• Legend of Zelda
  • Adventure of Link
  • A Link to the Past
  • Link's Awakening
  • Ocarina of Time
  • Majora's Mask
  • Oracle of Ages
  • Oracle of Seasons
  • Four Swords
  • The Wind Waker
  • The Minish Cap
  • Four Swords Adventures
  • Twilight Princess
  • Phantom Hourglass
  • Spirit Tracks
  • Skyward Sword
  • A Link Between Worlds
  • fin du menu jeux

La légende se poursuit...

Ecrit par Tomtom, Alex et cyborgC18

C'est par une belle journée d'été que tout commença. Alors que Link et Zelda se promenaient sur le bord de la mer de l'île que l'on nommait Outset Island, Ganondorf, le Seigneur du Malin, apparut à leurs côtés, un sourire plein de méchanceté sur le visage.
- Ganondorf ! s'exclama Link en dégainant son épée. Qu'est-ce que tu fais ici ?
- Ha ha ha ! Range ton épée tu ne peux rien contre moi !
A ses mots, il se téléporta en arrière de Zelda et l'attrapa par le collet.
- Zelda ! s'écria Link en se tournant vers elle.
- Lâche-moi tout de suite, espèce de... commença Zelda.
Mais avant qu'elle n'ait pu finir sa phrase, Ganondorf l'avait déjà lancée dans les airs pour que, ensuite, elle soit rattrapée par un oiseau gigantesque qui rôdait autour de l'île depuis l'arrivée du Seigneur du Malin. Ce dernier s'était volatilisé après avoir lancé la gamine.
- Lâche-moi tout de suite cervelle d'oiseau, sinon je te déplume et je te fais rôtir...
Entendant ses paroles, l'oiseau prit peur, la lâcha, puis tenta de prendre la fuite, mais au dernier moment, il réfléchit tout haut :
- Attends une minute... Les barbecues... ils n'ont pas encore été inventés !
Il fonça alors pour rattraper sa proie, si on pouvait l'appeler ainsi, l'attrapa tout juste avant qu'elle tombe sur le sol et continua finalement son chemin, malgré les menaces de la petite qu'il tenait entre ses serres.
- Link ! A l'aide ! cria Zelda au loin.
- Zelda ! cria une dernière fois le héros en regardant la princesse s'éloigner.
Il porta alors sa main à sa bouche et siffla. Il n'eut à attendre que quelques secondes qu'un bateau rouge (communément appelé le Roi des Lions Rouges) naviguant seul, apparaisse à l'horizon de la mer.
- Bonjour Link, dit le bateau, que me veux-tu cette fois-ci ?
- Une urgence ! s'exclama ce dernier en se dirigeant vers lui. Zelda vient d'être enlevée par l'oiseau géant de Ganon ! Il faut se rendre immédiatement à la Forteresse Maudite pour la sauver !
- C'est terrible... Allez grimpe, je t'y emmène le plus vite possible !
Link ne se le fit pas dire deux fois. Il sauta dans le bateau et s'accrocha au gouvernail pendant que ce dernier repartait dans sa nage folle.

Quelques heures plus tard, ils arrivèrent à la Forteresse Maudite, Link s'était endormi dans le bateau et ce dernier avait ralenti l'allure quand son passager lui avait dit qu'il fatiguait.
Arrivés sur le rivage, Link descendit du bateau tandis qu'il lui donnait ses habituels avertissements face au danger :
- Link, fais attention. J'ai un mauvais pressentiment.
- Ce n'est pas nouveau, marmonna le jeune héros. Tu me le dis à chaque fois qu'on fait quelque chose ensemble...
- C'est sérieux, Link. Cette fois-ci, j'en ai un très mauvais.
- Ça aussi, tu me le dis à chaque fois, ajouta-t-il sur le même ton. Alors, à plus tard, conclut-il en parlant à nouveau normalement et en s'engouffrant dans la forteresse, armé de son épée.
- Bonne chance Link ! lui cria le Roi des Lions Rouges au dehors.
Mais Link se trouvait déjà trop loin pour l'entendre. Il s'était rendu au deuxième étage où il cherchait la princesse en criant :
- Zelda ! Zelda où es-tu ? S'il te plaît, réponds-moi !
- Je suis ici, Link ! lui cria une voix dans le coin de la pièce.
En effet, elle se trouvait dans le coin de la pièce, mais elle ne pouvait pas bouger les pieds, comme si une force invisible la retenait en place.
- Zelda, est-ce que tu vas bien ? demanda Link en se précipitant vers elle.
- Je vais b... Attention ! hurla la gamine.
Link eut tout juste le temps de se jeter de côté que le gros oiseau de Ganondorf, Helmarok King, atterrit à l'endroit où Link se trouvait cinq secondes plus tôt.
- Ouf ! Ce n'est pas passé loin... fit Link en se relevant.
- Link, fais très attention ! s'exclama la petite.
- On croirait entendre le Roi des Lions Rouges... marmonna à nouveau le petit.
- C'est normal que tu croirais l'entendre ! C'est mon père qui dirige son esprit, Link ! Ne l'oublie pas !
- Ouais, j'avais oublié ça...
- Ahem ! fit Helmarok King en faisant taire la conversation. Vous ne m'oubliez pas un petit peu, là ?
- Ah oui ! C'est vrai ! s'exclama Link. Je t'oubliais carrément toi ! Il est temps de revenir à nos moutons, je pense ! Es-tu prêt, H.K. ? Tu permets que je t'appelle H.K. au moins ? demanda Link sur le ton de la conversation.
- Oui, bien sûr ! Je n'ai jamais aimé le nom d'Helmarok King, je préfère mes initiales. Je me demande qui m'a donné ce nom niaiseux...
- Ça ne serait pas Ganon, par hasard ?
- Ah oui ! C'est ça ! Je me souviens de l'époque où je n'étais encore qu'un simple pinson, avant que Ganon ne me drogue avec sa puanteur de dessous de bras toxique...
A ce moment, le méchant dont ils parlaient fit son apparition entre les deux.
- Et si vous reveniez vraiment à vos moutons ? demanda le vilain. Et toi, Helmarok King, je veux te voir dans mon bureau après que tu te sois débarrassé de lui, termina-t-il en désignant Link.
Sur ce, il disparut, laissant Link, Zelda et l'oiseau seuls ensemble.
- Ça ne présage jamais rien de bon quand il me convoque dans son bureau... avoua la chose à ailes, l'air piteux.
- Et si vous faisiez ce que Ganon a dit ? demanda Zelda, exaspérée. Et si vous reveniez vraiment à vos moutons ? Je commence à fatiguer, à force de lever et de baisser la tête pour vous regarder parler. En plus, j'ai des crampes en restant clouée sur place.
- Tu sais quoi Zelda ? demanda Link. Je pense que tu as raison. Il faudrait vraiment retourner à nos moutons.
- Bien, mais j'espère que vous n'allez pas repartir dans la nostalgie encore une fois. D'après papa, il paraît que ce n'est pas la première fois que tu fais ça avec tes ennemis, Link...
- C'est beau, Zelda, on a compris ! s'exclamèrent le gamin et l'oiseau géant.
- Si vous avez compris, pourquoi vous ne le commencez pas ?
- Commencer quoi ? demanda la chose à ailes.
- Ben là ! Commencer le tricot de votre grand-mère, tant qu'à y être ?
- OK, H.K. va chercher les aiguilles, moi je m'occupe de la laine, lui répondit le héros en allant chercher ce dont ils avaient besoin avec l'oiseau.
- Mais vous êtes niaiseux, ça n'a pas de bon sens ! C'est le duel qu'il faut que vous commenciez, pas le tricot de votre grand-mère !
- Ben tu n'avais qu'à le dire avant ! Viens H.K., on va aller ranger ça.
- Il était temps ! Ça se peut de ne pas avoir de cerveau comme ça ?
- Ben là, tu n'exagères pas un peu trop, Zelda ?
- Non, pas du tout. Et maintenant, revenez à vos bananes ou sinon je...
- Euh, Zelda... Ça ne serait pas moutons à la place de bananes ?
- Ben oui ! C'est vrai ! s'exclama-t-elle en regardant son texte. Je me suis trompée de texte, j'avais celui de Donkey Kong ! Alors, je reprends : maintenant, revenez à vos moutons ou sinon je vais me fâcher et ça ne va pas être beau !
- OK, OK ! s'exaspéra le gamin. Es-tu prêt, H.K. ?
- Oui, je suis prêt !
- Attends une minute, j'ai quelque chose dans ma poche... l'arrêta-t-il.
- Oh non, ça recommence... se découragea la princesse.
- C'est une guimauve ! La veux-tu H.K. ?
- Oui, je la veux, lance-la-moi ! s'excita l'oiseau en ouvrant la gueule.
Mais lorsque Helmarok King avala la guimauve, il s'étouffa avec et elle resta coincée là.
- Je viens de me rappeler que je suis allergique aux guimauves ! s'écria la grosse bestiole avec vraiment beaucoup de misère.
Mais son allergie eut raison de lui. Quelques secondes plus tard, en effet, ne pouvant plus respirer, il mourut.
- Heure du décès, 2h37 et 51 secondes du matin, nota Zelda dans son calepin. Bon, je pense que...
N'ayant pas pu finir sa phrase, Link s'arrêta de pleurer sur son nouvel ami pour voir ce qui l'avait interrompu : la réponse était simple, elle avait de nouveau disparu.
- Oh non ! Pas encore ! s'exclama le jeune en vert. Je n'en peux plus de sauver tout le monde, tout le temps ! Là, je sauve Zelda et après, je prends ma retraite à vie ! Il y a toujours des limites !
Après avoir assez pleurniché à son goût, il se remit à monter les étages, à la recherche du bureau de Ganon, car il était sûr qu'il l'avait emmenée là-bas.

Link avait finalement trouvé la porte qui menait au bureau de Ganon, mais pour ne pas faire croire que c'était lui, il frappa sur le bout de bois qui cachait le bureau.
Toc. Toc. Toc.
- Entrez, fit le Seigneur du malin.
Le jeune héros s'engouffra donc dans la pièce et vit que son ennemi était assis par terre, appuyé sur une sorte de mur invisible que le gamin ne pouvait pas voir, en train d'écrire quelque chose sur un bout de papier. Trop occupé à écrire, Ganondorf ne leva même pas la tête pour le regarder. Notre héros en profita donc pour s'approcher afin de pouvoir lire ce qu'il écrivait de si important pour l'ignorer ainsi. Content d'avoir appris à lire à l'envers, il lut le titre :

"avis de renvoi"

Sachant qui était renvoyé, il se recula pour que, quand le méchant relèvera la tête, il ne soit pas à deux centimètres de lui.
- Link ! cria une voix dans le coin de la pièce.
- Zelda ! gueula ce dernier dix fois plus fort que cette dernière ne l'avait fait. Chut !
- Zelda, fit Ganon, comme s'il n'avait pas vu le héros, je sais bien que tu as hâte de revoir ton amoureux...
- On ne sort pas ensemble ! hurlèrent en choeur les deux enfants.
- Quoique... fit-il en réfléchissant et en regardant Zelda.
- Link ! s'étonna le méchant une fois qu'il l'eut aperçu (enfin !). Comment es-tu entré ici ?
- Ben c'est moi qui viens de frapper à la porte et tu m'as dit d'entrer alors je...
- D'oh ! Il me semblait aussi que je n'avais entendu aucune porte défoncée... Au fait, où est mon oiseau géant ?
- Il s'est étouffé avec ma guimauve...
- Double d'oh... Cet avis de renvoi ne sert donc plus à rien...
- Eh non. De toute façon, c'est comme s'il était déjà renvoyé, pas vrai ?
- Ouais, je pense que tu as raison sur ce point...
- Oh non ! Tu ne vas pas recommencer ça, Link ? s'exclama la jeune princesse.
- Recommencer quoi ? demandèrent les deux ennemis.
- Bon là, ça suffit ! s'exclama une voix grave. Link, tu vas arrêter de faire tes niaiseries ou sinon je...
- Avant de me dire d'arrêter mes niaiseries, commence donc par nous dire qui tu es.
- Je suis l'auteur de ce texte. Autrement dit, le narrateur.
- Ah bon... Alors que fais-tu dans la vie, Lenarrateur ?
- Ce n'est pas vrai... se découragea le narrateur.
- Link ! s'exclama Zelda. Il est narrateur dans cette histoire ! Narrateur n'est pas son nom !
- Je le sais bien que Narrateur n'est pas son nom, son nom c'est Lenarrateur.
- J'abandonne, il est impossible de le raisonner.
- Mon vrai nom, enchaîna l'auteur, c'est Tomannie, mais...
- Tom... quoi ? fit le petit.
- Tomannie ! Mon nom est Tomannie !
Mais alors qu'ils commençaient enfin à faire une vraie chicane, un gros gorille fit son apparition dans la pièce.
- Donkey Kong ! Qu'est-ce que tu fais ici ? demanda Ganon. Comment as-tu fait pour venir ici ?
- Tu oublies que je t'ai donné la partie Nord de mon île, répondit le gigantesque gorille.
- OK, mais je t'ai demandé ce que tu faisais ici.
- Ben... je viens chercher mon texte. Zelda, est-ce toi qui l'as ?
- Ah oui ! C'est vrai ! Excuse-moi D.K., je l'avais pris pour le lire et j'avais oublié de te le redonner. Tiens, viens le prendre.
- Pourquoi tu ne viens pas me le donner ?
- Parce qu'il y a un idiot qui m'a collé les pieds au plancher ! conclut Zelda en regardant Ganon d'un air accusateur.
Pendant que la petite disait ça, Ganon avait mis ses mains dans ses poches, levé les yeux et sifflait d'un air distrait.
- Merci et au revoir ! termina la bestiole à poils qui n'avait rien à faire dans l'histoire.
- Bon, revenons à nos moutons ! dit Tomannie une fois que le gorille eut disparu. Moi, il faut que je m'en aille, parce que je dois continuer l'histoire. Toi, Zelda, je veux que tu trouves un moyen pour que Link arrête de faire l'idiot.
- Promis, répondit la princesse, mais je t'avertis, c'est quasiment impossible de le raisonner. Sur les centaines de fois que j'ai essayé, je n'ai réussi qu'une seule et unique fois...
- C'est beau Zelda, je pense qu'il a compris, l'interrompit le petit.
- Bon, ben... Moi, je pense que je vais y aller, si je veux terminer mon histoire et trouver une façon que vous vainquiez Ganondorf...
- Hey ! Ce n'est pas juste ! Pourquoi il faut que ce soit eux qui gagnent ? Pourquoi ça ne peut pas être moi, pour une fois ?
- Parce qu'eux n'ont pas posé de questions idiotes et que si tu les éliminais, on perdrait nos deux acteurs principaux pour cette série d'histoires ! répondit (le plus sérieusement du monde cette fois-ci) l'auteur. Alors, je vous dis au revoir et à dans ma prochaine histoire, conclut-il en disparaissant d'un claquement de doigt.
- Euh... on est supposé faire quoi ? demanda Link après quelques centièmes de centièmes de centièmes de centièmes de... (quelques centaines "de centièmes" de plus) de secondes plus tard.
- Laisse faire Link, je vais m'occuper personnellement de Ganon, lui répondit la princesse. Une chance que je l'aie toujours sur moi... ajouta-t-elle en sortant quelque chose de ses poches.
- Qu'est-ce que c'est ? l'interrogea notre jeune héros.
- Ça, c'est mon ordinateur portable, répondit-elle en s'agenouillant.
- Qu'est-ce que tu vas faire avec ? demanda Ganon en s'approchant un peu.
- Toi, tu ne t'approches pas de moi ! Je n'ai pas envie de me faire écraser. Link, viens ici. Tu lui liras à haute voix ce que je vais modifier.
- J'ai une question, fit le méchant en se reculant, quand tu dis que tu ne veux pas te faire écraser, qu'est-ce que ça veux dire ?
- Tu verras, répondit-elle en sélectionnant le texte de "La légende se poursuit...". Enfin, si tu te rends compte de ce qui t'arrive... ajouta l'écrivaine en herbe tout en écrivant.
- Ce n'est pas juste... grommela le Seigneur du Malin. Personne ne me dit jamais rien à moi...
- Voilà ! J'ai fini ! s'écria Zelda en se relevant. Link, à toi de jouer, mais dépêche-toi parce qu'il n'a que 30 secondes avant que ça ne se produise, termina la princesse en passant son ordinateur à son ami.
- Alors voilà : "Ganondorf s'effondra soudain, tué sur le coup par une attaque cardiaque foudroyante, et ce fut la magnifique Zelda qui gagna le combat." Hey ! s'écria Link une fois qu'il eut fini de lire. Pourquoi c'est écrit : "et ce fut la magnifique Zelda qui gagna le combat" ? Pourquoi ce n'est pas écrit : "et ce fut le magnifique Link qui gagna le combat" ?
- Parce que toi, tu n'aurais fait que bavarder avec lui au lieu de l'éliminer et que c'est moi qui m'en suis débarrassée !
- Euh... fit Ganondorf en se posant intérieurement plusieurs tonnes de questions. C'est parce que je suis encore debout en ce m...
Ganondorf s'effondra soudain, tué sur le coup par une attaque cardiaque foudroyante, et ce fut la magnifique Zelda qui gagna le combat.
- Bon, ben... on dirait que ce que tu as écrit s'est réalisé, pas vrai ? demanda le supposé héros à l'héroïne de l'histoire en lui redonnant son ordinateur.
Zelda, qui pouvait bouger les pieds maintenant que le méchant était mort, prit son portable, regarda l'écran et se dirigea vers la sortie. Mais soudainement, sans aucune raison connue, elle s'arrêta et se tourna vers Link :
- Link, fit-elle, tu n'aurais pas trafiqué mes émotions pour toi, par hasard ?
- Moi ? Noooooooooooon... Pourquoi ?
- Parce que sur ma machine, mon journal intime n'a plus l'image d'un cadenas !
- D'oh !
- Tu aurais pu être plus poétique ! s'écria-t-elle en regardant ce que ce dernier avait modifié. Quand même ! Regarde ce que tu as écrit : "Et Zelda, sans aucune raison valable, tomba follement amoureuse de Link." Pensais-tu vraiment que mon ordinateur allait me faire ça ?
- Noooooooooooon... Pourquoi ?
- Parce que mon portable imite l'écriture des gens en réalité, qu'il ne comprend pas ton écriture et que tu as écrit en français !
- Ça dérange quoi ?
- Ça dérange qu'il ne lit que l'hylien ! Tu n'as pas vu la touche "écriture hylienne" sur mon clavier ?
- Zut de flûte ! Ce n'est pas juste ! Déjà que c'est toi qui t'es débarrassée de Ganon, j'aurais bien le droit à une petite récompense pour m'être débarrassé de H.K., non ?
- Premièrement, tu ne t'es pas débarrassé de H.K., il s'est étouffé avec la guimauve que tu lui as lancée ! Deuxièmement, quel genre de récompense ?
- Ben... une sortie avec toi ?
- D'accord, on va dire que tu l'as bien mérité. Mais je ne te dis pas merci pour m'avoir "sauvée" !
Et ils partirent main dans la main vers la sortie pour retourner sur leur île natale, à bord de leur "bateau de croisière".

FIN   

Ce texte a été proposé au "Palais de Zelda" par ses auteurs, "Tomtom, Alex et cyborgC18". Les droits d'auteur (copyright) leur appartiennent.

Note légale : Ce site est protégé par les lois internationales sur le droit d'auteur et la protection de la propriété intellectuelle.
Il est strictement interdit de le reproduire, dans sa forme ou son contenu, sans un accord écrit préalable du "Palais de Zelda".
retour au haut de la page
Le Palais de Zelda :: Webmaster: Ariane
Design créé par Sylvain
www.palaiszelda.com :: Copyright © 1999-2014