• Legend of Zelda
  • Adventure of Link
  • A Link to the Past
  • Link's Awakening
  • Ocarina of Time
  • Majora's Mask
  • Oracle of Seasons
  • Oracle of Ages
  • The Wind Waker
  • The Minish Cap
  • Four Swords Adventures
  • Twilight Princess
  • Phantom Hourglass
  • Spirit Tracks
  • Skyward Sword
  • A Link Between Worlds
  • Tri Force Heroes
  • Breath of the Wild
  • jeux The Legend of Zelda

Légende de Zelda : Divinités antagonistes

Ecrit par Jean-Yann
Chapitres 1 à 24   •   Chapitres 25 à 48   •   Chapitres 49 à 65   •   Chapitres 66 à 86   •   Chapitres 87 à 98   •   Chapitres 99 à 109   •   Chapitres 110 à 114
Prologue
Chapitre 1 : Un rêve de mauvais augure
Chapitre 2 : Un air de déjà vu
Chapitre 3 : Un choix à faire
Chapitre 4 : Rencontre avec Lambardy
Chapitre 5 : Réunion de famille... ou presque
Chapitre 6 : Confrontation
Chapitre 7 : La capture d'Impa
Chapitre 8 : Révélations
Chapitre 9 : Vérités ancestrales
Chapitre 10 : Retrouvailles
Chapitre 11 : Le Bourgeon de l'Arbre Mojo
Chapitre 12 : Complot
Chapitre 13 : Chaud devant !
Chapitre 14 : Duels étincelants
Chapitre 15 : Un pouvoir révélé
Chapitre 16 : Maléfice
Chapitre 17 : Lyros, le Sheikah protecteur
Chapitre 18 : Les Héros de l'ombre
Chapitre 19 : Gontran, le Sheikah guérisseur
Chapitre 20 : Liberté retrouvée
image titre

Chapitre 21 : Le Bosquet Sacré et les Bois Perdus
Chapitre 22 : Joie
Chapitre 23 : Cruel revers
Chapitre 24 : Le fantôme d'Igor le Fossoyeur
Prologue

Bien et mal sont en conflit depuis des temps immémoriaux. C'est un éternel renouvèlement du combat que s'offrent les partisans de ces valeurs immuables. Ce récit est l'objet de la pesée entre la lumière bienfaitrice et les ténèbres opaques, chassant toute autre alternative que celle de l'affrontement entre ces deux notions antagonistes. Ainsi, le fil conducteur de la présente histoire sera cette vérité manichéenne.

ZeldaChapitre 1 : Un rêve de mauvais augure   up

La jeune femme ne pensait qu'à une chose : fuir ce pays. Depuis que cet homme était arrivé au pouvoir, la mort semblait côtoyer son entourage. Si ce n'était que cela. Le despote avait usé de son pouvoir pour éradiquer le peuple Kokiri ainsi que les derniers Sheikahs. Toutes les provinces d'Hyrule, même le territoire Gérudo, subissaient ce joug oppressant. Plusieurs régicides avaient été tentés mais le roi était trop puissant. Il s'était entouré de valeureux combattants aux desseins plus sombres les uns des autres. La jeune femme se retrouva face à cet homme au visage glacial. Il était si beau, si parfait. Une qualité qui ne collait pas vraiment avec le personnage. Le tyran s'avança vers elle puis...

Le buste de la princesse fut expulsé vers l'avant. Tentant d'apaiser sa respiration euphorique, elle jeta parallèlement de prompts regards sur les côtés et analysa le décor. Pas de cadavres, pas de tyrans. Soulagée, elle se laissa choir sur son matelas douillet mais quelqu'un toqua à la porte de sa chambre.
- Zelda ! Le petit déjeuner est servi.
- ... Moouui... j'arrive... juste... laisser... le temps... me réveiller.
La personne ne chercha pas à déchiffrer cette semi-réponse et s'éloigna de la porte, ce qui eut pour effet de faire sourire Zelda. Elle avait l'impression d'avoir gagné une bataille, ce qui n'est pas peu dire.
- Par les déesses, devenir paysanne annihile toute forme d'énergie, grogna la jeune femme.
Mais la princesse se ressaisit, pensant à l'image disgracieuse qu'elle donnerait d'elle même si les gens la voyaient dans cette posture. Elle se redressa, fila dans la douche, fit sa toilette, se brossa les dents, se peignit les cheveux, se vêtit d'une robe noirâtre puis alla rejoindre ses hôtes.
- Bonjour tout le monde, lança l'ex princesse en descendant les escaliers avec élégance
Malon, son père ainsi qu'Ingo exécutèrent une volte face groupée vers la nouvelle venue.
- Bonjour Zelda !! répondirent-ils en concert.
D'abord surprise par cet accueil qu'elle jugerait d'improvisé, la princesse eut un léger rire amusé et s'installa à table, à côté de Malon, pour entamer son repas. Cela ne faisait que huit jours que Zelda logeait chez Malon et pourtant, une forte complicité liait les deux femmes. Elles se confiaient tout, jusqu'aux secrets les plus intimes. Tandis que Zelda se remplissait la panse, elle sentit que son amie avait quelque chose à lui demander ou à lui confier. Une impression qui n'était pas erronée puisque, vingt secondes après, Malon déclara :
- Hé Zelda, tu sais que tu cries beaucoup dans ton sommeil ? Et ce n'est pas que cette nuit. Il y avait la nuit d'hier et avant-hier.
Malon se stoppa, voyant le malaise dans lequel Zelda était plongée. Cette dernière rougissait, gênée par ces dernières révélations. Non mais quelle honte !
- J'ai également noté que les mots tyrans, apocalypse, tragédie étaient récurrents dans tes délires.
C'en était trop, Zelda sombra totalement dans le déshonneur. Parce qu'en plus de crier, elle parlait dans son sommeil ? Quelle était la prochaine étape ? Une crise de somnambulisme songea l'ex princesse. Malon avait délibérément tiré sur la corde sensible et ne semblait pas vouloir s'arrêter. Elle trouvait cela...divertissant.
- Rêverais-tu de la fin du monde ? De Ganondorf ? Parce qu'il faut au moins ça pour crier comme tu l'as fait.
- Malon voyons, poursuivit Zelda qui avait les mains plaquées sur ses joues, rien de tout cela.
- Remarque, il n'y a vraiment rien à craindre. J'ai toujours rêvé qu'un prince charmant nous sauve, moi et mes vaches, d'un incendie et ça n'est jamais arrivé. Alors si tu rêves de la fin du monde, il y a encore moins de chance que cela arrive n'est-ce pas ?
Zelda sourit en réponse. Elle avala un verre de lait entier pour cacher son inquiétude. Oui, elle était inquiète car Malon se trompait royalement. L'ex princesse avait la particularité, depuis sa plus tendre enfance, de rêver du futur. Il n'y avait pas d'erreur possible, elle savait dissocier un rêve simple d'un rêve prémonitoire. Alors justement, si elle rêvait de la fin du monde, il y avait beaucoup de chance pour qu'elle ait lieu dans un avenir proche.

LinkChapitre 2 : Un air de déjà vu   up

Le lendemain, la pauvre femme apprit qu'elle avait une nouvelle fois déliré dans son sommeil. Se sentant coupable d'avoir rompu le sommeil de ses hôtes à de nombreuses reprises, celle-ci décida de partir, malgré le fait que Malon ait essayé de la retenir. Cette dernière, voyant que la décision de Zelda était sans appel, lui offrit un cheval pour la route. Mais quelle route ? Où allait-elle aller ? Mener une vie de vagabondage et de mendicité ne l'enchantait pas plus que ça. Tandis que son cheval la conduisait vers le village Cocorico, une idée lui vint à l'esprit. Elle allait rejoindre le Héros du Temps qui vivait désormais au Mont du Péril avec ses frères de sang et lui faire part de ses rêves prémonitoires.

Une fois au village Cocorico, refuge des démunis où la possession matérielle n'était pas observée, Zelda attacha son cheval à l'arbre central de Cocorico. Tandis qu'elle marchait vers l'escalier à l'ouest du village qui menait vers la montagne, elle aperçut en contrebas une affiche collée sur un mur. Elle tendit le bras de tout son long et parvint à l'arracher. Après un examen attentif de celle-ci, elle comprit qu'il s'agissait d'informations concernant les élections royales qui allaient commencer dans deux semaines et on pouvait d'ores et déjà connaitre les noms des candidats, leurs idées politiques ainsi que... leurs visages. Elle ne put retenir un hoquet de surprise. Un détail troublant venait de lui revenir. L'un des candidats présents sur l'affiche ne lui était pas inconnu. Elle reconnut immédiatement le visage du tyran qui apparaissait dans ses rêves. Elle connaissait dorénavant la suite des évènements : cet homme, nommé Lambardy, allait gagner aux élections et monter au pouvoir, faisant régner chaos et destruction sur Hyrule. Horrifiée par ce scénario, elle courut à grandes enjambées pour rejoindre le Héros du Temps. Il n'y avait pas une seconde à perdre. Elle avait peut-être un plan.

Après une longue course ponctuée par de nombreuses pauses, la jeune femme arriva à destination : au village Goron. Petite, la princesse... enfin l'ex princesse avait déjà visité ce lieu mais elle n'avait pas le souvenir... d'une telle sauvagerie ! A plusieurs reprises, elle manqua de se faire écraser par le roulé-boulé des Gorons.
Ces derniers, reconnaissant l'ancienne première femme d'Hyrule, se prosternaient pour implorer son pardon. Celle-ci gênée par tant de considération, leur demandait de se relever, expliquant qu'elle ne méritait plus un tel respect. Arrivant enfin au rez-de-chaussée, Zelda entra dans l'antre du chef.

Dans un premier temps, elle ne vit que l'imposante silhouette de Darunia, le sage du feu puis, dans un second, une silhouette beaucoup plus fluette. Le jeune homme était vêtu d'une tunique verte, d'une capuche de la même couleur (est-ce vraiment une capuche ? Telle est la question), d'un pantalon blanc, de bottes sombres ainsi que de gantelets marron. Il avait un visage angélique, des yeux d'un bleu cobalt ainsi que des mèches blondes qui dévoraient son front.

Les deux hommes remarquèrent enfin la nouvelle venue.
- Salut Zelda, lança le plus petit, quel bon vent t'amène ?
Darunia salua Zelda d'un signe de la tête.
- Erreur, c'est un mauvais vent qui m'amène Link. Chef Darunia, je suis désolé du dérangement mais je dois vous emprunter Link quelques minutes.
Elle attrapa le jeune homme par le bras et l'attira hors de la salle sans que Darunia ne puisse avoir le temps d'émettre le moindre son.
- Eh bien Zelda ? Que se passe-t-il ?
- Link... j'ai dernièrement fait des rêves prémonitoires. L'homme qui va sortir victorieux des élections royales et qui va devenir roi va semer le chaos sur Hyrule. Sa première décision sera de dévaster la forêt ainsi que les Kokiris. Il va soumettre tout le peuple d'Hyrule, même les Gérudos et décimer les derniers Sheikahs. Il va éliminer tous ses obstacles, dont toi, moi et quelques sages qui se montreront insolents envers lui.
- C'est terrible ! Quel candidat ? Sire Ulrick ? Sire Perceval ? Sire Lambardy ? Dame Dolores ? Dame Lorca ?
- C'est sire Lambardy.
Link semblait dépassé par les révélations de Zelda. Lambardy était celui qu'il admirait le plus et dont il défendait les opinions. Tout cela n'était donc qu'un tissu de mensonge. Il prit un air grave et se ressaisit.
- Et donc ? Que devons-nous faire selon toi ?
C'est là que ça devenait délicat. L'ex princesse appréhendait la réponse du jeune homme.
- Link... il faut... que tu participes aux élections.

LambardyChapitre 3 : Un choix à faire   up

La face de Link était désormais semblable à celle d'un Octorock. Zelda soupira. De toute évidence, la jeune femme savait que le Héros du Temps réagirait de cette façon, ce qui était tout à fait légitime de sa part.
- Pa-pa-pa-participer, bégaya le pauvre garçon ??!! C'est une fable !!!
Zelda acquiesça.
- Mais... mais si je gagne les élections, je deviendrai roi et... hors de question ! De toute façon, la réussite de ce plan tiendrait du miracle. Je n'ai aucune expérience dans la politique et j'ai très peu de chance de gagner à ces élections.
- Du temps où mon père gouvernait, il m'avait confié que si le titre de roi était électif et non héréditaire, les Hyliens ne l'auraient surement pas élu car ils n'ont pas de jugements objectifs. Ils n'éliront pas forcément le candidat le plus compétant, le plus apte à gouverner, qui leur promet monts et merveilles. Tout ce dont les gens ont besoin, c'est d'un être fort, qui leur a déjà prouvé sa bravoure durant les temps durs et qui saura les garder en sécurité. Peu importe les projets que tu as prévus pour eux, ils t'adopteront s'ils sentent que tu peux repousser tous les dangers. Ils ne se rendront compte de tes lacunes qu'après t'avoir élu. Mais ce sera alors trop tard pour t'évincer. Je pense que c'est grâce à cela que tu peux devancer Lambardy car tu es le Héros du Temps et que tout le monde t'adore.
Link se mit à réfléchir. Son raisonnement tenait la route. Mais tout cela était trop... formel pour lui.
- Pourquoi passer par quatre chemins ? Tuons-le et le problème sera réglé.
- Et nous serons coupables de meurtre. Et que diras-tu pour te disculper ? Nous ne possédons aucune preuve et nous deviendrions des traitres aux yeux du peuple. De surcroît, le moment serait très mal choisi. Je t'explique. La princesse, injustement trahie par son peuple, se doit de remettre son titre en jeu. La place du trône est vacante... mais pas pour très longtemps car un homme gagne les élections et devient roi. Celui-ci est assassiné, bizarre. C'est sans doute l'ancienne princesse qui n'a pas supporté de devoir laisser sa place à un autre, surtout à un inconnu. Après tout, sa famille a, depuis des générations, occupé ce poste et le successeur avait toujours été un membre de la famille royale. Quelle frustration a-t-elle dû ressentir. Elle était tellement frustrée qu'elle n'aurait pas supporté qu'un homme qui n'ait pas son sang devienne roi à sa place. C'est ce que les gens penseront et on va tout de suite me suspecter.
- C'est peut-être le prix à payer pour sauver Hyrule. Devenir un traitre ne me dérangerait pas si c'était pour sauver tout un peuple.
Zelda regarda son ami. Il avait peut-être raison. Mais ses rêves lui indiquaient que tenter de tuer le futur roi serait un véritable défi. Après tout, ses rêves lui avaient montré à de maintes reprises que le combat qui opposerait Link à Lambardy s'achèverait par la mort du Héros. De plus, le puissant monarque possédait son élite personnelle, composé de puissants magiciens. Il valait mieux éviter de perdre le meilleur atout d'Hyrule dans un plan si basique car la suite des évènements s'annoncerait compliquée dès lors.
- Dans mes rêves, tu combats Lambardy et tu meurs. L'idée de le tuer maintenant est bonne à jeter sauf si tu as un sursaut de puissance tout de suite mais ne comptons pas là-dessus. En plus, il possède des guerriers d'exception. Selon moi, il vaut mieux l'enrager en lui piquant la place du trône sous le nez. Il tentera sans doute de te tuer pour prendre ta place et il laissera inévitablement des preuves de sa culpabilité que nous montrerons au peuple. Nous serons donc en mesure de lever une armée entière contre lui et ses sbires.
Lambardy était donc si fort ? Sans doute plus que Ganondorf. Link angoissait à l'idée de devoir affronter un adversaire plus puissant que ce démon. C'est à ce moment précis qu'il se rendit compte qu'il valait mieux suivre le plan de Zelda.
- D'accord Zelda, je vais concourir aux élections royales et je vais gagner.
Zelda esquissa un demi-sourire. Elle était contente de voir que le Héros du Temps avait accepté de faire ce sacrifice mais également peinée de devoir tout mettre sur ses épaules.
- Merci Link, et excuse-moi de t'avoir impliqué dans tout ça.
- J'y suis naturellement impliqué puisque je suis moi-même un Hylien.
La jeune femme s'avança vers Link et lui offrit un bisou sur la joue. Sans doute en guise de reconnaissance. Elle fit volte face et s'avança vers l'escalier dans l'espoir de remonter tous les étages du village Goron et de rejoindre le village Cocorico. Ce qu'elle fit, non sans mal. Après avoir détaché son cheval de l'arbre central de Cocorico, Zelda galopa à travers la Plaine Hyrule à la recherche d'un endroit pour dormir la nuit.

Combat d'ImpaChapitre 4 : Rencontre avec Lambardy   up

Link pouvait dormir où il voulait dans ce royaume. En effet, il avait gagné la confiance des Gorons étant plus jeune. Ces derniers l'avaient adopté comme s'il était leur frère. Il avait sauvé la princesse Ruto dans le ventre du Jabu-Jabu, bénéficiant de la reconnaissance éternelle du Roi Zora et de l'amour sans borne de sa fille. Il avait grandi dans la forêt Kokiri avec ses confrères avec qui il constituait une vraie famille. Même s'il était un Hylien, ces derniers le considéraient toujours comme un frère. Il avait prouvé aux guerrières Gérudos que les mâles n'avaient pas que des mauvais côtés et elles avaient fait de lui un membre de leur clan. Enfin, il avait vaincu l'éminence grise qui pourrissait Hyrule. Toutes les portes s'ouvriraient à lui si tel était son bon vouloir.

Tandis que lui avait tout gagné, Zelda avait tout perdu. Du jour au lendemain, le peuple ne voulait plus la voir parce qu'elle avait disparu pendant sept ans. Le peuple pensait que la princesse héritière n'avait pas assumé ses responsabilités et n'avait rien fait pour le libérer de Ganondorf. Deux ans après la défaite du sombre monarque, les Hyliens s'étaient dit qu'il fallait que le successeur de Zelda ne soit pas de sa famille. Ils s'étaient révoltés contre la souveraine. Cette dernière ne put qu'accepter les revendications du peuple et abandonner son poste, déshonorant ainsi ses ancêtres. Ce jour-là, Link fulminait de rage. Le peuple ne savait pas tous les sacrifices que Zelda avait accomplis pour la sauvegarde d'Hyrule. Elle avait beaucoup contribué à la chute du Roi Sombre mais l'Histoire n'avait su retenir que les actes héroïques de Link. Le pire est que Zelda avait dû quitter le Château immédiatement, sans avoir eu le temps, au préalable, d'acheter un logement, un habitat décent où elle aurait pu habiter. Elle était désormais à la rue, sans argent, luttant pour s'en sortir. Elle venait de connaître son revers de fortune. Link, accablé par le sort tragique de son amie, avait supplié Malon pour qu'elle l'héberge chez elle. Mais combien de temps allait-elle rester là-bas ? Il connaissait Zelda et il savait qu'elle avait horreur de profiter de l'hospitalité des gens. Link songeait à tout cela et ça le frustrait. Leurs vies allaient dans des sens opposés et cela ne lui plaisait pas. Ils étaient si liés l'un à l'autre. Si l'un d'eux était heureux, ils devaient l'être tous les deux. Si l'un d'eux devait souffrir, ils devaient se soutenir dans le malheur.

Le Héros du Temps acheva sa dernière pensée et revint à la réalité. Il se trouvait actuellement au Château pour s'enregistrer en tant que candidat aux élections et faire part de ses opinions politiques au conseil d'Hyrule. Celui-ci n'était composé que de vieillards dont Rauru, le Sage de la lumière qui semblait très surpris de voir le Héros du Temps s'enregistrer comme candidat à la régence. L'interrogatoire se déroulait dans le corridor principal. Celui-ci avait duré plus d'une heure. Exténué par cet effort, le Héros du Temps était néanmoins fier de lui. Il avait, à maintes reprises, mentionné son voyage à Termina, disant qu'il lui avait été très instructif et qu'il lui avait permis d'exploiter de nouvelles façons de gouverner. Il leur avait également confié qu'il envisageait de créer un réseau de transports reliant Hyrule à Termina, permettant de faciliter le commerce entre ces deux contrées. Cela permettrait, en outre, une meilleur recharge de matières premières, tant en quantitatif qu'en qualitatif. Il lui avait semblé que le conseil avait été convaincu par ses projets. Il était désormais un candidat sérieux pour les élections qui avaient lieu dans deux semaines.

Link sortit du Château. En face de lui se trouvait un homme. Un homme qu'il admirait avant et qu'il haïssait désormais. Il était également le candidat que Link devait battre. Oui devant le Héros du Temps se trouvait Lambardy, vil fabulateur.
Il avait une chevelure mauve et des yeux de la même couleur. Il était assez grand et plutôt musclé. Il s'était affublé d'une étrange tunique grise qui moulait son corps.
En le regardant, Link avait l'impression de regarder dans un gouffre profond. Une sensation de vide et de mort à la fois. Lambardy s'avança vers le jeune homme. Il voulait déjà se battre ? Alors Link se battrait jusqu'à la mort, lui occasionnant un maximum de dégâts. Au fur et à mesure que la distance qui les séparait se réduisait, Link sentait ses genoux fléchir. Il était comme courbé sous le poids d'une force oppressante. Lambardy était désormais face à Link et il lui tendit sa main.
- Que faites-vous ? interrogea Link.
- Je veux vous saluer, répondit le prestidigitateur. Je veux vous saluer afin que nous fassions de notre mieux dans le respect et l'entente. Vous venez bien de vous inscrire en tant que candidat non ?
Link, inspectant attentivement la main de son rival, décida tant bien que mal d'échanger une poigne avec lui.
- Vous êtes le Héros du Temps n'est-ce pas ? J'ai toujours voulu vous rencontrer, sans succès. Vous aimez vous faire discret, même lors des grandes manifestations.
- C'est que je n'ai jamais été à l'aise en public, Sire Lambardy. J'ai développé une certaine agoraphobie. Voyez-vous, ce titre de Héros que je possède m'empêche d'avoir une vie sociale. C'est ainsi. Chaque médaille a son revers.
- Devenir roi ne va pas vous faciliter la tâche vous savez, lança-t-il avec un rire moqueur.
Link l'avait compris, Lambardy considérait le Héros du Temps comme un danger potentiel et il tentait de le dissuader de devenir roi. Link eut un rire amusé dans un premier temps puis il ajouta :
- Ma décision est irrévocable, j'aime mon pays et je le façonnerai de sorte à ce que tout le monde s'y plaise.
- Nous partageons les mêmes pensées, Sire Link. Puisse le destin nous permettre de rester amis même dans l'adversité.
- Ou oui.
Lambardy effectua une révérence et Link en fit de même. Enfin, les deux rivaux prirent congé l'un de l'autre et retournèrent à leurs occupations. Il cachait bien son jeu le bougre. Mais Link eut un sourire en coin. Lambardy ne l'impressionnait pas. Ce dernier avait voulu créer une saine émulation entre les deux. Il avait échoué. Link était plus remonté que jamais et ce qui allait suivre allait ressembler à un combat entre deux Léviathans.

Lambardy regardait en direction de Link. Son sourire avait disparu et dans son regard baignait une lueur démoniaque. Dans la pénombre du soleil couchant, sa face était partagée entre ténèbres et lumière. Il avait repris son côté meurtrier.
- N'imagine même pas que tu vas réussir à me barrer la route, moucheron.

RachikiChapitre 5 : Réunion de famille... ou presque   up

Deux semaines étaient passées. Link n'avait pu effectuer qu'une brève campagne royale en raison de son inscription tardive, ce qui le pénalisait lourdement par rapport aux autres candidats. Et pourtant, il était premier pour l'instant. Lambardy était deuxième.

Grande fut la surprise de Darunia lorsque celui-ci apprit que son frère de sang concourrait pour la royauté. Et le pire, c'était qu'il avait de grandes chances de gagner vu qu'il était au top. Mais qu'avait-il en tête ? Darunia connaissait parfaitement Link et il savait que ce dernier n'aimait pas être sous les projecteurs. Alors pourquoi un tel changement ? Tracassé par ce mystère, il décida d'aller voir son jeune ami pour comprendre ses motivations. Il pensait aussi que la récente visite de Zelda avait peut-être un lien avec tout ça.

Ruto fulminait de rage. Link devait être roi, mais pas celui des Hyliens. Il devait être le roi des Zoras. Il devait se marier avec elle. Ils auraient des enfants. Des enfants hybrides. Elle trouvait ça si mignon. Laissons la rêver un peu. Elle mit fin à son rêve et revint dans le monde réel. Elle devait éclaircir certains points avec lui. Elle se mit donc en route vers le Château d'Hyrule où logeaient temporairement les candidats.

Saria était agréablement surprise. Link était si bon, si généreux. Avec lui comme roi, Hyrule deviendrait un vrai havre de paix où le mot amour aurait un sens. Oups ! Elle s'égarait un peu là. La jeune fille décida de rejoindre le Héros du Temps pour l'encourager.

Lorsque le conseil avait interrogé Link, Rauru n'avait pas pu demander au Héros du Temps pourquoi est-ce qu'il s'était lancé dans les élections car les règles indiquaient qu'aucun membre du conseil ne devait avoir de contact étroit avec un candidat et peu de personnes savaient que le Sage de la Lumière et Link se connaissaient déjà. Il valait mieux laisser cette impression flotter au moins le temps de l'entrevue, ce qui impliquait une certaine restriction d'interrogations. Durant l'interrogatoire, Rauru était le seul à ne pas avoir posé de questions tant il se retenait de rire. Link ? Concourir pour la royauté ? Où va le monde ?

Eh bien Rauru se trompait, car Link avait bien toutes ses chances de devenir le nouveau souverain d'Hyrule, et cela l'inquiétait désormais. Et puis il sentait que les intentions du Héros allaient plus loin que ça. Comme s'il voulait empêcher quelque chose. Le Sage de la Lumière partit à la rencontre du Héros pour lui soumettre des questions.

Impa avait rejoint Nabooru à la Forteresse Gérudo pour l'informer que Link participait aux élections royales. Peut-être que le titre de Héros du Temps lui montait à la tête et que le jeune homme, avide de prestige, voulait désormais le titre de Roi d'Hyrule. Telles furent les pensées des deux femmes tandis que celles-ci se dirigeaient vers le Château d'Hyrule où Link logeait durant les élections et peut être aussi après s'il les remportait.

Au Château justement, Link tentait d'en apprendre plus sur ses adversaires mais n'étant pas au maximum de sa concentration, il décida de s'arrêter et d'aller se reposer. En effet, depuis plus de quatre jours, un mystère l'angoissait au plus haut point. Il n'avait pas revu Zelda depuis qu'elle lui avait parlé au Village Goron. Au début, il n'était pas inquiet, se disant qu'elle dormait tranquillement chez Malon. Puis, il avait croisé Talon au bourg d'Hyrule quatre jours avant les élections et là, l'angoisse avait grimpé, non pas d'un cran mais de dix. En effet, Talon lui avait expliqué que l'ancienne souveraine d'Hyrule avait quitté leur foyer depuis une semaine et demi et qu'il n'avait pas eu de nouvelles d'elle depuis.

Link était parti dans sa chambre personnelle pour réfléchir et faire le point sur tout ce qui s'était passé depuis, mais un garde toqua à la porte.

- Mmmpph qu'y a-t-il, grommela Link ?
- Des gens très importants désirent vous parler, dois-je les renvoyer ?
- Qu'ils entrent !

Le garde ouvrit la porte pour laisser entrer un défilé de personnes que Link reconnut immédiatement. Tous les sages étaient là, en face de lui.

- Bonjour, vous allez bien ? Je n'aurais jamais imaginé tous vous voir ensemble.
- En fait, reprit Rauru, le fait que nous soyons tous réunis ici est un pur hasard. Nous sommes tous venus indépendamment les uns des autres et Peu importe ! Link, et si tu nous disais pourquoi tu participes aux élections royales ? Je sais que ce n'est pas anodin de ta part. Il y a forcément une raison, un évènement soudain qui t'a poussé à te présenter. Mais je sais qu'en aucun cas tu aurais pris cette décision de ton plein gré.
- Et ce n'est pas toi qui disais que Zelda devait avoir toutes les peines du monde à gouverner ce pays, poursuivit Darunia ? Pourquoi vouloir devenir roi si tu n'en apprécies pas les aspects ?
- Mais laissez-le tranquille vous deux ! tempêta Saria. S'il veut gouverner ce pays, libre à lui de faire ce qui est nécessaire pour accomplir ses rêves ! Il est le Héros du Temps, il mérite ce luxe !
- Merci Saria mais ils ont raison, avoua Link. Je ne me suis pas présenté aux élections parce que je voulais devenir roi mais parce que je devais empêcher l'un des candidats d'arriver au pouvoir. Et la meilleure des façons était, selon Zelda, de me présenter aux élections pour devenir roi à sa place. Alors me voici.

Impa s'avança vers le Héros du temps et lui demanda :

- La princesse Ze enfin, Zelda est au courant de tout cela ?
- C'est même elle qui est venue me prévenir du danger que représentait cet homme.
- Quel homme, interrogea Ruto ?
- Le classé second aux élections, Sire Lambardy.

Impa pesta car elle avait voté pour lui. Certes, elle aimait bien son ami mais elle avait été conquise par la politique de Lambardy. Mais elle se ressaisit et questionna :

- Si Zelda savait déjà le danger que représenterait cet homme et ce qu'il ferait s'il arrivait au pouvoir cela veut dire que ses rêves prémonitoires ont repris, n'est-ce pas ?

Link acquiesça. Link et Impa étaient les seuls à connaitre ce don particulier que la princesse possédait. Ils savaient donc que la menace était belle et bien réelle. Cependant, les autres ne comprenaient pas et Link dut se donner la peine de leur expliquer.

- Des rêves prémonitoires, lança Nabooru d'un air peu convaincu ? Désolé mais à mon sens, un rêve ne sera jamais une source sûre. Si ça se trouve, on s'inquiète pour rien et
- Zelda avait rêvé des sept ans de règne de Ganondorf, interrompit Link. Ses prémonitions sont exactes à mille pour mille.
- Et où est-elle désormais, questionna Impa ?
- Très bonne question, répondit Link. Je l'ai perdue de vue depuis deux semaines. Je suis très inquiet car j'ai récemment appris qu'elle n'avait plus d'endroit où dormir.

Le jeune homme observa attentivement Impa. Celle-ci avait su contenir son inquiétude et rester calme mais il avait remarqué ses paupières convulsives ainsi que sa mâchoire tremblante.

- Très bien, j j'irai je partirai à sa recherche dès ce soir, déclara Impa visiblement au bord des larmes.
- Merci Impa, remercia Link. Désolé de ne pas pouvoir t'aider mais je dois absolument me focaliser sur ces élections.

Pendant qu'ils parlaient, ils ne se doutaient pas que les murs avaient des oreilles. Derrière leur porte, un garde écoutait, sans doute le même qui avait ouvert la porte aux six sages. Satisfait de ce qu'il venait d'entendre, celui-ci s'éloigna de la porte et se métamorphosa. Son apparence de garde n'était qu'une couverture et il avait désormais repris sa forme originelle. Il avait des cheveux noirs, des yeux bleus, la peau mate et était vêtu d'une tunique noire.

- Eh bien, Lambardy sera ravi d'apprendre ça, lança le magicien.

Puis il se volatilisa dans un épais manteau de flammes.

CardiceChapitre 6 : Confrontation   up

Trois jours s'étaient écoulés depuis cette petite réunion de famille et depuis, Link était toujours premier et prenait une avance considérable grâce aux votes des Gorons. Or, nous étions à la veille de la clôture des votes, ainsi que de l'avènement du candidat élu. Lambardy s'était isolé à l'est de la Plaine Hyrule près du Lac Hylia, là où il était sûr que personne ne l'observerait. Celui-ci leva les bras vers le ciel et ordonna :

- Cardice ! Rachiki ! Enricko ! Venez !

Un torrent d'éclairs et d'étincelles jaillit soudainement devant l'affreux personnage, suivi de l'apparition de stalagmites saillantes ainsi que d'une colonne de feu. Le chaos cessa pour laisser place à trois silhouettes bien distinctes. La première était une femme sublime, possédant des cheveux noir- encre, des yeux vert émeraude, une peau mate et une tunique noirâtre qui épousait ses formes. La seconde et la plus imposante était un homme d'une forte robustesse, nanti d'une chevelure bleue, d'yeux dorés, d'une peau assez claire ainsi que d'une tunique violette. La dernière silhouette appartenait au polymorphe qui avait pris l'apparence d'un garde pour espionner le Héros du Temps ainsi que les Sages.

Les trois sbires de Lambardy étaient réunis auprès de leur maître, attendant ses ordres.

- Je ne sais pas comment il a fait mais le Héros du Temps a reçu un gain de voix très important.
Si les élections se déroulent dans les règles, cet insecte va devenir roi. Je ne peux pas prendre le moindre risque. Il faut endiguer cette menace. Ce soir !

La jeune femme, nommée Cardice, se mit à ricaner puis ajouta :

- Il y a une solution simple à ce problème. Il suffit qu'Enricko se fasse passer pour Link et qu'il commette de graves délits. Le peuple reniera le Héros du Temps et plus rien ne t'empêchera d'atteindre ton but.
- Lambardy ! Fais-moi confiance, je saurai mener cette mission à bien, supplia Enricko le polymorphe.
- Je le sais très bien mon brave. Donc tu prendras l'apparence du Héros, tu iras dans toutes les provinces d'Hyrule en commettant toutes sortes de crimes. Le peuple sera furieux, le Héros sera évincé des élections et sera couvert d'opprobre, tout comme cette catin de Zelda. D'ailleurs, en parlant d'elle, tu m'avais bien dit que c'était elle qui avait eu des rêves prémonitoires qui annonçaient mon ascension au pouvoir, poussant le Héros à se présenter lui-même aux élections afin de me barrer la route n'est ce pas ?
- C'est exact.
- Eh bien si elle peut faire des rêves prémonitoires, cela fait d'elle un obstacle de taille. Elle pourrait utiliser son don pour envisager une façon de contrecarrer mes plans lorsque je serai au pourvoir. Alliée au Héros du Temps, elle pourrait se révéler dangereuse pour moi. Rachiki !

Le plus imposant des sbires s'avança vers son maître à la mention de son nom.

- Rachiki, tu iras avec Cardice et ensemble, vous rechercherez Zelda et vous me la ramènerez. Je la veux vivante ! Et également Impa si vous pouvez. N'oubliez pas que nous avons des comptes à régler avec elle et les derniers Sheikahs.
- Oui Lambardy, répondirent les deux concernés.
- Ainsi s'achève cette réunion ! Vous avez des missions alors EXECUTEZ-LES !

Ses serviteurs disparurent de la même manière qu'ils étaient apparus.

- Toi aussi, tu vas payer, Impa, jura Lambardy.

Impa et Saria cherchaient Zelda depuis le début des élections et franchement chercher une aiguille dans une botte de foin aurait été beaucoup plus simple. Soit Zelda avait quitté Hyrule, soit elle avait quitté Hyrule. C'était l'unique solution aux yeux des deux femmes. Elles n'osaient pas imaginer que l'ex princesse ait péri. Les deux femmes se retrouvaient désormais dans la Plaine Hyrule, près de la Vallée Gérudo.

- J'ai été incapable de protéger Zelda, avoua Impa. Les Sheikahs ont juré fidélité et protection aux membres de la Famille Royale et j'ai complètement rompu ce serment. Depuis la chute de Zelda je ne l'ai revue qu'une fois et c'était il y a presque trois semaines.
- Qu'est-ce que tu racontes ? interrogea Saria. Tu n'as rompu aucun serment, tu as toujours fait de ton mieux pour Zelda et pour Hyrule. C'est toi qui as fondé le Village Cocorico, sauvant des dizaines de paysans de la misère. Tu as, d'après ce qu'on m'a dit, jadis enfermé un monstre qui terrorisait les peuples. Tu as plus qu'honoré le serment des Sheikahs.

Impa sourit, contente d'entendre de tels mots.
Mais ses réjouissances furent interrompues par un étrange phénomène. En effet, en face des deux femmes, des milliers d'éclairs jaillirent du néant. Parallèlement, des structures de glace émergèrent du sol. Les éclairs et la glace se modelèrent progressivement et semblaient revêtir des traits humains. Très vite, deux masses les avaient remplacés. Il s'agissait de Rachiki et de Cardice, deux des trois serviteurs de Lambardy. Cardice s'avança vers le duo Saria/Impa et s'exclama :

- Bonne prise ! Nous tombons sur l'une des dernières Sheikahs, Impa. Celle qui suscite le plus d'intérêts pour Lambardy et pour nous également. Et il y a donc aussi le Sage de la Forêt.
- Inutile de parler plus longtemps, répliqua Rachiki ! Utilisons nos Mandoragas pour neutraliser Impa et la ramener auprès de Lambardy. Tuons le Sage de la Forêt.

Impa ne put retenir un hoquet de surprise. Le Mandoraga. Elle ne pensait pas réentendre ce mot un jour.

- Attendez ! cria Impa. Si vous maîtrisez le Mandoraga alors alors ça veut dire que
- Exactement ma chère, interrompit Cardice. Maintenant, il est temps de te faire payer pour ce que toi et ton peuple nous avez fait !

La magicienne fléchit les jambes et entra dans une transe. Un orbe électrique s'intensifia dans sa main. Lorsque celui-ci atteignit sa pleine puissance, Cardice l'envoya en direction de ses adversaires. Saria s'interposa entre Impa et l'attaqua. Elle leva les bras et un arbre émergea de la terre, protégeant le duo de l'attaque. Le choc souleva une épaisse fumée.

Dans la brume, Impa fut happée par un puissant bras qui l'envoya s'écraser contre un mur. C'était l'oeuvre de Rachiki et celui-ci ne semblait pas vouloir s'arrêter là. Il brandit son poing qui brillait de mille feux et l'abattit à l'endroit où se trouvait Impa une seconde plus tôt. Le mur explosa. Impa avait esquivé le coup de justesse. Elle se cacha derrière le défilé de gravats créé par la dernière attaque pour avoir un peu de répit. Si elle se prenait un seul de ces coups, c'était la fin pour elle.

De son côté, Saria enchainait les invocations d'arbres pour parer les attaques adverses. Elle s'était créé une véritable muraille boisée. Il se passa alors une chose étrange : Rachiki et Cardice se consultèrent du regard puis échangèrent un "oui" de la tête. Impa avait un mauvais pressentiment. Les deux serviteurs de Lambardy s'adossèrent l'un contre l'autre et hurlèrent :

- MANDORAGA !

EnrickoChapitre 7 : La capture d'Impa   up

A la simple mention de ce mot, leurs auras avaient décuplés d'intensité tel un immense brasier qui émanait de leur corps.

- Découvrez mon Mandoraga des éclairs, hurla Cardice !
- Et moi, mon Mandoraga de glace, imita Rachiki !

Les deux se séparèrent et reprirent une pose de combat. Profitant de ce battement, Saria questionna :

- Impa ! J'ai l'impression que tu connais cette magie ! Dis-moi ce que c'est, ces Mando... machin-chose !
- C'est un art qui permet de contrôler un élément à son paroxysme et d'invoquer des monstres rattachés à cet élément.

La démonstration ne se fit pas attendre car d'énormes Baris gravitaient autour du corps de leur maîtresse. Rachiki, lui, avait invoqué vingt-sept Freezards. Cardice déploya son armée de Baris qui sillonnèrent l'aire de combat dans un débat d'électricité. Saria, pris dans le fléau, se retrouva électrifiée de plein fouet avant de s'écrouler au sol, les vêtements en lambeaux.

Les vingt-sept Freezards encerclèrent complètement la Sheikah. Aux moments au ceux-ci activèrent leur souffle glacial, Impa invoqua un cercle d'ombre sous ses pieds qui l'engloutit totalement, évitant ainsi de ressembler à ses assaillants. Un autre cercle d'ombre réapparu plus loin et le corps Impa en émergea.

Rachiki tendit alors les mains vers le sol. Très vite, les pieds de la guerrière fusionnèrent avec la glace invoquée par le maître du gel. Elle était bloquée. Tout espoir de fuite était vain. Un souffle frigorifiant s'échappa de la bouche de Rachiki et fila en direction d'Impa, ce qui eu pour effet de la congeler entièrement dans un prisme de glace.

- Mission accomplie, annonça Rachiki. Allons la remettre à Lambardy pour pouvoir partir à la recherche de Zelda ! Oh et assures-toi bien que la petite soit morte.

Cardice se courba et vérifia le pouls de Saria. Elle ne sentait rien.

- C'est bon, elle est bien morte ! Allons-y !

Les deux compagnons disparurent avec le corps congelé d'Impa.

Non, loin de là, une fée rose s'échappa de la poche de Saria et se mit à léviter autour du corps inanimé. Soudain, l'inertie dans laquelle était plongé le cadavre s'annula et celui-ci pu s'articuler de nouveau. Saria eut une légère douleur dans le dos mais l'essentiel était là : elle était en vie.

- Pfiiu ! J'ai eu chaud ! J'ai eu raison d'emporter une fée qui ressuscite. Au moins, maintenant, je peux agir. Je sais qu'un sort de téléportation ne peut nous téléporter que dans un rayon de quatre-cent mètres carrés. C'est assez grand mais c'est faisable. Nouvelle priorité, donc. Je dois aider Impa avant de rechercher Zelda à mon tour.

Saria, à nouveau pleine d'entrain et d'énergie, partit à la poursuite des sbires de Lambardy. C'est alors qu'un énorme battement d'ailes se fit entendre derrière la jeune fille. Un énorme hibou planait juste au dessus d'elle. Celle-ci reconnut la créature immédiatement.

- Kaepora Gaebora! Cela fait si longtemps !
- Hooh-hooooh, hulula ce dernier, ravis de me voir, petite Saria ? Je suis venu t'aider dans ta quête. Hoooh, écoute mes sages paroles. Les hommes qui ont enlevés ton amie bizarre se trouvent à l'ouest de la Plaine Hyrule... hooooh... près de l'entrée qui mène au Lac Hylia. La vue que j'ai sur la Plaine est... ooh-hooo... imprenable. Hoooh... veux-tu que je te répète tout ça ?
- Non mais merci, tu m'as énormément aidé.
- Chouette ! Prends soin de toi et à la prochaine... Hooooooo-hooooh.

L'énorme volatile s'envola dans les airs pour disparaitre dans le ciel.

- Bon... est-ce que mon chant me permettra de lui parler ? Ça marche dans un sens mais... est ce que ça va marcher dans celui-ci ?

Saria sortit son ocarina et le porta à sa bouche. Elle joua son propre chant dans l'espoir de pouvoir parler à Link.

Au Château, tandis que le Héros était en pleine méditation dans sa chambre, une voie sourde s'afficha dans sa tête.

- Link, c'est Saria, peux-tu m'entendre ?
- Je t'entends, Saria, que se passe-t-il ?
- Alors qu'on cherchait Zelda, les sbires de Lambardy ont capturés Impa. Ils m'ont laissé pour morte mais j'ai pu ressusciter grâce à une fée. J'ai croisé Kaepora Gaebora qui m'a indiqué leur emplacement exact. Dis moi, Lambardy n'est pas au Château n'est-ce pas ?
- Non. Je ne l'ai pas vu depuis ce matin. Il doit être à l'endroit où tu te rends en compagnie de ses laquais.
- C'est ce que je me suis également dit. Link, si tu compte venir, viens tout de suite car rien ne garantit qu'ils resteront au même endroit. Ils se sont installés à l'ouest de la Plaine Hyrule, près de l'entrée qui mène au Lac Hylia. On se rejoint devant le passage qui mène à la Vallée Gérudo !
- J'arrive tout de suite !

Il coupa la connexion mentale que son amie avait établit avec lui et couru à grande enjambées dans le Château. Mais tandis qu'il avalait les mètres, il repensa aux paroles de Zelda : "Dans mes rêves, tu combats Lambardy et tu meurs. L'idée de le tuer maintenant est bonne à jeter sauf si tu as un sursaut de puissance tout de suite mais ne comptons pas là-dessus. En plus, il possède des guerriers d'exception."

Pour subtiliser Impa des mains de ses ennemis, Link allait devoir obligatoirement chercher le contact. Et qu'arriverait-il s'il mourait au cours de cette vaine tentative. Et si c'était ça que la princesse avait vu dans ses rêves ? Link allait devoir réfléchir à un plan durant la durée du trajet.

Parallèlement, au Village Cocorico, une silhouette admirait son oeuvre depuis le sommet du moulin. Une oeuvre de discorde et de saccages. Le Village Cocorico, tout comme le Village Kokiri et le Village Zora, avait été le théâtre de délits graves. Les pauvres villageois, victimes sinistrées de ces saccages, s'étaient armés dans le but d'en finir avec le coupable qui les regardait de haut. Ils étaient d'autant plus révoltés car le malfrat qu'ils avaient de visu représentait auparavant l'incarnation même de leurs idéaux, il était leur messie. Celui-ci n'était autre que l'exacte réplique de Link, le Héros du temps.

Le polymorphe, en réponse aux regards haineux des villageois, esquissa un sourire machiavélique avant de s'immoler et disparaître dans une colonne ardente : il ne devait pas trainer. Après s'être occupé du Village Kokiri, du Village Zora et du Village Cocorico, il devait désormais s'attaquer au Village Goron et au Bourg d'Hyrule.

Chapitre 8 : Révélations   up

La glace qui enveloppait le corps d'Impa se sublima pour s'évaporer dans les airs. Impa se réveilla brusquement. Elle était adossée contre un mur et dans l'incapacité de se mouvoir. Lambardy exerçait une emprise sur la Sheikah qui la paralysait totalement.

- Je... je sais qui vous êtes, articula Impa, et je connais vos intentions.
- Je l'espère car moi je ne vous ai pas oublié, infâmes Sheikahs ! Toi et ton peuple de l'ombre êtes une race maudite.
- Si vous et vos serviteurs maîtrisez le Mandoraga et que vous haïssez à ce point mon clan... alors vous êtes... des membres du clan Mando.

Lambardy acquiesça. Impa n'osait pas en croire ses oreilles. Ce peuple ancestral avait été décimé lors de la guerre d'Hyrule qui avait eu lieue vingt-deux ans auparavant. Il restait donc des survivants?

- Avant que le pays n'entre en guerre, conta Lambardy, les Sheikahs et les Mandos étaient des clans voisins et ils s'appréciaient énormément. Mais votre loyauté sans bornes pour la famille royale à eu raison de nous. Les Mandos étaient en avance par rapport au reste du Royaume et cela n'a pas plut à l'ancien roi. Celui-ci vous à donc ordonné d'annihiler entièrement notre clan. Vu que nous vivions dans l'obscurité, vos pouvoirs ont été décuplés et notre clan n'a pas pu se défendre malgré les nombreux pouvoirs qu'il possédait.
- Et... par la suite, poursuivit Impa, notre clan sombra dans le remord et il s'ensuivit un suicide collectif. C'est ainsi que le clan des Sheikahs disparu. Quelques jeunes Sheikahs comme moi, qui avaient refusé de se tuer, restèrent en ces lieux. Je suis resté ici et j'ai décidé d'être au service du nouveau roi qui me semblait bon et j'ai oeuvré pour mon pays. Voila mon histoire.
- Tandis que le génocide avait eu lieu, quatre enfants Mandos avaient réussis à échapper au désastre. Les quatre enfants s'étaient promis qu'un jour, ils vengeraient leurs confrères en éliminant les derniers Sheikahs ainsi que tout les descendants du roi Vladimir Nohansen Hyrule. Neuf ans après, tandis qu'ils affutaient leurs talents au combat dans la Plaine Hyrule, ils furent remarqués par le vil cavalier du désert. Celui-là même qui allait monter au pouvoir quelques années plus tard. Il les encadra, faisant d'eux ses disciples préférés. Ils devinrent des combattants d'exception. Avec l'expérience acquise, ils purent unir leurs Mandoragas pour invoquer une entité qui serait l'instrument de leur vengeance, Bongo-Bongo. Ils allaient s'en servir pour soumettre tout les peuples d'Hyrule, tuer les membres de la famille royale ainsi que les derniers Sheikahs. Mais Bongo-Bongo a été vaincu et enfermé par une infecte merde de Sheikah. Lors de la disparition de leur maître, Ganondorf, les Mandos décidèrent d'accomplir ses desseins à sa place tout en assouvissant leurs désirs de vengeance. Voici notre histoire, à moi et à mes serviteurs, les derniers Mandos !

Impa baissa la tête et laissa échapper quelques larmes. D'atroces souvenirs remontaient à la surface. Cardice effectua une vrille sur elle-même et son pied s'échoua sur le visage d'Impa qui fut projeté sur le côté.

- C'est trop tard pour regretter, ma pauvre ! hurla Cardice. On va te faire souffrir avant de te tuer pour que tu comprennes !

La jeune femme roua Impa de coups de poings.

Link avait rejoint Saria devant le passage menant à la Vallée Gérudo. Sur le dos d'Epona, les deux amis parcoururent la Plaine Hyrule en direction du Lac Hylia. A deux cents mètres du lieu de destination, Link ordonna à la jument de s'arrêter. Ils réussirent à s'approcher à vingt mètres de Lambardy et compagnie et ils virent la scène : Impa agonisante et rouée de coups par la maîtresse des éclairs.

Le Sage de l'Ombre criait, hurlait, pleurait, implorant l'abolition de son calvaire. Link voulut sortir de sa cachette pour porter secours à son amie mais Saria le retint :

- Non Link ! Ne leur donne pas ta vie inutilement. Ils sont tous très forts, tu ne pourras pas les vaincre comme ça ! Ne cherchons pas le combat direct. Tentons de leur arracher Impa et de filer à toute vitesse.

Link regarda le ciel, en quête d'idée. Son visage s'illumina soudainement.

- J'ai un plan, alors écoute moi bien. Voilà ce qu'on va faire...

Link expliqua son plan dans les moindres détails et Saria semblait l'adopter. Elle finit même par esquisser un sourire. Le plan de Link semblait être le bon.

- Prête Saria ?
- Prête ! Allons-y !

Link et Saria bondirent hors de leur cachette. Lambardy et Rachiki tournèrent la tête en même temps vers les deux arrivants.

- Mais que... ?

Link lança une dizaine de noix Mojos, aveuglant le groupe ennemi pendant quelques secondes. Durant ce cours espace de temps, une mélodie se fit entendre. Lorsque Lambardy et ses sbires retrouvèrent la vue, une silhouette se tenait devant eux, immobile. C'était le Héros du Temps mais il semblait plus... petit.

- C'est toi Link ? Tu n'aurais jamais du venir ici ! s'exclama Lambardy. Je vais te tuer ici même.
Lambardy se concentra. Toute son énergie s'aggloméra dans le creux de sa main, formant ainsi un orbe ténébreux qu'il relâcha vers la cible immobile. L'attaque atteint sa cible, ce qui eut pour effet de soulever un épais nuage de poussière. A travers la brume, Cardice vit deux silhouettes se déplacer et entendit ensuite une mélodie. Lorsque toute la visibilité était revenue, il n'y avait plus personne.

La face de Lambardy était transfigurée par une expression de colère, de haine. Tous les oiseaux qui volaient à basse altitude s'écrasèrent au sol. Une aura meurtrière émanait du personnage.

- Link, tu viens de signer ton arrêt de mort !

Link, Impa et Saria réapparurent au Temple du Temps, sur le blason de la Triforce. Link avait entonné le Prélude de Lumière avec son ocarina, ce qui eut pour effet de téléporter le trio en ce lieu.

- Comment avez-vous réussis votre coup ? demanda Impa qui luttait pour rester debout.
- C'est simple, répondit Link. Dans un premier temps, je les ai aveuglés avec des noix Mojos. Profitant de l'effet de surprise, j'ai joué l'Hymne du Vide pour faire apparaître une statue me ressemblant et je me suis faufilé derrière eux. Lambardy s'est attaqué à mon leurre et son attaque a soulevé beaucoup de poussière. Dans toute cette confusion, Saria a aisément pu t'attraper et me rejoindre. J'ai une nouvelle fois utilisé mon ocarina du temps afin que l'on puisse tous se téléporter ici. Mais maintenant que les hostilités ont commencé entre Lambardy et moi, je pense que retourner au Château serait une mauvaise idée. Il aura toutes les occasions pour me tuer. En ce moment, il doit être furieux. Passer la nuit là-bas ne m'enchante pas plus que ça.
- Bon, interrompit Saria, et si tu nous expliquais pourquoi ils en ont après toi, Impa. Tu m'a l'air de bien les connaître avec leurs Mandoragas.
- D'accord, se résigna la Sheikah, mais pour cela, il faut que Link nous dépose devant le Temple de l'Ombre.

Chapitre 9 : Vérités ancestrales   up

Impa, Saria et Link étaient désormais devant l'entrée du Temple de l'Ombre grâce au Nocturne de l'Ombre que Link venait de jouer.

- Qu'est-ce qu'il y a de si intéressant là-dedans ? demanda Link.
- Cet endroit. C'est ici que sommeillent les légendes sanglantes d'Hyrule, faites de haine et de cupidité.

Impa marqua une pause dans son récit. Elle n'aurait jamais pensé devoir raconter cela à quelqu'un un jour. Même Zelda n'avait jamais entendu ce qui allait suivre.

- Vous savez sans nul doute que l'actuel Village Cocorico était jadis le repaire des Sheikahs.

Link et Saria esquissèrent un " oui " de la tête en guise de réponse.

- Eh bien... le clan dont Lambardy et ses sbires sont issus s'appelait le clan Mando et ils vivaient dans l'actuel Temple de l'Ombre qui était, jadis, une luxuriante cité souterraine.

Link et Saria tournèrent la tête au ralentit et contemplèrent l'aspect du temple. Luxuriant il a été, misérable il est devenu.

- Ces gens vivaient donc sous terre ? interrogea Saria.
- Oui. C'était un peuple passé maître dans l'art de la magie. Ils étaient les créateurs de nombreuses techniques, comme le Mandoraga qui permet à son utilisateur de contrôler un élément et d'invoquer des monstres reliés à cet élément.
- Mais un malheur est arrivé, devina Link.
- Le clan Mando ne faisait pas partit, tout comme le clan Gérudo, de la juridiction de ce royaume. Ils étaient une race indépendante et prospère. Mais ils voulaient à tout prix se déconnecter d'Hyrule pour conserver leur tranquillité et à cause de... leur " raison d'existence " qu'ils disaient. Je n'ai jamais compris. Bref, c'est pour cela que l'entrée est difficile d'accès, qu'elle est verrouillée par une porte et que le seul moyen de l'ouvrir est d'allumer toutes les torches en même temps. Peu de personnes, en dehors des Mandos, seraient capables d'une telle prouesse. Je reviens donc à mon histoire. Nous les Sheikahs, peuple voisin des Mandos, avions reçu pour ordre royal de créer un passage entre Hyrule et cette citée souterraine. Nous creusâmes donc un passage au centre de notre village. Passage qui sera entretenu et qui deviendra l'actuel puits de Cocorico. Le passage reliait désormais la cité Mando et le repaire des Sheikahs. Le roi Vladimir Nohansen Hyrule voulait absolument pouvoir commercer avec ces habitants. Mais les Mandos refusèrent catégoriquement tout échange avec le monde extérieur. Nous, les Sheikahs étions les seuls à qui ils faisaient confiance et avec qui ils pouvaient entretenir des liens amicaux. Hélas, c'est cette confiance qui causa leur perte.
- Laisse-moi deviner, assura Link. Le roi de l'époque, qui a été irrité par le refus des Mandos, vous a ordonné d'éliminer cette race. Le peuple Sheikah, qui avait juré protection et allégeance envers la famille royale, exécuta l'ordre contre son gré et malgré les liens amicaux qu'il entretenait avec le clan Mando.
- Tu as bien deviné Link. En fait il y avait déjà la guerre générale en cours entre les autres peuples d'Hyrule. Le roi Vladimir Nohansen Hyrule à donc aisément pu utiliser ce contexte pour déguiser son génocide en une sorte de " légitime défense " alors que le clan Mando était une race pacifique. Si son armée royale, à l'époque, avait su la vérité, il aurait eu une révolution sur le dos. C'est pour cette raison qu'il a fait appel au peuple Sheikah. Il ne savait qu'il n'y aurait pas de déloyauté.
- Mais une question me chiffonne alors. Je sais que je n'étais qu'un nourrisson durant cette guerre (c'est le bourgeon de l'Arbre Mojo qui lui a dit). Cela fait donc une vingtaine d'année que ce génocide a eu lieu. Si tu as activement participé à cette tuerie, cela veut dire qu'à l'époque, tu étais déjà en âge de te battre ?
- Mais non, je n'ai jamais dit que j'avais combattu. J'étais trop jeune pour combattre mais assez vieille pour prendre conscience de ce qui se passait. Par la suite, le peuple Sheikah sombra dans le remord et décida de disparaître à jamais. Pratiquement tous les membres de mon clan, même mes parents et mes amis, se sont donné la mort. Seuls moi et trois autres Sheikahs avions refusés de nous suicider. Nous n'étions encore que des adolescents, âgés de quinze ans. Quelques années plus tard, le fils du roi Vladimir, Daphnès Nohansen Hyrule, arriva au pouvoir et sa façon de gouverner me plut alors je lui ai proposé mes services et j'ai veillé sur sa fille encore bébé, Zelda Nohansen Hyrule. Du côté des Mandos, il y eut quatre survivants : Lambardy et ses sbires. Link.
- Oui ?
- Le monstre que j'avais jadis enfermé dans le puits, Bongo-Bongo, et que tu as vaincu récemment, n'étais qu'une création de Lambardy et ses serviteurs. Ils voulaient se servir de ce monstre pour se venger de la famille royale et des derniers Sheikahs.

Link fit une mine grave. Etait-ce donc cela le Mandoraga ?

- Pour arriver à un tel niveau de maîtrise, les jeunes survivants on subit un entrainement intensif et leur maître n'était autre que... Ganondorf.

Link et Saria ne purent retenir un hoquet de surprise. Lambardy était l'élève de ce démon ? Link ressentit soudainement de la compassion pour le Mando : n'importe qui serait devenu fou avec ce psychopathe.

Un bruit d'ailes se fit entendre. Le trio leva la tête en direction de l'animal qui avait pu produire un tel son. C'était Kaepora Gaebora qui avait rejoint ses amis. Celui-ci semblait affolé.

- Kaepora Gaebora, s'extasia le Héros du Temps, cela faisait une éternité ! Je croyais que vous étiez mort ! Comment nous avez-vous retrouvé ?
- Hooouuh... Je vous ai vu délivrer Impa des griffes de ce démon... Hooh... et ensuite tu as joué un chant de téléportation. Je suis donc allé... hoouuh... aux six points de téléportation existant et je vous ai trouvé... Hoouuuuuuh... Link ! C'est très grave ! Le peuple est furieux contre toi ! Les Hyliens, les Zoras, les Gorons et même les Kokiris se dirigent vers le Château... hoooh... Ils comptent bien t'y trouver ! Hoooh... dois-je répéter ce que je viens de dire ?

Chapitre 10 : Retrouvailles   up

- Sans façons ! Mais qu'est-ce que c'est que cette histoire ?! Qu'ai-je fais ?!
- Les villageois disent que tu as volé toutes leurs boutiques et... hoouuuh... saccagé leurs maisons. Et ce, dans toutes les provinces d'Hyrule... hooouuuh...
Link regarda son ami comme s'il venait de voir un revenant. Il devait plaisanter, ce n'était pas possible. Les années avaient dû le rendre sénile et il ne devait plus savoir ce qu'il disait. Mais Impa réalisa ce qu'il se passait.
- Ecoute, c'est sûrement Lambardy et ses sbires qui t'ont fait ce coup pour que tu sois évincé des élections royales. Lambardy est censé avoir trois serviteurs mais nous n'en avons vu que deux. Le dernier doit posséder un pouvoir de polymorphisme et il s'est sans doute fait passé pour toi afin de commettre des crimes et ternir ta réputation.
- De polymorphisme ? s'étonna Saria. Ce pouvoir n'appartient pas à Hyrule. Personne ne maîtrise un tel pouvoir.
- Personne à part peut-être un membre d'une ancienne société experte en magie, expliqua Impa. Il me semble que les Mandos étaient friands de ce pouvoir. Dans ce cas là, plus de doute sur l'identité de ceux qui sont derrière ce coup là.
- Je dois retourner au bourg pour intercepter les insurgés avant qu'ils n'arrivent au Château, décida Link, sinon le conseil d'Hyrule m'évincera des élections s'il apprend que je suis devenu l'ennemi public numéro un. Impa, Saria, ne me suivez surtout pas ! Si on vous voit avec moi, le peuple pensera que vous êtes complices.
Link entonna prestement le Prélude de la Lumière et se volatilisa dans une trainée étincelante.

Il réapparut au Temple du Temps et sortit de l'édifice. De là, il pu rapidement rejoindre le bourg d'Hyrule.

Ils n'étaient pas encore là. Cela le rassurait dans un sens. Qu'allait-il faire seul face au peuple en colère ? Le pire, c'est que même les Gorons et les Kokiris, les deux peuples qu'il considérait comme sa "très grande" famille étaient furieux contre lui. Link le reconnut volontiers, Lambardy avait été fin sur ce coup.

Un brouhaha croissant ce fit entendre au loin. Des pas martelaient le sol, tel le roulement de tambour annonçant la fin du monde. Les insurgés pénétraient dans le bourg d'Hyrule.
Link pria les déesses.
- Il est làààà ! Le pilleur est là ! Saisissons-le !
Plusieurs Hyliennes se jetèrent sur le Héros du Temps et le maîtrisèrent en un rien de temps. Link tentait de clamer son innocence mais dans le bruit ambiant, nul ne pouvait l'entendre. Injures, crachats, coups de poing, coups de pied. Link recevait tout et ne pouvait que se laisser dominer par cette masse dominante.

Soudain, un halo de lumière entoura le jeune homme et repoussa les insurgés qui tombèrent à terre.
Et là, Link n'en crut pas ses yeux : la personne qui venait de le sauver n'était autre que Zelda.
- Viens Link, ordonna celle-ci. Prends ma main, je vais nous téléporter en un lieu sûr. Vite !
Link, sans plus attendre, attrapa la main de la jeune femme et ils disparurent dans un flash lumineux.

Ils réapparurent au Village Cocorico qui était complètement désert. Il n'y avait plus personne.
Link observa Zelda puis l'attira dans ses bras.
- Zelda. On s'est fait du souci pour toi.
- Je suis désolée d'avoir disparue ainsi. Mais je ne pouvais plus te laisser tout assumer. Je suis donc allée dans le Saint Royaume.
- Le Saint Royaume ? questionna Link tout en relâchant son étreinte. Mais comment as-tu fait ?
- N'oublie pas que je suis le Sage ultime et que je fais office de clef du sceau dimensionnel. Cependant, après l'avoir ouvert, je ne pourrais jamais le refermer sans l'aide des autres Sages. Mais ce n'est plus un problème maintenant.
- Si, c'est un gros problème ! Pourquoi as-tu fais ça ?! Ganondorf peut revenir à tout moment !
- Du calme. Je l'ai défié et je l'ai vaincu. Je possède désormais deux fragments de Triforce.

Link fit deux pas en arrière. Il avait le souffle coupé.

- Il n'a pas opposé beaucoup de résistance. Il était amoindri par le manque de nourriture. Vu que le Saint Royaume est un monde à part, le temps ne s'écoule pas de la même manière qu'ici. Et c'est pour cela que j'étais absente durant tout ce temps. Je suis désolé de t'avoir causé autant de soucis mais, au moins maintenant, j'espère ne plus être un frein pour toi.
- Tu ne l'as jamais été, rassura le Héros du Temps.

Les bras de Zelda ceinturèrent une nouvelle fois le torse du Héros du Temps. La jeune femme laissa reposer sa tête sur les épaules de son ami. Relaxée, apaisée, sa bouche s'éleva lentement pour atteindre les oreilles de l'Hylien dans l'espoir de lui susurrer quelques mots.

- Link... ce n'est quand même pas toi qui a commis tous ces crimes, si ?
- Non. Impa pense que c'est un des sbires de Lambardy qui maîtrise le polymorphisme et qui a pris mon apparence pour ternir ma réputation afin que le peuple et le conseil m'évincent des élections. Je suis désormais considéré comme un criminel et plus rien ne peut empêcher Lambardy d'arriver au pouvoir.
- Ça, c'est vrai, mais ça ne veut pas dire que nous ne pourrons rien faire une fois qu'il sera au pouvoir. Cela veut dire en revanche que nous...
Zelda s'interrompit car elle venait de voir Impa et Saria courir dans leur direction. Celles-ci se jetèrent sur Zelda, témoignant leur joie et envoyant valser Link au passage.
- Je suis désolé, Zelda ! lança Impa. J'aurais dû mieux te surveiller !
- Ce n'est rien Impa. Je ne suis plus princesse. Tu n'as plus cette responsabilité dorénavant.
Saria relâcha son étreinte et se tourna vers le Héros du Temps.
- Link ! Nous avons vu le fantôme du fossoyeur Igor et il nous a demandé de te transmettre un message : "Dites au Héros du Temps de me retrouver dans ma tombe, j'ai un nouveau trésor pour lui".
- Bien, j'irai là-bas plus tard mais pour l'instant, il y a plus important. Il faut aller au Village Kokiri.
- Pourquoi donc ? interrogea Impa.
- Parce que dans mes rêves, répondit Zelda, la première décision que prendra Lambardy une fois au pouvoir sera d'éradiquer le clan Kokiri. Nous devons empêcher cela.
- La fin des élections est pour demain et il ne fait aucun doute que Lambardy sera le vainqueur, déclara Saria. On ne peut vraiment rien faire d'ici là :
- Non, expliqua Link. Toute la population d'Hyrule est au bourg, en train de nous chercher, Zelda et moi. Si l'on veut tuer Lambardy, il nous faudra affronter tous les insurgés, tous les gardes du Château, les sbires de Lambardy et Lambardy lui-même. Et vu que nous avons perdus la confiance du peuple, on ne pourra certainement pas mener une insurrection lorsque Lambardy sera roi. De plus, j'ai eu le temps d'apercevoir Darunia et Ruto dans la foule. Ils doivent avoir mordus à l'hameçon. Il est donc inutile de compter sur eux désormais. Je ne sais pas trop pour Rauru. Nabooru doit pouvoir nous aider mais... le temps d'aller la rejoindre dans sa forteresse et de revenir... On ne peut pas prendre ce risque. Il faudra faire les choses par nous même.

Les autres acquiescèrent et se mirent en route pour le Village Kokiri.

Link scruta en direction du cimetière. Quel trésor Igor avait-il en réserve ?

ZeldaChapitre 11 : Le Bourgeon de l'Arbre Mojo   up

Le soleil se dérobait progressivement dans un bouillon de couleurs chaudes, donnant au reste du ciel une teinte rose.

C'est dans ce cadre somptueux que Link et compagnie tentaient de progresser dans la Plaine d'Hyrule tout en se cachant des insurgés qui rentraient dans leurs provinces respectives. Ils avaient remarqués le groupe des Kokiris qui se détachait de la population et qui empruntait le chemin du retour vers le Village Kokiri. Zelda, Link, Saria et Impa s'étaient cachés derrière un monticule de pierre et attendaient patiemment que le peuple sylvestre pénètre dans la forêt. Une fois que ceci était fait, le Héros du Temps et ses amis s'empressèrent de rentrer à leur tour dans les bois.

Ils se retrouvèrent au village et la réaction des locaux ne se fit pas attendre. Plusieurs Kokiris leur faisaient face et armaient leurs lance-pierre.
- Ne tirez pas encore !
Tous obéissèrent et aucun projectile n'eut été tiré. Un Kokiri, le plus téméraire, le plus autoritaire, s'avança vers le groupe de Link. Il s'agissait de Mido, le chef des Kokiris.
- Traître de Link ! Voleur ! Renégat ! Comment oses-tu revenir en ces lieux ! Et toi Saria, que fais-tu en compagnie de ce bon à rien :!
- Je sais ce que vous devez penser de Link, avoua Saria. Mais ce n'est pas lui qui vous a attaqué.
- Et c'est qui, demanda Mido ? L'Arbre Mojo ?
- Ecoutez, lança Link. Celui qui vous a attaqué est un imposteur. Je pense que c'est un polymorphe qui a prit mon apparence. Son but était de m'évincer de mon statut de candidat et pour cela, il a prit mon apparence et a commis des crimes partout. Et...
- Aaah stop ! Je ne veux pas écouter tes mensonges ! Lors de l'enquête au bourg d'Hyrule, les candidats aux élections royales nous on dit qu'au moment des faits tu n'étais pas au Château avec eux ! Drôle de coïncidence, hein :
Mido regarda le Héros du Temps avec mépris. Comment osait-il nier alors que des centaines de personnes l'avaient vu ? Et puis son histoire de polymorphisme. Personne ne possédait un tel pouvoir en Hyrule.
- Tu sais Link, tu étais remonté dans mon estime. Je te considérais comme mon frère. Mais j'ai eu tort. Et maintenant tu vas mourir. Et... et toi aussi Saria... si tu restes avec lui.
- Mido ! hurla Link. Que tu me haïsses ou pas n'est pas le problème. Saria et moi sommes venus vous prévenir qu'une fois que Sire Lambardy arrivera au pouvoir, beaucoup de choses vont changer en Hyrule. Et il compte tous vous tuer. Vous, le peuple Kokiri.
- C'est vrai, poursuivit Zelda. Je vous en supplie ! Croyez-nous !
- Et toi tu es Zelda, devina Mido. Que dois-je croire des paroles d'une princesse déchue, d'une Sheikah au service de cette même princesse, d'un criminel... et d'une traîtresse : Vous me faites rire ! Fiers Kokiris, tirez !
Les Kokiris s'apprêtaient à décocher mais furent coupés dans leur élan par l'intervention de Saria.
- Stop ! Je vous propose quelque chose. Nous allons tous nous soumettre au jugement du Vénérable Bourgeon de l'Arbre Mojo. Lui seul peut déterminer si nous sommes indignes de votre confiance. Vous êtes d'accord :
Après mûre réflexion, le chef des Kokiri répondit :
- Mouais, d'accord ! Comme ça, on sera fixé. Si le Bourgeon de l'Arbre Mojo décèle une once de noirceur dans votre coeur, on poutre !
- Ne flatte pas ton égo, répliqua Impa. Vu ton comportement, c'est toi qu'on devrait "poutrer".
Cette réplique venait de clouer le bec de Mido de manière définitive. Il ne parla plus durant tout le trajet. Ils arrivèrent enfin devant le Bourgeon de l'Arbre Mojo.
- Vénérable Bourgeon de l'Arbre Mojo, lança Mido. Voici Saria, Link, l'ancienne princesse d'Hyrule et son affreuse nourrice Sheikah.

Un grognement se fit entendre mais Mido n'y prêta pas attention.

- Link, notre frère, a pillé ce village ainsi que les autres provinces Hyliennes. Et maintenant, il nie. Et plus encore, Saria et ces deux femmes sont complices. Vénérable Bourgeon de l'Arbre Mojo, sondez vous-même, de par votre vénérable perception, les abysses de leur coeur et dites- nous si les faits que je vous conte sont bien nés de leur volonté.
- Bien zur, répondit le bourgeon. Abbrochez, Zaria et Link. Ze vais voir zi vos coeurs zont pavés de mauvaises intentions.
Link et Saria s'approchèrent. Les deux branches du bourgeon s'articulèrent pour toucher leurs poitrines. Une lueur chaude baignait les extrémités des deux branches.
- Dans vos coeurs véhicule un zang noble et bur. Les faits que tu me rabborte, Mido, ze n'est bas eux qui en zont les auteurs.
- Mais... vous êtes sûr ? Enfin... nous avons vus Link de nos propres yeux. Il...
- Mido, coupa Link. Je t'assure, ce n'était pas moi. Vénérable Bourgeon de l'Arbre Mojo (c'est long à force), je ne suis pas venus ici pour clamer mon innocence. Je suis ici pour vous avertir d'un grand danger.
- Oui Link. Ze te crois. Mon sommeil est terrazé par d'horribles songes. Une réelle benace plane zur Hyrule. Mais ze ne zais pas où et comment elle va vrabber.
- Laissez-moi vous éclaircir. L'un des candidats, Sire Lambardy, va arriver au pouvoir dès demain et va semer le chaos en Hyrule. Il va vouloir exterminer le clan Kokiri en premier lieu.
Tous les Kokiris se consultèrent du regard. Un mouvement de panique s'installait dans la foule.
- Calmez-vous, ordonna Impa. Nous avons de l'avance sur l'ennemi. Maintenant, il ne vous reste plus qu'à déserter ce village.
Une Kokiri aux cheveux blonds et assez court s'avança vers Impa et clama :
- Ce village... nous sommes nés dedans, nous avons vécu dedans, nous avons grandi dedans (quelle menteuse !) ! Ne pensez pas une seconde que nous allons l'abandonner. Nous allons nous préparer pour le défendre corps et âmes.
- Elle a raison, approuva Mido. Nous n'allons pas fuir. Nous allons nous battre et protéger nos maisons. De plus, nous ne pouvons pas laisser le Vénérable Bourgeon de l'Arbre Mojo.
Impa soupira. Rien n'était simple décidemment. Ils allaient devoir les aider à repousser l'armée d'Hyrule.

La nuit était tombée. La Lune, souveraine de la nuit, rendait jaloux les astres environnant tant elle était resplendissante. Les fées volaient par dizaines dans le village, donnant l'impression qu'il était le reflet du ciel étoilé.

Link et Saria avaient confiés leurs maisons à Impa et Zelda afin que celles-ci puissent dormir. Ils dormaient donc à la belle étoile.

La nuit allait être longue. Dans les prochains jours, le monde tel qu'ils le connaissaient allait radicalement changer.

Chapitre 12 : Complot   up

Au bourg d'Hyrule, c'était l'euphorie. La place était bombée, l'air obstrué. Les gens acclamaient leur nouveau roi. Celui-ci était face à la foule. Le conseil venait de lui remettre la couronne. Les cris s'estompèrent pour laisser la parole au nouveau monarque.

- Peuple d'Hyrule ! C'est un honneur de vous avoir comme sujets. C'est un honneur de gouverner ce pays. Je le manierai d'une main de fer, je ne trahirai pas votre confiance. Je n'oublierai pas pourquoi vous m'avez élu. Vous m'avez élu pour que je garantisse la sécurité de ce pays. Pour que je vous mette en sécurité. Je ne commettrai pas la même erreur que mes prédécesseurs qui ont été bernés par le Seigneur du Malin. Je repousserai toutes les menaces. C'est pour cela aussi, que je ferai tout mon possible pour éliminer Link une bonne fois pour toute ! Pour...

La foule entra en délire. Des cris de joie parcouraient l'auditorat de Lambardy. Dans la population, Ruto, Rauru et Darunia avaient une mine grave et s'échangèrent des regards inquiets. Le roi, agréablement surpris de la réaction du peuple poursuivit :

- ... pour annihiler ce voile d'insécurité qui règne sur Hyrule. D'ailleurs, j'invite tout le monde à se munir d'armes. Le Héros du Temps a voulu nous berner en sauvant Hyrule. Il a voulu en prendre les crédits pour abuser de notre confiance. Et bien montrons lui que nous ne sommes pas dupes ! Otons-lui l'envie d'attaquer nos maisons ! Nous sommes plus nombreux et plus forts que l'ennemi !

Une nuée de bras s'était dressée devant Lambardy, accompagnée de cris de ferveur. Malon, Talon et Ingo n'en croyaient pas leurs oreilles. En eux, ils avaient l'intime conviction que les crimes récemment commis étaient l'oeuvre d'un double maléfique de Link. Après tout, Hyrule avait été le théâtre d'évènements plus étranges les uns des autres. Darunia, Rauru et Ruto en étaient eux aussi persuadés mais ne pouvaient aller à l'encontre des décisions du roi et de la ferveur du peuple.

Quelques heures plus tard, après avoir fini son discours, après avoir festoyé avec les villageois et incité les habitant à rentrer chez eux, le roi retourna au Château, plus précisément dans sa chambre.

Il s'assit sur une chaise et contempla, de sa fenêtre, la vue impériale qu'il avait sur le bourg et la Plaine. Au milieu de sa chambre, une tempête d'éclairs se déclara et une femme en jaillit. Il s'agissait de Cardice.
- Je suppose que tu es venue me féliciter, Cardice, lança Lambardy. Nous avons franchi une étape.
- Bravo, félicita Cardice, ton discours était accrocheur.

L'imposteur se leva et marcha en direction de la jeune femme tout en la jaugeant de tout son long.
- Je vais te dire. Ce qui m'anime plus que de tuer, c'est de me délecter de l'expression de terreur qu'affichent mes victimes. Le peuple a désormais une confiance aveugle envers moi. Dans un premier temps, je me servirai de lui pour anéantir le Héros du Temps et Zelda. Ensuite, lorsque le peuple s'y attendra le moins, je dévoilerai mon véritable jeu et je ferai souffrir tous ces mécréants. Ils souffriront lentement sous mon joug et moi je jouirai de voir leurs faces apeurées. Cependant, en cette journée, un détail m'a tout de même travaillé.
- Quel est ce détail ? demanda la jeune femme.
- Le peuple Kokiri. Il ne s'est pas montré aujourd'hui. C'était pourtant eux les plus révoltés la veille. Il serait donc logique que ce soit eux qui me défendent avec le plus de ferveur. Ils auraient dû être présents aujourd'hui. Mais je pense... que quelque chose... ou quelqu'un les a retenus là-bas, dans leur forêt.
- Si tu penses au Sage de la Forêt, je t'assure que je m'en suis débarrassée.
- Je ne pensais pas à Saria, mais plutôt à Zelda... ou peut-être même Link.
- Nous avons cherchés Zelda avec Rachiki et je commence à croire qu'elle a attrapé le fil de l'horizon. Quant à Link, je ne pense pas qu'il soit assez bête pour se montrer en public.
- Il faut vérifier. Zelda peut entrevoir l'avenir. Elle a pu anticiper mon projet d'éradiquer la race Kokiri. Link a vécu son enfance là-bas, il a pu l'aider à les convaincre. Et si Zelda est à l'origine de tout ça, alors Impa ne doit pas être loin. D'une pierre, trois coups.
- Ça se tient. Et ça vaut la peine d'être vérifié.
- Je vais envoyer des soldats en éclaireur pour m'informer de la situation.
- Tu devrais faire comme le roi Vladimir. Il a orchestré notre génocide en employant des moyens discrets et fidèles : les Sheikahs. Il craignait une déloyauté de la part des soldats d'Hyrule. Tu devrais en faire de même, Lambardy. Ils nous sont déjà inutiles et risquent d'être gênants à l'avenir.

Le souverain réfléchit. Peut-être avait-elle raison.

- En tous cas, il faut supprimer le clan Kokiri dès maintenant ainsi que le Bourgeon de l'Arbre Mojo. C'est lui aussi un adversaire de taille et pourrait être la source de conspirations à mon égard. Je ne peux me permettre d'attendre plus longtemps. Pour les soldats... je m'en occuperai le moment venu.
- Bon, inutile de les envoyer alors. J'inspecterai moi-même la Forêt Kokiri. Mais... décimer ce peuple... Il n'y a vraiment pas d'autres alternatives :
- Bien sûr que non. Tant qu'un seul Kokiri vivra, la volonté de l'Arbre Mojo sera pérenne. Si c'est bon, tu peux disposer, Cardice.

Cardice acquiesça avant de se volatiliser dans un pêle-mêle d'éclairs.

Chapitre 13 : Chaud devant !   up

Dans la Forêt Kokiri, tout le monde était tendu. Le quatuor Link-Zelda-Impa-Saria s'était réuni à l'entrée des Bois Perdus.
- Qui nous dit qu'ils vont nous attaquer aujourd'hui? interrogea Saria. Tu as vu dans ton rêve que c'était sa première décision en tant que roi mais... elle s'effectuera peut-être un autre jour.
- Crois-moi, je sais que c'est aujourd'hui, répondit Zelda. Et ils vont nous attaquer avant la nuit, au couché de soleil.
- Il faut savoir à quoi s'en tenir, lança Impa. Combien de soldats nous attaqueront ?
- Ce ne seront pas des soldats qui vont nous attaquer, répliqua Zelda. Ce seront des monstres électriques et des monstres de feu. Ils seront commandés par deux puissants magiciens. Deux de ceux qui protègent Lambardy.
- Sans doute Cardice et le dernier membre qu'on n'a pas encore vu, devina Saria. Cette fille ! Elle va me voir vivante, elle ne va pas en croire ses yeux !
- Quand à l'autre, poursuivit Link, il doit s'agir du polymorphe qui a prit mon apparence pour duper tout le monde. On règlera nos comptes.

Tandis que Link et Saria criaient vengeance, une ombre se terrait parmi les arbres, à l'abri des regards, toisant le Héros du temps et ses amis.
- Alors là, je n'en reviens pas. Elle a survécue, la petite ? Donc Lambardy avait raison : il y a le Héros du Temps, Zelda et Impa... et l'autre Sage. Je pense qu'Enricko va devoir m'accompagner sur ce coup.
Cardice se volatilisa dans l'ombre des arbres. Impa tourna la tête en direction des bois. Bizarre, elle avait juré avoir vu des flashs lumineux dans la forêt...

Plusieurs heures s'étaient écoulées tandis que le soleil agonisait lentement derrière l'horizon. Le moment M approchait. La tension était palpable. Chaque Kokiri avait la main plaqué sur son Lance-pierre. Saria sautillait sur elle-même, Impa était assise en tailleur, Zelda serrait les poings et Link donnait des coups d'épée dans le vent.
Soudain, une puissante déflagration traversa le village dans toute sa longueur, engendrant un incendie en son milieu. Link tentait de déterminer l'endroit d'où provenait l'attaque. Impa et Saria tentaient d'éteindre le feu. Zelda canalisait son énergie.

Ce fut a niveau le silence. Silence troublé par l'unique rugissement des flammes encore présentes.

Tout à coup, sortant de nulle part, des Danseurs de feu, des Anubis et des Baris débarquèrent dans le Village tout en semant chaos et destruction. Link et Zelda s'échangèrent un regard et se jetèrent dans le feu de l'action.

Link invoqua le Feu de Din et treize Baris furent emportés dans le fléau. Elles se divisèrent en Biris mais le Héros du Temps renouvela son action et les élimina illico. Zelda tendit ses mains vers le sol. Le blason de la Triforce apparut sous les pieds de ses adversaires qui explosèrent aussitôt. Mido assaillait ses adversaires d'innombrables graines Mojos. Les Kokiris protégeaient leurs maisons avec hargne.

Une dizaine d'Anubis surgirent des bois et expirèrent leur souffle de feu à l'unisson. Tout le monde avait été soufflé par cette intervention massive et une chaleur insoutenable régnait dans le village. Le feu avait gagné du terrain désormais.

Deux silhouettes jaillirent des flammes. Elles appartenaient à Cardice et Enricko. Saria et Impa jetèrent un regard horrifié en direction des nouveaux arrivants.
- Cardice, hurla Enricko, je me charge d'éliminer le Bourgeon de l'Arbre Mojo ! Toi, tu les retiens pendant ce temps !
- Ça me va, répondit Cardice !
Enricko s'envola dans les airs, propulsé sur un puissant nuage de feu. Il invoqua une énorme flamme qui partit de ses pieds et fusa ainsi au dessus du Village, survolant tout le monde.
Mido réalisa soudainement quelque chose. Il se hissa au point culminant du Village et cria :
- Hé ! Il se dirige vers le Vénérable Bourgeon de l'Arbre Mojo ! Il faut l'arrêter !
Link et Impa se portèrent volontaires pour stopper le maître des flammes. Zelda et Saria se concentraient sur Cardice. Mido et les Kokiri se chargeaient des monstres. Les paris sont ouverts : quel camp sortira vainqueur de cette bataille :

Chapitre 14 : Duels étincelants   up

Enricko venait à peine d'atterrir devant le Bourgeon de l'Arbre Mojo que Link et Impa se dressaient sur son chemin. L'homme soupira : il n'allait pas réussir sa mission facilement.
Link s'avança vers son adversaire, pressé d'en découdre.
- Quel est ton but ? Tu veux tuer l'Arbre sacré ?
- Oui. Et je te conseille de me laisser gentiment faire. Je n'aime pas me battre mais si j'y suis obligé, je brûle toute parcelle de vie qui m'entoure. Allons, tu sais bien qu'on ne joue pas avec le feu.
Link se mit à rire, sous le regard ennuyé de son adversaire.
- Sache que ce genre de menace ne marche pas sur moi. Je ne suis pas né de la dernière pluie ! Mais dis-moi plutôt : est-ce toi qui as commis tous ces meurtres dans les provinces Hyliennes en prenant mon apparence?
- C'est bien moi en effet, tu es perspicace. Que dirais-tu de rejoindre Lambardy ? Ensemble, vous domineriez le monde sans problème.
- Tu plaisantes, j'espère. Peu pour moi !
- Alors tant pis pour toi ! BRASERO !
Enricko ouvrit sa bouche et une puissante déflagration s'en libera. Link voulu éviter mais s'il le faisait, le Bourgeon de l'Arbre Mojo prenait tout. Il enfila son masque de Goron et se transforma en Darmani. Il dévia la déflagration en faisant écran de son corps puis effectua un roulé boulé vers son adversaire. Celui-ci s'envola dans les airs sur une trainée de feu. Il inspira puis expira promptement une dizaine de boules de feu qui convergèrent sur le Héros du Temps. Celui-ci retira son masque et redevint humain. Il dégaina son épée et tourna sur lui-même. La lame décrivit une spirale mortelle qui renvoya toute les boules de feu sur Enricko. Celui-ci les esquiva en se propulsant sur les côtés grâce à de petites poussées de feu.

Son aura se décupla soudainement et d'énormes bourrasques de vent balayèrent la surface du terrain.
- MANDORAGA DE FEU ! hurla Enricko.
Il tendit ses mains vers le ciel. Sept Dodongos et neuf Danseurs de feu se joignirent à la fête. Link arma son arc. Il invoqua le pouvoir de la lumière et ses flèches s'illuminèrent. Il en décocha trois en même temps et tua ainsi trois Danseur de feu.

Soudain, tous les monstres se firent terrasser par un gigantesque tentacule d'ombre. Link regarda autour de lui pour déterminer l'origine du phénomène et il s'agissait d'Impa qui utilisait ses pouvoirs.
- Link ne t'en fais pas pour le Bourgeon de l'Arbre Mojo, je le protège ! Occupe-toi de ce type !
Link, rassuré, pouvait désormais se concentrer sur son combat. Enricko était retombé au sol. Les deux adversaires tournaient en rond, tentant de déceler une quelconque faille dans la garde de l'autre.

Tandis que les Kokiris se battaient à armes égales avec les monstres, Saria et Zelda tentaient de neutraliser Cardice. Saria frappa la terre avec son poing et d'innombrables rondins jaillirent de la terre. Cardice esquivait sans peine les colonnes de bois et ripostait en balançant des dizaines d'orbes électriques. Ceux-ci ricochaient sur le champ de force qu'avait établi Zelda.

Cardice invoqua un énorme fouet de dix mètres parcouru d'arcs électriques.
- Découvrez la puissance de mon Fouet de tesla !
La jeune femme maniait le fouet avec dextérité. Zelda et Saria, surprises par l'allonge de l'outil, esquissèrent un bon nombre d'acrobaties pour éviter d'être foudroyées par le fouet.

Cardice l'abattit sur le sol, ce qui eu pour effet de séparer la terre en deux flancs inclinés. L'onde de choc renvoyée par l'attaque repoussa les deux jeunes femmes qui volèrent quelques instants avant de retomber quelques mètres plus loin. Zelda se releva, plus irritée que jamais. Le signe de la Triforce présent sur le dos de sa main se mit à luire. Cardice attaqua à nouveau Zelda avec son fouet mais celui-ci se désintégra au contact de l'ex-princesse.
- Comment est-ce possible ? se demanda Cardice.
La maitresse des éclairs entra dans une rage folle. Elle tendit son bras en direction de ses ennemies et cria :
- Le canon de tesla !
Une puissante décharge électrique se libera de la main de Cardice. L'éclair, de six mètres de diamètre, sillonna le village pour finalement générer une puissante explosion à l'endroit où se trouvait Zelda et Saria. Une épaisse fumée s'éleva dans le ciel. Au milieu d'elle, deux silhouettes se tenaient debout. Il s'agissait de l'ancienne souveraine d'Hyrule ainsi que du Sage de la Forêt. Apparemment, Zelda avait réduit les dégâts en invoquant une barrière protectrice.

Link et Enricko se livraient à une véritable danse infernale. Les attaques fusaient partout. Plusieurs ergots de feu fusaient dans l'aire de combat. Link enchaîna de multiples saltos pour les esquiver et riposta aussitôt en se ruant sur son adversaire et en lui assénant plusieurs coups. Enricko en esquiva plusieurs mais un coup ascendant fendit sa poitrine qui explosa dans des gerbes de sang. Fou de rage, il abattit son poing sur le sol. Trois vagues de feu concentriques s'échappèrent de leur épicentre pour se déployer de toute part, repoussant Link plusieurs mètres plus loin. Ce dernier se roula par terre pour éteindre le feu qui dévorait sa tunique puis se releva. Les deux adversaires reprirent une position de combat tout en se jaugeant mutuellement.

Chapitre 15 : Un pouvoir révélé   up

La forêt était submergée par l'immense brasier. La chaleur était bien plus qu'insupportable. Chacun luttait pour rester conscient. Les maisons s'affaissaient sous le joug du feu dévastateur. Les Anubis avaient repris leur attaque concertée. Leurs souffles de feu conjugués avec la valse infernale des Danseurs de feu et les attaques électriques des Baris avaient donné lieu à un véritable chaos. Dans toute cette confusion, les Kokiris parvenaient tout de même à s'organiser et ripostaient tant bien que mal.

Soudain, une lumière vive et intense se répandit dans toute la forêt. Les flammes disparurent et les monstres furent happés par le voile lumineux.

Zelda était en transe, méconnaissable ! Les pouvoirs de ses deux fragments de Triforce l'avaient transfigurée ! Son aura se déploya de plus belle, créant un véritable vide sidéral autour d'elle.
De leur coté, Link, Impa et Enricko stoppèrent leur combat pour constater l'opalescence du déluge d'énergie.
- Mais que se passe-t-il ? se demanda Enricko.
- C'est... c'est Zelda ! répondit Link. C'est le résultat de l'association des deux fragments de Triforce !
Enricko, sentant que cette aura serait néfaste pour lui, s'envola dans les cieux puis plana jusqu'à l'entrée du Village sur une traînée de feu. Il rejoignit Cardice toute aussi affolée que lui.
- Comment fait-elle ? interrogea Enricko.
- Je ne sais pas ! répliqua Cardice. Je l'ai attaquée et elle a piqué un caca nerveux ! Mais il faut fuir ! Cette énergie semble repousser toute force maléfique !
Cardice et Enricko prirent la fuite et quittèrent la forêt.

La lumière s'estompa et la forêt redevint normale. Zelda s'écroula au sol, exténuée. Avait-elle conscience de ce qu'elle venait de faire ? Cela dépassait de loin tout ce qu'Hyrule avait pu connaitre en termes de magie. Tous les Kokiris s'agglutinèrent autour de la jeune femme, admiratifs. Une vague d'applaudissements se fit entendre, prenant de plus en plus d'ampleur.

Link et Impa étaient toujours dans la clairière du Bourgeon de l'Arbre Mojo. Tandis qu'ils s'apprêtaient à rejoindre les autres, une voix les interpela derrière eux :
- Merzi infiniment de nous avoir zauvés ! Zans vous, nous ne serions blus de ze monde !
Le Héros du Temps et le Sage de l'Ombre exécutèrent une volte-face en direction de la voix. Il s'agissait du Bourgeon de l'Arbre Mojo qui les remerciait d'avoir repoussé l'assaut des serviteurs de Lambardy.
- Il n'y a vraiment pas de quoi, répondit Link. Vous êtes ma famille après tout.
- Bien zur. Mais ne te rebose bas bour autant car d'autres ébreuves, blus terribles encore, t'attendent !
- Je suis prêt à les affronter !
Link et Impa prirent congé de leur ami et rejoignirent les autres.

Zelda était devenue l'idole des Kokiris. Celle-ci, cernée de toutes parts par ses admirateurs, disparut dans un flash lumineux pour réapparaitre devant Link et Impa.
- Alors c'était bien toi qui était à l'origine de tout ça ? questionna Impa.
- Oui, répondit Zelda, j'ai utilisé mes deux fragments de Triforce pour générer un vide sidéral qui était censé absorber les forces maléfiques. Mais c'est très éprouvant ! Peuf-heuf !
- Tu saignes du nez, Zelda, remarqua Link.
Effectivement, un petit flot rouge s'échappait du nez de Zelda. Celle-ci s'essuya le nez pour faire disparaitre l'émission de sang.
- Tes pouvoirs sont énormes, constata Link. Peut-être que tu as assez de pouvoirs pour vaincre Lambardy.
- Qui sait ? En tout cas, la puce électrique et son bonhomme ne reviendront pas de sitôt ici. C'est une bonne chose. Nous avons empêché le génocide d'avoir lieu.
- Oui, et cela est un problème maintenant, déclara Impa. Nous avons modifié le destin. Lambardy saura désormais que nous sommes dans la Forêt Kokiri et il connaitra le pouvoir de Zelda. Il va donc devoir modifier ses plans et saura à quoi s'en tenir. Tes rêves ne seront plus d'aucune utilité désormais.
- Si, je pense qu'ils peuvent encore servir. Mes rêves se complètent au fil des jours. Je suis sur qu'ils me montreront s'il y a un quelconque changement. Si mes souvenirs sont bons, la prochaine décision de Lambardy sera d'annexer le territoire Gérudo. Il faut aller là-bas dès demain. Mais pour l'instant, prenons des forces et mangeons un peu.
Les deux autres acquiescèrent. Seulement, petit bémol : il fallait d'abord reconstruire les maisons détruites et carbonisés. Nos héros allaient devoir user de leurs pouvoirs pour restructurer le village avant de pouvoir manger et dormir.

Heureusement pour leurs estomacs, les pouvoirs de Saria, conjugués aux pouvoirs télékinésiques de Zelda permirent une rapide restructuration du Village Kokiri, à la grande joie de tous. Zelda, anormalement fatiguée, s'assit. Link s'approcha de la jeune femme affaiblie.
- Je sais que tu as fais énormément de travail mais... tu ne devrais pas être autant fatiguée. Tu es sûre que ça va ?
- Je... vais bien. Ne t'inquiète... pas. Juste le manque de sommeil... et nous... n'avons pas mangé depuis hier soir.
- Nous allons manger dans deux heures et ce soir, je te laisserai ma couchette.
- Merci.

Chapitre 16 : Maléfice   up

Cinq heures plus tard, la nuit était tombée. Le calme régnait en ce lieu de verdure.

Dans l'obscurité, une ombre titubait, assaillie par un malaise douloureux. Celle-ci se courba. Ses lèvres se posèrent sur la surface de l'eau. Après s'être suffisamment abreuvée, la personne observa son reflet, étrangement rouge. Plus rouge. Encore plus rouge. Des perles écarlates s'échappaient de ses yeux pour se diluer dans le milieu aqueux. De son nez aussi. De ses oreilles également. Soudain, le corps entier s'inclina pour sombrer dans l'eau.

Le bruit alerta plusieurs Kokiris qui se réveillèrent en sursaut. Link l'avait également entendu et se fiait à son ouïe pour le guider dans l'obscurité. Il aperçut, non loin de lui, plusieurs Kokiris s'agglutiner autour du point d'eau. Il se fraya un chemin et il le vit : le corps immergé de Zelda, baignant dans une eau rouge de sang.
- Zelda ! Comment est-ce possible ?!

Le garçon se précipita, tirant le corps de l'eau et le portant dans ses bras. Il l'amena dans la maison de Saria à grandes enjambées. Impa et Saria y dormaient encore mais ne tardèrent pas à se réveiller.

- Mais c'est quoi tout ce bruit ? demanda Saria.

La réponse se trouvait devant elle, allongée et mourante. Le Sage de la Forêt et le Sage de l'Ombre se précipitèrent autour du corps pour le faire réagir.
- Comment est-ce arrivé ?! interrogea Impa.
- Je ne sais pas ! répondit Link. Des Kokiris et moi avons été réveillés par un bruit étrange et on l'a trouvée comme ça, dans l'eau !
Impa passa sa main au-dessus de tout le corps, tentant de déceler de mauvaises ondes. Sa main se stoppa au niveau de sa tête.
- Qu'y a-t-il ? questionna Saria. Tu as découvert quelque chose ?
- Ce n'est pas un simple malaise ! C'est un maléfice ! La source de ce maléfice vient de la tête ! Si nous voulons la sauver, il faudra trouver un élixir surpuissant car le maléfice se propage très vite !
- Mais pourquoi de la tête ? demanda Link.
- Je ne sais pas, répondit Impa. Mais le maléfice grandit beaucoup plus vite que tout ce que je n'ai jamais pu observer en termes de malédiction ! Le double fragment de Triforce doit accélérer le processus ! Mais il ne peut pas être la cause ! Il nous faudrait de la potion bleue... mais elle se fait extrêmement rare en ce moment ! Et elle ne servirait qu'à ralentir la progression !
Mido entra dans la pièce, examinant le corps de tout son long.
- La Sheikah a raison, affirma Mido. Je pense qu'elle n'en a plus que pour une heure si l'on ne fait rien. Lui faire boire de la potion bleue repousserait l'échéance d'une heure supplémentaire. Mais pour éradiquer complètement la malédiction, il faudrait un expert en magie blanche. Un mage, un guérisseur !
Link, Impa et Saria s'échangèrent un regard. Ils avaient tout les trois la même personne en tête.
- RAURU ! hurla le trio à l'unisson.
- Rau-quoi ?
- Rauru ! précisa Link. C'est un sage. C'est aussi un membre du conseil d'Hyrule mais tout le monde sait qu'il est médecin sans frontières à mi-temps. Pourtant, il est étrangement immobile.
- Ses pouvoirs lui permettent de rompre les enchantements, renseigna Saria. Je ne vois que lui pour aider Zelda. Mais comment savoir où il est en ce moment ? Et surtout, acceptera-t-il de nous aider ? Après tout, Link et Zelda sont considérés comme des traîtres, non ?

Zelda marmonna quelques mots inaudibles. Tous s'approchèrent de la malade pour entendre ses paroles.
- ... Château... d'Hyrule... Rauru... chercher... sous-sols... libérer l'homme...
- Je pense qu'elle rêve de Rauru, supposa Impa. Elle fait un rêve prémonitoire sur la façon dont on doit trouver Rauru. Et d'après ses dires, il se trouve au sous sol du Château d'Hyrule, c'est-à-dire dans l'ancienne pris...
- AU CHATEAU ?! cria Saria. Mais c'est le siège de Lambardy et de ses sbires ! Rauru ne tient donc pas compte de nos avertissements ? Et comment allons-nous faire pour nous introduire là-bas sans se faire repérer par les gardes et sans croiser les Mandos ?
- Voila ce que nous allons faire : Link et moi irons au Château d'Hyrule. Mes pouvoirs de Sheikah sont utiles pour l'infiltration. Saria, toi, tu iras au Village Cocorico. Tu t'introduiras chez l'apothicaire pour te procurer de la potion bleue au cas où nous ne réussirions pas notre manoeuvre. Cela nous permettra au moins de gagner du temps.

- Laissez-moi venir aussi, supplia Mido. J'irai à Cocorico avec Saria.

Link, Impa et Saria se tournèrent vers Mido, surpris.

- ... D'accord mais tu sais le risque que cela implique. Si tu es pris en flagrant délit, les gens voudront ta tête.
- Je le sais, stupide Sheikah ! Mais j'ai envie de me rendre utile ! Et puis j'ai vu de quoi cette femme est capable. Ses pouvoirs semblent s'élever comme un rempart contre les forces du mal. Si Lambardy est aussi dangereux que vous le dites alors elle pourrait être notre unique espoir. On ne peut pas se permettre de la perdre ! Les Frères Je-Sais-Tout !
Cinq petits Kokiris identiques entrèrent dans la maison.
- Je vous confie la garde de Zelda, ordonna Mido ! Vous êtes prêts à assumer cette responsabilité ?
Les quintuplés acquiescèrent et se réunirent autour de l'ancienne première femme d'Hyrule.
Impa, Saria et Mido s'accrochèrent à Link. Celui-ci entonna le Nocturne de l'Ombre et le quatuor disparut de la Foret Kokiri pour réapparaitre devant le Temple de l'Ombre.
- C'est ici qu'on se sépare, rappela Link. Bonne chance !
Link et Impa se volatilisèrent une nouvelle fois après que Link est joué le Prélude de la Lumière. Une fois téléportés au Temple du Temps, Link et Impa coururent pour rejoindre le Château d'Hyrule.

ZeldaChapitre 17 : Lyros, le Sheikah protecteur   up

Saria et Mido venaient de sortir du cimetière après y avoir affronté deux spectres. Ils étaient désormais à côté de l'escalier menant au moulin. Ils l'empruntèrent et lorsqu'ils se retrouvèrent en haut, ils virent la boutique de l'apothicaire avec sa toiture bleue. Le souci était désormais de savoir comment y aller. Et dans la plus grande discrétion si possible.
- Mido, je vais invoquer un arbre qui formera une passerelle. Je ne pourrais pas le maintenir éternellement donc je te demande le traverser très vite, d'accord ?
- Je suis le roi de la forêt. Même les Skull Kids ne m'arrivent pas à la cheville.

... En temps normal, ce genre de prétention aurait irrité le Sage de la Forêt. Mais dans le cas présent, les propos du Kokiri la rassuraient.

L'énergie afflua en elle. Soudain, un arbre émergea de la terre et se courba, formant un arc. Son extrémité se posa devant la porte de la boutique. Mido s'empressa de monter sur l'arbre et le traversa à petits pas. Une fois le pied posé sur la mini terrasse qui se trouvait en face de la maison, la passerelle boisée se volatilisa.
- Allez, ouvre la porte, Mido !
C'était ce qu'il allait faire mais il fut repoussé par une étrange substance. Mido tenta à nouveau de s'approcher de la porte mais sa main ricocha contre un mur invisible.
- C'est quoi ça ? On dirait qu'il y a une barrière qui m'empêche de m'approcher.
Saria regarda autour d'elle. Avec l'obscurité de la nuit elle ne l'avait pas remarqué mais toutes les maisons étaient ornées du sceau des Sheikahs. Et en regardant attentivement, elle vit au loin un énorme sceau inscrit sur le sol du village.
- Mido, il y a de fortes chances qu'un Sheikah ait apposé un sceau à toutes les maisons pour éviter qu'elles soient cambriolées la nuit. On ne pourra pas y pénétrer par des moyens conventionnels. Il faut trouver une autre solution. Reviens ici.
Saria invoqua une nouvelle fois un arbre et Mido pu la rejoindre. Les deux amis allaient devoir innover s'ils voulaient rentrer dans cette bâtisse.

Soudain, quelque chose fusa au dessus de leur tête. Une ombre, se déplaçant à toute vitesse, venait d'apparaitre devant eux.

- Qui es-tu, toi ? demanda Mido tout en armant son Lance-pierre.
- Je suis Lyros, répondit l'inconnu. Et je suis le Sheikah protecteur de Cocorico en ces temps d'insécurité. J'ai marqué toutes les maisons et le village lui-même pour éloigner le Héros du Temps. Comment avez-vous faits pour entrer ? Normalement, mon champ de force aurait dû vous repousser en dehors du village.
- Nous sommes maîtres dans l'art de la téléportation, expliqua Saria.
- Peu importe. J'ai bien vu que vous vouliez cambrioler cette maison. Mon devoir en tant que protecteur de Cocorico est de protéger ce village des malotrus comme vous !
- Non ! Ce n'est pas ce que vous croyez ! Nous...
Saria n'eut même le temps de finir sa phrase qu'elle fut heurtée par une boule énergétique. Lyros murmura une incantation et un sceau Sheikah se dessina au point de chute de Saria. Le corps de celle-ci ricocha contre un champ de force invisible pour finalement retomber trois mètres plus loin. Mido arma son Lance-pierre et décocha une dizaine de graines Mojo. Le Sheikah murmura à nouveau une incantation et un sceau se dessina sous ses pieds. Toutes les graines lancées se heurtèrent contre une barrière invisible.
- Petit, tu devrais savoir que les pouvoirs d'un Sheikah augmentent la nuit ou dans l'obscurité.
Les jambes de Mido tremblaient. Il était assujetti à la puissance de son adversaire. Lyros leva le bras vers le ciel. Un courant ascendant sortant de terre se libéra et emporta Mido dans les airs.
- Ma spécialité sont les champs protecteurs mais je sais aussi me servir d'attaques offensives, se vanta le Sheikah.
Mido, soumis aux lois de la gravité, se rapprochait du sol à grande vitesse.

Soudain, un sceau apparu sur son point de chute. Mido savait ce cela voulait dire : il allait être repoussé par un autre champ de force.
- Pas question ! s'exclama le Kokiri.
Celui-ci se redressa dans les airs. Ses pieds faisaient désormais face au sol. Mido prit appui sur le champ de force qui le propulsa vers son adversaire. Lyros, surpris, n'eut pas le temps de réagir et se retrouva emprisonné dans l'étreinte de Mido.
- C'est à toi de jouer, Saria ! Emprisonne-nous tous les deux avec tes pouvoirs. Ne t'en fais pas pour moi et vas-y !
Saria tendit ses bras en direction du sol. Des racines jaillirent de la terre pour enlacer Mido et Lyros.
- Sales petites merdes ! tempêta Lyros.
- Ecoutez, je ne vous libérerai qu'à condition que vous nous écoutiez du début jusqu'à la fin. D'accord ?

Chapitre 18 : Les Héros de l'ombre   up

Saria raconta tout ce qu'elle savait : les projets de Lambardy et de ses sbires, leurs origines Mandos, l'innocence de Link ainsi que la maladie de Zelda. Tout cela semblait tellement fou aux yeux du Sheikah qu'il réalisa que cela ne pouvait être un mensonge.
- Ainsi notre chère Zelda est atteinte d'une malédiction... Très bien, je vais désactiver ma barrière et prendre une potion bleue. Les habitants du village ont une telle estime envers moi qu'ils me laisseraient rentrer chez eux même la nuit.
- Je vous fais désormais confiance. Je vais donc vous relâcher.
Les racines disparurent. Mido et Lyros purent retrouver leur mobilité. Le Sheikah bondit de mur en mur, de toiture en toiture pour enfin arriver devant la porte de l'apothicaire. L'aura qui enveloppait la maison s'estompa et le jeune homme entra dans la maison. Il en ressortit avec le précieux sésame : la potion bleue. Il rejoignit les deux Kokiris.
- Merci infiniment, remercia Saria. Au revoir !
- Quel "au revoir" ? Je viens avec vous ! Je vais combattre avec vous désormais, à vos côtés et ceux du Héros du Temps. En plus, vous ne pourrez pas sortir du village sans mon aide. Agrippez-vous à moi.
Les deux Kokiris s'exécutèrent et le trio se volatilisa. Lyros, Saria et Mido se retrouvèrent au milieu de Plaine Hyrule.
- Vous ne pouvez pas nous téléporter directement à la forêt ? interrogea Mido.
- Non, je ne peux me téléporter que dans un rayon de 400 mètres carrés. Et je ne peux le faire qu'une fois en vingt quatre heures. Contrairement à Cassidy, l'ombre furtive.
- C'est une autre Sheikah ? demanda Saria.
- Oui. Je sais quelle est à Hyrule mais je ne sais pas où exactement. Si on lui mettait la main dessus, elle pourrait nous être très utile. Et il y a Gontran le guérisseur aussi qui m'avait dit qu'il resterait à Hyrule mais je ne sais pas non plus où il se cache.
- Parmi vous, conclua Saria, il y a donc un protecteur, une discrète, un soigneur. Et Impa, c'est quoi son surnom ?
- Impa est appelée la fondatrice. Elle est l'élément clef, la matrice de toute chose. Voulant exorciser les fantômes du passé, elle eut pour projet d'anéantir notre ancien repaire pour le transformer en village où les plus démunis pourraient se loger. Ainsi le Village Cocorico naquit. Elle n'avait alors que 18 ans et ses agissements ont déteint sur nos ambitions. C'est ainsi que nous avons décidé d'oeuvrer séparément et individuellement pour le bien de notre pays. Mais nous sommes membres du peuple des ombres et notre point fort réside dans notre discrétion. Donc, même se retrouver relèverait du miracle. Et voilà que je vais bientôt la revoir grâce à vous.

Lyros le protecteur, Cassidy l'ombre furtive, Gontran le guérisseur et Impa la fondatrice. Telles étaient les identités des quatre derniers Sheikahs. Ils étaient tous dispersés en Hyrule mais poursuivaient le même but : oeuvrer pour le bien d'Hyrule.

Sous le Château d'Hyrule subsistait un endroit très sombre. Une immense cellule abandonnée où jadis avaient été détenus tous les criminels d'Hyrule jusqu'à ce que mort s'ensuive. Une immense cellule où de nombreuses flaques de sang jonchaient le sol, où une étrange substance gélatineuse décorait les murs et où de nombreux cadavres en putréfaction vous toisaient de leurs regards laiteux. Ce décor était devenu familier pour l'homme qui y vivait depuis neuf ans. Il n'y vivait pas par choix, oh que non. Il y vivait car il y était enfermé depuis tout ce temps, sans nourriture, ni eau, ni lit.
Non il n'était pas immortel. Il possédait cependant un pouvoir lui permettant de se régénérer instantanément, le rendant insensible aux besoins naturels tout comme la faim, la soif, la fatigue, les blessures, la vieillesse. Il ne connaissait rien de tout cela depuis qu'il était enfermé ici. Son pouvoir était à son paroxysme grâce à l'absence totale de lumière. Cette obscurité omniprésente avait nourri son pouvoir. Et pourtant, l'homme rêverait bien d'y mettre un terme. A son pouvoir ainsi qu'à sa vie. Il y rêvait depuis qu'il avait mit les pieds dans cette prison. Depuis neuf ans, il brûlait d'envie de mettre fin à sa vie. Cependant, ses membres attachés par de lourdes chaînes ne lui permettaient pas de se donner la mort. Il aurait dû le faire du temps où il était dehors. Non, il aurait du le faire lors du suicide collectif de son peuple. Il serait alors en compagnie des personnes qu'il affectionnait. Il vivait désormais seul depuis trop longtemps, sans lumière, condamné à vivre éternellement. Survivant à une infinité de générations. Survivant même à Hyrule.

Mais le destin ne semblait pas l'entendre de cette oreille car quelqu'un se trouvait devant les barreaux de la cellule. Une personne nantie d'une forte corpulence mais forçant le respect de ses amis.
Le prisonnier, habitué à l'obscurité, n'eut aucune difficulté à discerner les contours de la silhouette du fond noir.
- Qui est là ? demanda le prisonnier.
- Un bienfaiteur qui va te faire sortir d'ici, répondit la mystérieuse silhouette.
- Si tu veux me rendre service, tues-moi ! Je te serai éternellement reconnaissant !
- Je ne compte pas te tuer. Mais il se passe des choses dehors. Il y a eut beaucoup de changements depuis ton incarcération. Maintenant, Hyrule doit affronter un nouveau danger. Et c'est pour cela que je suis ici car tu seras un élément clef dans cette histoire. Tu contribueras au salut d'Hyrule.
Une lumière vive apparut. Le prisonnier, privé de cette sensation depuis bien trop longtemps, ferma les yeux, ébloui par tant de lumière. S'habituant petit à petit, il pu finalement ouvrir les yeux découvrir l'identité de ce mystérieux bienfaiteur au bout de cinq minutes d'adaptation. Il s'agissait de Rauru, le Sage de la Lumière.
- Vous êtes Rauru n'est-ce pas ? Le Prophète d'Hyrule ?
- Exact. Enfin, ça, c'était il y a neuf ans. Beaucoup de choses ont changé. Je suis désormais un membre du conseil d'Hyrule, un médecin sans frontière et le Sage de la Lumière. Et toi tu es... Gontran le Sheikah guérisseur.

GontranChapitre 19 : Gontran, le Sheikah guérisseur   up

- Vous vous souvenez de moi ? Pourquoi ce n'est que maintenant que vous décidez de me rendre visite ?
- Parce que je ne savais pas que tu étais prisonnier ici. Du moins, pas jusqu'à aujourd'hui. Je suis Sage de la Lumière et également le porte-parole des Déesses. Je suis le seul à Hyrule à pouvoir interpréter leurs signaux qui s'inscrivent dans le Livre des Prophéties. Elles m'ont communiqué qu'un Sheikah que je connaissais et que je croyais mort se trouvait dans les geôles souterraines du Château d'Hyrule et que grande sera son influence dans les évènements à venir.
- Je n'ai rien de spécial. Les Déesses tirent de mauvaises cartes. Je ne suis qu'un misérable. Voulez-vous que je vous dise comment j'ai atterri ici ?
- Toi qui étais un homme si vertueux, dis-moi pourquoi tu t'es retrouvé en ces lieux.
- A l'époque, j'étais un médecin sans frontière, un guérisseur. On m'appelait le thaumaturge, le prestidigitateur, le "faiseur de miracles". Aucune maladie ne me résistait. Un jour, j'ai soigné un homme, un dénommé Sakon. Il était venu de loin pour me trouver, affirmant que j'étais son unique espoir car il avait contracté une maladie incurable. Et le lendemain, les autorités Hyliennes m'ont arrêté parce que j'avais inconsciemment soigné un voleur de grande renommée. Il avait apparemment volé, bien des années plus tôt, l'authentique tapis volant à la famille royale qui aurait permit au Héros de la Prophétie de s'envoler dans le Château Céleste où demeuraient les trois déesses de la création. Considérant que j'avais mis Hyrule en péril en mettant un patient sur un piédestal, le roi m'a condamné à la peine de mort. Ils m'ont donc enfermé dans cette prison ancestrale, en espérant que je meure de faim, que je succombe à l'odeur pestilentielle qui règne dans ces lieux. Mais depuis neuf ans maintenant, mon pouvoir agit de manière permanente et m'empêche de mourir. L'ironie c'est que... en guérissant les gens, je pensais pouvoir me racheter pour toutes ces morts que j'ai causé en participant au génocide. Mais tout cela m'a rattrapé et j'ai été enfermé ici durant je ne sais combien de temps. C'est bien. Ca me fait croire qu'il y a une justice en ce monde car je ne mérite pas de rédemption.
- Si tu sors d'ici et que tu accomplis ton destin, alors elle te sera accordée. Car si tu contribues au salut d'Hyrule, tu permettras la sauvegarde de nombreuses vies. De plus, ne soit pas trop dure avec toi-même puisque tout comme tes confrères encore vivants, tu n'as tué personne durant cette guerre. Le fardeau que tu portes est bien trop lourd car c'est celui de ton peuple et non le tien.
- ... Dites-moi ce que mon humble personne a à offrir à ce monde ?
- Je te raconterai tout en détail lorsque nous serons hors de ces murs.
- D'accord, allons sauver le monde.
- Bien dit. Seulement, ces barreaux sont imperméables à la magie. L'idéal serait que je puisse libérer toute mon énergie en une fraction de seconde. Le trop plein d'énergie qu'auront absorbé ces barreaux va les faire exploser. Cela va prendre du temps pour te libérer.
Rauru s'assit en tailleur et se mit à rayonner, canalisant toute l'énergie dont il disposait. L'opération allait être longue.

Link et Impa étaient désormais près de l'immense grille qui barrait le chemin menant au Château. Ils l'escaladèrent et se retrouvèrent désormais à côté du cul-de-sac menant à la Fontaine des Fées. Un détail vint cependant briser l'optimisme de Link. Face à eux, d'innombrables gardes patrouillaient et ils étaient proches d'un demi-millier. Jamais Link n'avait vu un tel rassemblement des autorités Hyliennes.
- Mais qu'est ce qui se passe ? demanda Link. Tout les soldats d'Hyrule sont ici ou quoi ?!
- Je n'en sais rien, répondit Impa. Ils ont dû penser que tu tenterais un régicide pour prendre le pouvoir. Mais les affronter nous ferait perdre du temps et Lambardy ne tarderait pas à détecter notre présence. L'entrée de la prison souterraine se trouve derrière le Château. Même lorsque Ganondorf à construit son Château, celle-ci est restée intacte. Je vais nous téléporter jusque là-bas ! Attrape mon bras !
Link agrippa le bras du Sage de L'Ombre. Tous deux se volatilisèrent, traversant le temps et l'espace.

Le Héros du Temps et son amie se retrouvèrent devant un énorme monticule de pierre. Un ensemble harmonieux de roche. Harmonie troublée cependant par la présence d'une porte dorée en son centre. Une énorme porte, zébrée de chaînes solides.
- Apparemment, Lambardy aussi a oublié cet endroit, constata Link. Mais la question que je me pose dorénavant est de savoir comment Rauru a fait pour se rendre en ces lieux. Et surtout pour entrer dans la prison alors que la porte est intacte.
- Va savoir. Ca doit être l'un de ses nombreux pouvoirs. Dépêchons-nous car Zelda ne tiendra pas beaucoup plus longtemps.
Link brandit son épée qui se mit à briller. Il exécuta un salto avant. La lame décrivit une spirale mortelle dans les airs avant de s'abattre sur l'énorme porte dorée qui explosa sous le choc. Le chevalier se redressa, rengaina son épée et s'aventura dans l'énorme brèche qu'il venait de causer. Impa, après quelques secondes d'appréhension, décida d'entrer à son tour.

Chapitre 20 : Liberté retrouvée   up

Saria, Mido et Lyros étaient enfin arrivés au Village Kokiri, pleins d'espoirs. Espoirs qui se dissipèrent lorsque le trio entra dans la maison de Saria pour y voir Zelda, victime de violentes convulsions. Les frères Je-Sais-Tout tentaient par tous les moyens d'apaiser la jeune femme, en vain.
- Ecartez-vous ! ordonna Lyros. Je vais lui administrer de la potion bleue !

Les quintuplés obéirent. Lyros plaqua le visage de Zelda contre le sol, immobilisant celui-ci et lui fit avaler de force le breuvage magique. Les convulsions disparurent. Cependant, les lèvres de Zelda étaient légèrement violacées, ses yeux étaient laiteux et sa peau était pale. C'était une femme en sursis. Son salut ne se calculait plus en heures mais en minutes.

- La première heure est passée, constata Mido, nous lui avons donné du temps supplémentaire. Mais vu son était, je dirai qu'il ne lui reste que trente minutes.
- Désormais, poursuivit Saria, c'est à Link, Impa et Rauru de jouer. Ils doivent être revenus dans moins d'une demi-heure.
- Rauru, s'exclama Lyros ?! C'est sur lui que vous comptez ?! Si c'est ça, je peux vous dire que c'est foutu, parce que pour guérir un maléfice de cette ampleur, il lui faudrait minimum deux heures !
- Si la princesse a vu Rauru la sauver dans ses rêves, ça veut dire qu'il va vraiment réussir, rassura Saria.
- Espérons, clama Lyros ! Je vais parler au Vénérable Bourgeon de l'Arbre Mojo, il en connait peut-être des choses, lui.

Link et Impa entamèrent leur descente aux enfers. Ils dévalaient les escaliers qui s'enfonçaient dans le noir absolu.
- Bon sang ! tempêta Link qui faillit tomber. Impossible de savoir sur quoi on marche ! Et ça pue ici !
- Faisons le moins de bruit possible, conseilla Impa. On ne sait pas ce qui nous attend plus bas.
- Si seulement j'avais encore Navi ou Taya pour m'éclairer.
Enfin, leurs pieds se posèrent sur une surface plane. La descente était terminée. Impa, apprivoisant l'obscurité, scruta les ténèbres pour apercevoir les contours de ce qu'il semblait être un interrupteur incrusté dans le sol. Celle-ci s'avança vers l'interrupteur et se posa dessus. Un cliquetis se fit alors entendre, comme celui d'une grille s'élevant pour céder le passage. Et effectivement, un nouveau chemin venait de se créer. Le Sage de l'Ombre ainsi que le Héros du Temps empruntèrent la nouvelle voie qui s'offrit à eux. Mais tandis qu'ils s'avancèrent, la grille se referma, éradiquant tout espoir de faire demi-tour.

- Ce n'est pas grave, remarqua Link. Je jouerai un chant pour nous sortir de là. Continuons.

Une vive lumière inonda le couloir ou Link et Impa se situaient, accompagnée d'une violente détonation. La lumière s'estompa comme elle était apparue.

- Ce doit-être Rauru qui est à l'origine de ce cataclysme, devina Impa. Ca veut dire qu'il n'est plus loin ! Allons-y !
Link courut pour rejoindre la source du phénomène, suivi d'Impa.

Les barreaux qui faisaient face à Rauru n'existaient plus. La chaine qui retenait Gontran avait aussi fait les frais de l'attaque du Sage de la Lumière et ressemblait désormais à un tas de cendre. Le Sheikah guérisseur, peinant à se relever au début, s'aida du mur pour se maintenir debout.
- Par les Déesses ! pesta Gontran. T'en as mis un temps !
- Du temps, tu en as eu ! répliqua Rauru. Je pensais que deux minutes, comparé à neuf ans de captivité, ne représentaient rien.

Gontran grommela. Il pu s'extraire, non sans mal, de cette immonde cellule dans laquelle il était enfermé depuis neuf longues années. Il n'allait pas regretter cet endroit. Tandis que Gontran, habitué à sa mobilité retrouvée, gambadait, Rauru adoptait la marche "tranquille".
- Ah, les jeunes ne pourront jamais nous comprendre, lança le Sage de la Lumière.
- Fallait te maintenir en forme ! Alors on se bouge, monsieur le médecin sans frontière !
Le Sheikah guérisseur attrapa Rauru par le bras l'emporta dans sa course.
- Hé ! Attendez !
La voix venait de retentir derrière eux. Non loin, deux silhouettes émergèrent de l'obscurité pour rejoindre Rauru et Gontran. Il s'agissait de Link et... d'Impa. Gontran la fixa attentivement. Après un examen visuel minutieux, le Sheikah reconnut enfin sa consoeur et l'attira dans ses bras.
- Mais... qu'est ce que...
- C'est moi, Impa ! C'est Gontran !
Impa se libéra son étreinte pour jeter un coup d'oeil à son visage. Il n'y avait pas d'erreur possible. Elle reconnut immédiatement son ami d'enfance.
- Mais oui ! C'est bien toi !
Impa se jeta dans les bras de l'homme. Elle regretta très vite son acte car il empestait... à mort ! Et le pire, c'est qu'il ne voulait même plus la lâcher ! Neuf ans sans se laver, c'est fatal ! Cependant, ses dents et son haleine demeuraient intactes. De grâce !
- Donc vous vous connaissez ? questionna Link.
- Bien sur, répondit Gontran. Nous sommes des amis d'enfance. Je suis aussi un Sheikah. Et toi, tu es... ?
- Je suis Link. Héros du Temps, détenteur de l'Epée de Légende, de la Triforce du Courage ainsi que du trésor de la Famille royale : l'Ocarina du Temps.
- Tu es le Héros de la Prophétie ? Celui-que nous avons attendu depuis des lustres et que nous attendons encore ?!
- ... Hmmm. Depuis combien de temps êtes vous incarcéré ? J'ai fait mes preuves il y a déjà plusieurs années.
- Sois clément avec lui, conseilla Rauru. Il a été enfermé ici depuis neuf ans ici. Mais il a survécu grâce à son pouvoir d'auto-guérison.
- Ah je vois. Nous avons donc quelques points communs, vu que moi j'ai raté sept ans de ma vie. Ho-ho-ho ! Mais au fait Rauru ! Comment as-tu fait pour te rendre ici ?
- Je parie que vous êtes rentrés par l'immense porte dorée, mais sur le côté, il y avait une autre entrée. Celle utilisée pour les évacuations d'urgence. Je suis passé par celle-là. Pour ce qui est de parvenir jusqu'ici sans me faire repérer par les monstres qui patrouillent dehors, j'ai utilisé mes pouvoirs. Je peux faire en sorte que mon corps ne réfracte pas la lumière. Et l'absence de réfraction de lumière m'a rendu invisible aux yeux des autres.
- Pratique, ce pouvoir.
- Il n'y a pas de temps à perdre ! pressa Impa. Rauru, nous te sollicitons pour guérir Zelda. Elle est victime d'un maléfice que toi seul peut briser. Mais elle n'en a plus pour très longtemps ! Je t'en supplie ! Accompagne-nous !
- Par Farore ! Où est-elle ?
- Elle est dans la Forêt Kokiri ! Link, téléporte-nous quelque part !
- Ce sera au Bosquet Sacré, alors ! Tenez-moi tous !
Impa, Rauru et Gontran obéirent et disparurent avec Link après que celui-ci ait entonné le Menuet des Bois.

Chapitre 21 : Le Bosquet Sacré et les Bois Perdus   up

Quatre silhouettes venaient d'apparaitre sur le blason de la Triforce qui ornait le sol, au pied de l'entrée du Temple de la Forêt. Elles appartenaient à Link, Impa, Rauru et Gontran. Grande fut leur surprise lorsqu'ils constatèrent qu'ils étaient cernés par une dizaine de Moblins qui chargeaient sur eux, la lance la première. Link invoqua l'Amour de Nayru et un gigantesque prisme bleu encadra le quatuor, le protégeant des attaques extérieures.
- Ne perdons pas notre temps ! ordonna Link. Cette barrière nous protègera de toute attaque durant une minute. Fonçons vers la sortit du Bosquet pendant quelle est encore active. Mais restons groupés sinon l'effet s'estompera !
- D'accord, répondit en concert le reste de la bande.
Et les voilà partis pour une course frénétique au coeur du dédale qu'était le Bosquet Sacré, ignorant les Moblins et leurs hallebardes. Cependant, après vingt secondes seulement, la barrière disparut, à la stupéfaction générale.
- Tu les comptes comment, tes minutes ? demanda Gontran.
- Je... c'est dû à la fatigue, expliqua Link. Hier, on a mené un combat intense contre des magiciens. Cette nuit, je ne me suis même pas reposé. Ajoutons à cela que l'Amour de Nayru consomme énormément de ressources magiques et que, en plus, je dois l'invoquer pour quatre personnes. Désolé mais... pour l'Amour de Nayru, je crois que c'est foutu.
- Moi ça me va, commenta Rauru ! Paumes de Lumière !
Rauru donna des coups de paumes dans l'air et chaque coup libérait des faisceaux lumineux qui explosaient au contact des Moblins arrivants, provoquant la mort de ces derniers.

Impa, qui était prise en embuscade à une intersection, invoqua deux tentacules sombres qui prolongeaient ses bras. Elle les maniait avec dextérité. Les tentacules d'ombre fouettèrent quatre Moblins avant de les enlacer et de les fracasser contre les parois.

Gontran, qui esquivait les nombreuses charges ennemies, inspira profondément. L'énergie de deux Moblins fut ingérée par le Sheikah qui était désormais en pleine forme.

Link déploya son aura dévastatrice. Il était auréolé d'un festival d'étincelles.
- FRAPPE TRIFORCE !

Le blason de la Triforce apparut devant lui et emprisonna ses opposants. Link assena une dizaine de coup sur le symbole flottant et tous les dégâts étaient reportés sur six Moblins qui furent découpés en rondelles. Il entonna ensuite le Chant de l'Epouvantail et Pierre apparu sur un promontoire. Link envoya la chaîne de son Grappin sur lui et la rétracta. Filant dans les airs, Link agita son épée dans tout les sens, distribuant la mort à chaque coup. A son arrêt, sept Moblins furent décapités. Et enfin, il sauta et invoqua le Feu de Din dans les airs. Une vague de feu dévastatrice déferla sur le bosquet, tuant les derniers Moblins restants.
- La route est libre désormais ! Dépêchons nous !
Rauru, Impa et Gontran venaient de s'extraire d'un mini bassin, unique refuge contre l'attaque de Link. Ces derniers fixaient le Héros du Temps avec mépris et rancune.
- Il pourrait penser à nous, l'incendiaire ! rouspéta Gontran.
- Ne te plains pas, toi ! répliqua Impa. Il t'a rendu service ! Une bonne douche ne peut te faire que du bien !
Suite à cette violente diatribe, Gontran tomba une nouvelle fois dans le bassin tandis que Rauru et Impa venaient d'en sortir. Exaspérée, Impa tira le corps de l'homme hors de l'eau : elle reconnaissait bien là son ami d'enfance. Impa, Rauru et Gontran sortirent du Bosquet Sacré, précédés de Link. Il y avait un nouveau problème désormais. Arrivé aux Bois Perdus, Link ne s'avait plus quelle sortie prendre pour rejoindre le Village Kokiri. Ces bois portaient très bien leur nom et Link ne le savait que trop bien.
- On ne peut pas prendre de sortie au hasard ! affirma Link. Je vais établir une connexion mentale avec Saria pour qu'elle nous indique le chemin !
Link entonna le Chant de Saria. Ses notes portèrent loin, très loin, pour finalement s'engouffrer dans l'esprit d'une certaine Kokiri.
- C'est toi, Link ? demanda Saria.
- Oui, c'est moi ! Zelda va mieux, vous avez pu lui donner de la potion bleue ?
- Oui, mais elle ne va pas bien du tout. Il ne lui reste pas beaucoup de temps. Il faut que vous soyez là dans dix minutes maximum ! Où êtes-vous ?!
- Dans les Bois Perdus. Je nous ai téléporté au Bosquet Sacré pour vous rejoindre plus rapidement. Mais là je suis perdu avec les autres. J'ai besoin que tu nous indique le chemin sachant que je sors du Bosquet Sacré.
- D'accord... euh... alors tu prends la sortie qui est à ta gauche !
- Sortie de gauche... sortie de gauche...

Link s'aventura dans le passage indiqué par son amie, suivi par le reste de la bande. A nouveau il se retrouva au carrefour de trois chemins.

- Ensuite ?
- Si tu as bien suivi mes instructions, il devrait y avoir l'entrée d'une grotte souterraine à quelques mètres de toi. Bon, de là où tu es, tu prends le chemin qui est à droite et ensuite, quand tu arriveras au prochain croisement, tu prendras le chemin qui te fait face.

Link suivit à la lettre les instructions de Saria. Il prit le chemin de droite et se retrouva une nouvelle fois partagé entre trois voies différentes. Il emprunta celle qui lui avait été indiquée par Saria, c'est-à-dire celle qui lui faisait face et se retrouva dans une aire assez vaste. A sa gauche se trouvait un bassin qui était en fait un portail magique menant au Domaine Zora. Cette fois, deux voies seulement se présentaient au groupe.

- Bon, je pense que tu y es. Mais la connexion mentale s'affaiblit du fait que tu te rapproche de moi, donc je vais devoir abréger. Maintenant, prends le chemin de droite. Normalement tu y verras le portail qui mène au Village Goron. De là, tu prendras le chemin de gauche. Tu verras deux Skullkids qui jouent de la flute, tu prendras le chemin de droite. Et enfin, tu prendras le chemin de gauche et tu seras arrivé. Fait vite... ZELDA ! ELLE... !
La voix de Saria s'éloigna au point d'être inaudible. Link indiqua la marche à suivre à ses compagnons pour sortir des Bois Perdus.

combatChapitre 22 : Joie   up

Link, Impa, Rauru et Gontran entrèrent dans la maison de Saria. Zelda convulsait. Du sang s'échappait de ses yeux, de sa bouche, de son nez et de ses oreilles. Gontran et Rauru s'échangèrent un regard puis se précipitèrent autour du corps de Zelda.
- Maintiens-là en vie pendant que j'extrais le maléfice de son corps ! ordonna Gontran.
- Entendu !
Rauru enveloppa Zelda d'une aura lumineuse. Gontran, quant à lui, marmonnait une longue et interminable incantation tout en ayant sa main posée sur le front de la malade.
Saria s'était effondrée. Elle pleurait. L'idée de voir Zelda disparaître la terrifiait au plus haut point.
Link et Impa attendaient dehors.
- Tu es comme moi, conclua la Sheikah.
- Comment ça ? demanda Link.
- Tu es incapable d'assister à ça. Nous sommes tous les deux incapables de voir la personne que nous chérissons le plus au monde souffrir de la sorte. Et nous refusons d'admettre qu'elle pourrait y rester.
- Ouais... tu n'as pas tort.
Impa posa sa main sur l'épaule de Link dans l'espoir de lui insuffler du courage. Puis elle s'éloigna dans l'obscurité, en direction de la clairière du Bourgeon de l'Arbre Mojo.

Tandis qu'Impa foulait l'herbe de l'immense clairière de l'arbre sacré, elle vit une silhouette assise en tailleur. Une silhouette trop grande pour être celle d'un petit Kokiri. Alors quelle pouvait être l'identité de cette personne qui semblait commercer avec le bourgeon ?
L'homme sentit qu'on l'observait et se retourna. Il scruta les confins obscurs pour déceler les contours d'une femme.
- Ne t'inquiètes bas, Lyroz, chuchota le Bourgeon de l'Arbre Mojo. La bersonne qui z'abbroche n'est bas mauvaise. En bluz, zon aura te rezzemble barticulièrement.
- Mmh-hmm, voyons ça, décida Lyros.
Le Sheikah s'approcha de la personne qui lui faisait face. Cette dernière en fit de même. Trois mètres les séparaient désormais et les deux personnages se jaugèrent de bout en long.
- L-Lyros... ?
- Impa !
Le corps d'Impa fondit sur le torse de Lyros. Celui-ci l'emprisonna dans ses bras solides. Il voulait que ce moment dure.
- Lyros ! Mais... c'est formidable de te retrouver ici, tu es la dernière personne que je m'attendais à voir !
- Par les Déesses ! Je suis si heureux de te voir !
- Quelle soirée ! Sais-tu que Gontran est dans ce village et qu'il soigne l'ancienne princesse héritière ?!
- Nnnnaaaaaaan !
- Siiii ! Je t'assure ! Il est assisté par Rauru !
- C'est formidable ! Zelda va s'en sortir alors, hein ? Hein ?
Impa se libéra de l'étreinte de son amie et son visage s'assombrit.
- Je n'en serais pas aussi sûre à ta place... Elle est aux portes de la mort. La ramener sera très difficile. Alors va auprès d'elle. Je sais que tu as veillé sur cette petite depuis qu'elle est haute comme trois Kokiris. Enfin bon... n'abusons pas. Haute comme trois pommes. Ta présence lui fera du bien. Elle se sentira moins seule.
- Je sais que c'est égoïste de ma part mais... je ne pourrais entrer dans cette maison et la voir agoniser. Essaies de convaincre Link.
- Allons. Tu dois être plus forte que ça. Je t'accompagnerai.
- D'accord. Mais...
Des cris s'élevèrent au delà des arbres. Impa et Lyros coururent à grandes enjambées pour savoir ce qui pourrait provoquer une telle euphorie.
Ils arrivèrent au village et virent quelque chose d'étonnant : tout les Kokiris gambadaient, chantaient, exprimaient leur joie. Link et Saria se tenaient main dans la main et dansaient, affreusement mais avec gaieté.
- Mais... cela veut dire que...
Impa réduisit la distance qui la séparait de la maison de Saria en un temps record. Elle y entra et vit Zelda qui avait reprit des couleurs. Elle s'adossa contre le mur pour s'affaisser lentement, croulant sous le poids de l'immense soulagement. Elle se mit à rire.
- Elle va s'en sortir désormais, affirma Rauru.
Lyros entra à son tour dans la maison. Dans un premier temps, il vit le corps de Zelda qui semblait moins... cadavérique, ce qui eut pour effet de le faire sourire. Puis, dans un second délai, il vit un homme dont l'apparence ne lui était pas inconnue. D'ailleurs, celui-ci venait de redresser pour mieux examiner Lyros à son tour. Soudain, les faces des deux hommes s'illuminèrent et ils se jetèrent l'un sur l'autre. Mais Lyros s'éloigna rapidement, prétextant un faux mal de dos. Impa rigola de plus belle : Gontran avait définitivement besoin d'une bonne toilette pour améliorer ses rapports avec les autres.
- D'abord Impa et ensuite Lyros ?! s'extasia Gontran. C'est impossible ! On me fait une farce, j'hallucine !
- Ouais ! Moi aussi je suis content de te voir !
- Et Cassidy ? Vous avez des nouvelles ?!
- Non. Malheureusement. Mais moi, Impa et Cassidy, ça nous arrivait de se croiser ces dernières années. Toi, on ne t'a pas revu depuis neuf ans au moins, même durant les sept années où Ganondorf est monté au pouvoir. On aurait pu tous s'allier et détruire cette vermine mais il manquait quelqu'un. Toi. T'as quitté Hyrule ou quoi ?
- C'est une longue histoire. Ganondorf... Ganondorf... N'était-ce point ce remarquable monarque qui régissait la région des tortionnaires du désert ?
- Mouais... t'as définitivement quitté Hyrule trop longtemps.
- Plus important, appelez le Héros du Temps et la petite Kokiri. Rauru a découvert ce qui a causé le maléfice. Il faut qu'ils l'entendent.
- Bah on va devoir attendre parce que ils sont en train de... qu'est-ce qu'ils font ?
- Ils dansent. Mais je comprends que tu te poses la question.

Bien plus tard, tandis que la forêt avait reprit son calme habituel et que les Kokiris purent reprendre leur sommeil, Link et Saria se joignirent au reste de la troupe.
- J'ai découvert la source du problème, déclara Rauru.
- Alors ? demanda Lyros.
- Son maléfice n'a été envoyé par personne, expliqua Rauru. C'est quelque chose qui a grandi en elle. C'est un juste prix quelle devait payer.
- Le juste prix DE QUOI ? demanda Link.
- De ses rêves prémonitoires. La source de sa malédiction est sa vision sur le futur.

Chapitre 23 : Cruel revers   up

- SES REVES ?! interrogèrent les autres à l'unisson.
- Oui. Voir l'avenir est un très grand pouvoir. C'est contre-nature et un tel pouvoir d'une telle utilité ne peut être gratuit. Ces dernières semaines, l'esprit de Zelda a été tourmenté par de nombreux songes. Utiliser tant de fois ce pouvoir l'a consumée un peu plus chaque jour. Et vu qu'elle est désormais l'hôte du double fragment de Triforce, son âme s'est consumée deux fois plus vite. Gontran et moi avons réussi à la sauver, cette fois. Mais il ne faut plus qu'elle utilise ce pouvoir.
- Mais comment faire ? demanda Saria. Les rêves vont continuer de venir.
- Pas si elle les rejette. Cela parait fou mais Zelda a un parfait contrôle là-dessus. Elle est simplement devenue dépendante de ses visions car, en ces temps de troubles, elles s'avéraient être une arme efficace.
- Donc elle va devoir choisir, devina Link. Choisir entre oublier ses rêves prémonitoires, perdre son arme la plus précieuse et utiliser ses rêves à court terme et mourir. Dans le deuxième cas, nous perdrions l'hôte du double fragment de Triforce.
- La question ne se pose même pas ! tempêta Impa. La première option est la bonne.
- Tu as parfaitement raison, remarqua Link.
- Quelle idiote j'ai été. Je me souviens maintenant que quand elle était petite, elle saignait souvent du nez la nuit et la journée aussi. Et ces saignements coïncidaient à chaque fois avec les périodes où elle avait ses rêves. J'aurai dû faire le lien.
- Si elle choisit de vivre et d'oublier ses rêves, la suite des évènements sera floue, conclut Rauru. Qui sait quel autre génocide Lambardy veut commanditer ?
- Uniquement celui du peuple Kokiri, répondit Link. Zelda me l'avait dit. Mais bientôt, il va commencer à tyranniser la population et il va annexer le territoire Gérudo. C'est tout ce que je sais. Mais je ne sais pas quand. En plus, il sait désormais que nous avons repoussé l'attaque de ses sbires et que nous nous trouvons au Village Kokiri. Il va sans doute modifier ses plans. Chaque action entraîne une conséquence.

Un silence s'installa. Le temps était à la réflexion. Après quelques minutes, des bâillements indiscrets suggérèrent de remettre au lendemain les plans de bataille.

- Bon, il est temps de débarrasser le plancher pour laisser mademoiselle se reposer, décida Saria.

Les autres acquiescèrent, se levèrent et sortirent de la maison. Tous sauf Link qui contemplait toujours le visage de Zelda.
- On attend tous ton réveil avec impatience. Repose-toi bien d'ici là.
Link exécuta une volte-face et se dirigea vers la sortie. Cependant, quelque chose agrippa ses vêtements, l'empêchant de sortir. Il se retourna et il vit le bras tendu de la jeune femme.
- Link... reste un peu s'il-te-plaît.
Link retint de justesse un cri de joie. Il s'assit à côté de Zelda qui venait de reprendre ses esprits.
- Alors, que m'est-il arrivé ?
- Tu as été victime d'un terrible maléfice et il ne te restait qu'une heure à vivre. Les Kokiris ont veillé sur toi pendant qu'Impa et moi étions en train de chercher Rauru au Château. Parallèlement, Saria et Mido sont partis chercher de la potion bleue au Village Cocorico. Ils y ont rencontré un Sheikah du nom de Lyros. Grâce à lui, ils ont pu obtenir la potion et te l'ont fait boire, ce qui a repoussé l'échéance d'une heure. Impa et moi avons trouvé Rauru dans la prison souterraine du Château d'Hyrule en compagnie d'un Sheikah nommé Gontran. Leurs efforts conjugués ont permit ta guérison.
- Un maléfice ? Causé par qui, par quoi ? Et comment avez-vous su où était Rauru ?
- C'est toi qui nous l'as dit dans ton sommeil.
- Aaaah... ça c'est fort probable, vu que je rêvais de la façon dont vous alliez me sauver. Et Malon m'a fait comprendre que je délirais pendant mon sommeil.
- Ecoute, Zelda. Il ne faut plus que tu acceptes tes rêves prémonitoires. Ce qui t'est arrivé est le prix de toutes les fois où tu as eu recours à tes visions. Rauru nous a expliqué que tu pouvais les rejeter et...
- D'accord.
- Pardon ?
- Je vais arrêter de dépendre de ces visions. Nous nous débrouillerons sans. Je veux pouvoir vivre assez longtemps pour voir le Royaume d'Hyrule libéré de tous ses maux.
- Pas de souci. Si tu le souhaites, tu pourras l'admirer. En plus, il y a désormais Rauru et les deux Sheikahs qui sont venus gonfler nos rangs. On est plus forts que jamais.
Il y eut un moment de silence. C'est Zelda qui l'interrompit :
- Si ça ne te dérange pas, j'aimerais que tu restes ici cette nuit. J'ai besoin de compagnie.
Link, d'abord surpris par la demande de Zelda, s'allongea aux côtés de son amie en guise de réponse. Et ils fermèrent les yeux, s'abandonnant au sommeil.

Tandis que Gontran prenait un bain dans le point d'eau qui servait de passerelle entre les Bois Perdus et le Domaine Zora, Lyros et Impa se partageaient des anecdotes. Des choses qu'ils faisaient durant les longues périodes où ils ne se voyaient pas.
- Dommage que nos occupations nous aient empêché de nous voir plus souvent, regretta Lyros.
- Nous étions tous en quête de rédemption. Nous avons mis nos sentiments de côté pour aider les Hyliens dans le but de racheter notre peuple.
- Et maintenant ?
- De leur vivant, les Grands Compositeurs Bémol et Dièse ont écrits de nombreuses chansons d'amour et elles stipulaient que la nuit était le moment où la romance parlait, où les sentiments voguaient sans obstacles ni pudeur.
- Et je pense qu'ils avaient raison.
Les deux Sheikahs se contemplèrent longuement. Impa attrapa le visage de Lyros et l'attira contre sa face. Leurs bouches venaient de fusionner. Leurs silhouettes ne faisaient désormais qu'un ensemble.

Rauru dormait paisiblement à la belle étoile. Gontran, sortant de son bain, venant de le laver de neuf ans d'insalubrité, se perdit dans les Bois Perdus. Il était désormais la cible des Skull Kids.

Une journée était passée et elle s'achevait sur la nuit qui lui succédait. Attendons de voir ce que le lendemain avait à leur offrir.

Chapitre 24 : Le fantôme d'Igor le Fossoyeur   up

Les premières lueurs du soleil perçaient enfin l'horizon. Il n'en fallait pas plus pour des adorateurs de l'ombre. Les Sheikahs étant les premiers éveillés décidèrent de réveiller les autres pour décider de la marche à suivre. A l'exception de Zelda qui méritait encore un peu de repos après sa mésaventure de la veille.
- Maintenant que les pouvoirs de Zelda ne peuvent plus nous aider, nous devons nous organiser, annonça Rauru. Nous devons agir efficacement.
- Je pense rester ici au cas où les Mandos nous attaqueraient, expliqua Saria. Avec Zelda, je pense qu'on peut les repousser.
- Moi, je vais aller à la Forteresse Gérudo pour prévenir Nabooru, décida Impa. Qu'elle sache qu'une menace plane sur son peuple.
- Je viens avec toi ! s'exclama Lyros.
- Et moi aussi, lança Gontran dans la foulée.
- C'est d'accord, dit Rauru. Je vais aller rendre visite à Darunia et à Ruto. Il faut les rallier à notre cause. De plus, s'ils sont avec nous, restaurer l'image de Link et de Zelda sera peut-être moins difficile.
- Et toi, Link ? interrogea Impa. Que comptes-tu faire ?
- Je vais faire la course contre le fantôme d'Igor. Peut-être que ce qu'il a à me proposer sera utile pour la suite des évènements. Bon bah je ne perds pas de temps ! Je pars devant vous !
Link se redressa et entonna le Nocturne de l'Ombre dans le but de se téléporter au cimetière de Cocorico. Il se volatilisa dans une trainée étincelante, à la stupéfaction de Lyros.
- C-comment un non-Sheikah peut-il se volatiliser de la sorte ? bégaya celui-ci.
- C'est le Héros du Temps, expliqua Impa. Il faudra t'habituer à en voir de toutes les couleurs. Et si on se mettait en route également les gars ?
- D'accord, répondit Lyros. Petite Kokiri, garde bien cet endroit.
Saria sourit. Elle les trouvait plutôt cool, ces Sheikahs finalement, bien que la veille, elle avait eu un accrochage avec l'un d'eux. Tout le reste de la troupe marcha en direction du pont menant à la plaine.

Link, qui était au cimetière, marcha à travers le défilé de tombes. Il savait exactement quelle pierre tombale soulever. Au passage, il tua quelques spectres présomptueux. Enfin, il s'arrêta devant une pierre tombale et la souleva grâce à ses Gantelets d'or. Il y avait un passage en dessous. Link sauta dans le trou, prêt à courir une nouvelle fois avec son fantôme préféré.

Après une chute assez vertigineuse, Link se réceptionna au sol, non sans émettre un petit gémissement. Il leva la tête et le vit : le fantôme d'Igor lévitant dans les airs avec une lanterne dans sa main et une auréole sur sa tête.
- Yark yark yark ! Mais c'est le petit de la dernière fois. Tes amies t'ont donc parlé de mon nouveau trésor. Quel dommage, j'avais aussi quelque chose pour elles. Mais le principal est que tu sois là.
- Si tu me disais déjà ce que j'ai à gagner ?
- Non, non, non. Ca ne marche pas comme ça. Tu va devoir mériter mon trésor.
- D'ailleurs, comment trouves-tu tout ces trésors ?
- Le cimetière contient des galeries souterraines comme celle-ci qui sont en fait, d'anciens passages secrets utilisés par les Sheikahs lors de leur... yark, yark... génocide. Durant la bataille, les combattants des deux clans, c'est-à-dire les Sheikahs et les Mandos, ont laissé traîner pas mal de choses par terre. Des objets, en général, très rares de nos jours.
- Tu es au courant pour le génocide ?
- J'étais assez grand à l'époque pour me souvenir de ce qui s'est passé à Hyrule. Déjà amateur de fantômes et d'esprits, je me suis installé au cimetière peu de temps après qu'Impa la fondatrice ait construit ce village. Je me suis servi de mon métier de fossoyeur comme couverture mais la nuit, il m'arrivait d'emprunter ces galeries. Car je savais que les âmes tourmentées des Mandos subsistaient encore dans les souterrains d'Hyrule. Mais lorsque le royaume est tombé aux mains de Ganondorf et que le trépas eu raison de moi, je suis moi-même devenu un esprit. Les liens que j'établissais avec les esprits Mandos purent s'accroître. Mon passe-temps était désormais d'attirer les plus valeureux Hyliens en ces lieux dans l'espoir de montrer aux âmes Mandos qu'il y avait, en Hyrule, des personnes encore dignes de confiance. Des personnes capables de changer le monde. Des personnes sur qui l'on peut poser un regard et se dire tout de suite qu'il va arranger les choses. Tout cela dans l'espoir d'atténuer leur haine. Car c'est leur haine qui a pu restaurer la puissance de l'épée légendaire Ascalon. Ils me l'ont dit.
- L'épée légendaire Ascalon ? Légendaire ?
- Autant que l'Epée de Légende que tu portes. Ces deux épées sont antagonistes. La tienne apporte la justice, l'autre apporte le chaos et le désespoir. Et tout comme toi tu as l'Epée de Légende, le nouveaux roi d'Hyrule possède Ascalon.
- Lambardy possède une épée capable de rivaliser avec la mienne ?
- Je sais que ça fait beaucoup, petit. Apparemment, les Déesses ont crée Hyrule dans le but de borner l'influence que cette épée pourrait avoir sur le monde. Et la mission des Mandos, un peuple sage et pacifique, devait se résumer à garder cette épée loin des mauvaises ondes... yark, yark... Mais il a fallu qu'un roi susceptible et un peuple adorateur de l'ombre sème la pagaille en ces lieux. La haine des Mandos a libéré Ascalon de sa torpeur et l'épée a choisi celui qui était le plus digne de la manier. L'un des quatre survivants Mandos : le petit Lambardy qui portait la rage de tout son peuple. Et il est fort probable qu'il agisse sous les ordres de cette épée.

La tête de Link était sur le point d'exploser. Trop de révélations, trop d'informations à digérer d'un coup.

- Cela veut dire qu'Ascalon se trouvait déjà ici avant qu'Hyrule n'existe ?
- Ca parait fou mais tu dois avoir raison. Yark, yark ! Petit, tu n'as tout de même pas oublié ce pour quoi tu es venu ici ? Allez, suis-moi !
Le spectre d'Igor s'enfonça dans l'obscurité. Link fila à ses trousses, en quête du trésor et... de réponses.

chapitres suivants...

Ce texte a été proposé au "Palais de Zelda" par son auteur, "Jean-Yann". Les droits d'auteur (copyright) lui appartiennent.

Le Palais de Zelda :: Webmaster: Ariane
Design créé par Sylvain
www.palaiszelda.com :: Copyright © 1999-2019
Note légale : Ce site est protégé par les lois internationales sur le droit d'auteur et la protection de la propriété intellectuelle. Il est strictement interdit de le reproduire, dans sa forme ou son contenu, sans un accord écrit préalable du "Palais de Zelda".
retour au haut de la page