy allait lancer son attaque !
- PROTUBERANCE SOLAIRE !!! s'époumona Lambardy.

Il y eut un embrasement total. Le diamètre de la tornade s'élargit de manière exponentielle.
Un véritable océan de flammes allait submerger de ses vagues meurtrières notre trio et allait dévorer une bonne partie de la Plaine d'Hyrule.
Cassidy et Kaepora Gaebora se placèrent derrière Link, lui faisant comprendre qu'il était leur dernier espoir.
Link croisa l'Epée de Légende avec Ascalon. Il les décroisa violemment au moment d'être atteint par la déflagration.

Une contre-attaque sans comparaison : deux diagonales lumineuses tracèrent leur chemin dans le mur flamboyant. Les flammes furent aspirées par cette énergie cruciforme qui aspira la totalité du fléau et segmenta le domaine.

En effet, un énorme flanc de terre incliné indiquait que l'attaque de Link avait modifié la géologie de l'espace. Même les nuages, jusque là opaques, laissaient entrevoir la lueur du jour au travers de deux balafres fraîchement crées. Ce qui prédominait à l'horizon se présentait désormais comme "triangulaire".

Cassidy, Kaepora Gaebora et Lambardy n'en revenaient pas : était-ce là la puissance accordée à celui qui maniait les deux épées antagonistes ? Une puissance capable de détruire tout ce qui obstruait notre champ de vue d'un seul geste ?

Malgré son exploit, Link demeurait figé. Une expression de terreur s'affichait sur son visage.
- C'est la fin, annonça-t-il.
- Que racontes-tu ? questionna Cassidy. Tu as une puissance supérieure à la sienne désormais.
- C'est... la fin, répéta-t-il modestement.

Link leva les bras en l'air et pu ainsi mettre les deux épées en évidence.

Un silence, accompagné de visages muets et interloqués, régnait sur le paysage mort. Un constat s'imposait dès lors. Un constat qui faisait rire Lambardy.

L'Epée de Légende, adossée à Ascalon lors du choc, s'était brisée...

Graal dieu de la destructionChapitre 40 : Le Dieu antagoniste descend avec le chaos   up

La pointe de l'épée purgative gisait à une dizaine de mètres, tel l'appendice d'un corps désormais obsolète.
- Comment est-ce possible ? demanda Cassidy qui n'en revenait toujours pas.
- Ooooh... rien ne sert de rester ! Je m'en vais !
Kaepora Gaebora s'envola dans les airs dans l'espoir de fuir.
- C'est la journée, constata Lambardy tandis que son oeil généra un puissant rayon. Pour toi la chouette, c'est le moment de dormir !
L'axe fusa en direction du hibou, ignorant Link qui s'était jeté dans l'espoir de s'interposer. En une fraction de seconde, le rayon s'enfuit dans le ciel, ne laissant sur son sillage qu'un amas de plumes ensanglantés.
Kaepora Gaebora, la réincarnation d'un ancien sage, n'était plus.
Link s'effondra, assujetti à un sentiment d'inutilité. Après le Bourgeon de l'Arbre Mojo et Kaepora Gaebora, qui allait-il laisser partir ?

L'épée des ténèbres se volatilisa pour réapparaître dans les mains de son propriétaire légitime.
Lambardy avait maintenant la certitude de gagner. Il brandit son épée tandis que Link revenait tout juste à la réalité.

- MEURS HEROS DU TEMPS !!! s'extasia Lambardy prêt à décapiter son opposant.

Cassidy se précipita vers Link pour le sauver mais la lame fondait déjà sur lui, prête à déchirer sa chaire.

Le Sceau des Sheikahs apparu sous les genoux du Héros et au lieu de trancher ce dernier, la lame d'Ascalon se heurta à une paroi invisible.
- Comment ?!!
Lambardy leva les yeux et vit quatre silhouettes familières approcher : Impa, Lyros, Gontran et Nabooru étaient là.

Ces derniers, choqués par l'état de la forêt et ne voyant personne, se demandèrent s'ils étaient arrivés trop tard, mais Cassidy les rassura :
- Le Héros du Temps a mis tout le monde en sécurité. Il a téléporté le peuple Kokiri ainsi que le Sage de la Forêt.
- Je suis heureuse de l'apprendre, lui répondit Impa.

Cassidy, toute émue, se retenait de crier de joie et d'embrasser ses confrères. Eux de même. Mais les émouvantes retrouvailles allaient devoir attendre.

- J'ai vraiment envie de vous embrasser ! avoua Cassidy. Mais pour l'heure, finissons-en avec ce démon !

De confiants sourires ornaient désormais les visages des quatre Sheikahs qui se mirent en position.
Link, sentant que l'espoir n'était pas mort, se releva, se mit en garde et rejoignit Nabooru.

Les Sheikahs formaient une ligne de front face au Mando. Ils étaient tout ce que Lambardy s'était juré d'éradiquer.

Le Mando, montrant quelques signes de fatigue, se ressaisit et s'exclama :
- C'est une chance inespérée que de vous voir réunis tous ensemble ! Je vais... pouvoir prendre ma revanche ici et... maintenant !

- Monarque d'Hyrule, commença Nabooru. Ces Sheikahs que tu vois là n'ont pas participé à la guerre contre tes semblables. C'étaient des mioches trop jeunes à l'époque pour partir en guerre.

- Peu imp-porte qu'ils n'aient... pas participé à la bataille, bégaya Lambardy. Ils vont devoir payer...pour leurs proches... et encaisser mon courroux pour avoir... assassiné mon peuple ! De plus, qui te dit que... s'ils avaient eu l'âge de se battre, ils... ne se seraient pas battus ?

Le teint de Lambardy prenait une autre couleur. Son torse se dilatait, ses muscles étaient en ébullition, prêts à déchirer les tissus de sa tunique.
- Non... je... pas seulement les Sheikahs. Je dois tout détruire en ce monde... toute parcelle de vie... gnuuuooooh...

Lambardy s'écroula au sol et, recroquevillé sur lui-même. Courbé par la douleur, il se mit à gémir.
Ses omoplates déchirèrent sa tunique.

- Rachiki... Enricko... Cardice...! AIDEZ-MOOOIIII !!!

Les autres regardaient le spectacle sans rien comprendre. Mais pour Nabooru, c'était une occasion à saisir. Elle se rua en direction de Lambardy, armée de ses deux cimeterres. Une cabriole sauvage lui fit atteindre les hauteurs considérables. Aidée par la gravitée, elle allait abattre ses deux lames sur le tyran en mutation.

- Les lames célestes, cria celle-ci !
Ses cimeterres s'illuminèrent pour former deux axes lumineux, profilés par la descente vertigineuse.

- Tout détruire...! Tout détruire ! WOOOOOAAAAAH !!!

Le bras de Lambardy devint énorme. Celui-ci, d'un prompt et puissant revers, envoya Nabooru s'écraser au loin, à la surprise générale. Le corps de la Gérudo ricocha plusieurs fois au sol avant de s'immobiliser. Link accourut vers elle et constata non seulement qu'elle était inconsciente mais également que ses côtes étaient brisées.
Il recentra son attention sur Lambardy et fut témoin d'un spectacle ahurissant : Lambardy fusionnait avec Ascalon.

Le métal noir et froid avait déjà dévoré le bras du sombre monarque et progressait lentement sur le reste de son corps. La mutation enfin finie, Néo-Lambardy se redressa de tout son long. Il ne ressemblait pas au Lambardy d'avant. C'était un monstre, plus terrifiant que tout ce que Link et les Sheikahs avaient pus voir jusqu'à présent. Plus encore que Ganon. Que Majora. Que tout.

Une queue écaillée ceinturait son bassin large. Il portait des bracelets ainsi qu'un collier en ivoire. Ses membres étaient parsemés de pics. Son visage était ébloui par un halo lumineux omniprésent. Des défenses d'éléphants bien visibles prolongeaient sa mâchoire. En terme de taille, il n'était que légèrement inférieur à Giga Rachiki.

Ce dernier daigna enfin prendre la parole :

- Salutations, je suis... GRAAL, le Dieu de la Destruction...

GRAAL, Dieu de la Destruction, considéré dans les anciennes légendes comme le Dieu antagoniste des Déesses, était là.

Link n'avait jamais eu aussi peur de sa vie. Pour la première fois, la vue de ce monstre lui glaçait le sang. Il demeurait immobile.

- Maintenant que j'ai achevé la lignée des "Arbres protecteurs", les cohortes de mes enfers vont pour voir se déployer. Les ténèbres, libérées des racines de l'Arbre Mojo et de celles de son successeur, vont peindre votre charmante Hyrule du sang de ses habitants. Voyez plutôt...

Le ciel et la terre devinrent rouges. Hyrule tout entier réagissait à la présence du Négateur universel.

- C'est donc pour cela que Lambardy s'entêtait à réduire à néant un village qui à première vue ne constituait pas de gêne ! devina Lyros. L'Arbre Mojo et son bourgeon se situaient au dessus de la bouche des enfers et ils étaient le rempart qui protégeait Hyrule ! Et c'est sans doute dans le même dessein que Ganondorf qui tua le Vénérable Arbre Mojo il y a neuf ans, plongeant ainsi Hyrule dans un voile d'insécurité pendant sept ans !
- Exact, confirma le Dieu. Car c'était à cet endroit précis qu'Ascalon reposait. La ville Mando, ce que vous appelez maintenant "le Temple de l'Ombre", s'étend bien plus loin que l'infime partie du domaine que toi, Héros du Temps, a exploré il y a deux ans. Les Mandos avaient isolé Ascalon dans la salle la plus reculée de leur ville. Et cette salle se situait juste en dessous du Village Kokiri. Elle était donc l'épicentre des vagues de ténèbres qui envahissaient Hyrule et c'est pour cela que les Déesses on créé la lignée des Arbres Protecteurs. Même lorsque Lambardy, légitime propriétaire d'Ascalon, retira l'épée de cet endroit, l'emprunte qu'elle laissa demeura intacte. Les ténèbres y sont toujours aussi présentes au sous-sol et maintenant, la voie est ouverte ! Préparez-vous à affronter des démons tels que vous n'en n'avez jamais vu !

Il y eut un tremblement de terre. Des flux ténébreux s'enfuyaient du gouffre à l'arrière du village pour entreprendre une danse infernale dans le ciel. Certaines bandes noires s'enfuyaient vers la Plaine Hyrule, recouvrant la voute céleste d'un voile. Certaines s'immobilisaient au dessus du village.

Des dizaines d'ombres difformes flottaient dans les airs. Les ombres fondirent au sol, formant un cratère lorsqu'elles atterrissaient. En tout, trente deux monstres faisaient face à Link et compagnie et ils ne ressemblaient en rien aux monstres que le Héros du Temps avait déjà affrontés. A part deux qui ressemblaient à des versions plus terrifiantes de Gohma.

Graal croisait les bras, entouré de valeureux démons guerriers. Ils allaient nettoyer le terrain pour lui.

Impa laissa échapper un faible rire : la perspective de mort imminente lui procurait de l'adrénaline.
- Cela fait longtemps maintenant que nous ne nous sommes pas retrouvés tout les quatre, commenta Impa. Mais j'ose espérer que vous n'avez pas oubliés comment exécuter le "Carré Magique".
- Non ! répondirent les autres Sheikahs à l'unisson.
- Il faut que tu nous aide, Link ! ordonna Impa.
- Que faut-il que je fasse ? demanda Link.
- Il nous faut deux minutes pour former le "Carré Magique". Il faut que tu retiennes Graal et sa meute durant ce laps de temps sans qu'ils ne parviennent à toucher l'un d'entre nous.
- J'ai compris, acquiesça Link.

Graal se mit à rire. Quel plan sommaire. Mais il voulait se prêter au jeu, juste pour voir ce que ce "Carré Magique" lui réservait.

Une puissante déflagration retentit derrière lui. Lorsque Graal se retourna pour voir de quoi il s'agissait, il vit que Link s'était transformé. La bataille avait atteint un tout autre niveau.

Link avait lui aussi revêtit la forme d'un Dieu.

Le Dieu des guerriers : ONI LINK !

Loin de là, une pluie de colonnes sombres s'abattit sur l'ensemble du domaine Hylien. D'étranges entités émergeaient des points d'impact. Des démons plus sombres que leurs propres ombres avançaient vers les lieux emprunts de civilisation. Des Dragons aux écailles de diamant, des Hydres en armure, des Cyclopes tricornes, des Esprits impériaux, des Chauves-souris géantes et bien d'autres créatures envahissaient le territoire.

Epona, qui galopait tranquillement dans la Plaine, galopa de plus belle pour fuir ses assaillants. Les pauvres voyageurs qui voulaient jouir d'une promenade dans la Plaine Hyrule venaient de gagner un aller simple pour l'enfer.

La marche vers la destruction était lancée. Inéluctable...

Chapitre 41 : Introspection   up

Au Village Goron, c'était la panique. Les Gorons se recroquevillaient sur eux même pour se protéger de la foudre qui s'abattait sur eux. Le corps foudroyant de Cardice fusionnait avec les murs, parcourant ces derniers à une vitesse phénoménale. Son torse zébrait la roche, effritant le relief qui s'émiettait petit à petit. Flirtant ainsi avec la paroi, elle pourchassait Darunia qui sillonnait le village au moyen de roulés boulés. En un éclair, ce qui est le cas de le dire, Cardice avait rattrapé le Goron et s'apprêtait à lui envoyer une puissante attaque :

- Lances de coulombs !

Douze axes électriques gravitaient autour de Cardice. Un à un, ils empalaient le sol avec une rare violence. Le Sage du Feu slalomait habilement entre les colonnes. Achevant une dernière cabriole, le Sage du Feu invoqua une énorme épée enflammée qui faisait deux fois sa taille et la planta au sol. Un sceau étrange s'y inscrivit alors.

- Eruption volcanique ! vociféra le Sage du Feu.

Emergeants de nulle part, des roches enflammées éventrèrent le sol pour foncer sur Cardice. A la manière de Barinade, Cardice se créa une barrière de Baris. De cette manière, les "satellites électriques" encaissaient les coups à sa place. La Mando remplaçait les Baris mortes par des nouvelles fraichement invoquées. Elle invoqua ensuite son fouet de Tesla et se mit à tournoyer sur elle-même, emportant le village dans une spirale de destruction, à l'image de la danse frénétique de Majora et de ses membres élargis ! Les structures s'effaçaient, prises au piège dans cet effroyable manège.

- Fuyez ! ordonna Darunia. Prenez le passage secret qui mène à la Forêt Kokiri ! ALLONS, DEPECHEZ-VOUS !!!

Les Gorons s'exécutèrent et se dirigèrent vers le portail magique. Soudain, le première Goron arrivé devant le portail se fit aspirer par ce qui semblait être une énorme gueule qui était apparue le temps d'avaler le pauvre individu. Un rugissement fit trembler les murs. Les autres Gorons étaient terrifiés. Beaucoup prirent leurs jambes à leur cou pour entamer leur roulade. Deux membres géants s'échappèrent du couloir pour saisir trois nouvelles proies. Les Gorons priaient maintenant pour leur survie.

Quelle créature se trouvait de l'autre côté du portail ?

- Kurun, Mazuila, Faroé ! hurla Darunia qui venait de perdre trois de ses confrères.

Cardice, surprise par ce que venait de se passer, eu tout juste le temps d'envoyer un orbe électrique pour dévier la trajectoire de la colonne ténébreuse qui fonçait sur elle. L'axe noir, s'écrasa à deux mètres d'elle pour laisser apparaître une énorme tortue noire aux yeux rouges munie d'une queue de fer ainsi que d'une carapace couverte de piques. Plus loin, une douzaine de monstres venaient d'apparaître, tous plus spéciaux les uns des autres.

Enfin, un énorme Dragon s'engouffra dans le village, tout en élargissant, dans un énorme fracas, le passage qui entravait sa mobilité. Il provoqua ainsi un éboulement au sein même du village. C'était un énorme reptile aux narines démesurées, au cou interminable, aux griffes acérées, aux jambes dont les muscles s'empilaient et au buste galbé, lequel devait être une gigantesque réserve de soufre. Ses yeux, dont l'iris fendait remarquablement le jaune de ses yeux malicieux, se posaient sur Cardice et Darunia. Ce qu'il faut conclure de tout ce blabla c'est que ce Dragon était bien plus terrifiant et imposant que Volcania.

Le rictus du Dragon laissait apparaître des membres veules et ensanglantés qui appartenaient vraisemblablement à des Gorons. Les mêmes qui venaient d'être digérés. Un dernier mouvement de mâchoire lui permis d'avaler les restes qui lui collaient aux dents, suivi d'un lynchage express de la langue.

Cardice était déboussolée. Quels étaient ces monstres ? Même Lambardy et son Mandoraga des ténèbres ne pourraient pas invoquer de telles créatures. Ces dernières étaient plutôt effrayantes. Si bien que Cardice n'était même pas sûre de pourvoir éliminer les sous fifres qui se tenaient à côté d'elle.
Toutefois, un nouveau monstre venait d'apparaître et celui-ci était encore plus flippant que les autres. Du moins, il ressemblait à un monstre car la colère avait transfiguré tous les traits qui permettaient de l'identifier comme un Goron.

Darunia était fou de rage ! Le monstre géant venait de lui enlever quatre de ses frères. En plus, l'un d'eux était son cuisinier de bavettes de pierre ! Le Dragon ouvrit son énorme bouche qui réalisait un écart surprenant. Une explosion s'échappa de sa bouche ! Le météore fondit là où Darunia se situait pour raser la totalité du rez-de-chaussée ! Un énorme cratère affaissa la profondeur du village déjà bien assez nivelé. Darunia venait de sauter pour s'élever au niveau du Dragon. Le Sage du Feu brandit son poing pour l'envoyer vers la gueule du monstre. Un énorme bras de feu prolongea le membre de Darunia et s'apprêta à cogner. Les ailes du Dragons, jusque-là cachées, se dévoilèrent pour balayer frénétiquement devant lui et ventiler. Les bourrasques de vents éteignirent le bras enflammé qui disparut. Plus bas, un monstre étira son torse pour s'élever et enlacer Darunia pour l'immobiliser, ce qu'il parvint à faire. Le Goron était désormais sans défenses et allait subir un souffle dévastateur du Dragon. L'énorme boule de feu filait vers Darunia.

- C'est fini, se résigna le Sage du Feu.

Une puissante cataracte vint s'interposer entre le Goron et le souffle dévastateur. Le torrent d'eau fit jeu égal dans un premier temps, puis eut raison de l'attaque du Dragon qui fut atterré. Comme l'écho de cette mystérieuse attaque, un faisceau lumineux dévora le torse du monstre caoutchouteux qui libéra Darunia. Ce dernier, analysa les alentours pour déterminer la provenance de ces attaques et il les vit : Ruto et Rauru.

- La femme Mando nous a devancés, constata Ruto. Elle a invoqué des monstres surprenants !
- Ils ne sont pas "à moi", expliqua Cardice. En fait, moi-même je suis surprise. Leur nature est bien plus puissante que celle des monstres classi...
- TAIS-TOI !!!

La voix de Darunia venait de tonner pour couper net la parole de Cardice. Le Sage du Feu ne croyait définitivement pas la jeune femme.

- Tais-toi ! Ne nie pas ! Pas après... le mal que tu nous as fait... !

Darunia, les yeux ruisselants, s'effondra au sol pour le marteler de toutes ses forces. Le Goron était tellement ébranlé qu'il ne pouvait pas venger ses camarades. Il ne pouvait même pas "ramper" vers Cardice. La justice est trop dure à accomplir lorsqu'il faut déjà composer avec l'injustice. La vision de Darunia éploré attrista Cardice. Elle compatissait. Elle connaissait ce sentiment. Celui de voir injustement des proches se faire massacrer devant ses yeux. Elle ne pouvait pas alourdir sa peine, encore moins le tuer. Maintenant qu'elle y repensait, elle ne se reconnaissait plus ses dernières semaines. Etait-ce vraiment elle qui, la veille, s'apprêtait à commettre un génocide, obéissant à une justice aveugle ? Etait-ce elle qui avait proposé, le matin même, d'éliminer les Sages qui n'avaient rien à voir, sauf Impa, avec la tuerie du peuple Mando ? Lambardy lui avait demandé de faire des choses insensées et, toujours en y opposant une petite réserve, elle acceptait tout de même de les exécuter.

Elle réfléchit. Le fait d'avoir côtoyé Lambardy et Ascalon si longtemps l'avait-elle changée comme Ganondorf avait été atteint par cette arme ? Ou bien était-ce son amour pour Lambardy qui la poussait à commettre ces actions irrationnelles ?

La Mando soupira : trois sages étaient avec elle. Elle pourrait se téléporter et les laisser. A eux trois, ils n'arriveraient certainement pas à survivre. Les monstres feraient alors le sale boulot à sa place. Mais ce qui pesait dans l'esprit de Cardice était l'idée de laisser ces Gorons innocents en pâture au Dragon et aux affreux jojos. Eux, ils n'avaient rien fait et bien que Cardice n'ait jamais vu de tels monstres, elle avait l'intime conviction qu'il y avait du Mandoraga "lambardien" dans tout ça. Elle n'était pas si décalée que ça de la réalité.

Elle trancha d'un ton définitif :

- Sage du Feu Darunia, rien ne t'oblige à me croire mais je n'ai absolument rien à voir avec ces monstres. Mon seul but en venant était de tuer toi et toi seul. Mais maintenant tout ton peuple est en danger, je me propose de t'aider à nettoyer la zone du mieux que je le pourrai. Ne rate pas cette occasion en or !

Darunia demeurait silencieux, Ruto et Rauru étaient un peu surpris d'entendre celle qui avait attenté à leurs jours parler ainsi. Mais Rauru, dont la capacité à lire l'esprit des gens constituait un sixième sens, fut convaincu par les dernières paroles de la Mando.

- Je ne perçois aucun trouble montrant que ce qu'elle dit est mensonge, assura Rauru tout en envoyant une attaque sur un monstre. Moi je la crois et son aide sera des plus utiles.

Darunia était immobile, scrutant le sol. Soudain, il se redressa, nanti d'une force nouvelle et déclara :

- On en reparlera quand on se sera débarrassés de ces monstres !

Cardice sourit, Rauru aussi, Ruto et Darunia étaient déjà prêts à bombarder. A eux trois, les Sages n'avaient que peu de chances de survie, mais avec Cardice... JOKER !

Chapitre 42 : Combats de hauteurs !   up

- Résonnance de feu ! hurla Darunia.

Des vagues ardentes, des arcs sublimés de feu se libérèrent du corps de Darunia pour se déployer de toute part. Le fléau manqua d'atteindre ses alliés. Le Dragon fut touché mais ne semblait pas broncher d'une écaille. Les lames de feu s'abattirent sur un crapaud couvert de pustules prêtes à exploser. Ce qu'elles firent. Un gaz étrange exhalait des plaies calcinées du batracien. Le gaz créa une brume qui obscurcit le premier étage. Cardice et les Sages n'y voyaient plus rien. Une sorte d'oursin géant plana au-dessus de la brume et fit pleuvoir une pluie de pics. Une nouvelle salve ardente du Dragon se déclencha mais cette foi, le Dragon balaya l'ensemble du panorama qui s'offrait à lui. Une vraie tempête de feu calcina de long en large une moitié du site.

Cardice et les Sages avaient-ils survécu à cette triple attaque ? Les Gorons, tétanisés, étaient partis se cacher dans les galeries. Certains même, avaient rejoint le Cratère du Mont du Péril via le passage secret. Le fils de Darunia, Link, avait habilement réussi à rejoindre la sortie du Village, bien plus haute, sans que les monstres ne le repèrent.

Quelle idée avait-il derrière la tête pour vouloir atteindre l'endroit le plus élevé du village en s'isolant des autres Gorons et en risquant de se faire repérer par les démons ?

La brume s'évapora pour laisser entrevoir un spectacle ahurissant : une centaine de Baris agencées en muraille recouvraient le quatuor. Certaines disparurent et les nombreux interstices créés par les attaques permettaient de voir que Darunia, Ruto, Rauru et Cardice allaient bien. Un monstre maniant habilement six sabres se rua vers le Sage de l'Eau. Il commença à taillader frénétiquement l'air avant de découper Ruto. Celle-ci fit émerger de ses omoplates une dizaine de tentacules d'eau.

- Thalasso massage !

Elle envoya ses tentacules aqueux contrer la danse meurtrière du samouraï. Agissants comme de véritables fouets tranchants, ces derniers multiplièrent les assauts pour dominer l'enchaînement bestial ! Ruto et le puissant bretteur faisaient jeu égal ! Leurs attaques fusaient avec célérité ! Une véritable rafale de coups était distribuée à chaque seconde ! Une atomicité d'étincelles pétillait dans l'infime espace séparant les deux combattants, montrant que les impacts étaient nombreux.

Deux monstres, à savoir un cerbère et un énorme scorpion se ruèrent vers Cardice. Celle-ci disparut. A la place, des arcs électriques parcoururent l'aire de combat en une fraction de seconde pour déchirer les corps de cinq monstres. Cardice réapparut avec un corps foudroyant et laissa sur son sillage cinq monstres agonisants et souffrants de spasmes dû à l'électricité encore présente dans leur corps. Ces derniers s'immobilisèrent, morts.

Au même moment, Ruto, qui venait de remporter son échange, découpa son adversaire en 26 morceaux ! Fouettant le sol, les tentacules de Ruto propulsèrent cette dernière au niveau du Dragon. Le reptile exécuta une prompte volteface. Une énorme masse exécuta 180 degrés autour du monstre avant de se diriger vers Ruto. La queue du Dragon allait écraser le Sage de l'Eau d'un puissant revers ! Celle-ci vrilla sur elle-même et un tourbillon d'eau fusa vers le gigantesque appendice. Le choc ne détermina pas de vainqueurs, juste deux combattants repoussés dans les cordes ! Ruto et le Dragon s'étaient effondrés à des positions diamétralement opposées du village. Profitant de la position délicate du Dragon, Rauru venait de se démultiplier. Chacune de ses illusions libéra un rayon d'une couleur différente pour chaque réplique. Tous les rayons fusionnèrent, entrainés dans un même courant pour finalement ne former qu'un axe multicolore.

- Décomposition de la Lumière : couleurs chromatiques !

En un dixième de seconde, le torse du Dragon explosa ainsi que le mur auquel il était adossé : le monstre venait de se faire empaler par la lance "arc en ciel". Celui-ci rugit, souffrant le martyr. Il se mit à battre frénétiquement des ailes pour s'élever sur un coussin d'air : il avait opté pour la fuite ailée !

Soudain, d'énormes bras ceinturèrent son torse meurtri. Le démon ailé rugit de plus belle. Un autre géant venait de s'agripper au monstre éthéré : Biggoron, réveillé par Link Goron, se joignait à la bataille ! Malgré la masse conséquente que constituait le corps de Biggoron, le Dragon pu s'envoler en détruisant le toit du village.

- JE VAIS DEZINGUER CE VOLATIL DE MALHEUR !
Darunia fléchit les jambes. Le sol se mit à se lézarder sous ses pieds. Il prit une bonne impulsion avant de traverser l'éther et s'engouffrer dans l'énorme trou laissé par l'envol du Dragon et de Biggoron.
Fusant dans les airs, il s'agrippa à la queue du monstre.

Prenant de la hauteur avec Biggoron et l'énorme lézard, Darunia fut apostrophé par ce qu'il voyait : Hyrule, son ciel et sa terre étaient rouges sang ! Des monstres, emprisonnés dans des flux ténébreux, voguaient et sillonnaient librement la voute céleste. Certains, arrivés à maturité et assoiffés de sang, s'écrasaient au sol pour naître et assouvir leur faim. D'ailleurs, de véritables colonies de monstres escaladaient la montagne de la mort.

Le Dragon se cambra violemment, heurté par un éclair ascendant. Cardice venait d'apparaître sur le dos du reptile et était à l'origine de cette attaque surprise. A l'instar de Darunia, Cardice fut sous le choc. La vision de l'apocalypse lui donnait des sueurs froides.
Qu'était-il arrivé au Royaume d'Hyrule pendant qu'elle se défoulait au Village Goron ?

Pendant ce temps, Biggoron martelait à tête du Dragon et Darunia était parvenu à se hisser au niveau de Cardice. Celle-ci, voyant qu'ils se rapprochaient d'un cumulonimbus bien chargé, invoqua une Biri qui s'engouffra dans le gigantesque cumulus. Le nuage convectif sublima son extension verticale. Une pression inconnue l'affaissait. Un énorme monstre se libéra de nuage. La petite méduse électrique invoquée par la Mando s'était transformée en... TA-DAAA... ! BARINADE ! L'énorme... anémone bioélectrique (d'après le jeu), allait effectuer un caméo des plus détonants ! Fondant sur le Dragon, la simple friction avec le corps de Barinade couverts de Baris fit éclater sa cuirasse faite d'écailles.

- Je vaiiiiiiis t'acheveerrr, prononça lentement Biggoron qui brandit son poing.

Les coups simultanés de Biggoron et Barinade qui venait, à l'aide de ses paraboles, de libérer une giga décharge électrique, assommèrent l'énorme bestiole qui perdait de l'altitude.

Darunia comptait porter le coup de grâce :

- FEU DU FIRMAMENT!

Une énorme météorite enflamma le ciel qui s'illumina, exorcisant momentanément les ténèbres.

- Lâche-le Biggoron ! ordonna Darunia. Il faut sauter avant que la météorite ne le heurte !

Biggoron obéit et lâcha prise, suivi de Darunia et de Cardice. Le Dragon et Barinade s'enfoncèrent dans la crevasse qui scindait le Mont du Péril en deux, suivit de la météorite qui acheva le travail. Biggoron et Darunia, satisfaits, se consultèrent du regard, l'air complice. Ils venaient d'achever la bête qui avait dévoré quatre Gorons. Darunia qui venait de baisser sa garde, jeta de prompts regards sur les côtés : après tout, il pensait que Cardice profiterait de ce battement pour l'achever. Après l'incroyable démonstration des pouvoirs de la Mando, Darunia avait raison de la craindre. Il ne la vit cependant pas. Cardice avait disparu. La magicienne réapparut au Village Cocorico. Ce dernier était sauf car le sceau de Lyros générait de manière permanente son champ de protection. Elle se téléporta à nouveau dans la Plaine Hyrule dans un débat d'électricité et constata que celle-ci était devenue un véritable enfer. Une vision d'horreur qui aurait pu inspirer les bestiaires du Moyen-âge.

Des monstres encore plus terrifiants que ceux qu'elle venait d'affronter se dirigeaient vers le Bourg et le Ranch Lon Lon. Elle se devait d'agir...

Chapitre 43 : Le véritable héritier !   up

Au Lac Hylia, une énorme Baleine aux dents monstrueuses fonça vers l'îlot sur lequel les Kokiris étaient reclus. Le Temple de l'Eau entier vibra, transmettant les secousses aux Kokiris qui perdaient leur équilibre. Mido tenait bon. Saria venait de fusionner avec un arbre pour ne pas être expulsée de l'île.

En effet, les piranhas mutants et les ondins maléfiques qui nageaient autour n'attendaient que ça : qu'un apetissant morceau de viande leur tombe entre les dents.

Saria devait également empêcher que le corps, toujours incubé, de Zelda ne tombe à l'eau. Elle avait ainsi fait pousser des ronces à cet effet. Ainsi, le corps inerte de l'ex princesse héritière était fixé au sol.

- Mais qu'est-ce qui se passe ? se demanda Saria. Ces monstres ne sont pas normaux !

Au Village Kokiri... ou du moins ce qu'il en restait, Oni Link venait à nouveau de mordre la poussière.
Il tenta de se relever mais peinait toutefois à maintenir une position stable : de son torse coulait, sans retenu, son fluide vital.

Oni Link... Link sentait sa fin venir... Le Héros du Temps pensait que retenir le Dieu de la Destruction durant deux minutes serait faisable, surtout dans sa forme actuelle. Et bien non. Il restait une minute et Link sentait que la prochaine attaque serait la bonne. Celle qui l'achèverait. Il était toutefois parvenu, avec ses dernières ressources, à vaincre les monstres subalternes et même une Hydre géante. Mais Graal était un trop gros morceau, pour lui et pour quiconque. Hyrule allait devenir... ou plutôt redevenir l'enfer de Graal, si Link avait bien compris ce que le fantôme d'Igor lui avait dit.

Graal affichait cependant une mine perplexe. Quelque chose n'allait pas : avec sa puissance de Dieu, il aurait normalement pu détruire Hyrule d'un seul geste. C'était ce dont il était capable à l'aube des Temps. Pourquoi n'en était-il plus capable ? Pourquoi ne pouvait-il pas exploiter son infinie puissance ? Celle qui pouvait détruire une nation d'un seul cri ?

Certes, il était déjà bien plus puissant que toutes les créatures existantes dans ce monde de magie. Mais quelque chose semblait filtrer sa force. Son enveloppe corporelle ne lui seyait pas. Il essaya une nouvelle fois de détruire le domaine.

- Pression stratosphérique ! tonna Graal !

Oni Link s'effondra sous le poids d'une pression énorme, laquelle nivela le domaine en plusieurs niveaux. Les Sheikahs ne furent pas touchés par l'attaque.

La plaine accidentée et désolée qu'était devenu le Village Kokiri ressemblait à un énorme amphithéâtre ! Le Dieu Guerrier ne pouvait plus bouger. Le Dieu de la Destruction fulminait de rage : son corps n'était pas le bon ! Ce n'était pas celui dans lequel il devait être réincarné pour son grand retour !

- Chienne qu'est la destinée ! Ce Lambardy n'était pas le bon hôte ! Quelqu'un porte une plus grande haine que lui... Je ne peux pas recouvrir tous mes pouvoirs !

Le temps s'écoulait. Oni Link n'était toujours pas mort et les Sheikahs achevaient leur sort. Graal ne pouvait cependant pas se concentrer.

Si Lambardy n'était censé être le détenteur d'Ascalon, qui était-ce ? Qui était l'émissaire des enfers censé servir de réceptacle ? Qui détenait en lui une rage plus forte que le roi d'Hyrule ? Graal se souvint désormais. Hibernant en Ascalon durant tout ce temps, il se remémorait néanmoins ce que l'épée vivait ce jour-là.

Oui, ce jour-là.

La salle s'était obscurcie avec le temps. L'énergie maléfique de l'épée, comprimée dans cette salle minuscule, s'était condensée pour ne laisser subsister aucune once de lumière. Surtout depuis trois heures. Une centaine d'âmes vengeresses confiaient leur haine à Ascalon.

Un tohu bohu, un lacet de murmures criant la même guerre. Des doléances, des paroles invectives nourrissaient la curiosité du Dieu endormi.

Une bataille ? A Mandogolia ? La cité pure censée borner l'influence d'Ascalon était teintée de sang et d'impuretés ? Quelle promesse fabuleuse d'un festin sans égal ! Quel régal ! Les ténèbres devinrent plus noires que jamais.

Ah ? Tiens ? Des faisceaux lumineux éventrèrent la fumée opaque. Une jeune silhouette s'approcha. Les contours d'un homme... non, un adolescent. Un garçon pubère portant toutefois un lourd fardeau sur ses épaules. Une maturité forgée par une dure expérience apparemment récente. Un visage résolu. Mais surtout... une haine démesurée ! Un tel concentré de sentiments néfastes et uniques ! Quel délice aux mille malices !

Ascalon fit un examen rapide de la vie du jeune homme mais seule la fin l'intéressait : ce petit était l'un des seuls survivants des Mandos qui venaient tout juste d'être exterminés, un dénommé Lambardy Esephiron. Sa haine dépassait les espérances de Graal.

Ce corps était pour Graal ! Il était pour lui ! Il allait en prendre possession, murir en lui pour, le moment venu, ressusciter dans le monde créé par les Déesses et se venger d'elles. Il annihilerait le monde !

Le garçon faisait désormais face à l'épée et s'apprêtait à la retirer de son socle. Une aura encore plus appétissante était à l'approche. Une rage supérieure à celle de Lambardy. Ascalon eut à peine le temps de l'apercevoir au-dessus de l'épaule de Lambardy.

C'était aussi un adolescent ! Un autre survivant ! Avec un sentiment d'aversion inégalé ! Un gouffre de sentiments funestes ! Ascalon le voulait lui finalement !

Lambardy retira promptement l'épée, faisant de lui le propriétaire de l'épée la plus maléfique de tous les temps ainsi que le réceptacle de la volonté de Graal.

Graal revint à la réalité. Il savait qui était l'Elu, le véritable émissaire des enfers ! Il savait qui il devait habiter pour jouir à nouveaux de son omni puissance !

- Où es-tu... Machiavel ? questionna Graal.

Loin de là, au-delà du trône Zora, dans la Grotte Polaire, Rachiki était inconscient et emprisonné dans la glace. Il hibernait, contre son gré. L'homme qui l'avait enfermé voulait faire de lui sa marionnette, son instrument le plus puissant. Lorsque Rachiki aurait fini d'hiberner dans ce mausolée de glace, il serait doué d'une puissance inimaginable, complètement soumis à son maître.

- Quel imbécile ! Se laisser bourrer le mou par ces adorateurs de l'ombre !

Celui-ci se dirigea vers la sortie. Une fois dehors, il observa ce ciel rouge et la danse des bêtes infernales. Quel pied ! Si Lambardy lui avait confié Ascalon, il aurait pu assister à ce spectacle bien plus tôt. Mais le propriétaire d'Ascalon était toujours sur ses gardes.

Enfin, maintenant, tout cela allait s'arranger. L'épée cherchait son propriétaire légitime et ce n'était certainement pas Lambardy.

- Je t'ai entendu Graal. Tu me cherches ? J'arrive. Ensemble, nous brûlerons toute parcelle de vie en ce monde...

Enricko Machiavel, le Mando de Feu, l'homme aux mille visages et transformations, se téléporta pour aller récupérer ce qui lui était dû. S'il rejoignait Graal, ce serait la fin du monde...

Chapitre 44 : Le Carré magique !   up

Oni Link, d'un puissant revers de sa double lame ondulé, envoya une onde tranchante. La vague d'énergie qui s'enfonça dans le corps du Dieu de la Destruction dévia par la suite pour diviser le firmament. Graal essuya tout de même un puissant recul qui entraina son corps dix mètres plus loin.

Graal, dans sa conversation mentale avec Enricko, avait oublié qu'il était en plein combat.
Oni Link y voyait une chance de retourner la situation. Même si ses derniers coups draineraient ses dernières forces, il affaiblirait Graal du mieux qu'il le pourrait. La puissance de Zelda combinée à celle des Sages pourraient ainsi vaincre le Dieu affaiblit. Et puis il y avait les Sheikahs et leur sort mystérieux !

Oni Link sauta en l'air, brandissant son épée vers le haut. Un faisceau lumineux descendit du ciel pour toucher la pointe de son épée qui brulait de mille feux. Il pointa ainsi son arme vers Graal.

- Nova cosmique !

Une sphère d'énergie se libéra de l'arme blanche pour exploser au contact de Graal. Mais quelle explosion ! Une énorme protubérance s'enfuyait vers le ciel pour transmettre son feu destructeur aux nuages. Ceux-ci arboraient une chevelure dorée qui s'étendait fièrement. Quel embrasement ! Cette fabuleuse énergie fut vite réduite à l'état de panache de fumée. Le champignon perdit de sa magnificence et se résorba. Un bras gigantesque brassa la fumée pour dissiper l'écran qui obstruait SA vue : Graal était toujours là.

L'attaque avait fait apparaitre quelques égratignures mais sinon, rien de bien méchant. Oni Link s'effondra. Oui, il n'y avait plus rien à faire. Autant passer la main tout de suite.

- Même avec un mauvais corps, je peux détruire Hyrule ! A commencer par toi, champion des Déesses !

Graal tendit ses mains vers Link. Il allait l'achever avec une attaque dont il avait le secret. Un spectacle s'offrit alors à lui. Plus loin, le quatuor de Sheikahs était auréolé d'une lueur mauve. Celle-ci s'enfuit pour se placer juste au-dessus du Dieu de la Destruction. Elle se modela progressivement pour prendre la forme d'un quadrilatère.

- CARRÉ MAGIQUE !!! crièrent les Sheikahs en concert.

Un courant ascendant s'engouffra alors dans le carré lumineux. Graal ne pouvait pas fuir. Il était aspiré par cette nouvelle pesanteur. Son corps commença à se désagréger. Dans le ciel, une silhouette prolongeant une trainée de feu atterrit. Enricko était là. Il avait répondu à l'appel du Négateur Universel.

Graal vit l'homme qui venait d'apparaitre et il le reconnut aussitôt : il était plus âgé mais c'était bel et bien l'adolescent à l'aura si appétissante. Son corps, son réceptacle était là ! Graal tentait vainement de sortir du champ d'attraction. Sa silhouette fuyait toujours vers le haut. Ses jambes et son torse étaient dévorés, s'apparentant à un panneau de particules. Enricko, ne comprenant pas ce qui se passait, loba Link et les Sheikahs, surfant sur un arc ardent.

- Graal !
- MA... MACHIAVEEEEEEEEEL !!!

Enricko voulut saisir la main de Graal mais celle-ci se transforma en poussière. Les dernières particules de Graal s'enfuirent vers le haut. Le polygone magique disparut : il venait de faire s'évaporer le Dieu de la Destruction. Enricko, paniqué, en sueur, agita sa tête dans tout les sens. Non, non, ce n'était pas possible ! L'existence divine lui tendait les bras ! Sa chance était juste là ! SON opportunité ! Il jeta un regard noir aux Sheikahs. Qu'avaient-ils fait encore, EUX ?!

- C'était quoi ça ! Hein ?!! REPONDEZ ! QU'AVEZ-VOUS FAIT DE MON DIEU !!!??
- Nous l'avons isolé dans une dimension, expliqua Impa. Conscients que ni Link, ni même Zelda ne pouvait rien contre ce monstre, nous avons jugé préférable d'exporter cette menace dans un univers sans vie, là où Graal ne pourrait pas faire de victimes.
- Graal... n'est donc pas mort ?

Cassidy acquiesça d'un mouvement affirmatif de la tête. Elle était toutefois surprise : Enricko semblait plus se soucier du Dieu de la Destruction que de son hôte. Lambardy était pourtant son compatriote...

- Lambardy hélas devra rester avec lui, lança la jeune femme pour voir ci son annonce lui susciterai un quelconque intérêt. Il sera... condamné à...
- JE ME FOUS DE LAMBARDY, SALE CATIN ! rétorqua Enricko.

Chapitre 45 : Deux hommes, deux volontés   up

Les Sheikahs et Link, qui les avaient rejoint, furent surpris. Nabooru était toujours évanouie.

- Comment ça, tu t'en fous ? demanda Lyros. Vous êtes parmi les derniers survivants de la race Mando. N'étiez-vous pas comme des frères ? N'est-ce pas en pensant à toi et aux deux autres qu'il élaborait sans cesse ses plans diaboliques de conquêtes et de destruction ?

- Cet enfoiré ! Il a inconsciemment sauvé Hyrule ! Ce jour là ! Oui... CE JOUR LÀ ! Lorsque le génocide eut lieu ! J'étais censé retirer Ascalon pour détruire ce monde qui nous rejetait, nous, les Mandos ! Mais un autre adolescent, Lambardy, eut la même idée que moi et m'a devancé ! Il se croyait l'élu car il était le petit fils du roi Mando et qu'il était l'un des quatre survivants ! Il pensait que sa haine serait suffisante pour faire revivre, dans sa splendeur, le Dieu de la Destruction, celui dont nous devions, à l'origine, empêcher la résurrection ! Ascalon l'accepta car sa haine était considérable ! Mais Lambardy n'était pas l'élu ! C'était MOI ! Et s'il ne m'avait pas devancé ce jour là, j'en aurais été le propriétaire et j'aurais pu, d'un seul ordre, anéantir le royaume d'Hyrule et même au-delà. J'aurai eu... le dernier mot de l'Histoire...

Tout le monde était sous le choc. Enricko était le véritable héritier d'Ascalon. Les Sheikahs prirent conscience que s'ils n'avaient pas exécuté le Carré Magique, la rencontre entre Graal et Enricko aurait sonné la fin d'Hyrule. Et du monde par la suite. Les Sheikahs venaient d'écarter définitivement le danger... pensaient-ils...

Un rire machiavélique s'éleva. Enricko s'immola lentement pour se téléporter. Dévoré par le feu, il promit :
- Je m'appelle Enricko Machiavel et je retrouverai Graal ! Je fouillerai dans tous les univers parallèles et je reviendrai en tant que Dieu de la Destruction ! Profitez-en pendant ce temps ! HAHAHAHAHAAAA !!!

Au dernier moment, Enricko aperçut Nabooru allongée et inconsciente. Il sourit davantage. La colonne de feu consuma entièrement son corps qui venait de disparaitre. Le ciel regagna une teinte normale. Un bleu pur, maculé de nuages blancs. Toutefois, les cohortes de l'enfer se baladaient toujours dans le ciel, attendant le moment de descendre enfin.

- Tss, c'était du bluff, annonça Link qui titubait. Il ne peut pas réellement changer de dimension. Hein les amis ?

Les Sheikahs affichaient une mine grave. Ils ne connaissaient pas exactement l'étendue du pouvoir du Sceau Mando mais si celui-ci servait effectivement de porte inter-dimensionnelle, comme l'avait démontré Rachiki, il pouvait très bien permettre d'atteindre d'autres dimensions. Répéter l'action à l'infini pourrait permettre de voguer dans différents univers sans contraintes.

Certes, pour toucher au gros lot dès les premiers essais, cela représentait une chance sur plusieurs milliards car nombreux, très nombreux étaient les univers parallèles. Mais il y avait toujours cette infime chance...

Ce fut ce qu'ils expliquèrent à Link qui perdit de son optimisme. Puis, il s'évanouit : il avait perdu trop de sang. Lui et Nabooru devaient recevoir des soins urgents car il semblait que le Sage de l'Esprit avait eu une hémorragie interne. Gontran leur prodigua des soins express et ils purent se mouvoir rapidement.

- Je vais nous téléporter au Lac Hylia pour que tu puisses guérir Zelda aussi, commanda Link.
- Ah... bien. Bah pendant ce temps, vous autre, expliquez la situation à mademoiselle Nabooru.

Avant de partir avec Link, Gontran attira Cassidy dans ces bras et celle-ci lui rendit l'étreinte. Puis Impa se crééa une place. Enfin, Lyros ceintura le groupe de ses bras solides. Ils étaient réunis. Enfin. Plus question de se disperser. Link les observait. Il avait aussi connu ce sentiment. Pas plus tard que l'avant-veille. Le plaisir de retrouver une chaleur unique. Cette chaleur qui lui réchauffait le coeur.

- Bon, je reviens ! rassura Gontran avant de disparaitre avec Link.

La Sérénade de l'eau résonnait encore.

Une forêt miniature venait d'être créée par Saria qui venait d'achever six ondins, permettant aux Kokiris de s'agripper aux arbres. Hélas, un Gorille muni d'ailerons venait de prendre une bonne impulsion au fond du lac pour ébrécher la surface de l'eau tel un missile. Il réatterrit au milieu des arbres et, se servant d'une sangsue ENORME comme lasso, la jeta vers une fille Kokiri dans le but de l'attirer.

La sangsue se sépara en deux, vomissant de ses entrailles tout son sang. Link apparut comme un éclair vert et utilisa son Epée des Fées pour trancher l'immonde bestiole. Il sauta majestueusement, s'agrippa à une branche à l'aide de ses mains qui devinrent le pivot de sa rotation complète. Il lâcha prise après plusieurs tours. Son corps virevolta pour trancher la tête du Gorille ainsi que deux Requins Noirs en plein vol. Sa lame, suivant des courbes fantasques, siffla, éclaboussant les airs d'arcs ensanglantés.

Avant que son corps ne sombre dans l'eau, Link empoigna le masque Zora pour se transformer en Mikau. Se mouvant comme un poisson, il tua tous les Piranhas en les électrocutant avec son bouclier électrique.

- C'est Link ! constata Saria. Link est venu nous sauver !

Des cris de joie s'élevèrent parmi le peuple Kokiri ! Leur petit mais grand frère était là !

- Hé, il y a moi aussi ! fit remarquer Gontran.

Gontran, invisible aux yeux des Kokiris, remarqua le corps de Zelda gisant une dizaine de mètres plus loin.

- Vite ! Ma thaumaturgie ! Argh !

Le corps de Gontran roula par terre, trébuchant sur une pierre. Il se redressa sur ses genoux, essuyant prestement une larme discrète et apposa ses deux mains sur le bassin de l'ex-princesse. Progressivement, la plaie béante présente sur son ventre disparut. Zelda rouvrit les yeux une minute après.

- Le... le Sheikah de mes rêves..., reconnut Zelda.
- De tes rêves ? Bébé ! Embrassons-nous sur le champ !
- Oui, débarrassons le plan... HEIN, QUOI ?!

L'énorme bouche de Gontran fondit sur le visage de la pauvre femme qui affichait une expression mitigée entre dégout et surprise. Sa main "glissa" pour finalement laisser cinq empruntes rouges sur les joue du Sheikah dont le visage, détourné par la claque, se colla à celui d'un Kokiri. Mido pour être plus précis.

Un "pouaaah" simultané retentit et les deux protagonistes de cet acte de rapprochement se frottèrent frénétiquement les lèvres.

- Je... suis désolé, s'excusa Zelda qui observait les deux ânes abusant d'expectorations pour montrer leur dégout. La Forêt a quelque peu... changé... Link !

Zelda venait d'apercevoir la silhouette du Héros au travers du feuillage des arbres. Link, fuyant dans les airs après s'être catapulté hors de l'eau en Zora, retira son masque pour redevenir humain et luire d'une lueur éblouissante. Il avait détruit tout les monstres, il ne restait que l'énorme Baleine qui ouvrit sa gueule pour le cueillir généreusement.

- FRAPPE TRIFORCE !

La Baleine carnivore s'immobilisa, emprisonné par un prisme représentant la Triforce. La silhouette de Link fusa dans les airs pour arriver au niveau de la Baleine. Là, il décupla la taille de son épée grâce à ses Gantelets de Platine et taillada sans retenue l'énorme cétacé. Le corps de la Baleine éclatait de toute part. Une vraie boucherie ! Le Lac Hylia était écarlate. Link, le Sauveur d'Hyrule, venait de sauver ses confrères ainsi que Zelda.

Loin de là, Enricko tutoyait les hauteurs en glissant sur une incandescence. Les monstres célestes l'accompagnaient dans sa danse.

- Eclos ! ordonna Enricko. Eclos, Grand Simurgh!

D'un flux ténébreux se libéra un oiseau monstrueux. Sa taille dépassait celle du Dragon apparu au village Goron. Enricko atterrit sur le dos de la bête et la chevaucha, lui donna des directives. La bête avait reconnut le véritable émissaire des enfers.

- Je ne peux pas fouiller toutes les dimensions au hasard ! Mais j'ai un petit plan ! Hahahaha !

Et le rire du Destructeur d'Hyrule s'éleva, résonnant dans le firmament.

Chapitre 46 : La promesse   up

- Si tu es là, c'est que tu as réussi à vaincre Lambardy, supposa Zelda.
- Eh bien...

Link entama le récit de ces derniers chapitres. Au fur et à mesure, le visage de Zelda se décomposait, en proie d'une vive inquiétude. Les Kokiris, qui s'étaient regroupés autour de Link, étaient très effrayés. Certains même, se cachaient les yeux avec leur chapeau. La simple idée d'imaginer qu'une divinité soit apparue pour rayer Hyrule de la carte les terrifiait.

- Allons, Héros du Temps, commença Gontran. Il fallait les prévenir que c'était une histoire interdite aux moins de dix huit ans ! Hi hi !
- Arrêtez de nous attaquer sur notre taille, répondit l'une des soeurs jumelles. Ce n'est pas le moment de plaisanter !
- Je crains que si justement. Allez s'il vous pleeuuuu... je vous aime trop, vous les Kokiris !
- Mais donc ce n'est qu'une question de temps avant que le polymorphe allumé ne trouve Lambardy et Graal, coupa Zelda qui fit abstraction de ce qu'il venait de se dire.
- Lyros m'a dit que les univers étaient très nombreux, expliqua Link. Même en fouillant un univers par seconde, cela lui prendrait plus d'une année pour tous les fouiller. Mais il y a toujours la possibilité qu'il le trouve assez tôt avec un peu de chance... malchance. Et puis il sait que Graal est dans un monde sans autochtones. C'est peut-être un critère qui élimine déjà beaucoup de mondes à visiter...

Zelda scruta le ciel pour réfléchir. Mais celui-ci ressemblait à une peinture grotesque sur laquelle on avait grossièrement gribouillé. Les axes noirs s'agitaient dans les hauteurs célestes.

- En attendant, Hyrule est déjà en grand danger, rappela Zelda. Ces monstres qui planent dans le ciel tombent pour naitre au sol...
- Toutes les conditions étaient réunies pour ça. L'invocation d'Ascalon, l'apparition du Dieu Graal, l'usure de l'Epée de Légende qui agissait en équilibre face à l'épée démoniaque... et la mort du Bourgeon du Vénérable Arbre Mojo.
- Maintenant que la Forêt Kokiri n'est plus, je propose que l'on aille à la Forteresse Gérudo pour se réunir. Nabooru nous laissera un de ses nombreux quartiers.
- Oui... mais d'ici à Forteresse, poursuivit Gontran, il faudra escorter tout ce beau monde. La Plaine d'Hyrule a du devenir un vrai zoo.

Link observa son Epée de Légende. Il ne pouvait y avoir de conclusion positive à cette guerre sans l'épée divine, songeait le Héros déchu. La pourfendeuse de ténèbres devait être l'écho salvateur de cette invasion.

De plus, Link se demandait pourquoi il ne pouvait entrer en osmose avec l'Epée de Légende comme Lambardy l'avait fait avec Ascalon pour devenir Graal. Les Déesses auraient du faire en sorte que le détenteur de l'Epée de Légende puisse muter en un être supérieur, capable de vaincre Graal. L'Epée de Légende serait-elle un artéfact incomplet ? Ou peut-être était-ce Link qui manquait d'une chose pour exploiter le potentiel de cette lame... ou même les deux choses...

- Zelda, Gontran, Saria, Mido ! Je compte sur vous pour amener mes frères et soeurs à la forteresse avec les Gérudos. Je vais aller en ville pour protéger les habitants des monstres. Les Hyliens, les Zoras, les Gorons et peut-être même les Gérudos sont en danger.
- D'accord ! répondit Mido.
- J'établirai un contact mental avec toi pour que tu m'informes de la situation, décida Saria.
- C'est sans doute l'occasion de te racheter une conduite auprès du peuple, espéra Gontran.

Zelda s'avança vers Link et lui ôta son chapeau vert pour le cacher rapidement derrière son dos. Link, surpris, s'avança vers Zelda pour récupérer son bien précieux mais celle-ci stoppa le Héros et lui dit :

- Je te le volerai à chaque fois que tu devras jouer les héros, comme ça tu seras obligé de nous revenir en chair et en os pour le récupérer. Compris ?

Link sourit. Il posa ses mains sur les épaules de son amie pour la rassurer.

- Ne t'inquiètes pas, je vais définitivement le récupérer ce chapeau. Il s'appelle "reviens" !
- C'est une bonne chose. Je te promets d'en prendre soin.

Finalement, une conclusion positive était possible, songea Link. Une conclusion merveilleuse même... Link entonna le Prélude de la Lumière qui le téléporta au Temple du Temps. Il s'en alla combattre les bêtes infernales !

Chapitre 47 : Les fantômes du passé   up

Link arriva au bourg et ce qu'il craignait était arrivé : le Bourg d'Hyrule était assailli par une vingtaine de mastodontes tous plus monstrueux les uns des autres. Une partie de la place était détruite, avec des corps inertes baignant dans leur sang. Tous les gardes étaient morts courageusement dans cette bataille.

Les habitants encore vivants (et ils étaient encore nombreux) se ruaient vers la route qui menait au Château. Beaucoup aperçurent le Héros du Temps et n'eurent le temps que d'afficher des regards réprobateurs avant de poursuivre leur course folle. Certains, toutefois, interprétaient sa présence comme une lueur d'espoir.

Une vieille dame s'agrippa aux habits de Link :

- Héros du Temps, je vous en supplie ! Je sais que vous n'êtes pas là par hasard ! En dépit de ce que vous nous avez fait, je vous fais confiance ! Redevenez ce héros et sauvez-nous !

Link lui adressa un sourire radieux. Il la rassura avant de lui ordonner de fuir.

En effet, un énorme Rhinocéros quadricorne aux yeux rouges fonçait vers Link. Ce dernier fonça à son tour avant de brandir sa Grande Epée des fées. Il s'apprêtait à l'abattre mais le Rhinocéros fut lacéré dans toute sa longueur par ce qui semblait être un long fouet. Poursuivant son mouvement, il ricocha contre l'épée de Link qui essuya un puissant recul. Trainé sur cinq mètres en arrière, Link tenta de découvrir qui était à l'origine de cette attaque. Il vit la femme qu'il avait aperçu au Village Kokiri en compagnie de l'enflammé. La femme Mando !

Celle-ci reconnut Link. Mais ce n'était pas logique. En effet, Cardice croyait encore dur comme fer que les actions du groupe de Link s'organisaient autour des visions de Zelda. Or si Lambardy était actuellement au Village Kokiri pour le détruire, la logique voudrait que Zelda ait prévu l'attaque. Link serait donc naturellement resté là-bas pour protéger le peuple Kokiri. Sans doute le héros s'était enfuit de la Forêt avec les autres Kokiris, à défaut de quoi il se serait fait tué par le tout puissant Lambardy. Ou bien alors...

- Link ! Que fais-tu ici ? Et qu'est-ce qui se passe à Hyrule ?
- C'est assez long à raconter ! Toi, commence !
- Mmmmph ! Je protège le bourg de ces monstres ! A ton tour !
- Je fais la même chose que toi ! La suite...
- Non pas de "suite", il n'y a rien après. Je viens du Mont du Péril, j'y ai... mais pourquoi je te parle A TOI ?!
- Oui c'est vrai c'est bizarre, on discute trop bien. Je pensais que tu me grillerais avec tes éclairs avant que j'ai le temps de dire...
- Dire quoi ?
- Bah rien.
- Tu réalises bien que cette conversation devient stupide ! Nettoyons cette zone au plus vite et après je te tuerai si jamais tu ne me dis pas ce que tu sais !
- Je suis d'accord ! Mais c'est toi qui va te retrouver au tapis ensuite ! Moi, j'ai un chapeau à récupérer !

Un Cyclope balaya son oeil de droite à gauche, donnant au rayon qui venait de s'en extraire la trajectoire à suivre. Une série d'explosions alignées interrompit Link et Cardice qui durent plonger sur les côtés pour ne pas être touchés par le souffle.

- Vent de Farore ! hurla Link avant de projeter une multitude de lumières vertes.

Les halos lumineux se figèrent sur les têtes des monstres dont celle du Cyclope. Neuf monstres étaient accompagnés de sphères vertes qui lévitaient sur leurs têtes. Soudain, Link se substitua à la première lumière et trancha promptement la tête de son opposant. Il se téléporta ainsi de tête en tête pour décapiter les monstres marqués. Le Cyclope ne faisait pas exception.

Cardice pétillait dans les airs, se mouvant à la vitesse d'un éclair. L'axe électrique désignant sa trajectoire perfora un Gladiateur, une Chauve Souris géante, un Troll et un Sorcier Macabre. Un Minotaure s'approcha, tambourinant le sol à coups de sabots. Tenant une lance à la main, il brandit l'arme puis propulsa violement son bras vers l'avant. La lance, qui était un véritable obus, se multiplia dans les airs pour pleuvoir sur le Héros du Temps. Trente cinq traits empalaient la silhouette immobile de Link. Celui-ci ne bougeait guère, entouré d'un prisme bleu.

- Amour de Nayru, murmura Link.

Au "champ de bataille", Impa, Lyros, Cassidy et Nabooru cogitaient. Ils faisaient face à l'énorme gouffre où, initialement, prenaient racine le Vénérable Arbre Mojo et son bourgeon et observaient avec désespoir une recrudescence des protubérances maléfiques. Afin de stopper la genèse de monstres et épargner Hyrule, il fallait exorciser ces ténèbres depuis leur lieu d'émission. Mais en sautant directement dans ce gouffre, les corps des Sheikahs et de Nabooru seraient annihilés en un instant. Le seul moyen de réaliser cet exploit était...

- ... de passer par le Temple de l'Ombre et accéder à la salle où reposait Ascalon, conclut Impa. Si c'est de là que proviennent les vagues de ténèbres qui envahissent Hyrule, il faut s'attendre à explorer un monde plus terrible que l'enfer.
- Il faut d'abord réunir tout le monde, poursuivit Lyros. Tellement de révélations... Il faut que tous les Sages soient conscients de ce qui se passe ! C'est là que le travail de Rauru sera des plus importants. J'espère qu'il a su convaincre La Princesse Zora et le Chef des Gorons.
- Bon alors c'est à moi de jouer, décida Cassidy. Puisque je suis la seule à pouvoir me téléporter sans retenue, je vais nous réunir en un clin d'oeil. Alors Zelda, Saria et les Kokiris au Lac Hylia, Rauru est soit au Domaine Zora soiiiiiiiit au Village Goron. L'idéal est, je pense, de nous réunir à la Forteresse Gérudo, tu n'es pas d'accord ? Nabooru ? Nabooru ?

Aucune réponse. Le Sage de l'Esprit était perdue dans ses pensés.

- Nabooru !
- Hein ? Désolé. Je... je pensais à quelqu'un...
- Ah. Oui, je disais donc que se serait mieux que tout le monde, nous, Zelda, Link, les Kokiris et le reste des Sages, se réunissent dans ta Forteresse. C'est d'accord ?
- Bien sûr...

La pétillante Nabooru était éteinte. Quelques minutes auparavant, les Sheikahs lui avaient fait un bref résumé de ce qui s'était passé pendant que le Sage de l'Esprit était évanouit. Nabooru fut secouée d'apprendre qu'un dénommé Enricko Machiavel se targuait d'être le réceptacle vivant de Graal car... elle le connaissait. Bien que Ganondorf, durant son règne, vantait à Nabooru la puissance de Lambardy, son élève le plus prometteur, il admirait la félonie et la perfidie d'Enricko. Si bien que Ganondorf, durant ses nombreuses escapades, demandait souvent au Mando du Feu d'être le chef Gérudo par intérim, avant même Nabooru ou les Sorcières Koume et Kotake.

Nabooru n'avait, dans sa vie, eu de respect que pour trois mâles : elle craignait Ganondorf, elle avait une grande estime pour Link... et elle aimait Enricko.

Chapitre 48 : Concernant l'Epée de Légende...   up

Link et Cardice venaient d'achever les dernières créatures. Ils étaient parvenus à sauver la population du bourg. Le Héros s'apprêtait à souffler dans son instrument mais c'était sans compter sur l'intervention de Cardice :
- Et alors ? On se pavane ? Je t'avais prévenu que je devrais te tirer les vers du nez après !
- ... Très bien... mais ce qui va suivre te sera difficilement acceptable.
Cardice craignait le pire. Qu'était-il arrivé à Hyrule ? Non. Qu'était-il arrivé à Lambardy ?

L'apparition de Graal, l'emprisonnement de Lambardy et du Démon, la véritable identité d'Enricko, les hordes infernales déferlantes sur Hyrule. Link fit part de tout ce qu'il savait. Son récit s'intensifiait. Cardice était dans le déni total.
- Lambardy dans une autre dimension ?! Enricko... un traître ?! NE RACONTE PAS N'IMPORTE QUOI !
- Enricko... attendait ce jour avec impatience, languissait de l'opportunité d'arracher Ascalon à Lambardy. Il est... l'Elu de la Géhenne.

Link attrapa le poignet de Cardice dans le but de diriger sa main lâche. Il apposa celle-ci sur son front.
- Vois ! Les images que je te transmets sont mes souvenirs.

Cardice se laissa emporter par le flot d'images. Des scènes mettant en exergue Lambardy et Enricko s'engouffraient dans l'esprit de la jeune femme. Elles illustraient à la perfection les dires du jeune homme. C'en était trop ! Cardice retira promptement sa main pour se désister de ce qu'elle pensait être des illusions... et gifla Link.

Ce dernier ne broncha pas, conscient que cela devait être très dur à accepter. L'idée qu'Ascalon eut été la convoitise d'Enricko était de plus en plus prégnante dans la tête de la jeune femme. En effet, à maintes reprises, elle avait surpris le Mando du Feu s'admirer dans le reflet de cette lame avec un soupçon de frustration.

- Je te promets, commença Link, que je ramènerai Lambardy dans ce monde. Je te le promets !
- JE NE VEUX PLUS T'ENTENDRE CHARLATAN ! TAIS-TOI ! TAIS-TOI !
Et en un éclair, elle disparut. A peu près le même temps qu'il fallut à Cassidy et Lyros pour apparaître devant le héros.

- Te voilà, constata Cassidy.
- Vous ? Comment saviez-vous...
- Gontran, Zelda, ma Kokiri et son peuple nous ont informés sur ta position, avoua Lyros. Nous avons décidé de réunir tout le monde à la Forteresse Gérudo qui est sauve. Toi, Rauru, le Chef des Gorons et la Princesse Zora compris. Moi j'ai pour mission de créer un Sceau de Protection permanent comme celui qui protège Cocorico. Ainsi, tous les lieux emprunts de civilisation seront à l'abri des démons. Nous pourrons nous consacrer pleinement au nettoyage d'Hyrule.
- Tu connaitras les détails plus tard, assura Cassidy. Pour l'instant, je te ramène à la Forteresse pendant que Lyros exécute son rituel.

Et ce fut au prix de téléportations successives que Cassidy ameuta l'ensemble des personnes citées précédemment. Lyros avait mis sous protection l'ensemble des provinces d'Hyrule, cloisonnant les bêtes dans la Plaine Hyrule, le Village Kokiri dévasté et le Lac Hylia.

Il y avait donc beaucoup de monde dans l'ancien territoire de Ganondorf. Les Gérudos et les Kokiris s'intriguaient mutuellement. Les uns parce qu'ils gardaient leur apparence juvénile, les autres parce que les hommes s'y faisaient extrêmement rares. Ces deux peuples s'étaient toutefois rapprochés lors du banquet au Ranch Lon Lon qui avait suivi la défaite de Ganondorf. Bref, un cadre convivial, une bonne entente, une franche camaraderie qui tranchait avec le contexte dramatique dans lequel était plongé Hyrule.

Link, Zelda, les Sheikahs et les Sages s'étaient réunis dans les appartements de Nabooru où ils pouvaient discuter calmement et décider de la marche à suivre. Ruto et Darunia furent vite informés de la situation. Tout le monde était donc sur la même longueur d'onde : La haine des Mando envers les Sheikahs, Link et Zelda, la machination mise en place pour entraver l'élection de Link, Zelda en possession de deux fragments de Triforce, la mort du Bourgeon de l'Arbre Mojo, l'apparition de Graal, la menace que représentait Enricko et la disjonction de l'Epée de Légende.

Les Sheikahs firent part de leur décision de stopper la genèse de monstres en exorcisant les ténèbres en amont : dans les confins obscurs du Temple de l'Ombre.

- Nous tenons à régler cela nous même, communiqua Impa. Nous avons besoin de revisiter ces lieux pour le nettoyer de ses impuretés laissées par notre peuple. Tant pis si nous devons y rester. Ce sera notre victoire... ou notre échec...

Les regards déterminés et résolus des Sheikahs ne trouvèrent aucune réciproque. De toute évidence, rien ne pouvait les retenir.

- Faites donc ce que vous estimez juste et bon, encouragea Zelda. Vos décisions ont toujours été pour le meilleur d'Hyrule. Il n'y a donc pas d'inquiétude à avoir.

Impa remercia son amie qui lui rendit un clin d'oeil. Une complicité muette, tel le spectre d'une amitié inconditionnelle.

- Link, intervint Zelda. Concernant l'Epée de Légende, il existe un moyen pour qu'elle retrouve sa forme et sa puissance d'origine.
- HEEIINNN ?! hurla Link interloqué.

Les autres étaient surpris également, à l'exception de Rauru et Gontran.

- Poursuis Zelda, implora Link.
- Depuis des générations, jusqu'à la précédente, se transmettait dans ma famille un tapis qui se mettrait à léviter au contact du Héros du Temps, lui permettant d'explorer la voute céleste. Ainsi...
- ... traversant la mer de nuage, poursuivit Rauru, le Héros du Temps s'en irait trouver les Déesses de la Création. Les mêmes qui laissèrent, en plus de la Triforce, un artéfact déterminant dans la lutte contre le mal : l'Epée de Légende. Et c'est ainsi qu'elles seraient les plus enclines à restaurer la puissance de cette Epée.
- Seulement voilà, entama Gontran un brin pessimiste. Durant le règne de Daphnés Nohansen Hyrule, un voleur du nom de Sakon subtilisa ce trésor inestimable et s'enfuit dans une contrée...
- SAKON ?!! interrompit Link. Attendez là, parce que... j'ai déjà eu affaire à lui avec un ami et je sais où il se trouve ! A Termina !

chapitres suivants...

Ce texte a été proposé au "Palais de Zelda" par son auteur, "Jean-Yann". Les droits d'auteur (copyright) lui appartiennent.

Le Palais de Zelda :: Webmaster: Ariane
Design créé par Sylvain
www.palaiszelda.com :: Copyright © 1999-2019
Note légale : Ce site est protégé par les lois internationales sur le droit d'auteur et la protection de la propriété intellectuelle. Il est strictement interdit de le reproduire, dans sa forme ou son contenu, sans un accord écrit préalable du "Palais de Zelda".
retour au haut de la page