• Legend of Zelda
  • Adventure of Link
  • A Link to the Past
  • Link's Awakening
  • Ocarina of Time
  • Majora's Mask
  • Oracle of Ages
  • Oracle of Seasons
  • Four Swords
  • The Wind Waker
  • The Minish Cap
  • Four Swords Adventures
  • Twilight Princess
  • Phantom Hourglass
  • Spirit Tracks
  • Skyward Sword
  • A Link Between Worlds
  • fin du menu jeux

Les détenteurs du sceau

Ecrit par Alamla en juillet 2013

Prologue

De la bibliothèque royale du château d'Hyrule, Seconde ère An 10
Une ancienne légende parle d'un héros qui serait, dès son enfance, parti en quête de combattre le maléfique Ganondorf, roi des Gerudos et faux vassal du Roi d'Hyrule. Il serait parti chercher trois pierres ancestrales pour tenter d'empêcher Ganondorf d'atteindre le Saint-Royaume, puis rétablit le pouvoir des six sages pour envoyer Ganondorf dans le vide infernal. Le monde serait alors débarrassé du Seigneur du Malin et les six sages représentant les six peuples du proche-Hyrule garantiraient le maintien du sceau maintenant Ganondorf enfermé.
Cette légende parle d'un temps qui n'a jamais existé. Selon les repères chronologiques de ces anciens écrits, le temps où le héros rétablit les sages correspond à une année avant celle où j'écris ces lignes. Or le Seigneur du Malin n'est toujours pas enfermé. Il est même au sommet de sa puissance. Car voici une autre histoire, que tous savent vraie, car nous l'avons vécue il y a de cela onze ans.
Il y a onze ans, alors que rien ne semblait prédire cet événement, une violente secousse retentit au Temple du Temps, le temple surplombant la citadelle d'Hyrule. Un jeune garçon, qui semblait être l'ami de la princesse héritière du trône, s'engagea dans le temple. Personne ne savait ce qui se trouvait à l'intérieur du temple, mais chacun voyait en ce garçon un immense courage. Toute la foule attendait à l'extérieur, dont la princesse qui semblait savoir ce qui se passait. Puis la porte s'ouvrit. Sur le parvis du temple descendait un homme grand, à la peau noire et aux cheveux roux, le désignant comme Gerudo et, par son genre masculin, comme roi des Gerudos. Seule la princesse comprenait ce qui se passait. Le Gerudo fit un discours à la foule, qui comprenait l'intégralité des habitants de la citadelle. Il disait avoir éliminé le garçon qui était entré dans le temple et s'autoproclamait roi d'Hyrule et des marches conquises. Pour appuyer son discours, il montra à la population d'Hyrule et au roi son poing gauche, sur lequel scintillait un triangle doré. Chacun savait que ce symbole était celui des élus des déesses. Mais le Gerudo s'enfuit peu après de la citadelle, pourchassé par la garde royale. Les gens semblaient voir en lui un fou ou un véritable élu, mais personne ne se doutait de ce qui allait arriver. Une semaine après l'événement du temple, les gardes sur les remparts de la citadelle aperçurent une armée venant du Sud-ouest. Le roi des gerudos Ganondorf avait unifié les tribus des îles de l'Ouest par son statut de Gerudo mâle et levé une armée qui se dirigeait vers la citadelle d'Hyrule. La garde fut prise de cours. Le château tomba devant l'immense armée de Ganondorf et le roi fut renversé. Il fut exécuté, lui et sa fille, sur la Grand-Place de la ville occupée par l'armée Gerudo. Ganondorf était le nouveau roi d'Hyrule et des marches.

La jeune femme avait parcouru des dizaines de lieues depuis les îles de l'Ouest vers le port de la Forteresse, devenu le port le plus important du royaume. Elle se trouvait actuellement dans une voiture tirée par un cheval en direction de la citadelle. Elle préférait ne pas montrer ses signes gerudos. Si être de l'ethnie dominante était toujours un grand avantage pour intimider les gens, cela la désignait aussi comme militaire et dans son cas, comme déserteuse. Aussi elle était vêtue d'une grande capuche cachant ses cheveux roux. La voiture arriva enfin aux portes de la périphérie de la ville d'Hyrule. Les gardes gerudos en faction firent payer la taxe au cocher mais ne se soucièrent pas du passager encapuchonné. Arrivée à destination, elle paya sa course au cocher. Il remarqua quelque chose sur les rubis qu'elle lui donnait.
- Des rubis gerudos ? Je suis honoré de vous avoir transportée, madame.
Après quoi il partit. Elle pensa qu'elle devait faire plus attention pour ne pas se faire repérer. Elle se dirigea vers l'auberge la plus proche et loua une chambre et acheta à manger pour les derniers rubis qu'il lui restait. Dans sa chambre, elle pensa à la raison de sa venue à la ville d'Hyrule, capitale du royaume Gerudo. Il lui fallait plus d'argent pour rester en ville et se nourrir. A regret, elle vendit à un orfèvre une bague qu'elle portait. Elle obtint pour ce bijou une centaine de rubis rouges, une petite fortune. De retour dans sa chambre, elle observa le signe qui rayonnait depuis plusieurs semaines sur son poing gauche et qui l'obligeait à porter des gants. C'était deux gouttes orange qui étaient en sens inverse l'une de l'autre. Elle savait que ce symbole avait son importance dans les temples de l'Est du pays Gerudo. Elle était précisément venue ici pour découvrir la signification de ce signe. Quelque chose l'avait poussée à venir depuis que ce signe était apparu. Elle savait qu'elle cherchait un groupuscule de résistance, caché quelque part dans la ville. Mais elle ne pouvait demander directement aux gens, elle se ferait immédiatement arrêter pour activités révolutionnaires. Si le royaume était de plus en plus florissant et les relations extérieures plus développées depuis l'ascension de Ganondorf au pouvoir, il régnait aussi une dictature. Beaucoup avaient accepté cette tyrannie, sauf le groupe qu'elle cherchait. Elle sentait que ce serait auprès d'eux qu'elle connaîtrait la signification de ce signe.
Elle descendit dans la salle principale de l'auberge et commanda à boire. De sa chaise, elle pouvait observer tous ceux qui étaient présents. Hormis les quelques habitants venus discuter autour d'un verre, seules trois personnes étaient remarquables. Il y avait une guerrière Gerudo, probablement une mercenaire attendant son prochain contrat pour le compte d'un Hylien, et deux gardes royaux. Lors de la prise de pouvoir de Ganondorf, tous les gardes de l'ancien roi avaient combattu contre les Gerudos, mais les gardes survivants étaient majoritairement opportunistes et avaient suivi le nouveau roi. Quelques gardes s'étaient soulevés en une insurrection, rejoints par quelques Hyliens de tout le pays, mais la tentative d'assassinat de Ganondorf avait échoué et tous les anciens gardes et les civils de l'insurrection furent exécutés. Plus personne ne doutait de la toute puissance de l'armée Gerudo et celle des soldats Hyliens de Ganondorf. Ainsi les deux gardes de Ganondorf présents commandaient tous les verres qu'ils voulaient sans que l'aubergiste ne puisse demander à ce qu'ils paient et pouvaient voler ou arrêter qui ils voulaient. Heureusement, ils n'abusaient pas trop de ce pouvoir, car ils craignaient un soulèvement généralisé des habitants. Ganondorf contrôlait mieux ses soldats que par le passé, juste après son accession au trône.
N'apprenant rien des soldats présents, elle sortit et fit confiance au pressentiment qui l'avait guidée jusque-là. Elle se dirigea vers les collines au nord de la ville et, guidée pars une force qui lui était inconnue, elle sut qu'elle devait déplacer une pierre qui était collée à la muraille de pierre. Il y avait bien un tunnel qui s'enfonçait dans la falaise. Elle regarda autour d'elle. L'endroit était loin de la ville et personne ne pouvait la voir. Elle entra donc. Le tunnel était de plus en plus sombre et elle dut bientôt avancer à l'aveuglette. Puis elle entendit des voix, indistinctes, venir de l'autre coté du tunnel. Elle continua d'avancer en ayant peur de ce qu'elle allait trouver. C'étaient peut-être des bandits qui vivaient ici. Elle n'hésiterait pas à les tuer si nécessaire. Elle aperçut de la lumière à l'autre bout. Elle avança plus rapidement et tomba sur trois hommes assis autour d'une table. Ils se levèrent immédiatement. "Vous auriez dû suivre votre carte, camarade", dirent-ils.
Elle retira alors sa capuche. Ils furent tous étonnés et effrayés de voir une Gerudo. Elle les rassura.
- Ne vous inquiétez pas, dit-elle. Je ne suis pas de l'armée et je sais qui vous êtes.
- Explique-toi avant que l'on te tue, répondit un des hommes.
Elle enleva ses gants et leur montra le symbole sur son poing gauche, en espérant que cela lui serait utile. Ils furent tous détendus et l'accueillirent comme si elle faisait parti des leurs.
- Allez viens, dit l'un deux. Nous allons t'expliquer.
Elle s'assit sur une chaise et deux des hommes lui montrèrent chacun leur poing gauche. L'un avait sur son poing trois points dorés qui formaient un triangle et avec un petit triangle entre deux points. L'autre avait sur son poing un triangle violet avec trois points autour de lui. Elle savait maintenant que ces hommes étaient les personnes qu'elle cherchait. Ils lui dirent :
- Bienvenue, représentante Gerudo. Nous sommes le dernier mouvement de résistance au pouvoir de Ganondorf.

Elle leur dit :
- Vous êtes plus qu'un simple mouvement de résistance, n'est-ce pas ?
- A vrai dire, nous n'en savons rien, dit l'homme au symbole doré. Ces symboles nous ont réunis et vous ont menés jusqu'ici, mais nous ne savons pas très bien ce qu'ils signifient. Nous savons juste qu'ils représentent les peuples d'Hyrule. Votre symbole est celui des Gerudos, le mien celui des Hyliens et celui d'Ilkas les Sheikahs.
Elle fut surprise :
- Comment ca, les Sheikahs ? Votre peuple est éteint !
- Je suis apparemment un des survivants, répondit Ilkas. Rien ne peut faire entièrement disparaître un peuple. Comme vous, j'ai voyagé de loin jusqu'ici, uniquement guidé par ce symbole. Nous devrions finir de nous présenter. Je suis Ilkas, l'Hylien s'appelle Enthon et le troisième Eranth. Eranth est le seul à ne pas porter un symbole, mais il est autant impliqué que nous dans notre cause.
- Tu as l'air de dire que c'est presque anormal que je vous soutienne, dit Eranth. Mais vous ne vous êtes toujours pas présenté, dit-il en s'adressant à la jeune femme.
- Mon est Valéria. Je suis une fugitive de l'armée Gerudo. J'ai dû fuir les rangs lorsque mon point de vue sur les opérations de l'armée se sont fait connaître. Je commençais à mettre en cause les ordres de mes supérieures. J'étais une officière assez connue pour avoir pris les villes de l'est d'Hyrule avec un groupe d'une dizaine de femmes seulement.
Elle finit son verre.
- Mais j'avais eu d'autres problèmes après ça. Mon mari, un Hylien, m'a quittée quand j'ai répondu à la mobilisation des troupes par Ganondorf. Il est retourné à Hyrule et est entré en résistance après la mort du roi. Il faisait partie du complot visant à assassiner Ganondorf. Il s'est fait prendre et a été exécuté. Je suis alors retourné chez moi, dans les îles de l'Ouest, quand ce symbole est apparu. Sans raison, je savais que je devais venir ici. J'ai dû m'enfuir lorsque je fus appelée pour une nouvelle campagne. Je suis finalement arrivée jusqu'ici.
Enthon se leva et descendit un escalier que Valéria n'avait pas vu. Elle le suivit. En bas de cet escalier de pierres irrégulières, se trouvait une caverne plus large que celle de l'entrée. Quelques étagères pleines de livres étaient adossées contre les parois de la caverne, et des armes étaient entreposées dans un coin. La résistance semblait bien équipée. Valéria leur demanda :
- Vous n'êtes que trois ?
- Oui, malheureusement, dit Enthon. Nous n'avons pas vraiment la possibilité de recruter. Mais viens, je vais te montrer quelque chose.
Il se dirigea vers les étagères et en sortit un livre ayant l'air d'avoir été écrit récemment, à la main, comme un journal officiel.
- Ça vient du château, peu après la prise de pouvoir de Ganondorf, ajouta-t-il.
Elle lit. Ce livre parlait de la façon dont les armées Gerudos s'étaient emparées d'Hyrule. L'introduction parlait d'une légende qui n'aurait pas pu exister. La légende de l'ancien héros d'Hyrule, sauveur de son monde mais définitivement frappé par l'oubli. Il serait alors revenu, en tant qu'enfant, essayer de stopper le retour de Ganondorf. Mais rien ne disait ce qu'il était advenu de ce héros, juste que Ganondorf avait dit l'avoir éliminé. Elle referma ce livre.
- Et alors ? dit-elle.
- Tu as lu comme moi l'histoire de ce héros. Je suis certain que notre but est de le retrouver.
- Il est mort il y a onze ans. Comment veux-tu le retrouver ?
- Il n'est pas mort. Je le sais. Tu le sais aussi. Nos symboles nous le disent. Il s'agit de découvrir où il est. Car il n'est pas ici. Pas à Hyrule, ni ailleurs. Je ne sais pas très bien ce que tout cela veut dire, mais je sais que c'est la vérité.
- S'il n'a jamais réapparu et qu'il est encore vivant, où a-t-il pu aller après son combat ?
- J'ai pensé que les archives du château pourraient contenir plus de livres comme celui-ci. L'un d'entre nous pourrait y entrer, comme employé par exemple, et aller voir là-bas.
- Je ne suis pas sûr de vous suivre. Nous devrions plutôt organiser un mouvement de résistance à plus grande échelle, plutôt que de chercher un héros disparu.
- C'est notre seule chance, répondit-il. Il faut aller voir au château.
- Je vous suivrai peut-être. Mais dites-moi, vous dormez ici ?
- Oui. Nous n'avons pas d'autre endroit où vivre pour l'instant.
- Je préfère continuer de vivre à l'auberge tant que je pourrais.
- Très bien. Il doit se faire tard. Tu peux remonter par le chemin par lequel tu es entrée.
Elle sortit de la grotte et retourna à l'auberge. Elle s'endormit en pensant au plan d'Enthon. A son réveil, le symbole sur son poing gauche semblait lui indiquer que le héros recherché par Enthon était vivant. Elle comprenait ce qu'il voulait dire quand il disait être persuadé par ce symbole. Elle prit une sorte de journal abîmé qu'elle avait trouvé la veille en arrivant à l'auberge. Ce journal semblait assez ancien. Elle l'avait gardé avant de partir.
Ce journal était très étrange. C'était le journal intime d'un jeune garçon qui racontait ses aventures dans une sorte de monde parallèle à Hyrule, collectionnant les masques et retournant en arrière vers un point précis du temps car le monde serait détruit trois jours après ce point précis. La seconde partie racontait comment il était arrivé quatre jours après cette destruction qui n'aurait détruit qu'une seule ville. Il aurait alors parcouru ce monde avant de rencontrer celle qu'il appelait Zelda et une femme nommée Hylia. Il aurait ensuite tué six de ses amis qui recherchaient une puissance infinie et serait ensuite retourné à Hyrule. Le journal s'arrêtait sur ses réflexions sur celle qu'il appelait Hylia.
Valéria se demanda si ce n'était que l'imagination d'un garçon qui était écrite là, ou si c'était bien la réalité. On avait en effet entendu parler de l'ami de la princesse Zelda que certains auraient vu entrer dans le Temple du Temps pour affronter Ganondorf. Le garçon qui avait écrit ce journal pouvait très bien être le héros cherché par Enthon.
Elle décida de leur apporter ce journal. Elle était décidée à retrouver ce héros.

Elle retourna dans la grotte où elle avait laissé la veille Enthon, Ilkas et Eranth. Elle repensa à toutes les légendes concernant les Sheikahs, sur leur passé et leur disparation. Elle ne croyait pas vraiment à la réunion des six représentants voulue par Enthon. Ils étaient apparemment guidés par la volonté d'un être supérieur. La religion des trois déesses avait été abolie par Ganondorf, qui voulait créer un culte autour de lui. Elle ignorait si beaucoup de gens suivaient vraiment Ganondorf par conviction. Les Gerudos le suivaient tout naturellement, mais des chevaliers Zoras et Gorons avaient quand même rejoint les rangs de l'armée royale. On racontait cependant des histoires sur ce qui était advenu des Kokiris et des tribus Gorons dissidentes. Valéria ne savait personnellement rien.
De retour à la grotte, elle partagea avec ses trois compagnons ce qu'elle avait découvert. Enthon dit :
- Cela confirme ce que je pense. Les héros de ces deux livres sont les mêmes. La question est de savoir où il a pu passer après son combat.
- Il est mort, dit Eranth. Il n'a pu aller nulle part ailleurs.
- Je t'ai déjà dit que tu ne peux pas comprendre, dit Enthon. Alors fais-moi confiance.
- Je suis de l'avis d'Eranth, répondit Ilkas. Ça ne sert à rien de chercher ton héros. Il vaut mieux recommencer les sabotages.
- Alors retournez résister comme vous le voulez ! Allez voler les bottes des gardes ! Mais laissez Valéria et moi nous occuper de notre vraie mission.
- Tu n'aurais pas dû t'intéresser autant à ce livre, dirent-ils. Tu prends la fiction pour la réalité.
Ils partirent à l'entrée de la grotte.
- Bien. Maintenant qu'on est entre gens sérieux, je vais t'exposer mon plan. Je suis sûr que quelque chose dans le Temple du Temps a fait disparaître sans le tuer ce héros. Mais cette chose n'est pas dans la partie accessible au public et est sûrement protégée. Nous ne pouvons pas entrer au Temple sans être sûrs de pouvoir accéder à cette chose et de comprendre ce qui s'est passé. Mon idée est de nous faire tous les deux embaucher comme gardes du château et de nous arranger pour que l'un d'entre nous accède aux archives.
- C'est un bon plan. Mais je ne crois pas que le château ait besoin de nouveaux gardes.
- C'est exact. C'est pourquoi je vais devoir libérer deux places.
- Comment ça ?
- Et bien, faire disparaître deux gardes pour libérer de l'emploi.
- Tu n'y penses pas ? Je refuse de te laisser faire une chose pareille. Surtout si cela concerne des Gerudos.
- Très bien, dit-il. On va donc tenter de prendre la place de deux gardes moins compétents. Ça risque d'échouer. Dans ce cas, on appliquera ma méthode.
Ils sortirent tous les deux en laissant Ilkas et Eranth planifier ce qui semblait être une attaque de convoi. Une fois dehors, elle dit :
- Tu ne crains pas que quelqu'un nous voie un jour sortir par ce tunnel ?
- Personne ne passe ici. Jamais personne. Je n'ai pas trouvé cet abri au hasard. Une force me guidait tout comme toi quand tu l'as trouvé. Je te dis que nous sommes protégés par quelque chose.
Ils arrivèrent au château. Là-bas, ils réussirent, malgré les craintes d'Enthon, à se faire engager comme gardes. Deux gardes avaient disparu la nuit dernière et la sécurité royale était bien contente de pouvoir recruter à nouveau aussi rapidement. Valéria avait de sérieux doutes sur la sincérité d'Enthon, qui niait les accusations, mais elle se dit finalement qu'elle n'en saurait jamais rien. Ils furent tous les deux recrutés pour seulement une semaine, le temps pour la sécurité de trouver des gardes rapprochés avec des références. Cela tombait bien.
Il y avait, par chance, peu de contrôle sur les rondes des gardes, si bien que Valéria pouvait tranquillement consulter les archives pendant qu'Enthon faisait le guet. Le château était peu occupé en ce moment du fait de l'absence de Ganondorf, parti régler un quelconque problème dans les provinces. Personne ne passa devant la salle des archives.
Au bout de plusieurs heures, Valéria appela Enthon. Elle lui fit lire un livre parlant d'une porte, ce n'était pas plus précis, qui se trouverait dans le Temple du Temps.
- C'est forcément ça, dit-elle. Le héros n'a pu passer que par là. Tu peux me traduire ce mot écrit en vieux hylien ?
- "Pierres ancestrales".
- Il est marqué que ces pierres sont nécessaires pour activer cette "porte". Ce n'est pas très précis. Sais-tu ce que sont les pierres ancestrales ?
- Les symboles des Kokiris, des Gorons et des Zoras sous forme de pierres. Je crois savoir où elles sont gardées.
- Dis-moi tout.
- Il y a quelques semaines, moi et les deux autres avons attaqué les Temples de la Forêt, du Feu et de l'Eau. Nous avons juste réussi à annuler toute sécurité dans ces temples, mais nous ne sommes pas allés plus loin. Nous voulions nous emparer des trésors qui y sont gardés mais nous avons toujours été repoussés par les gardes. Nous avons fait ca sans être identifiés. Et je crois me souvenir que de telles pierres étaient conservées dans ces Temples.
En quittant le château après avoir présenté leur démission, ils entendirent des gardes parler à une de leurs collègues, une Gerudo, d'une expédition dans des temples, de sécurité à réactiver et de laissez-passer spécial. Ils quittèrent le château, croyant à peine à leur chance.
- Je le disais que nous avons une personne qui nous guide, dit-il.
Elle attendit le lever du jour avant de sortir de la grotte. Elle devait intercepter cette Gerudo. Elle fut ébahie de la voir avançant au trot sur son cheval devant l'entrée du tunnel, sans qu'elle ne puisse voir Valéria sortir. Enthon avait raison, ils avaient une chance surnaturelle. Elle avançait derrière la Gerudo, silencieuse, et plus rapidement que le cheval. Elle bondit et élimina l'envoyée avec sa dague. Le cheval restait impassible, attendant de pouvoir reprendre la marche. Elle trouva sur l'envoyée le laissez-passer, une tenue rouge, une tenue bleue et des bottes très lourdes, objets nécessaires pour entrer dans les Temples du Feu et de l'Eau, ainsi que ses instructions. Elle monta le cheval et galopa vers sa première destination, la forêt Kokiri au sud.
Elle traversa la longue plaine d'Hyrule vers le pays des Kokiris. Elle passa devant le Ranch Lonlon, dont les anciens propriétaires avaient été expropriés sans raison apparente. Après sa prise de pouvoir, Ganondorf avait fait le plus de mal possible à certaines personnes, comme s'il cherchait à se venger d'un affront. L'exécution de la princesse d'Hyrule en fut un exemple.
Valéria arriva à l'orée de la forêt Kokiri. Elle put traverser la région jusqu'aux Bois Perdus grâce à son laissez-passer. En passant devant un des villages Kokiris, elle vit que les histoires sur le traitement des Kokiris étaient fondées. Le village était devenu une usine de fabrication militaire. Tous les Kokiris y travaillaient, surveillés par l'armée Gerudo. Elle continua son chemin, ayant honte de son propre peuple.
Toujours à cheval, elle avança dans les fameux Bois Perdus, source de tant d'histoires sur des enfants égarés qui finissent par devenir fous et vouloir détruire le monde. Heureusement pour elle, un plan était joint à ses instructions. Elle arriva finalement au Temple de la Forêt. En entrant, elle vit des gardes postés dans tous les coins, comme si on craignait constamment une attaque. Elle descendit par l'étrange ascenseur au milieu de la pièce principale du temple et entra dans une pièce entourée de tableaux. Un immense cavalier trônait au milieu de la pièce. Devant lui, un bijou d'or et d'émeraude flottait en l'air. Elle préféra demander au cavalier de la laisser travailler seule et celui-ci entra dans un tableau. Elle s'empara de la pierre ancestrale Kokiri et plaça un engin métallique dans une machine pour réactiver les défenses du Temple. Elle en sortit et se dirigea cette fois vers les montagnes Gorons. Elle vit, comme dans la forêt, les Gorons réduits en esclavage dans des mines et des forges. Mais cette fois, d'autres Gorons les surveillaient. Ganondorf avait privilégié une tribu à l'autre afin que les territoires Gorons lui restent fidèles. Elle passa la tenue rouge pour traverser l'infernale chaleur du volcan et récupéra la pierre ancestrale Goron gardée par un dragon de feu.
Elle fit de même pour le Temple de l'Eau et en ressortit avec la pierre ancestrale Zora cachée sous son manteau.
Elle revint à la grotte où l'attendaient ses trois amis. Saisis par la beauté de ces pierres, ils les admirèrent un moment avant qu'ils ne se décident à se mettre en route pour le Temple du Temps.
Ils entrèrent par une haute fenêtre du Temple. Valéria posa les trois pierres sur un autel de pierre noir. Une partie du mur se retira pour laisser un chemin vers le fond du Temple. Devant eux se tenait une sorte d'immense miroir tourné vers le mur. Valéria dit :
- Quelqu'un a déjà entendu parler de ce miroir ?
Personne n'en avait jamais entendu parler. Si ce miroir était le moyen d'envoyer quelqu'un autre part que sur ce monde, ils devraient eux aussi l'emprunter. Valéria avança et toucha le miroir. Aussitôt il refléta la lumière venant d'une fenêtre et la projeta contre le mur. Un couloir semblait se dessiner sur le mur et un escalier permettait d'y entrer. Ils allaient avancer quand ils entendirent des bruits derrière eux. Des gardes Gerudos commençaient à courir vers eux et Ganondorf lui-même hurlait à ses soldats "Arrêtez-les !".
Valéria ne comprenait pas comment ils avaient été repérés. Enthon, pris d'une soudaine inspiration, prit les pierres avec lui et courut vers le portail. Les murs ne remontaient pas mais le portail commençait à se fermer. Ils coururent tous les quatre pour échapper à Ganondorf et franchirent le portail. Valéria ne perçut tout d'abord pas le monde dans lequel elle était arrivée. Elle vit d'abord une lance jetée par une Gerudo à travers le portail arriver dans ce monde. La lance frappa Eranth qui s'était retourné pour voir si le portail se fermait. Il était maintenant fermé. Eranth était à terre. Les deux autres s'étaient bien réceptionnés. Elle commença à voir le monde autour d'elle. Ils avaient atterri sur une sorte d'esplanade publique. Le ciel était d'une couleur bleu foncé et rouge clair. Des carrés noirs volaient de bas en haut autour d'eux. Elle vit finalement des gardes courir vers eux. Avant qu'elle ne puisse faire un mouvement, des lances les menaçaient et quelqu'un dit :
- Vous êtes en état d'arrestation pour intrusion dans le royaume du Crépuscule.

Ils avancèrent tous les trois, menottés, vers le palais se tenant devant eux. Valéria put observer les alentours et constater que ce monde était vaguement semblable à Hyrule, avec comme seules différences le ciel qui semblait prendre une couleur jaune et de beaux nuages noirs. Dans aucun récit il n'était fait mention d'un monde du Crépuscule, et elle s'attendait à découvrit n'importe quoi là où on l'emmenait. Eranth avait été récupéré par des infirmiers qui allaient au palais. Les habitants avaient une apparence entièrement humaine, avec une peau gris clair.
Ils entrèrent dans ce qui semblait être la salle d'audience du palais. Une personne avec un casque aux allures reptiliennes trônait au fond da la salle, une jeune femme à ses côtés. Sûrement le roi et la reine, se dit-elle. Toute la cour royale observait les étrangers. Valéria put mieux observer les souverains. La reine avait de longs cheveux roux. Elle ressemblait à une Gerudo, avec la peau plus claire. Le roi était impassible, attendant que le garde explique ce qui se passait.
- Sire, dit le garde, nous avons arrêté ces étrangers après qu'ils aient franchi le portail de la place publique. Vous savez ce que cela veut dire.
Le roi se tourna vers sa femme, sans prononcer un mot. Elle répondit à sa place :
- Nous saurons pourquoi ils sont venus ici. Ne nous précipitons pas.
- L'un d'eux était blessé en arrivant. Il est actuellement en soins intensifs.
- Cela reste un détail. Nous devrions les interroger sur la raison de leur venue.
Soudain, Valéria sentit que le symbole sur son poing lui indiquait quelque chose. Quelqu'un qu'elle cherchait se trouvait ici. Elle eut soudain l'idée de montrer ce symbole à l'assistance. Le roi coupa la discussion entre la reine et son chambellan en levant simplement la main. Chacun attendit ce qu'il allait dire.
- Sortez tous. Laissez-moi seul avec les étrangers.
Les courtisans se mirent à sortir.
- Tous.
Le Chambellan protesta :
- Sire, et si ce sont des assassins ?
- Qu'est-ce que je viens de dire ?
Ils sortirent tous.
Une fois seul avec Valéria, Enthon et Ilkas, il se leva et commença à marmonner.
- Comment avez-vous fait pour venir ici ?
- Le miroir...
Son regard se posa sur les pierres ancestrales que le garde avait posées à côté du trône. Il en saisit une et eut un rire amusé. Il revint.
- Pourquoi êtes-vous venus ici ?
- Nous recherchons quelqu'un qui est venu avant nous. C'était un jeune garçon à l'époque. Nous savons que c'était un héros mais que quelque chose l'a fait disparaître des mémoires.
- Connaissez-vous seulement son nom ?
- Non.
Il semblait s'énerver.
- Il s'appelle Link. Il est venu ici il y a onze ans. Il n'existe plus désormais. Désormais il est le roi de ce monde.
Il retira son casque. Un jeune homme blond d'une vingtaine d'année se cachait sous ce casque. Il était vêtu d'une tenue entièrement verte. C'est donc lui l'ancien héros, pensa-t-elle.
- Je suis arrivé sur ce monde il y onze ans, alors que j'avais à peine dix ans. J'ai réussi à m'intégrer et à convaincre les habitants que je n'étais pas un agresseur mais que j'étais banni par les déesses. Car j'ai appris que ce monde est à la base la prison de ceux ayant commis des crimes d'ordre divin. Je pourrais vous raconter toute mon histoire, mais je veux d'abord savoir pourquoi les représentants d'Hylia sont venus ici. Que me veut-elle ? Elle veut me narguer après m'avoir trahi ? Répondez.
- Nous ne savons rien d'Hylia et de ce qu'elle veut. Nous avons juste été guidés ici.
- Vous êtes donc vous aussi des pantins de la déesse. Je comprends. On est toujours dérouté quand on est contrôlé par cet esprit manipulateur.
Valéria sortit alors de son manteau un ocarina bleu qu'elle avait trouvé en même temps que le journal racontant l'histoire de Link, dans sa chambre à l'auberge. Il fixa l'ocarina.
- Joues-en s'il te plaît, dit-il. N'importe quel air.
Elle joua le seul air qu'elle connaissait, la musique emblématique de la vallée Gerudo. Il avança ensuite et le récupéra.
- L'ocarina du temps... Je l'ai retrouvé. Où était-il ?
- Dans l'armoire délabrée d'une auberge à Hyrule.
- Là où je l'ai laissé il y a onze ans... Je veux bien croire que vous avez simplement été manipulés. Je vais vous raconter mon histoire. Comment je suis devenu roi. Vous savez déjà comment j'ai atterri ici. Après qu'Hylia m'ait trahi en m'assurant qu'avec mes dix ans je pourrais vaincre Ganondorf, j'ai perdu mon combat. Ganondorf m'a jeté à travers le miroir, croyant ainsi se débarrasser de moi. J'ai réussi à me faire accepter comme un banni des déesses. J'avais à peine dix ans quand je suis devenu écuyer d'un petit seigneur. Il me fallait tout reconstruire. Il faut savoir que le miroir marche à sens unique pour l'instant, je ne pouvais pas quitter ce monde. A dix-neuf ans, j'ai succédé à mon seigneur. Mon territoire avait beaucoup augmenté depuis que je m'étais engagé. J'étais un chevalier d'importance dans le royaume. Mes hommes et femmes ne prêtaient pas vraiment attention à mon origine, ils savaient qu'eux aussi descendaient de bannis du monde de la lumière. J'étais un grand seigneur à seulement dix neuf ans. J'avais envie de plus. Mes rêves seraient restés vains sans cet événement. Un jour, Xanto, le plus grand seigneur de tout le royaume demanda à tous les seigneurs de trahir la famille royale et de prendre le pouvoir. Ils se rallièrent tous à cette conjuration. Pas moi. Seul contre tous, j'ai dénoncé le complot de Xanto au roi. S'ensuivit une terrible guerre civile dont je sortis vainqueur. J'étais le seul grand noble restant au royaume. Tous les autres avaient été exilés. Sauf Xanto. Il fut exécuté. Par conséquent, lorsque le roi mourut quelques semaines après la guerre et que selon la tradition, la reine devait abandonner le pouvoir pour laisser la place à un nouveau couple royal, j'étais le seul parti disponible pour la princesse Midona. Enfin officiellement. En vérité elle m'avait aimé depuis que j'étais arrivé sur ce monde. Je suis ainsi devenu roi du crépuscule. J'ai appris plus tard que l'idée de complot de Xanto lui avait été donnée par Ganondorf, lors de son cours passage sur ce monde. Si tous les événements depuis que j'ai été envoyé dans le futur par Skull Kid n'avaient pas eu lieu, si Ganondorf était resté des siècles dans le "Vide infernal", Xanto aurait mené à bien sa révolte et aurait ensuite envahi la lumière. Les choses auraient été bien différentes. Je préfère la version actuelle, finalement. En tout cas, je suis aujourd'hui roi de ce monde, mari heureux et souverain éclairé. Tout se passe pour le mieux. Et je n'ai aucun besoin du pouvoir d'Hylia.
- Mais vous devez retourner dans le monde de la lumière !
- Et pourquoi donc ? Même si je pouvais activer le miroir depuis ce monde, je n'aurais aucune raison de le faire. J'ai ici tout ce que je n'ai jamais eu dans la lumière. Quant à vous, vous êtes obligés de rester ici. Je crains que vous ne soyez plus que des bannis de la déesse, finalement.
Il sortit de la salle du trône. Valéria et les autres le suivirent. Tous ceux qui étaient sortis de la salle attendaient devant. Link annonça la raison de leur venue. La cour commença à quitter la place. Un infirmier se rapprocha du roi et lui parla à l'oreille. Link annonça alors aux trois compagnons qu'Eranth était mort.
- On n'a rien pu faire, dit Link. Il était déjà condamné quand ils ont commencé à le soigner. Venez, je vous invite à passer la nuit dans mes appartements.
Les trois compagnons avancèrent, dépités par la nouvelle. Ils retournèrent à l'intérieur du palais et suivirent le roi. Dans les appartements royaux, ils se présentèrent à la reine Midona, que Valéria avait pu observer dans la salle du trône. Les trois allèrent finalement dormir dans des chambres d'invités du palais.
Link était resté un long moment à sa fenêtre depuis qu'il s'était réveillé. Il était debout avant le lever du soleil. Il observait son monde devant lui. Sur son poing gauche brillait toujours la Triforce du Courage. Il ne savait pas si Hylia l'avait vraiment abandonné, mais il s'était rattaché à cette hypothèse. Il n'avait pas oublié cette phrase prononcée par Zelda il y avait si longtemps : "Va terrasser Ganondorf, tu en es capable". Il avait été vaincu en moins de 5 secondes. Ganondorf l'avait simplement attrapé, dépossédé de l'Epée de Légende et jeté à travers le miroir. Zelda devait avoir été tuée par Ganondorf. Il ne l'avait pas demandé aux arrivants, surtout devant sa femme, mais il sentait qu'elle n'était plus là. Il ne savait plus ce qu'il devait faire. Il était roi du crépuscule, mais il voulait encore plus. Mais il lui était impossible de retourner dans la lumière. Il devait rester roi de ce royaume. Il restait encore beaucoup de choses à explorer dans le monde de la lumière comme du crépuscule. Hyrule était toujours resté limité aux frontières du lac Hylia au sud, des montagnes au nord, d'un désert à l'ouest et d'une forêt à l'est. Le monde ne pouvait se limiter à cela. Mais il se rendit compte qu'il rêvait déjà d'administrer un territoire où il ne pourra jamais retourner.
Un messager entra dans le salon et sortit Link de des pensées.
- Sire, le capitaine de la garde vous appelle.
Link alla sur l'esplanade où se tenait le capitaine.
- Sire, dit celui-ci, on a l'impression que le miroir est en train de bouger. Voyez vous-même.
Link observa le miroir. Il bougeait de façon saccadée, comme si il tournait sur lui-même. Mais très lentement. Le capitaine lui expliqua que le miroir avait bougé de la même façon lorsque Valéria et les autres étaient arrivés, sauf qu'il avait tourné très rapidement la dernière fois. Link se mit à comprendre.
- Capitaine, amenez toute la garde royale ici. Ainsi que les gardes des villes. L'armée régulière. Les volontaires. On a quelques heures. Environ sept. Demandez à vos gardes de trouver des gens en ville. La situation leur paraîtra bientôt claire. Ils vous suivront.
- Mais enfin sire, qu'est-ce qui se passe ?
- Ganondorf arrive. Heureusement que j'en ai parlé à tout le monde lors du dernier discours. Ils comprendront. Dites-le à tout le monde pour qu'ils rejoignent l'armée devant le miroir : nous sommes envahis par la lumière.

La garde s'organisa rapidement et mobilisa tous ses effectifs devant le miroir. On commençait à créer des barricades sur l'esplanade. Personne ne doutait de la parole du roi, toute la ville s'exécutait. Link alla réveiller Midona et les arrivants. Valéria et Enthon insistèrent pour pouvoir se battre avec les autres.
- Très bien, dit Link, mais n'oubliez pas que certains pourraient avoir des soupçons envers vous. Vous débarquez du monde de la lumière et le lendemain nous sommes envahis. On peut vous prendre pour des espions.
Dehors, le miroir tournait de plus en plus vite. Plus personne ne pouvait nier que quelque chose se passait. Des chevaliers s'installaient en face du miroir pendant que les habitants se munissaient d'arcs et installaient leurs barricades.
Link passa les heures suivantes à organiser et motiver ses citoyens. Beaucoup se ralliaient au roi à sa simple demande.
A bout des heures qu'il restait pour la préparation au combat, Link passait ses troupes en revue sur son cheval. Tous avaient des ordres et étaient prêts au combat. La défense de leurs maisons avait motivé nombre de citoyens qui s'équipaient de tout ce qu'ils pouvaient. Mais Link comptait surtout sur sa garde royale et les chevaliers de la région. Les troupes en place comptaient plusieurs centaines de combattants. Une arme récemment inventée était même en place sur une barricade. On appelait cela un canon. Link espérait que cette nouveauté l'aiderait. C'était le sort du monde du crépuscule qui se jouait devant le palais royal. Personne ne voulait de la domination de la lumière ni de la mort des Esprits de l'Ombre. Enfin, le miroir avait fini de tourner. Le passage entre la lumière et le crépuscule allait s'ouvrir. Chacun se mit en position. La prochaine minute était décisive pour tous les habitants de ce monde. Le passage s'ouvrit. Immédiatement après, une vague immense de Gerudos apparut.
Ce fut d'abord le chaos. Les chevaliers foncèrent tandis que des boulets de canon renversaient des soldats Gerudos. Elles ne firent pas le poids contre la cavalerie lourde du roi. Mais une seconde vague de cavalières traversa le miroir. Les assauts continuèrent, de plus en plus féroces. Mais les Gerudos ne traversèrent pas les barricades gardées par les citoyens de la ville. Une troupe de gardes traversa le miroir vers la lumière. Link attendit un nouvel assaut. Cette fois, ce fut Ganondorf et sa garde d'élite qui traversa le miroir. Des chevaliers l'attaquèrent mais furent repoussés d'un simple geste de Ganondorf.
- Link, affrontons-nous ici, dit Ganondorf. Nous pourrions chacun massacrer l'armée de l'autre. Je te propose plutôt un duel.
Link avait fait le même duel il y avait onze ans. Mais cette fois il était fort. Plus encore que dans son lointain passé où il avait vaincu Ganondorf pour la première fois. Link ordonna la charge de ses troupes à travers le miroir. Link était sûr que Ganondorf bluffait et que son armée était presque anéantie, si bien qu'il venait lui-même pour le tuer. Son armée traversa le miroir. Link resta dans le crépuscule, supprima les gardes de Ganondorf et affronta directement son ennemi. Link utilisait une épée de la famille royale du crépuscule. Ganondorf, une longue épée blanche. L'affrontement était une série ininterrompue de coups. Link laissait Ganondorf avancer. Il voulait reculer vers le palais. Une fois sous le parvis du palais, il désarma Ganondorf et, une fois de plus guidé par Hylia qui semblait vouloir s'excuser, il réussit à jeter son épée dans la voute de pierre qui s'écroula sur Ganondorf. Son ennemi avait été misérablement vaincu. Il se tourna et traversa le miroir. Pour la première fois depuis onze ans, il était dans le monde de la lumière. Une foule l'acclama et hurla le nom que Valéria lui avait donné. Les soldats du crépuscule et les Hyliens avaient vaincu le reste de l'armée Gerudo. Tous déclarèrent Link comme le nouveau roi. Ainsi, il avait réunifié la lumière et le crépuscule. Il avança de quelques pas avant qu'une barrière apparaisse devant lui, l'empêchant d'avancer. Il se retourna. Ganondorf se tenait devant le miroir, l'Epée de Légende à la main. Ganondorf fonça sur Link en donnant un large coup d'épée que Link évita de justesse. Link replongea dans le miroir. Le combat se poursuivit dans le crépuscule. Link peinait à arrêter les coups de Ganondorf. Alors que Link était dos à une falaise, épuisé, et que Ganondorf approchait de lui, il sentit que la fin était proche. Mais Link vit son épée briller et tenta un dernier coup. Il roula derrière Ganondorf et le frappa. Ganondorf paralysé par la lumière, il le désarma et récupéra l'Epée de Légende. Ganondorf ayant réussi à se retourner, il était maintenant dos à la falaise. Link lui donna un unique coup d'épée qui lui traversa la poitrine. Link retira son épée. Tous deux comprirent que Ganondorf allait mourir ici. Mais ce dernier trouva la force de parler une dernière fois.
- Bravo, dit Ganondorf. Je dois reconnaître que tu m'as vaincu. Mais ce n'est pas la fin. Vous êtes maudits pour toujours, toi et Zelda. Zelda est morte, je vais mourir ici, et un jour tu devras mourir aussi. Alors je reviendrai. Et je me vengerai. Tu as réussi à devenir roi, mais tout ça n'est que temporaire. Au revoir Link. Ma malédiction ne t'abandonnera jamais.
Après quoi il tomba du haut de la falaise. Il était déjà mort quand il plongea dans la rivière. Link se retourna et traversa le miroir pour s'adresser à son peuple.

Epilogue :

La cérémonie eut lieu dans le Temple du Temps. Une autre, similaire, se tiendrait dans un temple du palais royal du crépuscule. Tout devait être fait pour une bonne unification des deux mondes.
Link et Midona arrivèrent dans le Temple où se trouvait l'intégralité des habitants de la ville d'Hyrule ainsi que quelques habitants du crépuscule. Tous deux s'agenouillèrent devant l'autel où ils furent couronnés.
- Link, je te déclare roi du monde de la lumière et corégent du monde du crépuscule, dit le prêtre du Temple. Midona, je te déclare reine du monde du crépuscule et corégente du monde de la lumière.
Après quoi les deux souverains traversèrent la place de la ville pour avancer vers le miroir. Celui-ci n'avait jamais été refermé depuis l'attaque de Ganondorf.
- Il reste beaucoup de choses à faire, pensa Link. Des choses à reconstruire. Nous nous prétendons souverains d'un royaume dont nous ne connaissons qu'une seule partie. Mais nous ferons tout ce qu'il faudra pour nos royaumes. Car nos peuples croient en nous.
Et, acclamés par la foule, ils traversèrent le miroir pour y être couronnés de nouveau.


Remerciements :
Je tiens comme pour la dernière fois à remercier certaines personnes pour leur aide.
- Shigeru Miyamoto, pour avoir inventé la légende qui nous passionne.
- Ariane, pour son merveilleux site, et les membres du Palais de Zelda.
- Tous ceux ayant signé la pétition et ceux qui ont manifesté contre ACTA, pour avoir sauvé la liberté de l'Internet.
La suite de cette histoire est prévue mais je ne peux pas dire dans combien de temps je la commencerai. Je vous souhaite à tous de bonnes vacances.

FIN

Ce texte a été proposé au "Palais de Zelda" par son auteur, "Alamla". Les droits d'auteur (copyright) lui appartiennent.

Note légale : Ce site est protégé par les lois internationales sur le droit d'auteur et la protection de la propriété intellectuelle.
Il est strictement interdit de le reproduire, dans sa forme ou son contenu, sans un accord écrit préalable du "Palais de Zelda".
retour au haut de la page
Le Palais de Zelda :: Webmaster: Ariane
Design créé par Sylvain
www.palaiszelda.com :: Copyright © 1999-2014